17 octobre 2018

12 ans déjà ! Souvenirs - Le Temps qui passe l’an 2000 !

Dans quelques jours, il y aura 12 ans que j’ai ouvert mon blog. A l’époque, ce n’était pas spécialement à la mode. Les réseaux sociaux n’étaient pas ce qu’ils sont devenus. Nous étions au début de ces expositions personnelles et du partage avec la terre entière. Pendant 10 ans, j’ai été une blogueuse assidue. Chaque semaine, je ne manquais pas mon rendez-vous en vous racontant un peu de moi, tout en gardant une grande partie de mon intimité. J’ai partagé également, nos voyages et surtout mes photos. J’ai assouvi cette deuxième passion avec des centaines de clichés, mais à quoi serviraient-ils ? Si je ne vous en faisais pas profiter.

 

129 a

 

 Guilin (Chine)

 Depuis deux ans, je suis moins ponctuelle : certainement parce que je manque de sujets en dehors de nos vacances, mais aussi par une petite lassitude. C’est long malgré tout 12 ans. Il me reste quelques fidèles internautes des débuts, d’autres que j’ai perdues en cours de route, des nouvelles qui arrivent et qui repartent, mais quelques unes qui s’accrochent. Merci à toutes. J’avoue aussi, que je vais moins visiter les blogs des autres. Pour l’instant, je continue à aimer car j’aime écrire ;  j’y trouve mon compte puisque je suis une grande bavarde ! Eloignée de mes racines, ayant très peu d’amis et beaucoup de « taiseux » autour de moi. C’est un bon moyen d’exister ; J’arrêterai définitivement quand cela deviendra une corvée.

131chine

 Plus les années passent, plus elles me semblent aller plus vite. Souvenez-vous, tout le monde attendait l’an 2000 avec impatience mais aussi avec un peu d’anxiété. Les médias comme à leur habitude, n’étaient pas que des oiseaux de bon augure. Certains disaient que ça allait être la fin du monde, d’autres que les ordinateurs ne sauraient pas passer le cap. L’apocalypse en quelque sorte. Des menaces d’un côté, mais des espoirs nouveaux de l’autre, presque le monde « parfait » ! Et nous avons passé cette date fatidique sans beaucoup de changements.  Maintenant, quand on regarde dans le rétroviseur de la vie 18 ans ! Nous avons  du recul pour dire si c’était mieux qu’avant !!! Et vous qu’avez-vous fait cette année là ?

 

130a

 

Moi je vais vous raconter ce qui a marqué cette dernière année du siècle dans ma vie.

133a

 Trois mois avant le jour fatidique, j’avais perdu mon mari. Mariage éphémère qui n’aura duré que trois ans et 5 mois. Triste moment, pour fêter l’arrivée de cette nouvelle année pas comme les autres ; mais marquer quand même dignement ce soir là. Je voyais arriver ce jour à grand pas, seule avec ma tristesse et ma solitude. Personne de ma famille ne m’avait invité. Ce réveillon n’avait pas le goût des autres et je voulais m’en souvenir. Alors, j’ai décidé de passer une annonce dans le journal régional, en demandant à ceux ou à celles qui ne voulaient pas être seuls de se joindre à moi pour partager un bon restaurant. Deux dames de mon âge m’ont répondu, elles habitaient Chantilly, nous nous sommes rencontrées et nous avons décidé de passer notre soirée dans un restaurant gastronomique : Le Verbois, afin de lever notre verre à minuit pour accueillir cette année 2.000. La soirée a été agréable, nous nous sommes quittées au début des premières heures de l’année et heureuses de ne pas avoir passé cette soirée seules.

134a

 Et la journée du 1er janvier ? Tout simplement, à me chercher une idée de voyage extraordinaire qui marquerait le début de ma nouvelle vie. Un voyage à l’autre bout du monde, qui ne serait pas un simple voyage ; mais le voyage de ma vie, un voyage dépaysant, mais qu’il fallait que je partage avec un ou une amie, pour ne pas payer le single  de la personne seule. A la fin de la journée, j’avais trouvé le pays que j’étais certaine d’aimer : Ce serait la Chine, une quinzaine de jours entre Pékin et Hong Kong en passant par Xia’n et Canton. Plusieurs mois de préparation, de rêve et d’attente. Mais un séjour inoubliable que j’ai revécu en classant mes centaines de photos argentique et en les réunissant en une quinzaine d’albums fait maison. Beaux souvenirs, précieusement classés et rangés.

 

128a

 

Un autre grand évènement de cette année pas comme les autres : le 17 octobre, l’arrivée de mon quatrième petit garçon : Maxime, devenu un beau jeune homme prêt à se lancer dans la vie active et faire ses choix et ses expériences lui-même. Longue vie de bonheur et de joie mon grand.

 

135

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors et vous, vous souvenez-vous de votre année, dont on avait tant parlée ?

 

Posté par manouedith à 21:20 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , ,


20 septembre 2018

NICE et ses environs

Il y a déjà trois ans j'avais craqué pour cette jolie petite maison sur les hauteurs de Nice. L'échange n'a pu se concrétiser que cette année.

Parfois il ne faut pas se fier aux jolis endroits. Car celui-ci avec une magnifique vue sur la baie des anges est d'un accès plutôt difficile, près de l'aéroport et mitoyen à un espace de tennis !. Nice, une ville en travaux qui complique en ce moment sa traversée. Néanmoins, beaucoup de transports en commun à faible coût, qui peuvent vous conduire jusqu'à Menton. Super tout ça quand vous êtes proches d'un arrêt de bus et que vous êtes plus jeunes que nous. Une fois rentrée en fin d'après-midi, nous n'avions plus l'envie de redescendre et pourtant la plage le soir c'est génial. Car inutile d'y songer dans la journée, il faisait  trop chaud !

0

Nous avons néanmoins consacré une journée entière à la visite de Nice en empruntant nos jambes et le soir un moyen de transport pour remonter, qui nous a déposé à 20 minutes de cet endroit. 

Savez-vous que la promenade des anglais fait 7 kilomètres de long, en plein soleil. Mais la mer est belle. Et certains immeubles anciens ont encore tout leur charme, malheureusement beaucoup ont été remplacés par du contemporain pour loger des milliers de personnes face à la mer !!!

5

6

8

10

20a

 

19

En  revanche, une très belle initiative de la mairie actuelle : recouvrir la rivière le Paillon pour faire dessus une belle promenade arborée, qui quelques mètres après le célèbre Négresco jusquau Théâtre et la vieille ville, une belle balade, bien aménagée, avec jets d'eau très appréciés des enfants, des jeux d'enfants en bois solide et qui vieillissent bien contrairement à certains autres. Des brumisateurs pour les journées chaudes et à Nice c'est plutôt la priorité.  

21

28

31

32

35

A Nice, il y a des endroits à mes yeux incontournables :  La promenade des Anglais, la place Massena, la vieille ville, et surtout le marché du Cours Saleya. Évidemment il y a bien d'autres endroits incontournables, pour la plupart que nous avions déjà fait.

25

39

40

42

47dans la vieille ville la cathédrale mérite le détour.

 

46

 

50

L'incontournale son marché avec ses fleurs

54

58

60

56

57

A l'heure du repas petit sandwich régional : le ban bagnat dans le joli parc.

64

En bord de mer nous regardons la vie sur la plage 

13

14

Nous terminerons l'après-midi, en allant déguster une glace dans un très bel endroit : le Negresco au restaurant de la Rotonde. Nous aimons prendre un dessert, un café ou une spécialité dans un endroit classé, réputé, comme celui-ci qui est un joyau de la promenade des Anglais. L'endroit par lui même  est mytique, 

 

                                                                             65

76

 

le restaurant "la rotonde" représente un carrousel ancien.

 

Encore une belle journée de découverte.

2

 

 

à bientôt.....

 

Posté par manouedith à 11:04 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 août 2018

LA LECTURE pendant la canicule !

Que faites-vous cet été ?

C’est un été très chaud dans la plus part des régions françaises. Nous, aux pieds des Alpes, la chaleur s’accumule. Nous sommes loin des entrées maritimes qui apportent la fraîcheur. Je peux vous affirmer, que nous avons souffert  avec chaque jour plus de 35 degrés. Les jours sont longs et les nuits courtes. Plus mes jeunes années s’envolent, plus j’ai du mal à supporter. Je me réjouis d’avoir investi il y a 3 ans ou 4 en achetant une climatisation pour le boudoir. Nous nous y réfugions chaque après-midi.

6

Notre semaine dans le nivernais, n’a pas été de tout repos. Beaucoup de marche, les visites de Nevers et de la Charité sur Loire a été éprouvantes malgré tout. Notre journée généalogique un peu plus rafraîchissante quand nous n’avions pas à descendre de la voiture. Quant à celle au bord du lac des Settons, franchement agréable. Les balades sur les bords de la Loire ou de l’Allier sympathiques mais chaudes ; avec la découverte d’un beau village ancien et de son château à Apremont sur Allier tout aussi chaude, mais une belle récompense entre midi et 16 heures, promenade parmi les fleurs et les arbres du magnifique parc floral de Gilles de Brissac. Un véritable havre de paix et de fraîcheur que nous avons apprécié en déambulant pieds nus sur le tapis de pelouse, doux comme du velours. Mais au final, que de beaux souvenirs « chauds ».

68

En rentrant, la chaleur était toujours là. Alors, ne rien faire l’après-midi s’imposait. Réfugiés au boudoir, c’était notre seule solution. Je pars du principe, qu’il faut savoir se ménager et revoir ses priorités. Ce qui n’est pas fait aujourd’hui, sera fait demain ! Pourquoi se culpabiliser de ne rien faire ou presque ? J’aime lire, mais pas sur une tablette. N’ayant plus de place dans le grenier, aménagé en grande partie en bibliothèque organisée, je me suis résolue à fréquenter depuis 1 an, celle du village voisin. Pourtant, je ne voulais pas en entendre parler, j’ai besoin de posséder les livres, de les toucher, de les humer et avoir la possibilité de les relire si je veux.

Résultat de recherche d'images pour "livres" 

 Je suis friande des romans d’aventures, des livres historiques, des bibliographies, des romans sentimentaux  et de ceux de la vie dans nos campagnes aux siècles passés. Je ne me lasse jamais. Assise confortablement dans bel endroit calme, dans un siège agréable, sur lequel on n’est pas obligé de remuer sans arrêt, je m’abandonne dans ces ailleurs, qui me sont souvent très étrangers. Au début juillet, j’ai commencé par une intrigue historique, richement agrémenté, puisé dans  les archives sur la guerre de 1914. Je vous recommande :

Quand soufflera le vent de l’aube de Emma Fraser.

 Résultat de recherche d'images pour "quand soufflera le vent de l'aube"

Deux jeunes femmes, l’une infirmière, l’autre médecin de conditions tout à fait différentes habitent l’île de Skype en 1903 ; elles vont être amenées à se retrouver en Syrie pour soigner les blessés de cette affreuse guerre. 15 ans de saga bouleversante, inspirée de faits réels de deux héroïnes au courage admirable confrontées à la cruauté de la guerre et unies par un inavouable secret.  Cette histoire inspirée de faits réels vous emmènera d’Edimbourg à un village sur le front syrien. J’avoue j’ai beaucoup aimé. Nous pouvons dire, que nos grands-mères ont vécu, elles aussi, une époque pas facile et certainement encore moins que la nôtre.

Résultat de recherche d'images pour "quand soufflera le vent de l'aube" 

 Pour me remettre de la douloureuse épopée de Jessie et d’Isabel, il me fallait un livre plein de légèreté au titre accrocheur comme : Les amants du presbytère de Bernadette Dupuy. Je n’allais pas être déçue. Je suis tombée ou presque dans les bras d’un curé de campagne pas comme les autres : Roland Charvaz. Il me semble, qu’il n’avait pas beaucoup la vocation et qu’il avait oublié ses vœux de chasteté.  C’est ce qui arrivait au XIXème siècle, quand on naissait dans une famille catholique pratiquante et que les parents décidaient, que le premier garçon serait militaire et que le second « embrasserait, si je peux dire » la prêtrise. C’est lors de sa première messe dans son nouveau village qu’il croisera les jolis yeux de Mathilde, la jeune épouse du docteur Colin de Salignac. Elle-même, victime d’un mariage arrangé, Engluée depuis plusieurs années dans la routine journalière d’une vie conjugale sans beaucoup de surprises et surtout sans amour. Ils étaient loin de se douter qu’au fil des jours leur vie se mêlerait à un meurtre qui ruinerait leurs deux vies. Je ne vous en dis pas plus, pour vous laissez deviner  combien ce roman me tient chaud !!  Par ses rebondissements inattendus. Vraiment 300 pages de « canicule ». 

Résultat de recherche d'images pour "les amants du presbytere" 

Après cette légèreté inattendue, je vais attaquer une saga plus terre à terre. Arlette Cousture, raconte la vie d’Emilie et de sa fille Blanche en deux livres attachants, calqués sur les saisons de la terre et de la vie que l’on dévore parait-il  avec émotion. C’est la mosaïque d’un temps révolu, qui ressemble pourtant à hier, à aujourd’hui et peut-être à demain. Il semblerait que c’est aussi un grand feuilleton télévisé. Qui se passe au Canada. Alors, je quitte l’histoire chaude d’un curé de campagne pour embarquer dans la vie de deux canadiennes à la vie certainement bien différente. Donc à suivre.

Tome 1 : Emilie, tome 2 : Blanche.

    Blanche

 Une de mes fidèles lectrices de mon blog, voulait savoir ce que je faisais de ces mois d’été. Alors Bernadette, l’idée de ce billet vient de toi.

 

 

A bientôt…..

 

Posté par manouedith à 00:33 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 juin 2018

La journée des jardins 2018

Un jour, il y a très longtemps, au début de ma vie de femme. Un ministre français, a inventé : La fête de la Musique, afin d'attirer l'attention sur toutes les musiques, qu'elles soient modernes, anciennes, folkloriques..... Le succès remporté la première année a été tel, que depuis 1982, chaque année le jour du solstice de printemps le 21 juin, partout en France et même maintenant à l'étranger, nous pouvons participer à ces fêtes populaires, souvent chaleureuses et joyeuses. Déjà, en 1980, la création de la journée du patrimoine, elle aussi avait rencontré beaucoup de succès, s'en sont suivis : la nuit des Musées et bien d'autres. Depuis 2003, nous avons celles des jardins intitulée : "Tous au Jardin". J'aime ces journées ou l'accent est mis sur le culturel. Ce week-end, le soleil étant de retour. Nous avons décidé  d'aller visiter deux jardins dans notre région.

4

 samedi, Le Parc Botanique de la Teyssonnière

207

dimanche, Les Fontaines Pétrifiantes dans l'Isère

 

Le Parc Botanique de la Teyssonnière, se trouve dans l'Ain, aux portes de Bourg en Bresse. dans un petit village, sur la commune de Buellas ; autour d'un château privé .

 

3

 

Privé : donc, pas de visite des intérieurs. En revanche, 15 hectares à parcourir pour admirer dans le calme et la fraîcheur, profiter des arbres magnifiques aux essences  diverses. Malheureusement, un peu tard pour les rhododendrons, un peu tôt pour les hortensias mais il restait quand même, la fin de la floraison des roses.

 

85

 

15

Ce jour là, c'était jour de fenaison ! Je comprends le jardinier, il fallait profiter des jours sans pluie et pour cela le mois de mai n'a pas été propice. Donc, c'est accompagnés du léger bruit de la faneuse et celle à faire les ballots de foin que nous avons parcouru le parc. Heureusement, n'étant pas allergique, l'odeur du foin coupé était plutôt agréable à nos narines.

 

65

 Je me souviens dans mon enfance, la mécanisation n'existait pas, tout était fait à la main et à la fourche, il n'y avait pas de bottes, on mettait le foin directement dans la carriole et parfois  s'échappait, vite fait, un petit serpent.  Il fallait la journée pour faire le travail. Le midi, les femmes apportaient le pique nique et le soir on voyait déambuler sur les routes les engins tirés par un cheval ou deux et les faucheurs assis au sommet directement sur le foin. Époque des dinosaures me diront certains ! Non, seulement le début des années 1950.

87

 

Dans ce parc, en 1999, la tempête a sévi, les propriétaires ont fait transformer les arbres mutilés en différentes statues, que l'on rencontre au détour des chemins.

73

 

il y a aussi, quelques statues en pierre patinée par le temps ce qui donnent un charme romantique à  cet endroit.


74

 Ce domaine, dont le château a été reconstruit après la Révolution a appartenu à la Famille de la Teyssonnière du  XIIIème siècle jusqu'à 1957. Inhabité depuis 1944, la nature ayant repris ses droits, le parc s'est vite transformé en jungle, digne du château de la belle aux bois dormants. En 1958, quand le docteur Auplat et sa famille l'achète, il s'évertue avec l'aide d'un jardinier à tout remettre en état et engage des travaux importants jusqu'à son décès en 1997. Ensuite, c'est son fils aîné qui reprend  le flambeau et avec l'aide d'un paysagiste et d'un jardinier, ils continuent à embellir l'ensemble, avec de nouvelles créations.

5

 Dimanche, tout autre direction. Depuis longtemps, j'avais envie de visiter le jardin des fontaines pétrifiantes dans le sud de l'Isère. Afin que vous sachiez ce qu'est une fontaine pétrifiante, je vous invite à regarder cette vidéo.

ICI

Surprenant, ce jardin au bord  de la rivière : l'Isère ; ce jour là, en crue.

136

139

168

Ce jardin pas comme les autres, se trouve dans un cadre unique en France enserré d'un côté par la rivière et de l'autre par les falaises d'où coulent des cascades plus ou moins grandes qui au fil du temps ont formé des gours, comme souvent nous rencontrons dans les grottes.

186

Autour de ces cascades, chaque année s'organise un décor fleuri aux pieds d'arbres majestueux, paysagiste et jardiniers oeuvrent pour que le jardin soit toujours différent aux yeux des visiteurs. Des compositions insolites se mêlent aux fleurs, à l'eau pour donner  un aspect original et vous invite à un tour du monde botanique où se côtoient : plantes exotiques, méditerranéennes, aquatiques et tropicales. 

232

233

235

Comme vous le savez depuis si longtemps que certains me suivent, je suis une poétique, une romantique ; je m'émerveille encore ! Je ne sais pas si je suis "un sage" Mais comme le dit André Gide, "Le sage est celui qui s'étonne de tout". Alors, si un jour vous passez dans la région allez-y vous serez émerveillé.

226

 

A bientôt..... Si vous avez aimé, laissez moi un petit commentaire sympa. 

 

 Mes sources : Les photos sont de moi. Je me suis aidée des flyers pour les textes.

07 mars 2017

PETITES NOUVELLES

Bonjour à tous,

Je passe vous donner de mes nouvelles. Que s'est-il passé depuis le 23 janvier dernier ?

Nous sommes allés visiter un dimanche deux jolies chapelles baroques et découvrir de plus grands espaces de ski à Val Thorens. Comme c'est plus haut en altitude, la neige était meilleure.

21

25

27

Chapelle Notre Dame de la Vie au-dessus de St. Martin de Belleville.

La semaine suivante, nous sommes allés en découvrir une autre encore plus belle : La Chapelle des Vernettes. Mais avant d'y arriver, elle se mérite et ne se découvre seulement qu'au détour du chemin dans la dernière boucle après un dénivelé de 800 m. Pourtant le chemin emprunté longe les pistes de ski de l'immense domaine skiable de Paradiski. Une jolie balade malheureusement entreprise trop tard, car nous sommes redescendus à la tombée de la nuit.

3

7

5a

au retour. En principe nous mettons toujours 1/2 heure de plus que prévue. Mais vraiment cela en valait la peine, cette chapelle est la plus jolie chapelle baroque de Savoie.

18

30

34

35

36

  Pendant 10 jours, nous nous sommes exilés dans l'appartement prêté par nos gentilles voisines et les peintres ont oeuvré dans les détails. Quel chantier ! mais beau résultat. Enfin ma couleur saumon est devenue de l'histoire ancienne.

 

11

 

12

 

13

 

18

Le 12 février, nous avons laissé la place aux vacanciers picards et à Trocmaison pour l'échange d'appartement. Nous étions pressés de redescendre, car nous allions chercher "Myrtille". Depuis, nous n'avons pas de quoi nous ennuyer, notre nouvelle fille est assez turbulente, vive, mignonne et coquine. Ceux et celles qui me suivent sur Facebook et sur Instagram ont eu le privilège de voir quelques vidéos surprenantes. Je ne me souvenais plus qu'un jeune chiot pouvait être aussi prenant.

3

9

14

Quand nous sommes remontés à Pralognan pour l'échange des vacanciers, elle a fait la connaissance avec la neige et avec Théma.

Depuis que nous avons repris nos quartiers de presque printemps, j'occupe mes journées aussi intellectuellement, je me suis remise à fond dans la généalogie du côté paternelle, une généalogie très très compliquée que je double par l'histoire familiale. Beaucoup de recherches très intéressantes car je mélange les ancêtres et la vie qu'ils semblaient avoir à chaque époque. J'ai redécouvert "G Magazine et tous les nouveaux sites Internet sur le sujet de plus en plus passionnants les uns que les autres.

Et je terminerai par une superbe nouvelle : Dans la hiérarchie des grands-mères, je prends un nouveau grade : celui d'arrière Grand-Mère, chez Yannick (mon petit fils)  et Laura. De plus est, pour mon anniversaire. Comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule ; sa maman et sa petite soeur rentrent en France et s'installent du côté de Lyon. Adieu leur Picardie natale et bienvenue en  Rhône Alpes.

Au fait, je suis désolée pour celles qui ont reçu un email de ma part bizarre. Ma boite a été piratée au début du mois de Mars et depuis, je suis bien ennuyée, je ne peux plus recevoir mes emails journaliers, je l'ai signalé, cela devait prendre de 8 à 10 jours pour être remis, mais je ne vois pas le bout du chemin. Je vais voir si je peux changer sur canalblog mon email.

 

si vraiment vous vous ennuyez de moi et si vous aimez la généalogie et les histoires de famille, vous pourrez me retrouver :

 

www://manouedith3.canambmog.com

 

www://jeanetrenée.canalblog.com

 

 

A bientôt quand j'aurai des nouvelles fraiches.....

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 17:50 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


16 janvier 2017

Janvier 2017

Deux fois que je laisse passer le vendredi. J'avoue que je deviens moins assidue à mes blogs. Dix ans ! c'est long et je vous en ai raconté des choses. Je vais également beaucoup moins sur les vôtres. Beaucoup, depuis 10 ans ont arrêté ; il faut dire que la vie change et que nous avons peut être de nouvelles priorités. En un mot, je trouve que c'est moins dans l'air du temps.

35

Depuis une bonne semaine, nous avons pris nos quartiers d'hiver à Pralognan. Nous y venons chaque hiver là aussi depuis plus de 10 ans. J'ai déjà partagé beaucoup sur ce sujet avec vous. Nous y sommes jusqu'aux vacances de février, car pour les deux semaines, nous prêtons notre appartement, une semaine au fils d'amis picards qui vient déjà depuis plusieurs années avec son épouse et ses deux enfants. L'autre semaine, nous l'échangeons avec une semaine pour nous au mois de Mai, avec un couple qui nous prêtera leur appartement dans le sud de la France au bord de la mer. Je vous ai déjà parlé de nos échanges, c'est une belle opportunité pour les uns et les autres. Avec cette formule, nous pouvons aller en vacances gratuitement dans le monde entier, seul notre transport et nos frais sur place seront à notre charge. Et pendant notre absence Georges et Jacqueline profitent de notre résidence principale.

12

Quand nous sommes venus préparer l'appartement quelques jours avant Noël pour l'amie d'Annabelle, qui elle aussi vient régulièrement, nous avons eu une sacrée surprise. Quand j'ai voulu leur préparer les lits, celui de la chambre d'amis était inondé, en apparence nous n'avions rien vu, seul une odeur bizarre m'avait interpellée et j'avais laissé ouverte la fenêtre. Mais voilà, une infiltration ce serait produite dans l'appartement du dessus, sans que personne ne s'en aperçoive. Un ouvrier venu travailler sur le balcon aurait mal refermé la porte fenêtre et pas fermé du tout le volet (dixit un voisin qui surveille l'immeuble vide) et cette nuit là, de fortes pluies diluviennes et un vent violent se sont abattu sur Pralognan en direction de notre pignon, l'eau aurait passé entre la dalle de béton et leur plancher. Une fissure se trouvait à notre plafond au-dessus des lits et l'eau s'est infiltré doucement mais sûrement et comme personne n'était présent dans les appartements, les dégâts au dessus s'ils étaient visible ont séchés et chez nous uniquement le lit était mouillé jusqu'au sommier, la literie a moisi et expliquait la drôle d'odeur. Obligé d'aller acheter en catastrophe un sommier et un matelas et laver le reste. Sauf que nous étions à quelques jours de Noël et que la livraison ne pouvait se faire que pendant le séjour de nos amis. Maintenant tout est rentré presque dans l'ordre, sauf que le peintre qui doit refaire le plafond ne commencera que la semaine prochaine et il faudra que je re prépare tout. J'ai donc voyez-vous de l'occupation.

2

Nous devions par nous-même refaire les peintures du séjour, nous reviendrons les faire au printemps. Car je ne supporte plus les murs saumon que nous avons depuis le début. J'ai toujours trouvé drôle d'avoir mis cette couleur, il paraît que les précédents propriétaires aimaient bien et trouvaient que cela faisait chaleureux. Oui, mais là, cette couleur me sort par la tête. Je rêve de blanc cassé. Ce qui ne va pas être une petite affaire, car les murs peints sont en fait en crépi tout comme le plafond.

1

Donc  a défaut de repeindre les murs, je me suis amusée à faire la valse des meubles, pour avoir l'impression d'un petit changement. Petit mari n'aime pas du tout ce genre d'activité dont je raffole, mais quand j'ai décidé quelque chose côté déco, c'est souvent moi qui remporte. J'avais tellement l'habitude avant de changer mes meubles de place, que je suis très organisée, je n'ai pas besoin d'aide. Il n'est intervenu uniquement que pour m'aider à remettre tout dans le buffet et consolider les étagères qui avaient depuis longtemps un petit souci. Il y en a un autre qui n'a pas apprécié non plus, c'est Igor, bousculer ses habitudes et ses odeurs l'a complètement perturbé, en plus qu'il est maintenant seul avec nous et dans un appartement plus petit que la maison, nous avons pu nous rendre compte que Tara lui manque beaucoup, son comportement n'est plus du tout le même.

10

Il ne faut pas qu'il se plaigne mon cher Igor, j'ai changé la couverture du canapé pour qu'elle se marie avec son poil et je lui ai mis un nouveau tapis assorti, c'est quand même plus chaud que le carrelage. Il fallait bien dissimuler un peu le sol assorti aux murs, car là, je ne peux rien faire. Le résultat me satisfait et petit mari trouve que c'est mieux. Ce n'est pas en fin de compte le changement qui lui déplaît, c'est d'avoir à le faire. Et comme  je lui demande presque rien, il est content. Je me souviens la dernière fois que j'ai changé quelque chose à la maison, c'était les meubles dans notre chambre, je ne lui avais rien dit, je me suis enfermée dans la pièce et la valse a commencé pourtant c'était pendant la convalescence après mon opération de la hanche. Lui, dans le boudoir il n'a rien entendu et n'a pu qu'admirer quand tout à été fait, il était très content et il a approuvé le nouvel emplacement du lit.

 3

Pour les vacances de Noël il n'y avait presque pas de neige, seulement celle de culture sur les pistes. Nos invités et ceux d'Annabelle en ont profité pour faire de belles et grandes randonnées comme celles que l'on fait en été ou presque. Tous ont beaucoup appréciées. La neige est arrivée en abondance seulement  le 14 janvier. Nous n'avons pas eu de chance pour recevoir la Grande Odysée Savoie Mont Blanc, c'était la première fois qu'elle s'arrêtait à Pralognan, les organisateurs ont été obligés de tout bousculer et faire la course le soir après la fermeture des pistes, car il n'y avait pas de neige sur  les chemins qu'ils devaient emprunter. Malheureusement à 18h la pluie s'est invitée pour le départ et je peux dire que nous avons été bien trempés, dans la soirée elle s'est transformée en neige, mais la fête a été un peu gâchée. Dommage car c'est vraiment sympa de voir ces chiens qui n'attendent que le moment de partir . Il faut les encourager en tapant sur les banderoles publicitaires, ça les existent encore plus. Le comité des fêtes nous a dit que nous aurons encore le droit à leur passage les deux prochaines années. Donc nous aurons deux séances de rattrapage.

10

Après une journée ou nous n'avons pas pu sortir tellement il neigeait, voici les premières balades que nous avons faites.

4

6

13

14

Posté par manouedith à 18:56 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 novembre 2016

Vilain mois de novembre.

 

Le mois de novembre s’en va ! Je ne le regretterai pas, car c’est un mois que je n’aime pas du tout. Tout d’abord parce qu’il nous enlève 1 heure de clarté et que bien vite après le déjeuner, le jour baisse et la nuit est vite arrivée. Souvent il pleut, il vente et tout est gris. La pluie amène de nouvelles catastrophes.  Le vent dépouille les arbres et les feuilles, recouvrent le sol, chez nous il faut régulièrement balayer et ramasser, sinon on risque de glisser. Noël est encore loin et la vie semble encore plus triste.

1

Alors, pour égayer notre journée, un après-midi de la semaine dernière, nous sommes allés découvrir l’espace Noël du Jardin des Plantes dans la grande ville « Chambéry » 45 kilomètres pour essayer d’avoir un peu de lumière, de gaîté et d’ambiance. Au centre ville, les chalets commencent à ouvrir, ils s’installent doucement. Malheureusement, de plus en plus de magasins ferment dans cet espace historique si charmant l’été à la saison touristique. Mais là, j’avoue : que c’est drôlement triste. Tout comme notre ville proche « Belley » la rue piétonne se désertifie de plus en plus, là aussi beaucoup de rideaux sont tirés en attendant des repreneurs, vraiment on ne s’y bouscule pas.

 

001

 

Nous avons donc terminé notre balade par le Jardin des Plantes. Là aussi, déception. « le royaume du made-in-china ». L’agencement est fait pour tout acheter, même le gros Père Noël qui ressort tous les ans et est installé à chaque fois différemment, cette année du haut de son perchoir il brandit son prix 650 euros.  Tout comme les deux grandes crèches à 1.990 euros, pour ce prix là,  je pense que nous pouvons espérer l’enfant Jésus, ses parents et les Rois mages. Moi je préfère les crèches provençales faites de santons et de vieux villages. Mais celles-ci, sont plutôt pour des vitrines ou des espaces commerciaux, ah ! Oui mais, j’oubliais, la mode est aux décrets d’interdiction dans certains lieux publics, au gommage de nos traditions au profit de cette sacro sainte laïcité ! Pauvre France, où allons-nous ?

 6

000

Les mises en scène d’une année sur l’autre  changent, il y a des thèmes qui sont plus sympathiques que d’autres. Les animations des peluches sont malgré tout sympa, pour les enfants. Cette année, je me demande si cela a été judicieux de mettre la tente dans l’espace plantes, car les lumières ne brillent pas autant, pas rapport aux rayons voisins ;  pas encore d’ambiance, la musique semble être en sourdine. Il faudra revenir en plein mois de décembre pour voir si l’ambiance s’y trouve ? Non, j’avoue la balade de cette semaine ne m’a pas mis de baume au cœur.

9

12

Novembre est aussi le mois, ou je finalise mon album de photos annuel. Et là, j’avoue, je me régale. Depuis quelques années je privilégie « Albelli », car c’est le seul vendeur de livres photos (mais aussi le plus cher) qui propose avec supplément une qualité de photos exemplaire. Et propose également des idées de création en grand nombre, de quoi se lacher. Choisir mes plus jolies photos et les sublimer reste pour moi un jeu, une passion et je choisis évidemment le format XL, qui renferme tout ce que nous avons fait dans l’année et toutes les personnes qui sont passées par chez nous, je veux aussi  que cet album ait du caractère et donne l’envie de l’ouvrir facilement ; celui de l’année précédente est souvent sur la table du salon. Tous nos invités le regarde et sont heureux de s’y retrouver quand ils sont venus nous rendre visite. J’aimerai tellement qu’après nous, ils soient distribués en souvenir à nos petits enfants et que les miens se souviennent de mon amour pour la photographie tout au long de ma vie. Jusqu’à présent il y en a une trentaine, dont 9 XL.

000002

000003

 A la maison, je suis allée faire un tour au grenier, pour faire l’inventaire des boules et sujets de Noël et j’ai commencé ma couronne de l’Avent. Comme l’année dernière, nous avons passé les fêtes de fin d’année à Pralognan, beaucoup s’y trouve, donc un voyage rapide s’impose la semaine prochaine.

 00001

 Non vraiment Novembre peut s’en aller. Et en plus pour couronner le tout, cet over dose de politique depuis cet été, qui se prolongera sans aucun arrêt jusque et après les élections, vraiment trop c’est trop. Il faudrait avoir la volonté de fermer la télé et le poste et ne les ouvrir qu’après un choix d’émission, mais quand on est en couple, bien souvent il faut subir, les hommes aiment ce genre d’émissions, j’avoue que parfois petit mari s’isole et regarde sur sa tablette avec des écouteurs, mais il a un besoin des médias, pas moi. Néanmoins, merci pour sa délicatesse.  Alors ouvrons nos portes au mois de décembre  et plongeons nous,  dans les traditions, ça j’adore.

Je vous invite à feuilleter mon livre annuel 2016

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 septembre 2016

La roulotte à savon de Serrières en Chautagne en Savoie

Les vacances sont terminées, deux familles sont passées à la maison pendant le mois d'août. Fille numéro 1 de petit mari et sa famille, ensuite ma belle fille Valérie avec mon adorable petit fils "Théma". Fin juillet ma fille de coeur dont je vous parlerai la semaine prochaine est venue s'installer dans notre village avec compagnon et enfants. J'en suis ravie, elle a retrouvé du travail aussitôt dans l'aide à la personne et s'est mise au boulot 15 jours après son arrivée.  Le compagnon recherche mais en attendant garde les enfants. Pour nous, c'est une nouvelle vie et je découvre le sens de la famille, elle vient prendre le café, papoter quand elle peut, voici des relations qui s'istallent comme j'aurais tellement aimé avoir avec mes autres filles, qui malheureusement ont toujours été loin de chez moi. Sa fille vient quand elle veut et a fait ce matin sa rentrée scolaire à l'école du village. Revenons aux vacances, voici la première sortie que nous avons faite avec tous.

 

 

Mais avant, le 13 juillet 2016, nous sommes allés en repérage et pas déçus par la découverte.

 

La roulotte à savon de  Serrières en Chautagne en Savoie

14

 Début juillet, j'étais en mode  « préparation de sorties estivales » pour nos invités de l’été.

Habituellement, je commence plus tôt, mais cette année, le beau temps a tardé à arriver. Je suis toujours à l’affût d’une visite culturelle. En feuilletant notre journal gratuit : « Le Ballad’ain » qui à cette époque change de nom et devient : « Ballad’été », mon regard a été accroché par « La roulotte à savon ». Une visite qui peut se faire avec des petits et des grands. C’est une visite explicative privilégiée qui ne dure que du 6 juillet au 31 août et seulement le mercredi.

27

 Afin de ne pas être déçus, nous testons toujours nos ballades avant l’arrivée des uns et des autres. Nos premiers invités cette année, étaient les enfants et petits enfants de « petit mari ». Nathan et Julian,ont 5 et 11 ans, donc je pense que cela va pouvoir le faire. D’autant plus, que ce n’est pas très loin de la maison ; seulement 10 kilomètres et c’est gratuit. Pour y arriver, il faut emprunter de petites routes étroites et sinueuses. Notre GPS du joli prénom de « Gertrude » notre fidèle accompagnatrice de toutes nos virées, qui sans elle, nous ne pourrions découvrir les lieux au milieu de nul part, celui-ci se trouve,   dans un havre de paix agrémenté par le chant des oiseaux, bien loin du trafic routier.

33

35

Un paysage à couper le souffle. Nous surplombons la Chautagne (c’est un endroit baigné par les eaux du lac du Bourget et du Haut Rhône qui propose une grande diversité de paysages et de terroirs). Où se trouve la plus grande peupleraie domaniale d’Europe environ 740 hectares d’un seul tenant. Une forêt construite vers 1930, pour assainir les marais. En bordure de laquelle sillonne le Haut Rhône entre Seyssel et Lyon, en passant par le joli village médiéval de « Chanaz ».

30

Quand nous arrivons Danielle, commence à nous expliquer la saponisation à froid du savon ; afin de réaliser des savonnettes aux différents arômes que nous devons reconnaître. Rien que du bio, puisque toutes  ses herbes, son lait et ses plantes viennent de son jardin et de la ferme voisine. Quant aux méthodes de fabrication et au choix des autres parfums exotiques, comme la noix de Guinée elles sont soigneusement choisis. Ses produits sont de haute qualité, sains et naturels 100% biodégradables et n’entraînent aucune pollution.

45

 Elle est soucieuse du bien être corporel,  et parfume ses produits avec du tilleul, du romarin, des orties séchées, de la menthe, en un mot toutes les herbes qui l’entourent. Pendant ¾ d’heure, elle nous montre, nous enseigne, nous fait sentir, nous explique, tout en partageant sa passion. A la fin de la visite, elle nous accompagnera dans sa roulotte transformée en joli petit magasin, imprégné de milles odeurs où se mélangent : savon, crèmes, baume, shampoing etc…

46

 Je peux dire que nous avons passé un agréable moment qui sentait bon, c'est pourquoi, nous validerons la visite pour ceux qui passeront chez nous. un mercredi du mois d’août. En plus la savonnière est très sympathique. Alors, que demander de mieux ? Pour ceux qui habitent la région, vous pouvez la rencontrer dans les foires artisanales, les marchés et les fêtes régionales et en décembre sur les marchés de Noël ou alors, rendez-vous sur son site : La roulotte à savon, et pour ceux qui ne savent pas se passer de Facebook, elle y est.

39

 Je reviens vers vous, après 1 mois. Adeline-Clara qui depuis la naissance est recouverte d'eczéma et qui a des poussées suivant son stress, par exemple le déménagement nous l'a amené dans une situation critique elle pouvait à peine marcher et tenir quelque chose dans ses mains, Cela nous faisait du mal de la voir comme ça. Elle a essayé le savon au lait d'ânesse "Néfertiti" et miracle, elle se gratte beaucoup moins, peu remarcher normalement. Bon ce n'est pas disparu mais ça s'est beaucoup amélioré. Donc elle va continuer ce savon. Mon gendre aussi, dans une situation similaire mais moins handicapante a constaté de gros progrès.

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

04 décembre 2015

L'automne 2015 - Le pouvoir de la lecture

 

Toute ma vie, j’ai aimé lire. Souvent le soir avant de m’endormir. Mais, maintenant plus j’avance, je m’aperçois, que sans m’en rendre compte, je remanie ma façon de vivre. Les rituels journaliers qui ont jalonné tous mes instants changent. Je suis de celles qui ont besoin d’avoir continuellement des repères. Pour certains, par obligation c’est : « métro, boulot, dodo ». Pour celles qui restent à la maison c’est à peu près pareil, tout tourne autour de la maison et des enfants ; ponctué par les horaires scolaires ou celui de leurs activités. Au fur et à mesure qu’un enfant part de la maison, le rituel change mais  : ménage, préparations des repas continuent malgré tout.

1

J’ai l’impression que ces obligations que je me suis imposées et que j’aime bien, sont toujours pour moi un gage d’équilibre ; étant donné les nombreuses périodes de turbulences que j’ai traversées à certains moments, c’est ma façon de tenir debout. Mais, néanmoins quand je regarde dans le rétroviseur, je me rends compte, que mes plus belles années sont passées et qu’elles ont été souvent très chaotiques, donc inutile de gâcher les dernières.

 8

 A certaine période, il m’était impossible de lire par manque de concentration. Maintenant, tout est rentré dans l’ordre.  Depuis pas très longtemps, j’ai réalisé que je n’ai plus autant de temps devant moi et j’ai eu l’envie de mettre un sérieux coup de pied dans la fourmilière des planifications journalières. Vivre au jour le jour, même si je ne fais rien ; car pour moi lire, c’est ne rien faire, mais le faire sans complexe et le faire à l’instant décidé sans m’imposer d’obligations. Je rentre donc en ce moment dans ma période « lecture à outrance ». Ça tombe bien, figurez-vous que l’autre jour, petit mari est revenu de chez la boulangère avec en plus du pain, un pavé de plus de 800 pages à lire. Oui, nous avons un boulanger dans notre village qui a aménagé une de ses anciennes étagères à pain en bibliothèque pour tous, nous pouvons nous servir et prendre gratuitement celui qui nous intéresse. Belle idée n’est ce pas ?

4

 J’ai un sérieux problème, je suis incapable de lire plusieurs livres à la fois, tellement je les vis. Petit mari a toujours au moins 3 ou 4 livres en route ; moi vraiment je ne peux pas. En revanche si je n’accroche pas après une centaine de pages, j’abandonne. Ou alors, je dévore sans retenue ; néanmoins jamais avant avoir fait ma toilette, mon lit, récolter quelques poussières et ranger pour éviter le foutoir, car quand même il faut respecter mon côté maniaque !

9

 

 

Il y a environ un mois, j’ai ouvert la première page du livre rapporté : « Le goût du bonheur » le tome 1 « Gabrielle ». C’est une canadienne « Marie Laberge » qui commence à raconter la vie d’une famille de 5 enfants à Québec dans les années 1930.  En débutant ma lecture, je n’ai pas compris que ce livre est en fait une trilogie, je me suis donc empressée d’acheter les deux suivants « Adélaïde » « Florent »  possédant chacun plus de 900 pages pour l’un et 1100 pour l’autre.

 2

 

Les 100 premières pages me semblent « plan plan » , peu d’action ni de suspens mais petit à petit je me suis prise au jeu de cette vie familiale entre Gabrielle et Edouard et leurs cinq enfants, tous différents. Pourquoi m’a-t-il fallu un certain temps pour rentrer dans le jeu ? Tout simplement parce que cette vie de famille semble heureuse. Rien ne la bouscule encore. Mais le bonheur est simple pourtant il fait froncer les sourcils dans l’entourage de Gabrielle. Décidément il est suspect en cette époque ou notre Sainte Mère l’église nous dit que nous ne sommes pas sur terre pour être heureux mais pour accomplir notre devoir.

bonheur

 

Au fil des pages, on se rend compte que l’élégante Gabrielle qui évolue dans un milieu bourgeois a bien du mal à se soumettre au code strict de cette société sage et bien pensante. Pour elle, elle a envie de changer le monde autrement que par la prière. Marie Laberge raconte avec brio la vie du Quebec entre les deux guerres. Bien vite, je réalise qu’il faut que je m’installe confortablement dans un fauteuil de plus en plus souvent dans la journée pour reprendre le fil de l’histoire.

 

10

 

Pendant ce temps là, dehors il fait un beau soleil et aux yeux de tous, nous vivons un bel été indien ; et si je vous dis que l’extérieur ne m’attire pas du tout, il me suffit d’un endroit ensoleillé  pour vivre à l’heure canadienne. Malgré tout, je culpabilise un peu de ne pas vouloir sortir pour profiter de cette extraordinaire saison qui joue les prolongations. Ma maison est grande, à chaque fois je choisis une pièce ensoleillée et je m’installe dans un fauteuil à l’endroit ou le soleil est le plus éclatant et je tourne avec lui de pièce en pièce. Le matin après ma toilette et quelques légers coups de torchon, je commence par m’installer vers  11 heures dans le bureau illuminé et je pars sans aucun scrupule à Québec ou à Montréal. Heureusement que petit mari est préposé à la préparation des repas, ce qui m’enlève une belle épine du pied. Pour me déculpabiliser je pense aux corvées ménagères indispensables que je me force à faire et à bien faire quand même : remplir les machines, repasser, ranger les paperasses sinon elles s’accumulent et je n’aime pas ça. Mais je fais tout cela vite fait, bien fait !

11

 

L’après-midi après mon feuilleton, c’est dans ma chambre que je continue à vivre l’expérience de l’entre deux guerres de l’autre côté de l’atlantique. Dès que le soleil disparaît derrière la vierge qui domine mon village, je passe dans le boudoir pour m’allonger sur la banquette face au Grand Colombier et je termine mon après-midi bien remplie. De son côté, petit mari fait de même, mais lui n’étant pas soucieux du détail ensoleillé, s’installe toujours au même endroit dans le boudoir et s’occupe sur sa tablette avec différents jeux comme le scrabble ou se plonge dans l’intégral de l’Histoire de la Vie de Giacomo Casanova  une œuvre qui représente quand même environ 75 heures de lecture.

 12 a

Voyez-vous, un automne agréablement rempli quand même, choisi et assumé. C’est notre bonheur à nous pendant que d’autres se promènent dans la nature ou range consciencieusement leur jardin (le nôtre a été rangé, mais beaucoup plus vite ;  à chacun ses plaisirs.) Cette année, chez nous l’automne est ailleurs et nous le vivons autrement.

 

13

 

Quand le premier tome de cette trilogie s’est terminé, aussitôt j’ai entamé le second :

« Adélaïde » et son parcours peu conventionnel pour son époque, mais tellement avant gardiste,  elle était simplement en avance sur son temps et elle a toujours assumé ses choix.  Ces derniers, ne lui ont pas toujours valu que du bonheur d’autant plus que sa vie de  jeune femme est entachée par la seconde guerre mondiale, vécue autrement que sur notre continent, mais avec tout autant de chagrins et de manque d’Amour.

 5

Pour moi, lire, c’est aussi m’impliquer au maximum dans l’histoire, mais dans laquelle je m’incruste discrètement ; je suis tellement entière que j’arrive même à vivre les évènements actuels autrement. Est-ce aussi une façon  de me  protéger, tout en ne restant pas indifférente   au monde qui nous entoure. Après tout, quand nous sommes à la retraite et dans la dernière partie de notre vie, nous avons le luxe de choisir comment être heureux. Pour moi, en ce moment c’est de cette façon que je vois mon bonheur. Je suis toujours étonnée d'entendre autour de moi, ces jeunes retraités qui n'ont jamais le temps de faire ceci ou cela. N'ayant pas beaucoup travaillé dans toute ma vie, j'ai fait beaucoup de bénévolat alors, je suis contente de laisser ma place aux autres. 

 14

 Je viens d’enchaîner le troisième tome consacré à l’ami de toujours « Florent » ; celui qui n’est pas un frère, ni un mari mais celui qui console, qui partage aussi bien les joies et les peines, qui s’interroge aussi. Nous sommes toujours à Montréal dans les années après la guerre et qui nous emmène jusqu’aux années 1970 ; ces années que j’ai vécues ici et dont je connais le déroulement. Il y a eu tellement de changement de part et d’autre des frontières  que les 20 ans de maintenant, ont beaucoup de mal à imaginer les 20 ans de ces temps là. Quand je refermerai la dernière page du tome 3, je regrouperai les 3 livres, je laisserai une petite carte dans le premier, j’entourerai le tout d’un joli ruban et j’irai reporter l’ensemble sur la belle étagère de mon boulanger ; en espérant que le prochain lecteur appréciera autant que moi.

6

Voyez-vous, encore une de ces nouvelles idées de partage entre les uns et les autres que j’apprécie beaucoup. Tout comme l’idée du piano dans les gares, où s’installe Pierre ou Paul pour partager quelques minutes de musique. Ne déplaise à certains en ce moment, le Goût du Bonheur peut être aussi à la portée de tous et il l’emportera, il faut simplement savoir le saisir et ne pas le laisser passer.

15

 Ma devise du bonheur pour le troisième âge, celui ou on a encore la chance d’être en forme : Faire ce que l’ont veut à l’instant que l’on veut, sans s’occuper des autres mais en donnant la priorité à SOI. Dans ma vie j’ai énormément donné, je n’ai jamais été égoïste, maintenant je me donne le luxe de faire ce que je veux, quand je veux et où je veux.

17

  

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags :

20 novembre 2015

Mon exposition temporaire pour l'année 2015

Pour eux

 

Afficher l'image d'origine

 

Chaque année au mois de novembre, je fais un joli album photos, représentant tout ce que nous avons fait durant l'année et toutes les personnes que nous avons rencontrées chez nous.

C'est la huitième année. Chaque année, il est différent mais il est en version XXL c'est- à -dire 40 cm/30cm. Depuis l'année dernière il s'est même amélioré, puisque j'ai choisi la maison ALBELLI et ses nouvelles options, en qualité extra ; c'est beaucoup plus cher, mais le rendu est simplement divin. Je suis toujours à l'affut des promotions et là, justement j'ai pu profiter de leur 5ème anniversaire : 35%, ce qui pour 70 pages est très appréciable.

Je vais donc le partager avec vous :

 

http://www.albelli.fr/voir-livre-en-ligne/2d74f20d-eb81-403b-88c9-94c7a8e7f7fa

 

Je vous conseille de le regarder en plein écran, il ne sera pas aussi grand que celui sur papier mais vous donnera un bel aperçu du résultat. Il ne vous manquera que la brillance et l'effet grandiose du rendu, mais ce sera quand même un joli livre.

Cette année, j'ai voulu qu'il se présente sous forme d'une exposition temporaire, c'est pourquoi, j'ai encadré les photos et que j'ai fait attention à l'accrochage.

Pendant toute l'année, il sera sur la table du salon afin que tout ceux qui viennent à la maison puissent le regarder. J'ai remarqué que l'on regarde plus souvent un album posé sur une table que le dossier sur l'ordinateur.

Alors qu'en pensez-vous ?

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,