Que faisons-nous quand le sommeil nous quitte et que nous nous réveillons à 5h15 du matin en ne pouvant  plus nous rendormir ?

Résultat de recherche d'images pour "sommeil" 

En ce qui me concerne, je cogite, je réfléchis, je prends de bonnes résolutions et je refais « mon » monde.

Résultat de recherche d'images pour "refaire le monde" 

La fin de l’année 2019 arrive à grands pas, j’aime faire le bilan de l’année qui se termine. Que m’a apporté cette année là ?

Plusieurs bonnes et surtout plusieurs mauvaises choses, mauvaise n’est peut être pas le mot qu’il faut, je dirai plutôt : désagréables moments qui ont pesé dans la balance de ma vie. Comme tout un chacun, j’en ai déjà eu certes des plus compliquées. Mais celles-ci pèseront pour l’avenir.

Résultat de recherche d'images pour "calendrier 2019 terminée" 

Depuis 2018, j’ai repris plus régulièrement le contact avec Jean-Claude, le garçon qui est rentré dans ma vie, il y a bien longtemps déjà, plus de 30 ans. Qui est resté avec moi jusqu’à ses 20 ans et qui est devenu mon fils de cœur. Après avoir volé de ses propres ailes, avoir partagé la vie d’une compagne qui lui a donné 2 enfants, une vie loin d’eux agrémentée de nombreuses galères. Tant bien que mal il s’est relevé avec un projet sérieux, qui le remet sur le chemin de la vie en retrouvant ses enfants. Après une formation à 40 ans qui le conduira au diplôme de conducteur d’engins, le dernier grand pas était celui de se rapprocher du nouveau lieu du domicile des ses enfants. Pour cela, il fallait quitter sa Picardie natale et venir s’installer en Rhône Alpes, notre nouvelle région. Seul sans aide, le chemin aurait été difficile pour franchir les dernières étapes, il lui fallait un sérieux coup de pouce. Au risque de conflit de génération, nous avons décidé de lui tendre la main en acceptant qu’il s’installe chez nous, le temps de retrouver un travail qui lui permettra de reprendre un appartement et d’engager les démarches nécessaires pour retrouver ses enfants. (aux dernières nouvelles il les reverra samedi prochain, un planning est établi, il en est très heureux) Il a fallu 6 mois au sein de notre foyer, pour qu’il reprenne assez de forces et s’envoler à nouveau vers son destin et sa nouvelle vie. Six mois, de partage, de joie, de rire, de soleil à la maison. Durant tout ce printemps et cet été, j’ai retrouvé le fils qui m’avait quitté après son service militaire. La même gentillesse, la même complicité, une seule petite anicroche qui n’a pas altéré notre belle relation.

Résultat de recherche d'images pour "mon garçon"

Quand nous sommes maman, c’est pour la vie, quelque soit l’âge de nos enfants ; nous nous devons d’être présent et leur tendre la main quand dans leur vie rien ne va plus.

 Résultat de recherche d'images pour "une maman""

Jamais, je n’aurais pensé qu’un jour ma fille aînée Sandrine, reviendrait à la maison. Elle en était partie à l’âge de 18 ans pour fonder sa famille. Cet été, elle aussi, a eu besoin d’une main tendue. Nous l’avons accueillie pendant 3 mois. En même temps que Jean-Claude.  De notre solitude à deux, nous nous sommes retrouvés avec « 2 Tanguy » surtout n’y voyez pas de méchanceté ni d’expression péjorative, plutôt une amusante réflexion. La cohabitation s’est très bien déroulée, je remercie particulièrement Monsieur mon mari pour sa gentillesse légendaire et le  surcroît de travail à la cuisine, car ces deux là pour une fois, n’étaient pas ses enfants. Sandrine avait besoin de voir clair dans sa tête dans son cœur, pas facile d’avoir des états d’âme quand on a eu une vie familiale bien remplie avec 4 enfants sans jamais quitter son travail tout en grimpant à force de concours dans sa hiérarchie professionnelle. En un mot s’être oubliée jusqu’à 55 ans ! Après s’être requinquée elle a pris de sérieuses décisions et à postuler à nouveau dans un hôpital guadeloupéen pour rejoindre une nouvelle vie et prendre soin d’elle. Elle nous a quitté à la mi-octobre pour préparer son nouveau départ vers la Guadeloupe, là, où elle se sent bien, où elle dit être dans son élément. Cette nouvelle vie m’a permis de me rendre compte une fois de plus qu’il fallait faire des choix dans la vie pour être avant tout heureux. Nous n’avons qu’une vie préservons-là ; même si cela peut provoquer quelques dommages. Comprenons, acceptons mais évitons de juger, croyez moi c’est pour ceux qui nous entourent le plus difficile à faire.

Résultat de recherche d'images pour "le choix"" 

Maintenant venons aux évènements moins agréables. Au printemps dernier, une terrible explication avec mes beaux enfants,  pas très élégante de ma part, je le reconnais ; mais indispensable pour l’équilibre de mon couple. Un résultat de 18 ans de non-dits, 18 ans ou on a profité inlassablement de moi,  j’ai été moquée plus ou moins ouvertement, méchamment sans me sentir défendue par l’homme que j’aime, tout simplement par faiblesse ; parfois pour certains, tout est permis pour étouffer  un conflit en latence et ils manquent de courage pour remettre les pendules à l’heure. On ne se refait pas. Une étincelle a mis le feu aux poudres et a pris des proportions incontrôlables, ingérables pour moi. Pourtant le sujet est courant : la différence, celle de ne pas être née dans le même milieu social et ne pas accepter l’autre qui a vécu dans un monde différent  au sien, en ouvrant pas les yeux sur ceux qui ont la chance ou pas de connaître autre chose,  c’est bien évidemment  une certaine forme de jalousie car j’ai fait découvrir mon monde différent à celui que j’aime. Néanmoins, cet épisode m’a énormément déstabilisée, cinq mois après, je dors encore mal et je fais des cauchemars en rapport avec cette dispute.

 Résultat de recherche d'images pour "la différence""

Début août, une douleur sourde inexpliquée au niveau de l’estomac de petit mari nous a emmené pendant deux mois dans le dédale des hôpitaux, des examens simples et compliqués, scanner, IRM, prélèvements, tout ça sans déceler le pourquoi de cette douleur, mais qui ont soulevé plusieurs anomalies inquiétantes à surveiller sérieusement comme des anévrismes plus ou moins gros à différents endroits, des kystes dont un très important. En conclusion une petite épée de Damoclès au dessus de la tête avec laquelle  il faut vivre, 9 mois après le début de la douleur, celle-ci est toujours là.  

Résultat de recherche d'images pour "une douleur inexpliquée" 

Cette expérience nous a fait mesurer l’important de la vie : notre Amour. Nous avons tout fait à deux, main dans la main. Ce qui nous a beaucoup rapproché, alors la dispute printanière est venue au second plan. L’important c’est de vivre tous les instants présents et s’aimer le plus que nous pouvons, tant pis pour les imbéciles qui restent étriqués  dans leur carapace.

Résultat de recherche d'images pour "amour"" 

Malgré tout, nous nous sommes octroyés une petite distraction de fin d’été, puisque nos vacances en Bretagne sont passées à la trappe, nous sommes allés une petite semaine à Bouzigues dans un bel hôtel face à l’étang de Thau. Je me suis régalée d’huîtres et de photos. Fin septembre pour notre anniversaire de mariage (17 ans), nous avons passé un week-end sur les bords du lac d’Annecy dans un hôtel luxueux à Talloires, face au lac. Très belle escapade, délicieux moments.

Résultat de recherche d'images pour "escapade" 

Pour moi, le mois d’octobre a été un mois particulier, j’ai inauguré pour la première fois de ma vie : la cure Thermale, afin de remettre toutes mes douleurs arthrosiques en sommeil. Cette cure de trois semaines à Aix les Bains, (avec mon chauffeur bien aimé qui pendant les deux heures m’attendait dans le parc), m’a été délicieuse, elle m’a décontractée, c’était très agréable de se laisser vivre. Les premiers bienfaits, commencent à se faire sentir. Je recommencerai l’année prochaine à l’automne. Se faire du bien, je vous assure cela ne fait pas de mal.

 Résultat de recherche d'images pour "cure thermale""

Maintenant nous sommes en décembre, Noël approche, j’ai renoué avec la décoration de ma maison. Deux de mes filles fêteront le 23 avec nous, ce sera notre réveillon avec une journée d’avance. Quant aux fêtes les jours réels, nous les passerons tous les deux en amoureux avec Igor et Myrtille, devant quelques gâteries en habit de fête, nous regarderons les concerts à la télévision et le plus important nous serons tous les deux.

Fermeture pour les fêtes de fin d’année 

L’année 2019 refermera sa porte et nous nous dirigerons vers l’inconnue de 2020 en nous expatriant certainement un peu à la montagne. A nous Pralognan la Vanoise.

 

 Résultat de recherche d'images pour "point d'interrogation"