Nous sommes arrivés dans nos quartiers d'hiver pour 6 semaines. Malheureusement Internet n'est pas au rendez-vous. Pendant des années nous avions une ligne téléphonique en permanence et nous montions notre livebox pour avoir Internet. Seulement l'abonnement était pour l'année et comme nous venions rarement en dehors de l'hiver.  Ces  deux dernières années avec le COVID, nous ne sommes pas venus. J'ai annulé l'abonnement mensuel qui nous revenait trop cher et pour rien. Nous avions cru pouvoir nous brancher sur notre portable, sauf que cela ne marche pas très bien et ce n'est pas pratique. 

31

Faisons comme si le COVID n'existait pas. Partout, nous avons l'impression que l'ambiance n'y est pas. Oui peut être, mais en réfléchissant bien, qui nous empèche de nous motiver pour nous. Si nous voulons rester dans la morosité c'est notre problème, mais si nous voulons quand même mettre un peu de paillettes dans nos yeux et ne pas dire, oui après tout cela ne sert à rien de faire semblant, c'est un jour comme un autre. Alors en disant cela on ne fait plus rien.

11

 

Malgré la chemise à carreaux de mon homme que je déplore ! Les verres se remplissent. Nos voisines, en vacances viennent trinquer avec nous. L'idée première c'était de rassembler nos victuailles et faire une belle table pour fêter cette soirée ensemble. Comme à chaque fois, vous vous en doutez j'avais envie de savourer dans la beauté une fois de plus ce jour de tradition, pour l'occasion, je m'étais apportée une belle robe, un pantalon et une chemise unie pour ma douce moitié. 

1

 

 

11

3

Frustrée depuis trois semaines de ne pas avoir pu faire mes préparatifs à la maison et en profiter 1 mois entier . En arrivant c'est la première chose que j'ai faite. Mais là pour 10 jours, même un peu plus,  en poussant jusqu'à l'épiphanie, pas la peine d'acheter un vrai sapin. Alors ressortons le petit remisé au sous-sol, celui que je ressortais quand je prêtai l'appartement le jour de Noël pour des invités inconnus.

10

Les cadeaux préparés depuis plusieurs semaines et réalisés par nos petites mains attendent leurs destinataires. Vous me connaissez, je suis une femme ou les petit détails ont tous leur importance. Donc je prépare tout avec beaucoup d'amour. Sauf que ma fille depuis plusieurs années n'attachent plus d'importance aux traditions, pour elle Noël s'est banalisé. Pourquoi faire tout cela ? Je ne dis rien, mais je déplore de plus en plus, je suis triste par ces attitudes qui pour moi frisent l'indifférence des gens blasés. Une nouvelle mode peut être ? 

12

19

 

Embarqués chez Elles, nous partagerons en toute simplicité sur leur grande table ce que nous avions préparés. Sans fioriture, comme un jour ordinaire.  Comme cela j'aurais moins de travail ! J'ai rembarqué ma déception et mes fanfreluches, je n'ai rien dit et j'ai suivi le mouvement.   

27

Le lendemain midi ma dernière fille venait avec son compagnon, Jean-Claude travaillait, mais là, je savais que c'était autour d'une simple raclette, on m'avait précisé : en toute simplicité. L'important me direz-vous, c'est d'être ensemble. Oui c'est vrai. Dommage quand même, si à Noël nous faisons comme un dimanche ordinaire,  où allons-nous ? Pauvre France, traditions, valeurs, tout fout le camp. Depuis 1968, nous vivons chaque années de plus en plus dans un monde de consommation, d'argent, ou certains nantis sont blasés et n'ont plus de rêves. Ne savent même plus ce que c'est la magie d'un jour particulier.

32

Mes cadeaux.

Il me reste le 31 pour mettre ma belle robe blanche et  un peu de rêves dans mon coeur et celui de petit mari ; mais lui, n'a pas souvent de rêves.