18 septembre 2015

Un été en demi teinte - 3 - FLORENCE

Nous ne connaissions pas du tout Florence. Pour préparer un circuit ce n'est pas facile. Après Bologne, nous sommes rentrés en Toscane et nous avons retrouvé de jolis paysages, qui nous ont réconcilié avec la campagne italienne.

33

La voiture déposée au parking de la gare, muni d'un plan, nous avons décidé de tout faire à pied, le centre historique n'est pas trop éloigné. En revanche, nous ne nous attendions pas à la chaleur étouffante de la ville. Ce jour là, le thermomètre oscille entre 40 et 42 degrés. Je peux vous dire que nous avons souffert.

19

Notre première visite est justement à côté de la gare. Ce sera la Basilica di Santa Maria Novella. Bon, c'est vrai encore une église, pour les garçons ce n'est pas trop à leur goût, mais ceci étant, l'Italie ne serait pas l'Italie sans ses édifices religieux.

30

1

2

3

4

14

L'intérieur de l'église est très joli, tout comme les salles qui débouchent tout au long du cloître.

17

21

22

23

24

26

28

6

A côté de la basilique, il y a une pharmacie-parfumerie, unique au monde, en activité depuis 1612. Là aussi, l'intérêt a été moyen. Pourtant, les plantes médicinales qui nous entourent sont plutôt agréables et sentent bon, les lieux sont de toute beauté. Maxime a pris quelques photos. 

31

32

Florence étant la patrie des Médicis et le berceau de la Renaissance, je comptais bien les emmener visiter les somptueux appartements des Médicis : Le Salone dei Cinquecento pour parler français : Le salon des cinq sens. Je sais que Maxime aurait apprécié ; nous n'avons pas eu de chance, c'était fermé. A Florence, j'ai remarqué les monuments ne sont pas tous fermés en même temps. En France en général c'est le mardi la fermeture hebdomadaire des lieux d'histoire. J'avoue une belle déception.

34

35

37

39

Nous avons traversé la Piazza Storri, très beau palais du XVème siècle doté d'une belle cour intérieure où tout Florence semble se donner rendez-vous, surtout les jeunes florentins.

36

38

40

Petit mari voulait visiter quelques salles du Palais des Offices, mais les jeunes n'ont pas voulu faire la queue. Nous nous sommes dirigés vers le Ponte Vecchio qui enjambe l'Arno ; une curiosité, ce pont est habité comme devait l'être à Paris le Pont Neuf.

42

43

Pour terminer cet après-midi chargé, nous avions encore le Duomo et sa gigantesque cathédrale Sans Maria del Fiore. On reste bouche bée devant le célèbre Dôme de tuiles rouges, le campanile gracieux et l'époustouflante façade en marbre rose, blanc et vert. J'avais très envie de grimper les 463 marches de pierre pour accéder à la coupoule, là aussi le jeudi il n'était pas accessible et pour visiter la basilique à 16h30, il y avait une queue en plein soleil qui faisait le tour de l'édifice. Nous nous sommes pas sentis le courage d'attendre sous le soleil.

49

50

51

52

Pendant toute notre balade sous la chaleur, plusieurs fois nous sommes rentrés dans des magasins climatisés. Devant moi, à deux reprises, j'ai vu des dames de mon âge s'écrouler. Nous nous sommes promis de revenir en préparant mieux notre parcours et surtout en y allant que tous les deux, au printemps de préférence. Je dirai en toute hônneté que Florence me laisse sur ma faim.

48

Posté par manouedith à 20:55 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :


11 septembre 2015

Un été en demi teinte - 2 - VENISE

Pour nous, Venise c'est la quatrième fois que nous y venons. Comme je l'ai dit la dernière fois. Elle est unique au monde et  dégage une ambiance et un charme exceptionnels. C'est impossible d'y rester indifférent.

8

Notre ferme au milieu des poires, est à une heure de la Sérénissime. J'ai tout organisé avec soin. Une fois déposée notre voiture au parking San Marco pour la journée. A nous le vaporetto pour rejoindre la Plazza San Marco et de là, le principal sera fait à pied. Deux jours sont consacrés à la visite de ce merveilleux endroit. Alors, allons-y.  

1

Pour le premier jour, il faut s'imprégner de la ville et des principaux endroits pour déborder ensuite, sur les petites rues plus calmes aux merveilleuses places cachées et aux restaurants loin de la foule de touristes. En un mot, goûter, déguster, l'endroit inoubliable que cette ville représente.

2

3

4

5

Enfin, nous allons pouvoir leur faire admirer pendant 20 minutes avant San Marco, les façades des palais tous plus jolis les uns des autres de part et d'autre du grand canal. Pour cela, nous avons pris d'assaut les premières places collées au bastingage. Marc tout content de leur expliquer en quelques mots l'histoire de Venise. Oui, mais ! c'était sans compter que sur le vaporetto on capte Internet. Le plus accroc c'est Léo. Maxime beaucoup moins, car je lui ai confié un appareil photos.

9

10

11

12

Je suis un peu déçue, j'ose une petite phrase du genre : "Léo, le paysage c'est devant ; regardes comme c'est joli. Je suis vite remise à ma place. Il prend quelques photos avec son compagnon inséparable, mais aussitôt il s'amuse à rectifier la prise de vue (plus foncé, plus clair, une couleur plus adéquate etc..) et passe à côté de plein de choses. Le Rialto, pas plus d'intérêt, bon pour l'excuser dirons-nous qu'en ce moment il est emmailloté. Aucun intérêt non plus pour le va et vient incessant sur le grand canal, puisque tout se fait en bateau, c'est pourtant saisissant Venise, n'est pas une ville normale. 

22

Il y a même parfois des choses vraiment insolite. Regardez, ce qu´ose faire le profit de l'argent. Ceci dit, un jour j'étais dans un bateau du même genre mais beaucoup plus petit et je peux dire que l'entrée dans Venise restera à mes yeux un des plus beaux souvenirs de ma vie, je l'avoue humblement au détriment de la lagune. Ce jour là, il y en avait 5 identiques qui étaient amarrés dans le port, soit : près de 20.000  touristes pour la journée !!!

15

16

Mes garçons apprécient néanmoins les ruelles, les enseignes, les places, la place San Marco enfin presque terminée dans sa réfection, c'est la première fois que nous  la voyons sans échafaudage. Mais impossible de les faire aller visiter la Basilique, trop de personnes font la queue en plein soleil, la visite sera pour le second jour. Et pour le palais des doges c'est pareil. Quel dommage ! Mais étant donné l'intérêt moyen, nous zapperons le Palais des Doges.

18

19

A notre retour deux jours plus tard, le programme doit nous emmener à Murano et Burano ; mais nous avons décidé de commencer par la Basilique San Marco ; la queue est beaucoup moins importante que le premier jour. Il faut dire qu'il n'y a qu'un seul bateau au port. On ne peut pas venir à Venise sans visiter la basilique San Marco. Les explications à l'intérieur sont écoutées d'une oreille distraite ; pourtant petit mari, s'évertue à guider leur attention sur les mosaïques qui recouvrent les murs intérieurs.

20

21

27

Pendant les deux jours, nous avons voulu aussi leur faire découvrir des endroits plus conventionnels comme un petit restaurant dans une ruelle près du Rialto, connu et réservé souvent aux gondoliers. Chaque après-midi, nous réservons une halte gourmande. Nous avons voulu leur montrer, que nous pouvions rentrer et nous installer confortablement dans un palace ; à défaut de s'y arrêter pour y dormir, car évidemment le "Daniéli" n'est pas dans nos moyens. Je vous le donne en mille ; la réflexion de Léo : "oh ! zut, on ne peut pas se connecter, il faut rentrer le numéro de sa chambre.

 

29

 Le deuxième jour, nous les emmènerons goûter au Florian. Un monument de l'élégance de la Belle Epoque. Où tout le monde aime y rentrer en  partie pour son décor et pour écouter de la musique classique, oui c'est vrai, ce n'est pas celle de nos jeunes, mais il faut s'imprégner de tout dans la vie. Cet endroit fait partie des incontournables de Venise. Du reste nous n'étions pas les seuls à y avoir emmené des jeunes.

23

 Ben oui ! mais voilà. L'intérêt principal de cette journée, c'était de faire les boutiques pour touristes afin de ramener des bricoles aux parents et aux amis. A Burano, l'artisanat de la dentelle complétera les masques en plastique et à Murano la verrerie. Ces expéditions "souvenirs" ne sont pas notre  tasse de thé. A la fin de la journée, nous n'en pouvions plus, nous leur avons donné rendez-vous au pied du campanile à une heure donnée et ces deux jeunes hommes ont pu arpenter Venise et ses boutiques comme ils ont voulu. Nous sommes même arrivés en retard au rendez-vous car petit mari avait oublié de nous faire descendre à San Marco, nous nous sommes retrouvés en face et obligés d'attentre un autre vaporetto.

28

En fin d'après-midi, les couleurs sont encore plus jolies sur les monuments. 

 

Je vous assure, nos hanches toutes neuves ont bien été testées. Pour des kilomètres à pied, nous sommes encore aptes et la marche ne nous fait pas peur.

24

A suivre.....

 

Pendant que vous continuerez à lire "Mon été en demi teinte", je serai, au fil de l'eau avec :

 

0 stéphane bern Croisière Secret de Rois et de Reines

 

Stéphane Bern

Le Prince Charles Louis d'Orléans Duc d'Anjou

Jean Christian Petitfils

Isabelle Rivière. 

et nous dégusterons les Secrets des Rois et des Reines.

Je vous raconterai......

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 septembre 2015

Un été en demi-teinte - 1 -

Hier, j'ai eu un an de plus ! Et je reviens parmi vous.

 Les déceptions de l'été, ajoutées à celles du début du printemps. N'ont fait que consolider mes intentions.

 

3

 

Depuis plusieurs mois, je prépare le voyage en Italie. Un jour, Léo m'a dit : J'aimerais aller en Italie. Cette année pour lui, c'était la dernière année de vacances à la maison. A 18 ans, comme tous les jeunes, il a l'envie de faire des petits boulots, afin de garder une certaine indépendance, je comprends, mais pour cela il va falloir qu'il mûrisse drôlement et qu'il fasse ses premières expériences.

5

Nous habitons à environ 600 kilomètres de Venise, c'est donc la porte presqu'à côté. J'ai pensé que Venise et Florence pourraient leur apporter le goût des jolis endroits. Venise, l'inoubliable. Personne ne peut rester insensible à son charme. Il y a aussi les petites îles de la lagune comme Murano et Burano, si différentes l'une de l'autre. 

13

 

Afin qu'il ne s'ennuie pas trop tout seul avec nous, nous emmenons avec lui son cousin "Maxime". Maxime est un jeune homme, joyeux de presque 15 ans, il vient d'avoir son brevet, il est fier de ce premier examen et de passer en seconde. Léo, si tout va bien à la rentrée sera en terminale, à lui le Bac à la fin de l'année scolaire.

6

Le monde s'ouvre à eux, il est légitime qu'ils veuillent aller voir ailleurs comment c'est. C'est toujours mieux chez nos voisins. Alors, allons y voir. En étudiant mon programme, j'ai pensé qu'une location dans un gîte entre Venise et Florence ferait l'affaire. Je voulais un endroit sympa et surtout avec une connection wifi. Les garçons y tenaient. J'étais loin de penser que ce serait l'élément essentiel du voyage.

La ferme de Ferrare2

C'est donc dans la vallée du Pô, au milieu de nulle part, seuls parmi les champs de poires, que nous déposons nos valises ; pas très loin de Ferrare. Un endroit calme, agrémenté par le chant des cigales, mais aussi par les moustiques le soir. Une ferme simple et agréable. La vallée du Pô regorge d'eau partout : ruisseaux, rivières, trous d'eau et marécages. C'est une campagne un peu triste, pas très jolie ; parsemée de vieilles fermes abandonnées, délabrées même et se détériorant de plus en plus.

11

En revanche, Ferrare est une ville d'art, avec une histoire complexe mais riche en évènements. C'est le berceau de la famille d'Este. Le centre urbain est le coeur de la vie politique commerciale et religieuse de la cité. Tout est réuni au centre ville. La majestueuse cathédrale Saint Georges patron de la ville, consacrée en 1135. Le campanile à l'opposé de la place, est structuré sur une large base carrée subdivisée en 4 blocs séparés par des corniches et fut édifié entre 1451 et 1596.

1

 En face de la cathédrale St. Georges près du dôme, s'élève l'hôtel de ville que les ducs d'Este occupèrent lors des luttes sanguinaires entre les guelfes et les gibelins. Mais le monument le plus visible à quelques pas du centre, reste quand même le château d'Este, édifié à partir de septembre 1385. Il est entouré d'un large fossé et protégé par quatre tours angulaires.

 

12

 

Nous visiterons le château d'Este aux couleurs ocre flamboyantes, comme la plus part des demeures de la ville, nous retiendrons la visite des sous-terrrain en brique ; nous avons été impressionnés par la salle des tortures et le donjon. Sinon, très peu de meubles dans les pièces nobles ; mais en revanche de jolis plafonds recouverts de peintures très belles mais parsemées de petits papiers collants signifiant partout les endroits de restauration. J'avoue très handicapant pour prendre des photos.

0 ferrare chateau

Un endroit particulier et très agréable : "La loge des Oranges" appelée également "La loge de la Duchesse" et qui mérite que l'on s'y arrête pour observer les jolis orangers aménagés en jardin terrasse au splendide panorama sur le centre urbain. Mais pour nos jeunes, enfin ! un endroit attrayant pour capter Internet.

0 ferrare la loge des oranges 2

4

Il ressortira de cette première visite un intérêt moyen pour tous. Mais pour nous, surtout une petite frustration de ne pas avoir au moins des audioguides en français ou des explications dans notre langue. Pour ma part, je ne lis pas et ne comprends par l'anglais. Dans tous les pays frontaliers à la France en principe il y a des explications en français. En italie, dans aucune des villes que j'ai traversées je n'ai rencontré d'explications en français.

0 ferrare chateau 2

Nous reviendrons visiter le centre ville de Ferrare avant notre départ, car il mérite que nous nous y intéressions. Mais sans nos jeunes que cela n'intéresse pas outre mesure. Pour eux, le plus important, c'est quand même de rentrer à la ferme pour se plonger dans leurs jeux informatiques. Manque de chance, plus les jours avancent, moins la wifi est opérationnelle, jusqu'à ne plus pouvoir relever nos boites mails. Pour moi, cela ne me dérange pas du tout. 

2

Rendez-vous la semaine prochaine, pour de nouvelles aventures enrichissantes pour certains et beaucoup moins pour d'autres.....

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 juillet 2015

Blog en pause indéterminée

 

 

0

 

Blog en pause indéterminée.

                    

J'ai des principes, j'ai des valeurs et je  me reconnais de moins en moins dans le monde qui m'entoure, trop de personnes dans mon entourage me déçoivent, il n'y a plus de générosité du coeur, plus de reconnaissance tout est calculé, le monde devient de plus en plus médiocre et quand on ose dire que l'on ne comprend pas, on passe pour des arriérés, des ringards, des naïfs, on interprête tout à sa sauce sans réfléchir sans essayer de comprendre, on ne respecte rien et personne. On tire des traits, on efface.....

Priorité au monde de consommation. Si vous ne comprenez pas et que vous n'êtes pas dans le moule vous n'intéressez personne

 

J'ai donc besoin d'avaler plusieurs couleuvres.

Je reviendrai un jour, car j'aime trop écrire, mais là, la coupe est pleine.

 

Pour être heureux :

Ne rien voir, ne rien entendre et surtout ne rien dire.

Et  renier ses principes et ses valeurs ? Non, ça je ne peux pas.

RETOUR VENDREDI 4 SEPTEMBRE 2015

Posté par manouedith à 05:38 - - Commentaires [51] - Permalien [#]
Tags : ,

10 juillet 2015

Une mini semaine cambodgienne

Vous le savez, j'ai beaucoup voyagé. Des circuits, des croisières dans le monde entier. J'aime surtout connaître les gens, me rapprocher le plus de leur culture et de leur façon de vivre. A chaque fois que le guide français qui nous prend en charge, me plaît, je sympathise avec lui. A la fin du voyage j'échange mon adresse avec la sienne et je l'invite à venir en France en lui promettant de lui faire partager ma région. C'est le troisième que je reçois chez moi.

5a

Bun, je l'ai rencontré au Cambodge en 1998, lors d'un voyage au Viet-Nam, nous avions choisi l'extansion de trois jours au Cambodge. A la fin de ces trois jours, je lui ai dit : Voici notre adresse, je t'invite en France quand tu voudras et je te ferai connaître ma région comme tu nous a fait connaître ton pays. J'avais été très émue par tout ce qu'il nous avait raconté sur l'horrible guerre que son pays a traversé entre 1975 et 1979 et dont il lui reste d'affreuses blessures à une de ses jambes. Ce pays sous le régime de Pol Pot a subit l'un des plus importants génocide du XXème siècle. En le quittant j'ai rajouté. Ton pays s'ouvre au tourisme, tu vas avoir l'occasion de côtoyer beaucoup de francophones , fais comme moi avec ceux que tu sympathiseras échange ton adresse et garde le contact, ainsi tu n'auras que ton billet à acheter et tous te feront connaître leur région.

11

 C'est exactement ce qu'il a fait les années suivantes et il est venu chez moi la première fois en 2011 avec son épouse, il a sélectionné 9 familles dans la France entière. En 2010, il était venu une première fois seul, mais il n'avait pas pu me joindre, Cette année, il m'a téléphoné en février en me demandant si je pouvais le recevoir une seconde fois avec   Kiribo. Il devait se rendre dans 17 familles dont 2 en Suisse. Aucun problème, nous étions ravis de les revoir. Son passage était prévu pour les 23/24/25/26 juin ; il faut dire que cela faisait déjà un mois qu'ils étaient en France. 

21

Kiribo est une jeune femme, très agréable, toujours souriante, et acceptant de tout manger ce que nous lui propons, bien loin de sa cuisine cambodgienne. Toujours la première à partager nos tâches ménagères. Dans son pays, elle est génycoloque dans un hôpital. Savez-vous combien gagne une gynécologue au Cambodge ? Vous n'allez pas en revenir. Pour un mois : 80 euros. Oui, vous avez bien lu.

6

Ils sont arrivés en début d'après-midi à Lyon, ils venaient de Bordeaux, après avoir visité la Normandie, la Bretagne, Poitiers, Limoges. Le but leur faire connaître la France et nous commencerons par un des plus jolis villages français de notre région : "Pérouges". Tout ce qui est proche de chez nous, ils l'avaient fait en 2011. Premier dîner en famille et comme à chaque fois, une très jolie table, simple mais chic, avec le petit plus qui me caractérise.

22

 Le programme a été recherché, j'ai voulu continué le moyen-âge, avec les Hospices de Beaune, un hôpital pour un médecin c'est une bonne idée. Ils n'en revenaient pas qu'il pouvait y avoir un hôpital comme celui-ci au XVème siècle. Pour mieux comprendre, nous avions pris un audiophone et Bun expliquait à Kiribo. Je voulais leur faire vivre également, une journée comme nous les vivons quand nous allons visiter un endroit un peu plus loin de chez nous. Nous sommes partis vers 9 heures et nous avions emmené le pique-nique. Vers 11h30, nous avons commencé à chercher un endroit sympathique pour installer notre table. L'endroit rêvé du côté de Pommard sur une bute à l'ombre avec une vue imprenable sur les vignes à perte de vue. 

17

 

18

Le lendemain, j'ai pensé à des grottes. Par chez nous, il y en a beaucoup, sauf que fin juin, elles ne sont pas encore toutes ouvertes. Donc nous avons été un peu plus loin dans l'Isère, découvrir avec eux celles de Choranche en plein milieu du Vercors. Déjà, ils ont commencé à être émerveillés par la route accrochée à la montagne et les paysages de toute beauté. Rarement je n'ai visité de si jolies grottes. Mais suivez-nous.

12

13

14

Nous avions aussi emporté le pique-nique et nous avons découvert un endroit tout aussi bucolique que la veille. Au bord de la Bourne.

10

L'hiver dernier, Bun a reçu pour la seconde fois, un groupe de la Banque Populaire de Chambéry, il a voulu découvrir Chambéry. Il aime parler maintenant de la France qu'il "connaît" comme il dit avec ses touristes. Pour lui, dans ses argumentaires il peut comparer. Personnellement, j'aime beaucoup le vieux Chambéry appelé aussi "La cité des Ducs", une ville moyenne aux influences italiennes, avec un centre piétonnier fort agréable ou l'on trouve de belles traboules, pour ceux et celles qui ne connaissent pas la région, les traboules, sont des passages piétons à travers des cours d'immeubles qui permettent de se rendre d'une rue à une autre. On les trouve surtout à Lyon et dans une dizaine d'autres  villes.

 

15

 

La dernière matinée a été consacrée au repos dans le jardin, car les jours précédents, nous n'avions pas chômés. Comme nous habitons pas très loin de Genève, nous avons décidé de conduire Bun et Kiribo, chez Martine une Suisse qui habite au bord du lac léman. En 2011, nous les avions emmené à Genève, ils allaient certainement découvrir d'autres endroits avec Martine et la famille suivante. Ensuite, ils reprendront le train jusqu'à Lille et termineront leur périple français à Sèvres, avant de reprendre l'avion pour leur pays.

 

20

Nous avons été très contents de faire connaissance avec Martine. Notre tour étant terminé, nous lui avons donc passé le flambeau Elle allait leur faire découvrir "Gruyère" et sa région. Les paysages de la Suisse, comme nous nous les imaginons. Et surprise au lieu de prendre le train jusque Lille, elle a eu l'idée de leur faire découvrir le  co voiturage, un mode de transport qui ne revient pas cher et qui se développe de plus en plus. Nous mêmes avons déjà testé cette nouveauté du XXIème siècle en prenant plusieurs fois des voyageurs d'un point à un autre sur nos trajets. C'est une nouvelle façon de voyager agréablement, d'autant plus que la personne qui les a pris en charge, habitait un village à côté de celui de Martine.

9

Voici, petit mari façon cambodgienne avec son Krama, il se joint à moi pour vous dire à bientôt, certainement avec quelques jours de retard par rapport à notre rendez-vous du vendredi.

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , ,


03 juillet 2015

Château de Drée en Saône et Loire

Continuons nos visites de châteaux, même si mon audience descend quand je vous parle d'histoire de notre patrimoine ou de culture ; ce sont des sujets beaucoup moins porteur que la vie privée ou mes instants de vie que je vous confie. Mais cela ne fait rien. j'aime, préparer ces sujets ils enrichissent ma culture personnelle, m'éloignent de la morosité du monde dans lequel nous vivons et je peux laisser déborder ma passion pour la photographie.

0

82

 Parmi les champs et les prés bourguignons, au milieu de nulle part, soudain vous apparaît cette magnifique bâtisse du XVIIème siècle en forme de U, précédée de jolis jardins à la française. En face des grilles du château avant de rentrer dans l'enceinte, se trouve d'un côté le colombier et de l'autre la tour des prisons, deux imposantes constructions. Du côté parc, la façade, dépourvue d'ailes et seulement cantonnée de pavillons, se fait plus dépouillée.

 

chateau de Drée 21

colombier

Je recommande ce château pour tous ceux et celles qui passent dans le sud de la Bourgogne et qui sont des amoureux de belles demeures, il est majestueux, grandiose on l'appelle même "le Versailles bourguignon". Il se trouve du côté de Mâcon dans le Brionnais et on peut même photographier les intérieurs. 

46

Pour acheter un château à notre époque, il faut être très riche ou alors être passionné d'Art et de Culture comme les trois propriétaires du château de Cormatin, dont je vous ai parlé la semaine dernière. Ou bien être l'héritier d'une grande famille et le restaurer avec ses frères et soeurs, ses enfants, ses neveux et nièces, pour que le patrimoine familial soit conservé et venir y passer tous ensemble les vacances et surtout pour qu'il reste dans la famille. Vous avez également d'autres genre de propriétaires, des fous de châteaux qui y consacrent toutes leurs économies, tout leur temps libre et toute leur vie au gré de leurs rentrées d'argent. A tous, bravo ; quelque soit votre motivation, sans vous, notre patrimoine ne serait pas ce qu'il est et nous ne serions pas la première destination touristique pour nos monuments et notre passé riche en histoire. merci donc à tous ces mécènes, qui nous ouvrent leurs portes pour partager avec nous la culture.

1

Nous devons aujourd'hui, la restauration de ce château à l'une des plus riches dynasties d'industriels français. Si l'on regarde l'arbre généalogique de cette famille on notera qu'à toutes les générations, cette famille a un goût prononcé pour les arts, les collections, les porcelaines et beaucoup d'autres choses. On reconnaît également l'implication de cette famille dans l'économie de la France depuis 500 ans.

3

5

Epargné par la Révolution, le château de Drée sera acquis par la Comtesse de Tournon Simiane, vers 1837, elle y fera effectuer quelques réaménagements. Il sera ensuite transmis par héritage aux CROIX, puis aux CROY. C'est en 1995 que le propriétaire actuel en prend possession ; les meubles avaient été partagés, vendus, il fait donc restaurer ce qui doit l'être, moderniser avec le confort du XXIème siècle la partie privée et le remeubler petit à petit comme il devait être au XVIIème siècle. Il parcourt le monde entier, les antiquaires, les salles des ventes prestigieuses, refait fabriquer des tissus anciens par des soyeux, afin que chaque pièce meublée le soit dans le style de l'époque. Je ne vous donnerai pas le montant total des factures, mais elle est à la hauteur de sa fortune.

6

Autour du château, un parc d'une soixantaine d'hectares permet à tous de découvrir de superbes jardins à la française. Depuis quelques années, il a été replanté plus de 40.000 buis pour redonner aux jardins, l'éclat du XVIIIème siècle.

33

42

Des bassins, entourés d'une jolie roseraie, malheureusement pas encore à son apogée, des fontaines, des jets d'eau et des "putti" de Jean Bologne, donne un aspect très agréable à la roseraie dominant le bocage du Charolais-Brionnais.

 

7

8

9

Encore un bel après-midi et une belle journée bien remplis, la prochaine fois, je pense que je vous conduirai dans les pas de notre cher Lamartine. A bientôt.

96

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : ,

26 juin 2015

L'Escarpin !!!!! Avoir été et ne plus être.

Ce matin, j'ai reçu une superbe paire d'escarpins, comme je les aime. Je n'ai pas su résister ; je sais très bien que je ne les porterai pas et pourtant, c'était un coup de coeur. Vraiment ridicule quand même ! En les essayant, elles ne me font pas mal aux pieds, sauf que mon pied n'est absolument pas maintenu, alors il fout le camp, le meilleur moyen de me faire une entorse. Bon, il faut dire aussi que je n'ai plus du tout l'habitude de porter ce genre de chaussures. Pourtant, le talon n'est pas haut. Après tout, on à le droit de rêver  sur ce que nous avons été et que nous ne sommes plus.

 

escarpins

 

Encore un privilège qui s'en va. On a beau ne pas paraître son âge, les méfaits de la vieillesse sont là. Et vous savez quoi ? Ils s'installent doucement sans que nous nous en rendions compte. Un vrai intrus,  mal élevé. Pour vous les jeunes, qui passez par ici et qui vous dites : on s'en moque, ce n'est pas encore pour demain. Rassurez-vous, c'est seulement pour après-demain, et après-demain c'est presque demain et ça arrive plus vite que vous ne pensez. 

 

Tout commence discrètement au moment de la cinquantaine. La première alerte, elle vous arrive quand votre horloge biologique ne peut plus vous rendre maman et que vous avez l'impression d'être devenue un fruit mort. Presque en même temps et même parfois avant, quand vous lisez, vous vous rapprochez de plus en plus et voilà, les lunettes sont arrivées. Ce n'est pas trop grave, vous jouez les coquettes en cachant cet handicap avec des lentilles. Ceci dit, j'y suis arrivée, une quinzaine d'années, mais moi, en même temps, la vue de loin s'est gâtée. Ensuite quelques difficultés sont apparues, j'ai été obligée de les quitter et  rechausser mes carreaux.

Un jour, de jolis fils d'argent se mêlent à vos beaux cheveux, c'est bizarre cela aussi, mais pour les brunes c'est encore plus visible et souvent plus tôt, pas de chance. Bon, ce n'est pas le plus grave, avec les teintures on fait des miracles. Moi, je me teins les cheveux depuis le jour ou ma mère m'a dit que j'avais les cheveux de la couleur des poux. Donc je ne me suis pas sentie concernée et je n'ai rien vu venir.  

 

 

Si vous avez la malchance d'être d'une famille d'arthrosiques, c'est rare que vous échappiez aux douleurs des mains, des pieds, enfin de toutes les articulations et je peux vous dire, que cela ne s'arrange pas de jour en jour et les remèdes ne font aucun miracle. Vous vous résignez et vous faites avec. Un jour, je ne pourrai plus écrire même à l'ordinateur et j'aurai certainement de plus en plus de mal à marcher, bon je porte des semelles orthopédiques, pas drôle ça non plus. Malgré tout depuis ma dernière visite chez un nouveau podologue, il semblerait qu'il y ait du mieux, je dit bien : il semblerait. Il faut dire que si je suis ressortie à ma première visite avec les semelles, sans avoir à attendre plusieurs jours après la prise d'empreintes, mais, j'ai senti passer la facture, le double de mes anciennes d'il y a 2 ans. 

 

Bon, là, je ne vous ai parlé que des pieds, des mains, des yeux et des douleurs et je ne suis pas encore arrivée aux dents. Jusqu'à présent j'avais de bonnes dents ou presque. Sauf, elles aussi s'usent et elles m' obligent à rendre visite plus souvent à mon arracheur. Et là, catastrophe dès qu'il faut en remplacer vous choisissez soit les dents ou les vacances ! Depuis deux ans entre opérations, lunettes et dents, j'ai fait un trou dans mes économies, qui ne se rebouchera jamais, car comme on s'aime tellement petit mari et moi, on a tout fait à deux.

 

Image du Blog petitemimine.centerblog.net

 

 

 

 dans toute cette histoire c'est quand vous voulez vous agenouiller par terre, vous ne pouvez pas le faire sans réfléchir ; avant je vous conseille de repérer bien autour de vous, l'objet, la chose sur laquelle vous  pourrez vous appuyer pour vous relever et attention pas n'importe quoi, il faut que la chose soit solide et stable. 

 

 

 

 Et je ne vous parle pas des vilaines maladies qui sont au-dessus de votre tête, comme une épée de Damoclès ; mais pour celles-là, heureusement il y en a qui passent à travers, donc espérons qu'elles nous oublierons. Ou qu'elles se feront oublier si par malchance elles vous ont déjà fait un clin d'oeil.

 

Mais celles dont je vous ai parlées, elles n'échappent à personne. Alors, ne vous en faites pas, tout vient à point qui sait attendre. Ne voyez pas face à cette énumération un excès de ma part de pessimisme, mon billet ne se veut qu'humouristique, puisque j'ai la gentillesse de bien vouloir vous prévenir de ce qui vous attend. Alors vous comprendrez mieux peut être mon achat compulsif, il faut savoir entretenir ses rêves.

 

 

 

Je vous assure, gardez le moral, la vie est belle.

A part cela, tout va très bien Madame la Marquise, oui, oui, oui, tout va très bien.

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 juin 2015

La fête des pères.

A tous les papas, aujourd'hui je dis :

BONNE FÊTE

 

NOUVEL APPAREIL 1

Le mien est parti, mon beau-père aussi. Jamais nous ne passions ce jour, sans aller les voir ou alors, leur téléphoner et leur faire envoyer des fleurs, ou leur offrir un petit cadeau. Une question toute bête, pourquoi n'oublient-on jamais la fête des mères ?  A Elles, les privilégiés on envoie des fleurs, on leur fait un petite cadeau, mais rarement aux papas. Je connais des papas qui jamais ne reçoivent une fleur ou autre ce jour là, moi je n'ai pas peur d'offrir une rose à un homme que j'aime.

rose de Renescure

 

En ce moment, les jardins regorgent de  roses, plus jolies les unes des autres. Moi je les préfère à un cadeau, car je n'aime pas l'idée de commercialiser les sentiments.

Alors !

84

Quand nous sommes éloignés les uns des autres, ou pas éloignés du tout.

La mode actuelle c'est, au pire aller un SMS.

C'est moyen dirions-nous !

Un coup de téléphone, quand les kilomètres nous séparent

c'est bien  et c'est mieux que rien.

Résultat de recherche d'images pour

Mais un baiser quand on le peut, c'est beaucoup mieux.

Avant, à la rigueur, on lui choisissait une jolie carte que nous lui adressions par la poste, mais de nos jours ce n'est même plus la peine d'y songer. Pourtant ces cartes étaient conservées précieusement et relues de temps à autre. Quand j'ai vidé le grenier de mes grands-parents, j'en ai retrouvé un carton entier, une vie de cartes postales pour toutes les occasions.

Mes grands-parents, avaient l'habitude d'exposer dans leur salle à manger, les cartes reçues toute l'année, il y avait une vitrine consacrée à ça. C'était même amusant, quand nous arrivions, à chaque fois nous étions curieux d'aller les admirer et les lire, c'était parfois le seul lien que les cousins de Bordeaux gardaient avec eux

IMG_0009

On pense souvent aux sentiments qu'éprouvent les femmes, jamais ceux qu'éprouvent les hommes.

Dans une autre de mes vies, j'ai vu un papa, attendre le jour de la fête des pères le coup de téléphone hypotétique de ses enfants plutôt que d'aller déjeuner avec moi chez mes enfants. Ils habitaient seulement à 25 kilomètres de chez lui. Quand je suis rentrée il pleurait.

Dernièrement, le papa de ma fille partie à lu mon billet d'hommage sur le blog à notre Chrystel, il m'a écrit pour me remercier en me disant qu'à lui aussi Elle manquait et m'a raconté son chagrin, c'est vrai je n'avais pas vu la chose comme ça et c'est là, que j'ai réalisé que trop souvent on oubliait les papas.

Et je ne parle même pas des papas éloignés par une séparation, un divorce, qui jamais ne reçoivent une carte ou un coup de téléphone ce jour là.  

IMG_0004

Alors, aujourd'hui, ne les oubliez pas et ne vous contentez pas d'un SMS. Ils méritent autre chose.

 

Posté par manouedith à 09:07 - Commentaires [11] - Permalien [#]

19 juin 2015

Cluny, son village et son abbaye

Deuxième escapade en Bourgogne du Sud. Comme la semaine précédente nous prenons la route à 9 heures. Le programme doit nous amener pour un premier arrêt le matin à Cluny, joli village médiéval. Il est toujours préférable de se promener dans les rues d'un village le matin quand il ne fait pas trop chaud.

43

Le saviez-vous : Cluny offre en Europe l'une des plus importantes densités de maisons médiévales, principalement romanes, encore sur pieds. Plus de 140 maisons érigées entre le XIème et XIVème siècle sont encore en place, dont une cinquantaine possède tout ou partie du décor de façade.

48

.Pour atteindre l'enceinte de l'Abbaye, depuis le parking à l'extérieur du bourg où se trouve la billetterie, c'est très simple vous suivez toujours ces clous en bronze au sol, représentant l'agneau pascal et sa flèche vous indiquant le sens du parcours, impossible de se tromper et de faire des pas inutiles

00

Avant notre premier arrêt à la Tour des fromages, nous découvrons une rue commerçante où tous les magasins ont une devanture ancienne, refaite dans l'esprit des époques précédentes. Dans l'une d'elle, je n'ai pas résisté à pousser la porte  pour me retrouver dans une librairie un peu particulière, puisqu'elle ne possède que des livres anciens, une remontée dans mon enfance et dans celle de mes grands-parents.

46

47

 En haut de la Tour des fromages. Avant le XVIIIè siècle, elle s'appelait la Tour des Fèves. on découvre le plus beau panorama sur la Cité-Abbaye.

1 b

49

Voici l'entrée historique de l'Abbaye. Les Portes d'Honneur. Sous ses portes sont passés : Saint Louis, l'empereur de Constantinople, Richelieu et bien d'autres. Toujours très émouvant quand vous- mêmes passez en dessous.

0

L'Abbaye fut fondée en 909 ou 910 par le Duc d'Aquitaine et Comte d'Auvergne Guillaume 1er. Elle fut un foyer de réformation de la règle Bénédictine ainsi qu'un centre intellectuel de premier plan au Moyen-Âge classique. Il n'en subsiste aujourd'hui qu'une toute petite partie des bâtiments faisant l'objet de protections au titre des monuments historiques. Dans la partie habitable, se trouve l'école prestigieuse des Arts et Métiers "Paris-Tech ou appelé depuis des générations "les Gad'Zarts", du reste il n'est pas surprenant de les croiser dans les cours avec leur longue blouse grise.

16

IMG_4744

En 1789, l'Abbaye devient bien national. La période révolutionnaire fut fatale à l'ensemble des bâtiments monastiques. et à son église. Il faut quand même se souvenir, que l'Abbatiale a été pendant trois siècles, le plus grand  édifice religieux d'Occident (187 mètres de long), jusqu'à la reconstruction de la basilique Saint Pierre de Rome en 1506.

01

01a

Les révolutionnaires détruisirent le bâtiment qui était en bon état à l'aide de mines dès 1791, en ayant préalablement vendu tapisseries et mobiliers, ainsi que tous les objets de culte. Les archives furent brûlées en 1793 et l'église fut livrée aux pillages. Le domaine fut vendu en 1798 pour 2,14 millions de francs. Le 8 mai 1810, on fit exploser la façade et le grand portail. Ensuite, elle servit de carrière de pierres jusqu'en 1813 pour les maisons du bourg. Il ne reste actuellement que 8% de l'édifice initial.

45

Croyants ou non croyants, pratiquants ou non, on ne peut pas rester indifférents face à de tels évènements qui ont endommagé une partie du patrimoine de l'humanité. Entre 1810 et 1813, certains, ont du s'en mettre plein les poches au détriment des autres. J'ose néanmoins soulever une toute petite chose , tous ces actes révolutionnaires, ont été commis par des FRANCAIS, avec la seule  excuse leur bêtise, leur indifférence et leur ignorance. 

44

Je ne soulignerai jamais assez, que ces évènements n'ont qu'un peu plus de 200 ans. Avant Cluny, était la plus grandiose des églises de son temps. Un patrimoine mondial a été détruit par des imbéciles, tout comme à notre époque les Bouddhas de Bamiyan en Afganistan. Ce qui veut dire que les années passent et que rien ne change et que la race humaine n'est pas toujours belle. Maintenant que l'on diminue de plus en plus l'Histoire de France dans les établissements scolaires, dans une cinquantaine d'années qui se souviendra de cette Abbaye ???? et même de la révolution française ???

IMG_4792

Maintenant refermons la porte de ce bel endroit et allons pique niquer et dirigeons-nous vers  le Château de Drée.

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 juin 2015

La jeunesse fout le camp !

Alternons un peu nos visites châtelaines, tout le monde n'est pas une mordue de belles demeures. Revenons un peu sur des instants de vie, qui ressemblent  à ceux de tout le monde ou presque.

 

Le Bilan

 Toute ma vie a été basée sur « la famille et l’amour » L’amour de mes proches, l’amour pour mes enfants, l’amour pour celui qui partage ma vie. Du reste, j’ai toujours couru après ce sentiment, parfois si difficile à attraper et surtout encore plus difficile à garder.

l-amour-2

  J’ai laissé filer ma jeunesse en donnant beaucoup aux autres, en ne mettant pas toujours les priorités où il fallait. A 20 ans, la mode, les « yéyés » les flirts ne faisaient pas parti de mes pensées, ou alors vraiment très peu. L’important pour moi, c’était de fonder une famille différente de celle que j’avais eu et surtout ne pas reproduire le schéma de maman. Je me suis agrippée à celui qui a bien voulu m’épouser rapidement. Les années ont passé et je me suis rendue compte que c’était une erreur de vouloir sauter des étapes. Avec lui, je n’ai pas été malheureuse, bien au contraire, c’était un gentil garçon, je l’aimais bien mais cela ne suffisait pas. Au bout de 10 ans, nous nous sommes quittés.

  

J’ai toujours été une passionnée en tout. Quand j’entreprends quelque chose, je vais jusqu’au bout. A 30 ans, j’ai rencontré la « folie » avec un jeune homme plus jeune que moi. L’âge n’avait pas d’importance, je n’ai jamais paru le mien et notre différence ne se remarquait pas. J’ai vécu l’amour passionnel, je me suis là aussi agrippée à lui ; mais nous étions si différents. Souvent je me suis posée la question : qu’ai-je aimé en lui ? Son côté provocateur, ou celui de jeune homme de bonne famille ? Avec lui, j’ai évolué dans une famille comme celle que j’aurais aimé avoir. Longtemps, j’ai été fascinée par le couple de son frère, la façon dont ils élevaient leurs enfants. J’aurais tellement voulu être cette famille là. De l’extérieur, ils étaient aux yeux de tous, un couple parfait ; de l’intérieur on ne peut pas savoir. Longtemps après, j’ai su qu’il y avait eu des tempêtes ; tout n’avait pas été rose. Mais, la force de leur amour et la foi en Dieu, les avaient fait résister et n’avaient jamais fait couler leur navire. Je les envie encore et je suis toujours admirative de constater que leurs cinq enfants, maintenant parents évoluent de la même façon, ce qui me conforte dans l’idée que les valeurs données, ressortent toujours un jour ou l’autre. J’ai beaucoup aimé cette famille  et elle a toujours une place dans mon cœur. Si la mienne n’a pas ressemblée à la leur, c’est en grande partie parce qu’elle avait été scellée sur de mauvais choix et guidée par un côté passionnel qui détruit plus qu’il ne construit.

 Résultat de recherche d'images pour

 

Pendant tout ce temps, la vie a passé, la vie a évolué, a changé et n’a pas laissé la place qu’aux bons sentiments. Après quelques sérieuses tempêtes, j’ai repris mon chemin  avec la même énergie que celle de mes jeunes années.

J’ai retrouvé un nouvel amour, beaucoup plus sage à qui je dois l’équilibre retrouvé et qui est fondé sur d’autres bases beaucoup plus solide, pour lesquelles je fais le vœu que ça dure encore très longtemps. D’autres soucis, sont apparus dont j’ai vaguement parlé il y a quelques mois (mais rien n’est parfait). Ma retraite montagnarde du début du printemps a changé la façon de poursuivre ma route et j’ai enfin trouvé où sont mes véritables priorités ; nous n’avons plus de temps à perdre maintenant. Je continue à croquer la vie en pensant d’abord à nous. Alors, là aussi je m’agrippe à cet amour.

 

 

Les années sont passées aussi vite que la vie, les chagrins se sont estompés mais ils sont restés dans mon cœur. En faisant le bilan, je ne regrette rien. Nous ne sommes pas sur la terre pour vivre un long fleuve tranquille. J’ai beaucoup pardonné, mais je n’ai pas oublié. Je suis contente, malgré tout d’avoir gardé un lien plus ou moins épisodique avec les deux premiers hommes qui ont partagé ma route ; ils ont fait parti de ma vie et ils ont encore leur place dans le livre de celle-ci. Car souvenez-vous, la vie est un gros livre, nous écrivons les pages chaque jour, à chaque tournant, elle change de chapitre, mais rien ne s'efface, c'est seulement quand elle s'arrête que le point final est mis et que le livre se referme.

 

 

Posté par manouedith à 09:43 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags : ,