Après un mois intense avec nos petits enfants. C'est à notre tour de nous évader un peu ; pas pour nous reposer, le repos c'est pour après le 15 août. Car les circuits sont toujours fatiguants. Nous avons décidé de nous envoler vers la Russie.

 

19

Basile le Bienheureux sur la place Rouge

Depuis très longtemps, je suis attirée par la Russie. Certainement à cause des nombreux livres que j'ai lus dans ma jeunesse. Ainsi que ceux sur les Russes qui se sont enfuis après la révolution de 1918. Je me souviens, quand j'avais une dizaine d'années, j'habitais Paris et nous prenions souvent des taxis. Maman disait :  c'est un Russe blanc qui nous a conduit aujourd'hui. Beaucoup de Russes nobles, des princes et des proches de la Cour du Tsar Nicolas II, se reconvertissaient en chauffeur de taxi pour survivre. Dans leur pays, ils possédaient les premières voitures du début du XXème siècle et pouvaient mettre leur connaissance aux services des compagnies de taxis parisiens. 

 

27

s'en est suivi en 1956 de la sortie du film "Anastasia" racontant l'éventualité que la dernière fille du Tsar Nicolas II ne soit pas morte dans l'assassinat de toute sa famille. Il y a eu également la lecture de certains livres d'Henri Troyat mis à l'écran, ainsi que le superbe film romantique : "Le Docteur Jivago" en 1965 ; avec ses balades en troïka sur la neige, de belles images romantiques restées gravées dans ma mémoire de jeune fille.

22

Le Kremlin

Une autre de mes motivations, j'ai toujours été impressionnée par ce que l'on racontait sur la vie des Russes sous le régime communiste. Élevée dans des institutions religieuses, on nous parlait des méthodes communistes et surtout des sévices qu'ils employaient pour interdire la religion dans leur pays. Tout cela m'a beaucoup influencée pour vouloir en savoir plus.

 

63

Le symbole communiste.

Quand dans les années 1990, après la chute du mur de Berlin et l'effondrement de l'URSS, la Russie redevient un pays nouveau et reprend ses droits. Les églises orthodoxes aux différentes coupoles m'attirent. Le pays s'ouvre aux touristes plus facilement. C'est à ce moment là, que  j'ai décidé qu'un jour j'irai découvrir ce grand pays à 3heures 1/2 d'avion de chez nous. Depuis 25 ans, l'Orthodoxie à repris sa place, toutes les églises détruites ont été reconstruites avec l'argent des pratiquants pour la plupart. J'ai été étonnée de constater une certaine richesse et la ferveur du peuple Russe ; beaucoup plus que ce que je pensais de la religion Orthodoxe.

 

137 bureau de Poutine au kremlin

le bureau de Monsieur Poutine au Kremlin

En 2006, lors d'un long week-end, je me suis envolée pour St.Pétersbourg, je rêvais de visiter l'Ermitage. J'ai découvert une belle ville, et l'envie d'y revenir. Je voulais voir également Moscou et la vie dans les campagnes. Je trouve les églises Orthodoxes attirantes et j'avais l'envie de les photographier et d'apprendre le mystère de ces clochers à bulbes dont le nombre varie suivant les églises.

52

Rostov-le-Grand

Depuis plusieurs années, j'ai goûté aux charmes des croisières. Un bon moyen pour aller d'une ville à une autre sans avoir chaque soir à défaire sa valise et la refaire pour repartir le lendemain en autocar. Pour naviguer sur les fleuves Russes, seuls peuvent le faire les bateaux naviguant avec un pavillon Russe. Côté croisière, rien à voir avec celles que nous avons déjà faites ; ce n'est même pas comparable.

 

66

Entourés d'une équipe de Croisi-Europe, le Léonid Sobolev est un bateau construit en 1985 du temps des communistes, le confort est plutôt spartiate. J'avais demandé une cabine sur un pont supérieur, nous nous sommes retrouvés au pont inférieur avec un hublot donnant à raz de l'eau ; drôle d'impression ! En cas de mauvais temps sur les lacs intérieurs, il y a certainement des sensations fortes à vivre. Une cabine équipée pour 4 personnes de 9 m2 avec deux lits superposés et deux lits étroits (70 cms) en dessous séparés par une petite table, dans laquelle nous nous heurtons quand nous nous retournons dans le lit. Quant à ce qui nous sert de salle d'eau : un WC, un lavabo en face et une douche accrochée sur le côté qui se déverse entre le WC et le lavabo sans avoir oublié de déplier le rideau en plastique le long des murs et du WC ; inutile de vous dire que l'on ne s'attarde pas dessous car le tapis antidérapant en plastique est loin d'être confortable.

100

identique au nôtre

 

IMG_9271

 

Pour aller aux toilettes, aucun WC commun sur le bateau. A chaque fois, nous devons nous rendre à notre cabine. Pour descendre à la nôtre un escalier étroit et raide aux marches étroites également par rapport aux deux autres escaliers plus larges et moins abrupts. Pour couronner le tout, les marches sont hautes. Je peux dire que j'ai beaucoup souffert après les avoir empruntés plusieurs fois par jour, conjugués avec les excursions ou la marche à pied est prépondérante et souvent aux pas de charge sous une chaleur entre 35 et 40 degrés tous les jours (seulement deux petits orages pendant le séjour), j'avoue les derniers jours je boitais à nouveau comme avant mon opération. J'ai perdu 2 kilos (ça c'est plutôt bien). J'espère qu'une bonne semaine de repos en rentrant remettra en ordre ma marche.

 

29

Notre commandant de Nationalité Russe comme tout le personnel

L'organisation du directeur de croisière était super. De belles excursions dont je vous parlerai au fil du temps. Chaque jour une conférence sur l'histoire de la Russie depuis ses débuts à nos jours. Des cours de Russe et de chants afin de donner à la fin de la croisière un petit spectacle et une saynète en Russe. Malheureusement la salle de représentation ou de conférences n'était absolument pas confortable.

 

68

 

de nombreuses écluses à passer de jour comme de nuit

Après trois jours de visite de la ville de Moscou, nous avons navigué sur la Volga, nous avons passé 18 écluses, pour certaines construites à l'époque de Staline par les prisonniers des goulags. Nous avons également traversé de grands lacs intérieurs, comme le lac Blanc et le lac Onéga. En remontant vers le nord de la Russie profonde nous nous sommes arrêtés chaque jour pour découvrir une escale toujours très intéressante, de longs moments de navigation ou nous pouvions admirer les rivages très boisés, car la Russie ne manque pas de bois et de forêts. En revanche beaucoup de terrains vierges sans culture qui donnent l'impression d'être à l'abandon, pas de bêtes d'élevage, aucune trace de cultures agricoles. Nous terminerons par trois jours à Saint Pétersbourg.

 

11

Pendant les moments de navigation, chaque jour une conférence sur la Russie de ses origines à nos jours nous était proposée, nous avons pu découvrir ainsi le passé riche en évènements et ses nombreuses périodes de cruauté. En reprenant l'histoire de ce pays, à chaque génération on peut constater que le pays est gouverné par des hommes forts ou des femmes fortes et pas tendre du tout souvent même cruels, l'histoire se répète inlassablement.

 

IMG_0204

 

Kiji

 La Russie, de nos jours ne donnent pas l'impression d'un pays malheureux, les gens semblent heureux et surtout très courageux. Il n'y a que 8% de chômeurs. Par rapport à la France, tout le monde semble travailler, les villes sont propres, de nombreux petits boulots occupent tout le monde. Beaucoup de retraités reprennent un petit travail pour arrondir leur retraite qui se prend à 55 ans pour les femmes et 60 ans pour les hommes. Il n'est pas anormal de trouver des femmes d'environ 70 ans qui travaillent. Le monde de consommation est partout. Dans les grandes villes de belles voitures aux marques internationales très peu d'anciennes sauf dans les campagnes. Cette année, l'été est exceptionnel, rarement les Russes ont vécu des périodes de canicule comme cette fin de juillet et ce mois d'août, des chaleurs comme je le dis plus haut entre 35 et 40 degrés tout les jours et donc de la sécheresse.

 

IMG_0296

 

 Mandrogua village artisanal

Les gens s'habillent correctement, ils ne semblent pas suivre de mode et font penser pour certaines aux femmes de chez nous dans les années 1960. Les jeunes femmes portent soit des robes courtes ou des robes longues dans des tissus fluides de belles coupes certainement faites maison, elles ne sont pas toutes semblables, il me semble que l'esthétique pour beaucoup n'est pas la priorité première, ni pour leur vêtement, ni pour leur maison. De nombreux immeubles genre HLM sortent de terre partout, il y a encore des appartement communautaires. Très peu de constructions individuelles neuves, sauf pour les nouveaux riches. Dans les campagnes  beaucoup de datchas anciennes en bois. Peu de fleurs, seulement dans certains parcs des grandes villes. En dehors des grandes villes et des centres villes souvent les parcs ne sont pas entretenus.   

 

84

Quand notre avion a commencé à descendre sur Moscou, j'ai été surprise par la verdure et les petits lacs que l'on voyait partout. C'est la première impression que m'a donnée la Russie, je ne m'attendais pas à autant d'espaces verts.

La conférencière ainsi que les guides qui nous accompagnaient étaient tous passionnants. Ils nous ont parlé franchement et nous ont même dit qu'ils n'avaient pas voté pour Monsieur Poutine, mais qu'ils reconnaissaient qu'il fallait un homme à poigne forte pour diriger leur pays. Nous Français, à leurs yeux, nous passons pour un pays qui n'est plus un grand pays et qui est gouverné n'importe comment ; notre prestige de français en a pris un sacré coup. D'après eux, nous sommes à la botte des américains et ils semblent ouvertement ne pas être mécontents de notre situation de faiblesse à l'heure actuelle. J'avais déjà ressenti cette même impression avec une correspondante Slave que j'ai sur Internet. Pour eux, à chacun son tour, c'est au nôtre de souffrir de cette situation. Je vous assure je n'exagère pas du tout. 

5

YAROSLAVL

En conclusion, je dirai, j'ai réalisé mon rêve de connaître un peu ce grand pays. J'ai adoré l'histoire de la Russie, ses églises, ses palais ; j'ai apprécié les guides qui nous entouraient. Mais, j'ai vraiment pas du tout apprécié le bateau, ni la nourriture Russe  faite de crudités (toujours les mêmes) de soupes, de viandes bouillis, de poulets bouillis et de poissons ; pourtant je ne suis pas du tout difficile. J'ai aimé malgré tout le coté croisière avec ses navigations propice aux repos et à la solitude face à soi-même . Pour cela, il suffisait de s'installer sur les coursives extérieures et voir défiler afin d'admirer le paysage. En revanche le pont du dernier étage sans ombre en plein soleil déversant sans arrêt ses fumées et ses odeurs de fuel, ne m'a pas vu souvent. Je rajouterai qu'ils sont loin des efforts écologiques que nous faisons en France. Chaque soir un coucher de soleil différent vers 22h30 assouvissait ma passion photographique. Pendant ces moments de  navigation petit mari apprenait le Russe et répétait la saynète comique dans laquelle il avait le rôle du navet.

187

 

Le retour n'a pas été simple, dans l'avion au départ, retard de deux heures (on ne retrouvait plus nos valises, ensuite il en manquait encore deux) à l'arrivée à Lyon encore une heure  pour récupérer nos valises. Le vol perturbé par de fortes turbulences au large de la Lituanie (j'aime pas du tout). Pendant le séjour, nous avons appris que notre petite chienne Tara avait été chez le vétérinaire et que le chat Igor confié à la Maison du Chat ne s'était pas contenté d'une visite chez le même vétérinaire, mais y avait pris pension 6 jours. Pourtant, il se trouvait dans une bonne pension ; du reste je remercie la propriétaire qui a su l'emmener voir le docteur des chats quand elle s'est aperçu qu'il faisait la grève de la faim et se laissait dépérir de chagrin, même à la clinique il ne voulait pas manger, malgré tout dimanche il a succombé au poulet et au jambon que lui a apporté la vétérinaire de service pris sur son repas et il a craqué aux câlins de sa fille. Ouf il ne lui restait que deux jours avant notre retour.

2

Le palais de la Grande Catherine, où j'ai pu admirer le cabinet d'ambre, une pure merveille mais pas le droit de le photographier.

Nous avons retrouvé notre cher Igor bien maigri, mais heureux de nous revoir. De toute la journée, il ne nous a pas quitté d'une semelle et a réclamé tout le temps des caresses. Je ne vous ai pas encore tout dit. La cerise sur le gâteau, en rentrant nous avons pu constater qu'il y avait eu une panne d'électricité dans la buanderie suite à un gros orage et que les denrées de nos congélateurs pleins étaient dans un état inutilisable et qu'ils déversaient une odeur nauséabonde. Ce fut notre premier boulot en nous levant ce matin.

 

38

 

A part  cela, tout va très bien Madame la Marquise, nous avons passé de bonnes vacances. Comme je suis d'un caractère positif, je me souviendrai donc du meilleur. Ceci étant, je ne recommanderai pas le Léonid Sobolev affrété par Croisi-Europe, car j'avais demandé une cabine sur un pont supérieur à cause de nos dernières opérations de la hanche et l'intervenant sur Internet n'en a pas tenu compte. Je vais maintenant me reposer pour retrouver une marche normale. Au cours des semaines suivantes, je reviendrai vous raconter certaines excursions.

3

Pétrodvorets, résidence d'été de Pierre Le Grand considéré comme le Versailles Russe