Lors des voyages organisés et des circuits, il y a souvent au moins une ou plusieurs étapes que j'appelle : Attrape touristes ! J'ai remarqué, cette frénésie d'envie d'acheter un petit souvenir pour certains. Il y a des gens, qui visitent avec plus d'intérêt ces magasins que les lieux pour lesquels ils sont venus. Ils doivent rapporter pour les enfants, les petits enfants, les parents, les beaux-parents, la personne qui a gardé les animaux etc... 

72

 

Ce n'est absolument pas ma politique ; il y a bien longtemps que je me suis rendu-compte que ces cadeaux inadaptés dans notre environnement, une fois que nous sommes  rentrés à la maison, terminent sur les brocantes. Quant aux t-shirts avec un beau logo du pays, nos jeunes ne veulent pas les mettre. Donc je ne ramène presque rien. Pour me faire rentrer dans ces magasins, il faut vraiment que j'aie un coup de coeur. Les seuls dans lesquels je rentre sont ceux ou il y a de l'artisanat fait devant nous.  

70

Mandrogua, c'est la dernière étape avant St Pétersbourg. C'est le village entièrement refait pour les touristes. Tout a été reconstitué et nous pouvons voir des artisans au travail ; il y en a dans toutes les maisons. L'excuse des tours opérator c'est que le trajet entre Kiji et St. Pétersbourg est trop long et que sans escale, nous arriverions à destination en pleine nuit. Dans ce village on propose même en option un repas typique dans une isba reconstituée flambant neuve avec un petit groupe folklorique ; tout à fait la version "attrape couillons". Nous avons préféré déjeuner à bord.

71

En revanche, nous nous sommes promenés dans ce village et surtout nous avons été admirer les artisans qui peignent sur les oeufs et les matriochkas ainsi que les bijoutiers qui enfilent des perles avec dextérité pour confectionner de magnifiques colliers ou bracelets d'une finesse incroyable. (Nous sommes loin de la folie de cet été partout dans le monde). Je ne me suis pas laissée tenter. Le plaisir des yeux et de photographier m'ont simplement suffit.

24

 

31

30

J'avoue, une balade de 2h1/2 très agréable et pas fatiguante du tout. En attendant l'appareillage après le déjeuner, nous nous sommes amusés à regarder remonter à bord les touristes, pour certains très chargés. Malgré tout, j'ai remarqué autre chose. A cette escale, tout le personnel descend et nous pouvons voir tous ceux et celles que nous ne voyons jamais : les femmes de chambres, les femmes de ménage, les cuisinières .... et là, surprise c'est incroyable le nombre de femmes entre 40 et 60 ans qui travaillent à bord, loin de chez elles ! Certaines profitent de cette escale pour aller se baigner dans la Volga. Il y a même les moussaillons qui transportent les marmites pour un pique nique d'employés sous un abri aménagé à cet effet.  

16

17

23

A 14h30, tout le monde à bord, nous reprenons la navigation avec un après-midi chargé pour certains. Ce soir, spectacle donné par les touristes. Vous savez, ceux et celles qui étaient inscrits à la chorale, à la danse, sans oublier ceux et celles qui ont appris les rudiments de Russe, tout juste assez, pour donner une petite représentation comique, fort sympathique. Les animateurs montreront leur talent dans le chant, ainsi qu'un groupe de français mais aussi un groupe de chinois, qui pendant le voyage ne s'est pas beaucoup mélangé à nous, la barrière de la langue étant. Nous les remarquions surtout aux petits déjeuners le matin par leur incivilité .Mais ce soir ils feront aussi le show. Je suppose que Croisi-Europe pour remplir tout le bateau a eu recours à ce groupe de chinois.  

69

Après une semaine à voguer sur la Volga et ses lacs ; les choses sérieuses et fatiguantes vont recommencer le lendemain. Nous accostons pour trois jours à St Pétersbourg pour nos dernières visites et nous laissons de coté les églises et les monastères pour les palais des Tsars, sans oublier la visite de l'Ermitage.

39

C'est aussi cela les croisières ! chaque soir de magnifiques couchers de soleil.Celui-ci à 22h30.