31

Ma seconde passion. « La photographie ». Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours été intéressée par la photo. Mon grand-père avait un appareil Kodak qu’il me prêtait quand j’étais jeune fille. Il avait eu aussi,  une chambre noire dans laquelle avant la guerre il développait ses photos sur plaque de verre. Il a toujours aimé ça.

 

19

Petite aparté. Quand je réfléchis bien, je n’avais jamais rien à moi quand j’étais enfant. Mon petit landau de poupées était celui d’une cousine de maman, ensuite mon vélo était celui de maman. Jamais on ne m’a offert adolescente, ni un tourne disque, ni un appareil photo. Pour le tourne disque c’est mon futur mari qui m’en avait fait un, en 1960, à l’époque, il était plutôt branché composants électroniques. Mais il aimait aussi beaucoup la photographie.

1 popol

 

C’est mon second mari qui m’a offert mon premier appareil réflex Canon A1, à son retour du Brésil en 1989.  A partir de là, tout a commencé, depuis jamais je n’ai arrêté. Au début de notre mariage je me servais de son Canon FTB, qu’il s’était séparé après de nombreuses années de bons et loyaux services justement pour s’acheter un A1. Mais comme je faisais de plus en plus de jolies photos ; (l’élève dépassant parfois le maître !!!), j’ai eu le droit de posséder le mien.

186

 

 Depuis l’âge de 16 ans il est  mordu de photos.  Il m’a tout appris, nous avions nous aussi une chambre noire pour développer à l’époque nos photos en noir et blanc. Dieu sait ce que j’ai pu y passer du temps dans cette petite pièce au fond du garage. Après le noir et blanc nous aurions bien aimé nous lancer dans le développement des photos en couleur, mais là, c’était une autre histoire, plus difficile avec d’autres contraintes. Les amateurs comme nous, préféraient jouer avec les gris et les blancs. A chaque développement nous faisions des planches contacts que j’ai toujours conservées dans des classeurs à cet effet. Je peux dire, que nous étions de bons clients à la FNAC du Châtelet.

 26

 

 

222

 

En revanche, lui excellait dans les portraits, il excelle toujours du reste, puisque depuis qu’il est à la retraite il continue à faire de la photo à grande échelle ; maintenant il photographie les mannequins pour VOG  et il a ses entrées chez Jean Paul Gaultier.  Il a beaucoup évolué,  du Canon, il est passé au Ninkon Pro.

 

24

 

 

IMG_0065

 

Rarement je ne sors sans mon appareil réflex. Même quand les appareils étaient encore argentique quand je voyageais, j’emportais toujours au moins  une trentaine de bobines de 36 poses de différentes sensibilités, soit avec développement sur papier ou diapositives. En revanche, je suis toujours restée fidèle à Canon, parce que les objectifs vont sur tous les appareils de la même marque.

 

balade sur le séran

 Dès que le numérique est arrivé sur le marché, j’en ai tout de suite eu un. Actuellement je possède un Canon EOS 550D.  C’est mon quatrième réflex. Souvent en voyage ou en balade vous pourriez me croiser l’appareil autour du cou, j’ai la tactique pour le tenir devant moi, mais j’avoue que depuis quelques mois le poids m’indispose beaucoup. Mais il est impensable  de ne pas l’avoir en permanence sorti. Depuis cet été, je me suis achetée un petit canon SX710HS on peut le mettre dans la poche,  il fait presque d’aussi belles photos, mais a un gros défaut, les batteries ne durent pas longtemps, m’étant faite surprendre plusieurs fois, je ne pars jamais sans 3  batteries de rechange. Un autre désagrément il n'a pas de viseur, seulement un écran, dans certains endroits sombres on ne voit rien, trop habituée à me servir du viseur.

chindrieux

 

IMG_0653

 

Avec le numérique, nous sommes rentrés dans une nouvelle ère du monde de la photo, puisque même les téléphones portables font de jolies photos. Ceci étant, un passionné de photos ne considère pas cela comme un appareil réel et préfère toujours son réflex ou à la rigueur un plus petit, pratique à mettre dans la poche.

IMG_0222

 

Les moyens modernes font que les logiciels, permettent de sublimer, de recadrer, d’effacer un élément disgracieux, d’éclaircir ou de donner un peu plus de lumière c’est vraiment un plus pour la perfectionniste que je suis et l'on peut jouer avec les fonctions. Un vrai joujou ! .

 145

 

Comme je suis très minutieuse, mes photos prennent beaucoup de place sur mon ordinateur, elles sont classées et répertoriées. Chaque journée où je suis en chasse photographique représente un numéro. J’ai commencé avec les photos de notre mariage en 2002 et à ce jour j’en suis au n° 800. Je les sauvegarde sur un disque dur et aussi sur un Cdrom. Parfois je fais le ménage en supprimant les insignifiantes, les irrécupérables, les inutiles. Ne sachant pas vraiment si elles se conserveront dans le temps, je fais des livres avec mes plus beaux clichés, en espérant qu’ils seront conservés pour la postérité.

IMG_0230

Très souvent, je passe une partie de la journée à les regarder et à en choisir pour faire des diaporamas. A chaque fois, je revis les instants précieux de mes souvenirs. C’est un hobby qui m’occupe beaucoup. Mon premier mari, lui reprend toutes ses photos et traque toutes les impuretés du temps qui passe et le vieillissement pour les refaire vivre et durer dans le temps. Nous avons tous de vraies occupations de retraités.

 

 Donc voyez-vous la photo m’a accompagnée et m’accompagnera jusqu’à la fin de ma vie. Petit mari fait aussi de jolies photos, mais pour lui ce n’est pas une passion Je le remercie de m’accompagner sur le chemin de mes chasses photographiques et j’admire sa patience, car un passionné prend son temps, laisse passer les gens dans les lieux publics, attend d’être seul dans une pièce ou devant un monument, en un mot il est toujours à la traîne. Sur mes quatre filles, une seule a attrapé notre virus familial ; elle aussi fait de très jolis albums. Quant à la génération suivante Maxime s’essaie et il semblerait qu’il soit doué. A Noël Théma 7 ans a reçu son premier réflex Canon, depuis déjà longtemps il se servait de celui de sa maman. Je suis contente, « le  virus bénéfique »  continue à se transmettre.

 

102

 

J’ai souvent participé à des expositions en Picardie et dans la région parisienne. J'ai également souvent fait des concours.  En ce moment j’ai envie de renouer avec ces derniers, et je vais m’inscrire à celui du Festival Nature dans l’Ain à Hauteville-Lompness. Emilie m’a inscrite à un groupe sur Facebook concernant notre région, j’ai commencé à lier des liens avec des photographes.

 

Machuraz

 

saint martin de bavel

 

 Depuis des années je reçois, les superbes photos de : Jiri Benovsky, je

 vous invite à découvrir ses photos, c’est un pro :