25 septembre 2015

Un été en demi-teinte - 4 - Et les jours intermédiaires que faisions-nous ?

Nous pique-niquons souvent ! N'importe où, le cuisinier, nous trouve toujours un endroit sympa ; on cherche un peu, mais jamais nous ne nous arrêtons au bord de la route. Là, par exemple du côté de Rivoli, nous nous sommes enfoncés dans un chemin pour les 4x4. Notre Mégane, n'a pas aimé.

19

 A l'aller comme au retour, nous nous sommes arrêtés à Turin et nous en avons profité pour aller visiter le Musée du Cinéma, malgré tout, nous avons regretté que l'on ne parle pas beaucoup des Frères Lumière. Pourtant sans nos deux français, rien n'aurait commencé à cette époque. 

musée du cinéma turin

 A l'aller, j'avais retenu dans une sympathique pension de famille à l'italienne aux allures des années 1960. "La pension Duca" Surtout sympathique, parce que nous étions les seuls, si d'autres chambres avaient été occupées, l'air sympathique, n'aurait plus été le même, car nous aurions dû partager la salle de bain unique. Mauvais choix quand même, pas de clim. dans chaque chambre un ventilateur portable et impossible d'ouvrir la fenêtre, car l'avenue était passagère. Mais pour une nuit ça ira.

21

 les garçons apprécient beaucoup le côté hôtel !!

Vendredi soir à Turin, nous avons découvert un concept qui permet aux grignoteurs de se nourrir de tout sans manger un vrai repas. Pour Léo, c'est le rêve, car manger pour lui c'est une corvée, se mettre à table n'est jamais un plaisir. Mais pour Maxime qui est un gros mangeur c'est autre chose, ce soir là, il s'en est contenté car il était patraque.

 

20

Petit Mari avait dit : une grosse visite = le lendemain relax, balade dans les environs de Ferrare. Cela tombait bien, à quelques kilomètres, un village de pêcheurs avec cinq canaux comme à Venise "Commacchio", construit au XVIIème siècle.

10

9

 

14

15

J'ai profité de ce jour là, pour observer la technique de prise de vue de Maxime, pas mauvaise du tout.

3

7

8

 

11

 

26

J'aime beaucoup cette photo, tellement significative des temps modernes.

25

Maxime et petit mari avaient envie d'aller se baigner dans l'Adriatique à moins de 50 kms de notre gîte. Un jour nous avons été repérer et nous avons décidé d'aller y passer un après-midi. Le concept des plages privées ne me déplaît pas, quand on est dépourvu de parasol et de transat c'est pas mal (il faisait quand même presque 40 ce jours là !) Elles sont aménagées agréablement sans être les uns sur les autres. En revanche, la baignade surveillée a été très décevante pour mes baigneurs. L'eau sale, et odorante peuplée de détritus qui surnagent de part et d'autre, laisse dubitatif. Du jamais vu en France sur une plage aménagée. Déception quand même pour ceux qui avaient eu envie d'une bonne baignade ; ceci dit Léo, n'aura pas été déçu, il n'a pas voulu venir et il est resté à la maison.

17

27

je remarque que petit mari aime bien aussi le téléphone portable, bon je dirai raisonnablement.

13

le jour de la balade sur les canaux de Commacchio, Maxime, à joué les solidaires et pourtant...

22

Une ferme abandonnée parmi tant d'autres en plein milieu des champs de la vallée du Pô.

 23

Maxime et ses pitreries.

Le dernier soir, nous nous sommes arrêtés à nouveau pour une  nuit à Turin. Pas de pension Duca, mais un hôtel simple, pas cher. Pour apprécier une chambre lors d'un déplacement, il faut que nous restions au moins deux jours pour que je choisisse un endroit moins impersonnel et rempli de charme. Sinon, ce genre d'hôtel nous convient. Dans le second cas, je privilégie les chambres d'hôtes.

Pendant toute l'après-midi, nous n'entendons pas nos jeunes, ils sont branchés sur leur Walkman en un mot, ils sont toujours branchés (dans 10 ans ou avant,on leur greffera certainement une puce !!). Pas envie d'aller dîner loin de l'hôtel, le patron nous indique un restaurant familial juste à côté, super.

IMG_0931

un code d'accès pour chacun ! D'après l'hôtelier, c'est aussi indispensable, que l'eau et la lumière......

 Le lendemain matin, nous reprenons la route pour la maison. Nous n'avons plus qu'environ  3 heures de route. Mais il faut repasser le tunnel de Fréjus. Nos jeunes toujours branchés et somnolents, n'admirent même pas le paysage. Pourtant traverser les alpes, même sur l'autoroute, les paysages qui nous entourent, sont grandioses. 

tunnel de freju

Une fois rentrés à la maison. C'est l'heure du bilan. Nous sommes quand même très fatigués et en partie un peu déçus par nos jeunes. Les générations ne sont vraiment plus les mêmes. A 17 ans 1/2 et à 15 ans, on m'aurait emmenée à Venise et à Florence, j'aurais adoré. Je me souviens, je devais avoir 16 ans, mes parents m'ont emmenée dans les Pyrénées, j'en garde un souvenir merveilleux. Je découvrais les montagnes pour la première fois et je n'arrêtais pas de dire : Que c'est beau.

 

Scan

Beaucoup de nos jeunes semblent blasés, leurs centres d'intérêts ne sont plus les mêmes et ils ne sont plus curieux. En tous les cas dans beaucoup de ceux qui nous entourent. Enfin pour me consoler, je me dis : peut-être que la graine italienne que nous avons plantée, ressurgira quand ils seront vraiment adultes et surtout plus mâtures.

1

2

Turin

 

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :


18 septembre 2015

Un été en demi teinte - 3 - FLORENCE

Nous ne connaissions pas du tout Florence. Pour préparer un circuit ce n'est pas facile. Après Bologne, nous sommes rentrés en Toscane et nous avons retrouvé de jolis paysages, qui nous ont réconcilié avec la campagne italienne.

33

La voiture déposée au parking de la gare, muni d'un plan, nous avons décidé de tout faire à pied, le centre historique n'est pas trop éloigné. En revanche, nous ne nous attendions pas à la chaleur étouffante de la ville. Ce jour là, le thermomètre oscille entre 40 et 42 degrés. Je peux vous dire que nous avons souffert.

19

Notre première visite est justement à côté de la gare. Ce sera la Basilica di Santa Maria Novella. Bon, c'est vrai encore une église, pour les garçons ce n'est pas trop à leur goût, mais ceci étant, l'Italie ne serait pas l'Italie sans ses édifices religieux.

30

1

2

3

4

14

L'intérieur de l'église est très joli, tout comme les salles qui débouchent tout au long du cloître.

17

21

22

23

24

26

28

6

A côté de la basilique, il y a une pharmacie-parfumerie, unique au monde, en activité depuis 1612. Là aussi, l'intérêt a été moyen. Pourtant, les plantes médicinales qui nous entourent sont plutôt agréables et sentent bon, les lieux sont de toute beauté. Maxime a pris quelques photos. 

31

32

Florence étant la patrie des Médicis et le berceau de la Renaissance, je comptais bien les emmener visiter les somptueux appartements des Médicis : Le Salone dei Cinquecento pour parler français : Le salon des cinq sens. Je sais que Maxime aurait apprécié ; nous n'avons pas eu de chance, c'était fermé. A Florence, j'ai remarqué les monuments ne sont pas tous fermés en même temps. En France en général c'est le mardi la fermeture hebdomadaire des lieux d'histoire. J'avoue une belle déception.

34

35

37

39

Nous avons traversé la Piazza Storri, très beau palais du XVème siècle doté d'une belle cour intérieure où tout Florence semble se donner rendez-vous, surtout les jeunes florentins.

36

38

40

Petit mari voulait visiter quelques salles du Palais des Offices, mais les jeunes n'ont pas voulu faire la queue. Nous nous sommes dirigés vers le Ponte Vecchio qui enjambe l'Arno ; une curiosité, ce pont est habité comme devait l'être à Paris le Pont Neuf.

42

43

Pour terminer cet après-midi chargé, nous avions encore le Duomo et sa gigantesque cathédrale Sans Maria del Fiore. On reste bouche bée devant le célèbre Dôme de tuiles rouges, le campanile gracieux et l'époustouflante façade en marbre rose, blanc et vert. J'avais très envie de grimper les 463 marches de pierre pour accéder à la coupoule, là aussi le jeudi il n'était pas accessible et pour visiter la basilique à 16h30, il y avait une queue en plein soleil qui faisait le tour de l'édifice. Nous nous sommes pas sentis le courage d'attendre sous le soleil.

49

50

51

52

Pendant toute notre balade sous la chaleur, plusieurs fois nous sommes rentrés dans des magasins climatisés. Devant moi, à deux reprises, j'ai vu des dames de mon âge s'écrouler. Nous nous sommes promis de revenir en préparant mieux notre parcours et surtout en y allant que tous les deux, au printemps de préférence. Je dirai en toute hônneté que Florence me laisse sur ma faim.

48

Posté par manouedith à 20:55 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :

11 septembre 2015

Un été en demi teinte - 2 - VENISE

Pour nous, Venise c'est la quatrième fois que nous y venons. Comme je l'ai dit la dernière fois. Elle est unique au monde et  dégage une ambiance et un charme exceptionnels. C'est impossible d'y rester indifférent.

8

Notre ferme au milieu des poires, est à une heure de la Sérénissime. J'ai tout organisé avec soin. Une fois déposée notre voiture au parking San Marco pour la journée. A nous le vaporetto pour rejoindre la Plazza San Marco et de là, le principal sera fait à pied. Deux jours sont consacrés à la visite de ce merveilleux endroit. Alors, allons-y.  

1

Pour le premier jour, il faut s'imprégner de la ville et des principaux endroits pour déborder ensuite, sur les petites rues plus calmes aux merveilleuses places cachées et aux restaurants loin de la foule de touristes. En un mot, goûter, déguster, l'endroit inoubliable que cette ville représente.

2

3

4

5

Enfin, nous allons pouvoir leur faire admirer pendant 20 minutes avant San Marco, les façades des palais tous plus jolis les uns des autres de part et d'autre du grand canal. Pour cela, nous avons pris d'assaut les premières places collées au bastingage. Marc tout content de leur expliquer en quelques mots l'histoire de Venise. Oui, mais ! c'était sans compter que sur le vaporetto on capte Internet. Le plus accroc c'est Léo. Maxime beaucoup moins, car je lui ai confié un appareil photos.

9

10

11

12

Je suis un peu déçue, j'ose une petite phrase du genre : "Léo, le paysage c'est devant ; regardes comme c'est joli. Je suis vite remise à ma place. Il prend quelques photos avec son compagnon inséparable, mais aussitôt il s'amuse à rectifier la prise de vue (plus foncé, plus clair, une couleur plus adéquate etc..) et passe à côté de plein de choses. Le Rialto, pas plus d'intérêt, bon pour l'excuser dirons-nous qu'en ce moment il est emmailloté. Aucun intérêt non plus pour le va et vient incessant sur le grand canal, puisque tout se fait en bateau, c'est pourtant saisissant Venise, n'est pas une ville normale. 

22

Il y a même parfois des choses vraiment insolite. Regardez, ce qu´ose faire le profit de l'argent. Ceci dit, un jour j'étais dans un bateau du même genre mais beaucoup plus petit et je peux dire que l'entrée dans Venise restera à mes yeux un des plus beaux souvenirs de ma vie, je l'avoue humblement au détriment de la lagune. Ce jour là, il y en avait 5 identiques qui étaient amarrés dans le port, soit : près de 20.000  touristes pour la journée !!!

15

16

Mes garçons apprécient néanmoins les ruelles, les enseignes, les places, la place San Marco enfin presque terminée dans sa réfection, c'est la première fois que nous  la voyons sans échafaudage. Mais impossible de les faire aller visiter la Basilique, trop de personnes font la queue en plein soleil, la visite sera pour le second jour. Et pour le palais des doges c'est pareil. Quel dommage ! Mais étant donné l'intérêt moyen, nous zapperons le Palais des Doges.

18

19

A notre retour deux jours plus tard, le programme doit nous emmener à Murano et Burano ; mais nous avons décidé de commencer par la Basilique San Marco ; la queue est beaucoup moins importante que le premier jour. Il faut dire qu'il n'y a qu'un seul bateau au port. On ne peut pas venir à Venise sans visiter la basilique San Marco. Les explications à l'intérieur sont écoutées d'une oreille distraite ; pourtant petit mari, s'évertue à guider leur attention sur les mosaïques qui recouvrent les murs intérieurs.

20

21

27

Pendant les deux jours, nous avons voulu aussi leur faire découvrir des endroits plus conventionnels comme un petit restaurant dans une ruelle près du Rialto, connu et réservé souvent aux gondoliers. Chaque après-midi, nous réservons une halte gourmande. Nous avons voulu leur montrer, que nous pouvions rentrer et nous installer confortablement dans un palace ; à défaut de s'y arrêter pour y dormir, car évidemment le "Daniéli" n'est pas dans nos moyens. Je vous le donne en mille ; la réflexion de Léo : "oh ! zut, on ne peut pas se connecter, il faut rentrer le numéro de sa chambre.

 

29

 Le deuxième jour, nous les emmènerons goûter au Florian. Un monument de l'élégance de la Belle Epoque. Où tout le monde aime y rentrer en  partie pour son décor et pour écouter de la musique classique, oui c'est vrai, ce n'est pas celle de nos jeunes, mais il faut s'imprégner de tout dans la vie. Cet endroit fait partie des incontournables de Venise. Du reste nous n'étions pas les seuls à y avoir emmené des jeunes.

23

 Ben oui ! mais voilà. L'intérêt principal de cette journée, c'était de faire les boutiques pour touristes afin de ramener des bricoles aux parents et aux amis. A Burano, l'artisanat de la dentelle complétera les masques en plastique et à Murano la verrerie. Ces expéditions "souvenirs" ne sont pas notre  tasse de thé. A la fin de la journée, nous n'en pouvions plus, nous leur avons donné rendez-vous au pied du campanile à une heure donnée et ces deux jeunes hommes ont pu arpenter Venise et ses boutiques comme ils ont voulu. Nous sommes même arrivés en retard au rendez-vous car petit mari avait oublié de nous faire descendre à San Marco, nous nous sommes retrouvés en face et obligés d'attentre un autre vaporetto.

28

En fin d'après-midi, les couleurs sont encore plus jolies sur les monuments. 

 

Je vous assure, nos hanches toutes neuves ont bien été testées. Pour des kilomètres à pied, nous sommes encore aptes et la marche ne nous fait pas peur.

24

A suivre.....

 

Pendant que vous continuerez à lire "Mon été en demi teinte", je serai, au fil de l'eau avec :

 

0 stéphane bern Croisière Secret de Rois et de Reines

 

Stéphane Bern

Le Prince Charles Louis d'Orléans Duc d'Anjou

Jean Christian Petitfils

Isabelle Rivière. 

et nous dégusterons les Secrets des Rois et des Reines.

Je vous raconterai......

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 septembre 2015

Un été en demi-teinte - 1 -

Hier, j'ai eu un an de plus ! Et je reviens parmi vous.

 Les déceptions de l'été, ajoutées à celles du début du printemps. N'ont fait que consolider mes intentions.

 

3

 

Depuis plusieurs mois, je prépare le voyage en Italie. Un jour, Léo m'a dit : J'aimerais aller en Italie. Cette année pour lui, c'était la dernière année de vacances à la maison. A 18 ans, comme tous les jeunes, il a l'envie de faire des petits boulots, afin de garder une certaine indépendance, je comprends, mais pour cela il va falloir qu'il mûrisse drôlement et qu'il fasse ses premières expériences.

5

Nous habitons à environ 600 kilomètres de Venise, c'est donc la porte presqu'à côté. J'ai pensé que Venise et Florence pourraient leur apporter le goût des jolis endroits. Venise, l'inoubliable. Personne ne peut rester insensible à son charme. Il y a aussi les petites îles de la lagune comme Murano et Burano, si différentes l'une de l'autre. 

13

 

Afin qu'il ne s'ennuie pas trop tout seul avec nous, nous emmenons avec lui son cousin "Maxime". Maxime est un jeune homme, joyeux de presque 15 ans, il vient d'avoir son brevet, il est fier de ce premier examen et de passer en seconde. Léo, si tout va bien à la rentrée sera en terminale, à lui le Bac à la fin de l'année scolaire.

6

Le monde s'ouvre à eux, il est légitime qu'ils veuillent aller voir ailleurs comment c'est. C'est toujours mieux chez nos voisins. Alors, allons y voir. En étudiant mon programme, j'ai pensé qu'une location dans un gîte entre Venise et Florence ferait l'affaire. Je voulais un endroit sympa et surtout avec une connection wifi. Les garçons y tenaient. J'étais loin de penser que ce serait l'élément essentiel du voyage.

La ferme de Ferrare2

C'est donc dans la vallée du Pô, au milieu de nulle part, seuls parmi les champs de poires, que nous déposons nos valises ; pas très loin de Ferrare. Un endroit calme, agrémenté par le chant des cigales, mais aussi par les moustiques le soir. Une ferme simple et agréable. La vallée du Pô regorge d'eau partout : ruisseaux, rivières, trous d'eau et marécages. C'est une campagne un peu triste, pas très jolie ; parsemée de vieilles fermes abandonnées, délabrées même et se détériorant de plus en plus.

11

En revanche, Ferrare est une ville d'art, avec une histoire complexe mais riche en évènements. C'est le berceau de la famille d'Este. Le centre urbain est le coeur de la vie politique commerciale et religieuse de la cité. Tout est réuni au centre ville. La majestueuse cathédrale Saint Georges patron de la ville, consacrée en 1135. Le campanile à l'opposé de la place, est structuré sur une large base carrée subdivisée en 4 blocs séparés par des corniches et fut édifié entre 1451 et 1596.

1

 En face de la cathédrale St. Georges près du dôme, s'élève l'hôtel de ville que les ducs d'Este occupèrent lors des luttes sanguinaires entre les guelfes et les gibelins. Mais le monument le plus visible à quelques pas du centre, reste quand même le château d'Este, édifié à partir de septembre 1385. Il est entouré d'un large fossé et protégé par quatre tours angulaires.

 

12

 

Nous visiterons le château d'Este aux couleurs ocre flamboyantes, comme la plus part des demeures de la ville, nous retiendrons la visite des sous-terrrain en brique ; nous avons été impressionnés par la salle des tortures et le donjon. Sinon, très peu de meubles dans les pièces nobles ; mais en revanche de jolis plafonds recouverts de peintures très belles mais parsemées de petits papiers collants signifiant partout les endroits de restauration. J'avoue très handicapant pour prendre des photos.

0 ferrare chateau

Un endroit particulier et très agréable : "La loge des Oranges" appelée également "La loge de la Duchesse" et qui mérite que l'on s'y arrête pour observer les jolis orangers aménagés en jardin terrasse au splendide panorama sur le centre urbain. Mais pour nos jeunes, enfin ! un endroit attrayant pour capter Internet.

0 ferrare la loge des oranges 2

4

Il ressortira de cette première visite un intérêt moyen pour tous. Mais pour nous, surtout une petite frustration de ne pas avoir au moins des audioguides en français ou des explications dans notre langue. Pour ma part, je ne lis pas et ne comprends par l'anglais. Dans tous les pays frontaliers à la France en principe il y a des explications en français. En italie, dans aucune des villes que j'ai traversées je n'ai rencontré d'explications en français.

0 ferrare chateau 2

Nous reviendrons visiter le centre ville de Ferrare avant notre départ, car il mérite que nous nous y intéressions. Mais sans nos jeunes que cela n'intéresse pas outre mesure. Pour eux, le plus important, c'est quand même de rentrer à la ferme pour se plonger dans leurs jeux informatiques. Manque de chance, plus les jours avancent, moins la wifi est opérationnelle, jusqu'à ne plus pouvoir relever nos boites mails. Pour moi, cela ne me dérange pas du tout. 

2

Rendez-vous la semaine prochaine, pour de nouvelles aventures enrichissantes pour certains et beaucoup moins pour d'autres.....

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : , ,