07 mars 2017

PETITES NOUVELLES

Bonjour à tous,

Je passe vous donner de mes nouvelles. Que s'est-il passé depuis le 23 janvier dernier ?

Nous sommes allés visiter un dimanche deux jolies chapelles baroques et découvrir de plus grands espaces de ski à Val Thorens. Comme c'est plus haut en altitude, la neige était meilleure.

21

25

27

Chapelle Notre Dame de la Vie au-dessus de St. Martin de Belleville.

La semaine suivante, nous sommes allés en découvrir une autre encore plus belle : La Chapelle des Vernettes. Mais avant d'y arriver, elle se mérite et ne se découvre seulement qu'au détour du chemin dans la dernière boucle après un dénivelé de 800 m. Pourtant le chemin emprunté longe les pistes de ski de l'immense domaine skiable de Paradiski. Une jolie balade malheureusement entreprise trop tard, car nous sommes redescendus à la tombée de la nuit.

3

7

5a

au retour. En principe nous mettons toujours 1/2 heure de plus que prévue. Mais vraiment cela en valait la peine, cette chapelle est la plus jolie chapelle baroque de Savoie.

18

30

34

35

36

  Pendant 10 jours, nous nous sommes exilés dans l'appartement prêté par nos gentilles voisines et les peintres ont oeuvré dans les détails. Quel chantier ! mais beau résultat. Enfin ma couleur saumon est devenue de l'histoire ancienne.

 

11

 

12

 

13

 

18

Le 12 février, nous avons laissé la place aux vacanciers picards et à Trocmaison pour l'échange d'appartement. Nous étions pressés de redescendre, car nous allions chercher "Myrtille". Depuis, nous n'avons pas de quoi nous ennuyer, notre nouvelle fille est assez turbulente, vive, mignonne et coquine. Ceux et celles qui me suivent sur Facebook et sur Instagram ont eu le privilège de voir quelques vidéos surprenantes. Je ne me souvenais plus qu'un jeune chiot pouvait être aussi prenant.

3

9

14

Quand nous sommes remontés à Pralognan pour l'échange des vacanciers, elle a fait la connaissance avec la neige et avec Théma.

Depuis que nous avons repris nos quartiers de presque printemps, j'occupe mes journées aussi intellectuellement, je me suis remise à fond dans la généalogie du côté paternelle, une généalogie très très compliquée que je double par l'histoire familiale. Beaucoup de recherches très intéressantes car je mélange les ancêtres et la vie qu'ils semblaient avoir à chaque époque. J'ai redécouvert "G Magazine et tous les nouveaux sites Internet sur le sujet de plus en plus passionnants les uns que les autres.

Et je terminerai par une superbe nouvelle : Dans la hiérarchie des grands-mères, je prends un nouveau grade : celui d'arrière Grand-Mère, chez Yannick (mon petit fils)  et Laura. De plus est, pour mon anniversaire. Comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule ; sa maman et sa petite soeur rentrent en France et s'installent du côté de Lyon. Adieu leur Picardie natale et bienvenue en  Rhône Alpes.

Au fait, je suis désolée pour celles qui ont reçu un email de ma part bizarre. Ma boite a été piratée au début du mois de Mars et depuis, je suis bien ennuyée, je ne peux plus recevoir mes emails journaliers, je l'ai signalé, cela devait prendre de 8 à 10 jours pour être remis, mais je ne vois pas le bout du chemin. Je vais voir si je peux changer sur canalblog mon email.

 

si vraiment vous vous ennuyez de moi et si vous aimez la généalogie et les histoires de famille, vous pourrez me retrouver :

 

www://manouedith3.canambmog.com

 

www://jeanetrenée.canalblog.com

 

 

A bientôt quand j'aurai des nouvelles fraiches.....

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 17:50 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


25 mars 2016

Toujours avoir un projet sur le feu.

 

J’aime l’arrivée du printemps. J’ai plein d’idées dans la tête. Il fait doux, le jardin nous tend les bras. Samedi, j’ai réinstallé la table de jardin, les chaises et j’ai tout nettoyé. Lundi c’était au tour de la buanderie et avec tout ça, un peu de jardinage. Ce n’est pas forcément ma tasse de thé, mais c’est un peu comme le repassage, quand on a commencé, on ne s’arrête plus.

0

 

Bon, il ne faut pas exagérer non plus. Petit mari comme tout le monde vieillit, mais ces deux dernières années plus que les autres années. Il passerait plus facilement ses journées sur l’ordinateur. Pour l’instant, il s’intéresse beaucoup à la généalogie des Rois et des Reines. Il m’interroge souvent sur la famille de France. Depuis plus de 50 ans que je lis « Point de Vue », je suis imbattable.

1

 Alors, le jardin ce n’est plus son truc. Je ne peux pas dire que je ne savais pas. Quand je l’ai connu, sa mère m’avait prévenue. Il faisait du jardin parce que son père en faisait, mais certainement pas avec le même plaisir. Mon beau-père, a été dans son jardin jusqu’à la fin de sa vie et encore je ne l’ai pas connu, quand il ravitaillait toute la famille avec ses fraises et ses légumes.

780 BROU

Voyant de plus en plus son désintérêt, l’année dernière j’ai insisté pour qu’il n’en fasse que la moitié. Et la moitié était encore contraignante pour lui. Je voyais bien que cela lui coûtait et moi j’ai du mal à me baisser. Jamais il ne désherbait. L’herbe envahissait haricots et tomates, ne parlons même pas des petits pois. Donc, cette année, je préfère voir un jardin avec de la pelouse plutôt qu’envahit d’herbe. C’est décidé, il ne lui restera plus que les parterres de fleurs et je vais lui donner un coup de main. Au moins, ce que je pourrai faire ce sera toujours ça. Mais j’ai un petit problème  et même peut être un gros, j’ai de l’arthrose dans mes mains et j’en souffre beaucoup, même avec un simple coup de balai, alors avec la binette, cela risque de ne pas être drôle. Mais comme je suis assez endurante, je vais quand même m’y mettre, car j’aime les  fleurs. Il y aura peut être parfois quelques grincements de dents, car je n’aime pas l’à peu près et je suis minutieuse.

Pralognan 2015 3

 

Bon, enfin on verra. J’ai décidé que nous nous y mettrons chaque matin quand le temps le permettra. Je vais répertorier tout ce qu’il y a à faire et j’établirai un planning. Nous garderons nos après-midi. Chacun fera ce qu’il veut.

olivier atelier couronne1

J’ai un autre projet sur le feu.  Depuis plusieurs semaines, je me suis remise à la généalogie. Je vais donc reprendre certaines données  et me pencher sur l’histoire des familles rencontrées. Je vais profiter que j’ai encore une bonne mémoire pour consigner tout ce que ma grand-mère m’a raconté sur ses parents et ses grands-parents. Je consacrerai une ou plusieurs pages à chacun de mes sosas. Ce qui va être facile jusqu’à mes grands-parents. Ensuite, quand les souvenirs et les anecdotes manqueront, je m’attarderai sur leur métier et les villages où ils ont habités, ainsi que l’époque dans laquelle ils ont vécu.

Edith à Herblay

Cela m’amuse déjà, rien que d’y penser. Car depuis 50 ans j’ai accumulé livres et documentations et avec Internet je complèterai. Sans oublier la bonne façon de placer mes vieilles photos que je vais scanner.La généalogie a été ma passion principale depuis plus de cinquante ans  et elle s’est arrêtée net, il y a bientôt 8 ans, quand ma fille m’a annoncé l’arrivée de Théma, conçu artificiellement avec les petites graines d’un généreux donateur inconnu et l’impossibilité de connaître les origines de ce côté-là.

mariage Adrien et Marcelle

Mes grands-parents 

 Je n’ai jamais rien dit. J’ai respecté ce choix. Mais personne ne peut savoir combien au fond de moi je me suis posée de questions sur ces racines inconnues, j’ai eu l’impression que le travail que je faisais depuis de nombreuses années était inutile et ne servait à rien. Mes convictions ont été ébranlées. Et, j’ai arrêté net. Je me suis désintéressée aussi de mon blog généalogique, que je tenais. J’ai bien essayé de me pencher sur les branches maternelles en me référant au dicton qui dit : maman certaine, papa pas certain !  Mais que des interrogations sur ces racines indispensables pour moi et mon équilibre.

600px-Blason_Saint_Just_En_Chaussee_svg

 

En remettant le pied à l’étrier, ma passion est revenue intacte avec autant de force que quand je l’ai abandonnée, en me disant : au moins j’ai des racines, même si elles ne sont pas toujours exactes et intactes. Mais au moins j’en ai et j’en ai besoin.  

 Connaître comment ont vécu tous ces gens avant nous, c’est palpitant. Nous, nous sommes parfois blasés  il suffit par exemple d’appuyer sur un bouton pour que la lessive se fasse ou de prendre notre voiture pour conduire nos enfants à l’école ! Ou aller dans le village voisin.

 

voiture à cheval2

en plus le vendeur de cette carte postale est un Picard comme certains de mes ancêtres.

 

Bien sûr, je préfère vivre à mon époque et je n’ai pas l’impression de vivre uniquement dans le passé. Mais ce n’est pas pour cela que je me moque des époques précédentes. Toutes, sont différentes et enrichissantes, mais tellement intéressantes. Et dans le monde actuel je trouve ça utile pour remettre les choses à leur juste valeur.

IMG_0503

Pour moi sans mes racines, je ne suis rien et celui qui ose dire qu'elles ne servent pas pour se construire, c'est qu'il est dans le déni. Quand on est obligé de faire avec, on le fait mais on s'interroge tout le temps. Celui qui ose dire le contraire, je ne le crois pas. Je connais le sujet sur le bout des doigts, j'ai tout fait pour retrouver mon géniteur, j'y suis arrivée, j'ai été déçue mais ça m'a aidére à continuer ma vie. Mère moderne actuelle qui faite le choix de faire un enfant toute seule, réfléchissez bien. Vous ne pouvez pas être certaine que votre enfant un jour n'aura pas l'envie de le connaître ; même avec tout l'amour que vous lui donnerez, rien ne remplacera "Savoir".  

IMG_3842

En avril, nous reprendrons nos visites châtelaines et nos sorties photos. En revanche, pas de vacances à l’étranger, ni de croisières cette année. A la fin de l’été une semaine à Nice en mode "échange de maisons". Tout comme en octobre avec une virée à Paris.  Alors, voyez-vous, je et nous, n’allons pas nous ennuyer car nous avons toujours des projets sur le feu.

chateau de chatillon

joyeuses paques

 

 

Posté par manouedith à 01:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 mars 2016

Les trésors enfouis

 

Quand j’étais enfant. Certains dimanches d’hiver, ma grand-mère descendait la grande boîte en carton de La Belle Jardinière, célèbre magasin parisien du début du XXème siècle. Dans cette boîte, elle y rangeait toutes les vieilles photos ayant appartenu à différentes personnes de la famille. Elle avait aussi récupérées celles de ses parents et de ses grands-parents.

Afficher l'image d'origine

 

Une vraie mine de souvenirs, inlassablement elle me présentait toutes les personnes qui avaient traversé sa vie et qui pour certaines s’étaient envolées depuis longtemps. Seulement, au dos elle n’inscrivait pas les noms, dommage ! Néanmoins comme elle ressortait souvent sa grande boîte, ma mémoire enfantine inscrivait dans un coin de mon cerveau le nom de l’inconnu et sa parenté avec moi. J’aimais ces journées de  retrouvailles familiales, si l’on peut dire.

Louise Morel Fernande Pascaut Marcelle Bourcy

par exemple la personne âgée au milieu, c'était sa grand-mère Louise Bourcy-Morel (1842/1932)

Etant fille unique comme je vous l’ai déjà dit, maman aussi  étant partie avant ma grand-mère ; c’est moi, qui ait hérité de tous ces trésors d’un autre temps. Très sensibilisé depuis toujours par l’histoire de notre famille, j’ai conservé ces veilles photos et depuis, j’ai mis au dos les noms que je me souvenais.

0

Je suis très conservatrice, ça aussi je vous l’ai déjà dit.  Chez moi, tout est rangé consciencieusement, pas de photos qui traînent dans les tiroirs. Toutes sont regroupées dans des albums de l’époque. A mon grand désespoir, ces albums aux supports collants sont très mauvais pour la conservation dans le temps ; il est souvent impossible d’y retirer une photo sans l’endommager. Le tout est rangé dans l’armoire de la chambre reconstituée de mes grands-parents, elles sont donc en terrain de connaissance.

BLOG PHOTO 7 jpg

Cet hiver, j’ai repris la généalogie ! Soit, avec un autre esprit. Mais avec le souci d’agrémenter l’histoire de  mes ancêtres avec les photos et les cartes anciennes que je possède. Inutile de vous dire que le scanner fonctionne beaucoup en ce moment à la maison, doublé par Picasa pour rendre leur éclat aux photos jaunies par le temps.

BLOG PHOTO5jpg

Les cartes postales, sont toutes dans des albums à pochettes plastiques, donc absolument pas endommagées. Dans une vingtaine d’albums se trouvent presque la France entière ; un vrai trésor de brocante. J’ai mis à jour mon logiciel « Généatique », j’ai repris un abonnement « premium » à Généanet   et avec joie, j’ai découvert les nouvelles fonctions bien améliorées par rapport à mes versions 2009.

BLOG PHOTO 6 jpg

Parmi ces nouvelles fonctions, une qui me plaît beaucoup. Le partage des actes, des cartes, des blasons et des documents avec ceux qui passent par là. J’ai donc décidé de faire profiter un maximum les internautes qui font des recherches ; car je doute que mes enfants après moi aient le même don de conservation de leurs ancêtres.

 

st just

 

 

BLOG PHOTO 3

 Trop plongés dans le monde actuel, ils sont bien loin de la conservation des patrimoines familiaux. Pourtant, ces racines, ce sont celles qui font le monde d’aujourd’hui. Je ne voudrais pas que mon travail généalogique de toute une vie se retrouve après moi sur les brocantes. J’envisage donc, s’il n’intéresse pas mes proches, d’en faire dons aux archives d’associations généalogiques. Je reste convaincue que c’est un patrimoine qui doit se conserver.

 

BLOG PHOTO 4

 La boite qui a remplacé celle de la Belle Jardinière

Trop de photos, de documents, d’actes notariés et même de registres paroissiaux se trouvent sur les brocantes partout en France. A chaque fois que je vois des cartons de  photos d’inconnus sur un étalage, cela me fait mal.  Quelque part, c’est un manque de respect de la part des familles qui s’en séparent parce qu’ils ne savent pas quoi en faire. En cherchant bien on peut trouver des organismes d’histoire, de généalogie, de conservation de photographies anciennes qui commencent à récolter ces biens précieux. Donc, si un jour vous débarrassez une maison familiale avec de tels trésors essayez de trouver une autre issue que les brocantes ou la poubelle.

 y valise

 

Pour terminer, je vais vous raconter une anecdote vécue dernièrement. Dans ma famille, on m’a toujours connue comme celle qui s’intéressait à la mémoire familiale et à l’histoire en général.

 

EDITH arrivée à St

 En l’An 2000, quand le cousin germain de maman est décédé, n’ayant pas de descendance et comme il aimait les mêmes choses que moi, sa compagne m’a donné toutes ses photos familiales et papiers qui pouvaient m’intéresser, même ses vieux appareils photos, lui aussi était un mordu de photographie, il a été un des premiers à faire des diapositives. Je les ai rangées soigneusement sur une étagère de mon armoire et je les ai laissé dormir jusqu’à ce mois-ci.  J’ai décidé d’y jeter un œil et de les répertorier avec les autres.

 paul bernard

 

 Là, qu’elle a été ma surprise d’y découvrir certaines photos qui m’étaient inconnues et pourtant elles me touchaient de très près, puisqu’elles concernaient mon père biologique, ainsi j’ai découvert les pieux mensonges que l’on m’avait racontés sur ma filiation et une autre version du secret de famille qui n’en était plus un, mais largement édulcoré. Eh bien ! Je peux vous assurer que, passée 70 ans, cela fait tout drôle. Ne mentez jamais, même par omission, la preuve, tout se sait un jour ou l’autre et ça peu faire mal.

 

marcel, edith, paul

 

 Merci Paul.

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 février 2016

Passion : Généalogie

Mon blog est intitulé « Manouedith et ses passions ». Vous le savez, je suis quelqu’un de passionnée. Quand j’aime quelque chose, j’y consacre beaucoup de temps et j’essaie de faire partager ma passion.

Pendant plus de 50 ans, j’ai vécu à fond « la généalogie » Mes recherches ne se faisaient pas comme la plupart des chercheurs de maintenant.

 

Afficher l'image d'origine 

Arbre commençant par ma mère. 

 

Dans les années 1970/2000, pas si facile que ça. Il fallait fréquenter les archives à des heures de bureau et rechercher soi même, c’était très enrichissant, on apprenait, on découvrait des époques que l’on ne soupçonnait même pas.

Afficher l'image d'origine

 

Maintenant on fait son marché sur Internet en restant assis chez soi devant son ordinateur on copie sur ceux qui ont souvent aussi copiés ailleurs sans vérifier les sources ; c’est ainsi que se répandent les erreurs et que certains se retrouvent avec des généalogies très fantaisistes et complètement fausses. Au XIXème siècle les gens riches faisaient travailler des généalogistes pour leur fournir des généalogies de complaisances qui les apparentaient à l’aristocratie.

 Afficher l'image d'origine

Il faut dire que moi, je ne faisais pas de la généalogie pour additionner des dates et avoir le plus d’ancêtres comme font les Mormons afin de les baptiser et bien d’autres qui collectionnent les dates pour remonter le plus loin possible et se vanter d’avoir un nombre impressionnant d’ancêtres.

Afficher l'image d'origine

 

 Je le faisais pour savoir comment c’était avant, quels  étaient les métiers de l’époque, comment vivaient les gens ; souvent je juxtaposais mes trouvailles généalogiques à l’histoire de la France des mêmes années. Je peux dire que pendant ces 50 ans je me suis régalée et cela a éclairé certains épisodes de ma vie plutôt sombres.

Afficher l'image d'origine

Le matin,  Je partais après avoir déposé les enfants à l’école et je rentrai après l’école. Quand j’ai commencé, comme j’habitais à 20 minutes des archives départementales de l’Oise, je n’y allais qu’un après-midi par semaine, très vite je suis passée à deux après-midi. Quand ma dernière fille est rentrée au collège et que tout mon petit monde déjeunait à la cantine, mes demi-journées se sont transformées en journées entières ; je faisais même des recherches pour des amis.

Afficher l'image d'origine

Très vite, mes recherches m’ont amené à visiter aussi les archives des autres départements mitoyens au mien et celles de Paris. Justement aux archives départementales de Paris, j’ai fait la connaissance d’une dame, qui m’a donné un tuyau pour faire de la généalogie à une échelle plus grande en me conseillant de proposer mes services à l’ Office de Généalogie dont elle faisait partie et qui recrutait des chercheurs occasionnels dans ma région. A l’époque cet Office, n’avait qu’un seul bureau à Rennes., c’est ainsi que je me suis retrouvée chercheuse occasionnelle chez Bovyn-Dechnick et j’ai travaillé pour eux plus de 20 ans. Inutile de vous dire que je ne gagnais pas grand-chose, mais je sortais de chez moi et j’avais l’impression d’être quelqu’un d’autre. J’ai découvert le plaisir d’apprendre des choses enrichissantes et passionnantes et en même temps, je pouvais assouvir ma passion. J’ai très vite découvert, que faire des recherches pour les autres m’apportaient autant que quand je traquais mes ancêtres.

Afficher l'image d'origine 

 Merci à cet Office qui m’a fait connaître la généalogie à un autre stade, celle ou l’on travaille pour la recherche d’héritiers. Jusqu’à ce moment là, mes recherches commençaient 100 ans en avant par rapport à l’année dans laquelle nous étions. Avec une dérogation du Procureur, j’allais découvrir des archives beaucoup plus récentes, c’est , pour cela que je suis allée plusieurs fois consulter les archives judiciaires dont je vous ai parlé la semaine dernière, dans mon billet sur la Sainte Chapelle.

0

 

J’ai fait la connaissance avec le   CARAN  (centre d’accueil et de recherches  des archives nationales) à Paris, de l’Hôtel Soubise, où j’ai pris des cours ainsi que l’hôtel de Rohan dans le Marais. Une année j’ai même pris des cours de paléographie tous les samedis. Et Je suis allée me perfectionner chez les Mormons. Jamais je ne manquais les congrès de généalogie et les conférences. J’ai même emmené Annabelle avec moi au Congrès de Vichy ; j’aimais partager cette passion avec mes 4 filles. Toutes m’ont accompagnée un jour ou l’autre aux archives.

Afficher l'image d'origine

Maintenant la généalogie s’est tellement développée, que même les grands Offices ont des succursales partout en France et des chercheurs à plein temps. J’ai fait aussi des recherches pour un grand avocat. Comme je suis quelqu’un d’honnête, consciencieuse, rigoureuse, méthodique et organisée, mes missions étaient toujours exemplaires et enrichissantes pour moi. Je peux dire que ces moments là ont été des moments d’exceptions dans ma vie et ils m’éloignaient de mes soucis conjugaux.

Afficher l'image d'origine

A une époque j’ai pensé m’installer à mon compte, malheureusement j’ai toujours partagé ma vie avec des hommes qui préféraient que je ne travaille pas, c’est tellement plus pratique une femme à la maison qui élève les enfants et qui s’occupe de tout. Dans ces années là, un salaire suffisait. Il y avait encore beaucoup de mamans au foyer et mon mari ne prenait pas mes missions au sérieux, mais plutôt pour un amusement, sans jamais se douter ce qu’elles pouvaient m’apporter, moi la jeune femme qui n’avait que son certificat d’études.

Afficher l'image d'origine

 

IL ne m’encourageait pas dans l’idée d’en faire mon métier, au contraire, il me montrait tous les désagréments financiers que j’aurais en étant à mon compte et cela a marché puisque jamais je n’ai sauté le pas. Mais je peux dire que si à mes côtés j’avais eu la chance d’avoir quelqu’un pour m épauler, sans hésitation j’aurais foncé. Au soir de ma vie j’avoue, c’est un de mes plus grands regrets.

Afficher l'image d'origine

En 2010, j’ai ouvert un blog : « manouedith3.canalblog.com », ou je donnais de précieux renseignements pour faire des recherches, malheureusement j’ai arrêté de l’alimenter, car n’étant plus dans le circuit et Internet sur ce sujet s’étant tellement développé que je me suis vite sentie dépassée. Néanmoins, je ne l’ai jamais fermé et je sais qu’il y a encore des visiteurs car je reçois de temps en temps des demandes.

LE TEMPS QUI PASSE

http://manouedith3.canalblog.com/

 

Je tiens à préciser une chose importante. Si vous faites de la généalogie, ne vous attendez pas à avoir une généalogie exacte, car en remontant le temps sur plusieurs siècles, vous ne pouvez pas être certain qu’un secret de famille ne soit pas caché et qui sans le savoir à tout faussé. De nombreux premiers enfants ne sont pas ceux du père qui les ont reconnus, je l’ai souvent constaté dans mes recherches. A la rigueur les généalogies par les femmes sont plus exactes.

Afficher l'image d'origine

 

Pourquoi je suis venue à la généalogie et pourquoi elle  est devenue une véritable passion.  Un jour, je devais avoir 17 ans,  mon grand-père m’a dit : nous descendons de Jeanne d’Albret et d’Aliénor d’Aquitaine, j’ai voulu vérifier, je n’y suis jamais arrivée. Les archives accessibles ne remontent pas aussi loin donc je me suis arrêtée aux alentours de 1650. Mais cela ne fait rien, j’ai tellement découvert de choses que l’idée première est vite devenue plus de la motivation de découvrir la vie d’avant que de découvrir si mes racines étaient celles de la nièce de François 1er et la mère d’Henri IV et encore moins de celle qui a été deux fois Reines, Reine d’Angleterre et Reine de France : Aliénor d’Aquitaine.

 

mes ancêtres

Je peux dire que ce milieu généalogique m’a beaucoup apporté. J’ai découvert que malgré mes petites études je pouvais me passionner pour quelque chose d’autre que ma vie de mère au foyer. Que je pouvais m’intéresser et que je pouvais devenir intéressante, contrairement à une réflexion que j’ai entendu un jour me concernant : « je ne sais pas ce que tu peux lui trouver à cette fille, ce n’est qu’une mère au foyer », cette réflexion que mon oreille a surprise m’a fait beaucoup de mal venant de la part d’un Monsieur bardé de diplômes mais certainement pas d’intelligence.

Je vous dis à la semaine prochaine pour ma seconde passion : la photographie.

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 novembre 2009

La Généalogie, passion de toute ma vie.

Face au monde en perpétuelle mutation, la Généalogie répond en termes de stabilité. Connaître ses origines, c'est se rassurer, s'inscrire dans le temps, retrouver les racines que nous avons perdues.

famille_001

Qui n'a pas dans ses armoires une photographie de ce genre ? La famille.

La généalogie est devenue un passe temps à la mode. Maintenant c'est beaucoup plus facile qu'il y a 40 ans d'entreprendre cette activité. Quand j'ai commencé on n'avait que les archives départementales pour alimenter nos recherches  ; ouvertes aux heures de bureau, fermés le samedi et éventuellement les mairies, si celles-ci avaient gardé un exemplaire des registres. Mais les actes civils ne peuvent être consulté qu'à partir de 100 ans.

for__athanase_maignelay for__athanase_maignelay                      

Je ne vous parlerai pas des méthodes de recherches, de nombreux livres sont là pour vous apprendre, Internet aussi.

DSCF0070   DSCF0071   livres

Retrouver les documents est une chose. Les lire en est une autre pour cela je suis allée à des cours de paléographie, car plus vous remontez dans le temps, plus la lecture et l'interprétation sont difficiles. Une 3ème raison, collecter des noms, des prénoms, des dates, intéressant certes, mais le jeu atteint rapidement ses limites. Moi, cela ne me passionne pas de collectionner les ancêtres pour en avoir plus que le voisin. Mais en revanche, aller plus loin et comprendre comment fonctionnait les sociétés qui nous ont précédés cela m'intéresse.

CIMG2156

Comme disait un de mes professeurs Baudoin Roelants du Vivier ; l'histoire de notre pays nous l'avons appris à l'école, maintenant apprenons l'histoire de notre famille, "notre patrimoine".

       acteacteacte

Quand vous avez eu la chance d'avoir dans les mains des manuscrits du XVIème siècle, je vous assure vous ne pouvez pas rester indifférent ; l'émotion est obligée de vous envahir.

Il y a plus de 20 ans, je fréquentais souvent les archives départementales d'Amiens ; elles se trouvent dans un endroit superbe, l'ancien couvent des Célestins, la salle de lecture donne sur le cloître. A l'époque il n'y avait pas affluence pour rechercher ses ancêtres. J'ai eu a consulter un manuscrit très ancien, quand il m'a été confié, j'ai du changer de place et me mettre à la première table sous le regard du président de salle, au cas ou je fasse une fausse manoeuvre et que j'abîme cette respectable antiquité.

Inutile de vous dire que j'étais très émue d'avoir cet honneur.

CIMG2159

Voici un parchemin que je possède représentant un autographe de Louis XIII

          acteacte

A la naissance de mon petit fils, j'ai réalisé que malgré toutes les précautions que je m'entourai pour ne pas recopier d'erreur ; les racines vers lesquels je me suis dirigées depuis tant d'années ne pouvaient me livrer avec certitude mes origines génétiques. Les moeurs à travers les siècles, mêlés aux abus sexuels, aux mariages précipités pour réparer une faute, aux secrets de famille, du reste j'ai souvent rencontré des enfants n° 1 qui n'étaient pas ceux du mari. Il ne faut pas croire, nous n'avons rien inventé, nos ancêtres n'étaient pas aussi réservées et prudes que l'on pouvait le penser.

CIMG0215CIMG0215CIMG0215

L'idée, m'est donc venue de maintenant me pencher uniquement sur une généalogie "cognatique" qui ne cite que les femmes et pour plus de précisions de mère en fille en n'oubliant pas malgré tout les papas présumés et en recomposant les familles complètes car frères et soeurs ont la même mère donc les mêmes origines.

C'est à dire :

1) mes petits eans

3) leur grand-mè

 

Vous pourriez avoir l'envie de me dire, ainsi, ça demandera beaucoup moins de temps. Pas certaine du tout, Car je vais m'aventurer dans une région française très particulière, puisque le berceau de mes mères en filles se trouve en Alsace, cette belle région qui m'a souvent fait rêver quand je voyais leur costume régional.

molsheim_alsacienne

Afin de rendre ces recherches plus étoffées, je vais donc me rendre au printemps prochain aux Archives de Strasbourg, petit n'amour et moi travaillerons toute la journée sur mes recherches et vers 16h30, nous partirons sur les pas de mes ancêtres et nous nous rendrons dans les villages trouvés chaque jour. Là, je photographierai les endroits anciens  qu'ils ont pu côtoyer : " les églises, les cimetières, les vieilles maisons, je me documenterai sur l'histoire des villages à différentes époques. Je sais déjà que je commencerai par Molsheim

 

molsheim_001

je reviendrai sur cette place avec son Metzig classé aux monuments historiques.

molsheim_5_001

Négligemment, je tremperai mes doigts dans l'eau de cette fontaine qui fut sculptée par Hans Frauler en 1609 au sommet de laquelle on y trouve un lion qui veille sur les armoiries de Molsheim.

molsheim2_001

Nous irons nous promener sur les bords de la Bruche admirer le moulin dit BauernmühleBauernmühle

molsheim3_001

Et j'irai prendre quelques renseignements sur cet Eugène Klein né en 1867 qui tenait une quincaillerie au début du XXème siècle, il pourrait être un neveu de ma tri-aïeule.

 

molsheim_alsaciennemolsheim_alsaciennemolsheim_alsacienne

C'est là peut être, qu'un de vous qui passez par ici pourrait m'aider. Je recherche une personne bénévole aimant la généalogie qui pourrait éventuellement me traduire certains de mes actes, c'est quand on arrive aux actes en langue étrangère que tout se complique. Plusieurs fois l'Alsace a été allemande et je ne connais pas cettee langue et quand avant la révolution, nous arrivons aux registres paroissiaux souvent ces derniers sont rédigés en latin. Donc vous voyez mon entreprise n'est pas si simple !

bouxwiller_3

bouxwiller_2

bouxwiller

Je me rendrai également du coté de Bouxwiller

Quand vous faites des recherches généalogiques et que vous êtes catholique, approchez vous des églises, rentrez et reposez vous devant le baptistaire, un de vos ancêtres y a  certainement été baptisé.

molsheim_3

Celui de Molsheim

En 1995, à la télévision française sur la troisième chaîne, est passée une magnifique série "Les Alsaciens ou les deux Mathilde", je me suis procurée ce DVD ; 6 heures pour m'imprégner de l'Alsace de 1870 à 1953 et mieux comprendre pourquoi les parents de mon arrière grand-mère Stéphanie KUOM

St_phanie_Kuom

étaient de ceux qui avaient opté pour la nationalité française après la guerre de 1870, cette guerre n'a duré que 5 mois, mais elle a permis aux prussiens de faire prisonniers 371.981 hommes et 11.810 officiers. En deux ans environ 50.000 alsaciens optèrent pour la France, d'autres pour l'Allemagne. Une guerre dont on parle peu et pourtant elle nous avait fait perdre l'Alsace et la Lorraine.

 

Mon Tri-aïeul Louis François Kuom avait 30 ans, marié,  il avait deux filles  2 ans , quelques mois. N'acceptant pas la domination allemande, il poursuivait les allemands avec des fourches, cela devenait dangereux, il a préféré embarquer sa femme et ses filles vers d'autres cieux. Il a rejoint un de ses beaux frères à Cambronne les Clermont dans l'Oise, pour  se refaire  une autre vie. En Alsace il était "peintre doreur". La petite famille s'installa à Rantigny , Louis François continua son métier ; deux autres enfants naquirent, mais l'Alsace lui manquait de plus en plus, il ne pouvait y retourner. En 1891 il  termina les vitraux de l'église de Rantigny et ensuite se suicida. Pauline sa femme restant seule avec ses enfants eut le malheur de perdre sa dernière petite fille en 1891, avec tous ces chagrins elle mourut en 1895. Quelques années plus tard en 1926, elle ne verra pas son petit fils Louis créer les magasins Kuom. célèbre dans toute l'Oise .,

229_1_

On ne s'intéresse pas forcément à la généalogie étant jeune, bien souvent on y vient en vieillissant ; alors je vous donnerai un conseil précieux. Interrogez vos parents vos grands parents sur leur enfance, tous ceux de votre famille qui ont vécu avant vous, et engrangez leurs souvenirs car même s'ils semblent ne pas vous intéressez au moment ou on vous les raconte, un jour ils ressortiront et vous les raconterez à vos petits enfants, c'est cela le patrimoine familial. Combien de fois je regrette de ne pas en avoir assez écoutés et engrangés.

 

Posté par manouedith à 18:17 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :

15 juin 2007

Une passion : La généalogie

Je vous ai déjà parlé de ma passion pour la Généalogie. Elle a commencé il y a très très longtemps, je devais avoir 16 ou 17 ans. Un jour mon grand-père me dit : Tu sais nous descendons d'Aliénor d'Aquitaine, comme beaucoup la curiosité d'en savoir plus et peut être l'envie de sang bleu, j'ai voulu en savoir plus. 45 ans après je n'ai toujours pas trouvé ce lien, mais combien d'enrichissement, combien de suspens m'ont  emporté sur le chemin de mes racines.

CIMG2156

Maintenant c'est paraît-il très facile de faire sa généalogie assise dans son fauteuil en cliquant sur Internet et en recopiant tout et n'importe quoi sans être certain de la véracité des recherches de ceux qui les ont faites. Nous sommes tentés par cette généalogie là, bien pratique, je suis d'accord, je ne nie pas que je ne m'en suis pas servie, mais il faut revérifier les éléments trouvés, et rester très vigilant sur l'authenticité.  Il y a un site super "généanet" site de partage avec tous ceux qui ont attrapé ce virus.

Néanmoins cette généalogie là, ne vous donnera pas les mêmes frissons, que celle où vous fréquentez les archives et ou vous vous frottez à tous ces registres à travers les microfilms, parfois même il n'y a pas de microfilms et on vous donne précieusement les livres écrit il y a 200 ou 300 ans comme celui-ci de 1645 sous Louis XIV ; je peux vous assurer quand vous avez un document de cette importance dans les mains, vous ne restez pas insensible et votre passion s'entoure d'une émotion incroyable.

CIMG2158

Et celui-ci un parchemin de 1632 signé Louis XIII

CIMG2159

A travers ces recherches virtuelles, on fait des rencontres forts sympathiques, qui sans elles n'auraient pas lieu. Vous avez certainement vu à la télévision "des Cousinades", des généalogistes passionnés qui réunissent parfois jusqu'à 300 personnes descendants d'un ancêtre commun, quel boulot pour préparer ce genre de manifestation, mais certainement une journée mémorable pour tous.

J'ai déjà été contacté par des internautes "cousins éloignés et parfois moins éloignés" des liens amicaux se sont tissés, c'est comme cela qu'hier nous avons reçu un cousin aux mêmes racines que moi, accompagné de son épouse, nous ne nous connaissions pas, ils habitent la région parisienne et ont profité de leur départ en vacances pour faire un détour par chez nous, afin de nous rencontrer. Nous sommes allés dîner dans le village, au retour ils ont inauguré la chambre romantique et ce matin nous avons partagé un petit déjeuner fort sympa, et que de papotages je ne vous raconte pas. Nous nous sommes quittés en fin de matinée, heureux les uns et les autres d'avoir pu partager ces instants emprunts de nos aïeux.

Merci Internet, Merci Généanet.

Posté par manouedith à 20:26 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

12 janvier 2007

La Généalogie, une autre de mes passions

 

Aujourd'hui, j'ai décidé de vous parler de généalogie

C'est une passion que j'ai depuis plus de 35 ans. Mon grand-père Adrien Pascaut

Arthur_et_Adrien_Pascaut_en_1920

Au second plan mon grand-père

au premier plan son père : Jacques Arthur PASCAUT "chapelier de son état et coiffeur ensuite"

un jour ma dit : Nous, les PASCAUT, nous venons de l'Aquitaine et nous descendons d'Aliénor ! Le point de départ a été la recherche d'Aliénor d'Aquitaine. J'ai encore beaucoup de travail, le plus loin que je suis remontée sur cette lignée c'est en 1646, et cela devient difficile. Il ne faut pas oublier qu'Aliénor est née en 1122 et qu'elle est décédée en 1204. Mais même si je ne retrouve pas Aliénor, je rencontre plein d'ancêtres sympas, avec des métiers intéressants. Et maintenant avec Internet et le site "Généanet" nous pouvons partager nos recherches, il n'est pas rare de se retrouver des cousins pas toujours si éloignés que ça et de se rencontrer et  nouer des amitiés.

Voici ma mère : Renée :

Ren_e_Pascaut_21_ans

elle avait 21 ans, c'était en 1943

sa mère : Marcelle BOURCY ma grand-mère, elle aussi avait 20 ans, c'était en 1915

Marcelle_BOURCY_20_ANS 

Voici mon arrière grand-mère, la maman de Marcelle :

St_phanie_KuomD_sir__Bourcy

c'est Stéphanie KUOM née en Alsace à Strasbourg en 1874 et son mari Désiré BOURCY

Arthur_Pascaut_66_ansAur_lie_Lignereux

Jacques Arthur PASCAUT et Aurélie LIGNEREUX mes arrières grands-parents.

Fran_oise_Bardi_Jean_Pascaut

Jean PASCAUT et Françoise BARDIE ; les parents de Jacques Arthur (on est encore loin d'Aliénor, mais on grimpe)

Damase_Lignereux

Voici Damase LIGNEREUX le papa d'Aurélie mon arrière grand-mère, il était né en 1833 à Ravenel (Oise), je n'ai pas de photo de son épouse.

Voici donc jusqu'ou je peux remonter par les photographies.

 

Maintenant me voici, moi la cinquième génération

de 2 à 60 ans.

collage10_de_2___60_ans

Posté par manouedith à 13:37 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :