Du plus loin que je me souvienne, la montagne m’attire, tout d’abord pour son relief fait de pentes plus ou moins abruptes avec ses sommets vertigineux ou pas. Ses bois et ses plaines.

1

 

Je suis née à Paris, ma famille maternelle était en Picardie depuis le  XIXème siècle. Quant à ma famille paternelle, je ne connais pas son histoire et je ne sais pas où sont ancrés ses racines. C’est donc en Picardie que je passe toutes mes vacances enfantines ; dans une petite ville « Saint Just en Chaussée » entre Beauvais et Compiègne. Mis à part les collines du bois de Mermont qui n’ont plus de secrets pour moi. Entre les années cinquante et les années soixante, elles sont mes montagnes.

2

 C’est seulement à l’âge de 17 ans que je découvre les Alpes. Grâce à un voyage organisé par l’amicale des pompiers de Saint Just en Chaussée. Quelques jours pour découvrir le plateau d’Assis, le Mont Blanc. La même année mes parents décident d’aller en vacances au mois d’août dans les Pyrénées du côté de Saint Lary-Soulans. Je me souviens des balades sur les chemins escarpés avec notre bâton de berger, c’est cette année là, que je découvre le cirque de Gavarnie, je reste émerveillée. Mais je ne sais pas encore que je ne reverrai plus les montagnes avant 1973.

Afficher l'image d'origine 

 Un aléa de la vie, fait que j’ai l’opportunité d’un WE prolongé à Pralognan la Vanoise. La montagne l’été n’a rien à voir avec celle de l’hiver. C’est la première fois que je découvre les sommets enneigés, que je prends le télésiège pour aller encore plus haut ; sans savoir non plus que j’emprunterai plus souvent ce télésiège 30 ans plus tard, le même qui a certainement été modernisé.

 

10

L’idée de venir à Pralognan est celle du papa de mes deux dernières filles, l’été précédent il était venu passer 15 jours de vacances et il était revenu enthousiasmé par la beauté des paysages, il avait l’envie de les connaître l’hiver.

4

 

 J’avoue être revenue enchantée et je me souviens avoir pensée : si un jour j’ai l’occasion j’achèterai une résidence secondaire dans cet endroit. Mais avant que cela arrive, il m’a fallu 30 ans. Quand j'ai connu Petit mari, pour renouer avec la montagne,  nous sommes allés passer 8 jours en hiver à Val Cenis en Haute Maurienne afin d’apprécier vraiment la montagne l’hiver. Lui fait du ski, pas moi.

Afficher l'image d'origine 

C’est un évènement de la vie : mon divorce avec celui qui m’avait fait découvrir ce beau village qui m’a donné la chance de réaliser mon rêve. Je me souvenais d’un endroit calme au charme familial. Et il est vrai je ne connaissais rien ailleurs.

En 2004, ma belle fille et son compagnon ont loué une semaine de vacances justement à Pralogan et ils nous ont invité à venir avec eux. Pendant que petit mari, sa fille et son gendre sont sur les pistes,  je me suis amusée à visiter des appartements dans la station  avec une idée bien arrêtée. La chance me permettait de réaliser mon rêve, en fait pas tout à fait mais presque.

 7

 

 Je me souviens quand je suis rentrée dans l’agence : j’ai dit, voilà mon rêve serait d’acheter un chalet au bord d’un lac de préférence. Sauf qu’à Pralognan il n’y pas de lacs, les lacs j’apprendrais plus tard, ils sont loin dans la  montagne, perdu au milieu de nulle part et ne ressemblent pas à ceux que je pensais. Bon, ce n’est pas grave, je peux faire une impasse sur le lac, mais j’allais faire aussi l’impasse sur le chalet, pas du tout dans mon budget. Alors voyons pour un appartement, mais au moins un appartement aux allures montagnardes. Là aussi, je vais avoir tout faux.

 

5

 La dame me propose un bel appartement qui rentre dans mon budget mais pas du tout du style que je prévoyais. Elle a de très bons arguments, s’il n’est pas tout à fait comme je le souhaite, il est spacieux, possède deux balcons, une luminosité très agréable, de vraies pièces avec une hauteur normale, pas de chambre cabine comme dans beaucoup de résidences moins anciennes et une chambre en sous-sol, aménagée pour 3 enfants ; la cerise sur le gâteau il est entièrement meublé, ça c’est un plus pour une résidence secondaire à 50 km d’une grande ville. Les résidents sont les mêmes depuis la construction du bâtiment, et ne viennent qu’aux vacances.

138

 

 Après tout, je n’ai rien d’autre à faire, je décide d’aller le visiter. Et là, coup de foudre, cet appartement est super, propre il n’y a rien à y faire que déposer ses valises. Les propriétaires sont des gens âgés, aisés qui ont entretenu leur bien au fur et à mesure des années avec des prestations  de qualité. Les meubles feront l'affaire un certain temps, mais par la suite je les ai changés pour mettre du chêne clair et j'ai fait refaire les tapisseries des lits, car j'aime leurs boiseries.

appartements pralognan au début1

Il n’y a pas de lac, ce n’est pas un chalet, mais après tout un chalet chaque hiver il aurait fallu déblayer la neige à notre arrivée, c’est plus difficile à chauffer, et c’est donc mon côté réfléchi qui l’emporte. Mais avant de dire oui, il faut quand même que je le fasse visiter à petit mari.

 

chalet

L’après-midi, ils ne vont pas skier, je leur dis : j’ai une surprise, suivez-moi, je veux vous montrer quelque chose, la dame de l’agence m’a laissé les clefs. Pour une surprise c’est une surprise, on reste un certain temps à examiner l’appartement dans tous les coins et quand nous redescendons, ma décision est prise, ce sera celui-là et pas la peine d’en visiter d’autres.

 

3

Le 14 avril suivant, nous revenons et nous sommes chez nous. A cette époque, nous habitions du côté d’Amiens 900 kilomètres, nous décidons d’y rester 3 mois l’été, 3 mois l’hiver. Après plusieurs années, nous décidons de nous rapprocher pour avoir moins de trajet à faire. En 2004, nous sommes encore très vaillants, inutile de vous dire que l’été et l'hiver nous sommes tout le temps sur les chemins de randonnées et croyez-moi dans le parc de la Vanoise, ce n’est pas ça qui manque. 

 

17

 

18 vers cholière

Quand nous y sommes, l’appartement ne désemplit pas, c’est le lieu de partage tel que je le souhaitais, réservé à la famille et aux amis proches. Presque tous les Noëls se feront à la montagne, nous irons chaque année été comme hiver (sauf l’année de nos opérations) et maintenant que nous n’habitons plus très loin exactement à 2h1/4 de la maison, nous montons souvent en inter saison.

 231famille et amis pralognan

Ce ne sont que ceux qui viennent l'hiver, il y en a d'autres qui sont plutôt fan de l'été.  

232

 

Petite  anecdote, l’hôtel où nous étions venus l’hiver 1974 se trouve juste devant notre immeuble, c’est simplement son nom qui a changé. A l’époque il s’appelait « le Parisien » Maintenant il a été transformé en résidence de vacances et s’appelle : le Montana. En 1974, la station n’était pas celle de maintenant, il y a eu beaucoup de constructions de chalets et d’immeubles, mais jamais comme dans les autres stations, pas de grands immeubles, l’aspect général est resté le même, très familial.

 8

 

L’hiver aux vacances scolaires nous croisons que des jeunes ou des familles en vacances. Seulement     24    pistes de ski alpin,   25   de ski de fond, de nombreuses balades en forêt que l’on peut effectuer en raquettes ou pas. Nous ne nous sommes jamais lassés et à chaque fois c’est le bonheur. Nous aimons Pralognan. Petit mari fait moins de ski mais nous nous promenons ou nous restons bien au chaud chez nous.

 

112

 L’été, les départs des chemins de randonnée sont de vrais boulevards ou tout le monde se salue. Mais la montagne est tellement grande que chacun peut y trouver son bonheur. Seul petit inconvénient hors saison, un seul commerce est ouvert et il n’y a que 744 habitants. Nous sommes tellement rodés, que nous montons nos courses.

 113

 

 Au début, petit mari partait souvent l’hiver avec notre voisin qui était guide "Laurent", il a fait des balades que plus jamais il ne fera. Il a vu des paysages grandioses, pour lui, ce ne sont plus que des souvenirs, mais vraiment de bons souvenirs, il a même fait faire ce panoramique qui est installé dans le séjour. A la place du guide, c’est ma fille Annabelle et Valérie

1

qui ont acheté l’appartement et depuis  Elles ne manquent jamais de venir à chaque vacances scolaires. Nous espérons pouvoir garder cet appartement de famille, le plus longtemps possible, même si petit mari fait de moins en moins de ski, il nous reste le bon air , la beauté des paysages et les belles balades quand nous le souhaitons. Pour nous, Pralognan la Vanoise est notre paradis sur terre.

 

0

les balades avec Laurent.

 

et voici pour terminer, une petite balade pendant notre séjour de janvier 2016.

Mon seul regret, ne pas avoir 10 ans de moins quand j'ai acheté cet appartement, car l'été dans le Parc de la Vanoise il y a des balades encore plus superbes par exemple, partir du village pendant 4 jours et aller de refuge en refuge,  du refuge de la Vanoise aux glaciers. La nature est gratuite et si belle à admirer loin des soucis du monde. Une cure de beauté.

 

102