Manouedith et ses passions

17 octobre 2017

Visite du Château de Sully en Saône et Loire

L’histoire du Château de Sully en Saône et Loire

34

Depuis longtemps, je voulais aller visiter ce château qui a vu naître le Président de la République qui occupa le premier l’Elysée :

Patrice de Mac Mahon, comte de Mac Mahon, duc de Magenta, né le 13 juin 1808 au château de Sully près d'Autun et mort le 17 octobre 1893 au château de la Forêt, à Montcresson, homme d’état de 1875 à 1879.

Résultat de recherche d'images pour "mac mahon photo" 

Partout, ce château est considéré comme l’un des plus beaux de la Renaissance en Bourgogne. Nous avions déjà visité plusieurs autres merveilles dans cette région.

 13

 C’est donc par une belle journée d’été indien que nous avons pris le chemin des « climats » bourguignons. Evidemment, nous avions pris notre pique-nique,  car quand on le peut, il ne faut pas se priver d’un petit bonheur tout simple : déjeuner au milieu des vignes, surtout à cette époque, elles ont des couleurs sublimes. En été, elles ne sont pas mal non plus, nous y avions emmené  nos amis cambodgiens qui s’en souviennent encore. Seuls devant l’immensité, face à des paysages grandioses, croyez-moi, c’est le top. Cette beauté qui nous entoure nous laisse un souvenir inoubliable. C’est un lieu magique et peu conventionnel pour déjeuner.

9

 8

 C’est ainsi, que nous étions aux portes du château de Sully à 14 heures tapante, pour démarrer la première visite guidée de l’après-midi. Beaucoup plus chaleureuse la présence d’un guide, qui a toujours une petite histoire plus ou moins croustillante à raconter, qu’un audiophone ou une tablette à lire. Seule petite frustration pour moi : interdiction de photographier les intérieurs, car c’est un château privé où réside Madame la Duchesse de Magenta et ses enfants. Je le comprends tout à fait et je respecte.

11

Quand nous sommes arrivés, la grandeur du château aux allures Renaissance nous a interloqués. Une fois passés, la première porte de cette enceinte carrée aux bâtiments rajoutés au fur et à mesure des années pour former une jolie cour, la plus belle de tous les châteaux de France, que l’on doit au propriétaire du XVIème siècle : Gaspard de Saulx Tavannes. La visite peut commencer.

12

  Tout a débuté par une forteresse au Moyen Âge avec 8 tours entourées de murs et de douves. Le château s’est transformé au fil du temps. Néanmoins, il reste certains murs auxquels on a rajouté sur le devant, d’autres murs afin qu’ils donnent l’apparence que nous lui connaissons et soit en harmonie avec ses allures Renaissance.

51

  C’est au XIVème siècle que la famille Montaigu devient propriétaire de Sully. Ensuite comme je viens de vous le dire Gaspard de Saulx Tavannes. Mais, c’est au XVIIIème siècle que le château est racheté par trois frères Les Morey dont Jean-Baptiste le dernier âgé de 64 ans, tous les trois célibataires. Mais pour continuer la descendance il faut qu’un d’eux se marie et c’est vers une cousine d’une vingtaine d’années : Charlotte le Belin, que se tourne Jean Baptiste pour se marier, malheureusement l’époux tombe malade et décède rapidement, il avait été soigné par un certain Jean Baptiste de Mac Mahon. Médecin. Charlotte touchée par les soins donnés à son mari et sa distinction de Marquis, accordée par Louis XV. Une fois la période de veuvage passée Elle offre sa main à Jean Baptiste de Mac Mahon et ils ont 7 enfants. C’est ainsi que par le biais des héritages, le château de Sully reste dans la famille de Mac Mahon depuis la fin de la révolution à nos jours.

charlotte le belin2

Pendant la Révolution, veuve et ses fils partis se battre avec l’armée des émigrés, Charlotte se retrouve seule face aux révolutionnaires qui tentent de s’emparer de son château. Elle leur tient tête malgré ses 80 ans. Elle commence par démanteler la chapelle et faire de cette grande pièce de culte à l’intérieur du château une salle de bal. Elle a tout de suite compris, que si elle n’employait pas les grands moyens, bien vite les révolutionnaires s’empareraient de son bien et le détérioreraient. Parmi le mobilier religieux, se trouvait une vierge bourguignonne taillée dans le calcaire qui datait du XVème siècle. Elle l’enterrera assez profondément dans son parc on ne la retrouvera que longtemps après, abîmée par l’humidité prolongée, ce qui a pu se réparer l’a été, le reste est resté dans l’état. Néanmoins surprenante statue qui a repris sa place dans la chapelle actuelle.

35

Charlotte a une fin de vie peu banale. Ce qui mérite que je vous la raconte. Les derniers jours de la révolution elle décède. Ses fils sont encore loin du château. Régulièrement les révolutionnaires lui rendent visite. Ils attendent avec impatience la mort de celle-ci pour s’emparer de la demeure et de ses biens. Alors, ils ne doivent pas apprendre son décès tout de suite. Il faut gagner du temps. Son Régisseur et son entourage emploient un stratagème qui marche, ils remplissent une auge en bois de marc de Bourgogne et l’immerge dedans, quand les commissaires du gouvernement se présentent, ils la remettent sur son lit  et disent qu’elle est au plus mal. C’est ainsi qu’ils purent attendre le retour de ses fils pour la déclarer décédée.  

15

 Les Mac-Mahon descendent d’une ancienne famille irlandaise qui se réfugie en Bourgogne à la chute des Stuarts.

20

 

Voici comment la famille de Mac Mahon obtient le titre de Duc. En 1859, Patrice de Mac Mahon se distingue particulièrement lors de la Campagne d’Italie de 1859 par chance, par audace et par flair, il remporte la bataille de Magenta ; alors pour le remercier Napoléon III le fait Maréchal et lui donne le titre de Duc de Magenta, titre encore porté aujourd’hui par son arrière arrière petit fils Maurice. Le Maréchal devient Président de la République, comme je vous l’ai dit plus haut, il est le premier Président à résider à l’Elysée. Pendant son mandat, Il passe 3 semaines à Sully en 1876, On installe une gare, le téléphone…. Et Sully devient l’Elysée de la Bourgogne.

 18

Aujourd’hui, le château est habité par la Duchesse de Magenta, veuve du 4ème Duc de Magenta et leurs deux enfants « Pélagie et Maurice ». Descendants des Ducs de Bourgogne, ils relèvent ensemble le défi passionnant de l’histoire de Sully.

De par son investissement visionnaire, il y a quarante ans dans le meilleur des vignobles bourguignons à Chassagne-Montrachet. Philippe de Magenta permet à sa famille de dire encore la célèbre phrase  de son ancêtre :

J’y suis, j’y reste.

24

Visite très intéressante, château resté dans son jus, une Duchesse des temps modernes qui fait tout pour garder l’héritage de ses enfants, loin du luxe et des ors de l’Elysée. Une Madame « presque » comme tout le monde qui est loin d’avoir  l’allure d’une Duchesse comme nous, nous l’imaginons. Et qui a le sens des responsabilités. Parfois le destin vous réserve de drôles de surprises et par honneur on se retrouve obligé d’assumer. Elle n’est certainement pas à plaindre, mais respectable pour l’œuvre entreprise : garder son château coûte que coûte entourée seulement d’une dizaine de personnes. Beaucoup trop de personnes ont du mépris pour les châtelains, qui ont le sens de l'honneur pour conserver notre patrimoine à tous.

38

 39

 

42

 

28

30

Sources : Internet et le livre des aquarelles de Sully

 

 

 

     

Posté par manouedith à 09:43 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , ,


06 octobre 2017

Grimaud

 

C'est plus difficile maintenant d'être présente ici aussi régulièrement qu'avant. Ce n'est pas grave, je ne vous oublie pas et je suis toujours là. Qu'avons-nous fait depuis mon dernier billet.

Nous sommes partis en vacances sur la côte d'azur. Notre port d'attache était Grimaud avec notre nouvelle formule : "Echange de maisons" et partage de ballons. Là, il n'y aura pas d'échange de domicile, seulement un échange de ballon., qui nous permettra d'aller chez un hôte en lui donnant notre ballon  ainsi il pourra aller lui aussi où il voudra sans recevoir les gens chez qui ils iront  J'avais obtenu ce précieux sésame, parce cet été nous avions reçu une australienne à Pralognan, son mari ainsi qu'une amie pour un trek dans la Vanoise, sans que nous allions chez eux à l'autre bout du monde.

17

Sur un immense terrain, à deux pas de la cité lacustre de Grimaud, dans les vignes, nous avions cette grande maison pour nous tout seul. Myrtille était heureuse, son terrain de jeu faisait au moins 4.000 m². Petit bémol le soir avant de la sortir il fallait faire très attention, car une famille de sangliers venait vermiller sous nos fenêtres, c'était surprenant le matin en nous levant de voir la bordure de la terrasse tout autour de la maison retournée. Bon ! nous n'avons pas eu d'affrontement. 

36

le lendemain matin, notre première visite a été pour Port Grimaud : "la Venise Provençale du XXème siècle", j'avais des doutes sur ce village entièrement conçu pour le tourisme. J'avais tort. 50 ans après, pas une ride, de jolies maisons colorées, des ponts, des rues. Mais surtout des bateaux amarrés devant les maisons. Bel ensemble qui n'a pas vieilli  car très bien entretenu par les propriétaires.

28

30

31

37

Dans les années 1960, l’ architecte François  Spoerry imagine un lieu où amarrer son bateau devant chez soi  . Il créera une ville  privée de plus de 2.000   logements.

52

 J'ai été touchée par l'histoire racontée sur la première idée de cet ensemble. C'est pourquoi je la partage avec vous. On vient ici en touriste sans savoir la plupart du temps le pourquoi du comment.Et là, ce pourquoi a permis à un prisonnier de vivre et construire dans ses rêves.

 

60

 

      Port-Grimaud doit son origine  au rêve d'un   prisonnier. Pour tenir dans l'enfer de Dachau, où il fut déporté pour faits de résistance, François Spoerry s'évadait en songeant aux méandres des antiques citées lacustres phéniciennes. Passionné de mer, ce jeune architecte mulhousien rêvait depuis ses études d'un lieu où il  pourrait  amarrer un bateau devant son salon pour dissoudre les frontières  entre terre et mer. Dans la froideur des baraquements allemands, il réincarne les anciens  villages, en conçoit chaque trait, dessine  les canaux, imagine une architecture empruntée aux figures de style traditionnelles, éclaire les façades de   couleurs  solaires, tord le  fer forgé des balustres, flanque les places de fontaines et d'ombres végétales... Reste à en  trouver l'emplacement. A la fin des  années 1950, Brigitte Bardot a popularisé le golfe de Saint-Tropez en s'installant à la Madrague. Sur la  Côte  d'Azur, où prospecte Spoerry, le prix des  terrains a flambé et ils sont de plus en plus rares en bord  de mer. Mais un marécage infesté de moustiques ne trouve pas preneur. Le site est  idéal pour les  projets de l'architecte, lové  au fond  d'une rade protectrice avec son    accès routier en retrait du bord de mer. Pour une bouchée de pain, il emporte les 30 hectares de cette «     petite Camargue   », comme l'ont baptisée les pêcheurs et, après trois ans de négociations obstinées avec la municipalité de Grimaud, il arrache un permis de construire.   (sources Internet)

49

Alors, voyez-vous parfois on se fait de drôles d'idées en voyant se construire certaines choses qui nous dépassent et pas toujours comme on les aime. Non, je vous assure, cette première balade m'a réconciliée avec les idées que l'on peut se faire.

63

le but de nos vacances était de visiter les vieux villages des environs et croyez-moi nous n'avons pas été déçus. Même Myrtille était de la partie. Donc l'après-midi, direction le vieux village de Grimaud. Un village magnifique où les maisons sont bien entretenues, dominé par les ruines d'un château féodal.

104

 

L'histoire du château est indissociable de celle du village. Commençons par signaler que la présence de l'homme aux alentours remonte à 5.000 ans avant J-C et devint plus importante à la fin de l'âge de bronze (dolmen et menhirs).
Si les romains se firent assez discrets, les Phocéens de Marseille trouvèrent l'endroit si charmant qu'ils y fondèrent une colonie : Athénopolis.

Mais c'est le Moyen Age qui marqua le réel essor de la région qui s'appelait alors le Freinet (ou Fraxinet), principalement après la fuite des sarrasins implantés là aux VIIIème et Xème siècles. On vit notamment des chapelles et églises pousser comme des champignons (N-D de la Queste, chapelles des Pénitents et Saint Roch, églises St Michel et St Pons,...).          (sources Internet)

68

72

91

94

Tout en nous promenant dans ses ruelles escarpées, nous avons fait, plusieurs belles rencontres.

69

la première avec une galerie d'Art, aux tableaux superbes pas tout à fait pour notre bourse, mais avec le plaisir gratuit d'admirer et de parler avec le propriétaire, un passionné qui nous a fait partager les détails de certaines oeuvres, la technique ainsi que celle des sculptures présentes. Merci Monsieur l'inconnu pour votre gentillesse et votre savoir.

98

100

La seconde rencontre, trois gamins du village, que nous avons croisé sans arrêt à chaque détour des ruelles et dans les ruines du château. Super gentils, fiers de poser, convaincus qu'ils allaient faire la une des journaux, vous savez j'ai l'air d'un paparazzi quand je me déplace avec mon gros appareil pendu à mon cou. Des enfants joyeux, turbulents, pour les lesquels ce vieux village n'a plus de secrets ; bien loin de ceux qui préfèrent passer leurs journées devant un écran. Cela fait plaisir qu'il y ait encore des enfants qui se tricotent des souvenirs pour leurs vieux jours lointains. Eux aussi, m'ont touchée.

112

114

Je vous assure, une première journée bien réussie.

A bientôt pour la suite de nos vacances.....................

Posté par manouedith à 18:46 - Commentaires [6] - Permalien [#]

18 septembre 2017

Ah ! les blogs et les réseaux sociaux.

 

Blogs et réseaux sociaux c'est incroyable comme ils ont des impacts sur nos vies. Dans quelques jours cela fera 11 ans que j'ai créé le mien. Depuis le début beaucoup s'en sont allés. D'autres ont décrochés, sont revenus, certaines ne fréquentent plus les blogs des autres, mais ont gardé le leur même si elle ne laissent plus de nouveaux billets. Mais c'est bien on a l'impression qu'elles sont toujours là et qu'elles font encore parti de la famille.

7

Pendant des années, j'ai suivi Liath, je dirai même pendant 11 ans. Elle s'est arrêtée plusieurs fois et à chaque fois elle est revenue, même si parfois une année de silence lui a fait du bien. Pour moi, c'est toujours avec plaisir que je la retrouve chaque lundi. D'autres préfèrent Facebook, pas moi, même si je m'y trouve. Depuis un certain temps,  je suis moins présente, je ne vais plus que discrètement sur ceux qui faisaient parti du noyau que je suivais, je commente de moins en moins. Mais si nous ne rendons plus visite aux autres, il ne faut pas se plaindre de ne plus avoir autant de commentaires. Le nombre de commentaires ne m'a  jamais influencée. Partager c'est ce qui a toujours été ma locomotive. Au début comme beaucoup je montrai mes travaux manuels, maintenant avec de l'arthrose dans les mains, j'ai abandonné cette activité. Je vous ai fait partager nos vacances, nos croisières et les pays que nous rencontrions. Je vous ai raconté beaucoup de choses de ma vie tout en préservant mon jardin secret. J'ai partagé avec vous en même temps ma passion pour la photo et aussi  mes jolies tables, là aussi, les années passant nous recevons beaucoup moins et l'occasion de faire une belle table comme je les aime se raréfie

67

Depuis 18 mois, j'ai trouvé un autre support pour montrer mes plus jolies photos, sans avoir à les détailler "Instragram", je consacre cet échange et se partage uniquement à la beauté des lieux rencontrés et des choses, car la beauté est partout il suffit de savoir la regarder. Je m'abonne aux partages des autres qui correspondent à ce que j'aime comme la décoration, les belles photos, la nature, les voyages ; enfin vous aurez compris uniquement du beau, du raffiné, de l'élégant. Une place est également réservée aux spitzs nains ce qui m'a aidé pour l'arrivée de Mademoiselle Myrtille ; Igor a lui aussi sa place. Mais pour tout ça pas besoin de raconter de blablater. Les années se suivent et ne se ressemblent plus. Alimenter  un blog c'est beaucoup de travail, j'ai déjà ceux sur la généalogie auxquels je tiens, car ils servent aussi à retrouver des membres familiaux que je ne connaissais pas.

160

Oui, vous ne pouvez pas vous imaginer l'impact des réseaux sociaux de ce genre. Les blogs, ce n'est pas parce que vous n'avez pas de nombreux commentaires que vous n'avez pas beaucoup de visiteurs, détrompez-vous. Mais derrière, quand vous consultez vos statistiques de fréquentations, c'est tout autre chose, j'ai des jours ou je culmine à 1500 visiteurs, pas du tout pour les derniers billets. Ce matin, par exemple, une personne m'a contactée sur un billet de 2011. Je parlais d'une personne en particulier que j'avais connue en pension il y a 63 ans et qui avait une histoire peu banale que je n'ai pas racontée simplement j'ai donné son nom et croyez moi 63 ans après elle est passée par ici et elle a lu mon billet et sa jeunesse est revenue, elle a fait toute sa vie de femme en Angleterre, nous avons échangé nos numéros de téléhone et nous allons renouer je ne dis pas que cela sera pour toujours, mais c'est sympa de savoir ce que sont devenus les gens qui sont passés un jour dans notre vie et qui parfois comme là, c'est le cas,  ont partagé des instants de leur vie avec nous.

26b

 

Elle n'est pas la seule, depuis 11 ans, j'ai été contactée souvent, à chaque fois des gens heureux de ne pas avoir été oubliés. J'ai même eu un jour un Monsieur dont le papa avait été un de mes professeurs de généalogie dans les années 1980, très content d'entendre parler de son papa, il m'a écrit pour me donner de ses nouvelles et en me disant qu'il allait lui montrer mon billet, car dans la maison de retraite où il se trouvait cela allait lui faire du bien. Une autre fois, un jeune homme habitant le Connecticut était fier que je parle du château de ses grands-parents dans lequel il avait passé de si belles vacances quand il étit enfant il y avait très longtemps. Je ne peux pas tous vous les énumérer, mais voyez-vous rien ne se perd sur Internet. Une seule fois j'ai eu un désagrément avec un acqueur qui avait volé une de mes photos de Théma pour se mettre sur un site de rencontre et montrer qu'il avait un beau petit fils. Ce sont les désagréments de l'exposition ; mais à notre époque qui n'est pas sur Internet ? C'est très rare, car même si vous croyez ne pas l'être je vous mets au défi de ne pas vous y trouver. Bon, c'est vrai j'ai une vraie âme de détective et je retrouve presque tout ce que je veux. Votre métier par exemple, l'endroit où vous travaillez bien souvent s'y trouve, il suffit de savoir chercher. C'est maintenant une chose banale et vous n'y pouvez absolument rien, donc maîtrisez ce que vous mettez et ce que vous dites,  c'est tout.

153

Mais voyez vous c'est aussi super sympa, la semaine prochaine je dois rencontrer deux personnes avec lesquelles j'échange depuis 11 ans et que je ne connais pas, mais ça me fait plaisir car sans se connaître nous avons beaucoup de goûts en commun. J'aime écrire, alors pour moi c'est ma façon de partager avec la terre entière ou presque.

175

 

Posté par manouedith à 17:21 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 août 2017

Une quinzaine de repos bien rempli quand même.

Beaucoup plus calme cette semaine. Notre train train est re parti. Il fait encore très beau, donc nous sortons, souvent en fin d'après midi, car pour faire des photos c'est mieux. Et des beaux endroits, cela ne manquent pas dans notre région.

1

 Voici, le château du Grand Mécoras, ou château de Grand Mercoras, est une ancienne maison forte du XIVe siècle, au Moyen Âge centre de la seigneurie de Mécoras, qui se dresse sur la commune de Ruffieux, une commune française, dans le département de Savoie en région Auvergne-Rhône-Alpes. Mais vous savez la Savoie est à 8 kilomètres de chez nous, la Haute Savoie à 12 kilomètres et l'Isère à une vingtaine

7

Plus loin, nous arrivons à Seyssel (Haute Savoie). Avec son pont ancien qui enjambe le Rhône  et de l'autre côté nous sommes à Seyssel dans l'Ain. Nous prenons les petites routes pour atteindre le col de la biche, afin de nous retrouver dans notre vallée. C'est comme ça dans les régions montagneuses, il faut à chaque fois gravir un col pour changer de vallée.

12

13

 

 Petit arrêt dans un des villages au-dessus de chez moi Champagne en Valromey, pas loin, où Brillat Savarin, possédait une jolie gentilhommière Jean Antelme (sur son acte de naissance que j'ai consulté il n'y a pas de H à son prénom) Brillat-Savarin, né le 1er avril 1755 à Belley et mort le 2 février 1826 à Paris, avocat et magistrat de profession, est un gastronome et un auteur culinaire français, auteur. C'est dans ce village que chaque semaine nous allons au marché. 

 

Résultat de recherche d'images pour "maison de brillat savarin champagne en valromey"

29

Une fin d'après-midi à Chanaz, ce n'est pas mal non plus ; surtout que cette année il y a du nouveau. A chaque fois, nous ne manquons jamais d'emmener nos invités au moulin à huile de noisettes.

 

46

 c'est un plaisir de redescendre le village en admirant les jolies ruelles et maisons moyenâgeuses ; avant, seul un magasin d'objets artisanaux agrémentait le village. Maintenant une petite ruelle est consacrée à plusieurs artisans. D'une boutique à l'autre nous pouvons trouver des souvenirs qui sont faits sur place. Mais, cette année une jolie surprise. Une des artistes du village s'est faite construire une péniche en Bretagne. Arrivée en convoi exceptionnel par la route jusqu'au canal de Savière pour y être amarrée. Et là, une jolie boutique uniquement avec ses oeuvres qui sont de jolies poteries agrémentées de ses "sales gosses" mais aussi des peintures modernes très originales. Et l'on a même la chance de la voir décorer : assiettes, bols, pichets et autre.

52

53

Comme une bonne nouvelle n'arrive pas seule. Il manquait un brocanteur. C'est chose faite, vous en trouverez un dans la dernière petite rue au bout du village ; installé dans plusieurs bâtiments très anciens, vous pourrez y trouver beaucoup d'objets de la première moitié du XXème siècle.

34

35

41

Beaucoup de brocanteurs ont fermés dans notre région et pourtant 3 se sont ouverts cette année dans un rayon de 20 kilomètres à peine ! Je leur souhaite beaucoup d'acheteurs et de visiteurs.

9

Petit mari a expérimenté une nouvelle sortie en canoë ; il a descendu le Rhône jusque Belley où je suis allée le rechercher. Pendant ce temps, je me suis reposée dans un endroit magnifique au bord de l'eau.

7

11

Et nous avons terminé la semaine par une visite inattendue. Durant l'été, nous sommes allés plusieurs fois dans la Dombe à Chatillon sur Chalaronne. En rentrant, nous nous sommes détournée un peu en empruntant la route des étangs, et là, en plein champ au milieu de nulle part, une Abbaye de la fin du XIXème siècle construite pour des moines cisterciens et occupé maintenant par la Congrégation du Chemin Neuf tout comme l'Abbaye de Hautecombe, celle-ci c'est l'Abbaye Notre Dame des Dombes.

4

1

2

Alors voyez-vous, nos balades continuent mais malgré tout, nous sommes reposés des fatigues des deux derniers mois. Les plus lourdes fatigues ont été celles qui n'étaient pas d'ordre physiques !

Pour terminer ; carnet rose. Mon premier arrière petit enfant est née avec 15 jours d'avance. "Linoa" 4kg et 7 grammes !  D'après la photo que j'ai reçue elle a de très belles joues. Mon petit fils Yannick est sur un nuage ; quant à  la maman heureuse, elle se repose. Nous irons les voir pendant le mois de septembre.

 

Ce billet ne remportera certainement pas le même nombre de visites que les deux derniers  qui ont eu plusieurs  jours de pointe à 1500 visiteurs. Ce qui m'a valu une mise à l'honneur par canalblog. Dommage très peu laissent des commentaires. Parfois, certains sujets parlent à beaucoup de monde. D'autres beaucoup moins !

Résultat de recherche d'images pour "bébé joufflue"

19 août 2017

La pièce rapportée

 

 

Quelques jours encore et le mois d’août sera terminé. Encore un de passé !

C’est l’heure des bilans. Que pouvons nous en dire ?

Bilan : Un peu mitigé.

 

Pas facile parfois de recevoir la famille de notre conjoint. Pourtant, je pense avoir mis beaucoup d’eau dans mon vin. Revenons à la source :

Quand les parents se séparent et que les enfants sont adultes, c’est encore moins simple que quand les enfants sont jeunes.

Au gré des visites imposées les enfants petits ou plus grands ont le temps de s’apprivoiser avec le nouveau recru, et apprendre à s’aimer et se respecter.

 

Quand ils sont adultes, c’est une autre chanson beaucoup plus difficile. Souvent, ils ne comprennent pas pourquoi l’édifice familial s’est écroulé après tant d’années ? Et que leurs parents changent de route et osent prendre de nouveaux chemins c’est tout simplement impossible et quand ils refont un autre foyer ailleurs et que la famille se multiplie ça se complique.

 L’habitude, la monotonie des jours les ont fait s’installer dans un confort plus ou moins réel ; les choses ne doivent pas changer, peu importe si l’intérieur est lézardé cela ne se voit pas et cela rassure.

 35

 

Alors, quand au coin d’une rue on rencontre l’un de ses parents, la main dans la main avec une autre personne, on tombe de haut et l’on fait tout pour ne pas être aperçu, comme si nous étions coupable. La désillusion est terrible. On est déstabilisé, on souffre, mais bien vite on enfouit l’image au plus profond de soi. Si rien ne se passe, on la chasse et l’on ne dit rien. Mais un jour les parents prennent une décision irrémédiable et là, tout s’enclenche et le roc fort de la famille est cassé. Il va falloir faire avec et apprendre une autre vie.

 

12

C’est là, que tout devient plus difficile pour les uns et les autres. Pensons un peu à la pièce rapportée qui doit se fondre dans la famille avec pour elle aussi toutes ces différences et sa maturité. Croyez-moi, ce n’est pas simple du tout.

 

10

Au début, on essaie de faire plaisir aux uns et aux autres, même si parfois on se rend compte qu’ils ne partagent pas toujours les mêmes valeurs que nous ; c’est normal ils n’ont pas été éduqués de la même façon ; les principes des uns ne sont pas toujours ceux des autres. Une drôle de gymnastique intérieure pour rendre les choses vivables. Mais le plus important, c’est de rendre son conjoint heureux, que toutes ces divergences se fondent dans l’ensemble et surtout que notre nouveau bonheur ne s’effrite pas.

 

15

Les mois, les années passent, on s’éloigne un peu et on essaie le plus possible de vivre avec ces familles recomposées du mieux que nous pouvons et on essaie de ne pas faire trop de différences avec sa propre famille. Pour être équitable, on invite les uns et les autres. Pourtant ce serait tellement plus simple si nous pouvions inviter tout le monde ensemble, c’est impossible par la configuration des lieux mais surtout par les différences des uns et des autres, trop évidentes pour que ces rencontrent soient sereines. Alors on se voit moins.

 45

 

Quand 4 ans se passe, sans que l’un ait revu un de ses enfants, on est gonflé à bloc pour faire plaisir à sa moitié et s’arranger pour que tout se passe bien. C’est sans compter sur ceux qui arrivent, car eux viennent chez leur père ou chez leur mère, le conjoint est accessoire.

 31

 

Comme tout le monde se retrouve autour de la table pour des moments soit disant conviviaux ; des silences s’installent. Les hôtes eux, essaient et se creusent la cervelle pour engager des conversations et s’intéresser à chacun d’eux Les invités répondent mais n’animent pas la conversation et même parfois se lèvent et changent de pièces On dépose les reliquats de la table dans la cuisine et l’on part s’occuper d’autre chose Je n’oserai pas dire : direct sur les téléphones portables, car vous penseriez que je fais une fixation Alors qu’après tant d’années il y aurait certainement beaucoup de choses à se raconter

 

47

 De cette façon, les moments inévitables ou tout le monde est ensemble semblent très lourds aux hôtes et beaucoup de solitude pendnt la préparation des repas. En revanche, loin des obligations, on s’amuse, on ricane, on chahute entre soi ; on arrive même à singer celui ou celle que l’on apprécie moyennement en pensant qu’il ou elle ne vous voit pas et quand l’indésirable pour une raison quelconque ne se mêle pas à une sortie on fait exploser sa joie croyant ne pas être remarqué Je ne parle même pas de la photo souvenir, on évite le plus possible de photographier la pièce rapportée, on le fait vraiment quand on ne peut pas faire autrement

 50

 

Le dernier jour arrive Tout le monde a passé de bonnes vacances, formidable, la pension de famille était à la hauteur C’était chouette les vacances chez maman ou chez papa Cela aurait été parfait si l’intrus n’y était pas !

 

52

 

Ne vous méprenez pas, toute, ressemblance avec des situations réelles ou avec des personnes existantes ou ayant existé, ne saurait être que fortuite

 

 

Posté par manouedith à 12:16 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,


06 août 2017

Les vacanciers ça continue

 

Après les demoiselles au caractère incompatible avec mes principes. Quoi que, surtout pour Mademoiselle Héloïse.

88

Mon Prince est arrivé, quelques jours. Pour lui changement de programme un enfant de 8 ans très intelligent et s'intéressant à tout, tenant des conversations digne d'un plus grand. Curieux de tout. Il n'était pas question de rester à la maison, nous l'avons récupéré à 8 heures à l'aéroport ce qui nous avait fait lever à 5 heures du matin (lui aussi du reste, mais à Renescure pour prendre son avion à Lille) ; nous avons embrayé tout de suite par le parc des Oiseaux,

20

Mais il y a eu ausi durant la semaine de l'acrobranche, la visite d'une apothicairerie, d'un musée du chemin de fer et bien d'autres choses. J'ose avouer que nous étions un peu sur les genoux, petit Mari s'est creusé la cervelle pour lui apprendre à faire des tours de magie 

3

31

38

Re déposé à Pralognan le dimanche suivant,  où les parents sont en vacances, une journée pour nous reposer ou plutot remettre chambres et intendance en ordre pour les suivants Le Mercredi matin arrivaient une des filles de Petit Mari avec sa fille de 18 ans et son petit copain.

108

D'autres activités, plage et canoë dans un premier temps, mais aussi visite de grottes et les 15 jours ne sont pas terminés, encore de nombreuses sorties en prévision, je ne parle pas des repas ; petit mari sature un peu, je mets la main à la pâte malgré tout. Car tout ce petit monde est en vacances, parfois on arrive à déléguer. Mais tout ça dans la bonne humeur. Séjour un peu fatiguant parce que nous cumulons depuis le début juin, mais néanmoins très agréable.

36

45

88

J'adore les journées plages car pendant ce temps, je fais des photos et même parfois je m'amuse un peu, j'observe ceux qui m'entourent. Certains m'émeuvent, comme ce couple d'un âge certain très attendrissant.

07

Ceux-là, plus jeunes avec l'avenir devant eux.

010

que sera leur vie ? Mais au moins ils auront certains souvenirs de l'instant qui passe.

132

Ceux là, posent pour un photogrphe dans un décor fleuri et en toile de fond une ruine derrière eux, qui donnera un cachet romantique à la photo.

Et cette mamie, bienveillante avec son petit fils Elle, regarde au loin et imagine son petit quand il sera grand Quant au petit bonhomme bien sage il est plongé dans un livre, personne ne le dérange ; quant au petit chien, il me surveille et ne peut rien dire

011a

Et maintenant un peu d'Humour et de légèreté

01

 avec cette jeune beauté, qui a certainement complètement oubliée qu'elle avait un maillot de bain super sexy et que certaines attitudes pour rentrer dans l'eau peuvent être troublantes pour les gens derrière elle assis sur la plage.

001

je terminerai donc aujourd'hui, par cette vue surprenante  qui pourrait être coquine.

Un peu d'humour ne fait pas de mal n'est-ce-pas ?

 

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 juillet 2017

Des vacanciers pénibles pour des grands-parents sympas.

 

 

Une très bonne thérapie. Quand quelque chose vous a fait souffrir, n’ayez pas peur de l'écrire, cela fait un bien fou. Raconter et lire ce sont deux choses différentes, on ressent beaucoup plus la sensibilité des personnes. et on comprend mieux les faits relatés. 

 Je n’ai jamais passé une période de vacances aussi désagréable que celle-ci.

3

avant que ne commence le film ! 

L’année dernière, j’avais dit c’est fini, je ne prends plus de petits enfants en vacances. Fatigue, perturbation de notre rythme de vie, beaucoup de kilomètres, choisir à chaque fois des activités pour les distraire. Et pourtant j’aime mes petits enfants. Je ne me vois pas vieillir, je suis très active et prête à remuer des montagnes pour leur faire aimer la vie qui les entoure, leur faire découvrir de jolis endroits, essayer de parler avec eux, transmettre mes connaissances. C’est pour cela que cette année quand Thaïs m’a demandée de venir, je me suis empressée d’inviter sa cousine sa presque jumelle.

5

Ressentant un tel mal être en redonnant la dernière petite fille vendredi soir, que je me suis remise en question et j’ai essayé d’analyser le pourquoi des choses. Trop facile de se cacher derrière la crise de l’adolescence, belle façon pour les parents  d’accepter les désagréments de cette période et de ne pas se remettre en question. Je veux bien reconnaître que l’adolescence est un mélange d’hormones qui doivent se mettre dans le bon sens. Néanmoins quand la base des bonnes manières n’a pas été apprise ou négligée, et que les parents sont laxistes, il y a quand même un problème.  L’adolescence ne se cache pas si facilement derrière tout. J’ai entendu dire aussi qu’il n’y avait pas que l’éducation mais le caractère de l’enfant. Oui c’est vrai, mais comme l’enfant ou les enfants sont encore chez les parents, c’est à eux de les recadrer quand l’adolescent manque à ce qu’il leur ont appris : ce qu'il se fait et ce qu’il ne doit pas se faire. C’est pourquoi, je me retranche toujours sur l’éducation.

3

Sur deux petites filles de 14 ans (trois mois les sépare) voici le bilan que j’essaie de comprendre. 

Héloïse :

1

 

 1)     se lève rarement avant 11h30 et même midi. Deux fois à 10 h. (ne lui a-t-on pas appris qu’en communauté il y a des règles à respecter ?) C’est vrai qu’en regardant l’historique du téléphone portable le dernier SMS était à 23h passé.

2)     A fait la gu…. Tous les jours et elle répond sans arrêt.

3)     Pendu sur son téléphone portable (sauf à table et encore) toute la journée, même pendant les activités qui nécessitent pas l’emploi de ses mains ou de ses jambes.

4)     N’’a jamais faim à table aux heures de repas.

5)     Ne veut jamais se faire prendre en photo, alors que je voulais leur faire un album sur leur vacances, bon je peux comprendre beaucoup de jeunes ont une période ou ils n’aiment pa ça, mais quand même par gentillesse pour faire plaisir à sa grand-mère qui est tellement passionnée de photos (et croyez moi elle n’en abuse pas), peut être qu’un effort aurait été le bienvenu.

6)     En dehors des activités à l’extérieur elle n’est jamais dans les pièces communes, toujours enfermée allongée à travers de son lit (fait ou pas fait)

7)     Conteste tout, un jour de canicule nous avions choisi d’aller au cinéma, impossible de choisir ensemble un film, tous les choix de sa cousine étaient invalidés.

8)     Elle met la table quand on lui demande en traînant les pieds, quand elle a terminé, elle débarrasse son assiette et ses couverts. Sinon aucune aide autre, elle ne se propose pas.

9)     Les ¾ du temps laisse tomber sa cousine.

10)                        Pour aller fermer une fenêtre dans sa chambre il faut souvent enjamber ses affaires.

 

Bilan de ces 10 jours à la maison : Aucune sociabilité, manque de respect, n’est plus la petite Héloïse que j’aimais avoir le mercredi.

7

 

6

 

8

Thaïs :

 

53

 

1)     Veut toujours avoir raison et avoir le dernier mot.

2)     Dans une discussion cherche sans arrêt à vouloir donner une excuse et défend les autres même s’il s’avère avec preuves à l’appui qu’ils ont torts.

3)     Reprends sa grand-mère sans arrêt même si elle fait une faute de français.

 10

Sinon, très agréable, sourit tout le temps. Fait son lit chaque jour, range sa chambre plus ou moins. Aide et se propose pour tout. Dit toujours merci. Peu sur son téléphone portable car peu d’amis en métropole (elle vient de passer 3 ans à la Guadeloupe). Se trouve souvent sur son ordinateur à regarder un film, mais ce qui change tout, c’est qu’elle se trouve toujours dans la pièce où nous sommes, avec ses écouteurs soit, mais sa non présence ne se sent pas. Et nous répondant toujours sans agressivité si nous la dérangeons pendant son film. Essaie de dialoguer avec nous et de s’intéresser.  Mange de tout ou presque et mange beaucoup.

47

46

Quant à nous grands-parents que leur avons-nous apporté ?

4

 

10

Notre disponibilité, nous avons changé nos habitudes, par exemple nous ne dînons plus beaucoup le soir. Petit mari le préposé à la cuisine s’est décarcassé pour chaque soir leur faire un dîner convenable. Je me suis creusée la tête pour leur trouver des activités tous les jours et surtout en rapport avec leur âge, sans compter le coût de celles-ci et souvent glaces à l'extérieur au goûter. Petite anecdote parmi les activités, j’en avais trouvé une qui ne pouvait que leur plaire, une séance pour apprendre à se maquiller chez Yves Rocher avec petits billets pour accompagner. En sortant elles étaient mignonnes il n’y avait pas d’excès, j’ai voulu prendre en photo Héloïse pour montrer à sa maman, nous étions attablés chez le glacier (il y avait du monde), elle n’a jamais voulu et se cachait la figure derrière les mains, alors je pense là, par exemple si on lui avait appris à faire plaisir aux autres dans certains cas.  Sa grand-mère était tellement contente d’avoir proposé cette séance afin qu’elles ne fassent pas d’erreurs quand elles se maquilleront, car se maquiller c’est très féminin et elles aiment. Eh ! bien je peux vous dire que j’avais la larme à l’œil et j’ai été très déçue.

 9

 

 Revenons à l’utilisation de ce fameux téléphone portable qui m’indispose tellement par la façon dont on s’en sert. Si à mon époque il y avait eu cet outil, j’aurais appris à mes enfants, que c’était un outil formidable qu’il fallait savoir s’en servir, mais qu’il y avait des règles à respecter et que cela n’excluait pas  les bonnes manières du savoir vivre quand on s’en servait quand on n’était pas seul. Trop facile de se cacher derrière l’adolescence de ses enfants et rabacher sans arrêt aux grands-parents : oui mais, de votre temps il n’y en avait pas donc vous ne pouvez pas comprendre etc.…. S’ il y en avait eu, j’aurais fait appliquer des règles d’éducation, et ne pas s’en servir à tout bout de champ quand on est en société, parler doucement respecter ceux qui sont à côté de soi, ne pas s’en servir quand en groupe on fait une activité,  etc… Enfin tout ce  qui semble  paraître ringard à beaucoup de 30/50 ans. Etre bien élevé et respecter les autres ne sera jamais ringard. Et il faut arrêter de prendre les plus de 60 ans pour des gens inaptes à comprendre les outils modernes qui nous entourent. Ces derniers doivent être entourés par l’éducation quoi qu’on en dise et ça, c’est le rôle des parents : c’est pourquoi je parle souvent d’éducation.

 28

 

 Je suis désolée, j’aime mes enfants et mes petits enfants, mais si je ne suis pas d’accord  je n’approuve pas tout ce qu’ils font. Que les uns et les autres n’oublient pas le respect des anciens. Si nous, nous devons nous adapter à eux, qu’eux s’adaptent à nous.

 Alors voilà pourquoi j’ai passé de très mauvais moments pendant ces 12 jours.

 

50

 

Activités proposées et effectuées :

 

Mardi 11 juillet : Cinéma, 2 parties de bowling

Mercredi 12 juillet : Grottes de Choranche dans l’Isère.

Jeudi 13 juillet : accro branche à Hauteville

Vendredi 14 juillet : Repos, le soir feu d’artifice avec Marie et Jérémy

Samedi 15 juillet : direction Pralognan la Vanoise

Dimanche 16 juillet : toute la matinée Via Ferrata avec moniteur

Lundi 17 juillet :  Yves Rocher et galerie marchande de Champnord, glacier

Mardi 18 juillet : Héloïse repart, pour nous repos.

Mercredi 19 juillet Abbaye de Hautecombe et Canoë avec petit mari, Fabrication du savon. Goûter au restaurant de l’Abbaye.

Jeudi 20 juillet : 1h1/2 de Segway à Annecy, altercation avec Thaïs.

Vendredi 21 juillet : Visite d’un moulin à papier « Moulin de la Tourne dans l’Isère. Visite d’un moulin à huile et départ de Thaïs le soir après dîner.

 60

 

Peut être que maintenant, certains comprendront mieux mon coup de G….. Ecrire les choses, croyez moi cela fait du bien car j’oubliais de vous dire depuis jeudi, suite à l’altercation et certainement au stress de ces 12 jours, je ne me sens pas bien du tout, j’ai un point du côté gauche, comme quand je suis stressée et ce matin je me sens vidée des pieds à la tête.

Si j'ai voulu raconter cette expérience c'est parce que je sais que mon blog est souvent lu et que beaucoup se reconnaîtront et que souvent eux se taisent et ne disent rien pour ne pas blesser. Moi, j'ai toujours dit en face ce que je ressentais que cela plaise ou non, ce n'est pas maintenant que je changerai.

 

Pour information :

Repas et conduite chaque jour, pour beaucoup à plus de 50 kms de la maison  : Petit Mari.

Intendance, préparation des activités, manutention du linge, entretien divers, organisation : Edith

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 juillet 2017

Vacances dans les Hautes Pyrénées - 3 - Le Pont d'Espagne et le lac de Gaube etc....

-          

Malgré le temps moyen, jeudi matin, nous sommes partis en montagne. Nous n’étions pas dans un si bel endroit, sans faire la route des cascades du côté de Cauterets et une sympathique marche jusqu’au Pont d’Espagne et le lac de Gaube. Souvent, en partant le matin, le temps est encore potable. Tout change dans l’après-midi. C’est par le télésiège et une petite marche d’une demi heure, sur un terrain plat, que le lac de Gaube est accessible. Nous étions censés voir le Vignemale, point culminant des Pyrénées françaises  3.298 m. Malheureusement les nuages nous en ont caché la vue.

3

5

10

 

16

 

31

 

52

 

60

 

Vendredi, l’escapade a été encore plus belle, plus longue mais aussi nous sommes rentrés sous la pluie. Direction Le Tourmalet dès 8 heures. Tout au long de la montée et jusqu’à la Mongie, d’où nous devions prendre deux téléphériques qui nous feraient accéder au Pic du Midi. Qu’elle a été notre surprise de rencontrer dans le village : vaches, moutons, ânes partout en liberté. Mais le plus surprenant, ce sont les lamas, une bonne cinquantaine squattant les parkings ou allongés sur la route ; avec obligation de les contourner car aucun n’a bougé. Nous avons slalomé entre eux pour passer. Quand j’ai questionné un commerçant, il m’a été répondu, que c’était normal car nous étions dans une zone pastorale.

2

3

6

12

 

18

24

27

 

55

Après avoir emprunté les téléphériques, nous avons débarqué sur l’esplanade de l’observatoire ou nous avons trouvé de la neige et une température de moins 4 ainsi que beaucoup de nuages. Un peu chère l’excursion pour si peu de temps, car nous sommes redescendus rapidement. Néanmoins c’était bien quand même.

41

43

44

47

 Le jour suivant malgré la pluie, nous sommes allés visiter l’église des Templiers du village mitoyen au nôtre : Luz Saint Sauveur. Une église du XIème siècle entourée d’un fortin imposant sur une jolie petite place entourée de belles maisons. Elle est appelé à tort « Eglise des Templiers » Ce sont des Hospitaliers de St. Jean de Jérusalem qui l’ont construite en 1200.

21

33

38

Dans le cimetière qui l’entoure de très vieilles tombes dont celle d’une petite fille prénommée Bernardine, morte en 1236. Sur l’inscription usée, on peut deviner : Ci-gît Bernardine de Doumet de Bat fille de Naramon de Barèges et de Madame Nahera 1236, dernière semaine d’avril. Gilles de Sère l’a fait.

34

 Au-dessus du caveau de la fillette, on peut découvrir en bon état un superbe tétra morphe peint du XVIème siècle. Le Christ est entouré de trois évangélistes : St. Luc (taureau) St. Marc (un lion) St. Mathieu (un ange) St. Jean (un aigle). Au-dessus du superbe portail de la façade nord on retrouve sur le tympan un autre tétra morphe sculpté dans la pierre. A l’intérieur une belle fresque peinte au dessus de l’autel.

 35

 Une autre découverte dans un autre genre, dans un des hameaux de Luz : SIA, sur une toute petite route à l’écart de celle qui mène à Gavarnie, dans une petite maison ancienne de la région. Francis, fait découvrir la fabrication de son célèbre gâteau à la broche. Sa recette paraît simple, c’est une pâte de quatre quart cuite au feu de bois de tilleul, déposée sur la broche avec une cuillère de bois, pas de louche ni de machine. Ce gâteau est parfumé à la compote de fruits confite. Enveloppé dans un linge, il se conserve un mois ; inutile de vous dire que chez nous, il n’a fait qu’une semaine et il a agrémenté nos petits déjeuners quotidiens.

 

1

4

6

9

11

 On peut assister chaque après-midi à son élaboration et même tourner soi-même la broche. Après des recherches, il semblerait qu’il se dégustait déjà au XVIIIème siècle à Tarbes et à Pau. Nous le retrouvons en Pologne, en Autriche et en Roumanie. Il se dit dans le village, que lors de l’inauguration en 1863, du pont Napoléon III ce gâteau fut confectionné et que l’architecte de l’ouvrage d’Art, un polonais, aurait emmené la recette dans son pays.

16

Voici donc la fin de nos vacances. Sur le chemin du retour, une dernière visite dans la citée de Carcassonne que je ne connaissais pas. Pour moi, c’est toujours un délice de pouvoir photographier de beaux paysages, de belles demeures et de riches architectures, afin de les partager avec les internautes qui suivent mon blog.

6

11

21

35

 

14 juillet 2017

Vacances dans les Hautes Pyrénées - 2 - "la côte atlantique"

Je ne connaissais pas Biarritz, Anglet et sa chambre d’amour, ni les jolis villages basques, si souvent décrit par ma fille Chrystel, qui chaque année s’y rendait avec son mari et ses enfants. De chez nous, quand nous devons aller sur la côte atlantique, il nous faut faire à chaque fois, entre 800 et 900 kilomètres. Alors, là il fallait profiter de notre proximité depuis les hautes Pyrénées, pour nous y rendre une journée entière.

12

 Avec l’autoroute, nous y sommes en moins de deux heures. En consultant la météo, il semblait que le meilleur jour c’était mercredi. C’est donc un peu avant 8 heures que nous avons pris place dans la voiture. Pas de pluie ou vraiment très peu pendant la journée, elle a commencé à nous importuner en fin d’après-midi et sur tout le trajet du retour. En revanche, des ciels noirs, bleu marine, de beaux ciels pour faire des photos. Une mer calme avec son va et vient incessant, des vagues comme il se doit dans cette région, pas encore beaucoup de monde et des surfeurs, « beaux comme des Dieux ».

7

 C’est donc à Anglet que nous nous sommes arrêtés en premier. Mon Dieu, que la mer était belle. Depuis que nous habitons la montagne, elle me manque beaucoup. Nous habitons à 364 kilomètres de la première plage.

Nous allons quelques fois sur la méditerranée, mais ce n’est jamais pareil à l’océan, qui bouge sans arrêt et qui forme de jolies vagues. J’avoue, j’y serais restée à rêver plus longtemps si mon programme me l’avait permis. Nous avons déjeuné au bord de la plage de la chambre d’amour.

3

 La légende de la chambre d’amour, raconte que dans les temps lointains, Laorens pauvre et orphelin et Saubade fille d’un riche cultivateur s’aimaient et se retrouvaient en cachette dans cette grotte sans que leurs parents le sachent. Grâce à cette légende et à la nouvelle mode des bains de mer qui arrive à partir de 1828, la plage devient un des hauts lieux de visite et de promenade de la région. Ayant toujours été très romantique, j’avais aimé cette légende dès mon adolescence. Je me suis rendu compte qu’elle était de moins en moins connue par les jeunes générations. Je me souviens des cartes postales des années 1960 que l’on ne manquait pas d’envoyer à sa dulcinée quand on passait par là. J’ai cherché à la devanture des boutiques de la plage, je n’en ai trouvé aucune racontant la légende. Les temps changent et le romantisme est bien loin du cœur de nos adolescents. Petit regret de nostalgie pour la grand-mère que je suis.

0 la grotte de la chambre d'amour

Après le repas, nous sommes allés prendre le café à l’hôtel du Palais. Le café s’est transformé en délicieux chocolat Eugénie. Beaucoup de personnes n’osent pas pousser la porte de ces palaces. Moi, au contraire à chaque fois que j’en croise un, je rentre pour avoir le plaisir de déguster une boisson, qui ne coûte pas beaucoup plus cher que dans un café ordinaire. Notre chocolat était copieux l’équivalent de deux tasses chacun, du fait maison avec de vraies barres de chocolat, le tout accompagné d’une assiette de mignardises, tout aussi délicieuses. Petite fantaisie que je peux me payer, alors que je ne pourrais pas me payer un séjour d’une seule nuit  dans cet endroit. Sans compter que l’environnement est superbe et nous pouvons y rester un bon moment et ça fait du bien. Alors, osez, vous avez le droit et bannissez la phrase clef que j’ai si souvent entendue : « Ce n’est pas pour moi !!! » Petit mari au début était réticent à cause de Myrtille. Myrtille est une demoiselle bien élevée, elle est restée dans son sac à nos pieds et elle n’a pas bougé.

 

53

59

61

68

75

Ce délicieux moment savouré, nous avons repris la route pour nous rendre dans un endroit dont je rêvais depuis longtemps : « l’Arnaga »

 Une jolie maison basque entourée d’un jardin remarquable, éclairé par des centaines d’hortensias rose et bleus, de toute beauté. A cette époque de l’année, ils étaient à l’apogée de leur floraison. Cette belle propriété est celle d’Edmond Rostand et de son épouse Rosemonde Gérard, la poétesse de la fin du XIXème siècle et du début du XXème. Vous souvenez-vous du poème :

87 cambo 2

88

91

96

 

L’éternelle chanson :

 

Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille….

 

C’est vrai, nous serons vieux, très vieux, faiblis par l’âge,

Mais plus fort chaque jour je serrerai ta main

Car vois-tu chaque jour je t’aime davantage,

Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain.

112

 Si j’ai voulu aller visiter cette maison. C’est pour une raison personnelle. Pendant 20 ans, j’ai habité    le parc du château où, enfant elle venait passer ses vacances chez son grand-père le Maréchal Gérard ; le fidèle Maréchal de Napoléon Bonaparte. Dans cette visite, pour moi il y avait un petit plus auquel je ne suis pas restée insensible. Néanmoins, vous le savez, j’aime aussi visiter les lieux d’exception et celui-ci est une belle découverte.

 103

Ensuite, sur les pas de ma fille Chrystel, nous nous sommes arrêtés malgré la pluie dans un joli village basque inscrit parmi les plus beaux : AÏNHOA, sur les chemins de Saint Jacques de Compostelle à la limite de la province du Labourd et de la Navare, à quelques encablures d’un autre village célèbre : Espelette, ce village est composé d’une seule rue unique ou les façades blanches et rouges rendent l’endroit exceptionnel.

1

2

4

7

18

 

 

 

Après cette belle journée, riche en jolies découvertes nous avons repris la route sous la pluie pour regagner notre village de Bigorre.

 

Demain sera un autre jour…..

 

                                                                                                           

Posté par manouedith à 01:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07 juillet 2017

Vacances dans les Hautes Pyrénées juin 2017 - 1 -

C’est encore avec « Troc Maison », que nous avons pris notre seconde semaine de vacances. Malheureusement le destin, a voulu que cette dernière semaine du mois de juin soit arrosée pratiquement dans toute la France. Plus judicieux,  nos hôtes ont choisi la semaine suivante pour se rendre à Pralognan et pour eux c’était le grand soleil.

00000

Pour nous accueillir : Jurançon et Cake à la myrtille

 C'est dans les Hautes Pyrénées que nous avions décidé d’aller. Plus précisément au dessus de Lourdes, car j’avais à me rendre pour mes recherches généalogiques dans deux mairies de la région. Sur la route de Gavarnie, nous avons déposé nos valises à « Esquièze Sère, chez Jean-Claude et Annick dans une jolie grange transformée en une confortable habitation avec tout le confort.

0 Pont Napoléon

0000

Comme rien ne nous empêche de sortir quand nous sommes en vacances, le mauvais temps ne nous a pas fait peur. Ce jour là, nous avons choisi d’aller visiter le château de Pau, berceau de notre célèbre Henri IV et sa jolie ville. Dès notre arrivée, nous ne pouvions pas le manquer, puisqu’il trône sur un éperon rocheux au cœur de la ville, face à la chaîne des Pyrénées, surplombant le célèbre gave de Pau. Chez nous, dans les Alpes, les rivières descendant de la montagne, nous les appelons ; « dorons », ici ce sont des « gaves ». Mais tous les deux ont la même provenance, pour aller se jeter soit dans un fleuve ou dans la mer.

 1

60

66

Au milieu, un tableau représentant Henri IV jouant avec son fils. 

Notre Myrtille, nous a suivi partout ; elle trotte bien. Quand nous ne pouvons la faire entrer dans un Musée, elle nous attend bien sagement dans la voiture à l’ombre. Mais ce jour là, étant donné le temps, elle n’avait pas trop chaud. Quand le maître en a marre de la tenir en laisse, elle regagne son sac à dos sur le ventre de petit mari. Alors là, je peux vous assurer qu’il a beaucoup de succès, surtout auprès des asiatiques. Cela pourrait être également  je pense une bonne idée pour ceux qui veulent  draguer ! (Pas petit mari, ce n’est pas le genre, enfin devant moi …..)

102

En fin d’après midi, avant de rentrer, nous avons voulu aller voir à Gavarnie, l’endroit du départ des excursions vers le cirque du même nom ; je l’avais faite cette excursion à dos d’âne il y a environ 55 ans. J’avais très envie de la refaire à pied, je m’étais même muni de guettes, j’avais tellement peur de me faire mordre à nouveau par un serpent. J’avoue que je reste traumatisée par mon aventure de l’année dernière. Je n’aurai même pas eu à les sortir de leur emballage car le temps le lendemain était pourri. La balade sera pour une autre visite dans les Pyrénées.

130

Habitués à nos moyennes montagnes du Bugey ou à nos plus hauts sommets des Alpes quand nous allons à Pralognan, les Pyrénées, nous ont semblé différentes, la végétation n’est pas tout à fait la même. Mais elles sont tout aussi majestueuses et belles que nos montagnes.

129

Second jour : toujours aussi mauvais temps. Donc ce sera la matinée en mairies de Ségus et de Lourdes, afin d’essayer de découvrir pourquoi mes arrières grands-parents, tout d’un coup ont quitté Paris, pour vivre deux ans dans cette région et y faire deux enfants. Sans, semble-t-il y avoir une attache quelconque. Je repartirai tout aussi ignorante, car je n’ai rien trouvé me donnant la moindre réponse à cette énigme. En revanche, je suis repartie avec l’intime conviction que l’acte de naissance de mon père a été écrit par un secrétaire de mairie qui ne connaîssait pas la famille et que mon grand-père dit présent sur l’acte était certainement absent car la signature était celle de la personne qui avait rédigé l’acte. Il était instruit et savait lire et écrire, comme me le prouve différents autres actes. D’autres détails sont tout aussi étranges. Il faut donc que je creuse plus loin. Mais avec la ténacité qu’est la mienne, un jour j’aurai le fin mot de l’histoire.

 0 segus

2

 L’après-midi, nous avions prévu de nous rendre à la basilique Sainte Bernadette ainsi qu’à la grotte miraculeuse et au château, mais étant donné les orages qui se sont abattus sur la ville, c’est au château que nous nous sommes réfugiés. Je connaissais la grotte et la basilique ancienne, puisque j’y étais venue quand j’avais 17 ans. Ce voyage avec le pèlerinage de l’Oise, m’avait été offert par le Curé de Saint Just en Chaussée, le Père Louvet afin de me remercier pour avoir animé le patronage paroissial tout l’été, comme monitrice. A cette époque il ne fallait pas passer son BAFA et avoir un diplôme pour effectuer cette fonction dans un petite ville de province, rien n’était réglementé comme maintenant et je n’étais pas rémunéré. Entre parenthèse : beau souvenir que celui-là.

0 chateau de Lourdes

 5

6

8

 

 

A bientôt si vous avez aimé mon récit sur nos vacances, il y a encore plusieurs jours à vous faire partager avec une rencontre surprenante au Tourmalet.

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,