Samedi soir, Annabelle reprend l'avion, une rentrée assez mouvementée. Le lendemain, une journée de pluie, de vent, ce qui explique les turbulences dans l'avion. Nous sommes réveillés plusieurs fois par la pluie et le vent. A 6 heures quand nous nous levons, le temps est gris et le ciel est chargé. Nous devons tous nous retrouver pour le déjeuner vers 12h30 "Chez Honoré" un lolo réputé sur une plage de la route de la Pointe des châteaux.

 

26

 

Mais avant, je veux retourner prendre des photos du cimetière de Morne à l'Eau. Entre le Moule et le cimetière nous sommes copieusement arrosés. Quand il pleut ici pendant la saison des pluies, cela ne fait pas semblant. La mer est déchaînée.

 

37

 

Je sais que la Messe du dimanche à l'église du Moule, ressemble  à celles que nous avions dans les années 1950 en métropole. L'église est pleine, on chante, on prie c'est très émouvant. Les familles  sont habillées en "dimanche" comme nous disions avant. Cela fait plaisir à voir à la sortie de l'office. Maintenant, très peu de sorties de messe ressemblent à celles de ces années là. D'autant plus que la place de ce petit bourg est restée très authentique, c'est une belle place entourée de son église et de sa mairie de 1928, de beaux arbres font de l'ombre, le petit village a vraiment beaucoup de charme.

 

38

 

 

10

 

Nous reprenons la voiture direction la Pointe des Châteaux. Sandrine et sa famille ainsi que Valérie et Théma nous attendent pour un repas en famille et un après-midi ensemble. Que de bons moments passés ensemble, il y a longtemps que cela n'est pas arrivé. A côté de chez Honoré se trouve un petit village artisanal régional ; avant le repas nous y sommes allés, j'ai acheté une robe de plage très colorée aux couleurs des Antilles, un peu de légèreté, je veux tous les surprendre et montrer, qu'une grand-mère sait se mettre dans l'ambiance des îles. Une petite folie, que j'ai accompagnée d'un petit cadeau local pour chacun  seulement pour le plaisir d'offrir. Il y a des instants de bonheur qu'il faut savoir savourer. Après le repas, tout le monde a eu envie de s'y rendre.

 

18

 

Pendant que certains sont encore dans les boutiques, le vent et la pluie se lèvent à nouveau. c'est incroyable de voir les rue s'inonder en un rien de temps et voir dévaler l'eau en torrent. Que faire de mieux que de regarder à l'abri en attendant que le soleil revienne et que nous puissions continuer notre balade jusqu'à la Pointe des Châteaux, que Sandrine ne connaît pas encore. Valérie et Théma en revanche repartent à leur bungalow. 

 

25

 

C'est dimanche, il y a beaucoup de promeneurs. Jeannette est à l'entrée du site et tourne, tourne à la main son sorbet coco dans une drôle de machine, cela fait 17 ans qu'elle régale les touristes de passage, tout comme "Jordan" un rasta qui tresse des palmes de cocotiers qu'il transforme en chapeaux ou en panier. Des poissons et des colibris prennent forme sous ses mains.  

 

34

 

35

La Pointe des châteaux, est superbe sous le ciel bleu, le soleil et la mer en furie la rendent encore plus belle, pendant mon séjour, nous y sommes allés à plusieurs reprises, car c'est un endroit qui me fascine. Les vagues viennent fouetter les rochers dans un nuage d'écume, c'est tout simplement magnifique. Nous repartons, le temps s'assombrit à nouveau, la pluie revient, nous nous quittons et chacun rentre chez soi. Le soir au journal télévisé, nous apprenons que la Guadeloupe est en vigilance orange et que la tempête tropicale "Gonzalo" approche des côtes et que nous devrons rester à résidence le lendemain.

 

28

 

 

Effectivement, la pluie, le vent soufflent en rafale toute la nuit. Le lendemain matin, nous apprenons que les enfants sur toute l'île n'ont pas école et qu'il faut rester vigilant en évitant de sortir, la tempête s'est éloignée vers St. Martin et St. Barth. où elle a fait de sérieux dégâts. Nous restons au Domaine au bord de la piscine ; demain sera un autre jour.

27

Le coucher de soleil n'est pas super ce soir, mais en revanche le ciel est flamboyant.

11

Rentrés au bungalow, comme chaque soir même scénario, dîner et dodo à 20h30. Ce rythme me plaît bien, lever à 6 heures, ce n'est pas plus mal, on peut démarrer la journée plus tôt et en profiter encore plus, surtout quand nous allons sur Basse Terre. Nous ne nous baignons pas tous les jours, car la plupart des plages sont infectées d'algues "sargasses", elles peuvent donner de violents maux de tête. Les mairies de toutes les communes concernées semblent dépassées par l'ampleur des dégâts. Ils demandent à être classées en état de catastrophes naturelles, ils n'ont jamais eu à gérer une invasion aussi importante ; il semblerait que cette algue vienne des Etats Unis.

12