Souvent dans ma vie, je me suis tournée vers des personnes qui avaient eu un parcours atypique, qui avaient souffert, qui  étaient mal dans leur peau et qui souvent étaient de grands solitaires. 

Beaucoup d'entre-vous me disent comme MAG  :

J’aime tout particulièrement l’humanité dont vous faites preuve dans vos relations avec les autres. C’etait rare hier, c’est quasi inexistant maintenant.

 

2

 

Dernièrement j'ai rencontré sur Internet une personne de mon âge très mal dans sa peau, seule, avec une solitude négative. Cette personne a fait de son blog un journal intime et se raconte puisqu'elle ne peut pas le faire autrement et ne confier à personne son mal être. J'essaie de rendre sa vie plus rose en lui faisant  partager mes bonheurs simples de tous les jours, ceux qui sont gratuits, mais qu'il faut savoir chaque jour déterrer. De plus en plus, je plains ces gens sans famille, sans amis qui s'enterrent avant l'heure dans leur négatif sans intérêt. Ce n'est pas de leur faute, ils n'ont certainement plus l'énergie nécessaire pour rester positif, leur avenir n'est plus celui des jeunes. Arrivés à un certain âge, leur avenir est derrière eux ; ce cap est très difficile à passer quand on n'est plus entourés d'affection. Moi aussi je ne serais pas comme je suis maintenant si je n'avais pas retrouvé ma sérénité, mon équilibre et tout cela je le dois au dernier homme de ma vie, qui même "taiseux" partage mes joies et mes peines. La vie actuelle n'est simple pour personne, nous sommes dans un tunnel dont on ne voit plus la sortie, et  même dans un brouillard épais.   

 

6

 

Cette crise française et cette mauvaise pièce de boulevard que nous joue chaque samedi les gilets jaunes, plombent de plus en plus l’atmosphère et laissent s’instaurer la destruction économique. Loin de Paris, nous la ressentons de la même façon. 

0gillets jaunes

Dans les petites villes ou villages, nous nous sentons encore à l’abri mais pour combien de temps ? Tout cela, c’est le résultat d’avoir voulu depuis des années : tout niveler par le bas. Vouloir que tous les hommes soient égaux , alors que c’est impossible puisque nous naissons tous différents. Nos chances au départ, ne sont pas toutes les mêmes. Le résultat, nous avons fabriqué des envieux, des jaloux, des gens sans valeurs profondes qui ne savent plus distinguer le bien du mal et ne respectent plus rien.

6

Alors, quand nous arrivons au soir de notre vie, il ne faut plus se laisser faire et égoïstement se désintéresser de ces choses négatives (et pourtant nous aussi nous subissons taxes et restrictions de toutes sortes) et essayer de débusquer les choses positives. (Le temps, nous est compté). Il y a encore des petits bonheurs simples qui sont cachés derrière ou en dessous de cette morosité voulue, orchestrée. 

1

Moi, j’ai la chance d’être près de la nature, mais des coins de nature il y en a aussi aux alentours de Paris et dans chaque région française, En dehors de la nature, on peut admirer toute cette belle architecture laissée par nos ancêtres, ou celles de nos contemporains. Et je suis certaine qu’en cherchant bien on trouve, si nous ne pouvons plus nous tourner vers l’avenir, tournons-nous, vers ceux qui ont vécus avant nous et nous nous apercevrons bien vite que leur vie était encore plus difficile que la nôtre. 

20

C’est vrai, en vieillissant, notre enfance s’impose souvent à nous. Et c’est seulement avec notre maturité acquise que nous constatons qu’elle est la source du bien être ou du mal être que nous ressentons et qui, malheureusement s’accentue avec les années qui passent. Ma vie a été loin d’être facile, plutôt compliquée, j’ai fait des bons et de très mauvais choix ; mais justement,  en regardant dans le rétroviseur de la vie, j’essaie le plus possible de retenir que les bons moments, je n’ai plus de temps pour laisser la place principale aux mauvais souvenirs. 

Alors courage, positivons.

42

Allons de l'avant....