Je reste convaincue, qu’en emmenant les enfants quand ils sont jeunes, visiter : musée, châteaux, jardins et autre, cela les habitue et enrichit leur culture générale. Montrer aux enfants et aux jeunes, c’est les éloigner un peu de leurs jeux électroniques ou de la télévision et leur montrer des choses intéressantes. Les éloigner également parfois de leur renfermement. Pas facile à certains enfants  de vivre à côté de parents très occupés par leur travail qui n’ont pas le temps de leur faire visiter tous ces endroits. C’est là, que le rôle des grands-parents entre en jeu.

IMG_7357

 Léo, habite en Picardie et ne voyage pas beaucoup, souvent isolé dans son petit village, il se réfugie dans la lecture fantastique et a même créé un site d’analyses de ses lectures. Chaque grandes vacances il part à la mer avec son père soit en Bretagne ou en Vendée ; et il ne connaît rien des autres régions. Vendredi, nous avons décidé de l’emmener avec son cousin Maxime en Bourgogne. Région au nord de la nôtre. Je voulais leur faire découvrir le vignoble bourguignon et leur parler de cette culture typiquement française, qui fait notre renommée à l’étranger. Nous avons pique-niqué à l’ombre des arbres aux pieds des vignes du côté de Pommard. Un moment bien agréable.

0 déjeuner dans les vignes

 Vers 14 h, en empruntant les routes qui serpentent entre les vignes, nous avons regagné Beaune, car nous voulions également les emmener visiter les célèbres Hospices en leur précisant que c’est une région très fréquentée par les touristes du monde entier ; du reste, à côté de nous sur le parking stationnait un car de touristes chinois.

L’histoire des Hospices de Beaune a commencé en 1443 par la volonté de Nicolas Rollin, chancelier du Duc de Bourgogne et de son épouse Guigone de Salin de construire un hôpital. Les fondateurs, ont fait œuvre de charité et acte de mécénat, instituant ainsi une tradition, qui a permis aux Hospices de Beaune de traverser l'histoire dans des conditions exceptionnelles. C'est un lieu unique où rayonne l'esprit de la Bourgogne ducale ! Cet hôpital est un véritable palais des Pôvres.

 

0 les hospices

Cet édifice dans un état exceptionnel de conservation, est un rare témoignage de l’architecture civile du Moyen-Age. Coiffé de magnifiques toitures aux tuiles vernissées de couleur. A l’intérieur, les salles réunissent une vaste collection d’objets, meubles et tapisseries de cette époque. Une des merveilles de cet Hôtel Dieu, c’est la présence du chef d’œuvre unique et mondialement connu de Rogier Van der Weyden : Le Polyptyque du Jugement Dernier. Dans les caves que nous n’avons pas visitées est entreposée la réserve particulière de vin des Hospices. Chaque année une vente aux enchères a lieu dans cet endroit.

72

 Le 1er janvier 1452, l’hôpital, accueille son premier patient. Dès lors, jusqu’au XXème siècle, les sœurs des Hospices de Beaune, prendront soin de nombreux malades, dans plusieurs grandes salles. L’Hôtel Dieu, a rapidement acquis une grande renommée auprès des pauvres, mais aussi auprès des nobles et des bourgeois. Ses fonctions médicales y ont été exercées jusqu’en 1971

0 la salle des pôvres

 

0 salle des pôvres 2

 Après une visite très intéressante, bien suivie par Maxime, un peu moins par Léo. Il faut dire que les audiophones ne sont pas toujours agréables. Cela ne fait rien : nous avons semé une graine de culture, maintenant nous verrons la récolte à l’usure du temps.

0 les cuisines

0 l apothycairie

En sortant des Hospices, c’était l’heure du goûter. Maxime voulait visiter la vieille ville (il veut être architecte plus tard !, ceci explique certainement cela.) En nous promenant, nous n’avons pas  pu nous empêcher de rentrer à la superbe pâtisserie Wagner » et nous y asseoir un petit moment ; pour ceux que cela intéresse : 18, rue Monge ; je recommande, je recommande.

0 Pâtisserie Wagner

 

0 la rue

 Nous avons repris la voiture, car il fallait déposer Maxime chez son papa à Lyon. Balade un peu plus loin que d’habitude, mais elle en valait la peine. Après une semaine bien remplie, nous remettrons cela dimanche.

 

37

 

 Dans la cour d'honneur, il était difficile de prendre l'ensemble des Hospices . Une grue élévatrice trônait au beau milieu.