19 juillet 2018

Les Vacances à Nevers - 1 -

Quelle drôle de choix cette ville pour une semaine de vacances  :  NEVERS

0_Snapseed 1

Si je n'avais pas eu une raison bien particulière, je crois que jamais j'aurais eu l'idée de passer une semaine dans le nivernais ; "la bourgogne du centre". Vous connaissez le proverbe : pour savoir qui on est, il faut savoir d'où l'on vient ! Comme vous le savez, vous mes fidèles Internautes, du côté de ma branche paternelle je ne savais pas grand chose. Depuis deux ans que je fais des recherches en tirant fil après fil, j'en sais plus. La famille de mon père biologique les "PIAT" viennent de cette région. Alors, j'ai décidé, d'aller voir les endroits où ils ont vécus. Rien de tel qu'une semaine sur leur traces et, ainsi cela nous permet d'approfondir une nouvelle région inconnue.

0_Snapseed 7

Nous y sommes arrivés le 12 juillet. Nous avons profité d'un échange de maison pour déposer nos valises, chez des hôtes qui sont venus cet hiver faire du ski à Pralognan. Pendant ce temps là, eux sont au Canada jusqu'à la fin du mois. Après avoir pris possession de leur joli petit pavillon dans un quartier résidentiel au calme, nous sommes allés découvrir les bords de la Loire, voici la ville telle que nous l'avons admirée au coucher du soleil.

0_Snapseed 3

0_Snapseed 5

0_Snapseed 6

Le programme est bien établi, 2 jours dans les pas de mes ancêtres qui pour certains vécurent à Nevers et pour d'autres autour de Nevers à 40 kilomètres à la ronde. Celui dont je possède la date la plus éloignée est né vers 1690. Du XVIIème siècle à la fin du XIXème on les voit évoluer progressivement de village en village jusqu'à la grande ville. Avant de partir s'installer dans la région parisienne. Mais leurs racines sont ici. 

Nevers ville d'Art et d'Histoire.

0000000

0_ Snapseed 5

0_Snapseed 4 le théatre

 Le Palais Ducal et son théâtre 

En tout il faut joindre l'utile à l'agréable. Mélanger généalogie et tourisme  c'est un bon compromis. Voici le programme : visites culturelles, canoë pour petit mari, qui n'a pas oublié de l'emporter, découverte de la région campagnarde des Amognes, flâner sur les bords de la Loire et de l'Allier, parcourir un très vieux village avec son château et sa merveille ; un parc floral de toute beauté. Je vais donc vous faire partager tout ça en plusieurs billets. 

48

Petits conseils. Pour visiter une ville , qu'elle soit grande, moyenne ou petite, faites le une première fois avec l'engin touristique qui vous montrera les principales choses à voir ainsi, vous pourrez y revenir plus facilement et découvrir les endroits intéressants. Cela peut être le petit train, je sais que certains l'appelle "le train-balle couillons" pourtant c'est bien pratique, ici c'était un touk touk électrique, conduit par un charmant étudiant : Pierre-Henri. Second conseil, si vous le pouvez, choisissez pour la visite plus approfondie le dimanche matin : beaucoup de personnes font la grasse matinée, les rues sont calmes et les voitures bien moins nombreuses. Les monuments à visiter ouvrent souvent à 9 heures. Et quand vous êtes comme moi fana de photos, les prises de vues sont plus tranquilles.

00000000

00

36

39

Nevers possède une belle cathédrale, malheureusement en ce moment, les extérieurs sont un peu emmaillotés, elle est en réfection. Les intérieurs sont surprenants, les vitraux modernes diffusent sur les voûtes une belle couleur rose qui rende les photos particulièrement jolies. 

0_Snapseed 14

 Alors, que pendant la dernière guerre, les Allemands évitaient les cathédrales et les monuments. L'été 1944, 500 tonnes de bombes ont été larguées par erreur et le comble : par des avions britanniques. Voici ce qu'ils ont fait en une nuit :

Résultat de recherche d'images pour "cathédrale de nevers bombardée"

Dans la cathédrale, j'ai relevé 2 magnifiques statues en polychrome du XVIème siècle.

0_Snapseed 11

0_Snapseed 12

ainsi qu'une croix triomphale

21

une oeuvre unique en France, créée probablement à la fin du XIIème siècle. Elle est en bois polychrome, alors que les oeuvres sculptées de cette époque sont plus souvent en pierre.

000

La tour Goguin

49

 Je ne peux pas terminer ce billet sans vous montrer quelques photos du musée de la Faïencerie et des Beaux Arts qui se trouve dans le beau monument restauré de l'Abbaye Notre Dame.

Liée à l’histoire de Nevers, grand pôle faïencier depuis le XVIe siècle, sa collection maîtresse est celle de la faïence. La plus grande salle du musée est dédiée à la présentation de cette collection d’exception qui reflète la richesse et l’originalité de la production. Cette exposition de faïences de grand feu du XVIe au XXe siècle dévoile tout un pan de l’histoire d’un art, une activité économique mais également une société. Art de cour au XVIe et XVIIe siècles, la faïence entre dans les maisons bourgeoises puis populaires au XVIIIe et XIXe siècles.

0_Snapseed 28

0_Snapseed 29

0_Snapseed 30

À cette collection s’ajoute celle, unique en Europe, de verres émaillés, dits verres filés. Cette collection de verre provient en partie de la Collection Loynel d’Estrie, déposée par le musée du Louvre à Nevers en 1998. Collection insolite, elle donne à découvrir cet artisanat très prisé aux XVIIe et XVIIIe siècles et qui est aujourd’hui perdu. Nevers, foyer de formation des maîtres émailleurs, était donc le lieu idéal pour présenter ces boîtes et figurines. Fascinantes, tant par la variété des sujets abordés, scènes de genre comme scènes religieuses, que par la qualité.

0_Snapseed 23

0_Snapseed 24

0_Snapseed 25

0_Snapseed 27

malheureusement de nos jours il ne reste plus que 3 ateliers qui perpétuent la tradition. 

0000000001

 

 

A bientôt pour la suite de nos découvertes...... 

 

 


06 juillet 2018

Saint Guilhem le Désert, Sommet d’Aigoual, la Garde Adhémar

 

Seconde journée. Sans trop nous presser, nous avons profité du petit déjeuner copieux de l’hôtel, pour prendre des forces pour la journée. Car nous allions en avoir besoin, pour visiter un très joli village médiéval dans les Cévennes :

St. Guilhem- le –Désert. 

Ce n’est même pas la porte à côté. Mais l’année dernière, nous avions faits les principales visites environnantes. Souvenez-vous, le parc des Oiseaux de Gau. J’avais partagé avec vous des photos formidables, cette visite pour moi est inoubliable.

63

Dans mes autres vies, je suis venue plusieurs fois chez un parent proche dans cette région. Il m’avait emmené dans ce beau village. J’ai donc eu envie de le faire connaître à ma moitié. Il y a également une belle Abbaye, l’Abbaye de Gelonne que nous n’avons pu visiter, dommage. Elle est aussi appelée l’abbaye de Saint-Guilhem-le-Désert, c’est une abbaye bénédictine fondée en 904, par un aristocrate aquitain de l’époque carolingienne : Guillaume de Gellone appelé Guilhem en occitan. Depuis ma dernière visite, ce village a été classé en 2012, second village français, le plus beau.

76

 Vous le trouverez sur le chemin de Compostelle,  dans le département de l’Hérault en Occitanie. Au centre du village trône cette belle abbaye, un superbe témoignage de l’architecture romane du XI ème siècle. Il faut prendre son temps pour visiter cet endroit et détailler les façades d’époque médiévale. Les ruelles pentues se parcourent agréablement, malgré les 34 degrés.

56

64

97

 On peut s’attarder dans les échoppes artisanales pas très nombreuses et pour certaines originales. Contrairement à d’autres villages touristiques, il a réussi à ne pas se faire envahir par les magasins de souvenirs fabriqués en Chine. On y flâne tranquillement, le centre est interdit aux voitures, un grand parking est aménagé à l’extérieur avec une navette gratuite pour les nombreux touristes de l’été. Car je pense qu’en juillet et août la sérénité ne doit pas être la même.

71

 

82

 Après ce village, je pensais rester dans les environs, il y avait de beaux endroits verdoyants et une belle petite rivière. Mais petit mari a décidé autrement. Son envie à lui était de monter au sommet du Mont Aigoual aux confins du Gard et de la Lozère. Oui, pourquoi pas, mais il semblait que nous en étions loin. Je n’étais pas très chaude. Bon, après tout, c’est lui qui conduit ! Le sommet de l’Aigoual, est le point culminant du Gard et c’est le deuxième sommet de Lozère. C’est aussi le partage des eaux entre l’océan atlantique et la méditerranée. Il voulait voir si son accès était aussi facile que pour notre Grand Colombier, qui culminent tous les deux à 1.565 M.

124 Mont Aigoual

132

 La route d’accès, est beaucoup plus large, le massif boisé qui nous y conduit, est très forestier. Mais comme pour notre grand Colombier, l’arrivée au sommet est très contrastée, puisque les arbres se raréfient pour laisser place à un massif granitique et schisteux. C’est pour cela, qu’en juin 1882, Georges Favre, lance le projet d’une station météorologique expérimentale avec des structures pour observer et analyser les incidences climatiques, mais aussi  pour fournir un hébergement sur place aux scientifiques et aux forestiers. C’est simplement cinq ans plus tard, que l’administration des eaux et forêts donne son accord avec quelques modifications et un délai d’exécution de trois ans.

128

133

143

 Bel endroit surprenant avec des paysages à vous couper le souffle. En haut de la tour, un panorama à 360 degrés vous laisse imaginer l’immensité de nos beaux paysages français. Une excursion un peu longue, mais absolument pas déçus par cette nouvelle découverte.

135

Retour vers les rives de la grande bleue, pour admirer un second couché de soleil et flâner comme la veille en bord de mer, après quelques bonnes moules à l’espagnoles dans un petit restaurant ou le serveur avait une allure très atypique, mais très serviable.

144

145

146

Comme toutes les bonnes choses, ont une fin. Jeudi matin est arrivé et l’heure du départ a sonné. Mais l’escapade n’était pas terminée ; nous allions prendre le chemin des écoliers  pour remonter à la maison. Encore une autre merveille nous attendait : Le Pont du Gard. Nous connaissions, mais du temps ou la visite était libre à tous. Afin d’éviter les dégradations, il était impératif de le protéger, pour encore de nombreuses années. C’est en 2000, que le gouvernement français dans le cadre d’une opération « grand site national » avec l’aide de différents organismes et de l’UNESCO, qu’un projet de l’aménagement du site a été confié à l’architecte Jean Paul Viguier afin d’assurer la préservation de ce monument exceptionnel.

 

186

189

200

205

 De plus en plus menacé,  par l’importance des touristes il fut décidé de le rendre accessible uniquement aux piétons et d’améliorer les infrastructures destinées aux visiteurs avec entre autres, un musée. A titre indicatif, il s’agit de l’un de nos monuments le plus visités avec en 2015 : 1.257.900 visiteurs. Petit rappel, le Pont du Gard, est un  pont aqueduc romain à trois niveaux, situé à Vers-Pont-du-Gard qui enjambe le « gardon ». Probablement construit dans la  première moitié du 1er siècle.  Il assurait la continuité de l’aqueduc romain, qui conduisait l’eau d’Uzès à Nîmes. D’après les dernières recherches il aurait cessé d’être utilisé au début du VIème siècle, il mesure 48 m de haut. Etant donné, son architecture exceptionnelle il attira l’attention dès le XVI ème siècle et bénéficia de restaurations régulières destinées à le préserver des outrages du temps. Entre 1743 et 1747, un pont routier fut accolé, et c’est avec émotions que l’on peu constater les graffitis laissés par les ouvriers de l’époque, c’est quand même le plus haut pont aqueduc romain connu au monde. Pour sa construction on estime à mille le nombre d’ouvriers, travaillant sur cinq années intenses.

214

 

216

 

 

C’est vers 14 h, que nous avons repris de le chemin de notre région, en faisant une dernière étape dans un village perché : La Garde Adhémar qui domine la vallée du Rhône, c’est aussi, l’un des plus beaux villages de France, où règne encore en dehors des vacances, calme et sérénité. Il est très agréable de s’y promener seuls dans les étroites rues médiévales. A ses pieds on découvre du promontoire des champs de lavandes parsemés de ci, de là.

 

223

229

236

247

249

 Voici donc, trois jours intenses que je viens de partager avec vous. Qui vous donneront peut être l’envie d’aller  visiter cette région.  Un peu de repos et nous repartirons dans peu de temps pour une semaine dans le Morvan bourguignon.

232

235

239

 

 

Si vous aimez mes balades, laissez moi un petit commentaire, cela me fera plaisir. Et m'encouragera à vous raconter.

A bientôt…

 

 

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 juin 2018

Les Saintes Maries de la Mer

 

Le beau temps revenu. Une envie irrésistible de descendre à la mer.

Avant, tout de suite, nous prenions quelques vivres et en route pour le Tréport, Mers les Bains ou les plages normandes. En à peine une heure nous étions sur la plage la plus proche.

Maintenant, c’est un peu plus compliqué que ça. Nous y sommes en pas tout à fait 4 heures. Mais, déjà après 200 kilomètres, c’est la Provence : Montélimar et sa halte gourmande.

155

 En réalité, moi je préfère l’océan, la Manche ou la Mer du Nord. Des mers qui bougent. Ce n’est pas pour m’y baigner, seulement pour le plaisir des yeux et des odeurs. Faute de grives, nous mangerons des merles ! La mer méditerranée a d’autres attraits ; il y fait chaud, les paysages sont secs et comme je suis tombée en « amour » avec la Camargue et les Cévennes : en avant pour les Saintes Maries de la Mer. L’un des seuls villages de la côte de ce côté-là, qui a gardé son âme authentique. Les grands immeubles, c’est pour Port Grimaud et la Grande Motte.

35

 Alors, l’appel de la mer étant le plus fort ; nous allons faire une escapade vers la grande bleue. Deux jours, et nous aurons l’impression de partir en week-end. Notre WE à nous en amoureux. Exception à la règle, pour une fois, nous irons à l’hôtel. Nous pique-niquerons et nous nous ferons quelques petits restaurants pas chers. En revanche, il faudra que l’on accepte notre petite Myrtille. Merci Internet, avec booking.com, c’est très facile.

30

En plus, cette semaine, le beau temps règne partout en France. Nous n’avons donc que l’embarras du choix ; calé  entre un rendez-vous chez le dentiste et un autre chez le coiffeur. Nous fixons notre départ le mardi, pour revenir le jeudi soir. Quant à Igor, il n’aime pas les voyages, ni les gardes extérieures à son environnement. En ce moment, il fait sa vie dans le jardin et oublie même de rentrer le soir. Donc, sous l’œil vigilant de ma fille, qui passera tous les jours, il ne sera pas malheureux.

15

 En deux temps, trois mouvements, la valise est prête. A chacun sa besogne. Je m’atèle aux affaires personnelles. Consulter mon cahier des « départs », surtout ne rien oublier : médicaments, crème solaire, lunettes, chapeaux. L’organisation, c’est mon point fort. Petit mari est délégué à la préparation du pique-nique, des repas et des affaires de Myrtille ; bon, il oublie toujours quelque chose ; ce n’est pas grave, j’ai l’habitude. Exemple : le maillot de bain de la demoiselle, je plaisante !

8

5

4

pique-nique à la Chartreusse de Valbonne dans le Gard

9 heures sonnant au clocher du village, dernier tour de clefs. La maison bien rangée : on ne part jamais avec le désordre. Ma mère disait toujours : tout doit être impeccable, on ne sait jamais….. Direction la mer au plus vite. Le chemin des écoliers, ce sera pour jeudi après-midi. Une heure 3/4 plus loin, les champs de lavande sont en vue. Comme c’est joli à partir de Montélimar (la pause nougat c’est au retour !). Ce qui est moins beau en revanche ce sont les centrales nucléaires qui bordent le Rhône, doublées à certains endroits  d’éoliennes, qui sont même très présentes au niveau de la route, qu’elles perturbent  l’attention des conducteurs. Bon ! Le progrès, l’écologie et patati et patata…. On fait donc avec. J’ai même appris que les côtes des mers du nord sont défigurées elles aussi par ces engins du XXème siècle.

220

249

 Quelques arrêts techniques et pique-nique ; les Saintes Maries approchent. Les cigales nous accompagnent depuis notre dernier arrêt. Il fait beau, il fait chaud, on sentirait presque le sable chaud. A 14 heures, nous déposons notre valise dans un mas-hôtel et prenons possession de notre chambre. Bel endroit, calme, coquet, avec un accueil très sympathique.  Joséphine, la propriétaire est tout à fait comme le décrivent les commentaires du site de réservation. Les chambres sont toutes en rez-de-chaussée et donnent sur la nature, avec chacune une terrasse personnalisée.

9

Nous passerons tout l’après-midi au bord de la piscine, pour que petit mari se repose. Comme à chaque fois, il fait la sourde oreille, quand je lui dis que je sais et que je peux conduire aussi ! Pour moi, il n’est pas question que je me baigne, je n’aime pas trop l’eau ; je me baigne très rarement même sous les tropiques. Nous ne sommes pas embêtés par les touristes, seuls deux couples et encore il y a une dame seule,  occupent la partie ensoleillée, pour mieux rôtir. Cela tombe bien, nous, nous préférons l’ombre. Je n’ai pas le droit de m’exposer (ce que je n’ai pratiquement jamais fait, et pourtant….) Je suis donc très sérieuse, j’obéis à mon dermatologue Monsieur Toro (il a un beau nom mon dermato, (très adéquat avec l’endroit !). Tout ce qui dépasse, est copieusement pommadé.

13

 Cette année, j’ai adopté, les pantalons très légers ou les robes longues en lin. Qu’est-ce que l’on est bien, dans ces robes sans entraves, aux couleurs vives. Mon allure a changé et je ne suis pas mécontente. J’ai même des baskets à fleurs, « du serviettage » ont dit mes filles ! Oh, les vilaines, mais je suis si bien dedans. Surtout, quand je vois des femmes entre 60 et 70 ans et plus, en short court, avec des cuisses pleines de trous et des problèmes veineux, des bras flasques et la poitrine marbrée. Ah, elles sont peut être à la mode, mais Dieu qu’elles sont moches ; chacun fait ce qu’il veut, soit. Quand les outrages de la vieillesse s’attaquent à nous, rarement on passe à travers, il faut faire avec et choisir la sobriété avec une pointe de fantaisie. Comme m’a dit mon dentiste la semaine dernière : on ne peut pas avoir été et être encore….

25

256

 j'ai osé !

Quand la chaleur est retombée et que la soirée s’annonce, quel délice de se promener au bord de l’eau, choisir un petit restaurant sympa avec huîtres (Bouzigues n’est pas loin.) et après le dîner une belle promenade à la chasse au coucher de soleil. Derrière le mas se trouve un grand étang. Myrtille j’avoue, en a un peu marre, elle aura le droit aux bras au retour et sera heureuse de retrouver sa cachette bien au frais derrière le rideau du placard. Nuit reposante, calme, réparatrice et sans moustiques.

32

49

152

156

164

 

 

A bientôt pour la suite de notre escapade…..

15 juin 2018

Meillonnas, une belle rencontre

 

Après un hiver long, froid et neigeux. Un printemps plutôt très orageux qui, malgré tout, nous a fait découvrir les fleurs du Valromey. La région du Bugey que j’apprécie beaucoup et dont je vous parle souvent. Nous avons repris nos balades hebdomadaires. Quand nous le pouvons, nous évitons les dimanches et nous privilégions un jour de la semaine, suivant le temps. Ainsi, nous rencontrons beaucoup moins de monde et nous profitons mieux de nos escapades.

2

 Cette semaine, mardi en me levant, j’ai eu envie d’un vieux village avec des maisons en belles pierres, en un mot un village ancien. C’est en interrogeant Internet, que j’ai trouvé. C’est donc  dans la région de Bourg en Bresse, que nos pas, ou plus exactement notre carrosse des temps modernes nous a conduit. A 15 kilomètres au nord ouest de Bourg se trouvent deux villages remarquables. Le premier : Meillonnas ; la patrie des potiers et des faïenciers.

15

 Dès notre arrivée, nous n’avons pas été déçus. Déjà, la traversée du plateau de Hauteville que nous connaissons bien ; avec ses pâturages et ses forêts, ensuite le pays de Cerdon et ses vignobles dont les côteaux à flanc de montagne sont entourés d’une végétation luxuriante ; c’est en redescendant vers la vallée de l’Ain que nous avons attaqué la région du Revermont, que l’on défini comme étant les premiers contreforts du massif du Jura et la frange bressane qui s’étire de Bourg en Bresse à Long-le-Saulnier, c’est une belle région naturelle faite de petites montagnes calcaires et qui chevauche deux départements l’Ain et le Jura.

 

13

 Meillonnas, est le  but de notre visite. Aller découvrir la dernière faïencerie artisanale du département. En arrivant dans ce beau village aux maisons de pierres dorées, aux parcs verdoyants et très bien entretenus, avec son église St. Oyen au dôme de tuiles vernissées  et avec ses deux chapelles  des XIIIème et XIVème siècles, c’est entre parenthèse, l’un des plus importants ensembles de l’Ain et classés aux monuments historiques depuis 1988. Sans compter le château dont je vous parlerai plus loin. Mais la plus belle des surprises, sera notre rencontre avec Nicole Reverdiau et son fils Jean-François Darnand.

 

50

54

55

Ces peintures à fresques sont d’une qualité artistique exceptionnelle. Le style, les thèmes représentés et les techniques utilisées comme les dorures et les pigments de couleur et les effets de perspectives évoquent la renaissance italienne.

 

nicole-reverdiau-et-son-fils-jean-francois-photo-josette-besset-1479278308 (1)

 Une dame, qui vient de fêter ses 90 ans et qui depuis 51 ans, a pris le virus de son père, afin de faire revivre les célèbres faïenceries de Meillonnas. Installée dans le rez-de-chaussée de sa maison de famille, elle malaxe l’argile, elle invente des figurines toutes différentes, suivant l’humeur du jour et des créations qu’elle a dans son imaginaire. De son métier d’avant ; étalagiste, elle garde sa façon de travailler la terre comme le tissu. Au début, elle faisait des copies de pièces de Meillonnas, puis son style s’est personnalisé tout en respectant le violet manganèse, le bleu et le vert ; au début, la terre venait de son village, mais comme son marchand de terre n’est plu, elle se fournit ailleurs.

 

107

 

103

Quant à Jean-François, il travaille avec elle. Il façonne, s’occupe des cuissons et de l’émaillage en se spécialisant dans les reproductions fidèles (plats, soupières, assiettes, récipients et objets divers) ;  toujours dans l’esprit du meillonnais.

nicole reverdiau 2

nicole reverdiau 3

En 50 ans, les faïences de Nicole Reverdiau ont parcouru une bonne partie du monde; à travers ses expositions, ses commandes officielles. Et même dans les foyers en Australie. Amie, de Jean Marais et de personnes connues dans le monde artistique et politique.

C’est une femme qui a beaucoup de classe, de gentillesse, elle accueille ses visiteurs avec chaleur et fait partager sa passion dans un endroit magique qu’elle a décoré avec soin ; et n’a pas failli à la promesse qu’elle avait faite à ses parents : continuer son art jusqu’à son dernier souffle, sans jamais se séparer de la maison de famille.

meillonnas rose manganèse 4

 Justement, cette maison de famille, entourée d’un superbe parc arboré et propice à la création ainsi qu’à la méditation, il s’en dégage une ambiance indéfinissable, un bien être d’un autre temps. Vraiment nous nous y sentons bien. Je lui ai acheté une petite statue dont elle a eue beaucoup de mal à  se séparer, car ses œuvres sont ses bébés. Elle n’en revient toujours pas d’inventer tous ces détails et ces formes différentes et se rendre compte, que c’est elle qui les a pensées. En partant, elle nous a invité à revenir nous reposer dans son parc et elle nous montrera l’œuvre de sa vie à travers ses books. Oui, nous y retournerons, car c‘est  exceptionnel de rencontrer une aussi grande dame amoureuse de l’art et de la création.

101

Elle est la dernière faïencière de ce beau village de caractère et pourtant, Meillonnas, a été un des fleurons de la faïencerie française entre 1760 et 1845. Ce village est connu pour ses poteries vernissées notamment : «  le service vert » qui était diffusé dans toute la région. C’est dans la seconde partie du 18ème siècle, que le baron et la baronne « artiste » Gaspard de Marron créent une faïencerie dans une des tours de leur château et la confient au Maître Claude Gautherot qui donnera un essor considérable à la production. C’est à lui que l’on doit le célèbre motif de la rose Manganèse et l’apogée de la production « petit feu ». La faïencerie, continuera à produire jusqu’aux environs de 1870, pour être remplacée par d’autres  techniques. Depuis plus de 50 ans, grâce à Nicole et à son fils, la tradition est perpétuée à nouveau.

 

68

74

 Maintenant, quand je regarderai ma figurine sur ma cheminée, c’est à cette grande dame, passionnée par son art et qui a su nous émouvoir, que je penserai comme l’intitulé de ce billet : vraiment, une très belle rencontre.

61

65

Quand nous retournerons à Meillonnas, nous irons visiter le second village : « Treffort-Cuisat » perché sur une colline, que l’on peut admirer de loin en passant sur la nationale. Il nous réserve aussi de beaux endroits.

86

92

 

 

 

A bientôt………….

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 07:47 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 juin 2018

Croisières diverses. Nostalgie !

 

Depuis, 11 ans ½ que je tiens ce blog. A l’approche des vacances, j’ai souvent de nouveaux commentaires sur mes croisières passées. Donc, j’ai décidé cette semaine, de refaire une rétrospective de celles que nous avons faites depuis 2008.

Résultat de recherche d'images pour "croisières passées" 

 Ah, les croisières ! Comme j’ai classé toutes celles que nous avons faites, avec les photos, les programmes, je suis allée les chercher au grenier pour vous les faire revivre. Comme c’est magique. En regardant les photos, en relisant les programmes ; tout remonte à la surface et nous les revivons comme au premier jour. Petits plaisirs à des époques de notre vie, où nous avons eu l’opportunité et la chance de les vivre. Maintenant, nos finances ne sont plus les mêmes, les promotions très avantageuses, ne sont plus aussi fréquentes et nous avons changé notre façon de partager nos vacances.

costa fantasia

C’est en 2008, que nous avons commencé ce genre de vacances. Au début ce qui me séduisait, c’était de voguer au calme et chaque jour découvrir un nouvel endroit sans avoir à changer d’hôtels et trimbaler nos valises. Nous avons commencé sur un Costa, en direction de la Norvège. Cette découverte nous a tellement plue qu’aussitôt rentrés, nous embarquions pour 6 jours en méditerranée sur le Costa Atlantiqua, mais là, nous avons choisi une cabine avec balcon. Car dans la précédente, nous n’avions ni de hublot ni de balcon.  Pas très facile chaque matin pour s’habiller suivant le temps, il fallait souvent courir le long des coursives jusqu’au pont pour voir s’il faisait beau et décider de comment allions-nous, nous habiller.

costa victoria 2

L’année suivante, c’est sur un M.S.C. « le Fantasia » que nous embarquions ; le dernier sorti et le plus grand de cette année là. Très fatiguant, trop long. Quand après le dîner dans la salle à manger à la poupe, il fallait rejoindre au pas de charge la proue, pour le spectacle, parfois il fallait courir. La salle à manger étant très grande vu le nombre de passagers, c’était un perpétuel brouhaha très fatiguant. Egalement trop cosmopolite pour moi, très peu de français.

C’est en rentrant de ce voyage, que nous avons décidé de ne plus voyager sur des bateaux aussi grands. Les plus petits à taille humaine sont plus chaleureux et si possible, privilégier les francophones.

 Résultat de recherche d'images pour "salle de restaurant croisières"

Sur un des précédents navires, un groupe T.M.R. était à notre table, leur programme était différent du nôtre. Ils nous ont parlé de cet organisme qui la plupart du temps ont des bateaux plus petits, où les français sont majoritaires, et dont chaque croisière a un thème pour mélanger le plaisir et le culturel. Ce qui m’a tout de suite convaincu et correspond beaucoup mieux à ce que nous recherchions.

Résultat de recherche d'images pour "croisières TMR"

Mais avant d’embarquer avec cet organisme. Du 20 au 27 septembre 2009, c’est sur le « Bleu de France 100% tout compris, 100% français que nous avons embarqué vers Barcelone, Palma, Malaga, Gibraltar, Ajaccio et retour à Marseille. Et là, cerise sur le gâteau : 1 croisière payée, 1 croisière gratuite ! Pas mal comme promotion, plus jamais revue depuis ! Nous étions sous la direction d’un Commandant français habitant la Tasmanie « Jean Pierre Ravanat » passionné de La Pérouse qu’il nous a fait découvrir lors d’une conférence super intéressante. Vraiment, cette croisière, marquera dans le monde de nos croisières. Et un restaurant gastronomique au top ; jamais égalé sur d’autres bateaux.

 

costa bleu de france

 Souvenirs inoubliables des arrivées dans les ports au lever du soleil ; par exemple à La Valette (Malte), l’ocre des maisons ressortait majestueusement et j’ai fait des photos superbes. L’arrivée dans Venise, inoubliable aussi, même si je suis consciente que pour Venise, traverser la lagune jusqu’au port avec ces mastodontes, c’est écologiquement insupportable. Mais pour ceux qui sont à bord, ce sera certainement l’un de leurs plus beaux souvenirs.

costa 0

Une autre croisière, que nous avons beaucoup appréciée ; malgré une très mauvaise odeur dans notre cabine durant tout le séjour. « l’Opéra sur Mer ». TMR avait affrété en 2010 : le Costa Allegra, voulant faire revivre les célèbres croisières Paquet des années 1960. Comme thème l’opéra avait été choisi, pour rendre hommage à la Callas lors de la traversée de la mer Egée. C’est une des plus onéreuses de nos croisières, mais elle a duré 15 jours de Marseille à Marseille, en allant jusqu’à Odessa en Ukraine, avec des escales en Grèce, en Turquie, en Roumanie, avec un panel de chanteurs célèbres, dont certains avaient fait de grandes carrières, ils nous  ont présenté des œuvres qui se donnent dans tous les Opéras du monde. En dehors des concerts du soir, nous les avons côtoyés  partout sur le bateau, nous partagions avec eux leurs répétitions et notre table sur les ponts. Vraiment de bons moments.

costa costa paquet

Cette croisière, nous a décidé pour choisir la suivante : Le jazz en mer avec la participation de  Michel Leeb. Sur le Mistral. Les musiciens présents étaient beaucoup moins sympathiques que ceux de l’Opéra. Seul Michel Leeb était accessible.

Résultat de recherche d'images pour "jazz en mer 2017" 

Depuis toujours, je rêvais d’un voyage en Russie, c’est donc cette destination que nous avons choisie pour sillonner ce grand pays de  Moscou à St. Pétersbourg. C’est avec Croisi-Europe que nous sommes partis, mais les bateaux étaient ceux de l’état russe, car aucun bateau étranger n’a le droit de naviguer sur les fleuves russes. Nous avons donc embarqué sur le « Sobolev » petit et très rudimentaire pour son confort. Mais les conférences à bord enrichissantes même si nous étions assis, sur des chaises peu confortables et les visites à chaque escale étaient tout simplement grandioses. Je rêvais de voir les églises orthodoxes avec leurs clochers à bulbes,  alors, je peux dire que je me suis régalée. J’ai beaucoup aimé ce pays et son histoire. Certainement une de mes plus belles croisières, malgré l’accès à notre cabine compliquée et peu confortable.

Résultat de recherche d'images pour "sobolev navire russe" 

 Sous l’égide de TMR, mais sur un bateau Costa « le Fortuna » mélangés aux autres passagers. Nous étions un groupe de 70 personnes avec un programme tout à fait différent, sur le thème : « Secrets des rois et des reines » avec la participation à bord de Stéphane Bern et à Lisbonne celle de son Altesse Royale le Prince Charles Philippe d’Orléans. Nous avons eu de nombreuses conférences chaque jour avec deux journalistes spécialisés en Histoire. Jean-Christophe Petitfils, auteur de nombreux livres sur les Rois. Et Madame Isabelle Rivere, spécialiste de la couronne d’Angleterre, qui a souvent côtoyé sa majesté la reine Elisabeth et a écrit plusieurs ouvrages sur la vie de cette reine à la longévité et au règne le plus long en Europe. De belles escales à Lisbonne, Casablanca,  Malaga, Cadix, Valence et Barcelone. Une belle croisière et de jolies rencontres fort sympathiques.

costa rois reines

 

 Depuis 2015, nous n’avons pas repris la mer et je peux vous avouer que cela me manque. En ce moment, nous réfléchissons à une escapade sur le Danube. Pas encore d’actualité pour l’instant, seulement en gestation. Mais, indiscutablement après 10 ans d’expériences, nous savons celles que nous préférons, en un mot sur des bateaux à taille humaine, francophone, et avec un thème culturel, que ce soit : musique, art, histoire, pour mélanger l’utile et l’agréable. Alors peut être à bientôt pour de nouvelles aventures. Je précise, les premiers prix sont très abordables.

 

 Résultat de recherche d'images pour "vivaldi croisieurope"

La prochaine fois ce sera sur ce genre là ! Après avoir vogué du plus grand aux moyens, en occupant, une cabine sans hublot, des cabines avec balcon ou hublot et même une suite, alors pourquoi pas ? 

 

 

 


05 juin 2018

La journée des jardins 2018

Un jour, il y a très longtemps, au début de ma vie de femme. Un ministre français, a inventé : La fête de la Musique, afin d'attirer l'attention sur toutes les musiques, qu'elles soient modernes, anciennes, folkloriques..... Le succès remporté la première année a été tel, que depuis 1982, chaque année le jour du solstice de printemps le 21 juin, partout en France et même maintenant à l'étranger, nous pouvons participer à ces fêtes populaires, souvent chaleureuses et joyeuses. Déjà, en 1980, la création de la journée du patrimoine, elle aussi avait rencontré beaucoup de succès, s'en sont suivis : la nuit des Musées et bien d'autres. Depuis 2003, nous avons celles des jardins intitulée : "Tous au Jardin". J'aime ces journées ou l'accent est mis sur le culturel. Ce week-end, le soleil étant de retour. Nous avons décidé  d'aller visiter deux jardins dans notre région.

4

 samedi, Le Parc Botanique de la Teyssonnière

207

dimanche, Les Fontaines Pétrifiantes dans l'Isère

 

Le Parc Botanique de la Teyssonnière, se trouve dans l'Ain, aux portes de Bourg en Bresse. dans un petit village, sur la commune de Buellas ; autour d'un château privé .

 

3

 

Privé : donc, pas de visite des intérieurs. En revanche, 15 hectares à parcourir pour admirer dans le calme et la fraîcheur, profiter des arbres magnifiques aux essences  diverses. Malheureusement, un peu tard pour les rhododendrons, un peu tôt pour les hortensias mais il restait quand même, la fin de la floraison des roses.

 

85

 

15

Ce jour là, c'était jour de fenaison ! Je comprends le jardinier, il fallait profiter des jours sans pluie et pour cela le mois de mai n'a pas été propice. Donc, c'est accompagnés du léger bruit de la faneuse et celle à faire les ballots de foin que nous avons parcouru le parc. Heureusement, n'étant pas allergique, l'odeur du foin coupé était plutôt agréable à nos narines.

 

65

 Je me souviens dans mon enfance, la mécanisation n'existait pas, tout était fait à la main et à la fourche, il n'y avait pas de bottes, on mettait le foin directement dans la carriole et parfois  s'échappait, vite fait, un petit serpent.  Il fallait la journée pour faire le travail. Le midi, les femmes apportaient le pique nique et le soir on voyait déambuler sur les routes les engins tirés par un cheval ou deux et les faucheurs assis au sommet directement sur le foin. Époque des dinosaures me diront certains ! Non, seulement le début des années 1950.

87

 

Dans ce parc, en 1999, la tempête a sévi, les propriétaires ont fait transformer les arbres mutilés en différentes statues, que l'on rencontre au détour des chemins.

73

 

il y a aussi, quelques statues en pierre patinée par le temps ce qui donnent un charme romantique à  cet endroit.


74

 Ce domaine, dont le château a été reconstruit après la Révolution a appartenu à la Famille de la Teyssonnière du  XIIIème siècle jusqu'à 1957. Inhabité depuis 1944, la nature ayant repris ses droits, le parc s'est vite transformé en jungle, digne du château de la belle aux bois dormants. En 1958, quand le docteur Auplat et sa famille l'achète, il s'évertue avec l'aide d'un jardinier à tout remettre en état et engage des travaux importants jusqu'à son décès en 1997. Ensuite, c'est son fils aîné qui reprend  le flambeau et avec l'aide d'un paysagiste et d'un jardinier, ils continuent à embellir l'ensemble, avec de nouvelles créations.

5

 Dimanche, tout autre direction. Depuis longtemps, j'avais envie de visiter le jardin des fontaines pétrifiantes dans le sud de l'Isère. Afin que vous sachiez ce qu'est une fontaine pétrifiante, je vous invite à regarder cette vidéo.

ICI

Surprenant, ce jardin au bord  de la rivière : l'Isère ; ce jour là, en crue.

136

139

168

Ce jardin pas comme les autres, se trouve dans un cadre unique en France enserré d'un côté par la rivière et de l'autre par les falaises d'où coulent des cascades plus ou moins grandes qui au fil du temps ont formé des gours, comme souvent nous rencontrons dans les grottes.

186

Autour de ces cascades, chaque année s'organise un décor fleuri aux pieds d'arbres majestueux, paysagiste et jardiniers oeuvrent pour que le jardin soit toujours différent aux yeux des visiteurs. Des compositions insolites se mêlent aux fleurs, à l'eau pour donner  un aspect original et vous invite à un tour du monde botanique où se côtoient : plantes exotiques, méditerranéennes, aquatiques et tropicales. 

232

233

235

Comme vous le savez depuis si longtemps que certains me suivent, je suis une poétique, une romantique ; je m'émerveille encore ! Je ne sais pas si je suis "un sage" Mais comme le dit André Gide, "Le sage est celui qui s'étonne de tout". Alors, si un jour vous passez dans la région allez-y vous serez émerveillé.

226

 

A bientôt..... Si vous avez aimé, laissez moi un petit commentaire sympa. 

 

 Mes sources : Les photos sont de moi. Je me suis aidée des flyers pour les textes.

27 mai 2018

Mai et son explosion de fleurs

 

Béni  soit le mois de Mai, ou les jardins et les roses s’épanouissent. Où la nature se réveille.

L’hiver a été long, très enneigé sur le Plateau de Retord. Depuis 15 jours, nous montons et re montons sur ce plateau que j’aime tant. Je suis à l’affût  du Narcisse des Poètes.

66

 Nous sommes dans cette région, depuis 11 ans et c’est la première fois que nous découvrons cette fleur. Nous n’imaginions pas qu’elle recouvrait toutes les parties ensoleillées du plateau. Certaines « pâtures » comme nous disons dans la Picardie de notre enfance. Mais, elles sont  là, où sont posées les grandes fermes, par-ci, par là,  au milieu de nulle part. D’immenses tapis blancs recouvrent les sols.

32

 Ne pas saccager, ne pas détériorer, ne cueillir qu’un seul bouquet remplissant une main par personne. Et surtout rêver dans ces étendues à perte de vue, où l’hiver tout est blanc de neige et au printemps de, multiples couleurs tendres et fragiles. Que la nature est belle en cette saison.

20

Depuis longtemps, quand nous passions sur la départementale qui de chez nous, nous conduit au Plateau de Retord. A une intersection, un panneau nous intriguait : Le Petit Village » suivit d’une flèche. A chaque fois, nous nous disions : « il va falloir aller par là un de ces jours ».  Justement, la dernière fois que nous sommes redescendus, nous y sommes allés. La route est étroite et tortueuse, très vite elle se rétrécit, mais toujours entourée de paysages bucoliques. Après plusieurs kilomètres, nous arrivons dans un cul de sac, on se trouve devant une ferme, seule au milieu des champs. Il ne semblait pas y avoir âme qui vive. Mais quand nous sommes descendus de la voiture, quelle surprise ! Un concert de grillons et d’insectes inconnus dominait le silence des lieux. Mon Dieu, comme c’était beau. Je suis une grande sentimentale, n’est ce pas ?

39

40

 Dans notre jardin, cette année il y a beaucoup de roses. Le Pierre de Ronsard qui coure sur le treillage du balcon a donné une dizaine de jolies roses à la couleur tendre et poudrée. Les deux « Line Renaud » de couleurs plus soutenues à l’odeur subtile nous ravissent plusieurs fois dans la saison. Quant aux Léo Ferré jaune et rouge, sans parfum mais aux couleurs étranges en font toute son originalité. Sans vous énumérer toutes celles dont je ne connais pas les noms, je peux vous dire, c’est vraiment une explosion de beauté.

70

 

71

 Les propriétaires précédents, avaient planté il y a fort longtemps, devant la maison et le garage des rosiers grimpants, rouges et oranges très jolis. Quand vous rentrez dans la courette, l’odeur vous accompagne jusqu’à notre porte d’entrée principale. Pour qu’ils ne se sentent pas seuls, cette année, nous avons rempli les vasques et la petite table de gros géraniums rouges et blancs qui subliment l’endroit.

0

 A l’intérieur, chaque jour des bouquets partout et le plus possible dans des contenants détournés, rarement dans un vase traditionnel. Quand ils sont fanés, je les change ; mais quand ce sont des roses, j’attends que quelques pétales tombent aux pieds du vase, ce qui donne un côté romantique à souhait.

00

 Depuis plusieurs années, avec les judicieux conseils de mon amie Francelyne, je soigne toutes mes orchidées avec amour pour qu’elles refleurissent plusieurs fois dans l’année ; en ce moment elles sont une vingtaine. Ne jamais les changer de place quand elles s’y plaisent et surtout éviter les rayons du soleil sur les feuilles, ils pourraient les brûler. Je fais des jaloux, certains, comme mon gendre qui adore cette fleur quand elle est au maximum de sa beauté et beaucoup moins quand elle est sans fleurs. Alors, hier j’ai fait un pacte ave lui. Il continuera à me les donner pour que je les bichonne et je lui rendrai quand elles refleuriront. 

68

 Cette année, l’apothéose du mois de Mai a été le jour de la fête des mères. J’ai encore 4 filles sur 5. Aucune ne m’a oubliée. Samedi matin, un transporteur m’a apporté un superbe bouquet exotique, Annabelle l’avait commandé en Martinique il y a 15 jours, quand elle y était en vacances. Dans l’après-midi, visite de mes deux filles qui habitent près de chez nous. Emilie sans savoir que sa soeur avait eu l’idée exotique, est arrivée avec une composition des îles, elle voulait être originale et me surprendre ; nous avons bien ri. Quant à la petite dernière, une magnifique orchidée rose aux tons bien particuliers. Dimanche matin, le fleuriste a encore sonné, avec un beau bouquet artisanal qui venait de ma fille aînée.

14

18

 

50

46

Merci à vous toutes pour ces jolies fleurs, elles m’ont touchée et je peux dire sans me tromper, que les fleurs en général font beaucoup de bien et je les aime énormément, elles restent toujours un des petits bonheurs de la vie qui la rende encore plus belle. Alors pourquoi ne pas en adresser à vos papas le jour de la fête des pères. Ce n’est pas ringard du tout, eux aussi ils les aiment. Je connais des papas qui n’ont jamais de cadeaux à la fête des pères, alors ce serait une bonne idée, qu’en dites-vous ?

57

Posté par manouedith à 18:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

13 mai 2018

Plateau de Retord au Printemps. Les Narcisses des poètes.

Après un bel hiver 2018 ; très enneigé. Le Printemps à un léger retard sur le Plateau de Retord. Quel bonheur de venir y cueillir les fleurs du printemps, dès la fonte des neiges. Admirer de ci, de là, la gentiane printanière, le crocus, le trolle et l’érythome dent de chien. Mais le plus spectaculaire, ce sont quand même au mois de Mai, les champs de narcisses des poètes.

00fleurs de printemps

 En 1998, le syndicat des cueilleurs du Bugey a développé la cueillette traditionnelle des narcisses des poètes à destination de la parfumerie. Je ne savais pas, qu’ainsi ma région d’adoption est devenue le deuxième producteur français avec selon les printemps 7 à 10 tonnes de fleurs fraîches livrées aux distillateurs de Grasse. Cette cueillette de narcisses des poètes, c’est une activité organisée dans un souci de gestion durable. 

6

 Afin de récolter cette  jolie fleur odorante, on emploie un peigne gigantesque, monté sur deux roues et le cueilleur pousse l’engin à travers les champs ; les fleurs tombent dans une nacelle, on les recueille et on les met dans des sacs de jute pour l’envoi à Grasse.

cueillir le narcisse 3

cueillir le narcisses

 Paul Claudel, qui venait souvent se reposer chez ses beaux parents au château d’Hostel aimait se promener sur le Plateau de Retord et au Grand Colombier, afin d’admirer le printemps en fleurs et il avait compris qu’ici, le bonheur n’est pas le but, mais tout simplement le moyen de la vie. Les alpages au printemps, quand le soleil éclaire les combes et les prés, sublime avec ces centaines de fleurs les tapis d’herbe verte toute fraîche. Voici, un des petits bonheurs gratuits et simples des balades en Valromey.

14

 Comme nous sommes en moyenne montagne, dès le printemps, nous y rencontrons aussi la gentiane, mais attention il ne faut pas la confondre avec le vératre, qui lui est toxique. Avec les racines de la gentiane on fabrique une délicieuse liqueur apéritive.

0000

 Photos prises sur Internet (pas encore en fleurs)

 Pour les reconnaître, observez les biens. Souvent, ces deux plantes poussent non loin l’une de l’autre et quand elles ne sont pas fleuries, elles se confondent. Les feuilles de la gentiane, s’opposent et donnent la possibilité de poser un verre contre la tige, alors que pour le vératre, elles sont alternées le long de la tige et plus engainantes. Les fleurs de la gentiane sont jaunes, celles du vératre sont blanches.

 

1 - Copie

 Année après année, la nature nous propose le même spectacle  sans jamais nous en lasser. Cette année elle a un peu de retard, avec ses épisodes très frais pour la saison. Alors, habitants de cette région, il n’est pas trop tard pour faire une escapade dans le Valromey, entre Hautville Lompnes et le Grand Colombier sans oublier les pistes de ski d’hiver, du Plateau de Retord surtout à Cuvery, il va y en avoir beaucoup.

17

 Je terminerai par l’épitaphe de l‘Abbé Berne en 1893, inhumé dans le cimetière dont je vous ai déjà parlé, seul au milieu de nulle part à côté de cette chapelle que j’aime tant.

 Pendant quarante ans entiers

Jusqu’à mon soupir dernier

J’ai vécu, je suis mort

Pour mon peuple du Retord

0champ-de-narcisses-visoflora-56741 2

Voici quelques amoureux du Retord avant moi :

-       Hélène d’Angeville 1842 la première femme qui atteignit le sommet du Mont Blanc.

-       Delphine Arène poétesse née à Nantua le 22 avril 1886 et morte le 1ᵉʳ janvier 1975 à Nantua, issue d'une famille d'écrivains et imprimeurs est elle même écrivain, journaliste pour le journal l'Abeille du Bugey et du pays de Gex.

-       Luc Jacquet qui nous fait découvrir le Plateau de Retord à toutes les saisons dans son super film : Le Renard et l’Enfant.

-       Jean-Marc (Leclerc) notre chanteur local, parti trop tôt, qui chante le Valromey comme personne d’autre.

le plateau du retord 2

  

Mes sources : Guides du patrimoine naturel de la région Rhône Alpes. Le Plateau du Retord Delphine Arène. Photos personnelles. Photos Internet.

08 mai 2018

Chateau de Varambon (Ain)

Toutes les personnes qui me suivent depuis plus de onze ans, savent que j'ai un grand faible pour les belles demeures, les châteaux et les beaux jardins. Cette semaine nous sommes allés visiter un de ceux là, à quelques kilomètres de chez nous.

14

Le château de Varambon qui surplombe notre belle rivière : Ain.

 

18

C'est tout à fait par hasard que je suis tombée sur une pub du syndicat d'initiative, m'invitant à aller me promener dans le parc de cette belle demeure du XIXème siècle. Deux visites guidées le dimanche , une à 14h30 et l'autre une heure plus tard. Ce que je n'avais pas relevé, c'est qu'il fallait téléphoner pour réserver. Ce détail non respecté, involontaire de notre part a vite été dépassé par l'accueil chaleureux du propriétaire Monsieur le Comte Henri de Boissieu.

12

Dans le parc, de magnifiques cèdres du Liban bicentenaires. Vraiment ses 5 hectares sont un havre de paix, où il doit y faire bon se ressourcer. Quand les premiers visiteurs sont partis, Monsieur de Boissieu s'est fait un plaisir de nous présenter sa maison de famille et son histoire. Une histoire qui remonte à la Reine Margot. Puisque Jean Boissieu fut pourvu en 1608 de la charge de secrétaire de la princesse Marguerite de Valois. Cette famille fut anoblie en 1784 et 1787.

Résultat de recherche d'images pour "henri de boissieu varambon"

Suivre une visite de châteaux avec le propriétaire comme guide, je peux vous assurer que les amoureux d'histoire et de généalogie apprécieront énormément. Ce n'est pas que les guides habituels soient mauvais, non, vous en avez même de très bons. Mais là, il y a le petit plus qui change tout. Monsieur le Comte est un passionné de son histoire familiale  il en est fier (et il le peut) et il aime partager. Par exemple ce buste qui trône dans les escaliers.

 

 il représente Jean Jacques de Boissieu né à Lyon le 30 novembre 1736 et décédé le 1er mars 1810 ; il était un dessinateur, graveur et peintre français, jouissant d'un grand renom en France comme en Europe surnommé par certains "le Rembrandt français". J'ai pu admirer quelques unes de ses eaux fortes, une pure merveille, certaines on pourrait croire que ce sont des photographies.

0 boissieu le marché aux animaux

0 Boissieu_View_of_Lyon

0 jean jacques de boissieu

 

Une autre personnalité : Claude Victor de Boissieu : botaniste et artiste spécialiste de la flore asiatique et de notre département l'Ain.

Toutes les personnes de ma génération se souviendront du général de l'armée de terre,  compagnon de la Libération : Alain de Boissieu gendre du Général de Gaulle.

 

Image illustrative de l'article Famille de Boissieu

Cette famille depuis le plus loin que l'on se souvienne est une famille catholique très pratiquante qui s'investit dans le diocèse de notre région depuis toujours.

 

30

 

 

 Certains chateaux possèdent une chapelle, mais peu on la permission d'y avoir l'eucharistie, représentée par la petite lumière rouge sur l'autel. L'autorisation papale a été donnée à condition qu'une messe soit dite une fois par mois et que l'on y vienne prier tous les jours.

 

0 bibliothèque

 

Deux pièces de cette belle maison ont retenu toute mon attention, car j'aime les belles bibliothèques, tout comme les salons chinois qui se trouvent dans beaucoup de châteaux du XIXème siècle, mais celui-ci est très joli car pas du tout chargé, de ravissantes statuettes japonnaises  aux visages  très fins trônent dans un meuble de la même provenance, exceptionnel. Ce château est habité et l'on y ressent une âme ; rien à voir avec un Musée. Du reste, si on veut y séjourner 5 chambres d'hôtes sont à votre disposition. toutes plus jolies les unes des autres.

 

flayer chateau de varambon

Madame la Comtesse Monique Gabrielle de Boissieu,  peut vous concocter un délicieux dîner (table d'hôtes reconnue), avec un  célèbre poulet de Bresse, puisque Varambon se trouve justement dans cette partie de notre département " La Bresse" réputée dans le monde entier pour ses délicieuses volailles. Ainsi qu'un délicieux vin rose " le Cerdon" qui pétille dans les verres  aussi bien pour l'apéritif que pour le dessert. Les caves de ce délicieux nectar se trouvent aux pieds du château, car vous êtes aussi dans le Pays de Cerdon.

Je vous assure c'est une maison de charme avec un environnement des plus romantiques, où règne l'élégance, le raffinement et la beauté. Et pour les chambres d'hôtes  le prix est tout à fait abordable.

0 cèdre du liban

Je vous assure, nous avons passé un bel après-midi et nous avons fait une très belle rencontre. Merci  à Monsieur le Comte, pour nous avoir fait partager son histoire familiale. Merci à Madame la Comtesse pour l'âme fémnine qui règne dans cette belle maison.

 

sources : les explications sur place, renforcées pour les faits historiques sur Internet Wikipédia.

 

 

01 mai 2018

Muguet : Bonheur

Il y a longtemps que je ne suis pas venue sur mon blog.

Mais aujourd'hui j'ai eu l'envie de vous offrir un brin de Muguet pour vous apporter du Bonheur.

Légende me direz-vous ! Oui peut être, mais du plus loin dans mes souvenirs, je vois mon grand-père chaque 1er Mai, aller cueillir un brin dans le parterre devant la cuisine et l'offir au petit déjeuner à ma grand-mère. Il y a des habitudes qui ne doivent pas être perdues.

3

Chez nous, les traditions étaient sacrées. Quand un enfant voit ce geste chaque année ; quand il est adulte il le reproduit pour sa bien aimée d'abord et pour ceux qu'il aime. Je sais les traditions se perdent et pourtant quel joli moment pour donner du bonheur.

1

Mais, savez-vous d'où vient cette coûtume ? 

En France, la tradition remonterait à la Renaissance, au 1er mai 1560 précisément, lors d’une visite du roi Charles IX dans la Drôme, avec sa mère Catherine de Médicis. Alors qu’ils se baladaient dans le jardin du chevalier Louis de Girard de Maisonforte, ce dernier aurait offert un brin de muguet au roi, en guise de porte-bonheur. Charmé par cette attention, le roi Charles IX aurait fait de même auprès des dames de la cour l’année suivante, en leur disant “Qu’il en soit fait ainsi chaque année”. C’est ainsi que la coutume est née.

5

Très jolie coûtume, romantique à souhait. Savez-vous quand j'habitais près de chez ma fille aînée, chaque année elle passait le matin m'offrir quelques brins. Je n'ai jamais oublié. Une autre de mes filles m'envoyait chaque premier mai, un bouquet de muguet. Un jour, je partais en croisière le lendemain, j'ai emmené mon porte bonheur et ainsi j'en ai profité pendant toute la semaine. Bon, maintenant, j'avoue les kilomètres sont plus importants et la seconde aujourd'hui est en vacances à la Martinique. Mais néanmoins, je vais ce midi déjeuner chez la troisième alors, alors....

4

Alors, n'allez pas me dire on attend pas une journée particulière pour offrir des fleurs. Oui, mais du bonheur c'est particulièrement au 1er Mai qu'il ne faut pas oublier. Je suis une Manou encore fleur bleue et j'adore toutes ces petites intentions.

00000

Pour toutes celles qui n'auraient pas eu leur petit brin, je vous l'offre et soyez heureux à tous les instants de votre vie.

Résultat de recherche d'images pour "bouquet de muguet"

 

Posté par manouedith à 10:04 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,