Il y a dans la vie des gens ou des choses qui nous marquent à tout jamais. Je suis pourtant dans la dernière partie de ma vie et jamais cette maison ne s’est estompée de ma mémoire, au contraire elle s’y est inscrite comme un rêve, jamais exaucé. C’était celle de ma grande tante Aurélie et de son mari Georges. Un couple dont je vous parlerai un jour au destin particulier et différent de ceux de notre famille.

 Elle est située dans les faubourgs d'une belle ville impériale, tout près d'un haras. Avec un nom peu commun « La Duchesse », construite très certainement au milieu du XIXème siècle pour le grand-père de Georges, une famille de banquiers de père en fils.

2

elle ressemblait beaucoup à celle-ci.

La première fois que je l’ai visitée, je devais avoir 12 ans. Je me souviens encore que je me suis dit, elle est drôlement belle, quand je serai grande, j’aimerai en avoir une comme celle-ci. Aurélie et Georges, en rentrant d’Indochine en 1954, l’ont complètement remaniée et dotée du confort du XXème siècle et même plus

 

98Aurélie vers 1930

Georges en 1916

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans chaque chambre, il y en avait 5, ils ont fait installer une douche et un lavabo ainsi qu’une grande salle de bains dans la leur. Pour moi qui me lavais dans la cuisine à l’époque, c’était vraiment le luxe incarné et le rêve. Leur chambre avait des allures de boudoir ; tapissée d’un joli rose moiré, pas de voilages à la fenêtre pour ne pas empêcher la nature de rentrer, comme ma grande tante disait. Mais en revanche des doubles rideaux étaient assortis  au dessus de lit  en toile de Jouy d’un rose plus soutenu (c’est à partir de là, que j‘ai découvert et aimé la toile de Jouy et je n’ai jamais changé, ma chambre actuelle en est pourvue).

3

le sujet du tissu était exactement celui-ci.

10

Notre chambre, il n'y avait pas de voilage jusqu'à dernièrement, pas pour laisser rentrer la nature puisque nous sommes sur la rue, mais parce que bébé Igor grimpait aux rideaux. 

 

Deux fauteuils de type confortable  habillés du même ton et pour moi la petite jeune fille coquette, je restais en admiration devant  la coiffeuse aux triples glaces, sur laquelle trônait des flacons de verre très jolis, desquels  s’échappaient d’agréables parfums. Au-dessus du lit, une peinture asiatique, représentant de dos une femme allongée sur un lit, habillée de son  Ao Daï blanc, elle semblait admirer le jardin par une fenêtre ouverte. Adossée au mur de la salle de bains, une armoire asiatique incrustée de laque.

 11

 Parmi les 5 chambres, il y en avait une dont la décoration n’avait pas beaucoup changée depuis la construction de la maison, mis à part les commodités d’une petite salle d’eau installée derrière un paravent chinois, un lavabo des années 1930 qui semblait être là depuis longtemps et dans le placard à côté une douche récemment installée). C’était la chambre des premiers propriétaires qui avait fait construire la maison, les murs étaient recouverts d’un papier fané, parsemé de bouquets de fleurs bleues, des meubles d’un autre temps et devant la fenêtre, une méridienne tout aussi fatiguée. J’étais surprise de voir cette pièce dans son jus qui faisait un drôle de contraste avec les autres pièces de la maison si élégamment agencée. Aurélie m’expliqua, que c’était celle où était né le père de Georges et lui même était né aussi dans cette pièce et que de son vivant, jamais elle ne changerait.

 

12

 

Deux  autres chambres avaient été refaites pour mes cousines et la troisième aménagée en chambre d’amis, avec un lit à baldaquin immense, le tout en grande partie, meublé de meubles en bois exotiques rapportés de Saïgon. Toutes les chambres donnaient sur une galerie aménagée de fauteuils, de 2 petites tables juponnées, sur chacune d’elle trônait une lampe à l’abat jour assorti à la couleur des fauteuils. Dans un coin une table de jeux entourés de deux chaises capitonnées. Près de cette table, une porte était dissimulée dans le mur et donnait vers l’étage supérieur où se trouvait un grenier rempli de trésors. 

 

1

 

On redescendait un large escalier et on arrivait dans un grand hall d’entrée très éclairé par la porte vitrée habillée de fer forgé, que mon grand-père avait faite dans les années 1930 et qui desservait une belle salle à manger aux meubles anciens, en face on trouvait un salon d’une grande superficie avec des boiseries aux couleurs miel qui recouvraient les murs avec 4 belles portes fenêtres donnant sur un parc arboré. Dans un coin de cette pièce, un grand piano, demi queue qui avait servi à la maman de Georges au début du vingtième siècle. Encore un meuble dont il n’était pas pensable de se séparer. Deux autres pièces, une, servant de bureau et l’autre de bibliothèque aménagée de grandes vitrines dans lesquelles on pouvait trouver tous les livres de la famille et beaucoup d’objets asiatiques. Une cuisine assez spacieuse et réaménagée entièrement aux goûts et au confort du XXème siècle, une arrière cuisine où se trouvait la machine à laver dernier cri, ce qui ne se trouvait pas encore dans tous les intérieurs à cette époque. Le mur du fond à gauche était habillé de placards jusqu’au plafond ; on y trouvait également tout le nécessaire pour repasser.

 13

Sur le côté de la maison donnant dans le hall,  un jardin d’hiver entièrement vitré de petits carreaux de toutes les couleurs. Dans lequel se trouvait un salon en rotin très « belle époque » tout autour de la pièces de jolies plantes digne d’une serre. Cette véranda comme on l’appellerait de nos jours avait été juxtaposée à la maison dans les années 1900.  Aurélie depuis son retour  l’avait aménagée avec beaucoup de goût, c’était la première fois que je voyais ce genre de pièce dans une maison. 

14

En dessous de l’escalier du hall il y avait les toilettes et une porte qui descendait à la cave et à d’autres pièces dans lesquelles, personne n’allait, beaucoup de vieilles choses y était entreposées depuis des lustres. Cette jolie maison est entourée d’un parc d’environ 2000 m² entretenu par un jardinier ainsi qu’une dépendance aménagée de deux garages et d’une pièce pour ranger  tondeuse, et outils de jardin ainsi qu'un grenier au-dessus avec deux lucarnes.

 

4

 

De nos jours, cette maison est encore habitée par ma petite cousine Françoise, son mari et son amie vietnamienne « Dung » arrivée en France avec eux en 1954. Nous ne nous fréquentons plus du tout, hormis quelques vœux de circonstances chaque année au 1er janvier. Ma petite cousine a eu un destin beaucoup plus agréable et surtout moins mouvementé que le mien ainsi qu’une enfance dorée, un jour, elle a décrété que nous n’étions pas du même monde et nos relations se sont estompées.

 

chinoiserie

 

Alors voyez-vous, cette maison m’a beaucoup marquée, toute ma vie ne pouvant avoir la même, je me suis inspirée de beaucoup de ses particularités, je pense que le bon goût et l’amour des belles chose, je les dois à ma grande tante Aurélie, qui toute sa vie a été une femme différente et très cultivée  et comme disait mon grand-père : « ma petite sœur a toujours été une privilégié ! ».

 

 

certaines photos ont été prises sur internet