28 novembre 2020

Confinement "2" dernier jour - réflexions ! Bilan.

La sortie de l'épisode 1, était plus agréable, puisque nous avions l'avenir de l'été. Ce n'est pas pour cela que tout le monde avait compris, puisque 5 mois après, on recommençait ! 

Eté 2020 : quelle météo pour les vacances ? - Actualités La Chaîne Météo

 

L'épisode 2, se termine, avec encore plus d'incompréhensions. Mais depuis le début de l'année, nous avons quand même apprivoisé plus ou moins bien la grosse bête.

Coronavirus (COVID-19)

 

 

Que ce soit nos dirigeants, ou les autres, ils ont fait comme ils ont pu !, comme c'était inédit, on ne pouvait pas savoir comment aurait réagi un autre président. N'oublions pas quand même que la tâche ne devait pas être facile, puisqu'il fallait sans arrêt ménager la chèvre et le choux ! Il y a eu des erreurs, du cafouillage, des décisions qui semblaient ne pas avoir de bon sens. Mais étant donné que la situation était mondiale, les autres dirigeants, n'ont pas été meilleurs que nous. Facile de dire : Moi Je... Rappelez-vous les conseilleurs ne sont pas les payeurs.

Les expressions du jardin : ménager la chèvre et le chou - Jardins Volpette 

 

Que ce soit NOUS en général, en premier,  dans l'euphorie du moment, (si nous pouvions appeler cela comme ça). A la première version, il fallait se mettre aux fenêtres à une certaine heure pour applaudir les services médicaux, qui étaient en première ligne. Bizarre, à l'épisode 2, plus d'applaudissements et pourtant ces gens là, étaient encore en première ligne. Les média, qui sans arrêt soufflent  des informations contradictoires, lancent une phrase ou un mot sortis de son contexte alimentent indirectement les polémiques et mettent à l'honneur les petits commerçants. Cela partant peut être d'un bon sentiment, sauf que pour faire taire les mécontents, "la haut", ils se sont mis à prendre des mesures ridicules ; par exemple en faisant fermer les rayons des grandes surfaces mais aussi des moyennes et des plus petites. Alors que les petits commerçants étaient fermés ; ou est la logique ? En mettant toute  la France entière à l'heure des grandes villes ! Nous n'avons jamais entendu autant parler des libraires, des marchands de jouets, des cafés, des restaurants  et j'en passe. Je compatis pour ces gens qui resteront sur le carreau ou qui auront du mal à se remonter.

Pourquoi applaudit-on les soignants ? - Elle

 

Comme le ridicule ne tue pas, ce sont ceux qui habituellement profitent des grandes surfaces au détriment des petits  commerçants, ou des réseaux sociaux.  Pour un oui ou pour un non, subitement prennent la défense des "petits", mon Dieu qu'elle hypocrisie ! Ceux là, les mêmes, avant disaient : "il faut faire avec son temps" c'est la mondialisation qui a fait évoluer le développement, vous êtes des ringards" etc, etc... Ce sont également les mêmes qui en fin de semaine se ruent dans les grandes surfaces.

 

https://images.midilibre.fr/api/v1/images/view/5fa11a30d286c233d9420147/large/image.jpg?v=1

Déjà, depuis un certain nombre d'années, on se rend compte, que tout ces slogans qui prônent le modernisme, font régresser de plus en plus l'humanité. Maintenant, par exemple il faut plusieurs mois pour avoir un rendez-vous chez un spécialiste même si vous avez une suspicion qui mérite une réaction rapide, je vais vous donner un exemple personnel.

Morbihan. Face aux délais d'attente, être secrétaire chez un spécialiste devient un sacerdoce - Redon.maville.com

Ah oui ! mais voila je n'ai pas de place avant 6 mois

 

En septembre, j'obtiens en 2 mois, un rendez-vous chez l'ophtalmo, mais pas celui que j'ai l'habitude de voir, il ne me verra seulement que si c'est important. Son auxiliaire me prend les mesures ophtalmologiques qu'il faut et je passe ensuite devant un remplaçant, pour me dire que j'ai de la tension dans un oeil et qu'il va falloir me faire un champ visuel et qu'ensuite je verrai mon ophtalmo habituel, OK sauf que j'obtiens un rendez-vous que 7  mois après, alors que tout le monde sait que de la tension dans les yeux c'est très sérieux. Je ressors sans gouttes et obligée d'attendre le mois de mai 2021. Je profite quelques jours après, pour retéléphoner afin de signaler des troubles depuis le dernier examen. La secrétaire me répond, je fais part de votre inquiétude, afin qe Madame... regarde votre dossier et Elle vous rappelera. Le coup de téléphone de la secrétaire,  n'arrive que 8 jours après, en me disant, nous sommes arrivés à vous avancer votre rendez-vous au 7 décembre, l'ophtalmo habituelle  sera au cabinet ce jour là, comme cela, elle pourra interprêter l'examen et vous dira quoi faire. Oups ! 

Ophtalmologiste - L'ophtmalo, médecin spécialiste de la vue - Doctissimo

Un autre exemple ; hier en fin d'après-midi, jour habituel d'ouverture de la ferme biologique que j'ai trouvé à 25 kilomètres de chez moi il y a 15 jours. Le seul petit producteur en direct dans le coin. Depuis toujours je sais, que l'alimentation est primordiale pour une bonne santé, déjà dans les années 1980, je faisais des kilomètres pour me procurer des produits sains. Donc là, je suis très contente d'avoir trouvé celui-ci. Mais, pour manger sans produits chimiques on a quelques contraintes désagréables, par exemple, attendre son tour en plein champ à tout vent,et faire  la queue en file indienne avec les distanciations respectées pendant une demie-heure, je peux garantir que nous n'avions pas chaud. Mais heureuse de remporter de bons produits même si je pouvais attraper un rhume. Conclusion, comme cet hiver, les queues devant les magasins vont devenir "légende", je vais ressortir la mi cape en fourrure de ma grand-mère. 

Faire ou ne pas faire la queue, telle est la question - Yellow Vision

Cette queue, me rappelait les images télévisées que nous avions vues dans les pays derrière le rideau de fer il y a quelques années, ou ce que  nos parents et grands-parents avaient vécu pendant la dernière guerre. A la différence que là, nous avions du choix. Drôle de monde quand même que nous vivons

Arrière (militaire) — Wikipédia

Samedi, notre premier Ministre nous a annoncé les mesures qu'il faudrait à nouveau respecter si nous ne voulions pas avoir un 3ème épisode ! au détriment de nouvelles catégories de commercants : Ceux du monde du ski. (j'ai pourtant une amie, qui dit : le ski ne concerne que les personnes aisées !) Je n'en suis pas convaincue, quand je vois le nombre de polémiques à ce sujet qui fleurissent sur le net depuis deux jours. Moi qui suis une adepte de la montagne (pas du ski) je dis à tous ces amoureux des sports d'hiver :  Depuis le temps que vous venez "bouffer du ski" pendant 8 jours, jeter vos mégots sous les télés sièges, faire la fête dans les restaurants. Pour une fois venez en amoureux de la montagne, allez marcher, faire des raquettes, découvrez nos sentiers, respirez le bon air, faites marcher les commerçants ouverts. Je suppose que les restaurants proposeront des plats à emporter et faites la fête dans vos locations. Et pourquoi pas, découvrez d'autres façons de faire du ski. Il n'y a pas que le ski de fond et les peaux de phoque (synthétiques) bien sûr.

 

A la découverte du ski de rando ! - France Montagnes

Continuons à faire attention même si l'on vous dit à la fin de l'année nous aurons des vaccins, ne vous précipitez pas dessus, comme certains l'ont fait pour les tests, prenez le temps de voir comment ils réagiront et s'il n'y a pas trop de "couacs". En tous les cas, je reste avec la même ligne de conduite. Noël se fera seule avec petit mari, mais néanmoins je décorerai ma maison et nous mangerons un bon repas le jour "J". J'écrirai mes voeux. Et je commencerai à mettre à éxécutions les résolutions que j'ai prises pendant ce second confinement, qui m'a permis de beaucoup réfléchir sur les gens qui m'entourent et revoir mes priorités. Vous savez tout compte fait : la solitude peut aussi avoir du bon.

La vaccination

 

Espérons qu'il n'y ait pas un 3ème épisode ? Malgré tout, je n'en reste pas convaincue.

 

Ma réflexion ) - Les Authentiques Mouloudéens 1921

 


19 novembre 2020

Confinement jour 21 - occupations : Je m'occupe.

Je ne dirai pas assez, que dans cette période pas comme les autres. Les retraités en couple, sont les plus privilégiés. Notre objectif numéro 1 c'est de tout faire pour évier d'attraper le COVID. Pour nous c'est simple, toutes les barrières mises en place peuvent être respectées puisque nous ne sommes pas obligés de sortir pour aller au travail, ou emmener les enfants à l'école, et les occuper pendant leur temps libre ; nos contraintes à nous, sont quand même limitées, ce qui n'est pas le cas pour tous.  En revanche pour les personnes seules cela commence à être un peu plus difficile quand elles ont horreur de la solitude, sinon elles s'adaptent plus ou moins facilement. 

13

Il faut donc prendre son mal en patience, c'est la seule chose à faire.  Eviter de trop écouter les informations nationales ou régionales, ainsi que  les réseaux sociaux. Pour les premiers, les journalistes ont souvent l'art et la manière d'appuyer où cela fait mal, en posant des questions qui nous semblent hors du bon sens. En se faisant les portes paroles des eminences haut placées qui depuis le début tatonnent  ouvertement et pour cause la situation est inédite.

Quant aux réseaux sociaux, il faut redoubler de logique, afin de "dépatouiller" le vrai du faux ; mais surtout ne pas croire tout ce que nous lisons ou entendons. Rester à tous les instants vigilants  en ne croyant que ce que nous voyons. Parce que ceux là, on peut dire qu'ils entretiennent la psychose si nous les écoutons.

31

Réféchir nous en en avons le temps. C'est le moment des remises en question et définir comment nous allons nous comporter "après que tout cela sera redevenu normal" par exemple est-ce indispensable de s'embrasser quand nous ne nous connaissons pas. Cette habitude apparue il n'y a pas si longtemps que cela est ridicule à mes yeux. Cela me donne l'impression que l'on galvaude un geste affectif. Pareil pour le tutoiement, avant nous demandions à l'autre la permission de le tutoyer, c'était un signe de bonne éducation et de respect. Sous prétexte de convivialité on tutoie jeunes et vieux, Certaines  barrières restent essentielles. On a tendance de plus en plus à vouloir mettre tout le monde sur le même piédestal. Est-ce normal ?    

17

 

Profiter de son heure de balade.  C'est un peu juste quand même. A moins d'avoir un GPS (celui des téléphones portables usent la batterie) et encore il faudrait au bout d'une demie heure, systématiquement rebrousser chemin, on ne va pas loin en si peu de temps. Au bout d'un certain temps, la balade devient vite sans beaucoup d'intérêts  ; et quand nous habitons un petit village, nous en avons vite fait le tour. Alors nous sortons un peu moins en plus le temps parfois n'est plus aussi agréable.

50

Se déplacer par obligation et surtout ne pas oublier à chaque fois "l'ausweis". Pour les courses alimentaires, si nous nous organisons bien, une fois par semaine c'est assez. Pour le reste on respecte les consignes scrupuleusement. Quant aux pipis du chien, si nous nous débrouillons bien on peut sortir plusieurs fois dans la journée. Et si nous sommes foncièrement honnêtes nous respectons scrupuleusement ce que nous avons le droit de faire. Mais comme la plupart des français sont réputés pour être indisciplinés, beaucoup s'arrangent avec les mesures. C'est à chaque fois pareil à cause de ce caractère typiquement français, on grignote petit à petit nos libertés et après, nous nous plaignons.

87Les Yeux d'Héloïse

Laquelle se reconnaîtra ?

Alors, que nous reste-t-il à faire ? pour nous occuper dans notre maison. 

Pour l'entetien journalier, confinement ou pas, il faut le faire ; donc rien ne change. Quand au grand chambardement annuel de rangement, il a déjà été fait au confinement épisode 1. Alors que reste-t-il  dans l'immédiat ? Je ne vois que les préparations de Noël, même si l'on sait que personne ne viendra nous voir. On ne va quand même pas passer les fêtes, sans mettre un peu d'ambiance dans notre maison, même si ce n'est que pour soi-même. Si nous ne pouvons pas acheter de sapin, qui nous empêche de garnir quelques branches d'arbres dépouillées de leurs feuilles et mettre  de jolies boules qui sont remisées dans notre grenier, ou dans nos placards et qui servent chaque année. Réfléchir à notre menu élaboré de ce jour de fête et faire une belle table même si nous  sommes tout seul. J'ai une amie "Marie-Claude" qui vit seule et pour ne pas perdre son moral pendant ces temps de "disette sociale", chaque dimanche elle se fait une jolie table et sort une jolie nappe et la garnit de "vaisselle du dimanche".  Elle fait pareil quand elle se réveille et prend son petit déjeuner, Elle dit toujours :" quand nous sommes seuls, dès que nous posons le pied par terre, il faut tout faire pour enjoliver sa journée". Dans une autre de mes vies, j'ai connu un monsieur, qui chaque jour à l'heure du thé, garnissait sa petite table ronde qu'il avait sur son balcon (l'hiver il la rentrait) d'une nappe  brodée et il sortait sa théière en porcelaine ainsi que la tasse qui va avec et dégustait son thé accompagné de gourmandises en écoutant de la grande musique. Plusieurs fois j'ai assisté à son cérémonial et à chaque fois je me disais au fond de moi, bravo pour savoir mettre de l' Art dans la vie de tous les jours. Oui, cela peut sembler "bizarre" mais après tout, il se fait plaisir et pour lui c'est un petit bonheur simple et une récréation enchantée. 

41

82 Lui faisait la même pour sont thé journalier. 

57 - soirée de fiançailles 2002 St

Les livres : Ils ont été le sujet d'un billet précédent et ceux qui comme moi, adorent lire, savent que c'est un privilège inégalé, comme toutes les passions que nous pouvons avoir.

9

Moi, Cette semaine, je me suis consacrée à une activité particulière. 

Petit Mari et moi nous vivons ensemble depuis 20 ans ! J'ai fait des centaines de photos. Nous avons reçu à chaque vacances nos enfants et petits enfants. A nous deux le nombre est conséquent, même si certaines années certains ne sont pas venus. A chaque fois cela a toujours été une organisation très importante, aussi bien pour petit mari le préposé aux repas et pour moi à l'intendance et à l'organisation des sorties. Ce fut une joie pour nous, nous avons toujours donné sans compter. Et ces  moments familiaux ont tous été  immortalisés. J'ai décidé de re visionner tous ces instants pour les classer et faire un énorme album photographique de ces 20 ans écoulés. J'ai revécu tous ces instants heureux pour certains et moins heureux pour d'autres. J'ai vu grandir les uns et les autres. Je ne regrette rien, ainsi j'ai pu constater que la vie est passée très vite, que nous avons chaque année fait énormément de choses, que nous avions même reçu les copains et les amis de passage qui depuis longtemps ont quitté le navire. Mais l'instant présent a été que du pur bonheur. Maintenant tout le monde a grandi, s'est éparpillé partout en France et même à l'étranger. Notre cocon s'est refermé sur nous deux et nous sommes heureux. Alors voyez vous relativisons tout et vivons dans l'espoir de nouveaux jours heureux.

4

Si moi, je suis capable de vivre en ce moment ces instants pénibles qui nous sont imposés à tous. Tout le monde peut le faire. Le secret c'est simplement garder l'espoir et rester positif. 

Je ne suis plus jeune, mais j'ai envie de vivre encore très longtemps.

30

0 edith et marc

 

 

Posté par manouedith à 18:25 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 novembre 2020

12ème jour de confinement - Résumé de notre époque.

 Je l'ai déjà dit, dernièrement, je me suis retrouvée une belle soeur. Nous sommes éloignées l'une de l'autre. Malgré tout, nous apprenons à nous connaître comme nous le pouvons. Pas facile par ces temps troublés de se rencontrer. Pas facile non plus de confronter deux personnalités très différentes et créer un fil d'amitié.

Elle est seule chez elle, confinée avec une  "cruralgie". Elle semble ne pas avoir les mêmes occupations que moi, elle m'envoie chaque jour des petites vidéos ou des pépites qu'elle trouve sur Internet. Elle attend de me rencontrer pour me confier ce que je veux savoir sur mon frère inconnu, en attendant j'essaie de lui insuffler mon optimisme en respectant nos différences.

Ce matin, j'ai reçu, cette lettre qui décrit si bien notre époque, pas simplement sur la pandémie actuelle, mais aussi sur ce que nous devenons petit à petit depuis des décennies et elle résume si bien les choses, en peu de mots elle dit tout haut, ce que beaucoup pensent tout bas de cette France qui partout semble régresser. Même si le progrès est en marche, il altère quand même petit à petit nos libertés et notre individualité.

37

 

Oui, moi aussi, j'aurai pu écrire cette lettre à mon grand-père, elle résume si bien ce que nous vivons en ce moment et ce qu'au fil des années nous sommes devenus. 

Cette France où tout ceux qui ont vécu avant la dernière guerre et qui au nom du patriotisme sont allés se battre  pour préserver notre liberté, n'en reviendraient pas de voir ce que nous  faisons  du 21ème siècle.

Tout le monde râle sans s'appercevoir que l'on nous grignote de plus en plus notre sacro sainte liberté.

Alors je vous fait partager aujourd'hui, l'Edito de Jean Paul Pelras chroniqueur sur le journal Internet : "L'Agri" d'annonces légales des Pyrénées Orientales.

Ce billet est très bien écrit, prenons le,  simplement pour ce qu'il est, ni voyons pas seulement un message pour le COVID, car pour cette "gosse bête", si nous avons du bon sens on ne peut que s'éxécuter. Mais cette lettre va beaucoup plus loin, sachons faire la part des choses. 

 

14

Lettre à mon père qui n’aurait pas supporté cette époque !


Tu étais ouvrier agricole. À onze ans, tu labourais déjà avec un cheval. À 80, tu descendais de ton dernier tracteur. Et, voici quelques années, alors que tu venais de souffler tes 91 bougies, tu partis pour trop longtemps de l’autre côté du chronomètre. Ne connaissant pas ta nouvelle adresse, je ne t’écris pas souvent. Le vent, le chant des oiseaux et la course des étoiles étant mieux qualifiés que moi pour te donner des nouvelles du monde. Mais aujourd’hui et peut-être car j’aimerais pouvoir compter encore un peu sur toi, je viens te parler de ce monde qui, justement, n’y est plus tout à fait.

13

une scierie à l'abandon !


Nous voilà pilotés par quelques jeunes godelureaux qui font fureur dans la maladresse et le mépris, qui croient savoir ce qui est bien pour nous, car ils savent avant tout ce qui est bien pour eux. Depuis le mois de mars nous avançons, un masque plaqué sur le visage. Pendant 6 mois les enfants ne sont pas allés à l’école. D’ailleurs, en parlant d’école, ceux de ta génération faisaient moins de fautes et savaient mieux compter avec un simple certificat d’études que la plupart de nos bacheliers.

11

Que je te dise aussi, parce que certains font déjà semblant de l’oublier, au début de l’été, quelques élus zélés avaient installé des corridors sur le sable pour que nous puissions aller voir la mer. Oui, oui, tu peux me croire, nous n’avions même plus le droit d’aller voir la mer, ni la montagne d’ailleurs ! Et puis, plus rien, peut-être parce que les échevins de faction à Lutèce avaient compris qu’il ne fallait pas pousser le bouchon trop loin.

14

Avant cela, ils nous ont aussi interdit de rendre visite à nos anciens dans les maisons de retraite où beaucoup sont morts sans avoir vu une dernière fois leurs épouses, leurs maris, leurs enfants. Il était interdit de marcher dans la rue, de nous déplacer d’un village à l’autre, d’aller débusquer la morille dans le bois d’à côté, pas moyen de se faire couper les cheveux, le coiffeur avait baissé son rideau, plus de dentiste, idem pour les rendez-vous médicaux. Les mariages aussi étaient interdits, aux enterrements pas plus de 10 personnes. “Interdit” : je répète souvent ce mot parce que, désormais, ici, c’est le plus couramment employé.

18

Pour aller chez le boucher, chez l’épicier, “faire de l’essence” ou se dégourdir les mollets, il fallait se munir d’un laisser passer. Un bout de papier contrôlé par les gardes du cardinal de service que l’on nous obligeait à remplir nous-même, c’est dire le degré de soumission. Avec, comme en temps de guerre, çà et là, planqués derrière les volets, le relent des délations.

21

Interdit de nous rassembler, interdit de danser, il n’y a pas eu de bal au village cet été. Interdit de jouer aux boules, au ballon, au loto dans la salle des fêtes, à la belote dans les bistrots. De toutes façons les bistrots étaient fermés et, d’ici quelques temps, ils le seront peut-être à nouveau. Figure-toi qu’ils envisagent même de nous prendre la fièvre à l’entrée des restaurants.

 

9

Tous les soirs, à la télévision, nous devons écouter la parole des savants. C’est comme ça, on ne nous demande plus notre avis. Sauf, parce que ça c’est important et qu’il faut bien nous occuper, pour voter par téléphone et désigner celui qui aura le mieux chanté dans les émissions de téléréalité. D’ailleurs, à la télé, il n’y a plus que des séries policières, ça tire de tous les côtés, des meurtres en veux-tu en voilà. Tu sais même plus si c’est les informations ou du cinéma.

19

J’ai entendu dire aussi qu’il n’y aurait bientôt plus de pièces ni de billets, seulement des instructions sur des boites vocales et des chiffres sur des écrans d’ordinateurs. L’argent, c’est trop sale. Même avec ça, ils arrivent à nous faire peur pour mieux contrôler nos économies.

24

Je te jure, ce ne sont pas des conneries. Arrête de rigoler, tout est vrai. Et attends, tu vas voir ce que nous réservent les “forces de progrès”. Si tu revenais, tu ne reconnaîtrais pas ces garrigues où tu taillais la vigne entre deux bourrasques de tramontane gelée. Là-haut, les écolos ont planté leurs grands tourniquets blancs pour brasser du vent aussi futile que leurs idées. Et des idées, ils n’en manquent pas.

26

Tiens, récemment l’un d’entre eux a supprimé le sapin de Noël, une autre veut “éliminer” les hommes, certains veulent interdire le Tour de France. D’ailleurs cette année il a eu lieu en septembre, sans demoiselles pour embrasser le champion. De toutes façons, on ne s’embrasse plus, on ne se serre plus la main. Pendant ce temps, dans les villes, les vandales (ce mot me vaudra peut-être un procès…) continuent de tout péter. Dans les campagnes, d’autres abrutis crèvent les yeux des chevaux, leur coupent les oreilles, massacrent les génisses, éventrent les petits veaux. Un peu partout, les églises flambent, mais il ne faut pas en parler. Des détraqués s’en prennent à la République, mais il n’est pas certain qu’ils le fassent exprès.

27

Bientôt nous ne pourrons plus rouler en voiture. Pour désherber, même sur les coteaux il va falloir reprendre la pioche. Un philosophe, qui sait certainement ce que travailler veut dire, préconise d’arrêter l’utilisation des moteurs pour avoir recours à l’énergie musculaire “animale ou humaine”. Ils sont allés chercher des ours dans les Carpates pour les installer dans les Alpes et les Pyrénées. Ils protègent les loups pendant que les troupeaux sont décimés. Et ils tirent des citoyens au sort pour imaginer le futur de nos paysans. Parce que ceux-là ont une “opinion”, tu comprends. Ils ont des idées. Même si certains ne savent pas faire la différence entre une aubergine et un navet.

23

Les chasseurs aussi en prennent plein la gueule, les cirques n’auront bientôt plus d’animaux. Et, tiens-toi bien, parce que celle-là il fallait la trouver, la viande sera remplacée par des steaks végétaux fabriqués dans des labos.

34

Comment expliquer ça à un gars comme toi qui descendais les rangées de vigne avec un sac de 50 kilos d’engrais coincé sous chaque bras, qui célébrait l’entrecôte et honorait le gigot, qui n’étais même pas rassasié après une centaine d’escargots ? Toi l’épicurien qui me conseilla un jour, alors que je sillonnais une parcelle longtemps restée en friche, de changer de sens parce que je ne suivais pas la bonne pente. Celle que l’eau devait emprunter naturellement. Celle que seuls les anciens connaissaient et que l’on ne pouvait distinguer à l’œil nu.
Parce qu’il en va, je le crois, de l’eau et du cours des rivières comme de celui de l’histoire. Si nous perdons les repères, si nous oublions la réalité, si nous ne transmettons pas le savoir avec cette part consubstantielle de sensibilité qui demeure la part la plus profonde de l’homme, les sources vont se tarir. Et les chemins qui sont parfois ceux de nos libertés, risquent de se refermer sur la misère et le chaos.

35

 Allez Papa, je te laisse. Et surtout ne regrette rien. Ici-bas, Mad Max est en train de remplacer Don Camillo !

39

La grotte aux chauves-souris aux pied du Fierloz.

Pendant ce temps là, le nombre de contaminés et de morts augmentent. Toute l'Europe se "re confine" pour la seconde fois. Nous sortons de moins en moins. L'automne ensoleillé joue les prolongations. Dans notre région, l'une des plus touchée, il fait un beau temps, le soleil brille presque tous les jours. Nous avons le droit de sortir nous promener une fois par jour 1 heure, nous en profitons, mais nous allons où nous sommes certain de ne rencontrer que très peu de monde, aujourd'hui sur 1h 1/4 de balade, nous n'avons croisé que 2 personnes.

44

Depuis que nous sommes dans cette région, c'est la première fois que nous faisons cette promenade. Nous avons encore découvert de nouvelles choses. Demain, nous serons déjà le 11 novembre. Les projets de vacances plus loin,  restent ancrés dans un coin de notre tête, mais ils seront pour après.

30

 


A bientôt......

10 novembre 2020

9ème et 10ème jour - Occuper son confinement - lire !

15

Ne  faire que ce qu'il nous plaît, tout en  ne  sortant pas. S'enfermer, s'isoler, se boucler, se renfermer sur soi même. C'est ainsi que je définis l'ordre que l'on nous a donné.  Il faut se trouver des occupations !  En un mot, faire ce que nous voulons pour ne pas nous ennuyer : ça, je sais faire et je n'ai même pas de scrupules pour privilégier le plaisir aux tâches ménagères.

10

Alors, ces deux derniers jours, nous ne sommes pas sortis du tout. Nous avons beaucoup lu. Je plains ceux qui n'ont pas ce plaisir. C'est pourtant un amusement presque gratuit. 

Du plus loin que je me souvienne, dès que j'ai su lire, il y a toujours eu des livres autour de moi. Mon choix est éclectique. M'évader est le seul mot clef.

IMG_5334

C'est pourquoi j'aime les  romans, avec une préférence pour ceux de : Marie Bernadette Dupuy, François Bourdin, Danielle Steel etc... Les romans d'amour, sans tomber dans ceux à l'eau de rose, me font rêver, les romans d'aventure me font voyager.  Mais je n'aime pas les histoires trop compliquées , tarabiscotées. Je veux qu'elles ne me fatiguent pas. Lire c'est se détendre en premier. 

Mais j'aime aussi les plus sérieux, ceux qui peuvent m'apprendre quelque chose et compléter mes connaissances comme  les biographies historiques. Elles comblent ma curiosité.

Longtemps, j'ai acheté des livres, jusqu'au jour ou je n'ai plus eu de place pour les ranger. Ici dans le grenier, j'ai aménagé un coin bibliothèque, ils sont installés  par catégorie et sont tous inscrits dans un grand cahier pour les retrouver facilement. Il y en a plus de 800. Lors de mon dernier déménagement, j'en ai donné à la bibliothèque  du village que je quittais. Maintenant, plus aucune n'en veut. Elles en ont toutes trop. Les vendre me direz-vous ; oui mais, ce sont des contraintes pour les envoyer. Je préfère maintenant, les déposer dans des boites à livres comme il en pousse partout. Même chez nous à la campagne, nous avons un boulanger qui a installé une ancienne grille à pain où nous pouvons fureter en attendant notre pain.

 Comment faire le plein de livres à moindres frais : La Rep vous donne 5 bons plans - Orléans (45000)

 Quand je vois une boite à livres, comme il commence à y en avoir par endroit, j'en dépose. Du temps ou j'ai fait des brocantes, j'en ai vendu.

Les boites à livres à Paris : n'achetez plus, échangez ! – Le Cri du Zèbre

Dans les années 1970, j'ai acheté de beaux livres d'Histoire, ou des livres de grands littéraires des siècles passés réédités dans de belles éditions , il y avait un système imparable dans ces années là, plusieurs éditeurs comme "Beauval" et bien dautres, offraient le 1er gratuit et même parfois plusieurs, ensuite chaque mois on pouvait acheter un par un,  leur collection. C'est ainsi que je me suis constituée ma bibliothèque.

Livre: Oeuvres d'Alexandre Dumas (48 volumes), Dumas Alexandre, Editions de Crémille,Editions de l'Erable,François Beauval, éditeur, 2000114411356 - Leslibraires.fr 

Je possède ainsi, toute la  collection d'Alphonse Daudet, d' Agatha Christie, et même tous les Tintins, Il y a eu également tous les livres aux reliures vertes des Femmes célèbres, et celles aux reliures rouges des auteurs célèbres de l'Histoire de la France, comme André Castellot et Alain Decaux. Je me disais, si je ne les lis pas maintenant je les lirai à la retraite et c'est exactement ce que je fais. Quand petit mari est arrivé dans ma vie, il n'avait jamais vu autant de livres historiques et divers et il s'est mis à tous les lire. Je peux dire que toutes ces collections sont bien rentabilisées.

31

 

Dans les années 1970, se sont créés les boutiques "France Loisirs" où l'on peut avoir accès à des livres brochés moins chers, car à l'époque, le prix du livre est encore variable. Il y a bien, les livres de poche depuis 1953, mais je n'aimais pas lire sur ce genre de livre, il m'a fallu de nombreuses années pour en acheter. Néanmoins ils restent les plus accessibles pour le porte monnaie, mais ils ont une contrepartie désagréable, celle d'avoir de petites lignes, parfois dfficile à lire en vieillissant. Ce que j'aime particulièrement chez FL où je suis abonnée depuis les débuts, c'est que nous avons l'obligation tous les 3 mois d'acheter un seule livre si nous voulons, sinon nous recevons la sélection qu'ils ont choisie. Souvent c'est ce que je fais, j'aime aussi lire un livre inattendu, cela m'ouvre d'autres horizons.

Séries Livres FRANCOIS BEAUVAL Et AUTRES Nantes 44000 Livres, BD, Revues

 

Depuis deux ans, j'écumais la bibliothèque du village voisin, mais le COVID est arrivée, je n'y suis plus retournée, elle est restée fermée longtemps, quand elle a réouverte des gestes barrières ont été instaurés comme partout. Ou alors il fallait les commander sur leur site, mais moi j'aime les feuilleter, les reposer et les choisir.  Je ne sais jamais le livre que je vais prendre, je lis les résumés au dos pour savoir s'ils me plairont. L'inconvénient des bibliothèques municipales, c'est que les livres récents, n'y sont que rarement présents. Tout dépend du budjet annuel qui leur sont attribués. 

J'ai essayé de me mettre à la liseuse électronique, le livre ou l'achat est moins cher, ceci dit pas toujours. Mais je n'aime pas trop, j'aime posséder, humer un livre, sentir le bruit des pages, l'odeur spéciale que certains dégagent. Pouvoir le relire quand je le veux. Je reconnais que cela peut être pratique, mais dans mon cas personnel, très vite il me fatigue les yeux. Après des heures de lecture, j'ai l'impression que l'on veut m'arracher un oeil. J'en ai déjà parlé autour de moi, mais sans réponse valable.

Après avoir dévoré plusieurs sagas de l'auteur que j'apprécie en ce moment FL m'a envoyé la sélection trimestrielle : "La vie secrète des écrivains" de Guillaume Musso. Dimanche après-midi je l'ai commencée, dès les premières pages j'ai été happée par l'histoire et je n'ai plus quitté ce livre avant de l'avoir terminé, j'ai malgré tout essayé de dormir quelques heures, mais lundi midi il était terminé. 

 

Alors et vous : aimez vous lire ? Y trouvez-vous votre bonheur ? 

Je terminerai en disant qu'un livre, une peinture, une statue, un air d'opéra, de la musique classique, ou contempoiraine, rien ne devrait être critiqué. Car chacun d'entre nous peut avoir des avis différents et ne pas aimer ce que d'autres aiment. J'ai horreur d'entendre dire : "c'est moche", ce qui est laid pour certains peut être magnifique pour d'autres. Protégeons  cette dernière liberté individuelle que nous avons encore. 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 12:03 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07 novembre 2020

8ème jour de confinement - vu par une grand-mère.

"Confinement":  c'est vraiment un grand mot. Rien à voir avec celui du mois de mars dernier, qui avait bien aidé pour éviter la propagation de la vilaine bête. Les gens sont de moins en moins sages. Ceux dans les villages qui devraient montrer l'exemple comme les agents communaux qui ramassent partout les feuilles avec leur souffleuse. En plein centre du village, ils ne mettent pas de masques. Les enfants de l'école primaire en récréaton n'ont pas de masques. Là, c'est un peu plus grave. La loi est pour tout le monde, on reconnaît que les enfants sont porteurs sains, c'est pour cela qu'aux dernières consignes le port du masque s'est renforcé dans les écoles. Nos pauvres petits français sont-ils plus délicats que ceux des autres pays qui le portent. Je comprends que ce ne soit pas drôle pour eux (cela ne l'est pour personne), mais quand ils sont en rang les uns collés aux autres, en attendant leur tour pour passer dans le jeu que le prof. à entamé dans la cour qu'ils se retournent et parlent entre eux ! Il y a un tout petit problème quand même. Quand on fermera l'école, les parents qui travaillent, seront certainement très ennuyés.  C'est ce que j'ai vu, cet après-midi en passant devant l'école de mon village.

8

 Pour nous aujourd'hui, nous sommes sortis un peu plus que d'habitude par obligation. Bientôt, nous serons en hiver, et dans notre région,  les pneus d'hiver sont sérieusement conseillés, ayant changé de voiture, les anciens ne s'adaptant pas sur la nouvelle, il a fallu aller en acheter d'autres, plus un saut à la supérette, la veille nous avions oublié deux ou trois choses.

3

10

Cet après-midi, tous les deux nous devions récupérer notre nouvelle paire de lunettes chez l'opticien que nous avons au centre du village. Une superbe facture nous attendait. C'était le jour pour la carte bleue qui est devenue rouge de chez rouge. En même temps un petit tour par le pharmacien, où nos vaccins nous attendaient, après 8 jours de rupture de stocks, pour une fois que nous voulons nous faire vacciner car le mariage des deux virus, risque de ne pas faire bon ménage si nous en attrapons un des deux. Cette année, nous avons donc succombés aux recommandations.

11

 

En rentrant une petite surprise nous attendait, fille numéro 4 est venue voir si nous ne manquions de rien. Mais nous sommes tous restés masqués et dans la cour devant la maison, petite demie heure de papotage qui nous a fait beaucoup de bien, nous ne l'avions pas vue depuis plusieurs semaines, hier elle a eu 44 ans.

14

à cet endroit il y a 13 ans, il y avait encore une piscine municipale découverte. 

Quand elle est partie, nous sommes allés faire notre promenade quotidienne d'1 heure, aujourd'hui, elle s'est limitée au village avec un retour par le Séran.  C'est amusant de voir que d'une semaine à l'autre les paysages et le cours d'eau sont différents. L'avantage ici, on ne rencontre pas grand monde, sur notre périple si nous avons croise 3 personnes, c'est le bout du monde. Mais mon Dieu qu'elles sont belles les couleurs de l'automne, malheureusement les feuilles s'accélèrent pour tomber. 

5

 

17

 

Ce matin une bonne surprise. Il y a deux mois lors de mon anniversaire fille n° 3, m'a fait envoyer un bouquet de fleurs par Interflora (je précise que seuls mes enfants ont le droit de marquer ce jour là, je suis devenue discrète sur ce sujet, car passé un certain âge je trouve que cela n'a pas de sens d'appuyer où cela peut faire mal.) Ce bouquet, n'est jamais arrivé, le fleuriste chargé de me l'apporter avait fermé définitivement ses portes, deux jours avant et interflora n'était pas prévenu. Néanmoins, ma fille a payé le bouquet ; au bout de plusieurs jours voyant que je ne lui téléphone pas pour la remercier et que je ne mets pas comme d'habitude son bouquet sur FB, embarassée, elle me demande si je l'ai reçu. Ben non, pas de bouquet ! Alors l'autre jour en se levant, elle se dit : " C'est le moment de faire marcher les petits commerçants, alors je vais envoyer un bouquet à maman. Sauf que les petits commerçants ne livrent pas tous en cette période atypique. Elle ira malgré tout, commander sur Internet en se disant, les employés de ce groupe ont au moins du travail sinon ils seraient peut être au chômage ; entre parenthèse vous voyez qu'Internet est maintenant  indispensable et qu'il ne faut pas à tout bout de champ dire : "évitez d'aller enrichir les gros". Ces gros que beaucoup incriminent, font travailler beaucoup de "petits français" sans eux j'en connais qui seraient encore au chômage.  Plus ça va, tout est critiqué. C'est  tellement facile. Tout le monde n'a pas un petit commerce à côté de chez soi. N'oublions pas que 22% de la population française habite la campagne. Alors ne généralisons pas.

13 annabelle

15

Justement un exemple. Cette semaine c'était l'anniversaire d'une de mes filles. Je ne l'avais pas vu depuis plusieurs semaines, elle est laborantine dans un laboratoire médical, elle cotoie tous les jours le COVID. Donc il est préférable d'éviter de se voir. Je voulais lui faire envoyer des fleurs. Mais la fleuriste de la ville où elle travaille ne pouvait pas lui livrer, il fallait venir chercher le bouquet devant son magasin. Moi j'habite à 20 kilomètres, on est en principe confinés, et comme je respecte. Il a fallu que je ruse en demandant par téléphone à ma petite fille, de demander à sa mère quand elle ira la chercher au lycée, de faire un détour chez la fleuriste en question. La surprise n'a pas été la même pour Emilie. Alors que moi aussi, j'aurai pu de mon fauteuil commander un bouquet sur Internet et un livreur lui aurait apporté à domicile. Si je n'avais pas eu ma petite fille, c'est ce que j'aurais fait.

22

Confinement ou pas, cela revient donc au même, le virus ne peut pas être bloqué temporairement comme la première fois.  Trop de monde circule encore. Et lui aussi.

2

23

Pas facile de  vouloir ménager la chèvre (dixit : la santé) et le choux (dixit : l'économie). Comme pour tout il y a un choix à faire !  Ce n'est facile pour personne. Alors, arrêtons de râler sans arrêt en ayant tout simplement du bon sens.

4

Et vous, en avez-vous encore une dans votre ville ou vote village ? N'est-elle pas belle notre vespasienne ?


02 novembre 2020

3ème jour de re confinement ! Le Fierloz

1

Alors, vous ne pouvez qu'être admirative devant ce ciel rose.

Pas le temps d'enfiler des vêtements, prendre son auto et partir dans la campagne photographier, cette merveille de la nature. Le lever du soleil va plus vite que vous. Le temps de remettre tout ses neurones en place et réaliser qu'il faut en plus  remplir "un ausweis" et écourter votre balade de l'après-midi. Ou alors, dire que vous sortez votre chien.

Le temps de réfléchir à tout cela, ce sera trop tard. On ne peut même pas prévoir la veille. A chaque fois c'est la surprise.

Dans la matinée, un sérieux mal dans le bas du dos,  m'a fait douter pour la balade de l'après-midi. Après tout il faut bouger parait-il. Je suis trop souvent assise. Alors, muni d'un cataplasme chaud, en route vers un site exceptionnel que nous avons la chance d'avoir dans notre village et que je veux vous montrer.

Mais avant arrêtons-nous, devant la Maison  des Pauvres en bordure du Séran. Lisez bien son explication, c'est intéressant.

4

 

Deuxième arrêt un peu plus haut. Devant le portrait de notre chanteur régional,  "Jean-Marc", que toute la région aime entendre. Malheureusement il nous a quitté il y a environ 3 ans, mais je trouve sympa ce petit coin à l'entrée de notre commune, C'était un ch'ti, un petit gars de notre région du Nord. Petit mari et moi aimons le matin en faisant le ménage l'écouter chanter sa région d'adoption et la notre aussi. 

19

 

21

 

Tout de suite après avoir passé l'ancien Hôtel des Tourelles, on peut prendre un chemin qui grimpe vert la colline où se trouve la Vierge dont je vous ai parlé hier. Mais aussi vers un parcours de santé, qui était si bien aménagé avec des pins maritimes et une végétation exceptionnelle  à cette latitude (due à la présence d'un microclimat) On y trouve de nombreux buis qui ont soufferts il y a trois ans de la pyrale du buis, quel dommage, ils sont tous secs, mais il semblerait qu'ils essaient de reprendre aux pieds. Cet endroit était le paradis des coureurs de la région, maintenant tout l'été il est fermé à cause de la malveillance de certains. Ces arbres secs par centaine pourraient s'enflammer à la moindre étincelle.  Il va nous falloir encore beaucoup de patience pour retrouver sa beauté. Il y a également une faune et une flore tout aussi exceptionnelles, il y a  plusieurs sortes de serpents que je n'aime pas particulièrement mais comme c'est un plateau calcaire à lapiaz, ils y sont dans leur élément. On y trouve également de nombreuses orchidées.

11

Alors suivez petit mari, ça grimpe et regardez où vous mettez les pieds. 

13

14

18

Au détour du chemin, la Vierge nous apparaît de dos.

15

26

Alors on grimpe, la haut, nous ne serons pas déçus, un panorama à 360 degrés nous attend. 

28

Parlons un peu de ces "Lapiaz". elles s'étendent sur tout le site, elles sont là depuis toujours, certaines ont de profondes fissures creusées par l'eau et elles s'étendent sur plusieurs hectares. En fait, c'est un plateau de Karst. Le Karst est un massif calcaire très fracturé. Dans la nature, les eaux de pluie se chargent en acide carbonique par contact avec le gaz du même nom, contenu dans l'atmosphère et dans le sol. L'eau ainsi acidifiée dissout la roche calcaire. Après des milliers d'années une petite fissure peut devenir une galerie.

29

Faire très attention, les marches sont de la fin du 19ème siècle et très usées, mais la rampe est en très bon état et solidement scellée. La haut, le point de vue, est remarquable. Nous découvrons le Bugey Sud et l'on peut dire que nous avons beaucoup de chance d'habiter cette belle région peu connue.

49

37

38

 

L'église de St. Martin de Bavel un village des environs.

40

 

Il est temps de redescendre, notre récréation est terminée ; nous aurons dépassé notre autorisation de 10 minutes, mais il est difficile de faire 1 heure juste. Nous avons croisé deux couples, 1 personne seule et 5 jeunes. En revanche  en reprenant la route de nombreuses voitures pour un dimanche de confinement ! Nous avons découvert une ruelle poétique et goûteuse, au nom de   ruelle des framboisiers, nous ne la connaissions pas encore. Ces balades de confinement, nous ferons découvrir des nouveautés sur notre village.

33

 

Les explications sur les Lapiaz ce sont celles des panneaux du site, posés par la Mairie.

A bientôt..............

01 novembre 2020

2ème jour de re confinement

31 octobre 2020 -jour 2

Je suis honnête, ma vie avec le confinement, n'a rien à voir, avec celle des gens qui travaillent, qui sont obligés de prendre les transports, ni à ceux qui ne dorment plus parce qu'ils sont inquiets pour le "après", ni à ceux qui habitent un tout petit appartement. Même si je fais partie des gens à risques, peu importe, je fais ce qu'il faut et surtout ce qu'il me semble avoir du bon sens. Et je crie haut et fort : Je suis une privilégiée, j'ai la campagne à côté de ma maison, j'habite un village plutôt sympathique, une maison encore plus sympathique, alors je savoure ce que j'ai et je garde le moral, le contraire serait indécent.

1

Ce matin, je me suis levée, le soleil brille, nous allons pouvoir aller faire un tour, photographier les petits riens de notre quotidien. Le soleil inonde la maison. Gardons le moral. N'oublions pas qu'après la pluie, le beau temps revient toujours, dans quelques mois toutes ces contraintes seront loin. N'oubliez jamais, dans la vie, il n'y a que deux choses très importantes:

1) Garder et  protéger sa santé.

2) Aimer, avec un grand A.  

4

5

6

7

Pour cela, un seul remède entretenez  chaque jour ces deux verbes, car la Santé et l'Amour se peaufinent au fil des jours,  au départ, ils ne sont jamais acquis. Mettez vos jambes à votre cou pour fuir la routine et l'habitude.

8

9

 

Regardez, petit mari ne peut s'empécher de dire bonjour aux chevaux du haras d'à côté.

10

Hier, je vous ai montré une balade urbaine au bord de l'eau. Aujourd'hui toujours à 5 minutes de chez nous, c'est la campagne et le côté sauvage du Séran. Tellement près, qu'un jour un chevreuil est sorti du bois il a traversé les prés que vous voyez sur les dernières photos et il est venu taper avec ses cornes à la porte de notre garage. Incroyable mais vrai, il a fallu beaucoup de mal à petit mari pour le faire partir mais surtout pour qu'aucune voiture ne le cogne. Et il a repris le même chemin. 

15

16

17

Vous voyez cette maison, je la vois aussi depuis mon boudoir ; elle me fait rêver, car c'est le genre de maison que j'aurais souhaité acheter.

21

22

ce petit ruisseau passe dans la propriété voisine de notre maison et à cet endroit il rejoint le Séran. 

15

encore quelques mètres et nous y serons.

25

27

Le Séran est loin d'être à sec, car sur la première photo, il y a un gué que nous avons déja pris, mais aujourd'hui c'est impossible. Il faut se méfier des rivières, toutes sont imprévisibles.

30

Ce chemin est sauvage et bucolique plein de poésie, cet après-midi nous y avons croisé plusieurs personnes comme nous, en récréation.

32

35

Demain, je vous emmènerai encore dans un endroit à deux pas de chez nous, différent mais tout aussi beau.

13

34

Hier, je vous disais que le château de Machuraz nous surveillait depuis sa colline, mais nous avons aussi à l'entrée de notre village la Vierge qui nous protège, depuis 1896, elle commémore, le 14ème centenaire de Clovis. 

37

38

Nous retrouvons la civilisation et nous sommes à deux pas de chez nous.

 

28   à bientôt.............

31 octobre 2020

Journal du Confinement épisode 2

 Vendredi 30 octobre 2020.

   A l'attention de la postérité.

 

Dans quelques années, nous pourrons dire que nous étions de ceux qui ont vécu, ce que d'autres ont supporté il y a 100 ans !

"une pandémie" qui aura fait des milliers de morts dans le monde entier. Et dont nous nous souviendrons toute notre vie 

LE COVID 19

Pour en réchapper, nous avons été confinés, une première fois 2 mois, mais comme les humains ne sont pas toujours disciplinés et que certains ont fait n'importe quoi, malgré les recommandations de tous les états.

Nous supportons actuellement un second épisode. Qui se veut plus souple, afin d'épargner un tout petit peu l'économie de nos pays. Je dis bien, un tout petit peu, car beaucoup malheureusement ne s'en relèveront pas. 

Nous avons été obligés de respecter des gestes barrières très importants et ils seront valables jusqu'à temps que les chercheurs trouvent un vaccin : se laver les mains souvent, porter un masque dans les endroits où il y a du monde et garder une distance d'au moins 1 mètre des uns et des autres. Ne plus se serrer la main, ni s'embrasser ! Alors, voilà à ce que nous ressemblons dans le monde entier.

01 edith et marc

Nous avons le droit de sortir dans la journée pour nous dégourdir les jambes du moins ceux qui ne travaillent pas à l'extérieur. Mais pour la sortie  journalière seulement 1 heure autour de chez soi, pas plus d'1 kilomètre. A chaque fois que nous sortons, nous devons nous munir d'une autorisation, car nous pouvons être contrôlés Et sans cet "ausweis" nous sommes passible d'une amende. 

J'ai donc décidé pour ce second épisode, de vous raconter nos balades du jour et surtout profiter pour faire de jolies photos afin de les partager avec tous ceux qui passeront par ici. Car partout, si l'on sait regarder, il y a de belles choses .

1

2

En face de ma rue, il suffit de traverser et  emprunter la rue au joli nom "d'île verte" pour atteindre la rivière Le Séran qui traverse notre village.

Main dans la main, appareil photos en bandoullière, en à peine 5 minutes nous sommes au bord de l'eau. Certains, de ne pas rencontrer grand monde, sauf ceux, qui, comme nous auront choisi la même heure pour la récréation. Admirons ce que nous voyons tout autour de nous.

3

5

7

8

Sur les collines, certains ont de belles vues. Vous le savez déjà, nous habitons en moyenne montagne, dans un endroit charmant.

10

13

14

Notre Séran, qui me fait souvent peur, quand je vois ce que d'autres rivières font vivre à leurs riverains. On ne sait jamais !  

Nous avons assisté à la mise à l'eau de quelques poissons pour les pêcheurs du coin.

15

16

Cet après-midi, le temps est parfait, les feuilles tombeent, dans quelques jours nous ne pourrons plus admirer les si jolies couleurs de l'automne, mais ça, c'est dans quelques jours. Profitons de l'instant présent.

21

23

24

La semaine prochaine, les élèves animeront la cour de ce collège.

28

26

Il est l'heure de rebrousser chemin ; nous pourrions rentrer par le centre du village, mais c'est moins poétique.

25

 

Notre Grand Colombier, il y a quelques jours, on le voyait recouvert de neige.

31

36

 

Demain, si nous le pouvons, nous irons sur d'autre berges du Séran. 

34

33

Rencontre d'automne, rappelez-vous, ils sont tous comestibles. Mais certains ne le sont qu'une fois.

39

 

D'où que nous soyons, Machuraz surveille  notre village. 

40

 

Et pour terminer. Franche poignée de main cordiale d'un inconnu qui nous veut que du bien. 

 

 

1 A bientôt les amis.....

Posté par manouedith à 08:19 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

23 octobre 2020

La vie continue..................

Aujourd'hui, chez nous, le temps est horrible. Un véritable temps de cochon, le plus mauvais de cette belle saison.

Depuis 15 jours, nous  profitons de nos lacs aux couleurs de l'automne. Jamais le dimanche. Ce jour là, n'est pas pour les retraités. Les jours de la semaine il n'y a personne ou presque, sauf pour cette semaine de vacances scolaires. De nombreux petits enfants sont chez les grands-parents !!! Nous, nous les évitons. Nous n'avons pas fait les 20 ans de mon petit fils, nous n'étions pourtant que 8, ils se proposaient tous de faire un test avant. Mais les nouvelles mesures gouvernementales, n'étaient pas encourageantes, surtout que nous, nous les avons regardées en direct ces informations. 

0

Quelques jours après, notre région  rejoignait les autres et devenait rouge. Ne reste plus que toute la côté ouest en blanc. Pas de problème elle s'unifiera aux autres très bientôt ! Les vacances de la Toussaint seront passées par là. Sans arrêt, avant cette épidémie, nous entendions dire, que les temps devenaient de plus en plus difficiles pour tous. C'est drôle, à chaque vacances, on ne le dirait pas ! Nous, qui habitons dans une région de moyennes montagnes, nous avons tout de suite plus de monde chez nos commerçants.

00

Pour nous, rien ne change. notre vie est bien réglée. On ne voit personne mais on fait beaucoup de choses. J'ai décoré comme chaque année ma maison aux couleurs automnales, je mets le soir des bougies devant le feu de cheminée. Nous regardons un peu la télévision, nous lisons beaucoup. Petit mari est en pleine création artistique, il apprends les secrets de l'aquarelle. Il ne se débrouille pas si mal que ça. J'écris, je classe mes photos, je fait un peu de généalogie. Tout cela, au son de la musique ; il y a toujours dès le matin, des airs de grandes musiques ou autres qui animent la maison. Plaisir de redécouvrir les grands de notre époque : Barbara, Brel, Aznavour ; et puis encore bien d'autres des connus et des moins connus.

7

Il y a également les choses moins agréables. Vous savez les visites indispensables à certains spécialistes. Cette semaine c'était l'ophtalmologiste suivi de l'opticien (aujourd'hui j'apprends que notre opticienne est depuis notre passage mardi devenue cas contact) Mercredi c'était la  diététicienne qui me recevait, pour m'aménager un régime pour le pré diabète. Chez l'ophtalmo. des petites surprises désagréables à surveiller très sérieusement et à la sortie une note sévère, loin du zéro promis par Monsieur  Macron et même très loin, je dirai. Nous ne rentrons pas dans les cases. Enfin chacun de nous nous aurons quand même de rembourser 6 et 9 centimes d'Euro avec cette promesse macronniène,  sur nos verres qui chacun coûtent un bras et plus,  ceux qui ont un certain âge et surtout des verres progressifs ce n'est pas la peine d'y penser aux lunettes zéro euro, vos lunettes vous coûteront toujours aussi chères, même avec une bonne mutuelle. J'ai réduit le prix en gardant la même monture, elle a déjà 7 ans, mais ce n'est rien, il paraît que c'était du beau, une fabrication jurassienne, donc française. Tout cela pour dire que notre budget "cadeaux de Noël pour tous" est dépassé.

35

61

Tout cela est secondaire, nous sommes encore tous les deux, nous nous aimons, nous profitons de tous les instants qui passent en ne faisant que ce qui nous plaît. Alors, la vie est belle. Le beau temps reviendra un jour ; les soucis s'atténuieront dans tous les pays, nous essaierons de reprendre le cours où il s'est arrêté, ce sera autre chose, mais certainement pas comme avant. Nous aurons vécus  une pandémie, difficile à surmonter. Ce sera, l'évènement des générations encore là, d'avant l'an 2000 et celle d'après. La génération de nos parents, ont eu aussi leur lot bien plus grave les deux dernières guerres et les autres dans nos colonies. Alors, nous nous en sortirons quand même si nous ne prenons pas à légère, les moments particulier actuels, qu'il s'agisse du COVID ou de l'intégrisme barbare de certains.

 

948 Marc peinture

 

Posté par manouedith à 18:58 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 octobre 2020

COVID belle cochonnerie.

Avec ce billet, ne pensez ps que je suis moralisatrice, je suis seulement en colère sur ce que je vois et j'entends autour de moi.

 

Aujourd'hui, je vais vous parler du scoop de l'année 2020, celui dont on se souviendra longtemps. Mais pour que vous gardiez le moral, j'interposerai entre chaque paragraphe, de jolies photos que j'ai faites loin du monde, presque seule dans la nature. Pour moi, un des seuls remèdes pour ne pas déprimer, un des seuls remède pour ne pas l'attraper.   

6

Ah ! ce Covid, qu'elle cochonnerie qui nous empoisonne la vie.

Plus rien ne se fait comme avant. Sans arrêt on entend, oui mais.... on ne va pas se couper du monde, on ne va plus pouvoir embrasser, serrer nos petits enfants. Sauf que depuis le début sans rien savoir vraiment, on a dit à tout bout de champ, les jeunes ne l'attrapent pas ou beaucoup moins fort. Alors résultat pour cette seconde vague, on se rend compte que justement c'est dans la sphère familiale qu'en ce moment il y en à le plus.  Si les enfants sont touchés, oui en ordre général c'est moins grave pour eux, mais pas pour ceux qui les côtoient ? Alors avec ce raisonnement, on se méfie moins. 

39

 

Vous remarquerez que depuis cette rentrée universitaire, tout s'est emballé, chez les étudiants. Ah oui ! ils portent des masques pour les cours, sur les campus. Mais les mêmes, le soir se réunissent, Beaucoup n'ont pas dérogés à leurs fêtes pour certains dans les grandes écoles il y a  les anciens bisutages pour les élèves de premières années . Pourtant ces jeunes pour la plupart sont des jeunes responsables, intelligents, qui sont censés avoir du plomb dans la tête. Alors pourquoi jouent-ils aux idiots ? Les mêmes, que nous avons retrouvés côte à côte sur les plages, ou chez nous au bord des lacs cet été.

3

Il faut vivre. Bien sûr qu'il faut vivre, mais vraiment autrement. Car il  ne faudra surtout pas se précipiter sur le vaccin celui qui va sortir à la va vite. Car n'oubliez pas qu'en France jusqu'à présent nous étions un des seuls pays qui prenait le plus de temps pour sortir un médicament ou un vaccin et le mettre en circulation, parfois, plusieurs années.

20

Certains pays, souvent plus petits que nous, ne se sont pas confinés, n'ont pas mis de masques. Et parait-il  que tout va bien. Sauf que l'on ne vous donne pas les chiffres exacts des morts, du reste vous remarquerez que l'on vous dit que ce que nous voulons entendre. Nous sommes manipulés chaque jour par les médias. Trop d'informations contradictoires, tuent l'information.

5

Les pays asiatiques ont coûtumes habituelles de porter le masque dès le moindre bobo et surtout ils sont dirigés par des gouvernements totalitaires, ils ont respecté les consignes beaucoup plus que nous. Et pour cause !  Certains pays européens sont effarés de voir comment nous sommes indisciplinés.

1

Moi, je suis de la tranche d'âge, des personnes à risques. Je suis aussi de ceux et celles en cas  de débordement dans les hôpitaux  risqueraient de ne pas être réanimés. Alors, je me tiens à carreau. Il m'arrive toujours des choses, qui n'arrivent pas aux autres. Donc permettez-moi d'être vigilante, même si je parais idiote, excessive aux yeux de certains qui pensent que j'en fais de trop. 

12

En avril, j'ai eu tous les symptomes du COVID, je voulais me faire faire une prise de sang pour savoir si je l'avais eu. Médecin, pharmacien, infirmières m'ont tous dit :  C'est ridicule, vous allez satisfaire votre curiosité pour rien, car nous ne savons pas combien de temps nous sommes immunisés, beaucoup de ces prises de sang sont fausses. Nous revoyons  des COVID du début refaire le COVID en ce moment. Donc c'est tout à fait inutile, tout comme vous faire dépister si vous n'avez aucun symptôme, rien ne vous dit que la semaine prochaine vous ne serez pas positive. Si l'on avait bien expliqué cela avant la campagne de dépistage, nous n'aurions pas vu des files ingérables devant les laboratoires. Bon, maintenant si vous voulez vous faire chatouiller le nez, libre à vous, mais vous prenez la place de d'autres personnes véritablement malade.

15

Noël approche, cela ne va pas être drôle si l'on ne peut pas se réunir. Si dès le début du mois de décembre, on ne prépare pas dans la joie ces fêtes de fin d'année.  Oui mais, là aussi il va encore y avoir des débordements et en janvier nous en serons au même point que maintenant. J'entends d'ici, les grands-parents dire : oui mais je ne peux pas me passer de mes enfants et petits enfants. Un peu égoïste quand même. Ne croyez-vous pas que ces enfants et petits enfants, si cette année, Noël n'est pas comme celui de l'année précédente, ce sera si grave ? moi je ne pense pas, ils pourront vous avoir encore plusieurs années en bonne santé. Mieux que de risquer votre santé et que ces grands et petits viennent vous voir au cimetière !

 Trop ridicule de prendre des risques pour une année ou deux dans une vie. 

16

Alors les personnes d'un certain âge ou celles à risques, je sais ce n'est pas drôle, mais éviter de dire je mets les masques, je me lave les mains, je fais la distanciation  sociale, mais je ne peux pas me passer de mes enfants, de mes petits enfants, ni des vacances, ni de voyages, ni de......, ni de....  Car au bout du compte vous grignotez les interdits sans vous en rendre compte.

11

 

 Cet été, vous receviez famille et amis à l'extérieur dans votre jardin, à l'air libre. Maintenant, c'est dans votre séjour, ils ne sont pas tous spacieux. A table à moins de n'être que quatre personnes, vous n'êtes pas séparés de vos voisins d'1 mètre ! quand vous circulez, rarement la distanciation  est respectée. Une soirée familiale,  dure un minimum de 3 heures. Où vous être confinés. Surtout après le départ de vos invités, ouvrez vos fenêtres au  moins 1/4 d'heure. Vous allez peut être me prendre pour une rabat joie, je m'en moque. Je reste convaincue qu'avec un peu de bons sens et de logique, nous vaincrons l'épidémie.

14

Que votre devise ne soit pas :

Chacun pour  Soi, Dieu pour Tous.

Posté par manouedith à 14:48 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : , , , ,