Manouedith et ses passions

17 octobre 2018

12 ans déjà ! Souvenirs - Le Temps qui passe l’an 2000 !

Dans quelques jours, il y aura 12 ans que j’ai ouvert mon blog. A l’époque, ce n’était pas spécialement à la mode. Les réseaux sociaux n’étaient pas ce qu’ils sont devenus. Nous étions au début de ces expositions personnelles et du partage avec la terre entière. Pendant 10 ans, j’ai été une blogueuse assidue. Chaque semaine, je ne manquais pas mon rendez-vous en vous racontant un peu de moi, tout en gardant une grande partie de mon intimité. J’ai partagé également, nos voyages et surtout mes photos. J’ai assouvi cette deuxième passion avec des centaines de clichés, mais à quoi serviraient-ils ? Si je ne vous en faisais pas profiter.

 

129 a

 

 Guilin (Chine)

 Depuis deux ans, je suis moins ponctuelle : certainement parce que je manque de sujets en dehors de nos vacances, mais aussi par une petite lassitude. C’est long malgré tout 12 ans. Il me reste quelques fidèles internautes des débuts, d’autres que j’ai perdues en cours de route, des nouvelles qui arrivent et qui repartent, mais quelques unes qui s’accrochent. Merci à toutes. J’avoue aussi, que je vais moins visiter les blogs des autres. Pour l’instant, je continue à aimer car j’aime écrire ;  j’y trouve mon compte puisque je suis une grande bavarde ! Eloignée de mes racines, ayant très peu d’amis et beaucoup de « taiseux » autour de moi. C’est un bon moyen d’exister ; J’arrêterai définitivement quand cela deviendra une corvée.

131chine

 Plus les années passent, plus elles me semblent aller plus vite. Souvenez-vous, tout le monde attendait l’an 2000 avec impatience mais aussi avec un peu d’anxiété. Les médias comme à leur habitude, n’étaient pas que des oiseaux de bon augure. Certains disaient que ça allait être la fin du monde, d’autres que les ordinateurs ne sauraient pas passer le cap. L’apocalypse en quelque sorte. Des menaces d’un côté, mais des espoirs nouveaux de l’autre, presque le monde « parfait » ! Et nous avons passé cette date fatidique sans beaucoup de changements.  Maintenant, quand on regarde dans le rétroviseur de la vie 18 ans ! Nous avons  du recul pour dire si c’était mieux qu’avant !!! Et vous qu’avez-vous fait cette année là ?

 

130a

 

Moi je vais vous raconter ce qui a marqué cette dernière année du siècle dans ma vie.

133a

 Trois mois avant le jour fatidique, j’avais perdu mon mari. Mariage éphémère qui n’aura duré que trois ans et 5 mois. Triste moment, pour fêter l’arrivée de cette nouvelle année pas comme les autres ; mais marquer quand même dignement ce soir là. Je voyais arriver ce jour à grand pas, seule avec ma tristesse et ma solitude. Personne de ma famille ne m’avait invité. Ce réveillon n’avait pas le goût des autres et je voulais m’en souvenir. Alors, j’ai décidé de passer une annonce dans le journal régional, en demandant à ceux ou à celles qui ne voulaient pas être seuls de se joindre à moi pour partager un bon restaurant. Deux dames de mon âge m’ont répondu, elles habitaient Chantilly, nous nous sommes rencontrées et nous avons décidé de passer notre soirée dans un restaurant gastronomique : Le Verbois, afin de lever notre verre à minuit pour accueillir cette année 2.000. La soirée a été agréable, nous nous sommes quittées au début des premières heures de l’année et heureuses de ne pas avoir passé cette soirée seules.

134a

 Et la journée du 1er janvier ? Tout simplement, à me chercher une idée de voyage extraordinaire qui marquerait le début de ma nouvelle vie. Un voyage à l’autre bout du monde, qui ne serait pas un simple voyage ; mais le voyage de ma vie, un voyage dépaysant, mais qu’il fallait que je partage avec un ou une amie, pour ne pas payer le single  de la personne seule. A la fin de la journée, j’avais trouvé le pays que j’étais certaine d’aimer : Ce serait la Chine, une quinzaine de jours entre Pékin et Hong Kong en passant par Xia’n et Canton. Plusieurs mois de préparation, de rêve et d’attente. Mais un séjour inoubliable que j’ai revécu en classant mes centaines de photos argentique et en les réunissant en une quinzaine d’albums fait maison. Beaux souvenirs, précieusement classés et rangés.

 

128a

 

Un autre grand évènement de cette année pas comme les autres : le 17 octobre, l’arrivée de mon quatrième petit garçon : Maxime, devenu un beau jeune homme prêt à se lancer dans la vie active et faire ses choix et ses expériences lui-même. Longue vie de bonheur et de joie mon grand.

 

135

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors et vous, vous souvenez-vous de votre année, dont on avait tant parlée ?

 

Posté par manouedith à 21:20 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,


05 octobre 2018

Un petit bonheur : Les fleurs

Fin septembre, les roses du jardin on un soubresaut, dernière floraison. Quelques bouquets dans la maison pour prolonger et profiter des belles journées de ce début d'automne, chez nous les nuits sont fraîches mais les après-midi très agréables. Alors, comme j'aime partager, je vous offre un peu de mon jardin avant l'hiver.

00000

0000

vous remarquerez, que je n'aime pas les vases traditionnelles. Tous mes jolis contenants sont détournés et ça j'aime !

Pour notre anniversaire de mariage, petit mari m'a offert un très joli bouquet de roses, malgré mes soins bien vite, les roses blanches ont baissé le nez ! Alors non, elles ne sont pas mortes, continuons à les prolonger.

 

000000

12

 

Les propriétaires précédents avaient planté beaucoup d'hortensias. Ils vieillissent et le manque d'eau cette année les a mis à forte épreuve. En revanche, ceux du balcon du boudoir, plus récents, sont plus jolis, et j'adore leurs couleurs d'automne.

000

0

4

5

l'admiration des fleurs à toutes les saisons, c'est un privilège gratuit qui nous entoure et qui fait parti des petits bonheurs simples de tous les jours ; alors pourquoi s'en priver ?

11

13

Posté par manouedith à 08:41 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

28 septembre 2018

ARANC - Fruitière du Bugey

Il y a déjà longtemps, une d’entre-vous : "Elisabeth", m’avait indiqué à quelques kilomètres de chez moi, sur le Plateau d’Hauteville, un village rural d’environ 300 habitants : Aranc. Là, il y avait une boutique pas tout à fait comme les autres, doublée d’un éco-musée expliquant la transformation du lait en Comté, fabriqué encore de façon artisanale.

15

 

16

C’est dans l’ancienne fruitière du village, qu’elle a ouvert ses portes il y a une dizaine d’années. C’est quoi : une fruitière ? Allez-vous me dire !

6

9

« C’est tout simplement une production solidaire afin de servir l’intérêt collectif. C’est une institution communautaire, ou le produit de la vente du fromage est partagé entre tous les sociétaires au prorata de leur apport de lait. Entourés d’un règlement strict pour but d’assurer l’équité. Donc un équilibre juste entre petits et gros producteurs ».  Elles apparaissent. au XIXème siècle venant de la Suisse toute proche ; d’abord en Franche-Comté, vers 1810, dans le pays de Gex et en 1818 dans le Bugey. Elles allaient  révolutionner l’économie du plateau d’Hauteville. L’ensemble des agriculteurs virent leurs revenus « en nature » remplacés par ceux « en argent ».

 

10

12

La fruitière d’Aranc, ouvre ses portes après 1860, elle les fermera en 1985, comme beaucoup d’autres sur le plateau. Bien que ce modèle a assuré à bien des générations de paysans des revenus substantiels, il n’a pas résisté à la modernité de la seconde partie du XXème siècle.

aranc 5

Ecoutons un ancien producteur laitier « Jean » : Ils voulaient de l’argent, des liquidités, pour suivre le rythme de la société de consommation, « faire comme à la ville » ! Alors, ils ont cherché à vendre leur lait au plus offrant, et ont choisi le salaire plutôt que de poursuivre l’aventure collective de leurs parents.

 

aranc 9

 Le plateau d’Hauteville, depuis le Moyen-Age jusqu’à maintenant a toujours été un espace agricole, qui a vu son activité se modifier, mais malgré tout se poursuivre. La polyculture fut peu à peu abandonnée au profit de l’élevage laitier. Ce qui était beaucoup plus rentable. C’est ainsi qu’à cette époque fleurissent sur l’ensemble de l’actuelle communauté de commune 25 fruitières. Ce modèle de coopérative fonctionnant sur la mise en commun du lait en vue de fabrication et de  vente, s’avérait être un moyen économique particulièrement intéressant. Les fruitières étaient la clef de voûte d’une écologie sociale à l’échelle des villages.  C’est pour ces raisons qu’elles se sont développées comme des champignons. Deux autres producteurs laitier : Marius et François disaient que la fruitière c’était le centre de la vie du village. Tout le monde, s’y retrouvait, s’y saluait. Le Fruitier, c’était un peu comme l’instituteur, un homme que l’on respectait.

 

13

 

 

Je connais une fruitière encore en activité, sur le Plan d’Hotonnes, celle de Brénod ouverte en 1850 ; on peut voir l’atelier de fabrication à partir d’une galerie avec projection vidéo, dans laquelle on peut trouver en dehors du fromage, des produits régionaux et locaux des artisans des alentours.

A Ordonnaz dans l’ancienne fruitière ouverte en 1881, il y a également un magasin semblable à celui de Brenod, mais aussi un éco-musée et de nombreuses animations.

Espoir pour les fruitières de Comté, elles ne sont pas mortes. Même si certains pensent que c'est un retour en arrière en rapport avec le système actuel. Mais une fruitière de Comté, ouvrira ses portes prochainement dans le Valromey à Virieu le Petit, aux pieds de notre Grand Colombier, dernier massif du Jura. La production du Comté démarrera en 2020. 14 éleveurs laitiers de la région, sont volontaires et intéressés pour intégrer la filière et se disent prêts à investir pour adapter leur système de production, ce qui représentera 5,6 millions de litres de lait.

Résultat de recherche d'images pour "vache montbeliarde"

Nous souhaitons à nos éleveurs de réussir ; l'entreprise est audacieuse mais fiable.

Revenons, à la fruitière d’Aranc, la direction est assurée par un jeune homme dynamique « Frédéric Bussi », qui a l’objectif de faire grandir, évoluer le magasin et l’éco-musée. Pour la première fois cette année, dimanche 23 septembre, il a organisé sur la place à côté de la fruitière la fabrication de A jusqu’à Z d’un Comté animé par une  main de maître si l’on peut dire puisqu’il à fait venir son ancien professeur de l’école fromagère de Poligny pour nous faire partager son savoir. Je peux vous affirmer que 3 heures debout ce n’était pas facile, mais tellement captivant, intéressant que nous n’avons pas regretté de ne pas avoir fait la grasse matinée ce dimanche.

Aranc 1

Alors quelques précisions pour la fabrication de Comté : Le lait provient de vaches de la race Montbéliarde ou Simmental, les deux seules vaches agrées par l’AOC. Une Montbéliarde pèse de 600 à 800 kilos, vit en moyenne 6 ans, produit environ 20 litres de lait par jour et ce toute l’année, mange l’été près de 70 kilos d’herbe et boit 75 litres d’eau.

Résultat de recherche d'images pour "vache montbeliarde"

La fabrication du Comté, relève d’un savoir-faire qui se transmet, s’apprend, se perpétue.

On peut résumer ce processus en 9 étapes :

1)      réception du lait (dimanche 360 litres)

2)      écrémage

3)      emprésurage

4)      prise et décaillage

5)      cuisson

6)      arrondissage de la forme

7)      pressage et démoulage

8)      retournements

9)      affinage (seule étape que nous ne verrons pas). Pour cela je pense me rendre au Fort des Rousses pour voir cette étape afin de pouvoir vous en parler.

 

comte 4

 Ce village d’ Aranc, est aussi un  haut lieu de mémoire, car il était au milieu du maquis de l’Ain, lors de la seconde guerre mondiale.,  

 

comte 5

 

comte 8

 

comte 9

Le passé résistant du village d'Aranc est riche car il fut un point de ralliement pour le maquis de l'Ain. Le hameau des Gorges est un lieu important de ralliement pour les résistants. Il fallait trouver des points de ralliement pour les jeunes réfractaires mais aussi un endroit qui aurait pu fédérer l'ensemble des camps présent dans la région d'Aranc et de Corlier. C'est durant l'année 1943 que le colonel Henri Roman-Petit installe son PC dans ce minuscule hameau encaissé et difficile d'accès (d'où son intérêt). Les premiers maquisards s'installent en mars 1943. Dans le courant de l'année 1944, les troupes allemandes pénètrent dans le village et en représailles des actions résistantes, capturent, déportent et fusillent des résistants. On compte 18 arrestations et deux exécutions de civils dont une dame de 56 ans dans son domicile. 9 maisons seront brulées. Wikipédia

 

comte 12

 

comte 13

 

comte 14

 

 Les années  à venir verront Aranc se développer  touristiquement , car un village médiéval va être construit comme  le château de Guédelon en Bourgogne, selon des techniques et des matériaux  utilisés au Moyen-Age. Ce chantier durera de 30 à 40 ans, chaque année, on pourra constater les progrès en assistant à cette construction pas à pas comme le faisait au 14ème siècle nos bâtisseurs de cathédrales. J’ai vu le début de Guédelon mais malheureusement je ne verrai pas la fin  du Chantier médiéval du Bugey.

 

aranc 6

en principe ouverture au public pour le preimer chantier en juillet 2019 !

Belle découverte encore ce dimanche. A tous les âges on peut avoir  le plaisir d’apprendre, de découvrir et de partager de nouvelles choses.

 

comte 20

 

  Sources : Wikipédia - Flayer de la boutique : ESPACE COMTE D'ARRANC

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 septembre 2018

NICE et ses environs

Il y a déjà trois ans j'avais craqué pour cette jolie petite maison sur les hauteurs de Nice. L'échange n'a pu se concrétiser que cette année.

Parfois il ne faut pas se fier aux jolis endroits. Car celui-ci avec une magnifique vue sur la baie des anges est d'un accès plutôt difficile, près de l'aéroport et mitoyen à un espace de tennis !. Nice, une ville en travaux qui complique en ce moment sa traversée. Néanmoins, beaucoup de transports en commun à faible coût, qui peuvent vous conduire jusqu'à Menton. Super tout ça quand vous êtes proches d'un arrêt de bus et que vous êtes plus jeunes que nous. Une fois rentrée en fin d'après-midi, nous n'avions plus l'envie de redescendre et pourtant la plage le soir c'est génial. Car inutile d'y songer dans la journée, il faisait  trop chaud !

0

Nous avons néanmoins consacré une journée entière à la visite de Nice en empruntant nos jambes et le soir un moyen de transport pour remonter, qui nous a déposé à 20 minutes de cet endroit. 

Savez-vous que la promenade des anglais fait 7 kilomètres de long, en plein soleil. Mais la mer est belle. Et certains immeubles anciens ont encore tout leur charme, malheureusement beaucoup ont été remplacés par du contemporain pour loger des milliers de personnes face à la mer !!!

5

6

8

10

20a

 

19

En  revanche, une très belle initiative de la mairie actuelle : recouvrir la rivière le Paillon pour faire dessus une belle promenade arborée, qui quelques mètres après le célèbre Négresco jusquau Théâtre et la vieille ville, une belle balade, bien aménagée, avec jets d'eau très appréciés des enfants, des jeux d'enfants en bois solide et qui vieillissent bien contrairement à certains autres. Des brumisateurs pour les journées chaudes et à Nice c'est plutôt la priorité.  

21

28

31

32

35

A Nice, il y a des endroits à mes yeux incontournables :  La promenade des Anglais, la place Massena, la vieille ville, et surtout le marché du Cours Saleya. Évidemment il y a bien d'autres endroits incontournables, pour la plupart que nous avions déjà fait.

25

39

40

42

47dans la vieille ville la cathédrale mérite le détour.

 

46

 

50

L'incontournale son marché avec ses fleurs

54

58

60

56

57

A l'heure du repas petit sandwich régional : le ban bagnat dans le joli parc.

64

En bord de mer nous regardons la vie sur la plage 

13

14

Nous terminerons l'après-midi, en allant déguster une glace dans un très bel endroit : le Negresco au restaurant de la Rotonde. Nous aimons prendre un dessert, un café ou une spécialité dans un endroit classé, réputé, comme celui-ci qui est un joyau de la promenade des Anglais. L'endroit par lui même  est mytique, 

 

                                                                             65

76

 

le restaurant "la rotonde" représente un carrousel ancien.

 

Encore une belle journée de découverte.

2

 

 

à bientôt.....

 

Posté par manouedith à 11:04 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 septembre 2018

Chez Béatrice Euphrussi de Rotschild Saint Jean Cap Ferrat

 

 La première fois que nous sommes allés visiter cette jolie demeure et ce superbe jardin remarquable sur la presqu’île de St. Jean Cap Ferrat, c’était en 2005. J’en avais gardé un bon souvenir et j’avais l’envie d’y retourner.

3

 

Aucun changement. Les intérieurs sont toujours aussi beaux ; et les jardins en cette fin d’été sont encore jolis et bien entretenus. C’est certainement au printemps qu’ils doivent être à leur apogée, ressemblant à un paradis sur terre.

65a

 Ce n’est pas pour rien, que cette maison  est appelée « Villa Ile de France ». C’est un des plus  beau palais de type renaissance italienne de la presqu’île du cap Ferrat justement à St. Jean Cap Ferrat. La baronne Béatrice Euphrussi de Rotschild la légua à sa mort en 1934 à une fondation portant son nom afin d’en faire un musée.

 

90a

Fermée pendant la seconde guerre mondiale. Elle ré ouvre ses portes peu de temps après. Mais jusqu’en 1960 sa fréquentation reste confidentielle. C’est à son changement de conservateur qu’elle commence à se faire connaître avec environ 60.000 visiteurs par an. Dans les années 1990, sa gestion est confiée à une société privée qui installe une nouvelle organisation et remplace celle des années 1960 ; bien vite on double le nombre de visiteurs et maintenant, c’est  un des sites les plus visités de la côte d’azur entre Nice et Menton.

 

49a

133a

 

Béatrice de Rothschild naît dans la seconde partie du XIXème siècle. Son père le baron Alphonse et sa mère Léonora Von Rothschild. Elle se marie en 1883 avec un juif Russe : Maurice Euphrussi ; ils se séparèrent 21 ans plus tard, Béatrice lui reprochait son addiction pour le jeu. La baronne  mène un grand train de vie et se passionne  pour les œuvres d’art et les résidences. Son goût va pour tout ce qui est du XVIIIème siècle et aussi pour l’exotisme. Elle s’inscrit dans la lignée des grands collectionneurs d’art de l’époque.

 

8

9

16a

 

84a

C’est en 1905, qu’elle découvre la côte d’azur. A cette époque, les grands de ce monde, comme les anglais et les Russes s’amourachent de cette côte et y viennent en villégiature. Elle-même séduite par la beauté de l’endroit, elle acquiert 7 hectares de terrain rocheux sur la partie la plus étroite de la presqu’île. Pas facile d’emporter l’avantage, un autre grand de ce monde : le Roi Léopol II de Belgique, installé dans la propriété  mitoyenne aurait bien voulu s’agrandir !

47a

49a

 Il lui faudra 5 ans de travaux gigantesques pour construire cette demeure aux couleurs éclatantes et où le rose, sa couleur fétiche domine. Elle voulait voir la mer de tous les côtés et se considérait comme étant à la barre d’un navire entourée d’un personnel jardinier à qui elle imposait le port du béret de marine, pour avoir l’illusion de vivre entouré d’hommes d’équipage sur un paquebot, faisant le tour du monde. Est-ce une des fantaisies imaginaire des Rothschild ?  Car je me souviens avoir visité dans la région parisienne le château de Ferrières où elle est née. Son père, lors de grandes réceptions, demandait à certains de ses employés de naviguer en barque sur le canal face aux fenêtres du château, pour donner l’impression  à ses invités d’être à Venise, par l’animation qu’ils donnaient.          

141a

 Béatrice prospectait dans le monde entier des objets de valeur pour alimenter ses collections, qu’elle faisait venir par train jusqu’à Beaulieu-sur-mer et elle sélectionnait sur le quai de la gare les œuvres qui l’intéressaient. Portant son goût pour l’art à l’extrême. On dit même, qu’elle avait acheté une chapelle entière pour ne garder qu’une fresque dont elle était amoureuse.

 

21a

44

57a

 

Quand nous pénétrons dans la villa, on se retrouve dans un hall immense couvert par une verrière, dans lequel des colonnes en marbre rose de Vérone soutiennent des arcades de pur style renaissance italienne. Les galeries du premier étage aux voûtes hispano-mauresques sont bordées de balcons où se tenaient des musiciens les soirs de réception.

 

4a

43

45

 

Parmi toutes ces collections, une d’entre-elles mérite d’être citée, puisqu’un salon entier renferme des placards vitrés ou sont exposés des objets et de la vaisselles rares en porcelaine  de Sèvres et de Vincennes. Dans la pièce suivante  d’autres en bleu lapis-lazuli venant des plus prestigieuses productions de la manufacture de Sèvres, dites aux partitions musicales. On y trouve également un vase ayant appartenu à Madame Pompadour, un petit meuble incrusté de porcelaine de Marie-Antoinette. Comme c’est la mode à cette époque au 1er étage se trouve un petit salon recouvert de boiseries peintes représentant des singes. Attribuées à Jean-Baptiste Huet.

0 porcelaines

 

28a

A l’extérieur 7 jardins entourent la villa, depuis 2 autres les ont complétés et le petit zoo a été retiré. Des jardins sont  à l’arrière de la maison, mais le plus important c’est celui à la française qui occupe la partie centrale. On y trouve également un jardin espagnol, un japonais, Quelques fabriques et une jolie roseraie qui doit exploser au printemps, Elle est dominée par un joli petit temple. La villa et les jardins ont été classés au titre des monuments historiques le 3 septembre 1996 et l’ensemble a reçu le label de jardin remarquable du ministère de la culture en 2005.

119a

120a

140a

 Alors, si vous venez sur la côte d’azur et que comme moi, vous aimez les belles demeures et les beaux jardins, il ne faut pas manquer celle-ci. Elle se trouve donc à St. Jean Cap Ferrat. Mais elle n’est pas la seule. Deux autres dans la même ville, méritent également votre visite. Toutes différentes mais au passé tout aussi prestigieux. La seconde : la Villa Kérylos et la troisième fermé en ce moment mais qui ré ouvrira ses portes en 2020 : la Villa Santo-Sospir décorée de fresques de Jean Cocteau.

 19a

 Alors, si vous avez aimé ma balade. Laissez moi un petit commentaire, ce qui m’encourage à partager avec vous les merveilles que je rencontre.

51a

Posté par manouedith à 10:08 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


08 septembre 2018

Les vacances à Nevers - 4 - APREMONT-sur-ALLIER (Cher)

Vous savez, que j'aime les vieux villages. Dès que j'arrive en vacances. Je me renseigne tout de suite : où ? pouvons-nous trouver un village ancien, une belle demeure et un jardin remarquable.

0Snapseed13

APREMONT-sur-ALLIER, l'un des plus jolis villages français, renferme ces trois critères. Et en guise de jardin remarquable, nous découvrirons un parc floral de toute beauté. Un havre de paix, que nous devons à l'un des derniers propriétaires du château aux 5 tours, qui domine l'Allier : "Gilles de Brissac".

0Snapseed119

210

Il ne reste pas grand chose de la formidable forteresse anglo-bourguignonne des 12 et 14 tours qu'il y avait au XVème siècle. En 1722, le château est racheté par le Comte de Béthune et dès cet instant, il restera jusqu'à nos jours dans la même famille. Transmis uniquement par la lignée féminine.  : Les Béthune, Masseran, Saint-Sauveur, Schneider (la troisième dynastie d'industriels) et les Brissac. Pendant la révolution, elles réussissent à le sauver.

0Snapseed18

A la fin du XIXème siècle, une de ces jeunes femmes épouse un Maître des Forges du Creusot ; Eugène Schneider. Elle l'emmène durant son voyage de noce à Apremont ; il tombe amoureux du site, rachète à sa belle-mère et à ses beaux-frères, leurs parts respectives et devient le seul propriétaire et ne cessera alors de le transformer et d'en améliorer le confort pendant 50 ans. Entre les deux guerres, Eugène, décide une remise en valeur du village. Il n'hésite pas à raser ce qui n'est pas en harmonie. A la place, il fait construire des groupes entiers de maisons dans le style médiéval berrichon. Bien vite le village est classé l'un des plus beaux villages français. Nous sommes loin, du village de carriers d'origine.

0Snapseed19

0_Snapseed5

0_Snapseed7

 

16

0Snapseed21

52 - Copie

211

Dans les années 1960, le petit fils d'Eugène Schneider, passionné de jardins, décide de devenir jardinier. Métier qui à l'époque, est loin de remporter les espérances de ses parents. Il commence par réaliser une belle pelouse d'1 hectare dans la propriété familiale en Vallée de Chevreuse. Si belle, qu'il ne la refit jamais. Ce jardin, devient par la suite un beau jardin structuré. Devant cette première réalisation réussie, une clientèle fortunée s'intéresse à Gilles de Brissac.

0Snapseed28

Au fur et à mesure, une idée germe dans sa tête. qu'il partage avec un ami de l'époque fraîchement sorti de l'école nationale d'horticulture : réaliser à Apremont en souvenir de ses grands-parents, un parc floral doublé d'un arboretum, peuplé de fabriques, de cygnes noirs, d'une cascade et d'innombrables fleurs et arbustes.

0Snapseed33

0Snapseed34

0Snapseed36

0Snapseed39

0Snapseed64

126

132

Tout son savoir, Gilles l'engloutit à Apremont. Ses nuits, passées depuis son enfance, à lire des livres de jardins, à visiter les parcs d'Europe. A rapporter de chaque voyage des plantes rares dissimulées dans ses chaussettes. Son rêve prend vie. Dans une vallée broutée par un âne, naissent 3 étangs, dans une carrière désaffectée plonge une cascade.

0Snapseed69

0Snapseed80

0Snapseed97

0Snapseed99

Sur les pentes surgissent : Ginkgos, Liquidambars, Metaséquoises et bien d'autres arbres inconnus dans la région. Sur les maisons, un fouillis de roses et de clématites, le tout bordé de haies de houx, de charmes et d'ifs ; ainsi qu'un tunnel de glycine de 110 m de long. Voyez-vous, rien que ça !

0Snapseed30

0Snapseed31

0Snapseed37

0Snapseed44

0Snapseed46

En 1977, il ouvre son parc au public et tout de suite les visiteurs en sont enchantés.

Son rêve est réalisé, et ça marche !

D'autres rencontres dont l'une avec le peintre décorateur Alexandre Sérébriakoff célèbre critique et décorateur des ballets Russes, l'emmène dans de nouvelles directions comme l'architecture légère sous l forme de fabriques et de folies : un pont pagode chinois, un pavillon turc, un belvédère inspiré de celui de Pavlovsk en Russie, fleurissent dans le parc qu'il partage désormais avec des milliers de visiteurs.

103

136

156

Trois heures dans ce parc, pieds nus pour marcher sur la pelouse, douce comme du velours. A hûmer les odeurs, admirer les fleurs, les arbres, se reposer sur les bancs pour contempler. Assouvir ma soif de photographies afin de les partager avec vous. Malheureusement Gilles de Brissac nous a quitté et depuis 2002, sa soeur Elvire, aidée de Tony Poupin "jardinier en chef" animent et entretiennent cette pure merveille. Vraiment, je recommande ce paradis terrestre à tous ceux qui passent dans cette région.

0Snapseed49

0Snapseed51

0Snapseed83

0Snapseed85

 

 

Pour mes sources, je me suis inspirée du flyer du parc ainsi que de la belle présentation de Gilles de Brissac racontée par sa soeur Elvire de Brissac.

 

 

01 septembre 2018

Les vacances à Nevers - 3 - LA LOIRE le Pont de Guétin, l'Allier

Il y avait très longtemps que j'avais envie de découvrir les paysages romantiques de la Loire sauvage et de l'Allier.

 

0_Snapseed

 

 

 

 

 

l'Allier

La Loire est le plus long fleuve de France 1.006 kilomètres. Il y a très longtemps, comme tout ceux et celles de ma génération, j'ai appris à l'école qu'elle prenait sa source en Ardèche au Mont Gerbier de Joncs et qu'elle arrosait la plupart des villes des châteaux de la Loire ; pour aller se jeter dans l'océan atlantique.

 

000000001

 

C'est aussi un fleuve tumultueux et en partie non navigable, se chargeant tout au long de son parcours d'alluvions qu'elle dépose de ci de là et forme des bans de sable qui rendent les paysages sauvages, beaux et colorés. Elle est libre la Loire, d'une année sur l'autre le paysage change car elle ne revient pas toujours aux mêmes endroits. J'ai adoré la photographier. Tout comme la rivière Allier qui la rejoint au Bec d'Allier.

 

000000000

 

 

 

0_Snapseed

 

14

 

20

 Il y a un endroit entre Nièvre et Allier, où se trouve : Le Pont Canal du Guétin, ce dernier est représentatif de l'histoire de la Loire moyenne et participe à un équilibre entre les paysages humanisés et les éléments naturels sur le site du Bec d'Allier.

 

00000000000

 

12

 

17

 

D'un côté : Cuffy (Allier) de l'autre Gimouille (Allier)

Afin de franchir l'Allier, le Pont Canal est long de 343 m et comprend 18 arches. Le dénivelé est rattrapé en aval par une triple écluse avec une chute de 9m60.

3

19

37

38

Il faut environ 3/4 d'heure pour passer les trois écluses. Depuis 1838, il assure le passage de bateaux de 30 mètres. L'été l'écluse ne chôme pas et les badauds, sont toujours au rendez-vous pour la voir fonctionner.

19

Pendant ce temps là, en dessous des vacanciers ont loué des canoës et essaient de suivre le courant. Tous ne sont pas experts, ils s'engagent pas toujours prudemment et certains chavirent. 

25

26

27

28

Je pense pour eux, de bons souvenirs de vacances.

Un peu plus loin quelques champs avec des moutons.

47

49

Bel après-midi en bord de Loire. On ne se lasse jamais des belles choses qui font de bons souvenirs et qui contribuent aux instants de bonheur.

00000000

45

53

 

A bientôt pour la suite de nos vacances nivernaises...............................

 

 

 

 

06 août 2018

LA LECTURE pendant la canicule !

Que faites-vous cet été ?

C’est un été très chaud dans la plus part des régions françaises. Nous, aux pieds des Alpes, la chaleur s’accumule. Nous sommes loin des entrées maritimes qui apportent la fraîcheur. Je peux vous affirmer, que nous avons souffert  avec chaque jour plus de 35 degrés. Les jours sont longs et les nuits courtes. Plus mes jeunes années s’envolent, plus j’ai du mal à supporter. Je me réjouis d’avoir investi il y a 3 ans ou 4 en achetant une climatisation pour le boudoir. Nous nous y réfugions chaque après-midi.

6

Notre semaine dans le nivernais, n’a pas été de tout repos. Beaucoup de marche, les visites de Nevers et de la Charité sur Loire a été éprouvantes malgré tout. Notre journée généalogique un peu plus rafraîchissante quand nous n’avions pas à descendre de la voiture. Quant à celle au bord du lac des Settons, franchement agréable. Les balades sur les bords de la Loire ou de l’Allier sympathiques mais chaudes ; avec la découverte d’un beau village ancien et de son château à Apremont sur Allier tout aussi chaude, mais une belle récompense entre midi et 16 heures, promenade parmi les fleurs et les arbres du magnifique parc floral de Gilles de Brissac. Un véritable havre de paix et de fraîcheur que nous avons apprécié en déambulant pieds nus sur le tapis de pelouse, doux comme du velours. Mais au final, que de beaux souvenirs « chauds ».

68

En rentrant, la chaleur était toujours là. Alors, ne rien faire l’après-midi s’imposait. Réfugiés au boudoir, c’était notre seule solution. Je pars du principe, qu’il faut savoir se ménager et revoir ses priorités. Ce qui n’est pas fait aujourd’hui, sera fait demain ! Pourquoi se culpabiliser de ne rien faire ou presque ? J’aime lire, mais pas sur une tablette. N’ayant plus de place dans le grenier, aménagé en grande partie en bibliothèque organisée, je me suis résolue à fréquenter depuis 1 an, celle du village voisin. Pourtant, je ne voulais pas en entendre parler, j’ai besoin de posséder les livres, de les toucher, de les humer et avoir la possibilité de les relire si je veux.

Résultat de recherche d'images pour "livres" 

 Je suis friande des romans d’aventures, des livres historiques, des bibliographies, des romans sentimentaux  et de ceux de la vie dans nos campagnes aux siècles passés. Je ne me lasse jamais. Assise confortablement dans bel endroit calme, dans un siège agréable, sur lequel on n’est pas obligé de remuer sans arrêt, je m’abandonne dans ces ailleurs, qui me sont souvent très étrangers. Au début juillet, j’ai commencé par une intrigue historique, richement agrémenté, puisé dans  les archives sur la guerre de 1914. Je vous recommande :

Quand soufflera le vent de l’aube de Emma Fraser.

 Résultat de recherche d'images pour "quand soufflera le vent de l'aube"

Deux jeunes femmes, l’une infirmière, l’autre médecin de conditions tout à fait différentes habitent l’île de Skype en 1903 ; elles vont être amenées à se retrouver en Syrie pour soigner les blessés de cette affreuse guerre. 15 ans de saga bouleversante, inspirée de faits réels de deux héroïnes au courage admirable confrontées à la cruauté de la guerre et unies par un inavouable secret.  Cette histoire inspirée de faits réels vous emmènera d’Edimbourg à un village sur le front syrien. J’avoue j’ai beaucoup aimé. Nous pouvons dire, que nos grands-mères ont vécu, elles aussi, une époque pas facile et certainement encore moins que la nôtre.

Résultat de recherche d'images pour "quand soufflera le vent de l'aube" 

 Pour me remettre de la douloureuse épopée de Jessie et d’Isabel, il me fallait un livre plein de légèreté au titre accrocheur comme : Les amants du presbytère de Bernadette Dupuy. Je n’allais pas être déçue. Je suis tombée ou presque dans les bras d’un curé de campagne pas comme les autres : Roland Charvaz. Il me semble, qu’il n’avait pas beaucoup la vocation et qu’il avait oublié ses vœux de chasteté.  C’est ce qui arrivait au XIXème siècle, quand on naissait dans une famille catholique pratiquante et que les parents décidaient, que le premier garçon serait militaire et que le second « embrasserait, si je peux dire » la prêtrise. C’est lors de sa première messe dans son nouveau village qu’il croisera les jolis yeux de Mathilde, la jeune épouse du docteur Colin de Salignac. Elle-même, victime d’un mariage arrangé, Engluée depuis plusieurs années dans la routine journalière d’une vie conjugale sans beaucoup de surprises et surtout sans amour. Ils étaient loin de se douter qu’au fil des jours leur vie se mêlerait à un meurtre qui ruinerait leurs deux vies. Je ne vous en dis pas plus, pour vous laissez deviner  combien ce roman me tient chaud !!  Par ses rebondissements inattendus. Vraiment 300 pages de « canicule ». 

Résultat de recherche d'images pour "les amants du presbytere" 

Après cette légèreté inattendue, je vais attaquer une saga plus terre à terre. Arlette Cousture, raconte la vie d’Emilie et de sa fille Blanche en deux livres attachants, calqués sur les saisons de la terre et de la vie que l’on dévore parait-il  avec émotion. C’est la mosaïque d’un temps révolu, qui ressemble pourtant à hier, à aujourd’hui et peut-être à demain. Il semblerait que c’est aussi un grand feuilleton télévisé. Qui se passe au Canada. Alors, je quitte l’histoire chaude d’un curé de campagne pour embarquer dans la vie de deux canadiennes à la vie certainement bien différente. Donc à suivre.

Tome 1 : Emilie, tome 2 : Blanche.

    Blanche

 Une de mes fidèles lectrices de mon blog, voulait savoir ce que je faisais de ces mois d’été. Alors Bernadette, l’idée de ce billet vient de toi.

 

 

A bientôt…..

 

Posté par manouedith à 00:33 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 juillet 2018

Aurevoir MAB

 

Mab  notre amie Internaute vient de nous quitter subitement d'ue rupture d'anévrisme

Pour Toi qui les aimais tant.

Toi l'amoureuse de ton jardin

Résultat de recherche d'images pour "fleurs annabelle" 

Je viens d'apprendre cette triste nouvelle.

Notre amie Internaute : MAB que je suivais depuis 12 ans vient de nous quitter subitement d'une rupture d'anévrisme.

Nous nous étions jamais rencontrés, mais nous avions toutes vu grandir ses 4 petits enfants. Nous étions de sa famille Internaute, elle avait arrêté son blog en mars dernier. Souvent j'y retournais pour voir si elle y revenait.

J'ai une pensée affectueuse pour Maky son mari, pour sa fille, son gendre et ses 4 petits enfants je n'oublierai jamais sa petite fille Eugénie dont elle nous parlait si souvent. Courage les enfants.

 

Bonne route MAB, nous ne t'oublierons jamais.

 

Manouedith

 

 

Posté par manouedith à 01:32 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

19 juillet 2018

Les Vacances à Nevers - 1 -

Quelle drôle de choix cette ville pour une semaine de vacances  :  NEVERS

0_Snapseed 1

Si je n'avais pas eu une raison bien particulière, je crois que jamais j'aurais eu l'idée de passer une semaine dans le nivernais ; "la bourgogne du centre". Vous connaissez le proverbe : pour savoir qui on est, il faut savoir d'où l'on vient ! Comme vous le savez, vous mes fidèles Internautes, du côté de ma branche paternelle je ne savais pas grand chose. Depuis deux ans que je fais des recherches en tirant fil après fil, j'en sais plus. La famille de mon père biologique les "PIAT" viennent de cette région. Alors, j'ai décidé, d'aller voir les endroits où ils ont vécus. Rien de tel qu'une semaine sur leur traces et, ainsi cela nous permet d'approfondir une nouvelle région inconnue.

0_Snapseed 7

Nous y sommes arrivés le 12 juillet. Nous avons profité d'un échange de maison pour déposer nos valises, chez des hôtes qui sont venus cet hiver faire du ski à Pralognan. Pendant ce temps là, eux sont au Canada jusqu'à la fin du mois. Après avoir pris possession de leur joli petit pavillon dans un quartier résidentiel au calme, nous sommes allés découvrir les bords de la Loire, voici la ville telle que nous l'avons admirée au coucher du soleil.

0_Snapseed 3

0_Snapseed 5

0_Snapseed 6

Le programme est bien établi, 2 jours dans les pas de mes ancêtres qui pour certains vécurent à Nevers et pour d'autres autour de Nevers à 40 kilomètres à la ronde. Celui dont je possède la date la plus éloignée est né vers 1690. Du XVIIème siècle à la fin du XIXème on les voit évoluer progressivement de village en village jusqu'à la grande ville. Avant de partir s'installer dans la région parisienne. Mais leurs racines sont ici. 

Nevers ville d'Art et d'Histoire.

0000000

0_ Snapseed 5

0_Snapseed 4 le théatre

 Le Palais Ducal et son théâtre 

En tout il faut joindre l'utile à l'agréable. Mélanger généalogie et tourisme  c'est un bon compromis. Voici le programme : visites culturelles, canoë pour petit mari, qui n'a pas oublié de l'emporter, découverte de la région campagnarde des Amognes, flâner sur les bords de la Loire et de l'Allier, parcourir un très vieux village avec son château et sa merveille ; un parc floral de toute beauté. Je vais donc vous faire partager tout ça en plusieurs billets. 

48

Petits conseils. Pour visiter une ville , qu'elle soit grande, moyenne ou petite, faites le une première fois avec l'engin touristique qui vous montrera les principales choses à voir ainsi, vous pourrez y revenir plus facilement et découvrir les endroits intéressants. Cela peut être le petit train, je sais que certains l'appelle "le train-balle couillons" pourtant c'est bien pratique, ici c'était un touk touk électrique, conduit par un charmant étudiant : Pierre-Henri. Second conseil, si vous le pouvez, choisissez pour la visite plus approfondie le dimanche matin : beaucoup de personnes font la grasse matinée, les rues sont calmes et les voitures bien moins nombreuses. Les monuments à visiter ouvrent souvent à 9 heures. Et quand vous êtes comme moi fana de photos, les prises de vues sont plus tranquilles.

00000000

00

36

39

Nevers possède une belle cathédrale, malheureusement en ce moment, les extérieurs sont un peu emmaillotés, elle est en réfection. Les intérieurs sont surprenants, les vitraux modernes diffusent sur les voûtes une belle couleur rose qui rende les photos particulièrement jolies. 

0_Snapseed 14

 Alors, que pendant la dernière guerre, les Allemands évitaient les cathédrales et les monuments. L'été 1944, 500 tonnes de bombes ont été larguées par erreur et le comble : par des avions britanniques. Voici ce qu'ils ont fait en une nuit :

Résultat de recherche d'images pour "cathédrale de nevers bombardée"

Dans la cathédrale, j'ai relevé 2 magnifiques statues en polychrome du XVIème siècle.

0_Snapseed 11

0_Snapseed 12

ainsi qu'une croix triomphale

21

une oeuvre unique en France, créée probablement à la fin du XIIème siècle. Elle est en bois polychrome, alors que les oeuvres sculptées de cette époque sont plus souvent en pierre.

000

La tour Goguin

49

 Je ne peux pas terminer ce billet sans vous montrer quelques photos du musée de la Faïencerie et des Beaux Arts qui se trouve dans le beau monument restauré de l'Abbaye Notre Dame.

Liée à l’histoire de Nevers, grand pôle faïencier depuis le XVIe siècle, sa collection maîtresse est celle de la faïence. La plus grande salle du musée est dédiée à la présentation de cette collection d’exception qui reflète la richesse et l’originalité de la production. Cette exposition de faïences de grand feu du XVIe au XXe siècle dévoile tout un pan de l’histoire d’un art, une activité économique mais également une société. Art de cour au XVIe et XVIIe siècles, la faïence entre dans les maisons bourgeoises puis populaires au XVIIIe et XIXe siècles.

0_Snapseed 28

0_Snapseed 29

0_Snapseed 30

À cette collection s’ajoute celle, unique en Europe, de verres émaillés, dits verres filés. Cette collection de verre provient en partie de la Collection Loynel d’Estrie, déposée par le musée du Louvre à Nevers en 1998. Collection insolite, elle donne à découvrir cet artisanat très prisé aux XVIIe et XVIIIe siècles et qui est aujourd’hui perdu. Nevers, foyer de formation des maîtres émailleurs, était donc le lieu idéal pour présenter ces boîtes et figurines. Fascinantes, tant par la variété des sujets abordés, scènes de genre comme scènes religieuses, que par la qualité.

0_Snapseed 23

0_Snapseed 24

0_Snapseed 25

0_Snapseed 27

malheureusement de nos jours il ne reste plus que 3 ateliers qui perpétuent la tradition. 

0000000001

 

 

A bientôt pour la suite de nos découvertes......