24 avril 2015

Les enfants adultes de notre moitié !

Il y a un sujet dont on ne parle pas souvent. Les enfants adultes de notre douce moitié ? Et je vais en parler uniquement en tant que femme. 

1

 Je pense que contrairement à ce que nous pouvons penser, c'est certainement plus simple avec de jeunes enfants. On s'habitue à eux, ils s'intégrent facilement dans les nouveaux couples et  deviennent amis avec les enfants de l'autre. Je l'ai constaté plusieurs fois dans notre famille. Souvent quand nous recevons une famille recomposée avec de jeunes enfants, tout semble bien se dérouler, les enfants jouent ensemble, quand ils parlent entre eux : ils disent "les parents". Quand on voit une série à la télé sur ce sujet ça semble presque parfait ! 

5 transmettre nos valeurs

 En revanche, quand on refait sa vie à un certain âge, avec les enfants adultes de notre compagnon, ce n'est pas pareil.

 

famille adulte

Nous n'y pensons pas tout de suite, nous les femmes et avec notre grand coeur pour certaines, nous fonçons tête baissée pour ne pas faire de différences avec les nôtres. Nous amenons nos habitudes, nos cultures, notre éducation et plus parfois, sans penser  qu'elles peuvent passer pour obsolètes ou ringardes, les enfants de l'autre souvent, n'ont pas du tout été éduqués de la même façon. Et les critiques commencent à pleuvoir derrière notre dos.

4

 Je le dis souvent, l'éducation est primordiale, elle ressort toute notre vie. Quand on a été élevée dans une famille avec des barrières et que l'on nous a inculqué les valeurs essentielles , on essaie de les transmettre à nos enfants.  En revanche quand cela n'a pas été le cas chez l'autre,  tôt ou tard, ça pose problème.

12

Au début, nous ne comprenons pas trop pourquoi ,ce que nous essayons de partager avec eux, semble déranger, vite on se rend compte que derrière notre dos, ils nous jugent de prétentieuse, pour eux, nous faisons des chichis et croyez moi cela nous fait de la peine. On essaie d'en parler avec leur papa et là, on s'entend dire : ça viendra, ils sont jaloux, il faut qu'il s'habitue à toi ! On oublie seulement que l'on sera toujours l'autre.

 6 apprendre-comprendre-transmettre-francoise-giroud

 Sauf que cela ne change pas, d'un côté, ils ne nous comprennent toujours pas et pour cause nos bases ne sont pas les mêmes qu'eux, de l'autre, notre patience, nos illusions, notre envie de bien faire s'effritent et au bout d'un certain nombre d'années on se pose des questions.

 7se poser des questions

 Souvent, les enfants adultes, oublient que l'un des deux n'est pas leur parent et qu'il est normal que  le nouveau couple n'agisse pas de la même façon que si leur papa et leur maman étaient restés ensemble. Je vous assure ce n'est pas facile à vivre et quand j'en parle à d'autre femmes de mon âge qui vivent la même chose, je me rends compte que je ne suis pas la seule. Si vous habitez dans la maison de votre douce moitié, il arrive que sans s'en rendre compte ils vous font savoir qu'ils sont encore chez eux, normal puisqu'ils y ont été élevés, mais vous du coup, vous vous sentez étrangère dans cette nouvelle maison sans compter que l'ombre de l'autre y plane  encore.

3 la-difference-d-age-ideale-dans-le-couple-est

 Plus les années passent, surtout après la septième dizaine,  plus nous nous rendons compte que l'échéance se rapproche de plus en plus vite et nous essayons de rectifier le tire et de changer nos priorités. Nous avons eu l'opportunité de saisir notre  chance en vivant notre dernière histoire d'amour, alors si on à la chance d'être heureux avec cette douce moitié, profitons aux maximum de lui ou d'elle et gardons notre rôle de parents en les aimant en les aidant ponctuellement quand on peut pour des occasions bien précises, recevons les, quand nous avons envie, c'est tellement agréable les réunions de famille mais, ne leur donnons plus la priorité. Nos enfants ont leur vie ;  à eux, d'en faire ce qu'ils veulent d'autant plus que eux ils n'apprécieraient certainement pas que nous nous occupions de la leur.

 

8 5770961-Happy-couple-de-personnes-g-es-dans-l-amour-Isol-sur-fond-blanc-Banque-d'images

A une époque, j'ai lu certains des livres de l'ancienne Comtesse de Paris, elle prônait les unions entre gens de la même société. Dans son monde, on organisait des rallyes pour se faire rencontrer des jeunes gens de la même condition sociale. Certains diront c'était "prout prout", oui c'est vrai mais après tout cela avait du bon pour certaines choses. Quand on a la même éducation et que les valeurs que l'on nous a inculquées pendant nos enfances sont les mêmes, ça s'implifie certainement.

10 comtesse de paris 2

 Maintenant, nous sommes dans un monde de mondialisation, la société a changé,  on voyage et nous rencontrons des gens différents oui c'est vrai, mais quand même gardons au fond de nous notre personnalité qui a été forgée dans notre enfance. Avant de juger les autres et leur imposer quoi que ce soit, réfléchissons et posons nous la question : Pourquoi il ou elle est comme cela ? Ce n'est pas parce que nous n'avons pas été élevés de la même façon que nous sommes moins bien ou mieux qu'eux, essayons plutôt de nous comprendre et de nous adapter aux autres et ne pas refuser ce qu'ils nous proposent ; avoir de l'ambition et vouloir s'élever ne peut que nous enrichir. Et n'ayons pas cette phrase assasine qui ne veut rien dire : " ça, ce n'est pas pour moi" !

9 vivre ensemble

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags : , ,


18 avril 2015

Un éloignement bénéfique

 

Après 8 jours de réflexion, tout semble rentrer dans l'ordre.

02

Huit jours se sont écoulés, chacun de notre côté. Les bienfaits s’il y en a, se vérifieront à la prochaine décision à prendre pour « le problème » ????, ce dernier n’est pas simple à résoudre. Nous ne sommes pas maître de la vie des autres, en revanche, nous sommes maître de la nôtre et nous avons le droit d’accepter ou de refuser. Moi, si j’avais été dans la même situation, mon choix aurait été celui de privilégier ma moitié, car c’est lui qui terminera sa vie avec moi. Je ne suis pas rancunière heureusement, mais j’avoue quand même qu’il me reste un goût amer dans la bouche.

01

Je remercie toutes celles qui m’ont laissé un commentaire de gentillesse. Je vous rassure notre couple n’est pas en danger ; à mon âge je sais reconnaître les choses importantes, je suis impulsive parfois, mais pas débile. Je suis consciente que ce n’est pas à l’approche de la septième dizaine qu’on change. Et je l'aime.

03

J’ai eu également un commentaire très méchant d’une certaine « Bibi » aux délicieuses fautes d’orthographe étudiées. « Caractaire – préfaire » ne pas savoir écrire ces deux mots c’est étrange. « Pour la peine,  Bibi copier 100 fois caractère et préfère ». Je voulais lui répondre gentiment  par e-mail  avec l’adresse jointe, manque de chance l’adresse était bidon puisque mon e-mail m’est revenu comme erroné. Malgré son anonymat ces deux délicieuses fautes me font penser à quelqu’un. Pas grave, moi quand je dois assumer, j’assume. J’ai une sainte horreur des « lâches » qui se cachent derrière leur écran ; j’ai donc retiré ce com. inutile et malfaisant.

002

 La solitude à deux !

 Pour moi, l’expérience que j’appréhendais beaucoup s’est bien déroulée. Bien sûr le manque de petit mari s’est fait sentir tout au long de la semaine et même parfois j’avais l’impression qu’il était à côté de moi, je me suis surprise à vouloir commencer une phrase qui lui était adressée  et de m’arrêter net. Il y a eu des moments plus difficiles  comme le soir devant la télévision, sa main, son épaule me manquaient. La place dans le lit était trop grande, mais j’ai assumé ce que j’avais décidé.   En revanche, le soir je n’étais pas très rassurée car j’étais seule dans l’immeuble et à plusieurs reprises, j’ai entendu des bruits dans le hall d’entrée. Personne ne savait que j’étais au premier étage.

 

04

 

Vendredi soir, dès que la voiture s’est éloignée, tout de suite je me suis dit : Edith, positive au maximum et rejette les idées tristes ou noires loin de toi. Alors, je peux vous dire c’est une gymnastique cérébrale pas simple du tout, mais ça occupe. Allongée sur la banquette j’ai commencé par terminer un livre, j’ai lu ma revue hebdomadaire en long en large et en travers. J’ai grignoté devant la télévision et j’ai savouré deux films que j’ai bien aimés ; comme à mon habitude, je me suis couchée après minuit, j’ai pris exceptionnellement un cachet pour dormir car j’avais peur de ruminer et je me suis réveillée à la même heure qu’à la maison.

 09

 

 

 

Quand nous rentrons après notre séjour d’hiver, je fais suspendre la ligne téléphonique et Internet,  je ne peux la faire remettre qu’après deux mois d’absence je n’avais donc pas Internet, je n’avais  que mon téléphone portable qui me permettait de relever ma boite mail, mais pas question d’en faire plus, je n’aime pas consulter autre chose avec un écran miniature ; donc le sevrage était efficace aussi de ce côté-là.

07

Il a fait un temps superbe, je ne voyais pas l’intérêt de descendre, je l’ai fait une fois et je n’ai croisé que très peu de personnes dans tout le village, les magasins  sont fermés, les propriétaires rangent dans leur boutique. Au pied des pistes, les employés municipaux s’activent autour des remontées mécaniques pour mettre tous les engins en sommeil. J’ai quand même rencontré deux jeunes, skis aux pieds remonter la grande descente qui part du front de neige, car il y a encore de la neige sur cette piste, sinon tout fond autour de nous. Sur les pistes de ski de fond, l’herbe réapparaît et les premiers crocus font le bonheur des chevaux et des poneys du Ranch de l’Ancolie. J’ai donc préféré lire sur mon balcon, écoutez le silence, les oiseaux et respirer la nature qui s’éveille.

012

Mes filles et mes amies m’ont téléphoné et cela m’a fait un grand plaisir. Petit mari et moi nous nous somme téléphonés, je m’aperçois qu’à la maison tout semble s’être passé comme si de rien n’était, je ne suis pas convaincue que cet éloignement serve pour la prochaine fois. J’espérais certainement beaucoup trop, mais effectivement « il ne sait pas faire ». Aucune décision concrète ne semble ressortir de cette semaine particulière qui risque de se renouveler, mais je pense que là, je serai moins indulgente.

013

Et la confirmation de mes doutes est arrivée jeudi soir vraiment « il ne sait pas faire ».  Une fois de plus,  à cause d’un nouveau Oui au lieu d’un Non, j’ai failli rester une journée et une nuit de plus.

010

 En attendant moi, je me suis effacée, face à moi-même,  j’ai beaucoup réfléchi et je pense que la prochaine fois, je serai plus ferme et mon choix sera certainement différent. Je ne veux pas avoir à assumer ce que je ne souhaite pas ; il y va de ma tranquillité et de ma liberté ; je ne suis pas dupe, des mensonges et des mauvaises fois, je les repère tout de suite ; je suis comme St Thomas, je ne crois que ce que je vois. Contrairement à petit mari, il n’est pas facile de m’embobiner quand je ne le veux pas.

08

Conclusion :

Rien de tel qu’un éloignement dans certaines circonstances pour réfléchir, on y voit plus clair et on remet ses propres pendules à l’heure. Même si un seul des deux y retire un bienfait. Tout le monde devrait avoir l’opportunité en cas de besoin de s’éloigner, je pense que cela éviterait beaucoup de divorces. Le retour est beaucoup mieux apprécié. Si je n’avais pas eu d’endroit où aller, je me serais réfugiée dans une abbaye ouverte aux personnes qui veulent se retrouver. Pourquoi une Abbaye ? Allez-vous me dire. Simplement parce que Tous ces endroits religieux que je connais bien de par mon enfance, sont accueillants et ce sont toujours des lieux calme, avec de beaux jardins et un bel environnement paisible.

Pour petit mari, il n'a pas eu le temps de trop s'ennuyer il avait à faire. Lui seul peu dire ce qu'il en a tiré. En attendant il est venu me rechercher avec 7 roses à la main, le nombre de jours ou nous avons été séparés. Donc......

 

65

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 09:52 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 avril 2015

Le choix !

 

La vie n'est faite que de choix. Mais, faisons nous toujours le bon ?

Non, parmi tous ceux que j'ai fait dans ma longue vie, plusieurs ont même été désastreux. A chaque fois, je les ai assumés plus ou moins bien, mais je les assumés

 

1 choix

Quand nous dépassons une certaine dizaine, on se retourne sur le chemin parcouru et nous faisons le bilan. Peu d'années sont encore devant nous et malheureusement elles sont agrémentées d'un épée de Damoclès au dessus de notre tête : la maladie, qui peut frapper à notre porte n'importe quand. C'est celle qui me fait le plus peur, donc j'évite d'y penser.

anniversaire

En revanche, je réfléchis de plus en plus et férocement,  je ne veux plus de contraintes,  je veux choisir mes obligations et être libre de mes choix pour pouvoir dire droit dans les yeux à certaines personnes "NON" et ne pas revenir sur mes décisions. Pas simple vous savez. J'ai envie de ne faire que ce qu'il me plaît, ne plus me pourrir la vie avec les contraintes qui je sais ne serviront à rien et encombreront la dernière ligne droite de ma vie.

encomber

Toute ma vie, j'ai été généreuse, j'ai toujours aidé les uns et les autres, j'ai même fait des choses que beaucoup ne ferait pas et n'y aurait même pas pensé ; en un mot, je ne veux plus m'encombrer.

s'aider

Depuis bientôt 13 ans, je suis mariée à un homme gentil qui je suis certaine m'aime bien. Mais, quelqu'un qui ne parle pas beaucoup, qui ne prend jamais de décisions, ne prend jamais ma défense, ses priorités sont parfois ailleurs, il se laisse vivre et surtout ne sait jamais dire NON. Pourtant parfois, savoir dire non fait du bien, une petite opposition peut s'analyser ensemble et remettre les pendules à l'heure ; c'est indispensable. Donc je le sais et j'essaie de faire avec, mais j'avoue c'est très pénible et je ne m'y suis jamais faite. J'ai la sainte horreur de la routine. De mon côté, si on me prouve par A + B que j'ai tord, je reviens sans difficulté sur mes positions, mais pour cela, il faut dialoguer, argumenter et  surtout je hais les monologues.

non

En ce moment à la maison, il y a un sujet compliqué dont il aurait fallu parler, argumenter, trancher, mais Petit mari me dit : Je ne sais pas faire. Pourtant dans un couple face à certain choix important il faut savoir trancher. A notre âge parfois c'est donner la priorité  au meilleur pour être heureux, nous n'avons plus le temps pour nous sacrifier et faire passer les autres avant nous, les jours sont comptés.

je ne sais

Cela fait quinze jours que je rumine le problème, que j'essaie de peser le pour et le contre, mais en vain. Quand je n'en peux plus, j'essaie d'en parler et je dis ce que j'en pense, il trouve mes arguments justes, mais cela reste un monologue et rien ne change ou n'évolue. Je reste dans l'indécis et je me morfonds, je vais être obligée de faire ce que je n'ai pas envie  et me sentir piégée, tout en sachant qu'à la prochaine épreuve ce sera pareil, il préfère dire oui pour ne pas être en conflit.  

parler

Une demi solution et j'ai tranché seule. Après mûres réflexions et pas de gaieté de coeur et même avec un goût amer, j'ai décidé de m'éloigner seule, comme cela il n'aura pas à dire "non" au gros problème et moi je n'aurai pas à dire "oui". Seulement, mis à part la période de nos opérations, jamais nous ne nous sommes éloignés l'un de l'autre. Quand nous ne sommes pas ensemble plus d'une heure, je m'ennuie et il parait que je lui manque. Sacré dilemme quand même.

s'éloigner

Sur cette partie de ma vie, je ne comprends plus rien. J'ai toujours été indépendante, j'ai toujours fait beaucoup de choses seule et jamais je n'ai ressenti le manque de l'autre ; c'est vraiment la première fois que je réagis comme cela en face de ma moitié. Pour lui, je veux bien croire que c'est pareil, car parfois il me cherche même quand je suis au petit coin. Quand il rentre du jardin, il veut savoir dans quelle pièce de la grande maison   je me trouve,  il m'appelle. Et cela ne me dérange absolument pas.

ne me quitte pas

Souvent, je suis étonnée de voir que certaines femmes appréhendent le moment de la retraite et de se retrouver tout le temps à deux. Ils disent : oh la la ! il va toujours être dans mes jambes, je ne vais plus pouvoir faire ce que je veux : moi ce n'est pas le cas. Petit mari a eu la chance d'être à la retraite à 53 ans, je ne l'ai vu travailler que deux mois au début de notre rencontre. Depuis nous faisons tout ensemble et j'aime. 

la retraite a deux

Alors, vais-je résister à cette solitude momentanée ? loin de tout, sans voiture et sans Internet, je vais très certainement en baver, je me connais. Pourtant je sais, c'est la dernière solution que j'ai trouvée pour savoir si vraiment il est capable de se remettre en question face aux décisions et au partage de la parole. J'ose espérer qu'il en tirera une leçon, mais le pire c'est que je n'en suis absolument pas certaine  et qu'après il reconnaîtra ses priorités. Maintenant, je veux que nous pensions à NOUS. Sinon je me connais,  fatiguée d'attendre je vais m'ennuyer et je risque de me renfermer dangereusement car vous savez quand on a fait une grave dépression dans sa vie on est jamais guéri, on reste fragile. Mais seuls ceux qui sont passés par là le comprenne.

la solitude 2

Rendez-vous dans un prochain billet pour savoir comment chacun de nous avons vécu le manque de l'autre.

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,

03 avril 2015

Facebook et les réseaux sociaux.

 Comme beaucoup de monde, j'ai un compte facebook. Certains pensent que c'est aussi une façon d'être un mouton de Panurge ! C'est faux, car personne ne m'a obligée à me mettre sur facebook et personne ne m'a obligée à faire un blog (simple petite aparté pour répondre à deux commentaires dans mon billet précédent).

Donc revenons à nos moutons. Le compte facebook que j'ai en ce moment, est le second. Le premier, je l'ai fermé, entre autre parce que je me suis aperçue que l'on y parlait pour ne rien dire.

abaca-dpa-bcab-306314-jpg_188740

On lance une phrase insignifiante et l'on attend que les autres mordent à l'hameçon. Parfois la pêche est plutôt prolifique et parfois aussi, on se laisse dépasser par ses propos.

exprimez vous

Au premier compte facebook, je n'avais pas compris toutes les ficelles du jeu. Et, je me suis attirée de désagréables réflexions ; il m'a fallu un certain temps pour tout comprendre. J'ai même eu les amis de certains de mes amis qui m'ont agressée.

agression

C'est tellement facile d'agresser verbalement les autres, quand on est caché derrière un écran. Écoeurée, j'ai voulu me retirer, mais ça n'a pas été facile, un vrai parcours du combattant, il paraît que maintenant il y a sur Internet des Tuto pour se retirer.

 se retirer

J'ai tenu plusieurs mois, jusqu'au jour ou je me suis rendu compte que les jours, les mois passaient et nous n'avions plus beaucoup de contacts  avec nos proches, tous accros à ce nouveau moyen de communication. Ils quitteraient ce monde, on ne le saurait même pas. Car l'emploi du stylo ça n'existe presque plus et même le téléphone ne sonne que très rarement. Il faut vivre avec son temps diront certains !

moyen de com

Alors, j'ai ré-ouvert un nouveau compte, pour déceler des indices dans certains "exprimez-vous" qui me donneraient quelques nouvelles. Mais avec la ferme intention de modérer mes appréciations. Difficile parfois, car je suis assez impulsive. J'ai essayé aussi l'humour, en oubliant que l'humour n'était pas toujours compris de la même façon chez les uns ou chez les autres. Puisque une inconnue amie d'une de mes proches, m'a encore agressée en prenant pour argent comptant ce que j'avais mis à ma personne proche, alors que cela ne lui était pas adressée. J'ai donc décidé de ne plus mettre aucun commentaire sur ce "exprimez-vous", mais en revanche je continuerai à lire ce qu'elle mettra car sinon nous pourrions passer à côté d'une information importante.

humour

Malgré tout, pour certains de mes contacts, j'apprécie les photos qu'elles partagent, comme ça, j'ai l'impression de participer de loin à leur vie ; car vous le savez, nous sommes une famille très éparpillée. Mais dans l'ensemble je maintiens ce que j'ai dit au début : Facebook, reste bien un moyen de parler pour ne rien dire. 

amitié

C'est la mode de collectionner "des amis", il y en a qui plus ils ont d'amis plus ils sont fiers. Mais seulement, ils ne se rendent pas compte que le terme "Amis" dans ce concept ne veut pas dire grand chose, c'est même galvauder l'amitié. Pour moi un ami c'est plus précieux que cela.

avoir-un-ami

Ne croyez pas que je suis ringarde et que je n'apprécie pas les nouvelles technologies. En 1968, j'étais une des rares à posséder un lave vaisselle. En 1987, j'ai eu mon premier ordinateur, j'ai même eu beaucoup de mal à me faire ensuite à la souris, car les premiers ordinateurs ne possédaient pas de souris, on faisait contrôle et autre chose. Dès que Internet est apparu, je m'y suis mise tout de suite et j'ai beaucoup aimé, bon il faut dire que j'ai une formation de secrétariat, alors les traitements de texte des ordinateurs un vrai miracle. S'en est suivi du téléphone portable, j'en ai eu un tout de suite et même avant, j'avais un téléphone dans ma voiture, alors ceux qui me disent qu'il faut que je vive avec mon temps, me font bien rire. Et je vais même vous confier, j'ai rencontré petit mari sur Internet. Alors pour quelqu'un qui ne serait pas de sont temps, ça m'amuse drôlement.

nouvelle techno

Mais pour toutes ces modernités de notre époque, j'ai su faire des choix et modérer certaines inventions en restant toujours vigilante pour qu'elles ne remplacent pas définitivement les moyens de communication plus cordiaux et chaleureux. Quand on gratte bien, si on est pas trop idiots on se rencontre vite, que beaucoup sont éphémères et détruisent certaines de nos valeurs.

choix-001

Malgré tout, je m'informe toujours sur les nouveautés, pour ne pas être déconnectée de mes petits enfants. Mais parfois, quand ils sont à la maison je modère et je détourne certaines de leurs activités.

JeuxVideos-48880

celles que je déteste le plus et que je ne comprends absolument pas, ce sont les jeux violents comme les jeux de guerre.

jeux de guerre 

 Comme je le laisse entendre dans mon précédent billet, il n'est encore pas né, celui qui décidera pour moi et qui influencera certaines de mes idées. J'ai même un internaute qui en a déduit, que j'avais certainement été la seule à ne pas être modelée par mon éducation. 

manipulateur

Comme tout le monde, j'ai certainement été modelée par mon éducation. Mais en tout, j'ai toujours voulu garder mon bon sens et ne pas me laisser manipuler. J'avoue, j'ai du caractère, mais pas un mauvais caractère ; c'est pourquoi le monde dans lequel nous vivons me déplait de plus en plus et que je me réfugie beaucoup dans mes rêves et dans mes secrets.

caractère

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : ,

27 mars 2015

Les Médias et la nouvelleTechnologie forment des moutons de Panurge

 

 

Il suffit que l'on annonce à la télévision un grand évènement planétaire et qu'on le rabache toute la semaine, pour que les gens se transforment en mouton de panurge.

0 mouton de panurge  

La semaine dernière fut l'exemple type. Il y a d'abord eu l'éclipse du siècle ; alors qu'on savait que c'était surtout au nord de l'Europe qu'elle serait intéressante comme aux iles Féroé. Cela n'a pas empéché à Paris les queues pour obtenir des lunettes et ensuite tout le monde dans la même direction essaie de voir quelque chose, manque de chance le temps est brumeux, il faudra revenir dans quelques années.

 

0000001

 

0001

 Ensuite phénomène identique, pour la marée du siècle. Mais franchement quel intérêt de s'agglutiner sur un  quai en plusieurs couches pour voir ou ne pas voir, alors qu'un peu plus loin le spectacle est du même ordre.

 

001

 

A croire que les gens aiment les mouvements de foule et ne peuvent admirer les beautés qui nous entourent  seuls. Si j'avais pu me rendre sur le littoral atlantique, la veille j'aurais repéré un endroit sympa loin de tout pour essayer de faire de jolies photos. Surtout que le littoral est assez grand et comme la plupart des gens sont venus en voiture, il suffisait de pousser un peu plus loin.

 

000001

 

00001

 

Ce côté moutons de panurge, m'agace de plus en plus, j'ai l'impression que les gens perdent de plus en plus leur personnalité et ne se rendent même pas compte que plus ça va, plus on essaie de les niveller par le bas et les abêtir.

Il l'avait bient dit :

 

Einstein

que l'on ne dise pas qu'il n'y a que les jeunes lycéens, les plus accrocs sont souvent ceux de la génération des 40 ans. Un jour, j'ai entendu un père de famille de 40 ans qui droit dans les yeux disait : je veux être en lien sans arrêt avec MES amis. Au fond de moi, j'ai pensé quel mouton de panurge et quel idiot. Même ceux qui se disent bien élevés, nous les surprenons souvent à table avec leur joujou. Exemple : ils font une photo de tout le monde et aussitôt elle doit être sur facebook. Inutile de vous dire, je ronge mon frein, mais ma langue me démange drôlement. 

 

Et que l'on ne me dise pas : " il faut être de son temps". Je veux bien être de mon temps, mais pas devenir idiote.

 

 Photos prises sur le Net et sublimées par mes soins

 

 

 

  

Posté par manouedith à 09:47 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : ,


20 mars 2015

Lire : liseuse ou livre papier ?

Je vous en ai déjà parlé. J'aime les livres pour plusieurs raisons. Pour ce qu'ils nous racontent,  pour l'odeur de certaines éditions anciennes, pour le plaisir de les toucher et surtout celle de les posséder. Je n'ai pas encore essayé la liseuse et je laisse cette façon de lire à petit mari, qui en est adepte depuis plusieurs années, elle a ses avantages, on peu consulter de vieilles éditions gratuitement que l'on ne trouve plus en librairie . Quand nous partons en vacances les livres ne prennent pas de place. En revanche, pour ce qui est d'acheter un livre récent, ils sont presque aussi chers que la version papier ; alors je n'y vois pas l'intérêt de payer pour du vent.

liseuse 2

Pour moi, lire c'est tout un rituel. Quand je ne suis pas dans un lieu public, je pars du principe que je vais rentrer dans l'histoire, alors tout doit être mis en condition confortable. Tout d'abord je choisis une pièce si possible ensoleillée, un fauteuil agréable ou alors je m'allonge sur mon lit ou sur la banquette. Mais une  des conditions indispensable, le calme, pas de télévision en sourdine, pas de bruit dans les alentours. A la rigueur une douce musique d'ambiance, mais je dis bien à la rigueur. 

livres 1

Dans une autre de mes vies, j'avais des voisins retraités qui tous les jours s'installaient en hiver dans leur salon, en été dans leur jardin, à l'abri des regards extérieurs de 16h à 18h. Rien et personne ne devaient les déranger, seul le thé de 17h était sacré, toujours préparé par l'un d'eux, chacun à leur tour. Si, pendant ces deux heures sacrées, vous aviez le malheur de venir sonner à leur porte ou de téléphoner, ils étaient aux abonnés absents et ne répondaient jamais. Tous les voisins et leurs proches le savaient. Souvent, je les ai enviés, j'aurais bien voulu en faire autant.

livre 2

Pour moi, le problème c'est quand je commence un livre et que j'accroche dès les premières pages, je n'ai plus de limite et j'ai beaucoup de mal à arrêter ma lecture. Plus rien n'existe autour de moi et les tâches ménagères routinières sont repoussées, c'est pour cela que j'évite d'ouvrir un livre le matin ; sinon je ne réponds plus de la poussière qui pourrait s'accumuler. Il m'arrive aussi de lire dans mon lit avant de me coucher si je ne regarde pas trop tard la télévision, je note que cette dernière depuis un certain temps prend un peu plus de place ; il y a toujours un film à regarder soit sur la télé, soit en louant directement ou alors un DVD pas encore regardé, justement, nous venons de recevoir la saison 5 de Secrets d'Histoire, j'aime chaque année les acheter pour pouvoir les regarder plusieurs fois. Jamais je ne lis quand je me réveille la nuit, car je suis certaine que j'aurais encore plus de difficultés à me rendormir.

livre 4

Cet hiver, j'ai voulu relire un livre du XIXème siècle "Jane Eyre", à vingt ans je l'avais beaucoup aimé. Un classique de très bon goût que j'ai beaucoup moins apprécié. Trop de détails, les auteurs de cette époque se perdaient dans les descriptions de l'environnement et dans les émotions, il est vrai que maintenant nous n'avons plus besoin de nous imaginer les choses puisqu'elles nous sont montrées ouvertement partout autour de nous, à la télévision, au cinéma, dans la rue. Cette profusion de détails donnent l'impression de faire traîner en longueur, c'est certainement pour cela qu'à plusieurs reprises j'ai commencé "Autant en emporte le vent" et que jamais je suis allée jusqu'au bout, j'ai préféré louer le DVD.

livre 5

J'aime les beaux romans, peu importe l'auteur. Parfois je m'inspire des lectures de blogueuses que je consulte depuis longtemps. J'aime aussi toutes les biographies sérieuses, pas celles qui donnent l'impression d'être fausses, il faut que je sente le côté recherches.  J'aime également les ouvrages historiques, les romans d'amour mais pas les séries comme Harlequin trop édulcorées. Et pour me détendre sans prise de tête, je ne loupe jamais la dernière parution de Danièle Steel. J'aime également, les livres d'aventures et les livres d'histoires régionales.

 

livre 3

 

Quand nous lisons et que nous aimons l'aventure que nous découvrons on ne s'ennuie jamais, on voyage assis dans notre fauteuil et le cinéma de nos méninges est ouvert en permanence. Quand j'habitais près d'une grande ville, j'allais traîner des après-midi entiers dans les librairies, j'aime beaucoup l'ambiance qui s'en dégage. Maintenant que j'en suis éloignée, je me tourne vers Internet, je sais ce n'est pas bien pour les petits libraires, je sens que Heure Bleue ne va pas aimer, évidemment rien de comparable, le seul avantage et bien pratique quand même, nous avons le livre le lendemain. Je traîne également dans le rayon  librairie des grandes surfaces, mais trop de va et vient autour de nous.

super u 1

 

dedicace

Cet hiver, j'ai découvert au Super U de Moutiers/Salins les Bains une librairie en dehors de la grande surface au première étage du magasin, direct avec le parking couvert. De nombreuses oeuvres, des livres de tous les genres, des auteurs qui viennent y dédicacer leur dernière parution, du calme et quelques endroits pour nous asseoir et feuilleter ce que nous pourrions acheter. C'est la vraie récréation, quand le contenu du caddy de victuailles est rangé dans le coffre de la voiture, on peut flâner et même demander des conseils aux vendeurs. C'est une halte fort sympathique.

livre 6

Tous les livres que je vous présente, sont ceux que j'ai lu cet hiver à Pralognan.

Et vous, aimez-vous lire ? Quand et comment lisez-vous ?

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 mars 2015

Fermons l'appartement

Cette année, nous sommes remontés à Pralognan quelques jours pour fermer l'appartement, afin qu'il s'endorme jusqu'au mois d'août, ou nous irons y passer une quinzaine de jours ou plus. Tous les vacanciers sont rentrés chez eux. La station est beaucoup plus calme. L'après-midi, je me suis installée sur le balcon du séjour et je me suis surprise à écouter le silence. Étrange, d'entendre uniquement le clapotis de la neige qui fond et qui s'écoule au sol accompagné du cui cui des oiseaux.

30

En bas dans la vallée, il fait 17 degrés et là-haut l'après-midi 10 degrés de moins. En revanche la nuit, la neige fondue la veille se transforme en patinoire verglacée, un vrai miroir ; pour accéder à la route et traverser le parking c'est un vrai sport pour ne pas tomber, même avec des crampons. Sur les pistes le matin beaucoup de plaques de verglas et l'après-midi, une neige de printemps molle et par endroit une vraie soupe. Petit mari n'y trouvant plus la joie de l'hiver, il a demandé à rentrer plus tôt. En bas, des envies de jardin l'attendent.

29

C'est donc avant la fin de la semaine, que nous avons repris le chemin du retour. N'ayant fait aucune de nos visites habituelles pendant nos deux mois de vacances : Au Galetas et au Troc 2000 d'Albertville. C'est la bonne occasion  de nous arrêter en redescendant dans cette caverne d'Ali Baba qu'est le Troc 2000. 

32

Je suis toujours surprise d'y voir à des prix très accessibles, des meubles, des bibelots, des objets anciens qui sous prétexte qu'ils ne sont plus à la mode dorment dans cet entrepôt. Bon, il est vrai que moi j'aime, ce qui n'est pas le cas de la majorité des gens, mais quand même, une jolie commode XVIIIème siècle dans un bel appartement moderne et meublé dans le vent, ça jette quand même ! Je m'imagine une de celles-ci sur fond blanc, pas mal quand même et ça donne de la personnalité et beaucoup de charme. Quant aux bibelots, une belle pièce peut donner du charme dans  votre intérieur.

 

33

 

la classe !

 

C'est avec un petit pincement au coeur que nous refermons les volets et que je jette un dernier coup d'oeil partout, tout doit être en ordre. Quand je laisse la grande maison ou l'appartement pour un certain temps, à chaque fois l'effet est le même ; j'aime qu'elle soit belle et impeccable pour m'évader par la pensée de temps à autre et revenir la hanter.

 

31

Beaucoup d'entre vous, j'en suis certaine ne comprennent pas mon amour inconditionnel pour mes maisons ; mais c'est comme cela, je suis comme ça. J'ai toujours été amoureuse des maisons dans lesquelles j'ai habitées et toutes ont été différentes, mais meublées avec harmonie, absolument pas dans l'air du temps et n'ont jamais ressemblées à celles des autres. Depuis mon enfance, j'ai toujours eu les mêmes goûts et la passion des brocanteurs et des antiquaires, je suis une fidèle en fin de compte !

34

 

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 mars 2015

Je suis accro aux chaussures

Un petit trait de ma personnalité que vous ne soupçonnez certainement pas.

Depuis toujours, je suis accro.  aux chaussures et aux sacs à main. Mais voilà, en vieillissant je ne peux plus porter celles que j'aimais particulièrement, les escarpins et j'ai beaucoup de mal à me résigner.  Quand nous avançons dans l'âge, il y a des choses qui sont plus facile à digérer que d'autres, mais celle de ne plus pouvoir chausser ces chaussures si élégantes cela m'ennuie beaucoup.

 

o escarpins

 

D'un autre côté, pour me consoler, je me dis : de toute façon, à la campagne ce n'est pas possible, je n'ai plus les occasions que j'avais quand j'habitais la région parisienne. J'enviais souvent la maman d'une de mes fidèles Internaute qui jusqu'à plus de 80 ans portait encore de jolis escarpins.

 

0 chaussures Louboutin

 

Quand je vois celles-ci d'une marque qui n'existait pas dans mes jeunes années je rêve. En vingt quatre ans Christian Louboutin à fait de ses chaussures de luxe une marque mondialement reconnue dont s'inspire beaucoup les chaussures de prêt à porter. C'est donc terminé pour moi, mais je suis heureuse de voir ma dernière fille porter ce genre d'escarpins. Quant à moi, plus les années passent, plus la hauteur des talons se réduit, j'ai un pied qui s'afaisse de plus en plus, c'est peut être aussi la conséquence d'avoir porté des chaussures à la cambrure trop prononcée, mais surtout à des entorses mal soignées et à des pieds plats. Alors je suis réduite à porter en grande partie ce genre de chaussures. Et la bottine uniquement quand je sais que je ne marcherai pas longtemps.

 

005

 

et pourtant mon dressing de chaussures est encore bien garni. Ce matin, j'ai décidé d'en faire l'inventaire et de me séparer de celles que je ne risque plus de porter. C'est un exercice très difficile pour moi, car je suis très conservatrice. Voici celles que j'ai sauvées.

 

02

 

même dans certaines de celles-ci, il y en a quelques unes que je ne reporterai certainement jamais. 


00

 

par exemple, celle qui ressemble à des Richelieu, je ne les ai portées que deux ou trois fois. Quant aux autres, aux soirées élégantes pendant les croisières. Comme ici, nous ne sortons presque pas, je crains qu'elles ne se promènent pas de si tôt. 

 

000

quand je vais à une soirée exceptionnelle, cette jolie paire est toujours en réserve dans la voiture.

00000

l'été quand je mets une robe ou un pantalon pour sortir, c'est ce genre de sandales que je porte, ou alors celles-ci :

000000

mais, même les ballerines que j'affectionne particulièrement ne me vont pas toujours car le côté de mon pied n.est pas assez maintenu et je ne peux pas les garder très longtemps.

0000

j'ai adopté les talons compensés, mais là aussi toute une journée cela ne le fait pas. Et pourtant avec une robe on ne peut pas mettre autre chose de plus confortable. J'ai toujours été très élégante  et je trouve que l'on juge l'élégance de la femme aux chaussures qu'elle porte c'est très important la chaussure. Petite anecdote, quand j'avais 30 ans, nous avions un déjeuner de famille dans un restaurant chic, une grande partie de la famille était réunie,  ; est arrivée une de mes grandes tantes très chic et soigneusement habillée d'une robe de mousseline bleue, mais aux pieds catastrophe, elle portait des grosses baskets blanche et bleue, sur le coup je n'ai pas compris, cela ne m'est même pas venue à l'idée (ignorance de la jeunesse) qu'elle pouvait avoir des problèmes aux pieds. Souvent, je pense à Elle car maintenant je comprends le pourquoi du comment. 

adidas

Et la semaine dernière quand j'ai vu Jean Rochefort arriver aux Césars avec le même genre de chaussures, je ne me suis pas posée la question. Heureusement maintenant les baskets sont plus jolies, regardez celles que je mets l'été lors de mes balades du dimanche. L'année dernière, j'ai même osé les montantes argentées. 

0a

En revanche pendant les deux derniers mois, mes chaussures n'étaient pas sexy, mais impossible de faire autrement. Un avantage de plus à Pralognan, même si nous sommes habillés rétro, cela n'a aucune importance. Je traîne par exemple un anorak d'il y a plus de vingt ans. Jusqu'à il y a deux ans, petit mari skiait avec son pantalon et son blouson de 1975, il a fallu que ma belle fille lui en offre un tout neuf pour qu'il soit plus dans le vent, mais j'ai interdiction de jeter la tenue de ses jeunes années.

000005

et là, je n'ai pas eu de problèmes de pieds !

0000000

 

Pas très jolies non plus celles-ci mais pour traîner à la maison c'est l'idéal, je suis bien, elles me servent de chaussons, elles étaient même dans mes pieds quand j'ai pris l'avion pour la Guadeloupe (c'est connu les pieds gonflent en avion alors il valait mieux prendre des précautions.) J'aime bien les chaussures rouges, donc je pense que quand elles seront usées je les rachèterai en rouge.

 et quand je veux être plus chic, ce sont celles-ci que je mets à la maison. à condition de ne pas trop piétiner.

 

28a

et vous et vos pieds ? 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 février 2015

Le retour à la maison annonce le printemps

Chaque année, c'est le même rituel depuis que nous sommes à la retraite. Nous passons une partie de l'hiver dans nos montagnes. Depuis plusieurs années mes balades étaient restreintes et je n'avais plus l'envie de marcher. Cette année un renouveau ; chacun de nous devions tester nos nouvelles hanches. Petit mari a refait du ski normalement évidemment,  il a évité un peu le parcours des bosses. Quant à moi j'ai rechaussé les raquettes et redécouvert les beaux endroits que j'aime.

 

 

pzralognan balade raquette

 

Cette année, aux vacances scolaires du nord de la France, nous avons laissé notre appartement à des amis d'Annabelle, par exemple, entre Noël et le jour de l'an, elle a pu profiter de sa meilleure amie et de son filleul. Et là, c'est une de ses Internes et la semaine suivante une de mes amies ; nous, nous repartirons une petite semaine pour fermer l'appartement et le mettre en fonction repos le temps que la neige fonde et laisse apparaître les jolies fleurs de montagne.

 

fleurs de montagne printemps

 

Mais évidemment quand nous redescendons c'est un jour chargé, habituellement quand nous pouvons, nous évitons ces jours là. C'est paraît-il la crise ! mais il y a quand même encore beaucoup de couples qui peuvent payer des sports d'hiver à leurs enfants, tant mieux pour eux et pour l'économie des stations. Je sais que beaucoup critiquent justement ces vacances coûteuses en disant "oui, mais vous vous rendez compte il y en a qui ne peuvent pas se payer ça !" peut être, mais si plus personne ne peut prendre ce genre de congés et faire vivre ceux qui habitent à la montagne, la crise serait encore plus grave. C'était,  simplement une petite parenthèse que malgré tout je tenais à souligner car je constate trop souvent sur les blogs certains coms désobligeants accompagnés de mots "limites" pour critiquer ceux qui peuvent encore en profiter, venant souvent de la part de personnes qui montrent du doigt l'intolérance des autres.

 

retour de vacances

Sur le chemin du retour, jusqu'à l'autoroute ça va encore. A Albertville, nous prenons la nationale car depuis le péage les files ralentissent drôlement.  Nous décidons de nous arrêter à Chambéry pour déjeuner, car le frigo à la maison est vide. C'est dans la zone commerciale que nous nous arrêtons sous une pluie battante ici :

hippopotamus

Une heure après, nous reprenons la route, il nous reste 45 minutes jusque la maison, mais là, c'est une autre histoire ; pendant que nous sommes arrêtés, la neige a commencé à tomber les flocons de plus en plus gros. Et ça donne ça.

pralognan retour

12b

du côté de Chindrieux, les vignes sous la neige sont magnifiques.

Encore quelques kilomètres et nous sommes à la maison, mais il va falloir jouer de la pelle à neige pour pouvoir rentrer la voiture au garage.

 

retour de pralognan 21 février 20152

Une fois rentrée dans la maison, surprise la chaudière est arrêtée, cela fait deux fois, pourtant elle est neuve et vérifiée chaque année, donc sujet à creuser. Il fait très froid dans la maison, il va falloir deux jours pour qu'elle retrouve sa chaleur habituelle. En attendant, allumons un feu dans la cheminée. Dehors, il neige toujours et pourtant il faut aller faire quelques courses. Dans le village à deux pas de chez nous, il y a un carrefour contact, vous savez le magasin le plus petit des gammes "carrefour".1/2 heure après nous sommes rentrés en nous demandant pourquoi nous n'allons pas faire les courses ici plus souvent, car il y a pratiquement tout ce que nous avons besoin. Question à revoir !

carrefour_contact

C'est un plaisir de retrouver la maison, à chaque fois je me dis la même chose "elle est belle, on y est si bien",  je pense que je ne pourrais jamais revivre tout le temps dans un appartement ; il faut que je puisse aller dans toutes les pièces, que je retrouve toutes mes habitudes, non il me faut de l'espace. Dans 60 m², mes 250 m² me manquent. Soirée bien agréable au coin du feu, le lendemain nous allons chez Emilie et Paul, nous sommes impatients de les revoir et de voir le nouvel aquarium Paul est un passionné. J'aime les gens passionnés.

 

poissons Paul0

  Quand nous rentrons d'une si longue absence, il y a de la poussière partout, il faut remettre la maison en état de marche, défaire les valises, faire tourner la machine, ranger la valise au grenier et reprendre nos habitudes, c'est donc lundi matin que j'ai entrepris le grand ménage ; j'aime ça faire le ménage je vous l'ai déjà dit donc je suis contente, l'après-midi je peux revenir à mes occupations littéraires ou autres. Tara a retrouvé son panier et Igor ses balades dans le jardin.

 

01

 que demander de mieux ?

 

 

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 février 2015

20 février1894 - 20 février 2009

 

Cent quinze ans, jour pour jour après la naissance de mon grand père bien aimé.

Adrien Pascaut 2

Est arrivé mon dernier petit enfant, le numéro 10. Déjà 6 ans ! Quand on nous a annoncé son arrivée, nous n'en revenions pas ; pour nous chez Annabelle, il n'y aurait pas d'enfants et pourtant comme toutes les femmes, elle a eu l'envie d'être mère. Inutile que cette décision mûrement réfléchie nous a beaucoup étonnés, mon petit prince aura deux mamans et pas de papa. Regardez comme il est beau. Il a deux mamans géniales, il est certainement beaucoup plus heureux que dans certaines familles avec un papa et une maman.

0 théma noel 2014

Joyeux Anniversaire mon Petit Prince, j'espère que tu auras certains gènes de ton arrière arrière grand-père, qui s'il avait été encore là, t'aurait fait sauter sur ses genoux en faisant "a dada sur mon bidet".

théma joue du piano

Depuis que tu es né mon petit Prince, tu as une grande complicité avec ton papy de coeur "Marc", il t'apprend à jouer au piano, maintenant que tu es grand à siffler dans de l'herbe et à faire  des gâteaux.

théma apprend à siffler

théma fait des gâteaux

Mais en fouillant dans mes archives photographiques, ce sont ces photos qui me plaisent le plus et qui démontrent la complicité entre deux générations..

00

théma complice avec Marc

Cette année, nous ne serons pas là, pour te souhaiter un Joyeux Anniversaire, alors avant de partir, je vais laisser chez toi sur la table ce petit cadeau.

anniversaire 6 ans

JOYEUX ANNIVERSAIRE MON PETIT PRINCE

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , ,