22 octobre 2008

CAMILLE ET PAUL "La passion Claudel" par Dominique Bona

Je suis curieuse de tout, c'est pourquoi j'aime particulièrement lire les biographies réelles les plus authentiques celles qui ont été écrites avec de sérieuses recherches. Donc après les journées du Patrimoine qui m'ont fait connaître la dernière demeure de Paul Claudel, les anecdotes racontées par son petit fils François m'ont donné l'envie d'en savoir plus.  (voir précédemment mon billet sur Brangues)

1

Pendant ma pause la semaine dernière, j'ai terminé ce livre bouleversant écrit par Dominique Bona, qui m'avait été recommandé par une inconnue pendant la visite du château. C'est une biographie en sorte "double" si l'on peut dire, puisqu'elle raconte alternativement les vies tourmentées de Camille et Paul CLAUDEL.

camille_jeune

Camille la sculptrice

claudel3

Paul, brillant diplomate et écrivain de talent

Fièvre, passion, génie. C'est sous les signes de feu de la création et de la destruction comme dit si bien Dominique Bona, qu'on vécu les CLAUDEL frère et soeur, tout le monde ou presque connaît ce qui en reste des sculptures de Camille, beaucoup moins peut être connaisse l'oeuvre littéraire de Paul.

oeuvre_camille_claudel_1_

Le très beau film tourné en 1989 avec une Adjani si convaincante qui illustre très bien la vie de cette artiste bouleversante qui a simplement eu la malchance de naître un siècle trop tôt.

L_IMPLORANTEl'implorante

Pourquoi je dis cela, tout simplement pour deux raisons, la première elle est née un siècle ou la Société tenait compte des faits et gestes de chacun, surtout la bourgeoisie ou l'extravagance n'était pas de mise, ou les femmes devaient garder leur place et ne pas imposer leurs originalités. Le paraître avant le bien être.

La seconde à mes yeux, la malchance de naître après le décès d'un frère le premier enfant de la famille et dont la mère n'a jamais su faire son deuil et à reporter son chagrin mêlé à de la cruauté sur cette fille si indépendante dès son plus jeune âge ; déjà pas comme les autres !

famille_claudel

au premier rang la soeur préférée "Louise" au second rang la maman, derrière elle son mari et au milieu Camille. (les photos scanérisées dans le livre ne sont pas de très bonnes qualité)

camille_claudel_2

Aucun amour maternel. Madame Claudel a fait enfermer sa fille au lendemain du décès de son mari ; le seul avec Paul qui ont donné un peu d'affection à cette fille à cette soeur si tourmentée, dont les causes premières sont certainement  ce manque d'amour. Évidemment il semblait urgent de la "soigner" sauf que la paranoïa et les troubles obsessionnels dont elle souffrait ne se soignaient pas vraiment.

Camille_Claude_OEUVRE_3

ce qui n'explique pas l'acharnement de la mère qui avait donné des ordres à l'hôpital pour qu'elle ne reçoive aucun courrier autre que les siens et ceux de Paul et Louise. Et que tous les courriers adressés à d'autres personnes avaient l'interdiction d'être envoyés. Cela n'excuse pas non plus le manque de visite, Elle n'est jamais venue la voir en 30 ans d'internement, Paul qui adorait sa soeur n'est venu  que 14 fois lui avait l'excuse d'habiter la plupart du temps aux quatre coins du monde. Louise, son fils et deux de ses neveux ne sont venus qu'une seule fois !!!

l_age_mur

l'âge mur

Quelle triste vie pour ce génie de la sculpture, qui malgré son enfermement suppliait ses proches dans des lettres tout à fait normales de la sortir un peu "de cette prison" ; consciente de la promiscuité, souffrant du froid et de la faim ; il est certain qu'au milieu des malades plus gravement atteintes Camille avec ses obsessions et ses paranoïa apparaît comme une femme ordinaire ; elle se tient tranquille dans son coin, ce qui frappe c'est la fermeté de ses raisonnements, la logique éclaire ses pensées, elle conserve même son intelligence. Sa mémoire est intacte, de même que l'acuité de son regard sur le monde qui l'entoure.

camille_claudel___l_hospice

Devenue brave petite vieille arrachée au monde à 48 ans, qui restera 30 ans à l'abri de tous les regards.

Quant à Paul, je retiendrai de lui, un brillant diplomate

paul_claudel_3

un écrivain qui a su faire passer dans ses écrits son mal être et celui de sa soeur, très conscient du manque d'Amour familial, sa façon à lui de ne pas basculer comme sa soeur. Mais malgré sa foi catholique retrouvée un certain Noël du début du XXème siècle , il est resté bien faible aux vues du monde qui l'entourait pour ne pas aider ni adoucir les 30 ans  d'enfermement de sa soeur bien aimée ; ou alors souffrait-il tellement lui même que sa façon de ne pas agir voulait dire qu'il se protégeait tout simplement.

Après la lecture de ce livre, on ne peut ressortir indem face à cette profonde insensibilité des êtres. Un grand Merci à

dominique_bona

Danielle Bona d'avoir su faire rentrer les lecteurs aussi intimement dans la vie des Claudel, par ses recherches méticuleuses sur la vie d'un frère et d'une soeur si attachants.

e

La tour du château de Brangues dans le nord Isère.

Si la sculpture pour vous  est comme pour moi : un des arts qui exprime le plus "les secrets du coeur", je vous invite à rendre visite à une de mes amies "Geneviève", c'est ici

Merci d'être allé jusqu'au bout de mon reportage, mais quand j'aime je ne compte pas et je veux partager.

PS : je reviens sur mon billet : hier nous sommes allés au cinéma voir le très beau film : "SERAPHINE", encore une qui est née un siècle trop tôt.

19908265

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :