11 novembre 2016

L'Homme qui adorait la littérature.

Plusieurs fois, je vous ai parlé de ma passion pour les livres : « les posséder, les toucher, les sentir ». Au cours de ma vie, j’en ai acquis environ mille. Tous sont répertoriés dans un gros cahier par catégories, afin de les retrouver facilement, quand l’envie me prend d’en relire un. J’ai aménagé à cet effet les murs de notre grenier que j’appelle pompeusement « ma bibliothèque ». J’adore les belles bibliothèques anciennes aux rayonnages de livres magnifiquement reliés, ou tout simplement les vieilles librairies qui ont une âme.

 Afficher l'image d'origine

Bibliothèque de Vienne

 Les années passant, la place commence à me manquer. Cette année, pour la première fois, je me suis inscrite dans une bibliothèque municipale, même si je n’aime pas le côté « temps imparti », j’aime lire à mon rythme, parfois je dévore un livre en une journée ; mais parfois aussi, je prends le temps et je peux dépasser la date butoir,  heureusement la responsable accepte le prolongement. Je n’aime pas non plus lire sur une tablette, il me faut le contact avec le livre.

Afficher l'image d'origine

Librairie Auguste Blaizot à Paris 

 Quand est sorti le livre de François Mitterrand » Lettres à Anne » j’ai voulu l’acheter, deux jours après il était déjà en réédition et se vendait le double de son prix en occasion sur Internet. Bien entendu j’ai préféré attendre. Ce matin, je viens de le recevoir, c’est un  pavé de 1.246 pages ! Il me semble, facile à lire ; il peut s’abandonner quelques jours et donner la priorité à un autre livre en cours. Je n’ai jamais aimé l’homme politique, mais j’ai toujours admiré l’homme qui aimait la littérature et l’homme qui savait parler d’amour. Il a eu beaucoup de maîtresses « soit ». Mais la façon dont il a aimé Anne Pingeot mérite le respect. Je garderai en mémoire, comme tout le monde, l’accompagnement de ces deux familles vers sa dernière demeure. Et j’ai admiré l’intelligence du cœur dont a faitpreuve son épouse légitime.

 IMG_3135

 

 Maintenant, je n’ai pas compris pourquoi Anne Pingeot a voulu faire un livre avec ses lettres  personnelles et je suis certaine qu’un film suivra. Mais, je ne suis pas là pour critiquer, juger, mais simplement  pour comprendre l’Amour, ce sentiment si précieux qui parfois trop souvent est galvaudé, moqué. Pourtant aimé et être aimé, c’est une des plus belle chose de la vie. Ce n’est pas à la portée de tout le monde d’Aimer profondément, sincèrement. Donc respect à ceux qui savent.

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


24 juin 2016

S'évader une fois de plus par la lecture.

 

Je vous ai déjà parlé de mon amour pour les livres. En principe, j’aime les posséder. Il y en a, environ  1.000 dans le grenier, tous répertoriés par étagères et sur un cahier pour les retrouver facilement. Le problème en revanche, j’ai de moins en moins de place pour les entreposer. J’aime le regard sur cette partie du grenier. Mais évidemment rien que l’achat revient cher, même si j’étais passé ces derniers temps aux livres de poche et aux occasions. J'ai franchi un nouveau pas, pourtant je n'aimais pas trop. Trois bibliothèques municipales m’entourent. Mais le problème, je n’aime pas le temps imparti pour lire et rendre les livres éventuellement  avec petite prolongation. Car il y a des moments, ou je dévore et d’autes ou je prends mon temps. J’aime  diversifier  mes occupations. En ce moment je suis très occupée par l’édition de mon journal de famille.

Afficher l'image d'origine

Depuis deux mois, je me suis inscrite à la Médiathèque de Culoz, elle est pratique, il y a un parking et elle est sur mon chemin quand je sors d’Artemare. Elle est moderne et elle est tenue par une jeune femme très sympathique, on peut se mettre dans un endroit réservé pour feuilleter les livres et elle est informatisée. Celle de mon village a moins de livres et l’ambiance n’est pas la même. A Champagne, nous en avons aussi une très bien, mais il faut faire un détour, ou y aller spécialement. Enfin, pour 25 euros par an, je peux emprunter 5 livres par semaine pour 15 jours avec prolongation. A moi de m’organiser, pour cela je suis la reine de l’organisation. On y trouve des livres que l’on ne trouve plus souvent dans le commerce, des livres plus récents et un bibliobus en complément qui passe une fois par semaine.  On peut également emprunter des CD.

Afficher l'image d'origine

 

Mes sujets de lecture sont assez variés. J’aime toutes les biographies, certainement mon côté « curieuse de tout ». Les livres historiques, mais ça, vous vous en doutez. Tous les romans qu’ils soient d’amour ou autre à condition qu’ils aient une belle histoire et qui ne tombe pas dans la mièvrerie. Quand je ne veux pas me prendre la tête je me délasse avec Danielle Steel et Françoise Bourdin. Et quand je suis plus en forme, je replonge dans les classiques comme Stendal et tous les auteurs du XIXème siècle.

 Afficher l'image d'origine

Cette semaine, je viens de terminer une saga que j’ai bien aimé de Sarah Frydman qui commence à la fin du XIXème siècle et se termine en 1945. Un sujet fort. Malheureusement encore d’actualité de nos jours « l’antisémitisme » : Les moissons mortes, raconte le vie de quatre familles juives. Elle commence quand débarquent à Vienne, 4 jeunes rêvant d’un avenir prestigieux. Vienne n’est pas celle qu’ils croyaient. Ils se voyaient déjà célèbres, tout en haut de l’affiche. Mais avec la montée de l’antisémitisme, le sombre réquiem de la première guerre  et le  crescendo du nazisme, la musique a changé et les 4 amis ont été dispersés par les tempêtes de l’histoire ; bien loin du mirage viennois. Une fresque malheureusement authentique et bouleversante. Sarah Frydman nous bouleverse par son talent romanesque et sensible très prononcé. Elle connaît son sujet par cœur, ayant eu un père Russe et une mère Autrichienne.

Afficher l'image d'origine

s’est la seconde fois que je rentre dans un sujet aussi sensible, j’ai vu plusieurs films parlant de ce grand malheur. La première fois c’est dans les années 1970, quand j’ai lu « Au nom de tous les miens ». Martin Gray m’a énormément bouleversé par l’histoire de sa vie qu’il avait écrite avec la collaboration de Max Galo. S’en est suivi des polémiques disant que ce n’était pas vrai. En attendant, on ne peut pas rester insensible au sort des Juifs dans de nombreux pays et à la cruauté des humains. Je n’ai jamais pu comprendre et je cherche encore comment on a pu laisser faire cela. Et je me révolte de constater que ça existe encore de nos jours .A côté de chez moi il y a Izieu, ce joli petit village où étaient cachés des enfants juifs qui ont été dénoncés par un villageois. Il faut parler raconter,  sans arrêt ces tristes évènements, pour que jamais nous ne revoyons de tels génocides et ne pas se contenter de lire, mais il faut aussi crier son dégoût. Martin Gray,  nous a quitté il y a seulement deux mois il avait 94 ans et traversé de douloureux épisodes dans sa vie, difficile d'oublier.

Afficher l'image d'origine 

 Ce livre était dur, maintenant j’ai besoin de légèreté. J’ai retrouvé sur les rayons de la bibliothèque Maurice Denuzière, un auteur de ma jeunesse qui m’avait fait craquer avec « Louisiane », j’ai emprunté 4 volumes de 650 pages chacun  racontant une série de destins soumis aux intrigues, aux antagonismes religieux et à l’affairisme ; il montre paraît-il comment était l’idée européenne dès 1800 sur les bords du Léman. Alors, j’ai de quoi m’occuper, je vous redirai si mon

choix a été le bon. A bientôt.

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

 

Posté par manouedith à 08:46 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

17 janvier 2014

Ne dit-on pas : "Lire c'est partir" ?

Manouedith aime lire !

Je ne suis certainement pas la seule. J'adore les romans d'amour, même si certains me trouvent trop fleur bleue pour ne jamais louper la dernière parution de Danielle Steel. J'adore également les biographies historiques et même contemporaines. Néanmoins, j'ai un faible tout particulier pour les récits d'aventure qui racontent la rencontre avec les gens d'ailleurs, et  je reste admirative pour ceux et celles qui osent tout vendre et même embarquer leurs enfants dans un tour du monde pour deux ans. Ne dit-on pas que Lire c'est partir dans des endroits ou nous n'irons jamais, c'est en fait tout simplement "Rêver". Alors je remercie ces aventuriers qui après leur expérience la font partager aux autres.

 

Lirecestpartir

 

Dans les années 1980, j'ai suivi avec beaucoup d'intérêts la première aventure de la Famille des Pallières, je sais qu'il y en a eu d'autres. Quelques années plus tard, j'ai croisé le chemin d'un des enfants devenu adulte qui me l'a dit.

 

IMG_5050

 

Il fallait oser dans les années 1980, tout vendre, mettre son travail en sommeil et quitter Paris dans un camping-car de 6 m2, avec quatre enfants âgés de six à douze ans.... Quitter la routine pour l'Inde des Maharadjah, en passant par la Grêce, la Turquie, l'Iran, l'Afghanistan, le Pakistan, c'est la belle aventure qu'a passionnément vécue la famille des Pallières. Pendant plus de 18 mois, les aventures vont se succéder ; cocasses ou féériques : la rencontre d'une caravanne des Milles et une Nuits, un fastueux mariage hindou, un séjour de rêve dans le palais d'un Maharadjah ; mais aussi dramatiques parfois : en Iran, le camping-car est attaqué en pleine nuit, ou un autre jour une tempête de sable l'ensevelit à moitié, les enfants tombent malades, les subsides n'arrivent plus... enfin bon l'aventure. Depuis, j'ai suivi d'autres aventuriers qui écrivent sur leur blog au jour le jour ce qu'ils leur arrivent.

Quatre enfants et un rêve. Auteur : Christian et Marie-France des Pallières chez Albin Michel. Edition 1987.

 

 

IMG_5053

 

Dans les années 2000, j'ai dévoré leur premier livre. J'ai mis mes pas dans ceux de Sonia et Alexandre Poussin pour parcourir leur premier 7000 kilomètres à pied pour leur traversée de l'Afrique du Sud, du Cap, jusqu'au Kilimandjaro. Et j'ai enchaîné sur celui-ci dès sa parution en 2005 pour les retrouver en chemin vers le territoire des Massaïs. Ils étaient loin d'être arrivés, il leur restait encore 7000 kilomètres à parcourir, toujours à pied et sans logistique, en s'en remettant à l'hospitalité des Africains. Tout au long des 1171 jours de ce périple, les deux marcheurs nous ont fait partager leurs rencontres émouvantes avec des amis d'un jour, l'angoisse de la soif, de la chaleur, des lions. Avec eux, nous avons vu surgir les rives irréelles du lac Turkana, les ruines mythiques de Méroé, les déserts brûlants du Batn-el-Hagar, nous avons découvert les rituels très secrets des jeunes mariés soudanaises. Je vous assure un livre qui ne vous laisse pas indifférent.

Africa Trek 1 et 2 de Sonia et Alexandre Poussin chez Robert Laffont.

 

 

Lirecestpartir

 

Le livre que je vais vous présenter maintenant en dernier, je viens de le découvrir par hasard, suite à des recherches sur Internet concernant l'auteur ; qui se trouve être le compagnon de la maman de deux de nos petits enfants. 

 

 IMG_5052

 

 J'avais entendu parler de cette expérience à la télévision en 2004. Laurent pompier professionnel qui a tout quitté pour partir autour du monde à vélo couché afin de récolter de l'argent pour un couple d'amis dont la petite fille Chloé est atteinte d'une maladie rare et dont les traitements pour la soigner sont extrêmement coûteux. Son idée ? Compter sur la générosité et la mobilisation des pompiers de tous les pays pour le soutenir. Et, ils seront au rendez-vous au fil de ce grand périple puisqu'il rapportera 116.000 euros après avoir effectué 22.240 kilomètres en 331 étapes et dormi dans 265 casernes.

Mais l'aventure aussi belle soit-elle, a toujours son revers. Après plusieurs années d'euphorie 2 ans de préparation plus  2 ans de périple à sillonner les routes du globe, Laurent connaît des questionnements et des doutes liés à un difficile retour à la réalité. Vivre deux ans pour les autres n'est-ce-pas un peu s'oublier soi-même  ?  

Le grand périple de Laurent Robin  parut en 2013.

 

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,

03 avril 2011

Lire, lire, lire.....

 

Comme je vous l'ai déjà dit : j'aime beaucoup lire, il y a des périodes ou je lis plus que d'autres. C'est ainsi depuis mon enfance et "Les Petites Filles modèles". Je devais avoir 8 ou 9 ans, j'ai découvert qu'en lisant on pouvait s'échapper loin de chez soi, avoir des rêves, avoir des jardins secrets. La seule période de ma vie ou la lecture a été abstente,  c'est les 3 ou 4 ans de dépression que j'ai faite, la lecture ne me captivait plus, autre chose de plus grave occupait mon esprit, longtemps après quand je lisais j'étais obligée de revenir sur les châpitres pour les comprendre. Je vous avoue qu'à cette époque j'ai eu peur que mon goût pour la lecture ne revienne jamais. Quand on dit qu'il faut du temps au temps, là j'ai pu le constater ; maintenant tout est revenu dans l'ordre .

livres

Je fais partie des plus anciennes adhérentes de France Loisirs, avril 1978. J'ai le droit à la carte privilège. Je reçois depuis cette date là tous les trimestres le catalogue et je me dois de choisir un livre avant une date déterminée, sinon je recevrai la sélection du trimestre choisie par la maison d'édition.

 les_fianc_s_du_rhin_3

Quand je reçois la sélection, soit je la lis, soit je la mets dans mon armoire cadeaux et je l'offrirai  un jour à une lectrice ou un lecteur que j'aime. Tout cela pour vous dire que dans la dernière sélection il y avait ce livre :

les_fianc_s_du_rhin

Je ne connaissais pas du tout Marie Bernadette Dupuy.

les_fianc_s_du_rhin_2

Elle a la cinquantaine, elle est née à Angoulême et elle a écrit plus d'une vingtaine d'ouvrages. Elle aborde avec le même talent les romans d'amour, les biographies historiques, les mystères du surnaturel, les intrigues policières, sans oublier les romans du terroir comme la saga du Moulin du Loup que je ne connais pas encore mais dont je vais m'empresser d'acheter. Vous me direz peut-être pourquoi ne t'inscris-tu pas dans une bibliothèque. Pour plusieurs raisons, la première j'aime posséder les livres, j'en ai déjà parlé dans un précédent billet, la seconde le livre que je souhaite n'est pas toujours déjà acheté par la bibliothèque ou alors il est déjà emprunté, il faut attentre et manouedith n'est pas une patiente.

Alors revenons aux Fiancés du Rhin

les_fianc_s_du_rhinles_fianc_s_du_rhinles_fianc_s_du_rhin

Dès les premières pages je savais qu'il allait me captiver, l'histoire se passe en Alsace avant et pendant la dernière guerre. En ce moment je me documente beaucoup sur l'Alsace, car c'est la région du berceau familial des femmes de ma famille, vous savez je vous en ai déjà parlé : de ma mère à sa mère et ainsi de suite. Je veux comprendre l'histoire toute particulière de cette belle région française. L'Alsace est française depuis Louis XIV, mais avec de tristes périodes ou elle redevient allemande plusieurs fois dans son histoire, particulièrement entre 1871 et 1918, ainsi que pendant la dernière guerre. En 1871, les alsaciens ont  eu le droit de choisir leur camp : opter pour la France ou pour l'Allemagne. Mais ceux qui sont restés sont devenus allemands et comment ont-ils vécu ce dilemme ?? L'histoire raconte très bien justement cette particularité pas facile à vivre pour tout le monde. Une histoire d'amour captivante qui garde son lecteur en haleine depuis le début jusqu'à la dernière page la 784. Je vous recommande donc ce livre.

 

             alsaciennealsaciennealsacienne

 

Et je profite de ce billet pour faire un petit appel. J'aimerais corresponde avec une Alsacienne dont la famille a vécu ces difficiles moments et qui connaît bien l'histoire de sa région. Et si elle connaît le pays d'Hannau du côté de Dosseinheim sur Zinzel ce serait parfait. Peut-on me dire aussi, si il y a une association historique à Saverne ?

 

Maintenant revenons à nos moutons.

Voici le monument auquel je vais m'attaquer.

IMG_4087

et pas n'importe lequel, l'édition de sortie de 1936, regardez il y en a pour plus de 700 pages en toute petite écriture, pas facile à lire au lit, la reliure est molle et je ne voudrais pas l'abimer.

IMG_4088

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 février 2010

Hommage à un FOU DE CHATEAUX comme Yves Lecoq

Je vous l'ai déjà dit. Parmi les jolies choses que j'aime dans la vie, j'ai un faible particulier pour les beaux livres de décoration.

Souvent je vais :  LIRE SUR LES     ARTS DECORATIFS     (petit clic)

Dernièrement il m'a été offert :

FOU DE CHATEAUX      (petit clic)

fou_de_chateau

Comme tous les "fou" de châteaux dont je fais partie, nous avons un point commun, le goût pour l'histoire, la campagne, l'architecture, les antiquités et la rêverie.

lES_CHATEAUX_DE_MA_JEUNESSE

Cliquez sur la photo et mes rêves vous seront plus lisibles.

Posséder une de ces demeures reste pour moi un doux rêve. En acheter une pour la restaurer, ce n'est plus de mon âge . Pour cela, il aurait fallu que je rencontre la moitié de moi qui ait les mêmes ambitions accompagnées d' un gros porte-monnaie et d'une patience à toute épreuve, car entreprendre un chantier de la sorte, il faut une sacrée dose de courage. J'ai déjà vu des reportages télévisés montrant des familles entières y passant toutes leurs vacances en y invitant les copains pour les aider.

Chateau_de_Verderonne

Au terme de l'entreprise qu'elle fierté du devoir accompli. Mais en restaurer plusieurs dans sa vie, c'est tout simplement du délire pour ce Saint Bernard des bâtiments historiques qu'est :

YVES LECOQ         (petit clic)

 

yves_lecoq

Ces multiples chantiers, sont en fait les oeuvres de sa vie. Une façon pour lui de ne pas se sentir vieillir ni trop s'embourgeoiser. Sa première acquisition dans l'univers impitoyable des vieilles pierres eut pour nom "Hédauville" construit en 1724 et découvert par Yves l'été 1975.

hedeauville_1

L'antiquaire qu'il était avant de devenir restaurateur de château ne songeait qu'à remplir cette maison de meubles et de bibelots glanés au cours de ses périples à travers la France. Le choc du 1er cambriolage fut déterminant dans sa décision de stopper son élan. Mais fut le moyen aussi d'acquérir son second château 20 kilomètres plus loin dans la vallée de la Somme.

chateau_de_suzanne

"Suzanne", fut construit sous Louis XIII et rénové par le Marquis d'Estournel sous Napoléon III. Sur les murs retravaillés du XIXème siècle trônait une devise qui fit un clin d'oeil à son nouveau propriétaire "Haut la Crête" ; pendant 18 ans, il s'arma de courage pour refaire vivre cette demeure, dont il a été malheureusement obligé de se séparer pour des raisons financières afin de la protéger  des menaces d'une vente forcée.

MAISONSEULE1

"Maisonseule", mérite bien son nom, puisqu'elle est perdue au coeur du Parc régional des Monts d'Ardèche. En 24 heures, notre humoriste décide d'acheter cette forteresse en demi-ruines au fin fond des Monts du Vivarais  mais la cerise sur le gâteau  c'est son classement au Monument Historique .  C'est ainsi qu'il succéda à Madame Chapon l'ancienne propriétaire. Par la suite, il pourra dire que cette nouvelle entreprise était un véritable retour aux sources puisque tel le papet de "Manon des Sources" il dût aller chercher son eau courante dans les montagnes de la propriété.

 

villiers_le_bacle

Après une forteresse, voici celui qui a mes préférences "Villiers le Bâcle" et qui est devenu la résidence principale de :

"Monsieur Yves Lecoquierre Dubays de la Vigerie"

Parfois, on ne cherche rien de particulier, on attend rien et un coup de foudre vous tombe dessus , vous découvrez ce qui pourrait être votre rêve absolu de maison : une bâtisse Louis XIII de taille relativement modeste !!!,nichée au coeur d'un parc et pour plus de commodités à seulement 20 kilomètres de la capitale ; impossible, vous ne pouvez pas résister.

int_rieure

Un jour, cherchant une maison de campagne pour sa soeur, dans la région de ses ancêtres, il tombe sur un ravissant petit manoir en bordure de rivière, flanqué d'une tour carrée et d'une autre ronde. Encore une fois comment résister ?

_chambes

"Chambes", pourrait être sa dernière acquisition. D'autant plus que derrière ce petit château, un logis précédé d'un petit moulin borde la Charente retenue en barrage et convient parfaitement à la maison de campagne recherchée.

 

Ainsi se termine la balade parmi mes rêves, j'ai passé un agréable moment et j'espère vous avoir donné l'envie de vous promener parmi les 190 pages de ce livre, peuplé des superbes photos de Roland Beaufre. Le plaisir des yeux est un plaisir accessible à tout le monde.

Pour les fous de Généalogie Mercredi 17 février

ici

Posté par manouedith à 15:35 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :


03 février 2010

Bécassine de ma jeunesse

 

b_cassine b_cassine_2

L'autre jour en faisant mes courses hebdomadaire, rayon librairie ; je suis tombée sur cette magnifique collection de 20 titres que j'aie lu dans mon enfance en BD.

10

Dernièrement ma petite Héloïse qui est en CP était fière de me montrer que l'on était pas encore à Noël et qu'elle savait lire entièrement un petit livre de contes. Au téléphone, sa cousine Thaïs m'a dit qu'elle aussi savait lire comme les grands.

 

CIMG0837

Alors l'idée m'est venue de leur faire la collection de ces 20 petites histoires qui ont enchanté mon enfance.

Commençons donc par : La jeunesse de Bécassine.

Ces petits livres contiennent plusieurs contes illustrés. La première : l'histoire de Bécassine et le bol de lait.

Dès les premières lignes, nous faisons connaissance avec Bécassine toute ronde et rose avec un adorable petit nez, en revanche Marie sa cousine toute jaune avec un grand nez et le petit chat de la maison "minet"

0

Minet le chat, veut jouer il secoue le berceau à bascule pour les réveiller, il les appelle en miaulant... Enfin Marie se réveille mais furieuse d'être arrachée à ses beaux rêves, elle attrape la queue du chat et tire dessus de toutes ses forces, pour lui faire mal.

5

Le chat ne comprend pas pourquoi on est méchant avec lui, il se met en colère et son poil commence à se hérisser. Finalement c'est lui qui est le plus fort ! et badaboum le berceau bascule.... Marie toujours cramponnée à la queue du chat, fait un énorme vol plané.

13_bis

en même temps Bécassine, projetée elle aussi hors du berceau tombe brutalement par terre ! Quel réveil en fanfare ! Mais aussi, quelle bonne surprise pour elle, elle se retrouve le nez sur le bol du chat.

12_bis

justement, elle raffole du bon lait frais. Elle se régale, elle avale tout ! Sa maman, attirée par le bruit n'y comprend rien et se demande :

2

comment Bécassine a-t-elle pu se lever toute seule et aller boire le lait du chat ? elle ne sait même pas encore marcher ! Pas de doute ma fille est un petit génie !

1

Ma Thaïs et mon Héloïse vont très vite se passionner pour la Bécassine de mon enfance, car l'histoire suivante leur fera découvrir "Bécassine et la galette".

6

Pour donner l'envie de lire à un enfant, il faut au début leur lire régulièrement des histoires, à des moments précis dans la journée comme un rendez-vous et par jeu ensuite quand l'enfant sait lire lui demander à son tour de vous lire une histoire. Entretenir cette envie du livre par des moments privilégiés avec les livres..

b_cassine_3b_cassine

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

29 janvier 2010

Lectures Hebdomadaires et mensuelles - Magazines Déco

Quand nous habitions dans notre région d'origine, chaque jour nous recevions notre journal quotidien départemental. Moi dans l'Oise c'était d'abord l'Oise Matin ensuite le Parisien édition du département. Petit n'Amour ne manquait pas son Courrier Picard. Ici, nous ne prenons plus de régional car nous ne connaissons pas encore assez les villages du département  et nous ne connaissons pas grand monde.

        oise_matin Le_courrier_picard

Petit n'Amour est abonné à un Hebdomadaire et à un Mensuel

IMG_0146 IMG_0142

Je vais certainement vous étonner ;  moi, je suis abonnée depuis plus de 30 ans à cette revue.

IMG_0143

La vie des autres m'a toujours intéressée, pour son coté dynastique, historique et généalogique, pas pour le côté "potin" sinon j'aimerai Gala et ce n'est pas mon cas. Je n'ai jamais aimé les revues du genre Femme actuelle, Match etc... celles-ci, je les regarde chez le coiffeur et dans la salle d'attente de mon médecin.

Mais il y a un autre genre de revues mensuelles qui me passionnent regardez :

IMG_0140 IMG_0141

IMG_0144

Celles-ci je ne les achète qu'après les avoir feuilletées et que j'y ai trouvé un intérêt, mais bien souvent je craque.

En revanche je ne manquerai pour rien au monde tous les deux mois.

IMG_0145

Le plus beau c'est que je les garde toutes. Je m'en inspire à chaque fois que j'ai une envie de changement dans ma maison, à chaque fois que j'ai des projets qui ne sont encore que dans ma tête mais que je souhaite réaliser à court ou à long terme. Le rêve de ma vie aurait été d'avoir la possibilité d'acheter une maison de maître. Quand je travaillais dans une agence immobilière à Gouvieux j'en ai vu des jolies maisons et j'en ai fait des rêves, malheureusement à cette époque j'étais seule et pas les moyens de les concrétiser. Je vous parle souvent de mes rêves, mais savez-vous que les rêves sont les seules choses gratuites dans la vie.

Alors je vous invite à feuilleter une de ces revues avec moi et me dire ce que vous en pensez.

1

6

Je n'ai jamais aimé les marchands de meubles, à qui sa chambre à coucher, à qui sa salle à manger traditionnel, non cela n'a jamais été mon truc. Dès les premières années de ma vie de femme, j'ai fréquenté les "puces, les brocantes et les salles des ventes", dans les années 1965/1970 on y faisait encore des affaires car peu de personnes les fréquentaient, malheureusement je n'avais pas beaucoup d'argent et un mari qui n'aimait pas ce genre de meubles. Mais j'achetais ce que je pouvais et je visitais très souvent le grenier de ma grand-mère.

2   Regardez ce lit d'enfant, on en trouve encore dans  tous les vides greniers et les dépôts ventes. En l'habillant de la sorte, il fait office facilement de banquette intérieure ou extérieure dans un endroit calme c'est sympa. Un vieux mannequin comme celui-ci peut être habillé avec de vieilles dentelles, de vieux bijoux, ou tout simplement d'une vieille étole en fourrure ; dans les années 70 ce genre de chines on les trouvaient pour deux fois rien, maintenant c'est légèrement plus cher, mais pour certaines encore abordable.

11

Ces fauteuils trouvent leur place partout, même achetés neufs et recouverts d'un tissu à votre goût ont un effet plus chic qu'un fauteuil contemporain. Une chose dont j'ai en horreur ce sont les "clic clac ou les BZ", il y a tellement d'autres moyens de transformer une banquette en lit pour y être mieux couché et assis. 

7

cette bibliothèque peinte en noire, elle peut être patinée en blanc ou en gris, elle est somme toute, très simple, légèrement détournée de son utilisation habituelle, elle peut être organisée comme un cabinet de curiosités.

3 15BIS

Pour mettre en valeur des plantes vertes, je trouve ces petites tables  géniales. Quant au poêle à côté de la cheminée, il me fait drôlement envie, j'en ai vu un semblable l'année dernière chez "troc machin" je l'aurais bien acheté, mais je ne savais pas où le mettre.

10

Des buffets et des tables de ce genre, patinés en blanc avec des chaises de jardin, dans une grande cuisine cela a beaucoup de charme. Je signale qu'on en trouve facilement chez Emaüs, la seule chose, il faut de l'huile de coude.

Dans ma maison, il reste à refaire la déco de la salle d'eau, malheureusement elle n'est pas assez grande pour la réaliser comme celle-ci.

8 9

Ah ! si j'avais pu trouver une baignoire comme ci-dessous, j'aurais refait la salle de bains autrement. Mais la pièce était trop petite.

14

Savez-vous que pour le jardin, la grand mode ce sont les tables, les chaises, les cages à moineaux bien usagés

4

Chez nous, face au bassin, nous avons une volière qui ne sert plus à cet usage, notre projet du printemps prochain c'est de la réhabiliter en petit salon de jardin fleurit.

Je terminerai avec deux jolies tables, vous savez que c'est une de mes spécialités

5

12

Inutile d'avoir des nappes traditionnelles, tous les tissus peuvent être adaptés.

Personnalisez vos intérieurs et sachez que le style campagne chic c'est un mélange d'élégance et de simplicité qui est facilement réalisable. Ne succombez pas à la "mode". La grand-mère de "petit n'amour" disait souvent : " la mode qui court, la folie qui suit".

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

20 janvier 2010

F.Mitterand, F.Sagan, S. Weil trilogie à lire quand Internet nous fait défaut

Pendant ma période de 15 jours sans Internet, il a fallu que je m'occupe autrement, car ici je ne sors pas beaucoup, l'appartement 65 m² au lieu de 200 m² ça change un peu ! Donc je me suis tournée vers la lecture. Tout d'abord mes revues de déco mensuels. Ensuite 3 livres que j'ai dévoré :

J'ai commencé par ceux-ci

Blog_miterrand

ce n'est pas parce que j'ai une préférence pour ce genre de lecture. Mais étant donné la polémique de l'automne dernier, j'ai voulu avoir ma petite idée. Eh bien ! je ne vais pas y aller par quatre chemins. C'est un livre bien écrit soit, mais alors le sujet est bien ambiguë. Chacun fait ce qu'il veut de sa vie je ne juge pas. Si c'était moi qui avait été à la tête de la France, je n'aurais pas choisi cet homme comme Ministre de la Culture. Quoi que l'on en dise ce n'est pas un roman, à toutes les pages on constate ses préférences personnelles, il raconte ses voyages touristiques en Asie spécialement pour y trouver des jeunes hommes, bien-sûr il n'est pas question de mineurs sauf que dans ces pays là, il est très difficile de donner un âge à un jeune homme, la barrière entre la pré-adolescence et l'adulte est bien mince. Quant à son parrainage avec un enfant de 9 ans venant  des pays du magrheb et qu'il prend sous sa coupe en France, je n'en dirai pas plus..... Bien ambiguë tout ça.  La vie est loin d'être idyllique inutile de mettre ce genre de personnes à la une qui pour certains est un exemple.....

blog_miterrand_2

Toutes les personnes de ma génération ont connu "Françoise Sagan", l'écrivain, la femme libérée de tout qui a très peu de foi et de loi, c'est tout simplement son choix. Vivre à 200 à l'heure, profitez de la vie par tous les bouts. Une femme attachante malgré tous ses démons, très intelligente et qui a tout simplement fait de sa vie ce qu'elle a choisi sans préjugés en se moquant des bien pensants. J'ai beaucoup aimé ce livre, il m'a beaucoup touché.

blog_miterrand_3

J'ai dévoré ce livre, moi qui ait connu une partie de l'époque dont elle parle les années 60/80, tout est raconté avec beaucoup d'objectivité et de réalité, rien de romancé. Une femme droite, honnête, qui malgré son engagement politique a su s'accommoder avec les uns et les autres  en grande intelligence. Une femme à qui nous les femmes nous devons beaucoup. Une femme qui a su rester Juive et Française avant tout. Elle nous parle de sa déportation avec beaucoup de pudeur. Quand malheureusement elle nous quittera, elle aura sa place au panthéon. Vraiment une femme très bien. Je recommande ce livre.

 

Bien évidemment,  les conclusions que je donne à ces lectures, n'engagent que moi et je vous les ai fait partager telles que je les ressens.

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

09 décembre 2009

La Presse enfantine en cadeau de Noël

Quand j'avais 9 ans, j'étais en pension chez les Soeurs de Saint Thomas de Villeneuve à St. Germain en Laye. Je ne sortais que le samedi.

Edith_et_sa_maman

Dès que j'ai su lire, je me suis passionnée pour la lecture, maman m'avait abonné à une revue hebdomadaire que je retrouvais dès le samedi après-midi quand j'arrivais à la maison.

lisette_noel_001

J'adorais ce périodique conçu pour les fillettes de 7 à 15 ans. Il a été publié de 1921 à 1942 et a repris après la guerre jusqu'en 1973. Maman et ma marraine y étaient déjà abonnées quand elles avaient mon âge.

Journal_LISETTE_55A__1955_Journal_LISETTE_56A__1956_

Pour s'approcher du même genre de lecture, ma marraine me prétait ses albums de "Fillette et de la Semaine de Suzette", que ses parents lui avaient fait relier. Inutile de vous dire la fille unique que j'étais se blotissait dans un coin et on ne la revoyait pas de la journée.

fillette_002

          Dans les années 1970/1980, mes filles étaient en âge de lire. Elles ont une grand-mère qui souhaitait qu'elles se cultivent tout en s'amusant et chaque année elle abonnait ses 9 petits enfants pour Noël à des revues hebdomadaires ou mensuelles. je peux dire que pour la plupart d'entre eux, cela leur a donné le goût de lire. A chaque âge la revue était adéquat. Chez Bayard   on pouvait abonner ses enfants de la naissance à 15 ans. Je suis certaine que Carole qui passe par ici s'en  souvient encore.

mamette_2008 Merci Mamette, maintenant c'est moi qui suis devenue une grand-mère et je copie tes bonnes idées.

maxime2008

Maxime petit fils n° 4, a 9 ans il ne s'intéresse pas à grand chose malheureusement. Je voudrais tant qu'il puisse découvrir la magie de la lecture. J'ai donc décidé cette année de jouer à "Mamette" et de l'abonner à une revue mensuelle tout à fait étudiée pour son âge et lui apprendre les histoires vraies.

lisette_abonnement_Maxime

Le concept retenu par "Fleurus presse" c'est faire lire à nos enfants des histoires vraies. Il s'agit de présenter à l'enfant comme on s'en doute une histoire vraie, mais pas n'importe laquelle non plus ; loin des faits divers et d'une actualité criarde à laquelle les enfants sont de plus en plus exposés par le biais des médias, il s'agit plutôt ici de revenir sur un moment fort de l'histoire : telle la découverte de l'Amérique, les recherches de Pasteur ou des Curie, la mise au point d'innovations techniques majeurs etc... Il est évident qu'à ces grands noms se rattachent de grandes histoires qui méritent d'être racontées aux enfants. Ces livres cultivent tout en distrayant, ce que nous attendons le mieux d'un magazine pour la jeunesse ; mais aussi des BD, des jeux, des énigmes qui viennent compléter ce magazine qui devrait sans difficulté attirer l'attention de mon petit Maxime.

 

Et vous ? comment trouvez-vous cette idée ?

Posté par manouedith à 11:55 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

19 octobre 2009

Giscard et la manipulation des Médias

Aujourd'hui, j'ai l'envie de m'amuser. Les débats sont ouverts.

Un exemple parfait de la manipulation des médias.

Pendant notre dernière croisière, un soir à table "Michel" nous dit, vous connaissez la dernière, j'ai acheté en escale le Figaro et regardez ce que l'on raconte.

Giscard_1

Non du n'importe quoi, ce n'est pas possible. Monsieur Giscard d'Estaing est un homme dont j'ai beaucoup entendu parler en  bien. Mon beau-père était à l'X avec lui. C'est un homme qui respecte sa femme, il n'aurait jamais écrit un livre de ce genre sur ses frasques, si frasques il y a eu surtout du vivant de son épouse. Les médias ont l'art de détourner tout ce qu'ils touchent. Cette photo présentée comme cela, peut être très subjective je n'en disconviens pas et faire une bonne pub pour la sortie du livre.

giscard_2

Déjà, quand on publie toute la photo, le contexte n'est plus le même.

A mon retour en France, je me suis décidée à acheter le livre pour voir vraiment ce qu'il avait écrit. Je l'ai trouvé dans le Nord au carrefour du coin, en tête de gondole bien-sûr.

giscard_4

Dès les premières pages, on comprend tout de suite qu'il ne s'agit que d'un roman d'une pure fiction bien imaginé. Jamais je n'ai pensé qu'il était réel, peut être de l'ordre du fantasme c'est tout. Il est fort Monsieur Valéry, d'une intelligence incroyable, se servir indirectement des médias qui ont marché à fond pour se faire une pub d'enfer et pour l'auteur une promotion plus réel que nature, pas besoin d'aller chez Michel Druker pour lancer son roman.

GISCARD3

Bravo Monsieur le Président, à cette époque là, vous aviez la cinquantaine et pas 83 ans comme maintenant, alors même si vous avez fantasmé c'est votre droit après tout. De plus c'était un bon sujet développé parmi les lieux et les endroits ou vous avez vécu.

J'ai dévoré ce livre et ma conclusion est :  Ce roman d'Amour est un roman bien senti, bien sorti. Pour pouvoir restaurer un château il faut de l'argent ; quand on est célèbre pourquoi ne pas en profiter, rien de tel pour aiguiser l'appétit des médias qui savent employer les mots et créer le mystère pour  doper les ventes. Monsieur Giscard d'Estaing est un homme correct, je suppose que ce scénario avant de paraître a certainement eu l'aval de sa femme et de ses enfants,  alors pas de quoi fouetter un chat. 

Posté par manouedith à 17:39 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :