Mars se termine et nous terminons ce mois avec deux belles nouvelles.

Comme je vous le laissais entendre dans mon dernier billet. Nous avons repris un petit chien.

 

Voici "SCOTT", il est né à l'autre bout de notre département le 29 novembre 2021.

1 9 MARS 2022

Il est arrivé chez nous le 8 mars 2022, trois jours après le départ de notre Myrtille. Un chien ne remplace pas un autre. Tous les jours je pense encore à ma si gentille spitz nain. Je n'ai pas voulu reprendre la même race et pourtant j'ai beaucoup de mal de parler de SCOTT sans parler au féminin. Je regarde encore les spitzs avec envie. Mais ce nouveau compagnon me donne tout l'amour dont j'ai toujours besoin. Il est pot de colle et ça j'aime, facétieux, intélligent, vif et je n'ai pas encore tout observé ; mais déjà, il prend beaucoup de place dans nos vies. Chaque soir, il dort dans son parc fermé pour  ne pas qu'Igor l'ennuie au cas ou ; mais petit à petit,  ils se reniflent, se bisouillent du bout de leur museau, se respectent mais c'est quand même Igor qui est le chef, quelques petites claques innocentes avec sa patte ont remis la hiérarchie en place. Quand nous sortons, nous l'emmenons, il commence à marcher en laisse, mais il est heureux de retrouver son sac au bout d'un certain temps.

2

Deuxième expérience : Une nouvelle aventure.

Sur mon dernier billet, je vous ai aussi laissé entendre que nous allions ouvrir nos portes à une maman ukrainienne et à son enfant. Pour moi, c'est tout à fait normal, de nombreuses fois dans ma vie j'ai accueilli des étrangers. Ma porte a toujours été ouverte pour tous. Ma devise, n'est-elle pas :

AIMER DONNER PARTAGER

https://static.lexpress.fr/medias_12389/w_1911,h_1434,c_crop,x_137,y_0/w_640,h_358,c_fill,g_center/v1648320552/une-femme-serre-son-enfant-alors-qu-elle-tente-de-monter-a-bord-d-un-train-au-depart-de-lviv-dans-l-ouest-de-l-ukraine-en-direction-de-la-pologne-le-3-mars-2022_6343526.jpg

photo prise sur le net.

Quel a été mon agréable surprise, quand deux jours après le début de cette guerre infâme, dans un pays où nous sommes allés.  Petit mari m'a proposé le premier de faire les démarches pour accueillir une maman et son enfant. 

Le 26 février rien n'était encore mis en place, mais tout de suite, nous nous sommes rapprochés de notre mairie pour leur proposer notre idée. Rien n'était encore concret, comme pour le COVID, bousculer les habitudes  et le confort de chacun n'est pas chose facile. Aussitôt nous avons écrit à la préfecture et nous nous sommes mis en rapport sur Internet avec une inconnue de ma région qui avait vécu en Ukraine  et que j'ai rencontré sur facebook, elle avait la même idée que nous, et allait mettre un appartement qu'elle avait à la disposition d'une famille. Tout de suite, nous avons échangé nos idées. J'étais bluffée, cette personne elle même était une jeune maman, qui travaillait et moins disponible que nous.

Guerre en Ukraine : visages féminins de la résistance

Les premières difficultés sont apparues, s'inscrire sur un site en anglais, représentant une carte de la France avec tous ceux et celles qui offraient un hébergement. Notre anglais est plutôt scolaire pour petit mari et inexistant pour moi. Une autre difficulté correspondre avec ces étrangers par WhatsApp, seul moyen. Alors  un après-midi entier à deux nous avons essayé de comprendre comment installer cette application.

Et surtout il allait falloir jongler avec le téléphone et plusieurs applications comme le traducteur en ukrainien

 et nos connaissances informatiques sont plutôt restreintes. Mais quand on veut on peut. 

 

Samsung Internet Browser – Applications sur Google Play

Pour nous c'est sur apple ! Quand je pense que pour nos jeunes c'est un jeu d'enfants !

 

Enfin une fois de plus ma ténacité a payé. Plusieurs échanges avec la jeune femme que j'appèlerai "Sophie" et bingo, hier midi un coup de téléphone nous demandant d'accueillir une maman avec sa fille de 16 ans. Elles avaient été accueillies par une autre personne seule et ce n'était pas facile pour elles. L'avantage c'est que ces deux femmes sont arrivées avec leur voiture, après plusieurs jours de route et 3.000 kilomètres. Elles viennent de la capitale ukrainienne, elles sont traversé l'Ukraine sous les bombes avec la peur au ventre,  pour rejoindre la Moldavie, en roulant sans arrêt. Une de leurs amies, gravement malade leur avait parlé de notre belle région. Le premier jour parait-il elles ne savaient pas où dormir.

Entre temps le week-end dernier, le compagnon d'une de mes filles m'a parlé d'un maire d'un village voisin très impliqué dans le malheur de ces gens, aussitôt le téléphone raccorché, j'ai téléphoné à cette mairie et rapidement j'ai pu échanger avec  ce maire inconnu à moins de 10 kilomètres de chez moi. Et cerise sur le gâteau, c'est un picard comme nous. Alors nous nous sommes très bien entendus.

Un homme portant un grand coeur Photo Stock - Alamy

A 16 heures, elles arrivaient pour nous rencontrer, je peux vous assurer qu'elles sont de vraies débrouillardes, courageuses. Dès les premières secondes, après avoir visité leurs chambres elles nous ont  dit  : c'est super mais :  accepteriez-vous notre vieux chat ainsi que notre hamster. Le chat ne bouge pas depuis qu'il est en France et le hamster est dans sa cage. Sur le coup : oups ! avec notre Igor pas du tout sociable, comment allions-nous faire ?  Très vite j'ai minimisé la surprise,  nous allions trouver une solution, Quand on voit à la télévision , que ces pauvres gens se sauvent avec leurs animaux, bel exemple pour ceux qui les abandonnent sur nos routes ! 

https://cdn-s-www.lalsace.fr/images/138EBE81-5CDB-4234-BF5B-DA010601B63D/NW_detail_M/title-1646304159.jpg

photo prise sur le net

 

Après un si long périple, (chat et hamster nous ferons avec). La solution est assez simple , ayant tout le second étage pour elles, même le grenier, quand elles s'absenteront elles enfermeront les petites bêtes dans le grenier et le reste du temps elles feront attention de bien fermer les portes des pièces qu'elles occupent.

Depuis qu'elles partagent notre vie, nous nous promenons toujours avec notre téléphone portable et nous jouons sans arrêt avec  google traduction, c'est génial, au bébut j'écrivais tout à  la main et maintenant j'arrive en parlant et la traduction est instantanée dans leur langue. Bravo le modernisme.

Google Traduction peut traduire une conversation orale en direct dans plusieurs langues - Blog et actualités

La première chose que nous avons fait, nous sommes allés les présenter à la mairie. Notre maire et son secrétariat les ont bien reçues et leur ont donné la marche à suivre. Comme il semblait qu'elles étaient sur notre territoire depuis 15 jours elles avaient déjà leur titre de séjour, le reste allait suivre, mais tout le monde sait qu'en France les papiers administratifs sont longs ! Je me suis rapprochée de mon maire picard qui tout de suite m'a dit qu'ils étaient en train d'aménaner un local communal dans lequel elles pourraient emménager d'ici  la fin du mois. Je suis admirative par la rapidité pour mettre un local à leur disposition. Ainsi Karina pourra avoir la possibilité de travailler et Sonya qui a 16 ans rejoindra le lycée de Belley.

Fichier:Lycée Lamartine (Belley), septembre 2019 (1).jpg — Wikipédia

photo prise sur le net

 

Ouf, elles vont pouvoir souffler un peu tranquillement. Prochainement elles iront à Lyon pour une réunion régionale leur indiquant les différentes marches à suivre.

Ce matin elles décompresseront un peu , elles ont parfois des moments de tristesse, car le  frère de Sonya est resté dans leur pays pour combattre. Nous allons pouvoir vivre plus sereinement en attendant leur logement. 

 

Alors toutes les personnes qui le peuvent, ouvrez votre porte, car n'oubliez pas qu'avec une guerre à nos portes, un jour nous pourrions être dans le même cas. Tout n'arrive pas qu'aux autres.