grande famille

 

Quand j'étais enfant, je regrettais de ne pas avoir une grande famille. J'étais fille unique, maman aussi. Il fallait sauter une génération pour avoir des petits cousins et encore, ils n'étaient pas très nombreux.

Du côté de ma grand-mère maternelle, elle avait un frère et une soeur, tous les deux un seul enfant, et en plus ils habitaient très loin. Mon grand-père avait une soeur qui avait deux garçons, l'un n'avait pas d'enfant, l'autre est décédé très jeune, après, je n'ai plus revu ses deux enfants.

Du côté de mon papa, il avait un frère qui a eu 3 enfants tous plus jeunes que moi et nous ne nous sommes pas beaucoup fréquentés.

Du plus loin que je me souvienne, je disais : "Moi, j'aurai au moins quatre enfants,  je les éleverai et je ne travaillerai pas, pour qu'ils soient heureux et n'aient pas l'enfance que j'ai eue." J'ai eu la chance de réaliser ce rêve.

 

4 enfants

Mes grands-parents, chez qui j'étais très souvent en dehors de la pension étaient très chaleureux et accueillaient chez eux, beaucoup d'amis en détresse, la porte était toujours ouverte, la table aussi pour ceux et celles qui n'avaient pas grand chose, ils avaient l'habitude de dire : quand il y en a pour trois, il y en a pour quatre. Ce partage, je l'ai vécu dès mes plus jeunes années et je suis certaine que c'est cet exemple qui a forgé ma vie et m'a souvent aidé à accueillir les autres. 

 

Partager-le-travail

 

Souvent, je vous ai parlé de ma jeunesse et de la nombreuse famille qui m'entoure. Aujourd'hui, je vais vous la montrer au complet. Vous y verrez mes filles et leurs enfants, mais aussi ceux de petit mari, sans oublier tous les petits enfants de coeur, que nous accueillons au gré des familles recomposées chez nos enfants.

">

si le diaporama ne fonctionne pas appuyez :

http://www.kizoa.fr/Montage-Photo/d17569606kP167014506o1l1/la-famille-blog-2

Petit mari, lui aussi est fils unique, en revanche il a été entouré de plusieurs cousins et cousines ; il n'a absolument pas vécu les mêmes choses que moi et jamais il n'a regretté son statut de fils unique. Il n'avait pas du tout les mêmes convictions que les miennes, en ce qui concerne le partage avec les autres. Depuis que nous sommes mariés, il a bien changé ; car je reste convaincue qu'Aimer, Donner et Partager (c'est ma devise) est une des choses  les plus importantes de la vie. Il a vite appris et il remplit son rôle de grand-père par substitution à merveille, avec tous les enfants qui passent chez nous.  

enfant_unique

 

Et  vous, partagez-vous ma devise ?