23 mai 2021

ODE à mes amies les Vaches.

Il y a très longtemps, j'ai ouvert ce blog, j'ai eu mes heures de gloire pendant plusieurs années, certains de mes billets ont même eu un grand succès, j'ai encore des sujets qui succitent de nouveaux commentaires après 10 ans de parution. Mais au bout de bientôt 15 ans, les blogs sont remplacés petit à petit par d'autres réseaux sociaux. Certains blogueurs, sont encore visités et donnent l'apparence d' avoir beaucoup d'admirateurs,  parce qu'ils répondent à chaque fois à ceux ou celles qui passent chez eux.  Pour avoir du monde,  il faut aller visiter régulièrement de nombreux blogs. Moi, il y a longtemps que je n'y vais plus, donc je ne me plains pas que mes commentaires ne soient plus aussi nombreux. Jamais je n'ai couru après eux. Le plaisir d'écrire l'a emporté et si j'alimente toujours celui-ci c'est par besoin de parler, il y aura toujours quelqu'un qui s'arêtera pour m'écouter.. Alors aujourd'hui, j'ai choisi un sujet banal que tout le monde connaît, et qui malheureusement  terminent souvent  dans notre assiette. Pourtant, avant cela, elles sont nos premières nourricières  ; qui n'a pas bu dans son enfance le bol de lait qu'elles nous donnent ? Mais  personne ne se pose de question  sur ce mammifère domestique énigmatique.

81

Du plus loin que je me souvienne, je me suis toujours posée des questions à leur sujet. Elles ont une bouille sympathique, dérangeante quelque part. On a l'impression qu'elles nous interrogent. Elles regardent passer les trains. Quand on se promène dans la campagne, elles n'ont pas peur de nous,  elles viennent même nous solliciter au ras de leur clôture.

54

Elles sont toujours en groupe et se déplacent ensemble  toujours dans la même direction. Elles illuminent nos campagnes.

45

 

En ce début de printemps, elles sortent avec leurs petits dans les prés voisins. Dans notre région de moyennes montagnes elles ne sont pas encore montées en estive. Quand elles partent paturer plus loin, nous les accompagnons. Dans certains endroits c'est une tradition festive, la première qui mène le troupeau  est pavoisée de fleurs ou de cloches. Le monde rural a ses rites et  ses coûtumes.

51

J'ai assisté à plusieurs tétés de leur veau, je suis toujours impressionnée par la façon dont elles se laissent faire en restant calme, malgré les coups de tête intempestifs de son petit, qui parfois a du mal à attraper la tétine.

49

50

Le monde animal, quand on sait le regarder nous donnent des leçons.

Quand nous les quittons pour poursuivre notre chemin. Nous restons perplexe sur le sort qui les attend ! Sommes-nous obligés de manger de la viande ? Il y a bien longtemps que j'ai sérieusement diminué ma consommation. Comme beaucoup, quand mon beefteack hebdomadaire est dans mon assiette, je repousse au plus loin de mon esprit tout ce qu'il peut se passer avant  ; c'est tellemeent plus simple. Pourtant je ne suis pas insensible à leur sort. J'aime les vaches.

60

61

 

Les balades campagnardes se poursuivent quand le temps le permet. Mais il faut dire que ce printemps réserve trop de mauvais jours, les grandes randonnées sont plutôt boueuses dans certains endroits. Par chez nous, nos canyons n'ont jamais été aussi beaux. Je terminerai  par quelques photos de nos magnifiques gorges de Thurignin, pour vous donner l'envie d'aller vous promener, car je suis certaine que dans vos régions, vous avez aussi de beaux endroits.

 

87

88

90

91

 

A bientôt. 

Posté par manouedith à 11:08 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,


21 avril 2021

Confinement agréable, entre autre découverte de St. Martin de Bavel.

Les semaines et les jours naissent et disparaissent à une telle vitesse, que nous ne les voyons pas passer.

Ce qui est le plus difficile à vivre, c'est le manque de visibilité pour faire des projets.

3

Avril a débuté par les fêtes de Pâques. Tout aussi tristes que celles de Noël dernier. Ce n'est pas pour cela qu'il ne fallait pas faire comme si !

16

cette année, elles sont tôt et il fait encore bien frais. L'année dernière, nous déjeunions dehors avec chapeau de soleil. Ceci dit, cette année, nous n'aurions pas pu être dehors le 14, il faisait encore plus froid. 

15

 

Alors que faisions-nous ? Pas de problème nous trouvons toujours une occupation. Celle d'écrire me prend beaucoup de temps. Tout autant que celle de marcher. Ah ! marcher, il fut un temps ou je le faisais simplement sans vraiment de but précis. Maintenant, je suis plus flemmarde. je dirai même parfois paresseuse et pourtant se bouger est indispensable. Il a fallu que mon médecin insiste pour m'éviter des médicaments en période de pré diabète. Une hygiène de vie supplémentaire s'est imposée.

4

j'ai acheté un pédomètre pour calculer mes pas dans une journée. Ce qui m'incite un peu plus à marcher, car chaque jour je me félicite des performances atteintes et petit à petit je reprends goût pour la marche. Nous avons la chance d'avoir des centaines de chemins autour de chez nous. Chaque jour, nos balades peuvent être différentes. Toujours muni de mon appareil photos, j'essaie de capter les instants et les paysages que je trouve beaux.  Parfois, le résultat n'est pas celui que j'attends.

17

19

En mars, nous avons assisté à l'éclosion des fleurs au sol mais aussi dans les arbres. La nature se réveille, c'est le renouveau partout. Nous sommes allés à la cueillette de l'ail des ours, pour la confection des soupes du soir, il y a eu ensuite, les orties et maintenant ce sont les bouquets de fleurs d'ail des ours. Notre seul but : embellir nos journées.

5

 Nous sommes dans cette région depuis 14 ans et nous découvrons encore de nouvelles balades. De nouveaux villages. Et surtout une nouvelle façon de vivre les jours qui passent. Les seuls jours ou nous ne sortons pas ce sont les jours de pluie. Nous attendions avec impatience que le beau temps revienne et que la neige fonde sur les hauteurs, car si c'est le printemps dans la vallée, dès que nous montons à quelques kilomètres de notre village, la neige est encore présente. Notre baromètre, c'est le Grand Colombier, il culmine à 1525 m. Traditionnellement nous allons cueillir les jonquilles au col de la Biche à 1250 m.

 

25

 

32

Pour y monter, il faut le feu vert des ponts et chaussées, car l'hiver ces routes de moyennes montagnes allant vers les cols sont fermées. En principe elles ouvrent vers la mi avril. Je vous assure, il ne faut pas déroger, une année nous n'avions pas obéi et nous nous sommes retrouvés en mauvaise posture avec la voiture car sous des sous bois il y avait encore des plaques de verglas dangereuses et pour faire demi tour, cela n'a pas été facile. Plus jamais nous n'avons recommencé. Même sur les routes dégagées, partout il reste des névés.

40

En revanche cette année, en montant nous nous sommes retrouvés nez à nez avec un camion de grumier qui redescendait et là, il n'y a pas photo, il faut nous garer et comme la route est très étroite, les bas côté pierreux et minuscules, alors c'est la loi du plus fort ! on se débrouille comme on peut avec une sueur froide dans le dos et un gros ouf de soulagement quand il est passé. Merci petit mari.

1

2

Une fois dépassé le col, c'est avec plaisir que nous retrouvons la grange d'en bas : une ancienne grange d'alpage complètement tombée par terre, matérialisée par un tas de pierre ; mais de là, débute des chemins de randonnées dans tous les sens. Nous garderons de cet endroit un souvenir que je vous ai déjà raconté il y a plusieurs années, souvenez-vous, le jour où petit mari en chef scout, un été nous a perdu avec les enfants dans un torrent déséché ! Quand nous arrivons à cet endroit, je suis remplie d'émotion, nous sommes seuls dans la nature au milieu d'étendues jaune. Pourtant miracle de la nature, une huitaine de jours avant, tout était blanc et là, apparaissent de petites jonquilles aux queues encore très petites mais assez grandes pour en faire nos premiers bouquets. Le plus important pour nous, c'est de ne pas revenir les mains vides, un seul petit bouquet nous fait plaisir.

 

 0

 

Une fois notre rituel accompli. A nous l'aventure ! Ce jour là, direction l'ancienne chartreuse d'Arvières. Le chemin est un spacieux GR, dégagé, avec quelques fondrières que nous pouvons contourner.

5

6

27

30

Si vous saviez ce goût de bonheur simple qui nous envahi, nous sommes loin des soucis quotidiens, seuls dans la nature avec des paysages a couper le soufle accompagnés par le chant des oiseaux. De toute l'après midi, nous n'avons rencontré que 5 personnes et 2 chiens. Les vaches ne sont pas encore arrivées !

36

Pas besoin de masques, les distances sont très respectées. Par exemple celui-ci, seul au milieu d'une prairie au bout de mon objectif, nous n'avons même pas vu sa tête !

12

A la sortie d'un bois, surprise nous débouchons sur une clairière avec une grange au milieu de nulle part ! il y a  deux pronemeurs qui semblent tourner autour, comme nous le ferons après eux. A ce stade, nous ne savons pas encore, que nous allons découvrir un gîte d'étape plus que sommaire, mais bienveillant certainement pour les randonneurs fatigués voulant se mettre à l'abri et peu soucieux du confort et de la propreté. Puisque personne n'y habite.

19

21

22

 Nous sommes dans un vieux film des années 1940/1950, on peut s'imaginer par exemple, des maquisards pendant la dernière guerre, l'Ain étant  devenu, un endroit historique pour eux à cette époque. Ou alors une armée de scouts  en culottes courtes et écharpes rouges autour d'un feu de bois devant la maison. Notre imagination va bon train. Mais en attendant, cet endroit est un éden sur terre entouré seulement des hôtes des bois. Pour moi, ces moments sont toujours remplis d'émotion et j'aime savourer la sérénité   qu'ils dégagent, ainsi je peux ensuite les ranger dans ma case petits bonheurs du jour. Refermons la porte ne laissons rien et repartons sur le chemin mystérieux. 

15

16

Au loin notre Grand Colombier surveille, lui aussi son accès est ouvert, il va falloir y monter. Nous pourrions continuer encore et encore pour l'atteindre, mais mes performances ne sont pas encore à la hauteur !

27

Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas. Le lendemain, la balade n'a plus rien à voir avec celle de la veille. Pour aller à Belley, la ville la plus proche de chez nous, nous passons sur le côté d'un village, sans jamais aller le découvrir, alors que la majestueuse église qui trône sur une motte castrale, nous fait de l'oeil à des kilomètres à la ronde. 

0

 

Le soir elle est même illuminée. Il va falloir que je me penche sur l'histoire de ce petit village : Saint Martin de Bavel, où trône une si grosse église précédé d'un mur de pierres levées, comme dans les vieux villages des alentours. Malheureusement, comme dans presque tous les villages, les églises succeptibles de vous en apprendre sur leurs origines sont fermées : merci à ceux qui y commettent des incivilités et qui obligent les petites communes à fermer leurs endroits publics.

17

18

 

Regardez bien, chaque pierre représente un animal.

00

Ce petit village n'est fait que de vieilles maisons cossues en grosses pierres dont certaines ont été mises en valeur par leur propriétaire, certainement amoureux des vieilles maisons de caractère.

7

8

 

6

L'attrait de ce village en plus de ses belles maisons typiques, c'est la balade bucolique de toute beauté au printemps où l'herbe est verte, pour  rejoindre le hameau de la commune "Le Truc". Entouré de montagnes dont certaines plus près ressemblent à des collines. Alors là, aussi loin du bruit, un vrai jardin posé au milieu des champs. Quelques vieux habitants papotent assis sur les murets face à leur maison. En un mot comme je dis toujours, les petits bonheurs du jour.

28

30

31

34

Que ce confinement parmi tant d'autres, nous fasse réaliser, qu'il n'est pas obligatoire d'aller faire des centaines ou des milliers de kilomètres pour découvrir des merveilles. Toutes les régions françaises ont leur charme, la seule chose c'est en premier de prendre la peine de connaître à fond la région dans laquelle nous vivons. Parfois, vous découvrirez de réelles pépites que vous ne soupçonniez pas.

1

36

39

43

Je terminerai ce billet en vous racontant un souvenir de mes jeunes années, du temps où j'avais encore 5 enfants à la maison et où l'argent du buget familial certaines années, n'avait pas été consacré aux vacances lointaines. 15 jours dans l'année, tout en restant chez nous, nous nous mettions en "mode vacances" consacré seulement aux vacances ; à l'époque j'habitais en Picardie, une très jolie région aussi. Nous partions chaque jour, sur les routes, à pied, à vélo ou en voiture et nous visitions tout ce qu'il y avait à voir. Chaque jour avait son thème. Je peux dire que nous connaissions tout de mon département de l'Oise et de ceux mitoyens. J'ai toujours été étonnée que ceux qui habitaient dans un endroit ne connaissaient même pas l'essentiel de leurs merveilles environnantes. Bientôt 15 ans après notre arrivée ici, nous en connaissons plus que mon aide ménagère et certains autochtones.  Quand j'ai changé de vie il y a 20 ans, j'ai été aussi surprise de constater que petit mari ne connaissait pas tout son département, mais en revanche il avait parcouru de nombreux départements français et ne manquait jamais les sports d'hiver. Alors inutile de vous dire, que je l'ai embarqué avec plaisir dans mes pérégrinations voyageuses : ici et ailleurs. Et c'est marrant, maintenant il adore.

000

Les jonquilles chez nous, c'est un rituel ancestal. Au même âge qu'Héloïse ici, j'allais déjà les cueillir avec ma grand-mère dans les collines de Saint Just en Chaussée. Chez nous on transmet !

 

30 janvier 2021

Janvier 2021, c'est déjà terminé !

Le mois de janvier se termine.

La  vilaine bête est toujours là.

Le 3ème confinement est en vue !

J'ai reçu mon premier vaccin.

Déjà 10 mois que nos vies sont entre parenthèse.

Mais la vie continue, pour nous,  comme pour tout le monde. Rien n'a beaucoup changé. C'est connu les retraités sont des privilégiés !

Nous ne voyons pratiquement personne.  Mes enfants et petits enfants me manquent. Deux petis garçons sont nés dans la famille, un petit Yonas et un Milo. Une troisième naissance en avril. J'ai toujours autant le moral, nous nous occupons comme d'habitude. Quand le temps le permet, nous allons nous balader loin du monde ; notre région est si belle. Je vais faire quelques photos, j'écris, le lis, je bouge mes bibelots, je change d'ambiance (ça c'est bon pour le moral). Je pense aux décorations futures, Pâques va bientôt montrer son nez. 

45

Chaque semaine, je vais chez mon fleuriste m'acheter un bouquet de fleurs d'hiver, ça aussi c'est bon pour le moral. Igor, va et vient, il est souvent dans la maison. Petit mari, a ses activités, lui non plus ne s'ennuie pas. On est bien au chaud dans notre nid.

41

Cette année, nous avons beaucoup de neige, nous avons voulu monter sur le Plateau du Retord, obligés de rebrousser chemin au Petit Abergement, la route devenait mauvaise, même avec nos pneux neige, nous n'avons pas osé. Jamais cela ne nous était arrivé depuis que nous sommes dans la région.

0 Hiver 2018 Plateau du Retord

Alors nous essayons d'aller plus près, il y a quelques point d'eau dans les environs qui font leur show. 

40

Comme si nous n'avions pas assez de soucis en ce moment. La nature se rebelle, elle nous montre, que certaine saisons peuvent être méchantes ; même dans des endroits qui ne font pas spécialement parler d'eux en temps normal. Il y a quelques jours, il gelait, le thermomètre ne montait pas au dessus de zéro, il neigeait en abondance et deux jours après la température  est remontée subitement de 10 degrés. Alors évidemment rien ne va plus. Pour aller à Pralognan, les routes sont souvent coupées, ça aussi du jamais vu aussi longtemps. La rivière de notre village : Le Séran se surveille comme le lait sur le feu. Heureusement que la précédente équipe municipale a fait faire de gros travaux d' élargissement du lit de la rivière, car au centre du village, c'est le confluent de plusieurs petites rivières qui viennent rejoindre la plus grosse pour aller gaiement se jeter dans le rhône quelques kilomètres plus loin.

43

 

En 14 ans ici, jamais je ne l'ai vu aussi grosse, notre Reine qui se jette depuis ses 60  mètres et  crache fièrement dans un bruit assourdissant toute  la neige rencontrée venant de plus haut.

 Quand nous sommes à ses pieds, le vacarme est tel qu'il me rappelle celui de la cascade de FLAM en Norvège, que j'ai eu le plaisir de voir lors d'un de mes voyages. On peu dire qu'elle gronde si fort, que les habitants du coin comme ceux du chateau à ses pieds ne doivent pas dormir allègrement.  

29

15

Notre village aux pieds du Valromey, reçoit tous les cours d'eau venant du plateau du Retord et se jettent . dans le Séran. Mais nous avons égalemen un ruisseau "l'Yon", qui jaillit de la falaise via la Source Saint Martin bordant le nord du bourg. Mais avant d'atteindre le Séran, il s'écoule en traversant et en divisant Artemare et marque ainsi l'ancienne frontière entre les villages d'Artemare et d'Yon, qui avant, formaient deux villages bien distincts  qui ont fusionné il y a plus d'un siècle et demi. Ce ruisseau pendant longemps alimentait une scierie et un moulin. Son eau est d'un débit et d'une tempérture remarquablement constants, il n'est jamais à sec même en pleine sécheresse et ne déborde jamais, même durant les orages les plus violents.

L EAU DANS ARTEMARE

 

J'aime les légendes et pour terminer je vais vous raconter celle de la Source Saint Martin.

Un jour Saint Martin, fatigué d'aller de village en village ; assoiffé et demandant de l'eau à un vieille dame, alors que l'eau se faisait très rare. Pour la remercier, il frappa le sol avec son bâton et fit sortir de la falaise de l'eau qui ne se tarit jamais. Le Saint donna aussi son nom au village voisin : St. Martin de Bavel.

 

Mes sources : Wikipédia d'après notre historienne Michèle Blanc

Photos : moi même

Posté par manouedith à 16:43 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 octobre 2020

La vie continue..................

Aujourd'hui, chez nous, le temps est horrible. Un véritable temps de cochon, le plus mauvais de cette belle saison.

Depuis 15 jours, nous  profitons de nos lacs aux couleurs de l'automne. Jamais le dimanche. Ce jour là, n'est pas pour les retraités. Les jours de la semaine il n'y a personne ou presque, sauf pour cette semaine de vacances scolaires. De nombreux petits enfants sont chez les grands-parents !!! Nous, nous les évitons. Nous n'avons pas fait les 20 ans de mon petit fils, nous n'étions pourtant que 8, ils se proposaient tous de faire un test avant. Mais les nouvelles mesures gouvernementales, n'étaient pas encourageantes, surtout que nous, nous les avons regardées en direct ces informations. 

0

Quelques jours après, notre région  rejoignait les autres et devenait rouge. Ne reste plus que toute la côté ouest en blanc. Pas de problème elle s'unifiera aux autres très bientôt ! Les vacances de la Toussaint seront passées par là. Sans arrêt, avant cette épidémie, nous entendions dire, que les temps devenaient de plus en plus difficiles pour tous. C'est drôle, à chaque vacances, on ne le dirait pas ! Nous, qui habitons dans une région de moyennes montagnes, nous avons tout de suite plus de monde chez nos commerçants.

00

Pour nous, rien ne change. notre vie est bien réglée. On ne voit personne mais on fait beaucoup de choses. J'ai décoré comme chaque année ma maison aux couleurs automnales, je mets le soir des bougies devant le feu de cheminée. Nous regardons un peu la télévision, nous lisons beaucoup. Petit mari est en pleine création artistique, il apprends les secrets de l'aquarelle. Il ne se débrouille pas si mal que ça. J'écris, je classe mes photos, je fait un peu de généalogie. Tout cela, au son de la musique ; il y a toujours dès le matin, des airs de grandes musiques ou autres qui animent la maison. Plaisir de redécouvrir les grands de notre époque : Barbara, Brel, Aznavour ; et puis encore bien d'autres des connus et des moins connus.

7

Il y a également les choses moins agréables. Vous savez les visites indispensables à certains spécialistes. Cette semaine c'était l'ophtalmologiste suivi de l'opticien (aujourd'hui j'apprends que notre opticienne est depuis notre passage mardi devenue cas contact) Mercredi c'était la  diététicienne qui me recevait, pour m'aménager un régime pour le pré diabète. Chez l'ophtalmo. des petites surprises désagréables à surveiller très sérieusement et à la sortie une note sévère, loin du zéro promis par Monsieur  Macron et même très loin, je dirai. Nous ne rentrons pas dans les cases. Enfin chacun de nous nous aurons quand même de rembourser 6 et 9 centimes d'Euro avec cette promesse macronniène,  sur nos verres qui chacun coûtent un bras et plus,  ceux qui ont un certain âge et surtout des verres progressifs ce n'est pas la peine d'y penser aux lunettes zéro euro, vos lunettes vous coûteront toujours aussi chères, même avec une bonne mutuelle. J'ai réduit le prix en gardant la même monture, elle a déjà 7 ans, mais ce n'est rien, il paraît que c'était du beau, une fabrication jurassienne, donc française. Tout cela pour dire que notre budget "cadeaux de Noël pour tous" est dépassé.

35

61

Tout cela est secondaire, nous sommes encore tous les deux, nous nous aimons, nous profitons de tous les instants qui passent en ne faisant que ce qui nous plaît. Alors, la vie est belle. Le beau temps reviendra un jour ; les soucis s'atténuieront dans tous les pays, nous essaierons de reprendre le cours où il s'est arrêté, ce sera autre chose, mais certainement pas comme avant. Nous aurons vécus  une pandémie, difficile à surmonter. Ce sera, l'évènement des générations encore là, d'avant l'an 2000 et celle d'après. La génération de nos parents, ont eu aussi leur lot bien plus grave les deux dernières guerres et les autres dans nos colonies. Alors, nous nous en sortirons quand même si nous ne prenons pas à légère, les moments particulier actuels, qu'il s'agisse du COVID ou de l'intégrisme barbare de certains.

 

948 Marc peinture

 

Posté par manouedith à 18:58 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 mai 2020

Dé-Confinement : prudence, prudence.

C'est vraiment un moment historique que nous vivons en ce moment. Nos petits enfants l'apprendront à l'école dans de nombreuses années. Nos plus jeunes pourront dire : je l'ai vécu, comme ceux qui sont encore en vie et qui ont assisté au 8 mai 1945. Nous, ne l'avions pas vu venir cette épidémie, ce qui prouve que cela peut arriver à tout le monde et pas simplement qu'aux autres.

0001

 

Petit mari avait suivi quelques semaines auparavant une série télévisée au scénario identique, qui se déroulait à Annecy. Le grand déploiement de médecins, d'infirmiers, de tentes pour isoler les malades, les masques, l'affolemnt etc.. Je n'ai pas voulu regarder cette série catastrophe, pour moi ce n'était que du cinéma. Chaque semaine il était passionné par ce feuilleton, il ne voulait pas en louper une miette, sans penser une minute que quelques semaines plus tard, le monde entier vivrait cela. Nous étions au début du mois de janvier et c'était la saison 1 de PEUR SUR LE LAC. Maintenant c'est inutile de nous faire début 2021 la saison 2. Nous l'aurons vécu en directe tous les jours et nous espérons que nous en serons sortis. Pas sûr pourtant !  Pas certaine non plus que Julie de Bona, Clotilde Courau et Sylvie Testud voudront revivre cela !

0002

 

A ce jour nous en sommes à la phase 2 : le déconfinement. Beaucoup s'en réjouissent et certains assimilent cela à une liberté retrouvée ! Mon Dieu que les gens sont naïfs. Ce midi le Professeur Jouvin a bien dit que nous en avions encore pour au moins un mois avec peut être des moments encore plus graves que ce que nous venons de vivre. Réjouissant n'est-ce-pas ? Alors allons-y doucement.

006

 

Cela n'a pas du être très facile de gérer cette crise à tous les niveaux. Comme tout le monde navigue à vue, les uns essaient d'établir des mesures logiques, d'autres s'empressent d'informer à droite à gauche, en appuyant où cela fait mal et en laissant supposer tout le contraire de ce qui a été dit. Le tout couronné par une loi qui empêche de rendre obligatoire le port du masque partout. Oui, souvenez-vous, au plus haut des attentats terroristes, on a ressorti une loi qui disait que l'on avait pas le droit de cacher son visage, elle existe celle-ci, alors évidemment difficile d'imposer le port obligatoire qui ne peut pas être  mis en exercice et  pourtant, c'est le seul moyen avec les gestes barrières de se protéger tant que nous n'aurons pas de vaccin. Quoi que, quand nous l'aurons ce vaccin, combien de personnes s'interposeront encore pour ne pas le faire, puisque pour les mêmes,  vacciner son enfant est dangereux, mais ce vaccin là, n'aura pas fait ses preuves comme celui de la poliomyélite par exemple !!! Et nous n'aurons pas d'autres solutions.

 

0004

 

Alors moi je vous dis, réfléchissez et faites fonctionner votre bon sens. Puisque aujourd'hui on vous dit blanc alors qu'hier on vous disait noir. Ce qui sera bien aujourd'hui aurait été tout aussi bien hier. A la veille du 11 mai, je peux vous dire que tout le monde ne porte pas de masque dans les magasins d'alimentation. Tous ceux qui passent devant chez moi non plus, pourtant peu importe où nous sommes, tant que l'on est censé rencontrer du monde on porte un masque, on se lave les mains plus souvent, on ne se fait pas la bise et on ne se touche pas. Il n'y a rien de plus simple. Évidemment si vous allez dans la nature et que vous y êtes seul ou accompagné de la personne avec laquelle vous vivez ce n'est certainement pas la peine,  mais par précaution il faut en avoir un dans la poche. Pour nous qui sommes à la campagne le danger n'est pas le même que dans les grandes villes. Tout en étant des sujets fragiles qui devons redoubler de prudence, nous sommes des privilégiés, nous n'avons pas à prendre les transports en commun et à aller travailler. Nous n'avons plus d'enfants à gérer. Après deux mois de sages précautions, ce serait stupide de nous jeter la tête la première dans le virus en recommençant à vivre comme avant, continuons à vivre plus ou moins comme pendant le confinement. Que certains gestes deviennent naturels,  inscrivez les dans votre nouvelle vie. Et retirons le positif de la chose, on va pouvoir allernous  promener au bois, le long de la mer, en montagne, SORTIR sans avoir à trop réfléchir, et ne pas oublier son "Ausweis" (pour ceux qui ne savent pas, c'était l'attestation pendant l'occupation que vous deviez avoir quand vous sortiez), en revanche n'oubliez jamais votre carte d'identité, vous pouvez rencontrer un policier rigide.  

0005

Nous ne sommes plus à un mois ou deux pour embrasser nos enfants et nos petits enfants. Ils savent que nous les aimons, dites leur au téléphone, redoublez de petites intentions simples, vous vous rattraperez quand le danger s'éloignera. Avec Internet on à la chance de se voir, alors profitez de cette opportunité. Quant au autres qui n'ont pas d'autres solutions que de se jeter dans l'arêne parfois avec la peur au ventre, faites ce que le bon sens vous martèle dans votre petite tête, soyez logique avec vous même et n'écoutez pas les autres. Trop de contradictions ont jalonnées  les diverses informations autour de nous.

006

Si comme moi, vous avez eu des doutes sur certains symptômes, inscrivez-vous sur la liste de votre médecin, pour faire quand il sera en vente un test de sérologie qui vous confirmera ou non si vous avez rencontré le virus. En attendant, prenez votre mal en patience, soyez sage ; après la pluie, le beau temps  revient toujours.

 

28

Posté par manouedith à 20:53 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


23 avril 2020

La vie continue, pour une grand-mère confinée.

Les jours se suivent, mais ne se ressemblent pas malgré tout.

Alors que faites vous ?

16

Chez nous, une fois passé les interrogations et les suspicions dus à la pandémie. Après une visite chez mon médecin quand même ; surprise que celui-ci ne m'ausculte même pas  ni ne me prenne  ma tension, alors que je venais avec des douleurs dans le dos, après trois jours de fièvre, de courbatures, de frissons et de mal partout. Qu'il se contente de me dire, je vous inscris sur ma liste de ceux à qui je dois envoyer une ordonnance quand nous aurons les tests sérologiques ! J'avoue le quitter avec beaucoup d'interrogations sur sa méthode. J'ai donc repris le cours de ma vie en surveillant avec anxiété les jours qui passent, à l'écoute du moindre signe d'une éventuelle aggravation. La semaine terminée pas de nouveaux signes, la fatigue s'est éloignée et tout semble redevenu dans l'ordre. Restant malgré tout très vigilante pour les jours à venir.

8

 Le lendemain, pour la première fois depuis 6 semaines, masqués, nous nous aventurons au marché du village voisin, afin d'avoir des légumes de saison et surtout des fraises. La supérette de notre petite ville est bien achalandée, mais question fruits et légumes, parfois elle laisse à désirer. Alors, là amusement, l'entrée est  gardée par un agent municipal masqué et ganté, en file indienne nous passons un par un devant les 8 étals à notre disposition ; aucun des vendeurs n'a de masque mais une barrière de sécurité à un mètre d'eux. Bien sagement nous allons d'étal en étal et nous repartons en prenant du pain chez un boulanger masqué. Heureux de traverser notre belle campagne environnante, nous rentrons en déposant nos achats dans le garage, en laissant les produits frais dans la glacière ; nous reverrons le tout quelques heures après pour les rentrer et les désinfecter avant de les ranger. Nous sommes de bons élèves, nous faisons tout ce que l'on nous a dit à la lettre. Sauf que ce ne sont pas les ordres d'en haut qui nous obligent à le faire, ce n'est simplement que du bon sens personnel.

 

18

Car s'il fallait écouter ce que l'on nous préconise à droite et à gauche, des informations pour la plus part contradictoires, nous ne saurions pas où donner de la tête. J'ai instauré à la maison des règles strictes. On n'écoute les informations que le midi et le soir, un point c'est tout, on zappe tout ce qui à un rapport avec le virus et les images de voyeurisme que nous inondent sans arrêt les journalistes. On a compris, nous compatissons et nous avons une pensée chaque jour pour tous ceux qui sont en première ligne et exténués par les jours et les nuits qu'ils passent. Nous n'aimerions pas être de ceux qui assistent chez eux, au départ d'un malade proche et qui se disent : peut être, ne le reverrons-nous jamais, c'est horrible ; alors tous les blablablas des politiques et de ceux qui nous inondent d'informations inutiles pour certaines, nous passons notre chemin.

13

Le matin petit mari et moi nous faisons comme d'habitude, pour moi le ménage courant ainsi que le plus difficile puisque mon aide ménagère ne vient plus pour l'instant. Pour ma douce moitié, dans notre jardin il a de quoi s'occuper et c'est ainsi que se passe la matinée. Nous nous levons toujours à la même heure, nous, nous sommes de ceux qui nous lavons, je mets toujours autant de soin à m'habiller et à me maquiller, je fais plus souvent mon brushing, car c'est là où est le problème, comme beaucoup de femmes ma coiffeuse me manque, je pense qu'il va falloir prendre son tour et son mal en patience. Ainsi, cette matinée se déroule au son de la musique, car un des premiers gestes du matin depuis toujours c'est d'appuyer sur le bouton de la chaine musical. 

3

Ah ! l'après-midi, nos moments privilégiés. Nous regardons un film ancien sur la 2 à défaut de Faustine Bollaert, ensuite chacun fait ce qu'il veut. Pour ma part, je continue le récit de mes mémoires, je lis, je relis, je corrige sans arrêt et j'avance doucement ; c'est un travail prenant, long et agréable, je m'améliore en français, en orthographe et je revis ma vie. Amusant tout cela. Quand le temps le permet je m'installe dans le jardin près du bassin. Les jours ou je veux me changer les idées, je lis, j'ai toujours un roman en route sur le feu. A cinq heure, c'est sacré c'est l'heure du thé et l'instant grande musique. Ensuite l'après-midi continue à s'égrenner gentiment. 

29

J'oubliais de vous dire, il y a aussi les coups de téléphone de nos amis lointains auxquelles on pense et pour certains il y avait longtemps que nous nous étions perdus de vue. Alors là, c'est le graal pour la bavarde que je suis, n'est-ce-pas Aline ! Je continue également à m'occuper de ma décoration, il y a toujours un objet à changer de place et je prends des photos de mes fleurs, de ma maison, de mon chat, de mon chien. 

 

34

 

Ainsi va la vie d'une grand-mère confinée. Alors me direz-vous : qu'elle est la chose que vous ferez quand le gong de la sortie sonnera ? Tout simplement, je monterai dans mon auto avec petit mari et nous filerons vers le plateau du Retord, j'ai loupé les jonquilles, j'espère arriver à temps pour les narcisses.

Et vous ?

35

 

 

12 avril 2020

Pâques 2020. MAIS AUSSI REFLEXION SUR CE QUE NOUS VIVONS. BEAUCOUP LE PENSE, MAIS PERSONNE N'OSE LE DIRE.

Etrange Fêtes de Pâques 2020. Cette année pas de chasse à l'oeufs. J'espère que tout le monde a marqué malgré tout ce jour. Il faut savoir profiter de tous les instants. Nous ne savons pas ce que demain nous réserve. 

2

Comme toutes les personnes raisonnables, nous n'étions que tous les deux. Il faisait beau. J'ai préparé une belle table et petit mari a fait un repas délicieux. Pourtant ce n'était pas la forme du tout. Je ne suis pas sortie depuis plus d'1 mois, petit mari faisait les courses seul. Nous avions la chance d'avoir des masques. Je suis quelqu'un de très prévoyant. J'essaie de tout prévoir.  Je fais tout ce que l'on me dit et pourtant, je semble ne pas avoir été épargnée.  

5Depuis mercredi dernier, j'ai eu tous les symptômes de la grippe : fièvre, courbatures très fortes, maux de tête, mal dans les jambes, dans le dos, pas de rhume, ni de toux , pas de problèmes respiratoires. Cela m'est tombé dessus sans crier gare, la veille je faisais encore un grand ménage de printemps dans ma buanderie. Le lendemain matin en me réveillant mal partout, très vite mis sur les efforts de la veille, mais tout s'est compliqué dans la journée avec les joues rouges, les yeux qui me piquent et l'impossibilité de rester debout une fatigue bizarre, lourde.

8

J'ai consulté mon médecin privé, qui m'a donné des efféralgans, prescrit un grand repos et surtout surveiller ma tempétarure et réagir au quart de tour si ma respiration  change et si je m'essouffle. Pour l'instant de ce côté tout va bien, je n'ai plus de température, mais toujours mal dans le dos et surtout une très grande fatigue. Si j'ai été contaminé comme nous le pensons par la dernière sortie de petit mari, le jour de ses dernières  courses du vendredi 9 avril,  je ne suis pas sortie des 14 jours ! Alors je croise les doigts jusqu'à jeudi prochain. J'ose encore espérer être dans les 85% de cas bénins !

34

Inutile de vous dire, que je suis furax, quand je vois tous ces inconscients qui ne se protègent pas, moi qui suis tout le contraire et qui pense si souvent, que les choses n'arrivent pas qu'aux autres. Je suis souvent de celles qui n'ont pas de chance malgré toutes mes précautions. Exemples : de toute ma vie, je me suis rarement exposée au soleil, comme j'en vois chaque année rôtir sur les plages et pourtant il y a trois ans j'ai eu un cancer de la peau au niveau de l'omoplate, bénin semblerait-il, mais enlevé quand même. Toutes les personnes qui fument depuis leur jeunesse et continuent pendant leur vieillesse n'ont pas de cancer. Chez nous, sur mes 4 filles la seule qui fumait depuis lâge de 17 ans, a été emporté en 55 jours à l'âge de 34 ans par un cancer du poumon. Et beaucoup d'exemples du même ordre jalonnent ma vie depuis mon enfance. Alors n'allez pas me dire, que ce n'est peut être pas le Covid 19 ! Si ce n'est pas cela, ça y ressemble étrangement. 

4

Malgré tout, je ne me suis pas laissée aller, j'ai préparé les fêtes de Pâques, comme chaque année. Même si nous n'étions que tous les deux. Chaque matin, je me lève, je fais ma toilette , mon lit et je me maquille ; en revanche ma coupe de cheveux comme certainement pour beaucoup n'a plus de forme et chaque jour je joue du babyliss. Je fais un peu de ménage, car mon aide ménagère ne vient plus. Mais l'après-midi, je me repose et je bouquine toute la journée. J'évite de plus en plus les informations, souvent contradictoires et bien trop détaillées pour nous faire garder le moral.

7

A-t-on besoin de nous montrer chaque jour le décompte, les cas graves, des photos identiques à celles de la veille. Et le comble du raffinement journalistique c'est en plein épidémie ou tout le monde s'inquiète plus ou moins et ne va pas bien, les SDF américains enterrés dans des fausses communes ? Je sais cela fera partie de l'Histoire de chaque pays, mais nous le montrer après quand tout redeviendra plus ou moins normal, ce serait plus décent.

14

J'admire, tous ces médecins, ces infirmières, ce personnel hospitalier en première ligne qui sauvent des vies en faisant leur métier.  Mais j'admire aussi tous ceux qui sont dans l'ombre des hôpitaux les aides ménagères qui sont les dernières à recevoir des masques et des protections, j'admire tous ces médecins à qui l'on donne royalement une dizaine de masques par semaine, à cause de l'incapacité de certains d'avoir préféré se séparer des réserves que nous avions encore il y a 10 ans ! J'admire toutes ces vendeuses, ces caissières aussi en première ligne pour que nous ayons à manger tous les jours, j'admire toutes les personnes qui aident les autres pour leurs courses, qui se mobilisent pour occuper leurs journées à fabriquer des masques de protection et des casques plastiques pour les hôpitaux et autre. J'admire les policiers et les pompiers qui sont aussi en première ligne et sont pour certains obligés de faire respecter les ordres donnés un peu tard soit, mais donnés quand même, alors que ce ne sont que des consignes de bon sens, que chacun devrait faire naturellement. Nous sommes tous dans le même bateau, ne l'oubliez pas. Je pense également à tous les sans domicile fixe et les immigrés qui se cachent dans les bois et ailleurs.

21

 En revanche, je n'admire pas du tout les services postaux, qui se sont retirés très vite, alors que le début du mois arrivait et que pour beaucoup c'était le seul endroit où ils touchaient leurs indemnités, leur salaire. Tout le monde n'a pas de smarphone et d'Internet. Le courrier postal existe encore et parfois est aussi le seul moyen  pour régler ses factures. Recevoir des colis indispensables quand on ne trouve plus dans les commerces de proximités dans les petites villes et villages, certaines choses de première nécessité. J'admire moyennement ceux qui chaque soir applaudissent le corp médical, quand je vois que d'autres, (qui applaudissent peut être du reste), mais qui volent dans les voitures des infirmières libérales le peu de masques ou de gels qu'elles ont, cela ressemble beaucoup à ceux qui ont glorifié l'année dernière les policiers et les pompiers en première ligne dans les nombreuses manifestations difficilement gérables et qui après leur envoyaient des cailloux en les insultant. 

 

30

Alors  sortons couverts d'une façon ou d'une autre, en pensant aux autres, respectons les consignes le mieux que nous pouvons ; n'attendons pas les représailles, votre vie est en jeu. Croyez-moi, cela n'arrive pas qu'aux autres. A moins que ce soit la solution pour élliminer les plus faibles ! La suite va être encore plus difficile, de nombreuses personnes courageuses vont payer et se retrouver sur le carreaux. Tous ces petits commerçants malmenés déjà l'année dernière par les gilets jaunes, et aussi les autres qui ne pourront pas se relever dans toutes les professions libérales. C'est bien beau d'être solidaire maintenant, mais continuez car les mois suivants vont être encore plus difficiles d'une autre façon.  Alors courage à Tous. Après toutes les guerres nous nous en sommes remis mais après de longs mois d'efforts.

roses

un grand merci à mes filles et à mon fils qui nous aident à leur façon, par leur soutien, leur coups de téléphone réguliers, leur affection ; même de l'autre bout du monde. Cela fait chaud au coeur.

 

Posté par manouedith à 19:54 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

15 mars 2020

Je suis défoulée et je me change les idées.

Long silence, mais tout va bien.

Notre séjour à Pralognan s'est déroulé comme chaque année. Rien de plus, rien de moins. Comme, quand nous connaissons depuis de nombreuses années le même endroit.

Noël 2017 Pralognan, poissons2

Plus jeune, je me refusais d'acheter un lieu de vacances, car je ne me voyais pas revenir toujours dans la même région. Mais comme il n'y a que les  imbéciles qui ne changent pas d'avis, je suis tombée dans le panneau il y a bientôt 20 ans. Je ne m'en plains pas. Je le garderai malgré tout, car c'est l'héritage de mes filles. 

 

901 PRALOGNAN JANVIER 2019

 

Nous sommes rentrés déjà depuis 1 mois. Nous n'avons pas eu le temps de nous ennuyer. En arrivant, une énorme mauvaise surprise nous attendait dans la chaufferie. Une grosse fuite de fuel inondait le sol. Bonjour l'odeur. Je me suis cru revenue 45 ans en arrière, où la même chose m'était arrivée. Mais c'était plus grave, car la chaudière  se trouvait dans la maison, enfermée  dans un placard sous l'escalier de l'entrée.

Pour nous aérer un peu, je suis allée faire de belles photos. Pendant  notre séjour à la montagne, il avait beaucoup plu, les cascades des environs étaient magnifiques.

24

Mais revenons à notre gros problème. Il n'y a que seulement 10 ans, que cette chaudière a été installée. A l'époque c'était le top des chaudières françaises ! Mais depuis un certain temps, certaines pièces nous lâchent les unes après les autres, la dernière réparation, je l'avais payé avant de partir à Pralognan. Je ne veux pas me résoudre à la changer, nous traversons une époque, ou nous entendons dire partout, qu'il faut recycler, réparer ; sauf que chez Chappée, on laisse entendre qu'il  n'y aura bientôt plus de pièces de rechange pour notre modèle !  J'ai vraiment beaucoup de mal à comprendre le monde actuel.

6

 La maison étant grande et que nous n'avons plus l'âge de charrier des pellets. Nous serions donc obligés de prendre une pompe à chaleur ; soit disant avec des aides de l'état, oui mais, vu la facture et notre grand âge,  ce n'est pas rentable du tout et je ne veux pas m'endetter le restant de ma vie. Quand je pense aux chaudières que nous avons eues Marc et moi avant celle-ci, aucune n'a eu une vie aussi courte. Conclusion : 3 semaines cantonnés devant la cheminée du boudoir et un poêle à pétrole le soir dans notre chambre , sans oublier les édredons ressortis et les bouillottes aux pieds. Dans notre malheur, nous avons eu la chance d'avoir une fin d'hiver clémente.

12

18

Et pour couronner le tout, le peintre depuis un an, était arrêté par un devis, pour  refaire notre chambre. Une des deux seules pièces qui n'avaient pas eu le droit à un relooking depuis notre arrivée. Depuis  13 ans ; nous étions encore dans le décor des précédents propriétaires.

 

77 avant

 

 Depuis longtemps, j'avais des envies de changement, cette chambre était pourtant encore propre, mais je voulais une dernière fois me lancer dans la décoration, vous savez comme j'aime ma maison.  Comme à mon habitude, il fallait que ce soit  différent de chez tout le monde, quelque chose, qui sorte de l'ordinaire et donne un certain caractère à l'endroit. J'ai passé une partie de mes vacances à rechercher des papiers panoramiques sur Internet, mais comme je voulais acheter dans ma région, le choix était moins grand. C'est petit mari qui a craqué sur celui-ci, un papier anglais que j'ai trouvé tout de suite  super, mais il fallait oser !

76

Pour intervenir, le peintre devait retirer le gros radiateur en fonte et bloquer tout  le circuit, donc la période sans chauffage s'est prolongée  d'une semaine. Dans la foulée, comme les peintures de la cuisine devaient être refaites, nous en avons profité. Ce n'est qu'il y a quelques jours que nous avons retrouvé une belle maison.

78 apres

 

Et pour la cuisine, j'avoue je me suis lâchée. Petit mari n'était pas certain du résultat, moi je savais que cela donnerait un bel effet. Je regarde assez de revues ou d'émissions sur la déco pour savoir.

79

Nous allions pouvoir attendre le printemps tranquillement. Mais, comme vous le savez tous, rien n'est acquis dans la vie. Nous avons eu 1 an de gilets jaunes  et des grèves diverses, qui ont bien impacté les commerces et surtout les petits artisans. Alors on pouvait espérer en voir le bout. Ah ben non. Sans crier gare, une pandémie en Asie nous a rattrapée.

La France entière est  atteinte.  La Chine avait pourtant  assez dit comment cela se déroulait. Certains ont cru qu'ils exagéraient, qu'ils cachaient des choses etc.. Comme c'était loin, cela n'arriverait pas jusqu'à nous. Et puis c'est arrivé sans crier gare,  en Italie du Nord à nos portes. Au lieu de réagir aussitôt pour prévenir, comme les français sont certainement les meilleurs on a traîné un peu. On a peut être cru que comme le nuage de Chernobyl, cela  allait s'arrêter aux frontières. Et pourtant tous nos pays voisins s'activaient et là "bingo" l'épidémie s'est accélérée. En trois jours de temps on nous a inondé de conseils et l'on a dit : "Les personnes âgées, évitez de sortir, confinez-vous, mais allez voter quand même, tout sera fait pour vous protéger. "  Mais de qui se moquent-on ? Pourquoi avons-nous accepté les cars de supporters italiens il y a 15 jours à Lyon ? Alors que l'épidémie en Italie s'accélérait. Pourquoi la frontière Italienne/Française est fermée mais pas celle dans le sens inverse, tout comme celle avec l'Allemagne.  Alors franchement 

Résultat de recherche d'images pour "une pandémie" 

Bon, je sais la France à toujours été à la traîne sur toutes  les décisions à prendre. Pilule, avortement, Mariage pour tous, PMA, ADN et j'en passe. Mais là, c'est franchement se moquer de nous et nous prendre pour des imbéciles.

 Alors pour me changer les idées, je m'occupe. Je continue à préparer le printemps.

70

9

10

Après avoir un peu explosé, car je suis comme cela moi. Je ne peux pas supporter la bêtise humaine. Alors je reviens à ma déco.

avez vu, les coussins aussi ont changé.  j'ai voulu marquer un décalage par rapport à mon ensemble rétro. Pas mécontente du tout d'avoir osée, ces notes colorées, ça changent de l'ordinaire.

 

20

 

Donc, pendant ce confinement, en espérant que l'on s'en sorte  : j'écouterai les conseils censés et pas les autres. Pour la première fois de ma vie je n'irai pas voter ; de toute façon, chez nous cela ne changera pas grand chose.

65

 

 

Courage à tous les commerçants, à tous ceux qui seront impactés par ce drame d'une façon ou d'une autre.

Courage et Merci à tous ceux qui soigneront avec tous les risques que cela comportent

Profitez de ces drôles de vacances pour revoir vos priorités et vous occuper autrement de vos familles. Et ne jamais oublier que cela n'arrive pas qu'aux autres. 

Posté par manouedith à 19:44 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 janvier 2020

La nouvelle Année, une page vierge qui s'ouvre.....

2020 est là. Quand je pense que nous attendions l'an 2000 avec une telle impatience. Et nous l'avons déjà dépassé depuis 20 ans ! C'est ainsi, que va la vie. Elle court si vite. Nous avons moins d'années devant nous, alors il faut profiter de tous les instants et les savourer différemment, mais toujours avec autant de saveur.

3

 

Thaïs, Mélanie, Théma et sa maman

Cette année encore, j'ai eu plaisir à préparer la période de Noël. Décorer, je le fais moins qu'avant, nous recevons presque plus. Petit mari fatigue quand il sait que nous allons avoir du monde. Il n'a plus le même entrain.  Même pour les repas de fêtes  pour nous deux je les aménage  et j'achète du préparé à l'extérieur. Néanmoins j'ai mis le sapin la première semaine de décembre et cette année, nous avons acheté un sapin naturel, j'ai changé l'endroit où nous le mettions.  J'ai également décoré le boudoir, mais là, pas de sapin habituel, j'ai garni de boules,  une branche biscornue peinte en blanc l'année dernière ; elle avait servi de support pour le cadeau de Noël 2018.  Souvent nous regardons la télévision, cette année c'est devant le Lac des Cygnes donné à St. Pétersbourg au Mariinski, que nous avons rêvés. Nous connaissions cette jolie salle pour y avoir vu : Les Sylphides. Somptueux spectacle, avec de beaux décors et de jolis costumes, rien à voir avec la version que nous avions vu dans une salle des fêtes de province française. 

 

21

Cette année, Noël chez nous s'est fêté avec une journée d'avance, il y avait Annabelle et Emilie et leur famille réciproque. Jean-Claude et Marie-Christine étaient absents. C'était simple, mais j'ai fait une jolie table avec un centre naturel. J'avoue que pour le réveillon du 24, nous ne l'avons pas ressenti pareil puisque chez nous il avait eu lieu la veille. Tout compte fait, ce n'est pas une bonne idée, cela gâche l'esprit de Noël. Le midi du 25, alors que j'avais préparé la table dans la salle à manger, le repas a été écourté par un long coup de téléphone qui a gâché un peu l'ambiance que je voulais retrouver.

 

26

 Il restait donc  le 1er janvier, j'étais décidé a ne pas le louper. Le soir du réveillon, j'ai mis la table devant la télévision dans le boudoir, ainsi nous pouvions également profiter de la cheminée. Ambiance chaleureuse et cosy jusqu'à l'heure fatale. C'est toujours particulier quant à minuit tout le monde s'embrasse en se disant "Bonne Année" ! Bonne, le sera-t-elle ?le vieux proverbe dit toujours : nous savons ce que nous quittons, mais nous ne savons pas ce que nous retrouverons ? Comme une page blanche d'un livre, tout va s'écrire à nouveau au fil des jours. Sera-t-elle meilleure que la précédente, différente ou pire ? Serons-nous encore tous les deux ? Question secrète au fond de nous que l'on évite de prononcer. Plus les années passent, plus cette question surgit et bien vite nous la repoussons.

 

37

Le lendemain, pour nous, un rituel habituel sauf l'année dernière ; nous ne comprenons pas encore pourquoi nous l'avions oublié. Pour rien au monde pourtant nous ne le manquerons. Je mets même sur Facebook : "nous sommes absents, nous téléphoner que cet après-midi". Habillés avec nos plus beaux habits, comme si nous  étions à Vienne, devant la télévision, nous vivons le concert de la nouvelle année avec ferveur, personne ne doit nous déranger. La grande musique et nous c'est important. Nous aimons également dans cette émission les beaux ballets qui s'intercalent. Du rêve, je vous assure. Cette année ce concert était dirigé par Andris Nelsons, un Lettonien jeune et souriant. Alors vous comprenez pourquoi nous ne voulons pas être dérangés. J'ai eu malgré tout à l'entracte le temps d'aller mettre la table et petit mari d'ouvrir les huîtres. Nous avons déjeuné plus tard ce premier janvier. D'autant plus qu'après le concert, Stéphane Bern nous a emmené faire un tour dans Vienne. Nous connaissons Vienne, il paraît qu'elle est la capitale la plus agréable du monde.

 Résultat de recherche d'images pour "andris nelsons""

L'après midi s'est déroulé agréablement, et nous avons profité du salon d'en bas beaucoup plus que d'habitude, nous vivons plus souvent au 1er étage. Là, c'était autre chose, pour lire c'est parfait. L'après-midi, s'est égrenné en recevant des SMS de bons voeux, agrémentés de quelques coups de téléphone, mais vraiment pas beaucoup, dont un triste pour m'apprendre le décès de ma dernière tante du côté de mon père, que je n'avais vu qu'une seule fois il y a deux ans quand je suis allée faire la connaissance de ma cousine Carmen. Cette branche paternelle biologique dont j'ai tout découvert et pour laquelle  je découvre encore de nombreux cousins. Mais avec Carmen tout de suite nous nous sommes bien entendues, Elle a 60 ans, elle a eu elle  aussi une enfance pas simple,  c'est une belle personne. Elle non plus ne connaît pas grand chose de ce côté de notre famille. Chacune de nous, avons partagé ce que nous en connaissions et pourtant la famille PIAT est très nombreuse, nous qui sommes deux filles uniques. 

 

42

Maintenant, l'heure est arrivée de retirer tout ce qui reste de décorations de Noël, redonner à ma maison son allure de tous les jours et la préparer à s'endormir ; car dans quelques jours nous changerons de cieux.

 

39

 J'aimerais faire une suggestion aux télévisions françaises, pendant les fêtes et même pendant toute l'année, pensez un peu plus aux personnes seules ou pas, qui aiment la grande musique, la danse classique et les belles chansons fançaises. Tout le monde n'est pas obligé d'aimer les soirées plus populaires. Il y a bien des chaines faites uniquement pour le  sport, pourquoi n'y aurait-il pas une chaine culturelle gratuite consacrée à la musique  autre que la musique moderne. Avant, il y avait un grand concert à Venise, cette année je ne l'ai pas vu !  Ce soir il y aura les prodiges, une façon de découvrir des jeunes qui s'intéressent à autre chose que leur tablette et leur portable. Il serait temps de reniveler la société par le haut.

 

41

 

Encore Bonne et Heureuse Année 2020 à TOUS.

Posté par manouedith à 12:21 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

31 décembre 2019

Une nouvelle année 2020

Ce soir l'année 2019 se refermera. 

Que va nous apporter 2020 ?

Grand point d'interrogation pour tous.

 

Petit Mari et moi, nous vous souhaitons, même à ceux qui se sont éloignés de nous.

Tous nos meilleurs voeux

Du Bonheur pour ceux qui se marieront cette année , ou rencontreront l'Amour de leur vie.

De la Joie pour effacer les peines.

 Une Bonne Santé.  Car malheureusement,  nous ne sommes pas tous égaux pour recevoir ce voeux ! 

 

Ne jugez pas, quand vous ne vous êtes pas donné la peine de connaître les personnes. Vous n'êtes pas un louis d'or, vous ne pouvez pas plaire à tout le monde. Les raisons de certains ne sont pas celles des autres !

 

A Tous, ne laissez pas les fossés se creuser, et n'attendez pas qu'il soit trop tard pour renouer avec ceux que vous aimez, personne n'est éternel !

 

BELLE ANNEE A VOUS

Posté par manouedith à 10:38 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,