05 octobre 2015

CROISIERE 2015 AVEC STEPHANE BERN COSTA FORTUNA 4

 

Vendredi 18 septembre 2015

 

00

 

 

Ce matin, nous mettons notre réveil avant le lever du soleil. Jean
Charles notre animateur, nous fait la surprise de nous donner rendez-vous à 7
heures à l’avant du bateau dans un endroit connu de peu de monde, afin
d’assister au lever du jour sur le Tage et admirer les monuments qui se
trouvent de part et d’autre du fleuve jusqu’à Lisbonne. Peu de courageux se
joindront à nous, il fait du vent et l’air est plutôt frais. Aux approches de
la Tour de Belem, nous sommes accueillis par des coups de canons qui enfument
la tour pour saluer un navire école qui franchit l’estuaire du Tage, ou peut
être pour saluer le Fortuna ! Une matinée bien commencée, nous irons ensuite
prendre notre petit déjeuner dans un des bars avant de partir seuls en
excursion dans Lisbonne.

 

49

 

 

50

Pour cette escale, nous nous contentons des bus rouges que nous trouvons dans toutes les grandes villes, avec lesquels nous pouvons découvrir les principaux monuments puisque nous pouvons  monter et descendre et aller visiter ce que nous voulons. Sauf que nous avons pris une mauvaise option, nous allons visiter toute la ville neuve de Lisbonne, alors que nous voulions visiter la ville ancienne. L’escale à Lisbonne est vraiment trop courte car l’après-midi, nous avons rendez-vous avec le Prince Charles Philippe d’Orléans, mais ce n’est pas grave, nous avons découvert Lisbonne du XXIème siècle et ses constructions modernes construites pour la dernière Exposition Universelle. Nous parcourons néanmoins à pied au retour tout le quartier de la place du Commerce, qui nous donne un aperçu de la vieille ville et des vieux trams qui montent sans arrêt les rues escarpées de la ville. Une ville à redécouvrir à un autre voyage. Nous reviendrons.

63

62

IMG_6444

 Nous rentrons sur le bateau en début d’après-midi, notre rendez-vous est à 15 heures avec le Prince, neveu du Comte de Paris. Etant une grande fan de ses grands-parents, je connais la famille d’Orléans dans les détails. J’ai lu tous les livres de sa grand-mère et je m’intéresse toujours à ce que devienne ses petits enfants. Il y a quelques années, nous avions vu Charles-Philippe, dans une télé réalité sur TF1 "Je suis une célébrité, sortez-moi de là".

 . Je savais que malgré qu’il soit un Aristocrate  (proche de la Royauté si elle était restaurée en France) Il est très accessible. Quant il est arrivé dans la Salle de conférence, tout de suite  il est venu au devant des personnes déjà présentes dont je faisais partie et tout de suite s’est mis à parler avec nous simplement. Quelqu’un lui a demandé comment devions-nous l’appeler. Je savais qu’en principe on l’appelait Monseigneur, mais il nous a dit, oui effectivement c’est Monseigneur mais appelez-moi comme vous voulez. Aucun problème. Ce sera donc Charles-Philippe. 

14 prince roi en exil

Pendant la dernière guerre, tous les rois qui habitaient en Europe se sont exilés au Portugal, pour certains ils n’étaient plus bien vu en France comme la famille d’Orléans qui ont été obligés de quitter la France chassée par la République et  ne sont revenus qu’avec l’autorisation du Président Vincent Auriol en 1951. D’autres sans argent en poche on fui leur pays. Un exil forcé pour d’autres. Tous se sont retrouvés dans un des seuls pays épargné par la guerre et qui restera neutre : Le Portugal. C’est là, qu’ont afflué les réfugiés et les candidats à l’exil américain. Mais également comme je le dis plus haut toutes les têtes couronnées, des rois déchus, des princes bannis, qui vont s’installer quelques jours, quelques mois ou des années dans ce triangle d’or de l’ouest de Lisbonne entre Cascais, Esoril et Sintra.

 

14 Prince

64

 Dommage les éclairages dans la salle donnent de mauvaises couleurs

Durant plus de deux heures, Charles-Philippe nous raconte une foule d’anecdotes glamour, drôles et cocasses concernant le destin hors du commun de ces familles royales exilées au Portugal. Pendant tout ce temps un échange cordial qui se terminera par une photo de groupe avec son épouse Diana de Cadaval…… Une dédicace de son dernier livre « Rois en Exil » prolongera la conférence. Une journée très attendue qui n’a pas déméritée à ce que nous nous attendions, même si nous avions espéré partager avec lui et son épouse plusieurs jours de croisière.

20 prince

23 prince

Pendant cette croisière, j'ai fait le plein de livres à lire cet hiver !

Après le dîner, nous retrouvons Jean Christian Petitfils pour sa conférence sur un sujet bien énigmatique et qui a fait couler beaucoup d’encre. « Le masque de fer était-il le frère jumeau de Louis XIV ? J’avoue une histoire bien complexe et pas facile à suivre, mais néanmoins très intéressante. Il faut dire que Jean Christian Petitfils est passionnant, c’est un grand historien spécialiste du XVII et XVIIIème siècle, qui lui, nous a fait l’honneur de partager toute notre croisière du premier jour au dernier jour.

51

 

Samedi 19 septembre 2015

 

Deuxième journée en mer, nous devons rejoindre Valence et nous repasserons le détroit de Gibraltar. Trois nuits en atlantique dont on se souviendra car la mer nous a bercée un peu plus que la mer méditerranée. Au onzième étage, nous pouvons dire que les rafales de vent se font mieux sentir.

Dès 10h30, nous rejoignons Jean Christian Petitfils pour deux énigmes royales : Louis XVII et Madame Royale. Énigmes toujours pas résolues, pour conclusions nous ne pouvons faire que des suppositions ; mais il est toujours intéressant de constater que les recherches continuent toujours à notre époque en se penchant vers les nouveaux moyens de recherches comme celles de l'ADN. Nous espérons qu’un jour prochain nous serons en mesure d’en savoir encore plus.

52

 Ce soir, c’est aussi la seconde soirée de gala. On se fait beau pour cet évènement, je suis retournée chez le coiffeur et j’ai essayé le second coiffeur, coiffure pas si bien réussie que la première soirée commandant, mais je me plais quand même. Déjeuner agréable à la salle du restaurant où nous retrouvons les Picards qui sont à notre table le soir, nous prolongerons avec un café dans un des bars du bateau, avant de nous retrouver devant la dernière énigme racontée par notre talentueux Jean Christian. Impossible de louper une conférence, nous sommes venus pour cela. Celle-ci est plus glamour, puisqu’elle nous parlera des amours de Marie-Antoinette et du beau Fersen ; étaient-ils amis ou amants ? Là aussi nous ressortirons qu’avec des suppositions. Moi j’ai une préférence, je vous la livre. J’espère qu’ils ont été amants qui aurait pu résister à ce bel et beau suédois ?

8

 

Le dîner, nous réserve une agréable surprise, le repas est mieux que le premier, la fameuse omelette norvégienne (ou un semblant) fera son apparition au dessert avec la farandole des serveurs suivit d’un spectacle au Théâtre réalisé par une partie du personnel du bateau. Il faut savoir qu’ils sont environ 1000 employés de 30 nationalités différentes. Parmi eux il y a quand même 7 français, une majorité de Philippins et d’Italiens. Une soirée bon enfant avec quatre chanteurs qui pourraient avoir un avenir dans la chanson, comme le coiffeur néerlandais que j’ai eu ce midi, il a une belle voix de ténor. Agréable journée rien à redire.

53

 

Retrouvez moi, si mon journal de bord vous a plu, Vendredi 9 octobre pour le dernier numéro de la croisière. Pendant ce temps là, je pars avec l'homme de ma vie en escapade à Paris. 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,