17 juin 2015

La jeunesse fout le camp !

Alternons un peu nos visites châtelaines, tout le monde n'est pas une mordue de belles demeures. Revenons un peu sur des instants de vie, qui ressemblent  à ceux de tout le monde ou presque.

 

Le Bilan

 Toute ma vie a été basée sur « la famille et l’amour » L’amour de mes proches, l’amour pour mes enfants, l’amour pour celui qui partage ma vie. Du reste, j’ai toujours couru après ce sentiment, parfois si difficile à attraper et surtout encore plus difficile à garder.

l-amour-2

  J’ai laissé filer ma jeunesse en donnant beaucoup aux autres, en ne mettant pas toujours les priorités où il fallait. A 20 ans, la mode, les « yéyés » les flirts ne faisaient pas parti de mes pensées, ou alors vraiment très peu. L’important pour moi, c’était de fonder une famille différente de celle que j’avais eu et surtout ne pas reproduire le schéma de maman. Je me suis agrippée à celui qui a bien voulu m’épouser rapidement. Les années ont passé et je me suis rendue compte que c’était une erreur de vouloir sauter des étapes. Avec lui, je n’ai pas été malheureuse, bien au contraire, c’était un gentil garçon, je l’aimais bien mais cela ne suffisait pas. Au bout de 10 ans, nous nous sommes quittés.

  

J’ai toujours été une passionnée en tout. Quand j’entreprends quelque chose, je vais jusqu’au bout. A 30 ans, j’ai rencontré la « folie » avec un jeune homme plus jeune que moi. L’âge n’avait pas d’importance, je n’ai jamais paru le mien et notre différence ne se remarquait pas. J’ai vécu l’amour passionnel, je me suis là aussi agrippée à lui ; mais nous étions si différents. Souvent je me suis posée la question : qu’ai-je aimé en lui ? Son côté provocateur, ou celui de jeune homme de bonne famille ? Avec lui, j’ai évolué dans une famille comme celle que j’aurais aimé avoir. Longtemps, j’ai été fascinée par le couple de son frère, la façon dont ils élevaient leurs enfants. J’aurais tellement voulu être cette famille là. De l’extérieur, ils étaient aux yeux de tous, un couple parfait ; de l’intérieur on ne peut pas savoir. Longtemps après, j’ai su qu’il y avait eu des tempêtes ; tout n’avait pas été rose. Mais, la force de leur amour et la foi en Dieu, les avaient fait résister et n’avaient jamais fait couler leur navire. Je les envie encore et je suis toujours admirative de constater que leurs cinq enfants, maintenant parents évoluent de la même façon, ce qui me conforte dans l’idée que les valeurs données, ressortent toujours un jour ou l’autre. J’ai beaucoup aimé cette famille  et elle a toujours une place dans mon cœur. Si la mienne n’a pas ressemblée à la leur, c’est en grande partie parce qu’elle avait été scellée sur de mauvais choix et guidée par un côté passionnel qui détruit plus qu’il ne construit.

 Résultat de recherche d'images pour

 

Pendant tout ce temps, la vie a passé, la vie a évolué, a changé et n’a pas laissé la place qu’aux bons sentiments. Après quelques sérieuses tempêtes, j’ai repris mon chemin  avec la même énergie que celle de mes jeunes années.

J’ai retrouvé un nouvel amour, beaucoup plus sage à qui je dois l’équilibre retrouvé et qui est fondé sur d’autres bases beaucoup plus solide, pour lesquelles je fais le vœu que ça dure encore très longtemps. D’autres soucis, sont apparus dont j’ai vaguement parlé il y a quelques mois (mais rien n’est parfait). Ma retraite montagnarde du début du printemps a changé la façon de poursuivre ma route et j’ai enfin trouvé où sont mes véritables priorités ; nous n’avons plus de temps à perdre maintenant. Je continue à croquer la vie en pensant d’abord à nous. Alors, là aussi je m’agrippe à cet amour.

 

 

Les années sont passées aussi vite que la vie, les chagrins se sont estompés mais ils sont restés dans mon cœur. En faisant le bilan, je ne regrette rien. Nous ne sommes pas sur la terre pour vivre un long fleuve tranquille. J’ai beaucoup pardonné, mais je n’ai pas oublié. Je suis contente, malgré tout d’avoir gardé un lien plus ou moins épisodique avec les deux premiers hommes qui ont partagé ma route ; ils ont fait parti de ma vie et ils ont encore leur place dans le livre de celle-ci. Car souvenez-vous, la vie est un gros livre, nous écrivons les pages chaque jour, à chaque tournant, elle change de chapitre, mais rien ne s'efface, c'est seulement quand elle s'arrête que le point final est mis et que le livre se referme.

 

 

Posté par manouedith à 09:43 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags : ,


31 mai 2015

Le Cabinet de Curiosités

Plusieurs d'entre vous sur Facebook, m'ont demandé ce que c'était un cabinet de curiosités ? C'est pour cela que j'ai eu envie de vous en parler. Comme le Rêvoir, tout le monde peut s'en fabriquer un, en extérieur ou en intérieur. Le cabinet de curiosités c'est la même chose, tous ceux que cela intéresse peuvent en avoir un, soit en collectionnant des objets anciens un peu hétéroclites et surtout différents de ceux que l'on peut rencontrer partout. C'est amusant de jouer aux devinettes avec ceux qui ne connaissent pas.

cabinet de curiosité

Par exemple, cette semaine j'ai acquis cette jolie boite en porcelaine sur ebay et j'ai demandé à mon entourage de deviner ce que c'était. Je peux dire que j'en ai eu des réponses fausses, mais personne n'a trouvé qu'elle servait surtout au XVIIème et XVIIIème siècle aux jolies dames pour y ranger leur accessoire de mode de l'époque : "la mouche" . 

0 boite à mouches

 

l'usage des mouches était déjà   connu au XVIIème siècle, et faisait l'objet d’un langage bien précis, c'est   au XVIIIème siècle qu'elles vont devenir les symboles de la parure. Elles   portaient toutes des noms :

Près de l'œil, elle se nomme   assassine ou passionnée.
  Au coin de la bouche, c'est la baiseuse.
  Sous la lèvre, elle devient friponne ou coquette.
  Sur le nez, effrontée ou gaillarde.
  Sur le front, la majestueuse
  Sur la joue, c'est la galante.
  Sur une ride, dans le creux du sourire , elle est enjouée.
  Sur la poitrine, c'est la généreuse.
  Sur un bouton, la receleuse.
  Ou bien sur le menton, ne serait-ce point la discrète ?

 

CabinetDeCuriosites_Bibliotheque

Les cabinets de curiosités sont apparus en Europe après la Renaissance, ils sont à cette époque l'ancêtre des musées et des muséums. Au début, les collections appartenaient à des écoles de vétérinaires ou à des facultés de médecine. Ils sont devenus ensuite d'ordre plus privé, par exemple un riche explorateur collectionneur, revenant de ses voyages, installait ses trouvailles sur des rayonnages aménagés à cet effet et souvent dans une pièce consacrée à ses voyages.

 

5 a

 

Mais il y avait aussi, l'envie de posséder des objets hétéroclites et ne pas pouvoir se rendre dans les pays  lointains pour les ramener, donc ils achetaient des objets à l'étranger, souvent pour matérialiser les objets dont ils entendaient parler dans leurs lecture.

cabinet%20de%20curiositésA

objets en ivoire.

Sachant que j'allais vous parler de ce sujet, je me suis rendue dans un château de ma région où se trouve un cabinet de curiosités très intéressant par le nombre d'objets en provenance d'extrème Orient et d'Afrique. Et comme parfois dans certains châteaux propriétés d'une Société Savante, je n'ai pas eu le droit de faire des  photos des salles visitées. Pour faire des photos c'est en général plus facile dans les monuments appartenant à l'Etat Français. Comme à chaque  fois, à cause de cette interdiction, (qui varie aussi suivant les guides) j'en ressors frustrée. Parfois il m'arrive d'acheter  à la boutique des cartes ou des fascicules avec des photos, mais là, l'échantillonage qu'il y avait était restreint et les photos pas très belles pour les reproduire par scan. et les mettre sur le blog. Donc je vous invite à vous rendre au Château de Montrottier près d'Annecy.

0chateau de Montrottier

Le château de Montrottier est une ancienne maison forte , du XIIIe siècle, remaniée plusieurs fois et restaurée au XIXe siècle, qui se dresse sur la commune de Lovagny  dans le département de la Haute-Savoie, à une douzaine de kilomètres à l'ouest d'Annecy, près des Gorges du Fier.

Le château contient de vastes collections d'armes et d'armures, de faïences, porcelaines et verreries, de tapisseries (dont des tapisseries des Flandres), de meubles d'époque, de dentelles, ainsi qu'une collection d'objets rares d'Extrême-Orient et d'Afrique, réunis par Léon Marès l'un des derniers grands collectionneurs de la fin du XIXe siècle.

CabinetDeCuriosites_DecoEnNuances

Avant l'arrivée de mon chat Igor. Chez moi tous mes objets anciens et qui avaient une histoire étaient dispersés partout dans la maison, sur un guéridon, une console, une petite table et formaient de sympathiques mise en scène. Maintenant les objets fragiles sont dans une bibliothèque fermée, comme par exemple ces fumes cigarettes, ces épingles à chapeaux, ma verrerie peintes et mon ravissant oeuf de "Fabergé !!!". 

0 brocante curiosités 2

1 - Copie

 

7

 

18

22

25

Et vous, vous pouvez faire un cabinet de curiosités contemporain, agrémenté de vos trouvailles et de vos créations manuelles en un mot vos petits trésors. Je suis certaine qu'en cherchant bien, vous pouvez vous aménager un endroit personnel avec votre imagination et avec des jolis petits riens vous donnerez ainsi  à votre maison un charme supplémentaire. N'oubliez pas il faut tout faire pour que vos intérieurs soient différents de ceux des voisins souvent impersonnels. Aimez votre maison, pour vous y sentir bien.

8

Avant la parution de ce billet, je reviens pour vous faire partager ma découverte de la semaine.

 Mercredi  dernier, je suis allée dans un château de la Bourgogne Sud (dont je vous parlerai prochainement) et j'y ai rencontré un cabinet de curiosités du XVIIème siècle encore en très bon état, je vous invite à découvrir le cabinet de curiosités du château de Cormatin.

comartin

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 mai 2015

Chillon en Suisse

Avant de commencer mon billet hebdomadaire, je tiens à remercier toutes celles qui m'ont laissé un commentaire sur le billet précédent. Oui, c'est difficile certains jours plus que d'autres,  mais la vie continue.

 

orchidées

 

Les deux dernières années, nous avons visité de long en large tous les châteaux du Dauphiné. A quelques kilomètres de ma porte, je suis en Savoie ou en Haute Savoie, mais aussi en Isère. Entre 8 et 20 kilomètres j'ai au moins une frontière départementale. Cette année, nous avons décidé de visiter la Suisse, ou tout au moins les cantons les plus proches de chez nous et vraiment dépasser le territoire français.  Genève n'est qu'à 60 kilomètres, légèrement plus loin que Chambéry qui est à 45 kilomètres.  Aujourd'hui, ce sera à l'autre bout du lac Léman. Un des plus beaux château médiéval du pays : Le château de Chillon. Et nous visiterons également la Bourgogne du Sud à l'ouest de Lyon, j'ai relevé 139 châteaux, mais pour ces deux prochaines saisons j'en ai choisi une dizaine. Mon but étant toujours l'édition de mes livrets "Mes balades châtelaines", tout en visitant une belle région.

 

102

Nous avons beaucoup de mal à faire nos visites en dehors des dimanches. Pourquoi ? c'est ridicule, nous avons tout notre temps en semaine, il faut simplement faire attention aux jours d'ouverture des sites. Le dimanche, il y a du monde partout autant sur les routes que dans les monuments.  Suivant les jours et les périodes d'ouverture nous privilégirons les jours de semaine, et nous garderons les fins de semaine quand nous n'aurons pas d'autre choix.

17

Départ de la maison à 10 heures, avant de passer la frontière, arrêt pour acheter la vignette avec laquelle nous avons le droit d'emprunter les autoroutes. Cette année, elle coûte 50 euros, on voit que le franc Suisse a eu quelques problèmes, 20 euros de plus qu'il y a deux ans.  On aurait pu prendre la route qui longe le lac, sauf que l'on traverse de nombreuses villes au pas et que nous ne pouvons pas profiter du bord du lac, car les villas des gens riches sont cachées derrière de grands murs et nous cachent le paysage. Sur l'autoroute on peut mieux voir, car nous sommes en hauteur sur la quatrième corniche. Ce n'est même plus la peine de penser déjeuner dans un restaurant, mieux vaut emmener son pique nique et essayer de trouver un joli endroit comme celui-ci, aux pieds des montagnes.

16

15

7

Le château de Chillon est posé sur un îlot rocheux, ce qui permettait à la fois une protection naturelle et un emplacement stratégique pour commander le passage entre le nord et le sud de l'Europe. L'histoire du château est marquée par trois grandes périodes :

1) la période savoyarde du XIIème siècle à 1536

2) la période bernoise de 1536 à 1798

3) la période vaudoise de 1798 à nos jours.

La période qui m'intéresse le plus, c'est évidemment celle "savoyarde" car la plupart de cette famille est enterrée à l'Abbaye de Hautecombe sur les bords d'un autre grand lac : celui du Bourget à quelques encablures de chez nous.

73

 Dans un premier temps, nous parcourrons les salles seuls, mais ensuite ce sera sous l'escorte d'Elisabeth une des filles de la famille de Savoie au Moyen-Âge qui nous fera découvrir les secrets du château et les anecdotes de sa famille. La famille de Savoie contrôlait déjà la forteresse en 1150. Avant d'atteindre l'intérieur du château, il faut passer quatre cours pavés.  Arrêtons nous aux pieds du Donjon, situé au centre du rocher de Chillon, il date probablement du XIème siècle. C'est une tour de refuge et symbole du pouvoir.

 

31

 Pour des raisons de sécurité, la porte du donjon est située en hauteur, il fallait une échelle pour l'atteindre. Le donjon, fut surélevé une première fois à une date inconnue, ensuite une seconde fois au début du XIVème siècle, pour atteindre la hauteur actuelle de 25m.


31 b

A l'intérieur on peut admirer des peintures du XIVéme et XVIème siècle, encore visibles. 

93

Celles ci-dessous sont du XIVème siècle.

71

Le château renferme une collection de coffres de la période médiévale, tous plus jolis les uns des autres.

 

51

 

Nous pouvons également admirer de jolis plafonds, de belles cheminées et des escaliers en pierre d'époque. 

32

39

41

43

avec vue sur le lac en direct

66

Dans la salle des armoiries, une frise polychrome est ornée des armoiries des baillis bernois, châtelains de Chillon qui résidèrent au château de 1536 à 1733.

26

Saviez-vous qu'au Moyen-Âge dans les familles nobles, on se lavait, l'hygiène n'était pas celle que l'on croyait.

69

J'ai beaucoup aimé cette balade, elle était enrichissante. En reprenant le chemin du retour, nous traversons le vignoble de Lavaux, à flan de côteaux. A chaque fois je suis émerveillée, c'est un bel endroit.

101

Un jour, nous avions voulu les parcourir par les petites routes pentues qui les sillonnent et je peux vous dire que c'est très joli et impressionnant.

 

0Rêvoir jardin 13 mai 20151

 

Donc maintenant, nous irons faire nos visites en semaine et le dimanche nous profiterons du jardin et de mon rêvoir. Vous savez l'endroit que je vous ai montré l'année dernière et qui m'avait valu quelques désagréables remarques, mais si vous saviez comme on y est bien pour lire et passer un après-midi loin des soucis. 

00le rêvoir 20151

Je recommande à toutes celles qui peuvent s'aménager un petit coin pour elle de se faire plaisir. Quand on aime lire, autant le faire dans de bonnes conditions. 

 

Posté par manouedith à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 mai 2015

Chrystel Vidal-Magnez 30 mars 1968/17 mai 2002

chrystel

 

Ce n'est pas juste, tu n'es plus. Et pourtant, tu as été présente dans toutes mes galères. Tu as été une des rares avec mon amie Renée à me soutenir quand je traversais le désert. Tu n'avais pas honte de la maman que j'étais devenue avec cette vilaine dépression qui m'envahissait. Je ne t'ai pas dit assez MERCI et maintenant que le soleil est revenu, tu n'es plus là pour profiter avec moi, de ces petits bonheurs de tous les jours qui sont revenus. Tu as, à peine connu le dernier homme de ma vie qui a comblé mes jours et qui m'a apporté la quiétude, le calme et l'équilibre dont j'avais  besoin de retrouver.

J'aurais tellement voulu te faire partager ma nouvelle région, si belle à toutes les saisons et cette grande maison dont tu le savais, je rêvais depuis toujours. Tu aurais adoré la façon dont je l'ai meublée, arrangée, sublimée. Tu partageais avec moi ce goût des vieilles choses. Je suis certaine, tu aurais aimé la nouvelle maman et grand-maman que je suis devenue.

Vraiment ce n'est pas juste. La vie a repris, mais il ne se passe pas une journée  ou je ne pense pas à toi. Cet été, nous partirons avec ton fils Léo à Venise et à Florence, mais je suis certaine que tu m'accompagneras, comme tu l'as fait à Rio de Janeiro quand tu avais 15 ans. Je suis contente, d'avoir découvert ce bout du monde avec toi. Merci ma Chrystel pour tout ce que tu as été. Je t'aime et je t'aimerai toujours.

A cet hommage pour toi ma belle, j'associe ton papa à qui tu manques beaucoup. On parle souvent des chagrins des mamans quand on perd un enfant, et rarement celui du papa et surtout quand celui-ci, par les aléas de la vie a été séparé de son enfant et qu'il n'a pas pu profiter autant de lui. Les séparations des couples, c'est parfois,  aussi ça. Alors ce sont à tes deux parents  que tu manques  autant et bien évidemment à tes soeurs, mais c'est encore autre chose. 

0CHRYSTEL

C'est rare, quand je m'épanche ainsi devant tout le monde. C'est simplement pour redonner du courage à celles et ceux qui traversent comme moi le désert et qui n'aperçoivent pas la fin de la route. Ne craignez rien, accrochez-vous au bout de la route il y a le soleil. N'hésitez pas à faire ressortir vos peines en écrivant cela fait aussi parti de la thérapie et je vous assure ça fait du bien.

Posté par manouedith à 10:53 - - Commentaires [21] - Permalien [#]

14 mai 2015

Charlotte de........ Mon amie de pension

 Parfois un rêve, réveille des souvenirs enfuis au plus profond de vous !

 

rêver

 

 Dernièrement, j’ai rêvé de mon amie de pension Charlotte. Le matin en me levant, j’ai décidé de faire un billet sur les vacances passées dans sa famille trois étés de suite. Il y avait longtemps que j’avais enfoui tous ces souvenirs et maintenant, ils me semblent si lointains. Après nos années d’abord à St. Germain en Laye, ensuite à Bry sur Marne, chacune de nous avons continué notre route et nos chemins se sont séparés, nos vies étaient tellement différentes. Je regrette de ne pas avoir de photos de cette époque là. Maintenant, un jeune qui part en vacances loin de chez lui, emporte soit un appareil photo ou un téléphone portable avec lequel il peut immortaliser les bons moments  de ses vacances.

1 chateau-de-cherupeaux-HD

la propriété ressemblait à celle-ci 

 Charlotte de…. Etait ma confidente, ma grande amie, la sœur que je n’avais pas eue. Pendant plusieurs années nous avons tout partagé ; trois étés de suite, je suis allée passer 15 jours chez ses grands-parents avec Elle et ses deux soeurs dans un grand  relais  de chasse aux allures de château, aux portes de la Sologne.

2 La-confidente--

Elle avait une vie particulière et privilégiée par certains côtés. Elle était née, en Indochine comme on disait à cette époque. Son père était Officier Supérieur comme tous les hommes de sa famille depuis Napoléon. Elle avait passé toute son enfance à Saïgon et elle en gardait de merveilleux souvenirs qu'elle me racontait et je pense que c'est à cause d'Elle que j'ai aimé découvrir le Vietnam et l'Asie. En 1954, après Dien Bien Phu, ses parents rentrèrent en France et s’installèrent quelque temps en Sologne dans la propriété familiale jusqu’à la nouvelle affectation de son papa.

3officier 

Quand en 1955, ils repartirent vers d’autres cieux, ils décidèrent de laisser leurs filles en France afin qu’elles aient une vie plus stable et puissent suivre des études avec plus de facilité. C’est ainsi qu’ils décidèrent de mettre Charlotte chez les religieuses de St. Thomas de Villeneuve avec ses sœurs jumelles : Pauline et Louise  d’un an ses aînées. Chaque fin de semaine, elles rentraient chez leurs grands-parents à Paris où ils avaient un grand appartement Haussmannien  avenue Wagram.

avenue Wagram 

A l’époque, les religieuses de Saint Thomas de Villeneuve possédaient dans la région parisienne 2 grandes maisons bourgeoises « Chaville et St. Germain en Laye » et un château à Bry sur marne, tous transformés en pension pour jeunes filles de bonne famille. J’étais l’une des rares dont la famille n’était ni bourgeoise ni aristocratique, si j’avais atterri dans deux de ces établissements, c’était uniquement parce que ma tante était religieuse dans cette congrégation.

mosaîque brys sur marne

En 1956, Charlotte m’invita pour la première fois à passer les vacances chez ses grands-parents. Nous étions en septembre et je devais rester 15 jours. Je me souviens la première fois que j’ai découvert cette grande propriété avec des cachettes partout, je n’en revenais pas, j’avais déjà connu le château de St. Jouin quand j’y allais en colonie de vacances, mais là, c’était la maison de quelqu’un, pas une institution religieuse.

grande propriété

Quand j’ai découvert ma chambre, là aussi j’ai été émerveillée. Elle était  le double de celle que j’avais chez mes grands-parents, il y avait deux grands lits, une jolie commode ancienne au-dessus de laquelle trônait un miroir immense ; dans un coin   une cheminée en marbre rose, et à côté un  lavabo derrière un paravent, la salle de bains commune était sur le palier. A gauche du lit, s’ouvrait une porte qui donnait sur un cagibi éclairé par un œil de bœuf, et qui faisait office de dressing comme on dirait maintenant.

cheminee-ancienne

 La veille  de mon arrivée,  les deux cousins et la cousine de Charlotte,  Phlippe 10 ans, Marie, 9 ans et le petit Bertrand 4 ans étaient arrivés pour le dernier mois de vacances. Charlotte et ses sœurs étaient déjà là, depuis le début des vacances. Chaque année, les grands-parents recevaient tout l’été leurs enfants, leurs petits enfants ainsi que leurs neveux et nièces.  A cette époque, nous reprenions tous l’école le 1er octobre, nous avions donc trois mois de vacances.

 grande famille

Quand nous rentrions dans la propriété après avoir passé la grande grille, sur la gauche il y avait une maison de gardien occupée par un couple d’une cinquantaine d’années. Jacques, faisait office d’homme à tout faire et de jardinier, Jacqueline, son épouse était la cuisinière, mais aussi la femme de ménage et à l’occasion Sylvie, leur fille de 18 ans surveillait pendant les vacances les enfants des propriétaires.

 

maison de gardien

 

 elle nous faisaient déjeuner chaque midi et chaque soir, elle donnait le bain aux plus jeunes. Elle organisait régulièrement de supers jeux de piste parfois son frère en vacances chez eux, l’aidait à poser les indices dans toute la propriété. Dans la journée, nous faisions ce que nous voulions, à sept, nous trouvions toujours quelque chose à faire. Il y avait des balançoires, des agrès, une corde lisse (j’ai jamais été bonne pour monter à la corde). Il y avait également des vélos, certains semblaient d’un autre âge, il y en avait carrément un du début du XXème siècle tout noir et haut perché,  une vraie antiquité cet objet la.

 

vélo

 

Dans une des dépendances , une salle de jeux était aménagée, avec des jeux anciens que je ne connaissais pas comme la grenouille, les jeux de palets, un baby foot et même pour les adultes un billard. A l’extérieur un terrain de tennis un peu fatigué, mais qui reprenait du service pendant tout l’été, même les amis du village venaient  s’entraîner. Souvent l’après-midi Madame de…. Que j'appelais Simone (ses petits enfants l'appelaient bonne-maman), organisait des sorties dans les bois et nous faisait découvrir un tas de choses. Nous étions en septembre, le début des mûres . C’est la première fois que je découvrais la bruyère qui formait de jolis tapis de couleurs sous les arbres et qui éclairait les sous-bois. Ce château devait être un ancien relais de chasse, car dans l’entrée, nous étions accueillis par deux têtes de sangliers. C’était la seule chose que je n’aimais   pas.

 

Bruyère_Sologne_Caractère_Original_Best_Western

 

 Monsieur de….. semblait  moins accessible que son épouse, il s’enfermait souvent dans la bibliothèque. Lui aussi, ancien militaire de carrière, faisait un peu peur. Quand je suis arrivée, Jacqueline nous avait fait une grande tarte aux prunes, que nous avions partagée avec les grands-parents, ils m’ont tout de suite mis à l’aise en m’indiquant et en rappelant à tous leurs petits enfants quelques petites règles élémentaires pour eux, afin que notre séjour se déroule bien.

tarte-aux-prunes-creme-damande

 Monsieur de…. Nous a dit comme ça : Vous savez mes enfants, ici il y a du personnel, ils ont beaucoup à faire dans la grande maison, il faut donc  alléger leurs tâches comme vous le pouvez, ils ne sont pas à votre disposition. Ils ne rentreront jamais dans vos chambres, c’est donc à vous d’en prendre soin, tous les jours, vous n’oublierez pas de faire votre lit, de passer l’aspirateur au milieu de la semaine et la veille de votre départ et de ne pas oublier les poussières sur les meubles. Sinon, vous ne saurez plus faire quand vous rentrerez à la pension ; c’est vrai à St Germain en Laye, comme à Bry nous étions responsable de notre lit et de notre table et nous faisions la vaisselle par table, chacune notre tour .avec la maîtresse d’internat. Et une fois par semaine le jeudi matin, nous avions chacune de nous, un ménage attribué à une partie du château. Je me souviens, une année j'étais chargée avec 6 autres filles du parquet du parloir, un salon dans lequel nous allions quand nous avions une visite ou une réception. Nous mettions une paille de fer à notre pied droit et l'on frottait toute en avançant dans le même sens, ensuite une grande, balayait la poussière (pas d'aspirateur à l'époque) et ensuite on se remettait  toutes les six à côté l'une de l'autre et avec des patins on patinait ; le meilleur moment de la séance ménage, des glissages et des fous rire. Une autre année, j'étais chargée,  de balayer le grand escalier

faire le ménage 3

  Monsieur de... a continué, en précisant, toute la semaine sauf le samedi et le dimanche, vous mangerez avec Sylvie dans la cuisine, mais avant de repartir jouer, vous devrez l’aider à débarrasser la table et à laver la vaisselle. Le samedi et le dimanche, vous déjeunerez et vous dînerez avec nous dans la salle à manger, le soir vous vous changerez et vous arriverez à table après la douche, correctement habillés pour 19h30. Chaque soir à 22 heures vous descendrez nous dire bonsoir et vous irez vous couchez sagement dans vos chambres. Quand il s’est levé, Charlotte est montée avec moi pour m’aider à défaire ma valise, je me souviens, je venais d'avoir mes 13 ans, la veille et je me suis dit : oups ! C’est  l’armé ici.

 

laver la vaisselle

  Mis à part ces quelques mises au point militaire. Je repartais toujours ravie de mon séjour. je peux dire qu’à chaque fois, j’ai passé 15 jours de rêve. Monsieur de… nous a appris à faire un herbier, il nous emmenait dans les bois environnants et il nous apprenait les plantes, la botanique était sa passion. La première année, nous sommes d'abord allés en forêt pour cueillir des feuilles et des fleurs. En rentrant à la maison, nous avons répertorié, le tout en les mettant sécher dans de gros volumes reliés de l'Illustration sans oublier de noter la page dans laquelle nous les avions mis à sécher ainsi que le nom de la plante. Et l'année suivante à l'aide de notre répertoire ou tout était noté, nous les avons collés dans un cahier.  C'est une activité que des années plus tard j'ai repris avec les enfants plusieurs fois.

 

herbier de famille

 

. Simone, Madame de… était très gentille, douce, quand elle nous parlait c’était toujours gentiment sans nous donner d’ordre. Charlotte disait toujours : ma grand-mère c’est le gant de velours de mon grand-père. Elle nous apprenait à faire des tartes avec les fruits que nous rapportions. C’est Elle qui m’a appris à faire des sablés et à me servir d’un verre pour faire les formes ainsi que d’une  bouteille pour rouler la pâte.

 

gant_de_boucher

 

 Chaque année, les grands-parents arrivaient pour Pâques et repartaient à la Toussaint.  Quand Charlotte et ses soeurs étaient à la pension, le gardien venait les chercher chaque samedi midi et il les ramenait chaque lundi matin.  L’hiver, tout le monde rentrait avenue de Wagram. La propriété n’avait pas de chauffage central et c’était mieux ainsi.

 

parc-monceau-grille-1229123596

 Entrée du Parc Monceau XVIIème arrondissement de Paris

 Quand j’ai quitté la pension à mes 18 ans, et que je suis venue habiter chez mes parents à la porte d’Asnières, les deux premières années nous nous sommes revues souvent car nous habitions pas très loin l’une de l’autre et c’est quand elle est partie étudier en Angleterre que nous avons commencé à nous perdre de vue, ensuite je me suis mariée et mes parents sont  partis habiter en banlieue. Monsieur et Madame de….  Eux aussi ont quitté le 17ème arrondissement.

 

perdue de vue

 Quelques années plus tard, quand Internet s’est développé, j’ai essayé  de retrouver mon amie Charlotte par l’intermédiaire de « Copains d’avant » et là, j’ai retrouvé une autre interne de Bry qui m’a appris qu’elle était décédée dans un accident de voiture avec l’une de ses sœurs en  1970. J’avoue, j’ai été très peinée. J’ai réalisé à ce moment là, que notre lien était définitivement coupé.  Ma vie compliquée de l’époque a pris le dessus, je n’ai plus pensé à Elle, il a fallu ce rêve pour que tout un pan de ma vie remonte à la surface et me donne l’envie d’en parler. Bizarre quand même les rêves ! Pourquoi le subconscient travaille-t-il autant la nuit et vous fait revivre des évènements enfouis au plus profond de vous-même, aussi longtemps après ?

logo_copains_davant

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,


08 mai 2015

Dimanche en famille malgré la pluie

Mon docteur préféré et sa petite famille sont venus nous sortir de notre torpeur et me redonner un coup de fouet pour me remettre sur les rails. Depuis Noël, nous n'avions pas eu d'invités. Quelques jours avant leur arrivée, branle bas de combat, j'ai réinvesti ma salle à manger. Quand je fais le ménage dans cette pièce, j'adore écouter de la musique sur ma platine pour les vinyls. Je suis une conservatrice et j'ai encore celle que j'avais dans les années 1980, à l'époque le top de chez Pioneer. Chez nous, la musique, qu'elle soit classique ou qu'elle soit plus contemporaine, j'adore. A cette époque je passais en boucle 3 disques tirés de feuilletons car j'aime beaucoup la musique de Francis Lay et de Wladimir Cosma. Et j'en tire toujours autant de plaisir.

 

50 a

Depuis toujours, platine, magnétoscope se trouvent dans mon coffre de mariée aménagé à cet effet. Au premier étage, dans le boudoir, nous avons également un lecteur de CD et une multitude de disques. Je ne suis pas encore à la musique sur mon téléphone ou sur la tablette, j'aime bien les miens de CD car je choisis ce que je veux. En faisant le ménage j'ai toujours écouté de la musique. Quand je me suis mariée la première fois, mon mari était un fan de composants électroniques. Dans les années 1962, quand je l'ai connu, nous allions souvent traîner dans des boutiques du côté de la gare du nord chercher de quoi me faire un magnétophone à bandes entièrement fait de ses petites mains, il y avait de quoi écouter tous mes disques préférés qu'il avait enregistrés ce qui pouvait durer la journée entière. sans changer de bande.

 

48 igor et tara 3 mai 2015

 

Comme à mon habitude, j'ai dressé ma table la veille au soir. et interdiction à Tara et surtout à Igor qui monte partout de rentrer, alors là, croyez-moi ils n'ont pas apprécié.

 

47

 

quel plaisir d'avoir à fouiller dans ma grande armoire et de choisir les assiettes, les verres et la nappe. Pour inaugurer ma nouvelle saison, j'ai décidé de sortir une jolie nappe ancienne brodée qui appartenait à maman. Sur ce coup là, j'aurais du m'abstenir ; petit mari avait fait un poulet basquaise et au dîner, le plat de ratatouille, a glissé de ses mains, je n'ai pas été épargnée, deux secondes avant, j'avais dit "excusez-moi, je mets ma serviette au cou, car je me tâche très souvent" là, heureusement pour ma tunique en macramé blanc toute neuve, que je mettais pour la première fois. En revanche la nappe n'a pas aimé du tout il y en avait  partout, tout le monde a bien ri, et moi j'ai ri jaune, car j'ai tout de suite pensé à ma jolie nappe. Ce matin, malgré un traitement bien étudié avec détachant appliqué à la mode de la pub, la machine mise à 90% eh bien ! désolé ma nappe reste tachée et bien tachée. Je l'ai remise une seconde fois à la machine avec en plus de l'eau de javel et beaucoup mieux, mais quelques une encore.

 

58

 

comme je vous l'ai déjà dit, durant toute ma vie, j'ai acheté plusieurs services d'assiettes de toutes les sortes, pour faire  à chaque fois des tables différentes et évidemment cela prend de la place, j'ai également un meuble identique de coin rempli de verres et une petite malle ancienne basse où je mets toutes mes fioritures de décoration. N'ayant plus de muguet, j'ai fait un joli bouquet avec les fleurs du jardin que j'avais mis dans un sucrier ancien du même genre que mes assiettes achetées en brocante, des bougeoirs (midi et soir)  en verre assortis à mes porte couteaux. Il y a longtemps que nous ne mettons plus de porte couteaux chez les autres, mais chez Manouedith justement ce n'est pas comme chez tout le monde.

 

3

 

Théma qui vient d'avoir 6 ans, est allé passer deux jours chez son grand-père qui lui a appris à jouer aux échecs, alors comme en début d'après-midi il pleuvait, voici donc une activité toute trouvée. J'ai réinstallé mon jeu d'échec en pierre que nous avions ramené le grand-père et moi du Brésil et qui pendant des années trônait dans le salon. Je ne vous dit pas le poids pour ramener l'ensemble en deux fois par avion ; lui, la table et moi quand je suis revenue les sujets. Mais j'avoue qu'il a depuis plus de 25 ans bien servi à toute la famille. Et je suis heureuse, maintenant qu'il serve à Théma et il se débrouille plutôt pas mal.

49 Théma et le jeu d'échec

En fin d'après-midi, le soleil est revenu, l'idéal pour sortir et faire le tour des bois aux alentours pour aller voir les différentes cascades qui avec toute la pluie des jours précédents débitent comme jamais nous les avons vues.  Et le lendemain avec petit mari, nous sommes retournés en voir d'autres.

https://youtu.be/wheeQyEWxoY

ma vidéo n'est pas aussi belle que celle-ci que j'ai pris sur youtube appuyez sur le lien et mettez en grand, c'est surprenant.  

 

50

Nous nous sommes également arrêtée à la Fontaine de l'Adoue, où Paul Claudel aimait venir méditer. 

38

60

 cette année,  notre tout petit bassin est envahi par une multitude de têtards, petit mari montre à Théma avant qu'ils ne deviennent crapauds ou grenouilles.

 

tétards 2

 

Ils devaient rester plusieurs jours, mais comme mon petit nordiste avait encore une semaine de vacances.  Étant donné les prévisions météorologiques dans l'Ain, mon docteur préféré avait envie de soleil, donc ils sont partis se reposer sur la côte d'azur dans l'appartement familial. En attendant encore des moments très sympathiques qui m'ont remis du baume au coeur.

46

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 mai 2015

Château de Cormatin

C'est par une belle journée de printemps, que nous commençons nos escapades châtelaines en Bourgogne du sud. Pour cette première de la saison, nous choisissons un mercredi et le Château de Cormatin qui se trouve à un peu plus de 2 heures de la maison ; qu'à cela ne tienne, un pique nique dans la voiture et nous décollons à 9 heures  pour nous arrêter d'abord à Pérouges et visiter l'un des plus jolis villages de France. Il se trouve dans notre département l'Ain, mais aussi à quelques encablures de Lyon. Un beau village médiéval dont je vous reparlerai prochainement. Cet arrêt faisant l'objet d'un repérage pour y emmener nos prochains visiteurs.

28

Le Château de Cormatin est un château du XVIIème siècle, entre Tournus et Cluny, en plein centre du village du même nom. On le croirait posé sur l'eau, il est  entouré de jardins et de prairies. Ce sont les Marquis du Blé d'Huxelles qui l'ont fait construire au début du XVIIème siècle., pour témoigner de leur puissance et de leur prestige comme le souhaitait Henri IV qui voulait voir la noblesse "habiter aux champs", afin de rétablir la prospérité dans les campagnes.

128

En 1980, quand les nouveaux propriétaires prennent possession de la demeure. Le château est en grande partie en ruines, entouré d'une végétation envahissante et de prairies marécageuses. Parmi les 3 acquéreurs : Marc Simonet Lenglars ; à l'époque chargé de mission auprès de Jack Lang au Ministère de la Culture. Un homme de grande culture qui maintenant la partage avec ses visiteurs. Il commence à vous inviter dans chaque pièce à vous asseoir et vous raconte d'une façon imagée le XVIIème siècle, un vrai régal pour l'amoureuse d'histoire que je suis. Pendant plusieurs années les promenades de  Monsieur François Mitterrand le conduisent à Cormatin, il y emmène même d'illustres amis. Il ne se lasse jamais de cet endroit, car c'est aussi le pays de Lamartine, ce grand homme qui eut un fils avec l'une des dames des lieux : Nina de Pierreclau.

80

Je vais partager avec vous les photos que j'ai faites particulièrement dans l'aile nord dans les appartements de la Marquise. Malheureusement les travaux ont été interrompus par la mort du Marquis en 1629. Mais avant, jetez un coup d'oeil sur un élément important du château : l'escalier qui s'élève sur quatre niveaux et 21 m de hauteur, réalisé par un homme qui a habité un de mes villages dans une autre de mes vies, je veux parler de Salomon de Brosse.

62

Pour ceux et celles qui apprécient l'Art, vous y verrez une extrême rareté de décors intérieurs  aussi bien conservés d'époque Louis XIII et qui sont parvenus jusqu'à nous, ce qui rend ceux de Cormatin encore plus précieux. La qualité des propriétaires, leurs liens avec les cercles les plus élégants de la capitale, celui de la Marquise de Rambouillet comme celui de la reine mère Marie de Médicis ont conféré à la demeure un caractère exemplaire. Nous commencerons la visite par l'antichambre de la Marquise (1628) et nous pourrons admirer ces magnifiques  décors peints et l'ornementation. Les plafonds sont de toute beauté.

67

66

Le portrait équestre du jeune Louis XIII

68

Diane et Minerve évoquent la chasse et la guerre.

Nous rentrons maintenant dans la chambre de la Marquise. Il faut savoir qu'à l'époque c'est la pièce principale de l'appartement, où l'on reçoit et où l'on prend le plus souvent les repas. L'opulence décorative doit représenter aux yeux des invités le rang de leur hôte. La cheminée en bois sculpté rappelle par son ampleur et sa richesse les retables des églises.

71

73

74

76

 

Vous pouvez admirer la coiffeuse de la Marquise, dans un coin de sa chambre un oratoire pour Elle seule. Une table dressée devant la cheminée, au dessus de la cheminée, ce tableau est attribué à Quentin Varin peintre de Marie de Médicis, il est au château depuis 1627 et il symbolise  la sollicitude maternelle : Vénus demandant à Vulcain des armes pour son fils, le Prince Enée.

78

Voici le plus joli cabinet en parfait état : le cabinet d'harmonie. Au début du XVIIème siècle, le décor d'un cabinet le plus précieux et le plus intime de l'appartement, est souvent conçu comme une célébration du propriétaire ou de sa famille.

86

Face à la fenêtre et au dessus de la cheminée Sainte Cécile  patronne de la musique.

87

Au plafond,la Renommée célèbre la gloire de la famille du Blé

Nous terminerons la visite des intérieurs par un appartement XIXème siècle, de style Napoléon III de surcroît. Car, il faut savoir qu'à cette époque le château est habité par le directeur de l'opéra de Monte Carlo : Raoul Gunsbourg ; après l'avoir richement meublé, il en fit un lieu de fêtes somptueuses et y reçu  de célèbres chanteurs d'Opéra.

 

100

 

Des spectacles d'Opéra sont montés dans le parc.  Raoul Gunsbourg fait installer la scène dans le grand pré à droite de l'entrée. Ces fêtes se passent toujours le soir et sont toujours illuminées. Comme le château est au milieu du village, tout le monde profite des répétitions ; les villageois n'ayant pas l'habitude de ce genre de musique disent  :"on entend les guelantes du château". Les grands jours, les villageois,se mêlent aux beaux messieurs et aux belles dames qui débarquent des automobiles.

 

152

 

La grande guerre, hélas a mis un terme aux fêtes de Cormatin comme tout ce qui survivait encore de la légèreté des siècles. Après cette visite très intéressante, nous nous sommes promenés le reste de l'après-midi dans les jardins, nous avons fait le tour du château afin de le découvrir sous tous ses angles. Nous sommes montés en haut de la volière pour le voir d'une autre façon, nous nous sommes reposés en dessous d'un grand marronnier  et nous avons terminé par le jardin aux allures anciennes.

 

150

 

149

 

151

 

Je retiens de cette journée, une visite remarquable. Le seul "bémol". Comme les visites se succèdent les unes aux autres sans arrêt, j'ai manqué de temps pour admirer plus attentivement les jolis décors. C'est là, parfois ou je regrette de ne pas avoir une visite privée de certains endroits. Le château n'étant pas très loin de la Saône, de nombreux bateaux de croisières fluviales ont la visite du château dans leur excursion de la journée ; on y croise des touristes cosmopolites qui se mélangent entre deux salles aux visiteurs français.  C'est là, où je suis fière d'avoir un pays aussi riche en monuments historiques. Et une admiration pour certains des propriétaires qui ont su relever  pendant des années leurs manches pour restaurer des ruines et  les aménager avec le souci des détails et des époques, afin que notre patrimoine soit conservé et partagé avec tous.

 

124

 

Pour ceux et celles qui ont eu le courage de lire mon billet jusqu'au bout, j'espère leur avoir fait partager ma passion des châteaux.

A savoir que le château de Fléchères (01) est actuellement restauré par les mêmes propriétaires.

 

 

Photos personnelles et adaptation des textes en suivant le superbe hors-série de Connaissance des Arts sur le château de Cormatin. Je n'ai eu aucun regret en l'achetant car il complète la visite si bien menée par un des propriétaires qui a su nous transmettre sa passion.

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 avril 2015

Réflexions et Interrogations !

 

Avant tout, acceptez, ce brin de muguet pour qu'il vous apporte tout le bonheur que vous désirez et que vous méritez.

ob_775e57_8587ea32

 Mon billet d'aujourd'hui, va être une succession de réflexions tout haut et d'interrogations que je me fais depuis quelques mois. Je vais aussi rassurer celles qui aiment lire les indiscrétions des autres et qui se disent : aimer la discrétion.

Tout ce que je raconte depuis bientôt 9 ans sur mon blog, c'est uniquement des évènements sans importance qui me sont arrivés et qui peuvent ressembler aux histoires de chacun, donc elles peuvent s'exposer. Surtout ne pas y voir du déballage. Les parties de ma vie qui sont plus intimes et qui pourraient porter à conséquence, je les garde dans mon jardin secret. Croyez-moi, j'ai un jardin secret de plusieurs hectares que je cultive secrètement ; même dans certains coins, j'y laisse pousser les mauvaises herbes.

 

mon-jardin-secret-7629

 

Cette année, ce n'est pas une année comme les autres. Depuis la fin de l'hiver, j'ai beaucoup moins d'énergie, moins d'envies. Comme je le laisse entendre dans un de mes billets précédents, je cherche mes priorités. Petit mari, qui habituellement est déjà au jardin, il vient seulement de commencer en douceur,  il traîne quand je lui demande une aide. J'envie secrètement "Mab" qui a le même âge que moi et qui n'arrête jamais et le karcher par-ci et l'échelle pour tendre du tissu par là. Enfin, on est tous différent ; certains doivent vieillir plus vite.

Le-mené-de-lénergie-à-revendre-e1314351471662

 Cette semaine, nous sommes allés quand même cueillir des jonquilles au "col de la biche", on ne loupe jamais ce rituel depuis que nous habitons ici ; certainement un reste de mon enfance, quand je ne manquais jamais les premières jonquilles du bois de Mermont à St. Just fin mars, ici elles sont plus tardives à cause de la fonte des neiges en montagne. Nous habitons, une région de moyennes montagnes dans le Bugey/Valromey. Hier en redescendant, vers la maison, je me disais, il faut à tout prix que nous reprenions nos balades. Mais pour cela, il faut que nous nous donnions un coup de pied aux fesses.

jonuilles

Ce n'est pourtant pas la besogne qui me manque. Il y a les armoires à ranger et faire le tri dans les vêtements. Ranger et nettoyer la buanderie. Il y aurait quelques bordures dans le jardin à désherber, il y a de moins en moins de fleurs. Mais, autant je suis pour l'harmonie dans ma maison et toujours en train de changer quelque chose, autant le jardin, ce n'est pas mon truc. Pourtant j'aimerais avoir des fleurs partout, les revues de jardinage sont si jolies ; mais pour cela, il faut sans arrêt faire la guerre aux  mauvaises herbes. Peut-être, faudrait-il prendre un jardinier ? Financièrement il faut faire un choix (toujours cette histoire de choix !) , nous avons opté cette année pour la réfection de la toiture de la grande maison. J'anticipe les travaux, qui deviendront urgents quand nous ne pourrons plus les faire.

toiture ou jardin

J'ai une amie internaute, qui avait mis sur facebook (elle n'a pas de blog) ses inquiétudes à vieillir quand elle a réalisé qu'elle venait de dépasser la septième dizaine, Au début, je trouvais qu'elle exagérait un peu, moi jusqu'à présent je ne me sentais pas vieillir.  Pour Elle, le passage de cette dizaine a été douloureuse, pour moi il m'a fallu plusieurs mois avant de réaliser que depuis cet anniversaire, le temps passe encore plus vite et un mal être s'est installé sans que je m'en rendre compte, mais qui est certainement de la même origine qu'elle. Il devient donc urgent que je réagisse.

vieillir-selon-pivot

Pour Léo ,ce sera certainement ses dernières vacances d'été à la maison (bientôt 18 ans !), nous l'emmenons à Venise et à Florence, pour ne pas qu'il s'ennuie avec des "vieux" nous emmenons également son cousin Maxime, qui lui aussi grandi et devient un petit homme, l'année prochaine ce sera la seconde. La préparation du voyage est terminée, il ne reste qu'à développer les promenades et les visites, mais nous verrons cela sur place. Il était prévue une sortie sur Paris en juin, mais pour des raisons indécises, cette escapade est annulée ou presque.

florence venise paris

Fin juin, mon ami cambodgien revient avec son épouse quelques jours ; mais avant début mai, mon docteur préféré s'arrête aussi quelques jours ici avec sa famille et voudrait bien aller à l'Aiguille du Midi, si le temps le permet. Pas d'autres sorties du territoire français cette année ; il faut refaire le plein. Nous envisageons de retourner en Guadeloupe pour le carnaval 2016. D'ici là, il faut que je programme de nouvelles escapades dans les départements voisins, car j'ai épuré tous les châteaux  et les visites intéressantes aux alentours et dans le Dauphiné. Et comme l'énergie me fait défaut il va falloir que je me motive un peu plus que ça, en plus il faut continuer à alimenter le blog.

 

bun kiribo

 

 

A bientôt, ceux et celles qui me suivent et qui apprécient mes indiscrétions.

Posté par manouedith à 08:28 - - Commentaires [35] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 avril 2015

Les enfants adultes de notre moitié !

Il y a un sujet dont on ne parle pas souvent. Les enfants adultes de notre douce moitié ? Et je vais en parler uniquement en tant que femme. 

1

 Je pense que contrairement à ce que nous pouvons penser, c'est certainement plus simple avec de jeunes enfants. On s'habitue à eux, ils s'intégrent facilement dans les nouveaux couples et  deviennent amis avec les enfants de l'autre. Je l'ai constaté plusieurs fois dans notre famille. Souvent quand nous recevons une famille recomposée avec de jeunes enfants, tout semble bien se dérouler, les enfants jouent ensemble, quand ils parlent entre eux : ils disent "les parents". Quand on voit une série à la télé sur ce sujet ça semble presque parfait ! 

5 transmettre nos valeurs

 En revanche, quand on refait sa vie à un certain âge, avec les enfants adultes de notre compagnon, ce n'est pas pareil.

 

famille adulte

Nous n'y pensons pas tout de suite, nous les femmes et avec notre grand coeur pour certaines, nous fonçons tête baissée pour ne pas faire de différences avec les nôtres. Nous amenons nos habitudes, nos cultures, notre éducation et plus parfois, sans penser  qu'elles peuvent passer pour obsolètes ou ringardes, les enfants de l'autre souvent, n'ont pas du tout été éduqués de la même façon. Et les critiques commencent à pleuvoir derrière notre dos.

4

 Je le dis souvent, l'éducation est primordiale, elle ressort toute notre vie. Quand on a été élevée dans une famille avec des barrières et que l'on nous a inculqué les valeurs essentielles , on essaie de les transmettre à nos enfants.  En revanche quand cela n'a pas été le cas chez l'autre,  tôt ou tard, ça pose problème.

12

Au début, nous ne comprenons pas trop pourquoi ,ce que nous essayons de partager avec eux, semble déranger, vite on se rend compte que derrière notre dos, ils nous jugent de prétentieuse, pour eux, nous faisons des chichis et croyez moi cela nous fait de la peine. On essaie d'en parler avec leur papa et là, on s'entend dire : ça viendra, ils sont jaloux, il faut qu'il s'habitue à toi ! On oublie seulement que l'on sera toujours l'autre.

 6 apprendre-comprendre-transmettre-francoise-giroud

 Sauf que cela ne change pas, d'un côté, ils ne nous comprennent toujours pas et pour cause nos bases ne sont pas les mêmes qu'eux, de l'autre, notre patience, nos illusions, notre envie de bien faire s'effritent et au bout d'un certain nombre d'années on se pose des questions.

 7se poser des questions

 Souvent, les enfants adultes, oublient que l'un des deux n'est pas leur parent et qu'il est normal que  le nouveau couple n'agisse pas de la même façon que si leur papa et leur maman étaient restés ensemble. Je vous assure ce n'est pas facile à vivre et quand j'en parle à d'autre femmes de mon âge qui vivent la même chose, je me rends compte que je ne suis pas la seule. Si vous habitez dans la maison de votre douce moitié, il arrive que sans s'en rendre compte ils vous font savoir qu'ils sont encore chez eux, normal puisqu'ils y ont été élevés, mais vous du coup, vous vous sentez étrangère dans cette nouvelle maison sans compter que l'ombre de l'autre y plane  encore.

3 la-difference-d-age-ideale-dans-le-couple-est

 Plus les années passent, surtout après la septième dizaine,  plus nous nous rendons compte que l'échéance se rapproche de plus en plus vite et nous essayons de rectifier le tire et de changer nos priorités. Nous avons eu l'opportunité de saisir notre  chance en vivant notre dernière histoire d'amour, alors si on à la chance d'être heureux avec cette douce moitié, profitons aux maximum de lui ou d'elle et gardons notre rôle de parents en les aimant en les aidant ponctuellement quand on peut pour des occasions bien précises, recevons les, quand nous avons envie, c'est tellement agréable les réunions de famille mais, ne leur donnons plus la priorité. Nos enfants ont leur vie ;  à eux, d'en faire ce qu'ils veulent d'autant plus que eux ils n'apprécieraient certainement pas que nous nous occupions de la leur.

 

8 5770961-Happy-couple-de-personnes-g-es-dans-l-amour-Isol-sur-fond-blanc-Banque-d'images

A une époque, j'ai lu certains des livres de l'ancienne Comtesse de Paris, elle prônait les unions entre gens de la même société. Dans son monde, on organisait des rallyes pour se faire rencontrer des jeunes gens de la même condition sociale. Certains diront c'était "prout prout", oui c'est vrai mais après tout cela avait du bon pour certaines choses. Quand on a la même éducation et que les valeurs que l'on nous a inculquées pendant nos enfances sont les mêmes, ça s'implifie certainement.

10 comtesse de paris 2

 Maintenant, nous sommes dans un monde de mondialisation, la société a changé,  on voyage et nous rencontrons des gens différents oui c'est vrai, mais quand même gardons au fond de nous notre personnalité qui a été forgée dans notre enfance. Avant de juger les autres et leur imposer quoi que ce soit, réfléchissons et posons nous la question : Pourquoi il ou elle est comme cela ? Ce n'est pas parce que nous n'avons pas été élevés de la même façon que nous sommes moins bien ou mieux qu'eux, essayons plutôt de nous comprendre et de nous adapter aux autres et ne pas refuser ce qu'ils nous proposent ; avoir de l'ambition et vouloir s'élever ne peut que nous enrichir. Et n'ayons pas cette phrase assasine qui ne veut rien dire : " ça, ce n'est pas pour moi" !

9 vivre ensemble

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 avril 2015

Un éloignement bénéfique

 

Après 8 jours de réflexion, tout semble rentrer dans l'ordre.

02

Huit jours se sont écoulés, chacun de notre côté. Les bienfaits s’il y en a, se vérifieront à la prochaine décision à prendre pour « le problème » ????, ce dernier n’est pas simple à résoudre. Nous ne sommes pas maître de la vie des autres, en revanche, nous sommes maître de la nôtre et nous avons le droit d’accepter ou de refuser. Moi, si j’avais été dans la même situation, mon choix aurait été celui de privilégier ma moitié, car c’est lui qui terminera sa vie avec moi. Je ne suis pas rancunière heureusement, mais j’avoue quand même qu’il me reste un goût amer dans la bouche.

01

Je remercie toutes celles qui m’ont laissé un commentaire de gentillesse. Je vous rassure notre couple n’est pas en danger ; à mon âge je sais reconnaître les choses importantes, je suis impulsive parfois, mais pas débile. Je suis consciente que ce n’est pas à l’approche de la septième dizaine qu’on change. Et je l'aime.

03

J’ai eu également un commentaire très méchant d’une certaine « Bibi » aux délicieuses fautes d’orthographe étudiées. « Caractaire – préfaire » ne pas savoir écrire ces deux mots c’est étrange. « Pour la peine,  Bibi copier 100 fois caractère et préfère ». Je voulais lui répondre gentiment  par e-mail  avec l’adresse jointe, manque de chance l’adresse était bidon puisque mon e-mail m’est revenu comme erroné. Malgré son anonymat ces deux délicieuses fautes me font penser à quelqu’un. Pas grave, moi quand je dois assumer, j’assume. J’ai une sainte horreur des « lâches » qui se cachent derrière leur écran ; j’ai donc retiré ce com. inutile et malfaisant.

002

 La solitude à deux !

 Pour moi, l’expérience que j’appréhendais beaucoup s’est bien déroulée. Bien sûr le manque de petit mari s’est fait sentir tout au long de la semaine et même parfois j’avais l’impression qu’il était à côté de moi, je me suis surprise à vouloir commencer une phrase qui lui était adressée  et de m’arrêter net. Il y a eu des moments plus difficiles  comme le soir devant la télévision, sa main, son épaule me manquaient. La place dans le lit était trop grande, mais j’ai assumé ce que j’avais décidé.   En revanche, le soir je n’étais pas très rassurée car j’étais seule dans l’immeuble et à plusieurs reprises, j’ai entendu des bruits dans le hall d’entrée. Personne ne savait que j’étais au premier étage.

 

04

 

Vendredi soir, dès que la voiture s’est éloignée, tout de suite je me suis dit : Edith, positive au maximum et rejette les idées tristes ou noires loin de toi. Alors, je peux vous dire c’est une gymnastique cérébrale pas simple du tout, mais ça occupe. Allongée sur la banquette j’ai commencé par terminer un livre, j’ai lu ma revue hebdomadaire en long en large et en travers. J’ai grignoté devant la télévision et j’ai savouré deux films que j’ai bien aimés ; comme à mon habitude, je me suis couchée après minuit, j’ai pris exceptionnellement un cachet pour dormir car j’avais peur de ruminer et je me suis réveillée à la même heure qu’à la maison.

 09

 

 

 

Quand nous rentrons après notre séjour d’hiver, je fais suspendre la ligne téléphonique et Internet,  je ne peux la faire remettre qu’après deux mois d’absence je n’avais donc pas Internet, je n’avais  que mon téléphone portable qui me permettait de relever ma boite mail, mais pas question d’en faire plus, je n’aime pas consulter autre chose avec un écran miniature ; donc le sevrage était efficace aussi de ce côté-là.

07

Il a fait un temps superbe, je ne voyais pas l’intérêt de descendre, je l’ai fait une fois et je n’ai croisé que très peu de personnes dans tout le village, les magasins  sont fermés, les propriétaires rangent dans leur boutique. Au pied des pistes, les employés municipaux s’activent autour des remontées mécaniques pour mettre tous les engins en sommeil. J’ai quand même rencontré deux jeunes, skis aux pieds remonter la grande descente qui part du front de neige, car il y a encore de la neige sur cette piste, sinon tout fond autour de nous. Sur les pistes de ski de fond, l’herbe réapparaît et les premiers crocus font le bonheur des chevaux et des poneys du Ranch de l’Ancolie. J’ai donc préféré lire sur mon balcon, écoutez le silence, les oiseaux et respirer la nature qui s’éveille.

012

Mes filles et mes amies m’ont téléphoné et cela m’a fait un grand plaisir. Petit mari et moi nous nous somme téléphonés, je m’aperçois qu’à la maison tout semble s’être passé comme si de rien n’était, je ne suis pas convaincue que cet éloignement serve pour la prochaine fois. J’espérais certainement beaucoup trop, mais effectivement « il ne sait pas faire ». Aucune décision concrète ne semble ressortir de cette semaine particulière qui risque de se renouveler, mais je pense que là, je serai moins indulgente.

013

Et la confirmation de mes doutes est arrivée jeudi soir vraiment « il ne sait pas faire ».  Une fois de plus,  à cause d’un nouveau Oui au lieu d’un Non, j’ai failli rester une journée et une nuit de plus.

010

 En attendant moi, je me suis effacée, face à moi-même,  j’ai beaucoup réfléchi et je pense que la prochaine fois, je serai plus ferme et mon choix sera certainement différent. Je ne veux pas avoir à assumer ce que je ne souhaite pas ; il y va de ma tranquillité et de ma liberté ; je ne suis pas dupe, des mensonges et des mauvaises fois, je les repère tout de suite ; je suis comme St Thomas, je ne crois que ce que je vois. Contrairement à petit mari, il n’est pas facile de m’embobiner quand je ne le veux pas.

08

Conclusion :

Rien de tel qu’un éloignement dans certaines circonstances pour réfléchir, on y voit plus clair et on remet ses propres pendules à l’heure. Même si un seul des deux y retire un bienfait. Tout le monde devrait avoir l’opportunité en cas de besoin de s’éloigner, je pense que cela éviterait beaucoup de divorces. Le retour est beaucoup mieux apprécié. Si je n’avais pas eu d’endroit où aller, je me serais réfugiée dans une abbaye ouverte aux personnes qui veulent se retrouver. Pourquoi une Abbaye ? Allez-vous me dire. Simplement parce que Tous ces endroits religieux que je connais bien de par mon enfance, sont accueillants et ce sont toujours des lieux calme, avec de beaux jardins et un bel environnement paisible.

Pour petit mari, il n'a pas eu le temps de trop s'ennuyer il avait à faire. Lui seul peu dire ce qu'il en a tiré. En attendant il est venu me rechercher avec 7 roses à la main, le nombre de jours ou nous avons été séparés. Donc......

 

65

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 09:52 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , ,