03 octobre 2010

Le Lac, d'Alphonse de Lamartine (Lac du Bourget)

 

a

Le Lac

Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,

Dans la nuit éternelle emportés sans retour,

Ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âges

Jeter l'ancre un seul jour ?

Ô lac ! l'année à peine a fini sa carrière,

Et, près des flots chéris qu'elle devait revoir.

Regarde ! je viens seul m'asseoir sur cette pierre

Où tu la vis s'asseoir !

le_banc

Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes.

Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés :

Ainsi le vent jetait l'écume de tes ondes

Sur ces pieds adorés.

Un soir t'en souvient-il ? nous voguions en silence :

On n'entendait au loin, sur l'onde et sur les cieux.

Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence

Tes flots harmonieux

IMG_2679

 

Tout à coup des accents inconnus à la terre

Du rivage charmé frappèrent les échos :

Le flot fut attentif, et la voix qui m'est chère

Laissa tomber ces mots

Ô temps ! suspends ton vol ! et vous, heures propices.

Suspendez votre cours :

Laissez-nous savourer les rapides délices

Des plus beaux de nos jours !

c

Assez de malheureux ici-bas vous implorent :

Coulez, coulez pour eux :

Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent.

Oubliez les heureux.

Mais je demande en vain quelques moments encore.

Le temps m'échappe et fuit :

Je dis à cette nuit : Sois plus lente : et l'aurore

Va dissiper la nuit.

d

Aimons donc, aimons donc ! de l'heure fugitive,

Hatons-nous, jouissons !

L'homme n'a point de port, le temps n'a point de rive :

Il coule et nous passons !

Temps jaloux, se peut il que ces moments d'ivresse,

Où l'amour à longs flots nous verse le bonheur,

S'envolent loin de nous de la même vitesse

Que les jours du malheur ?

g

He quoi ! n'en pourrons-nous fixer au moins la trace ?

Quoi ! passés pour jamais ! quoi ! tout entiers perdus ?

Ce temps qui les donna, ce temps qui les efface,

Ne nous les rendra plus ?

Eternité, néant, passé, sombres abîmes.

Que faites-vous des jours que vous engloutissez ?

Parlez : nous rendrez-vous ces extases sublimes

Que vous nous ravissez ?

IMG_2685

Ô lac ! rochers muets ! grottes ! forêt obscure !

Vous, que le temps épargne ou qu'il peut rajeunir.

Gardez de cette nuit, gardez, belle nature,

Au moins le souvenir !

Qu'il soit dans ton repos, qu'il soit dans tes orages,

Beau lac, et dans l'aspect de tes riants côteaux,

Et dans ces noirs sapins, et dans ces rocs sauvages

Qui pendent sur tes eaux !

CIMG9281

 

 

Copie__2__de_Copie_de_CIMG3212

Qu'il soit dans le zéphyr qui frémit et qui passe,

Dans les bruits de tes bords par tes bords répétés

Dans l'astre au front d'argent qui blanchit ta surface

De ses molles clartés !

Que le vent qui gémit, le roseau qui soupire,

Que les parfums légers de ton air embaumé

Que tout ce qu'on entend, l'on voit ou l'on respire,

Tout dise : " Ils ont aimé ! "

 

Alphonse de Lamartine

 

CIMG4116

le_lac

 

 

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :


18 décembre 2008

Faire part de décès émouvant

Dernièrement j'ai reçu un faire-part de décès très émouvant, j'ai envie de le partager avec vous, car je l'ai trouvé vraiment original et beau.

mme_boglietti

Bel hommage d'une famille proche. 'cliquez dessus pour mieux apprécier l'hommage de chacun des membres de sa famille.

Cette dame était la personne a qui nous avions acheté l'appartement de Pralognan, ils y étaient restés 30 ans et ils avaient beaucoup de peine à le quitter, nous avions sympathisé et nous avons continué à correspondre ensemble ; nous les avions rencontré un été sur la côte d'azur ; à chaque fois que nous faisions des changements dans l'appartement, nous leur faisions parvenir des photos. Quand nous achetons une maison si l'on peut  nous gardons le contact avec les anciens propriétaires car souvent pour eux cela leur fait plaisir de continuer à avoir des nouvelles des endroits où ils ont été heureux et qu'ils ont été obligés de se séparer.

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 novembre 2006

Un peu de Romantisme sur les bords de la Méditerranée

Mer méditerranée

IMG_1636

qu'ils sont beau tes reflets

Je ne cesse de te regarder

et je ne cesse de t'admirer

Toute seule, devant les flots

tout ce qui m'entoure est beau

Le sable et ses cailloux

sont pour moi mille bijoux

Au gré du vent

fort, doucement

Les planches multicolores

filent comme des fusées d'or

Ta grande beauté

me fait oublier

Les tracas et soucis de l'année

même les chagrins sont oubliés.

Posté par manouedith à 22:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 novembre 2006

AIMER DONNER PARTAGER

DSCF0004DSCF0005

Pour toutes celles qui partagent leurs passions et qui nous permettent de découvrir autre chose, je dédie ce poème sans prétention.

AIMER DONNER PARTAGER

Il y a mille façons pour AIMER

Il y a mille façons pour DONNER

Mais il ne faut pas oublier

Aussi le verbe PARTAGER

AIMER un ami, un amant

sans oublier tous les enfants

DONNER à ceux qui ont faim

sans oublier son prochain

PARTAGER les joies et les peines

mais il faut oublier la haine

AIMER DONNER PARTAGER

trois verbes à respecter.

Posté par manouedith à 12:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

29 octobre 2006

Petite confidence.

 

Pour mieux me connaître, je vais vous faire une confidence, en 2002, un cataclysme est arrivé dans ma vie, j'ai perdu ma fille de 34 ans d'un cancer aux poumons, du jour où il a été découvert il ne lui restait plus que 55 jours à vivre, c'est pour moi une plaie qui ne se refermera jamais. Je vais vous confier le poème que j'avais écris quand elle est né et que j'ai terminé quand elle nous a quitté.

CHRYSTEL

Les Lilas : 30 mars 1968 – 11h 45 /Compiègne : 17 mai 2002 – 15h 50

 

 

 

 

PRINTEMPS DE LA VIE

 

 

Le mois des giboulées

 

Allait se terminer.

 

Quand elle arriva,

 

Le soleil était  là !

 

C’était au printemps

 

Il y a longtemps

 

Le dernier samedi

 

Qu’elle poussa son cri.

 

Pas de droit d’aînesse

 

Pour notre princesse

 

Bébé rieur

 

Bébé bonheur.

 

Elle était si belle

 

On la prénomma : CHRYSTEL

 

 

 

 

 

 

Et les années se sont écoulées ;

 

Un nouveau printemps est arrivé !

 

Trente quatre bougies, venaient d’être soufflées.

 

Déjà, nous savions qu’elle allait nous quitter.

 

 

 

Un après-midi ensoleillé

 

Notre princesse s’est envolée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 17:47 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :