Hier en rendant visite à mes copinautes, j'ai rencontré chez Monogrames et Compagnie ainsi que chez Aji, une discussion super intéressante.

Maison de famille, Meubles de famille et moi, je rajoute objets de famille.

Vous savez, ces choses que l'on garde et que l'on transmet, ces choses auxquelles vous êtes attachés, ces choses qui ont une âme, ou sont accroché des anecdotes  que l'on raconte aussi à ceux qui nous entourent.

Vous avez deviné je suis de celles là. Il y a des objets chez moi qui me viennent de mes arrières arrières grands-parents, j'étais fille unique, mais j'ai eu 4 filles et de nombreux petits enfants. Après moi tout sera dispersé entre eux, alors j'ai inventé une tradition. TRANSMETTRE, c'est à dire, j'ai choisi un objet ancien et au dos de cet objet j'ai mis le prénom de la personne que j'ai choisi parmi mes filles, avec l'idée de transmettre elles aussi à l'aînée de leurs enfants, je leur ai expliqué qu'elles n'étaient pas forcées de garder mes meubles ou autre, mais au moins conserver cette chose que j'avais choisie pour elle, afin qu'à la fin du XXIème siècle, mes aïeux de 1870 et même avant, soient encore vivants dans la mémoire familiale. Bizarre diront certains, compliqué diront d'autres. Surtout ceux qui ne sont pas attachés au passé. Mais que l'on veuille ou non nous avons des racines et nous ne pouvons pas les ignorer.

Pour ma nouvelle maison, j'ai fait restaurer un petit buffet de style Directoire qui est dans la famille depuis au moins 1850, ce matin je suis allée le voir avant que mon ébéniste l'emmaillote pour le grand voyage. regardez comme il est beau.

CIMG1233

Maintenant, voici une mosaïque d'objets de famille avec leurs anecdotes.

collage16

Les lampes à pétroles sont celles qui éclairaient la maison les soirs d'orage quand la lumière nous quittait.

J'ai toujours connu cette glace dans la salle à manger de mes grands-parents, j'ai oublié de leur demander d'où elle leur venait, dommage il est trop atrd !

Cette chaise et la forme à châpeaux viennent de chez mes arrières arrières grand-parents, vous savez les châpeliers de la rue du Chemin Vert à Paris dans les années 1870.

La première pendule vient de chez mes arrières grands-parents les coiffeurs de Saint Just en Chaussée  des années 1920, elle m'a été transmise par le cousin de maman qui n'avait pas d'enfants.

Les deux poëles à charbon chauffaient la maison de mes grands-parents, le bleu était dans ma chambre, mais jamais je ne l'ai vu allumé car ma grand-mère avait peur que je m'asphyxie la nuit. Le noir chauffait en revanche la salle à manger, j'ai retiré le foyer et j'ai mis des ampoules électriques, le soir c'est une lumière d'ambiance.

Ah ! la machine à écrire de mon grand-père, il s'en servait pour taper ses factures, il était serrurier-ferronier d'art. Combien de fois je me suis amusée avec quand j'étais petite. En fait c'est l'ancêtre de la machine à boule IBM des années 60, sur le côté gauche un pavé alphabétique avec un stylet , sur la droite deux touches, on mettait le stylet sur la lettre que l'on devait frapper et avec la touche de droite soit l'une, soit l'autre (majuscule, minuscule) on appuyait et la lettre s'inscrivait sur la feuille enroulée sur le rouleau, une manette faisait changer de lignes. Ah ! comme nous étions loin de l'ordinateur. C'était dans les années 1925.

La seconde pendule est un cadeau de mariage au temps de Napoléon III, Eugénie de Montigeo est représentée  sur la base de la pendule. Cette pendule figure dans un inventaire après décès des années 1900, ou il est inscrit sa provenance.

Le poste de radio à lampes, sur lequel mon grand-père écoutait le Général de Gaulle pendant la guerre : "Ici Londres, les français parlent aux français" ; quant à moi dans les années 50, chaque soir j'écoutais la Famille Duraton.

La pendule rose avec la fermière en régule dessus a été un cadeau de mariage fait à mes grands-parents en 1917, maintenant elle fonctionne dans notre chambre.

La suspension en opaline a été donné à mon grand-père par un châtelain qui n'avait plus de sous pour le payer d'un travail fait au château.

La forme à châpeau, je vous en ai déjà raconté l'histoire.

Sur le prie Dieu appartenant à ma grande tante,  sont assises deux poupées "Fernande et Paulette" qui ont été offertes à mes grandes tantes à la fin du XIXème siècle, elles ont été rénovées mais les têtes en porcelaine sont d'origine, les vêtements font partis de la restauration. Elles sont destinées plus tard à mes deux dernières petites filles comme ornement biensûr, trop âgées pour jouer avec. J'espère que Thaïs et Héloïse apprécieront, le prénom de chacune d'elles est cousu dans leurs dessous.

Et pour terminer. La chaise de Grand père Désir le papa de ma grand-mère, elle a une histoire celle-ci. J'étais une petite fille pas toujours gentille, j'avais 4 ans, grand-père était toujours assis sur cette chaise près du feu, c'était dans les années 1947 , j'avais une vilaine habitude pourquoi je faisais cela, je n'en sais rien. Quand je passais devant lui je lui donnais un petit coup de pied, à chaque fois ma grand-mère me grondait (j'aurais mérité une fessée pour m'en retirer l'envie, vous ne croyez pas ?) et le brave grand-père qui avait presque 80 ans disait : "laisse là cette "che tiote"(ça c'est du Picard) elle ne me fait pas mal elle s'amuse.....

Alors, vous aussi vous avez des objets de famille que vous avez conservés et qui ont des anecdotes ?