Manouedith et ses passions

10 décembre 2019

Bilan de l'année 2019

 

Que faisons-nous quand le sommeil nous quitte et que nous nous réveillons à 5h15 du matin en ne pouvant  plus nous rendormir ?

Résultat de recherche d'images pour "sommeil" 

En ce qui me concerne, je cogite, je réfléchis, je prends de bonnes résolutions et je refais « mon » monde.

Résultat de recherche d'images pour "refaire le monde" 

La fin de l’année 2019 arrive à grands pas, j’aime faire le bilan de l’année qui se termine. Que m’a apporté cette année là ?

Plusieurs bonnes et surtout plusieurs mauvaises choses, mauvaise n’est peut être pas le mot qu’il faut, je dirai plutôt : désagréables moments qui ont pesé dans la balance de ma vie. Comme tout un chacun, j’en ai déjà eu certes des plus compliquées. Mais celles-ci pèseront pour l’avenir.

Résultat de recherche d'images pour "calendrier 2019 terminée" 

Depuis 2018, j’ai repris plus régulièrement le contact avec Jean-Claude, le garçon qui est rentré dans ma vie, il y a bien longtemps déjà, plus de 30 ans. Qui est resté avec moi jusqu’à ses 20 ans et qui est devenu mon fils de cœur. Après avoir volé de ses propres ailes, avoir partagé la vie d’une compagne qui lui a donné 2 enfants, une vie loin d’eux agrémentée de nombreuses galères. Tant bien que mal il s’est relevé avec un projet sérieux, qui le remet sur le chemin de la vie en retrouvant ses enfants. Après une formation à 40 ans qui le conduira au diplôme de conducteur d’engins, le dernier grand pas était celui de se rapprocher du nouveau lieu du domicile des ses enfants. Pour cela, il fallait quitter sa Picardie natale et venir s’installer en Rhône Alpes, notre nouvelle région. Seul sans aide, le chemin aurait été difficile pour franchir les dernières étapes, il lui fallait un sérieux coup de pouce. Au risque de conflit de génération, nous avons décidé de lui tendre la main en acceptant qu’il s’installe chez nous, le temps de retrouver un travail qui lui permettra de reprendre un appartement et d’engager les démarches nécessaires pour retrouver ses enfants. (aux dernières nouvelles il les reverra samedi prochain, un planning est établi, il en est très heureux) Il a fallu 6 mois au sein de notre foyer, pour qu’il reprenne assez de forces et s’envoler à nouveau vers son destin et sa nouvelle vie. Six mois, de partage, de joie, de rire, de soleil à la maison. Durant tout ce printemps et cet été, j’ai retrouvé le fils qui m’avait quitté après son service militaire. La même gentillesse, la même complicité, une seule petite anicroche qui n’a pas altéré notre belle relation.

Résultat de recherche d'images pour "mon garçon"

Quand nous sommes maman, c’est pour la vie, quelque soit l’âge de nos enfants ; nous nous devons d’être présent et leur tendre la main quand dans leur vie rien ne va plus.

 Résultat de recherche d'images pour "une maman""

Jamais, je n’aurais pensé qu’un jour ma fille aînée Sandrine, reviendrait à la maison. Elle en était partie à l’âge de 18 ans pour fonder sa famille. Cet été, elle aussi, a eu besoin d’une main tendue. Nous l’avons accueillie pendant 3 mois. En même temps que Jean-Claude.  De notre solitude à deux, nous nous sommes retrouvés avec « 2 Tanguy » surtout n’y voyez pas de méchanceté ni d’expression péjorative, plutôt une amusante réflexion. La cohabitation s’est très bien déroulée, je remercie particulièrement Monsieur mon mari pour sa gentillesse légendaire et le  surcroît de travail à la cuisine, car ces deux là pour une fois, n’étaient pas ses enfants. Sandrine avait besoin de voir clair dans sa tête dans son cœur, pas facile d’avoir des états d’âme quand on a eu une vie familiale bien remplie avec 4 enfants sans jamais quitter son travail tout en grimpant à force de concours dans sa hiérarchie professionnelle. En un mot s’être oubliée jusqu’à 55 ans ! Après s’être requinquée elle a pris de sérieuses décisions et à postuler à nouveau dans un hôpital guadeloupéen pour rejoindre une nouvelle vie et prendre soin d’elle. Elle nous a quitté à la mi-octobre pour préparer son nouveau départ vers la Guadeloupe, là, où elle se sent bien, où elle dit être dans son élément. Cette nouvelle vie m’a permis de me rendre compte une fois de plus qu’il fallait faire des choix dans la vie pour être avant tout heureux. Nous n’avons qu’une vie préservons-là ; même si cela peut provoquer quelques dommages. Comprenons, acceptons mais évitons de juger, croyez moi c’est pour ceux qui nous entourent le plus difficile à faire.

Résultat de recherche d'images pour "le choix"" 

Maintenant venons aux évènements moins agréables. Au printemps dernier, une terrible explication avec mes beaux enfants,  pas très élégante de ma part, je le reconnais ; mais indispensable pour l’équilibre de mon couple. Un résultat de 18 ans de non-dits, 18 ans ou on a profité inlassablement de moi,  j’ai été moquée plus ou moins ouvertement, méchamment sans me sentir défendue par l’homme que j’aime, tout simplement par faiblesse ; parfois pour certains, tout est permis pour étouffer  un conflit en latence et ils manquent de courage pour remettre les pendules à l’heure. On ne se refait pas. Une étincelle a mis le feu aux poudres et a pris des proportions incontrôlables, ingérables pour moi. Pourtant le sujet est courant : la différence, celle de ne pas être née dans le même milieu social et ne pas accepter l’autre qui a vécu dans un monde différent  au sien, en ouvrant pas les yeux sur ceux qui ont la chance ou pas de connaître autre chose,  c’est bien évidemment  une certaine forme de jalousie car j’ai fait découvrir mon monde différent à celui que j’aime. Néanmoins, cet épisode m’a énormément déstabilisée, cinq mois après, je dors encore mal et je fais des cauchemars en rapport avec cette dispute.

 Résultat de recherche d'images pour "la différence""

Début août, une douleur sourde inexpliquée au niveau de l’estomac de petit mari nous a emmené pendant deux mois dans le dédale des hôpitaux, des examens simples et compliqués, scanner, IRM, prélèvements, tout ça sans déceler le pourquoi de cette douleur, mais qui ont soulevé plusieurs anomalies inquiétantes à surveiller sérieusement comme des anévrismes plus ou moins gros à différents endroits, des kystes dont un très important. En conclusion une petite épée de Damoclès au dessus de la tête avec laquelle  il faut vivre, 9 mois après le début de la douleur, celle-ci est toujours là.  

Résultat de recherche d'images pour "une douleur inexpliquée" 

Cette expérience nous a fait mesurer l’important de la vie : notre Amour. Nous avons tout fait à deux, main dans la main. Ce qui nous a beaucoup rapproché, alors la dispute printanière est venue au second plan. L’important c’est de vivre tous les instants présents et s’aimer le plus que nous pouvons, tant pis pour les imbéciles qui restent étriqués  dans leur carapace.

Résultat de recherche d'images pour "amour"" 

Malgré tout, nous nous sommes octroyés une petite distraction de fin d’été, puisque nos vacances en Bretagne sont passées à la trappe, nous sommes allés une petite semaine à Bouzigues dans un bel hôtel face à l’étang de Thau. Je me suis régalée d’huîtres et de photos. Fin septembre pour notre anniversaire de mariage (17 ans), nous avons passé un week-end sur les bords du lac d’Annecy dans un hôtel luxueux à Talloires, face au lac. Très belle escapade, délicieux moments.

Résultat de recherche d'images pour "escapade" 

Pour moi, le mois d’octobre a été un mois particulier, j’ai inauguré pour la première fois de ma vie : la cure Thermale, afin de remettre toutes mes douleurs arthrosiques en sommeil. Cette cure de trois semaines à Aix les Bains, (avec mon chauffeur bien aimé qui pendant les deux heures m’attendait dans le parc), m’a été délicieuse, elle m’a décontractée, c’était très agréable de se laisser vivre. Les premiers bienfaits, commencent à se faire sentir. Je recommencerai l’année prochaine à l’automne. Se faire du bien, je vous assure cela ne fait pas de mal.

 Résultat de recherche d'images pour "cure thermale""

Maintenant nous sommes en décembre, Noël approche, j’ai renoué avec la décoration de ma maison. Deux de mes filles fêteront le 23 avec nous, ce sera notre réveillon avec une journée d’avance. Quant aux fêtes les jours réels, nous les passerons tous les deux en amoureux avec Igor et Myrtille, devant quelques gâteries en habit de fête, nous regarderons les concerts à la télévision et le plus important nous serons tous les deux.

Fermeture pour les fêtes de fin d’année 

L’année 2019 refermera sa porte et nous nous dirigerons vers l’inconnue de 2020 en nous expatriant certainement un peu à la montagne. A nous Pralognan la Vanoise.

 

 Résultat de recherche d'images pour "point d'interrogation"

 

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 07:53 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


07 décembre 2019

Mes Noëls d'antan.

2

 

Remontons le temps. Et revenons d’abord  aux années  1948. Enfant, je me souviens, des cadeaux de  Noël que je recevais ; mais rarement des préparatifs.  Dans ces années là, ce n’était pas très courant de décorer sa maison. Et pourtant après les années de guerre qui n’étaient pas encore très loin, mettre du soleil chez soi, aurait fait du bien. Sauf, qu’il y avait encore tellement de choses à racheter. Décorer devenait futile.

5

Une seule fois, j’ai vu un sapin chez nous. Il était à la place de la chaise de mon arrière grand-père Désir, dans la cuisine près de la cuisinière au charbon, le seul chauffage de toute la maison. Il n’était pas grand, planté dans un baquet avec de la terre tout au tour, garni de boules multicolores, de sujets argentés et de guirlandes scintillantes : il donnait un air de fête à la cuisine familiale. Le matin de Noël tous mes cadeaux étaient déposés au pied du sapin. Maman travaillant à Paris elle ne venait jamais ce jour là, c’était avec mes grands-parents que je les découvrais.

6

 

Ils avaient été pour la plupart achetés par maman  dans la capitale et elle venait  le dimanche précédent les apporter. Je me souviens cette année là, d’une jolie robe de chambre en laine des Pyrénées rouge avec de gros pois blancs, j’étais contente, j’allais ressembler au Père Noël. J’avais toujours de jolies choses, maman parisienne dans l’âme, choisissait les dernières nouveautés.

54

 Plus tard, quand j’étais en pension à Saint Germain en Laye, les préparatifs de Noël étaient différents, les religieuses décoraient la chapelle avec une grande crèche installée sous une grotte, nous y allions chaque soir faire notre prière avant de remonter au dortoir. Elles faisaient également un grand sapin et une autre crèche dans le parloir, pour les enfants qui ne rentraient pas chez elle ce jour là ; oui, malheureusement il y en avait toujours quelques unes dont les familles habitaient à l’autre bout du monde.

39

 Moi, j’ai toujours eu la chance  de rentrer chez moi. Papa, venait me chercher au train à la gare Saint Lazare et nous allions chercher maman aux Galeries Lafayette où elle travaillait jusque 19h30, en l’attendant, il m’emmenait faire les vitrines des deux grands magasins  du boulevard Haussmann., rien de plus beau  pour l’enfant que j’étais.  Tout comme la distribution des jouets pour les enfants du personnel, une fête comme je n’en avais jamais vue, Le majestueux sapin différent  chaque année s’élançait depuis le pied des grands escaliers  vers la célèbre verrière voûtée que l’on doit au Maître Verrier  Jacques Gruber. Avec la distribution magique de jouets par un père Noël aux allures de vieux bonhomme très sympathique.

48

 Le soir, nous allions réveillonner chez les parents de papa. Nous y retrouvions le frère de papa Maurice et sa famille. Papy et Mamy, n’étaient pas de vrais grands-parents car je n’étais pas vraiment leur petite fille, mais ils ont toujours été d’une grande  gentillesse avec moi, je me souviens de leur premier cadeau de Noël après le mariage de mes parents, une jolie montre, ma première montre de grande, je l’ai toujours gardée, elle trône maintenant dans l’armoire de mon cabinet de curiosité.

20

Voici donc mes souvenirs des Noëls de mon enfance, même s’il n’y avait pas de sapin, ni de décorations c’était de beaux Noël. A  l’adolescence, ils se passaient à Saint Just en Chausssée chez mes grands-parents maternels. L’évènement supplémentaire à cette époque là, nous allions à la messe de minuit qui se déroulait bien à minuit. En rentrant on dégustait un bon chocolat chaud et nous découvrions nos cadeaux.

 

44

Il a fallu que maman soit grand-mère pour acheter son premier sapin de Noël et c’est avec mes deux premières filles que nous allions l’admirer et découvrir les cadeaux. Quant à moi, dès mon premier Noël d’adulte en 1963, j’ai fait pour mon mari et moi mon premier sapin et chaque année  depuis, jamais je n’ai oublié de le décorer ; toujours un sapin naturel jusqu’aux années 2005  ou j’ai opté pour un artificiel, mais certaines années comme cette année je succombe au sapin naturel. Beaucoup plus vrai, avec une odeur agréable même s’il perd ses aiguilles.

51

Comme tout le monde, j’ai suivi notre époque et chaque année de plus en plus j’ai décoré ma maison, au début avec de nombreux père Noël pour voir les yeux émerveillés de mes petits enfants. Maintenant, toujours des décorations pour l’ambiance  du mois de décembre, mais beaucoup plus raffinées et élégantes, maintenant les yeux qui admirent sont ceux de grands. Je pense que ce sera ainsi jusque mon dernier Noël. Pour l’installation petit mari m’aide, son aide m’est précieuse, nous passons souvent les réveillons seuls, ou en décalés, car les enfants et petits enfants doivent se partager. Mais même seul tous les deux, il y a toujours un bon repas en habit de fête. Car dans le long chemin de ma vie, j’ai eu aussi des Noëls  seule avec pour toute compagne : la solitude, donc je sais ce que cela peut être pour les gens qui sont oubliés. Mais, même pour ces Noëls là, ma maison était décorée.

50

 30

 

 Une petite précision, pendant des années, je n’achetais pas de nouvelles décorations, depuis ma dernière vie  et surtout depuis que je suis grand-mère, je succombe et il m’arrive d’en acheter de nouvelles.

43

Nous sommes prêt....

Posté par manouedith à 19:02 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

19 novembre 2019

Qu'ai-je fais en novembre ?

 

Je n’en reviens pas, nous sommes déjà le 19 novembre. Depuis que j’ai terminé ma cure, je n’ai pas vu passer les jours.

Résultat de recherche d'images pour "calendrier 2019 novembre decembre" 

La première semaine après la cure, j’ai eu des douleurs qui se sont réveillées partout, elles ont duré plusieurs jours, remède : j’ai passé deux jours dans mon salon a bouquiner et en ne me déplaçant que par obligation. La seconde semaine, un délice, le matin je me suis levée normalement  sans me tenir le dos ! En revanche, j’avais encore mal dans les doigts. Et cette semaine, plus mal aux doigts, alors ça, ce n’était pas arrivé depuis plusieurs mois. Est-ce l’effet de 3 semaines  d’alternance de jets et vapeurs chaudes, de massages ?  Je n’en sais rien, mais je veux le croire.

 Résultat de recherche d'images pour "manudouche"

Alors qu’ai-je fait depuis le 5 novembre ? Le ménage à fond, le repassage en retard ; mais surtout des changements de décos un peu partout dans la maison. J’adore déplacer mes bibelots, jamais aux mêmes endroits bien longtemps. Pour moi, il faut que ça bouge et que l’ambiance change.

Résultat de recherche d'images pour "décoration d'automne" 

J’ai commencé les albums photos que j’offrirai à Noël, surtout  celui pour Jean-Claude. L’année dernière j’avais retracé l’enfance de Marie-Christine en lui faisant un album maison de son histoire parmi nous. Cette année, j’ai décidé de faire pareil pour Jean-Claude sauf que j’ai retracé son enfance depuis sa naissance avec son histoire et ce que j’en sais mais surtout avec ses photos,  le peu qu’il en a et qu’il a pu sauver d’une inondation dans sa dernière location. Des photos que je lui avais déjà protégées dans 3 albums à l’époque, malheureusement les couleurs ont mal vieillies, comme toutes les photos des années 1970. Précieusement depuis, il les a trimballé pendant ses années de galère, pour lui c’est ce qui était le plus précieux.

 

 Il n’a que très  peu de photos de ses parents. La maison de son père a été vidée après son décès par la mairie de sa commune puisqu’il occupait un logement de fonction. Les employés municipaux n’ont pas pensé, ni le maire une seule  seconde que l’orphelin qui était dans un home d’enfants, un jour aurait été content de retrouver quelques affaires. Il se souvenait de cette maison et des tableaux de photos au mur, il y venait tous les quinze jours. Son père et sa grand-mère habitaient ensemble  pas dans une grande ville, seulement dans un village de 800 habitants et ils sont décédés à 15 jours d’écart. Très souvent il en parle avec amertume, il dit que sa grand-mère est morte de chagrin après son papa. Alors, je lui ai fait faire un album photos par un magasin spécialisé, afin de sauver les couleurs et les fixer à jamais, les plus abimées je les ai transformé en noir et blanc pour qu’elles arrêtent de se détruire. Et je l’ai départagé en 3 périodes, celle chez ses parents, celles au home d’enfants et celles en famille chez nous, en terminant par une magnifique photo qu’il m’avait offerte quand il était à l’armée et qu’il effectuait son service militaire dans les « parachutistes ».

 

103 Jean Claude service militaire bis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La boucle est bouclée, je suis un Homme !

Ah ! Les souvenirs, il n’y a rien de plus précieux, quand on a la chance d’en avoir. J’ai pris plaisir à reconstituer cet album et j’ai revécu mes jeunes années ; je suis certaine qu’il va beaucoup apprécier.

60

J’ai trié également mes photos des deux dernières années pour en faire un maxi album comme en principe chaque année depuis plus de 10 ans, L’année dernière j’avais oublié. Nous faisons maintenant des milliers de photos numériques, beaucoup se promènent sur Internet, mais rarement on prend la peine d’en faire quelques albums avec les plus intéressantes, croyez moi on a tord. Moi je les sauvegarde  sur un disque dur et sur un CD, sauf que déjà des CD d’il y a 20 ans pour certains sont effacés naturellement.  Certainement à cause des mauvais supports de l’époque. Et personne n’est à la merci d’un bug sur son ordinateur ou son téléphone portable. Les ordinateurs changent tellement, que nous ne sommes pas certain qu’ils seront toujours compatibles. Pensez à les fixer à jamais dans des albums, sinon vos enfants n’auront plus rien. Un ou deux par an de vos meilleures ce n’est pas le bout du monde mais c’est aussi une sauvegarde des vies d’avant.

 

format XL

J’ai avancé ma biographie, quand sera-t-elle terminée ? Je ne sais pas, car vous savez ce n’est pas simple a réaliser, il faut revenir sans arrêt sur ses écrits, ses tournures etc… Cela prendra le temps qu’il faudra j’ai toujours été une battante et une persévérante.

Résultat de recherche d'images pour "biographie" 

Maintenant j’ai hâte d’être au 1er décembre pour préparer Noël, ici ou à Pralognan ??? Rien n’est encore prévu. Mais au moins je mettrai l’ambiance à la maison dès les premiers jours de décembre.

851 Préparation Noel 2017

 

 

Alors à bientôt les amis.

 

Posté par manouedith à 12:04 - Commentaires [6] - Permalien [#]

01 novembre 2019

Cure Thermale – conclusion

 

Lundi soir, ce sera mes derniers soins pour cette année aux Thermes Chevalley. C’est donc l’heure des bilans.

Résultat de recherche d'images pour "thermes chevalley" 

 

Pour ceux et celles qui hésitent encore d’entreprendre 18 jours de cure thermale, je tenais à vous faire part de cette expérience positive. Depuis l’âge de 45 ans, j’ai des douleurs au niveau des reins, au fil des années ces douleurs sont apparues à d’autres endroits, jusqu’à il y a une quinzaine d’années à l’articulation de mes doigts et maintenant ils se déforment et me font souffrir continuellement, J’ai bien essayé les pommades, les anti douleurs quand vraiment je n’en peux plus, rien n’y fait. Alors, j’ai sauté le pas, pourquoi ne pas faire une cure, au moins si cela ne me fait pas de bien, comme c’est une action tout à fait naturelle ; cela ne peut pas me faire de mal. 

 Arthrose des doigts de la main

En revanche, partir 3 semaines de la maison et louer quelque chose sur place, il n’en était pas question. Pour certains ce séjour est considéré comme des vacances ; car en dehors de la cure qui ne dure que deux heures par jour, on peut visiter les alentours, sauf que malgré tout, les soins fatiguent, que la région je la connais très bien et à Aix les Bains j’ai visité  tout ce qui se visite. C’est une superbe ville ni trop grande, ni trop petite. Comme dans toutes les villes d’eau, son architecture est belle et à Aix tout particulièrement car au XIXème siècle la période des cures royales bâtait son plein, La reine Victoria y venait chaque année. C’est l’époque où les hôtels de luxe sont sortis de terre. Je viens souvent dans cette ville baignée par le lac du Bourget. Et les dernières raisons de ne pas sauter le pas, restaient : mes animaux.

Résultat de recherche d'images pour "aix les bains vieux hotels" 

Comme tous les gens de la région, j’ai choisi la période  de l’automne, il ne fait pas encore froid. Même si à cette époque il y a encore des gens de la France entière qui s’y rendent. Mais la majorité habite en Rhône Alpes. D’après mon rhumatologue, c’est une des périodes les plus chargées jusqu’au 16 décembre, jour de fermeture annuelle de la saison.

 

6

5

 Comme tout est une question de choix dans la vie. Nous avons décidé mon mari et moi, qu’il viendrait chaque jour m’accompagner, il m’attendrait ; l’endroit est très agréable, par beau temps un parc est à sa disposition, zone de repos parfaite, après cet été tumultueux se reposer chaque jour, ne pouvait que lui faire du bien. Du reste il n’était pas le seul. Evidemment,  j’aurais pu venir toute seule en voiture, mais après les soins ce n’est pas conseillé, les alternances d’eau chaude et d’eau froide pendant 2 heures fatiguent beaucoup.

Archives Aix-les-Bains : Maison, dite villa Chevalley

 

Comme je vous l’ai expliqué dans mon premier billet, le matin du premier jour de cure, je suis allée consultée un rhumatologue qui a fait mon bilan personnel pour des soins  s’alternant tous les deux jours. Chaque jour en arrivant, une fois passé le vestiaire, on se présente à la responsable des soins qui nous enregistre à l‘aide de notre protocole et nous dispache  aux différents endroits de soins. Attention il n’est pas question d’absentéisme, il faut une raison sérieuse doublée d’un certificat médical, sinon notre cure n’est pas remboursée par la sécurité sociale, à chaque point de soin on coche notre entrée et l’on doit faire tout notre protocole journalier. Sous peine de ne pas être remboursé et exclu des cures suivantes, car en principe elle se renouvelle pendant 3 ans. Il y a deux unités de soins identiques, au 1er étage et au troisième étage, en principe on est attribué au même étage pendant toute la cure, Moi, par exemple, j’étais à la troisième unité mais trois fois je suis allée à la première. Il faut savoir qu’en période de grande affluence on peut être 2.500 personnes par jour, puisque les soins commencent à 7h30 le matin et n’arrêtent qu’à 20 heures. C’est très bien organisé, nos horaires se suivent sans beaucoup d’attente d’un soin à un autre, en ce qui me concerne le seul soin qui comme je dis « merdouille » un peu c’est l’organisation des équipes du manudouche (soins pour les mains) et du Kneipp (soins pour les pieds). Etant dans la même pièce et ne faisant pas toujours les deux le même jour, après les mains ceux qui font les pieds sont obligés de refaire la queue dehors avec ceux qui ne font que les pieds. Alors comme le français est reconnu comme râleur et resquilleur, il y en a toujours qui rouspètent car on leur passe devant. Mis à part ce soin que j’ai testé, tout se passe bien.

4

Je pense que le mental y fait pour beaucoup. Dès que nous rentrons dans les thermes, il faut se mettre en mode « Cure » et positiver au maximum en laissant ses soucis dehors, se détacher du téléphone portable, de ses mots croisés ou de son livre, l’attente n’est pas assez longue entre les soins pour se concentrer ailleurs. Personnellement, j’ai décidé de profiter un maximum de ce repos pour déconnecter de tout, avoir un mot sympa avec mes voisins, un sourire. Car c’est incroyable le nombre de visages fermés pas accueillants et indifférents aux autres. La majorité des curistes ont entre 50 et 80 ans et plus  et comme nos jeunes, beaucoup ne peuvent pas se passer de leur téléphone. Au solarium j’ai même vu une thérapeute remettre trois fois une personne à sa place pour qu’elle range son téléphone, car à chaque fois qu’un message arrivait sur sa boîte mail, il déclanchait une petite sonnerie ou l’équivalent. Dans cet espace privilégié du solarium pour les compresses froides, à l'unité 3, nous sommes face aux montagnes et plusieurs fois j'ai pu admirer le coucher du soleil plongeant derrière la dent du chat. Beau spectacle.

L’interdiction du téléphone portable en tant que téléphone est interdite dans l’établissement. 

Résultat de recherche d'images pour "repos en cure" 

Il faut également rester consciencieux dans les soins que nous faisons seuls comme par exemple le couloir de marche ; nous devons parcourir ce chemin d’eau pendant dix minutes, c’est incroyable combien il y en a qui font trois tours et s’en vont ! Respecter ceux qui sont devant vous et qui parfois ne vont pas vite, ce n’est pas grave chacun va a son rythme , dans ce cas là, refaire quelques pas en arrière ; l’objectif est personnel et ce soin est fait pour notre circulation du sang dans nos jambes, beaucoup de ceux qui le font ont des jambes fatiguées et marquées, je pense sincèrement que cela ne peut que faire du bien, moi qui n’aime pas l’eau ni les piscines, je reste toujours 5 minutes de plus quand je peux, car je sens que cela m’est bénéfique.

Résultat de recherche d'images pour "couloir de marche cure" 

Je reste convaincue qu’une cure c’est un tout et que le mental est très important. Donc au terme de cette première, j’en retire une expérience bienveillante, ma dernière visite avec le rhumatologue m’a confirmé quelques changements et ces changements, m’encouragent à revenir l’année prochaine.

2

Dans la vie, il faut savoir s’écouter, se faire plaisir et savoir déconnecter de temps à autre. Maintenant, les bienfaits parait-il ne se font réellement sentir que plusieurs mois après. Tous disent que l’on passe un hiver beaucoup mieux. Alors l’avenir le dira. Après tout 18 jours samedis et jours fériés compris ce n’est rien dans une vie. Je vous encourage donc à franchir le pas.

3

 Pour terminer, je tiens à remercier le personnel des unités 1 et 3, dans l'ensemble aimable, serviable et compétent. Je vous donne rendez-vous dans 6 mois après l'hiver pour vous donner si résutat il y a.

Bonne cure à vous, ici ou ailleurs.

Posté par manouedith à 11:37 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 octobre 2019

La pennerité d'un blog ?

Bonjour à Tous

Aujourd'hui 26 octobre , mon blog a 13 ans !

Quand je l'ai commencé jamais je n'ai pensé qu'il vivrait aussi longtemps.

Résultat de recherche d'images pour "blog"

Nous habitions à l'époque la Picardie, un village a côté d'Amiens. Depuis 4 ans, ma vie avait changé, j'avais épousé l'homme qui deviendrait mon dernier compagnon. Nous étions heureux, amoureux et chacun de nous avions notre maison. Alors pourquoi ne pas les revendre et en acheter une autre, uniquement pour nous deux, afin qu'elle soit une maison pour recevoir tous nos enfants et petits enfants et façonner notre nouveau nid comme je le rêvais depuis si longtemps.

Résultat de recherche d'images pour "homme et femme main dans la main"

C'est  en 2007, que nous nous sommes installés aux pieds des Alpes dans un département peu connu mais très joli, car départagé en plusieurs régions différentes : le Bugey, la Dombe, la Bresse et le Pays de Gex.

Résultat de recherche d'images pour "l'ain"

Nous, nous sommes dans le Bugey, aux portes de la Savoie. Des paysages à couper le souple, dont nous nous sommes jamais lassés. Des endroits parfaits pour faire de belles photos et les partager avec vous, tout en alimentant mon blog.

1

Au début, je vous montrai mes différentes passions : à l'époque j'adorais broder, maintenant mon arthrose des mains ne me le permet plus. Je racontais, également nos voyages, nos croisières et parfois des souvenirs d'enfance. Pendant de nombreuses années, beaucoup d'entre vous suivaient avec assiduité. Un jour, j'ai voulu faire une pause, car les sujets manquaient, j'ai voulu faire le point mais ne pas arrêter pour autant, car j'aime écrire. Je suis allée moins souvent sur les vôtres, alors là, chute libre, les commentaires se sont restreints. Quelques unes fidèles du début ont changé de route, d'autres malheureusement nous ont quittés pour toujours. Il n'y a pas de secret, pour avoir beaucoup de commentaires, il faut aller sur beaucoup de blog et laisser trâce de son passage. Sauf que cela prend énormément de temps et comme j'ai d'autres passions,  j'avoue je vais de moins en moins sur les autres blogs. Mais après tout, le nombre,  m'est égal. C'est le plaisir d'écrire qui remporte. A chaque pause, cela me manquait alors, je continue en vous racontant plus ou moins ma vie, il est devenu un peu mon confident. J'aime également partager mes expériences comme cette dernière : les cures thermales, qui peuvent donner l'envie à certains ou certaines d'en faire une.

Résultat de recherche d'images pour "aimer écrire"

Comme mon blog s'intitule : Manouedith et ses passions. Ah ! des passions. J'en ai beaucoup comme la généalogie que j'exerce depuis plus de 50 ans,(voir mes deux blogs de généalogie sur canalblog :

 

Le Temps qui passe

et

le Temps qui passe 2

je vous raconte, comment faire pour vos recherches, l'un est consacré à mes recherches maternelles et l'autre paternelles.

Résultat de recherche d'images pour "arbre généalogique"

Depuis toujours j'aime la photographie, à une époque je développais mes photos. Mais pour cela, il faut aller souvent se balader.

1 redimentionné

Il y a également la passion de décorer mon intérieur : savoir se différencier des autres. Pour moi,  la déco de ma maison, toujours dans le même style des années 1850/1920. Je n'ai jamais succomber aux modes qui changent si souvent. Depuis les premières années de ma vie de femme, je n'ai jamais voulu avoir un intérieur comme tout le monde. J'ai toujours voulu me démarquer de mes voisins. Souvent certains  pensent que chez moi  c'est ringard et vieillot et me le disent. A ce genre de réflexion je souris toujours, car mes goûts actuels de brocante, étaient déjà les mêmes en 1963, quand j'ai débuté mes "chines" dans les allées du marché Biron bien différent de maintenant, on y trouvait encore des trésors pour une modique somme. Ce qui était plus cher c'était l'époque du XVIIIème siècle que j'aurais bien aimé, mais ma bourse ne me le permettait pas, je me suis retranchée sur le XIXème siècle encore très présent dans ces années là. Et depuis, jamais je n'ai aimé le contemporain. Pour mes goûts, comme pour l'amitié, je suis toujours très fidèle.

16

11

Le plaisir d'écrire et de lire fait parti aussi de ce que j'aime, donc avec un blog, c'est l'idéal. Du moment que je le fais sans m'ennuyer. Se faire plaisir doit rester primordial. Alors, c'est pour cela que je continue.

En route pour la quatorzième année.

Gâteau d'anniversaire

 

 

 

Posté par manouedith à 12:52 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


18 octobre 2019

CURE THERMALE - comment cela se passe-t-il ?

Ah ! Les douleurs d’arthrose, peu de personnes n’y échappent. Mais il y en a, de plus gâtées que d’autres. Je dois faire partie des mal chanceux. Rien n’y fait. pour soulager mes mains et mes réveils compliqués. Pour me lever et faire mes premiers pas, il y a des jours, où si vous étiez là, vous croiseriez dans le couloir un épouvantail échevelé  déambulant droit comme un « i » en se tenant les reins et en avançant doucement comme une arrière - arrière grand-mère de 100 ans. Je prends des anti inflammatoires uniquement quand j’ai trop mal. Le matin tout  rentre dans l’ordre environ ¼ d’heure après avoir marché un peu, je me dérouille comme dit mon spécialiste.

Résultat de recherche d'images pour "arthrose" 

 Je n’ai pas la prétention que toutes ces douleurs disparaissent avec une cure thermale ; il ne faut pas rêver,  mais quelques soulagements seraient les bienvenus. Jusqu’à présent, je n’ai jamais franchi le cap des cures, tout simplement parce que l’hébergement et tout ce qui va avec est plutôt onéreux. Mais, depuis que j’habite à une trentaine de kilomètres d’une ville d’Eau, j’ai décidé d’essayer, petit mari accepte de me conduire et de m’attendre deux heures pendant mes soins. Alors, cette année je me lance dans cette nouvelle aventure.

Résultat de recherche d'images pour "cure thermale"

 Il y a déjà plusieurs mois, que je me suis inscrite aux Thermes Chevalley à Aix les Bains. C’est une ville d’eau depuis l’antiquité, bien évidemment avec des évolutions modernes à chaque époque. Les anciens thermes rénovés dans les années 1930, gardent leur décor Art Déco : entre autre le vestibule qui est resté intact comme le bâtiment de Pétriaux et les deux cabines de luxe en mosaïques de ces années là.  Mais je ferai mes soins dans les nouveaux thermes des années 1970, qui se trouvent un peu plus haut sur la colline.

 Résultat de recherche d'images pour "ancien thermes d'aix les bains"

 Le matin, avant d’entreprendre les soins, nous devons nous rendre chez un médecin rhumatologue pour qu’il nous fasse le protocole des 18 jours. Nous devons choisir  parmi les huit que la liste nous propose, où des médecins généralistes agréés.

 Pour moi, le premier jour arrive. Mon spécialiste, se trouve dans une belle demeure genre hôtel particulier comme il y en a beaucoup à Aix les Bains. Ne pas oublier l’essor des Cures d’eau au XIXème siècle, avec la construction de très beaux bâtiments et  hôtels digne de recevoir les rois et les reines du monde entier. 

Résultat de recherche d'images pour "immeuble ancien aix les bains" 

 Dès l'entrée, nous sommes transportés au 19ème siècle. « La Reine Victoria est passée par là » ? Une salle d'attente dans une ancienne salle à manger ou salon. Des pièces   hautes de plafond, avec de belles moulures d'époque, un vieux lustre de Murano et des peintures murales fatiguées, le  parquet en marqueterie est superbe et bien entretenu, Sur le pan d’un mur une armoire vitrée marquetée faisant fonction de vitrine pour assiettes de collection. Sur les murs, des peintures anciennes. Tout autour de la pièce, de nombreux fauteuils qui pour la plupart, n’ont certainement jamais été restaurés et sont toujours recouverts de leur soierie d’origine. Il y en a un, qui est particulièrement  en très mauvais état. Une attente dans cette pièce hors du commun. Quand nous rentrons dans le cabinet du médecin, l’ambiance  est la même tout ou presque est « dans son jus », le fauteuil dans lequel je prends place est rafistolé car lui aussi très usé. Un bureau écritoire à l’ancienne. Une balance et sa toise en bois des années 1930, sont là pour me peser et me mesurer, le poids correspondant à celui de chez moi sur ma balance électronique, en revanche la toise me donne 3 ou 4 centimètres de moins, mon Dieu, moi qui ne suis déjà pas grande, j‘ai pris un coup au moral, l’explication du docteur : « normal, vos vertèbres se sont tassées, oups ! Contrairement à tout cet environnement, mon spécialiste est vraiment du XXIème siècle, sympathique, charmant, consciencieux, très professionnel ; il me pose de nombreuses questions, mesure sans arrêt par ci, par là. Il me prend la tension avec un appareil qui gonfle à la main, Petit mari qui se trouve derrière moi, dit même  que c’est avec une poire en caoutchouc. Une visite bien remplie, pour établir mon protocole pour les trois semaines à venir, je reverrai son assistante en milieu de cure et lui à la fin. Nous reprenons le bel escalier en bois aux marches de pierre recouvertes d’un semblant de tapis usagés. Afin de franchir les quelques marches,  au pied de la rampe, court tout le long, une chaise électrique pour les personnes à mobilité réduite. Le seul engin avec l’ordinateur portable du praticien qui est de notre époque.

Nous nous retrouvons dans la rue encore sous le charme ancien atypique de l’endroit.

Résultat de recherche d'images pour "meubles 19ème siecle"

Résultat de recherche d'images pour "balance et toise en bois 1930" 

L’après midi, c’est une autre histoire. Les Thermes sont dans une belle batiste plus contemporaine qui se marie très bien avec les pavillons environnants. En sous-sol un parking pour les curistes moyennant 15 euros pour tout le séjour. Un hall d’accueil spacieux, avec plusieurs bureaux, trois ascenseurs, un grand escalier majestueux donnant sur les étages supérieurs dont on aperçoit le premier étage. Une boutique où l’on peut trouver maillots de bains et accessoires de curistes. Et de nombreux fauteuils dispersés dans le hall ainsi que deux guichets de réception, pour se faire enregistrer. Après être passé à l’accueil, une secrétaire nous appellera et nous conduira à son bureau pour compléter les détails administratifs et nous remettre un verre de curiste et un joli sac bleu, dans lequel nous pourrons mettre les choses indispensables pour nos soins.

Résultat de recherche d'images pour "thermes aix les bains marlioz" 

L’ascenseur nous conduit au troisième étage où tout se déroulera. Après être passé au vestiaire pour confier nos vêtements on nous remet un portant avec un peignoir et une serviette, une fois déshabillé nous nous dirigerons vers le responsable qui nous indiquera les endroits où aller  pour recevoir nos soins. Pour moi le premier soin, donc la première découverte : le bain de boue, Enrobée  dans celle-ci à tous les endroits où j’ai mal, et enveloppée je mijoterai 14 minutes, seule dans une cabine  au carrelage bleu et je passerai dans une douche à jets  pour enlever ma pellicule de terre, suivie de tout petits jets pour « ravigoter » mon système sanguin.

Résultat de recherche d'images pour "thermes bain de boue" 

Ensuite direction la salle pour les mains et les jambes « Manudouche». Deux rangées d’appareils, 6 pour les mains et autant pour les jambes qui diffuseront de la chaleur et des jets d’eau. Deux séances de 15 minutes.

Résultat de recherche d'images pour "appareil cure pour les mains" 

Pendant ces deux expériences communes avec d’autres, soit nous lisons durant la pratique des jambes, ou nous regardons notre téléphone et accessoirement nous papotons, mais le premier jour, on n’a pas encore de copines de jeux. Et je terminerai par dix minutes de marche dans un couloir d’eau. Alors là, détente à la queue leu  leu. Comme partout, il y a les pressés, ceux qui marchent correctement et s’arrête parfois devant les bouches qui projètent l’eau, ceux qui s’impatientent  et préfèrent passer devant vous,  car ils confondent « marathon et marche normale ».

Voilà, les deux heures sont écoulées, on retourne dans les cabines pour se rhabiller et rentrer chez nous. J’avoue qu’heureusement j’ai un chauffeur, car ce premier après-midi a été fatiguant. A 21h30 j’étais couchée.

Résultat de recherche d'images pour "couloir d'eau cure" Le second jour, je découvrirai d’autres soins comme le Berthollaix, dans un endroit  très lumineux dans lequel se trouvent de jolies cabines  séparées les unes des autres et chacune  avec de jolies portes en verre décoré. A l’intérieur, un fauteuil « de ministre » parsemé de jets, une fois assis, on nous met un capot jusqu’au  visage et nous voilà  dans une boite où nous recevrons d’abord de la vapeur suivant notre choix, soit à 38 ou 40 degrés. Suivie subitement de jets d’eau jusqu’à la nuque. Là aussi,  séance d’un quart d’heure.

Résultat de recherche d'images pour "berthollaix cure"

IMG_3510[1]

 

IMG_3511

Le Berthollaix XXIème siècle et celui du début du XXème siècle

Seconde découverte : la douche pénétrante et douche à jets. Un beau jeune homme «  hydrothérapeute », m’accueille et me fait asseoir sur une table entourée de jets en me signalant de faire attention car l’assise glisse à cause des huiles de massage, il masse tout mon corps en commençant par les membres inférieurs et en terminant plus longuement dans le dos, ces massages sont alternés avec des jets d’eau, le tout allongé sur le ventre, la complication c’est de se mettre sur le ventre car la table de soin glisse drôlement. Et je terminerai par une séance de jets debout, en me tournant dans tous les sens pour effet de stimuler à nouveau mon système sanguin.

 Résultat de recherche d'images pour "hydrothérapeute"

Troisième découverte : un solarium dans lequel sont installés plusieurs transats, sur l’un des quel je m’installe, on me recouvre les jambes et les cuisses de serviettes mouillée d’eau thermale froide et l’on bascule en arrière mon fauteuil.  Et là aussi, pendant un  quart d’heure, je me retrouve  les jambes en l’air et je peux rêver ainsi détendue aux bienfaits que je vais en tirer.

Résultat de recherche d'images pour "cure compresse jambe" 

Ce que je retirerai de ces deux premiers jours,  un lieu de soins spacieux, agréable où en plus on peut se détendre et se déconnecter du monde réel. Quelques attentes entre les différents soins mais rien de désagréable.

Résultat de recherche d'images pour "intérieur des thermes chevalley" 

C’est ainsi que les jours suivants, j’alternerai les soins des deux premiers jours auxquels à chaque fois je rajouterai ceux des mains et terminera avec le couloir de marche, ainsi de suite tous les jours sauf le dimanche. Voilà pour ceux et celles qui auraient l’envie d’essayer. Quant aux bienfaits, on en reparlera.

 

IMG_3508[1]

verre de cure 19ème siècle - verre de cure 21ème siècle

 

A bientôt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 octobre 2019

Toujours un Projet sous le coude

Depuis six mois, notre maison n'avait plus le même rythme. Dans trois jours, nous  retrouvons notre train train habituel. J'ai une sainte horreur de la routine. J'aime entreprendre et faire de nouvelles choses. Alors, alors...

8

Déjà mardi prochain  15 octobre, ce sera un nouveau chapitre du livre de la vie, pour Sandrine et Jean-Claude. Et pour moi, une nouvelle expérience.

6

Maintenant que notre deuxième adulte, a trouvé un appartement à 10 kilomètres de son travail et à 65 de ses enfants.

Que fille aînée s'envole pour les Antilles. Nous sommes allés lui dire au revoir hier. Je lui souhaite d'être heureuse loin de sa famille. Moi, je ne pourrais pas. J'ai aimé partager avec Elle, ces trois derniers mois.

Je vais regretter les fous rire de Jean-Claude et ses termes imagés qu'il emploie pour décrire des évènements bien précis. Par exemple, quand on est amoureux, d'après lui "on frise des oreilles". Cette expression parmi tant d'autres nous amuse.

10

Quant à moi, pour la première fois, j'ai décidé d'entreprendre une cure pour mon arthrose, pendant 21 jours. En espérant que cela me fera du bien. Ce sera certainement mieux que des médicaments. De toute façon pour cette maladie il n'y a pas grand chose à faire. Il faut bouger paraît-il et je ne bouge pas beaucoup. Certain matin, mes premiers pas sont ceux d'une centenaire et encore certaines se meuvent mieux que moi et  cela fait des années que ça dure. Quant à mes doigts qui se déforment et qui me font souffrir une grande partie de la journée, c'est la dernière solution que j'ai trouvée.

3 a

Comme j'ai la chance d'habiter à  35 kilomètres d'Aix les Bains  et de ses célèbres Thermes.  Je vais en profiter. Contrairement à beaucoup, j'ai choisi de rentrer chez moi chaque jour. C'était impensable de loger sur place. Trop onéreux ; car quand on fait une cure, l'hébergement, c'est ce qui est le plus cher.  Mais la cause principale, c'est d'avoir à se séparer  l'un et l'autre, pour nous, ce n'est pas possible.  Alors, j'ai choisi les deux dernières heures de la journée pour mes soins.

13

Sinon, depuis le début du mois, je viens d'entreprendre un sacré boulot. J'ai toujours eu pour principe qu'il faut toujours avoir des projets sous le coude. Maintenant que  nous nous retrouvons tous les deux, qu'avons nous envie de faire ? Les voyages n'ont plus notre priorité, pour différentes raisons. Je m'occupe toujours un peu de  généalogie, mais depuis plus de cinquante ans j'avoue avoir levé légèrement le pied ces derniers temps.

1

 

Une idée trottait dans ma tête depuis plusieurs années, , mais je n'avais pas assez confiance en moi pour la réaliser. Ce n'est pas une mince affaire de faire son auto biographie. Depuis, longtemps plusieurs d'entre vous me dites que j'ai la plume facile. Et que je devrai écrire ma vie. Ce n'est pas une mauvaise idée, loin de là.  J'en ai à raconter des choses et j'aime écrire.  Je n'ai pas eu la vie de tout le monde avec : 4 maris ,  4 enfants,  plus deux autres que j'ai accueillis et suivit toute leur vie et le regret de ne plus avoir l'âge de pouvoir m'engager encore. Une cause actuelle que j'aurais certainement entrepris dans une autre de mes vies "aider les immigrés". Mais pour cela, il faut être à deux à le désirer et avoir le même potentiel à donner et à aimer pour partager.

00

Alors, le temps est arrivé pour essayer de me raconter, avec l'idée principale, le faire comme un devoir de transmission pour les générations suivantes. Les époques changent tellement vite, qu'il faudrait que tout le monde se souviennent qu'avant cela c'était autrement. Comme ma vie, dès les premiers jours a été atypique, que j'ai fait et entrepris énormément de choses, que malgré mes faiblesses et mes épreuves, j'ai toujours su rebondir et je n'ai jamais perdu l'espoir d'être heureuse, j'ai toujours pensé : quand on veut on peu. Je n'ai pas fait de grandes études, encore moins des études littéraires, mais parfois, quand je vois le style de certains auteurs, je me dis je ne ferai pas pire. Après tout : osons.

25aDepuis un mois, j'ai commencé, ce n'est pas facile. Je suis sans arrêt à relire mes premières pages, à chaque fois, je trouve quelque chose à changer, une faute d'orthographe à corriger, un terme mal employé à remplacer. Oui, effectivement ce n'est pas simple. Mais c'est super enrichissant. Il faut également que j'organise mon emploi du temps pour écrire  sans que je sois clouée toute la journée à mon ordinateur. J'ai découvert que cet exercice était très agréable, je revis ma vie, c'est amusant comme certains détails peuvent  revenir comme s'ils étaient récents.

5

Cette idée à germer dans la tête de petit mari, il a décidé d'écrire un roman. Lui aussi s'est rendu compte que cela n'était pas si simple que cela, car si moi ce sont mes souvenirs, lui il faut qu'il invente son histoire, se documente sur le sujet. Et surtout persévèrer. Alors nous verrons qui de nous deux ira jusqu'au bout ?

8

 

Souvenez-vous, pour aller de l'avant, il faut avoir toujours de nouveaux projets. Bousculer la routine qui s'installe sans prévenir.

Le bonheur est une habitude à cultiver.” .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 19:32 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 octobre 2019

Le partage avec les autres

L'été est terminé. Et quel été pour nous !

51

Les examens de santé pour petit mari sont terminés. Pas de cancer sur ce qui a été observé. Mais plein de choses à surveiller, plus ou moins inquiétantes et surtout arriver à stabiliser le deuxième chiffre de sa tension, qui serait la cause de ses ennuis vasculaires. Le gros kyste sur le rein est à surveiller, mais pour l'instant on ne l'enlève pas. Monsieur mon mari est une fabrique à kystes jusqu'à la bénins, il en a partout sur ses organes intérieurs, et autant sur son corps, toujours bénins mais très disgracieux pour ceux qui sont apparents. 

7

Sur nos deux adultes revenus à la maison, un s'est envolé. Et quand je dis envolé, c'est vraiment le cas, puisqu'elle repart aux Antilles et commence son nouveau poste le 1er novembre. Cette cohabitation m'a fait redécouvrir ma fille aînée, plus du tout comme l'adolescente de 18 ans qui avait quitté le nid. Une femme devenue complexe, gentille, pleine de prévenances, mais très mal dans sa peau. Je trouve qu'à 55 ans, c'est dommage.  Malheureusement, la maman que je suis, ne peut plus rien faire et cela me peine, car je sais que les années qui sont devant elle, ne sont plus les meilleures.

8

Quant à mon garçon. il commence  à chercher un appartement. En six mois, il a beaucoup progressé et il est sur le point d'arriver au terme de tout ce qu'il avait prévu en changeant de région. Il est toujours intérimaire dans la même entreprise depuis le début, il conduit de gros engins qu'il a maintenant bien en main, sa formation a été une bonne chose. Il s'est fait de nouveaux amis. Dans quelques jours, il reverra ses enfants. Le dossier que j'ai monté pour lui au Tribunal a été concluant. Mais je peux dire qu'heureusement que j'ai tout fait et refait à l'ancienne, car bien souvent les jeunes et les moins jeunes, n'ont plus la patience pour eux génération Internet, tout se fait par le téléphone portable, sans pour cela sauvegarder les documents les plus importants, croyant qu'un simple mail (que l'on oublie parfois de regarder) suffit  ; doublé de coups de téléphone qui se perdent. Rien de tel qu'une bonne organisation de secrétaire avec dossiers papiers. Lui même avoue, qu' heureusement que j'étais là.

31

Comme beaucoup de garçons, ils ne peuvent entreprendre qu'une chose à la fois. Jean-Claude en est l'exemple même. Alors, maintenant il ne lui reste plus qu'à trouver un appartement meublé, ou pas dans la région de Seyssel (Ain) ou Seyssel (Savoie). Il en a déjà visité plusieurs, mais pour l'instant rien de retenu. Il faut dire il n'est pas vraiment à la rue, mais un peu loin de son travail, car il avale malgré tout 60 kilomètres par jour et sa voiture n'est plus toute jeune. Mais on est si bien chez maman, on a retrouvé ses habitudes de jeune homme, on aide un peu de temps en temps, mais le linge est toujours prêt et rangé, les pieds sous la table chaque soir c'est agréable, la conversation avec Marc est super sympa on ri beaucoup. La chambre est confortable. Alors, alors il va falloir quitter tout ça et se retrouver le soir seul ! 

61

C'est avec plaisir, que nous les avons accueilli. Mais il est temps de nous retrouver tous les deux. Nos habitudes ont été quand même bousculées. Mais j'avoue que j'appréhendais un peu ces cohabitations, j'ai eu tort, tout s'est bien passé. Et cela a rajeuni notre environnement. Il y avait de la vie dans la maison et ça fait du bien. J'avoue que dans toute mes vies j'ai donné l'hospitalité aux autres quand ils en avaient besoin, ma porte a toujours été ouverte, mes maris m'ont toujours suivi. Pour petit mari actuel, c'était une première, il est assez réservé et beaucoup moins ouvert que moi., Je pense que c'est une question de famille ; chez nous, j'ai toujours vu mes grands-parents secourir, aider des gens, qu'ils soient ou non de la famille alors pour moi c'est normal. Savoir Donner, partager et Aimer a toujours été ma devise.

 

81

 

 

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 11:29 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 septembre 2019

Anniversaire de mariage et Journées du Patrimoine 2019

 

4

Cette année, les journées du patrimoine sont tombées le jour de notre dix septième anniversaire de mariage. Autant, je ne veux plus que nous souhaitions nos propres anniversaires, car ce n’est pas drôle  passés un certain âge de glorifier le nombre de nos années. La vie passe de plus en plus vite. Alors, autant mettre à l’honneur notre amour et resserer les liens qui nous unissent, pour ne jamais nous endormir sur nos acquis et laisser trop de place à la routine.

Résultat de recherche d'images pour "lien d'amour" 

 J’aime les surprises et j’aime aussi les organiser. Alors, cherchons bien le bel endroit pas très loin de la maison qui nous dépaysera et nous rendra heureux. Nous avons la chance d’avoir des goûts en communs et habiter une très belle région. Les visites culturelles nous aimons et il y a longtemps que nous ne sommes pas allés dans une belle chambre d’hôtes. Il me faut aussi découvrir un bon restaurant pour un dîner en amoureux. Avec Internet tout cela devient plus facile. Nous avons besoin de tous ces ingrédients pour effacer un peu nos soucis actuels qui ne sont pas encore terminés.

42 matin

Tous les deux, nous aimons beaucoup le lac d’Annecy. Talloires que nous connaissons pour sa promenade au bord de l’eau a toujours été pour nous un endroit de rêve très agréable aux petites rues  qui descendent vers le lac, aux maisons et aux beaux hôtels encore fleuris à cette époque. Son embarcadère aux allures 1900 qui nous emmène vers Annecy, sans avoir notre voiture à garer. Et au bout de la jetée la visite incontournable de l’Abbaye ou se trouve toujours une belle exposition à voir soit dans le hall ou dans les jardins. C’est un ancien prieuré bénédictin fondé au XIème siècle, qui est devenu Abbaye Royale en 1674, pour devenir au XIXème siècle un bel hôtel restaurant 4 étoiles où viennent séjourner beaucoup de célébrités. Mais nous pouvons aussi nous installer à sa terrasse pour y déguster une bonne glace. En ce moment le hall d’entrée reçoit l’exposition permanente d‘Annie  Cotterot céramiste (méthode raku) qui nous fait découvrir son univers bestiaire bien sympathique jusqu’au 15novembre prochain.

78

46

 

92

 

 

 

 Nous déposerons donc notre valise à la Villa Christine, un peu sur les hauteurs de Talloires, ce qui nous permettra de découvrir une vue imprenable qui changera de couleurs plusieurs fois dans la soirée jusqu’au coucher du soleil et nous nous réveillerons dans un endroit paradisiaque avec un lac paisible, de toute beauté. En face la presqu’île de Duingt et son château privé, malheureusement rarement ouvert au public.

25

 Mais avant d’arriver à Talloires,  le matin nous nous étions arrêtés dans un village médiéval entre Rumilly et Annecy : « Alby sur Chéran ». Un vieux bourg avec ses arcades et ses maisons colorées ainsi que ses rues en calade. Nous avons visité,  le Musée de la cordonnerie qui nous a entraîné au cœur du passé artisanal qui a marqué l’histoire de ce village. Nous avons fait également une belle découverte, dans une maison que l’on penserait abandonnée, dans une ruelle en pente, avec la rivière « le Chéran » à ses pieds. Au fond de cette impasse, se trouve le Musée de la Ciergerie ; où de 1860  à 1986, la famille Blanchet confectionnait des cierges pour les églises environnantes ainsi que pour les abbayes.   

86

 

88

 

38

 La magie du lieu se révèle à travers tous les outils restés sur place, tel que les a laissés le dernier propriétaire de cette famille, le dernier soir avant sa retraite. Les morceaux de cire d’abeille et de paraffine, les anciens chaudrons en cuivre, ainsi que les mèches de coton suspendues à des cadres sur lesquels on versait le mélange chaud pour former le cierge. Cette visite nous a été présentée par le neveu du dernier propriétaire et son épouse qui nous ont aussi raconté des anecdotes vécues. Une visite fort intéressante qui a permis de nous faire imaginer les anciens métiers de l’artisanat français et nous faire réfléchir sur la vie de nos ancêtres, une vie tellement différente de la nôtre.

89

Nous avons terminé cette première matinée des journées du patrimoine en visitant l’église paroissiale ND de Plaimpalais, d’époque moderne des années 1950. à l’architecture contemporaine de Maurice Novarina comme celle du Plateau d’Assy dont je vous ai déjà parlé. On peut également admirer de magnifiques vitraux d’Alfred Manessier.

87

 

Une envie de monter au col des Aravis avant de rejoindre Talloires. Regardez la jolie photo que j'ai faite du Mont-Blanc.

58

63

90

Dimanche, en rentrant vers chez nous, nous avons traversé les Bauges. Ce massif montagneux calcaire des préalpes françaises du nord, se situant à cheval entre la Haute Savoie et la Savoie et culminant à plus de 2.200 mètres d’altitude. Le paradis des marcheurs et de sa célèbre Tome des Bauges, sans oublier tous les produits du terroir. Nous nous sommes un peu perdus dans la forêt de Bellecombe en Bauges pour aller visiter une scierie à grand cadre du 19ème siècle, remise en état par une poignée de bénévoles de l’association « Les Amis du Patrimoine de Bellecombe  et l’aide de passionnés pour les uns professionnels avertis, pour les autres néophytes. Hommes et femmes se sont lancés dans l’aventure et ce, pour de nombreuses années. Mais aussi de nombreux jeunes se sont investis dans le projet durant plusieurs étés. La cohabitation entre tous ces jeunes d’origine différentes fut parfois délicate mais sûrement très enrichissante.

68 les beauges

72

91

Cette scierie alimentée par un bief reconstruit entièrement en bois qui se jette dans un réservoir. Ce n’est qu’en 1996, que l’on ouvrira la vanne et ce jour là, tout le monde fixe la scie à grand cadre  qui se met en mouvement.  Ainsi le cœur de la scie bat de nouveau. La transmission du savoir est assurée ! Depuis sa remise en fonction la scie revit, le plus souvent en période estivale. Depuis la première fête de la scie en juillet 1996 pour honorer les 100 ans de la vieille dame, jusqu’à aujourd’hui, plus de 20 fêtes ont eu lieu. De nombreuses autres animations animent le site : démonstration de sciage, une fois par semaine durant l’été, visites de groupes, des scolaires en classe découverte, touristes de passage et Journées du Patrimoine en septembre.

85

Excellent et beau week-end ou nous avons rassemblé l’Amour et la culture. Une bouffée d’air pur qui nous a fait beaucoup de bien. Notre région est belle, elle a un passé riche. N’oublions pas que les Savoie, sont françaises seulement depuis : 159 ans. Alors rendez-vous la semaine prochaine ou l’autre pour de nouvelles découvertes.     

17

80

92

 

 Mes sources : mon vécu et les différentes indications trouvées sur Internet pour les journées du patrimoine et le très beau fascicule rédigé par les passionnés de la SCIERIE A GRAND CADRE de Bellecombe en Bauges.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

20 septembre 2019

Curieuse Abbaye de Valmagne

  

24

 L’Hérault, est un département dont nous ne le connaissons pas beaucoup de l’intérieur. Seules, souvent les belles plages de sable fin nous laissent quelques souvenirs estivaux. Un peu de culturel pendant nos vacances ne fait pas de mal et enrichit nos connaissances sur la région.

2

Saviez-vous, que ce département est une terre d’Abbayes, de véritables joyaux pour le département. Mais la plus belle d’entre toutes est certainement celle de Valmagne.  C’est donc celle-ci que je vais vous faire découvrir. Sainte Marie de Valmagne, est une abbaye cistercienne située aux portes de Montpellier et à quelques encablures des jolies plages, elle se trouve sur la commune de Villeveyrac et a été fondée en 1139 ; mais c’est aussi un des plus anciens vignobles du Languedoc.

6

 Ce vignoble millénaire,  a été créé  par les romains, développé par les moines, elle a donc 881 ans à ce jour. Depuis 9 générations elle est dans la même famille. Habitée, par des moines commerçants, elle fut au Moyen Age l’une des plus riches du Sud de la France.

23

Quand nous rentrons dans l’église très sobre et lumineuse, nous sommes saisis par sa hauteur de pur style gothique. Mais on ne s’attend pas à l’odeur de vin et de chêne qu’elle dégage. Pourquoi cette odeur ? Tout simplement parce qu’après la Révolution en 1820, elle a été reconvertie en chai. Cette installation est due  à son premier propriétaire Monsieur Garnier, viticulteur qui décida de transformer tous les bas côtés de la nef ainsi que toutes les chapelles rayonnantes en les remplissant de foudres monumentaux. Grâce à cette surprenante utilisation, l’église échappa à la destruction. Comme beaucoup d’édifices de l’ancien régime elle aurait sans doute finit en carrière de pierre. Tous les foudres ont été réalisés  sur place, ils sont construits en chêne provenant de Russie, réputé à l’époque pour sa résistance ; ils serviront jusqu’en 1996 pour le stockage des vins de l’abbaye. Même si aujourd’hui les foudres sont vides, l’odeur persiste.

37

38

43

Nouvelle surprise, c’est le cloître de style Roman, aux couleurs variantes suivant l’heure de visite et si à l’extérieur le soleil est présent       ainsi  les couleurs changent. Je me doute que la meilleure lumière doit être en fin de matinée. L'aile Est du cloître date du XIIe siècle, ainsi que la bibliothèque, la sacristie, la salle capitulaire, le parloir et la salle des moines. le reste du cloître, date du xive siècle. 

00

 

000

 

 Près de l'aile sud du cloître, le lavabo se trouve devant le réfectoire (afin que les moines se purifient les mains avant de toucher le pain, symbole sacré). Une clôture octogonale avec une série de trois arcs de chaque côté, reposant sur des colonnettes jumelées, enserre une fontaine. Un répertoire varié (trilobes, quatre feuilles, anneaux), aux remplages monoblocs, complète cet ensemble. Celui-ci est couvert de huit nervures de pierre se réunissant au centre par une clé pendante. La végétation, apportant de l'ombre au lieu en plein été, est supportée par une treille. Alimentée par la source de Diane, la fontaine déverse son eau pure de la vasque supérieure vers un bassin octogonal par quatre têtes de griffons.

0000

 

94

 

97

 

 

 

 En sortant de cette belle visite, nous avons regretté d’être venus après le déjeuner, car nous aurions aimé découvrir la ferme auberge installée sur la propriété. Tous les plats sont issus du potager accompagnés des produits du terroir et bien entendu le tout arrosé des vins bio du domaine.

63

73

76

A l’heure du goûter, vous pourrez déguster, une boisson autour des plantes aromatiques du jardin médiéval. Les propriétaires actuelles : la famille d’Allaines ont très vite compris l’importance du Bio, puisqu’ils ont transformé leur production en bio en 1999.

 

71

74

100

 

Alors j'espère vous avoir convaincus de vous y arrêter quand vous serez dans la région.

A bientôt....

Posté par manouedith à 12:02 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,