10 novembre 2020

9ème et 10ème jour - Occuper son confinement - lire !

15

Ne  faire que ce qu'il nous plaît, tout en  ne  sortant pas. S'enfermer, s'isoler, se boucler, se renfermer sur soi même. C'est ainsi que je définis l'ordre que l'on nous a donné.  Il faut se trouver des occupations !  En un mot, faire ce que nous voulons pour ne pas nous ennuyer : ça, je sais faire et je n'ai même pas de scrupules pour privilégier le plaisir aux tâches ménagères.

10

Alors, ces deux derniers jours, nous ne sommes pas sortis du tout. Nous avons beaucoup lu. Je plains ceux qui n'ont pas ce plaisir. C'est pourtant un amusement presque gratuit. 

Du plus loin que je me souvienne, dès que j'ai su lire, il y a toujours eu des livres autour de moi. Mon choix est éclectique. M'évader est le seul mot clef.

IMG_5334

C'est pourquoi j'aime les  romans, avec une préférence pour ceux de : Marie Bernadette Dupuy, François Bourdin, Danielle Steel etc... Les romans d'amour, sans tomber dans ceux à l'eau de rose, me font rêver, les romans d'aventure me font voyager.  Mais je n'aime pas les histoires trop compliquées , tarabiscotées. Je veux qu'elles ne me fatiguent pas. Lire c'est se détendre en premier. 

Mais j'aime aussi les plus sérieux, ceux qui peuvent m'apprendre quelque chose et compléter mes connaissances comme  les biographies historiques. Elles comblent ma curiosité.

Longtemps, j'ai acheté des livres, jusqu'au jour ou je n'ai plus eu de place pour les ranger. Ici dans le grenier, j'ai aménagé un coin bibliothèque, ils sont installés  par catégorie et sont tous inscrits dans un grand cahier pour les retrouver facilement. Il y en a plus de 800. Lors de mon dernier déménagement, j'en ai donné à la bibliothèque  du village que je quittais. Maintenant, plus aucune n'en veut. Elles en ont toutes trop. Les vendre me direz-vous ; oui mais, ce sont des contraintes pour les envoyer. Je préfère maintenant, les déposer dans des boites à livres comme il en pousse partout. Même chez nous à la campagne, nous avons un boulanger qui a installé une ancienne grille à pain où nous pouvons fureter en attendant notre pain.

 Comment faire le plein de livres à moindres frais : La Rep vous donne 5 bons plans - Orléans (45000)

 Quand je vois une boite à livres, comme il commence à y en avoir par endroit, j'en dépose. Du temps ou j'ai fait des brocantes, j'en ai vendu.

Les boites à livres à Paris : n'achetez plus, échangez ! – Le Cri du Zèbre

Dans les années 1970, j'ai acheté de beaux livres d'Histoire, ou des livres de grands littéraires des siècles passés réédités dans de belles éditions , il y avait un système imparable dans ces années là, plusieurs éditeurs comme "Beauval" et bien dautres, offraient le 1er gratuit et même parfois plusieurs, ensuite chaque mois on pouvait acheter un par un,  leur collection. C'est ainsi que je me suis constituée ma bibliothèque.

Livre: Oeuvres d'Alexandre Dumas (48 volumes), Dumas Alexandre, Editions de Crémille,Editions de l'Erable,François Beauval, éditeur, 2000114411356 - Leslibraires.fr 

Je possède ainsi, toute la  collection d'Alphonse Daudet, d' Agatha Christie, et même tous les Tintins, Il y a eu également tous les livres aux reliures vertes des Femmes célèbres, et celles aux reliures rouges des auteurs célèbres de l'Histoire de la France, comme André Castellot et Alain Decaux. Je me disais, si je ne les lis pas maintenant je les lirai à la retraite et c'est exactement ce que je fais. Quand petit mari est arrivé dans ma vie, il n'avait jamais vu autant de livres historiques et divers et il s'est mis à tous les lire. Je peux dire que toutes ces collections sont bien rentabilisées.

31

 

Dans les années 1970, se sont créés les boutiques "France Loisirs" où l'on peut avoir accès à des livres brochés moins chers, car à l'époque, le prix du livre est encore variable. Il y a bien, les livres de poche depuis 1953, mais je n'aimais pas lire sur ce genre de livre, il m'a fallu de nombreuses années pour en acheter. Néanmoins ils restent les plus accessibles pour le porte monnaie, mais ils ont une contrepartie désagréable, celle d'avoir de petites lignes, parfois dfficile à lire en vieillissant. Ce que j'aime particulièrement chez FL où je suis abonnée depuis les débuts, c'est que nous avons l'obligation tous les 3 mois d'acheter un seule livre si nous voulons, sinon nous recevons la sélection qu'ils ont choisie. Souvent c'est ce que je fais, j'aime aussi lire un livre inattendu, cela m'ouvre d'autres horizons.

Séries Livres FRANCOIS BEAUVAL Et AUTRES Nantes 44000 Livres, BD, Revues

 

Depuis deux ans, j'écumais la bibliothèque du village voisin, mais le COVID est arrivée, je n'y suis plus retournée, elle est restée fermée longtemps, quand elle a réouverte des gestes barrières ont été instaurés comme partout. Ou alors il fallait les commander sur leur site, mais moi j'aime les feuilleter, les reposer et les choisir.  Je ne sais jamais le livre que je vais prendre, je lis les résumés au dos pour savoir s'ils me plairont. L'inconvénient des bibliothèques municipales, c'est que les livres récents, n'y sont que rarement présents. Tout dépend du budjet annuel qui leur sont attribués. 

J'ai essayé de me mettre à la liseuse électronique, le livre ou l'achat est moins cher, ceci dit pas toujours. Mais je n'aime pas trop, j'aime posséder, humer un livre, sentir le bruit des pages, l'odeur spéciale que certains dégagent. Pouvoir le relire quand je le veux. Je reconnais que cela peut être pratique, mais dans mon cas personnel, très vite il me fatigue les yeux. Après des heures de lecture, j'ai l'impression que l'on veut m'arracher un oeil. J'en ai déjà parlé autour de moi, mais sans réponse valable.

Après avoir dévoré plusieurs sagas de l'auteur que j'apprécie en ce moment FL m'a envoyé la sélection trimestrielle : "La vie secrète des écrivains" de Guillaume Musso. Dimanche après-midi je l'ai commencée, dès les premières pages j'ai été happée par l'histoire et je n'ai plus quitté ce livre avant de l'avoir terminé, j'ai malgré tout essayé de dormir quelques heures, mais lundi midi il était terminé. 

 

Alors et vous : aimez vous lire ? Y trouvez-vous votre bonheur ? 

Je terminerai en disant qu'un livre, une peinture, une statue, un air d'opéra, de la musique classique, ou contempoiraine, rien ne devrait être critiqué. Car chacun d'entre nous peut avoir des avis différents et ne pas aimer ce que d'autres aiment. J'ai horreur d'entendre dire : "c'est moche", ce qui est laid pour certains peut être magnifique pour d'autres. Protégeons  cette dernière liberté individuelle que nous avons encore. 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 12:03 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


26 octobre 2018

Aimer lire

LES SAGAS

 

Depuis un certain temps, la lecture a pris une plus grande importance dans ma vie. En ce moment, j’ai besoin de m’évader, de rêver et de m’éloigner de plus en plus du monde qui m’entoure, je comprends de moins en moins ce changement de société, cette intolérance en tout, ce besoin de tout critiquer « Pierre, Paul, Jacques et les autres…. », cette course effrénée vers le monde de consommation, se plaindre sans arrêt d’un manque d’argent et acheter n’importe quoi au détriment de la planète.  Alors que si l’on veut bien chercher un peu  ; il y a encore des bonheurs simples,  quotidiens à la portée de tous. Moi, je n’ai rien trouvé de mieux que la lecture. Mais attention, pas n’importe quoi, de bons romans avec intrigues accompagnés d’une sauce d’amour et de romantisme.

 

57

 

Pendant des années, je ne voulais pas entendre parler des bibliothèques municipales. Je m’y suis mise par obligation car je n’ai plus de place pour stocker les livres, C’est de plus en plus rarement que j’achète un livre, vraiment cela devient occasionnel. Contrairement à petit mari qui lit beaucoup sur la tablette, moi j’ai besoin du contact,  besoin de renifler les ouvrages. (j’aime moins les livres de poche)  L’ambiance des bibliothèques m’a toujours émerveillée. Elle dégage la concentration et le calme, pour ceux qui lisent mais aussi pour ceux qui travaillent et cherchent, elles alimentent leur savoir.  C’est pourquoi, J’affectionne aussi les salles de lecture des archives,  certainement pour les mêmes raisons. Voir ces rayonnages à perte de vue, j’adore.  Les plus jolies bibliothèques anciennes que j’ai visitées  sont celles de Paris, Vienne, Prague, Turin ….. elles m’ont laissé le goût du beau car toujours dans des endroits où l’architecture est particulièrement jolie ; dans toutes l’odeur du cuir ravissait mon odorat

14

 Mais la bibliothèque municipale du village voisin me convient très bien. Le personnel est accueillant, l’endroit est moderne et ensoleillé, les fauteuils sont confortables, le bibliothécaire arrangeant sur le temps de lecture, serviable, attentif à nos demandes ; vraiment un jeune sympa, qui vient de remplacer une dame tout aussi sympa, nous n’avons pas perdu au change.

 

82 21 octobre 2018

 

Ma dernière trouvaille, une saga de 6 tomes en tout, environ 4500 pages, qui me transporte au Canada, dans la première partie du XXème siècle. Marie-Bernadette Dupuy est une narratrice soucieuse du détail et de la véracité des lieux, confirmés par des annotations  à chaque bas de page. Ainsi les lieux, le langage québécois  sont ceux des habitants de cette époque sur les bords du lac St.Jean, les ethnies amérindiennes, sont celles qui habitent les forêts avoisinantes. Le moyen de transport hivernal : « les chiens de traîneaux », je connais puisque je les ai testés l’hiver dernier. En s’imprégnant de l’histoire, je peux vous garantir des heures de dépaysement.

 

49

 

Tome 1 – L’orpheline des neiges

 

Janvier 1916. Dans le village de Val-Jalbert sur les bords du lac Saint-Jean au cœur de la forêt québécoise, une religieuse découvre un bébé abandonné dans un ballot de fourrures, sur le perron enneigé du couvent-école. D'où vient ce poupon aux yeux si bleus, qui porte le nom de Marie-Hermine, comme en témoigne une courte lettre cachée dans ses vêtements ? L'enfant sera élevée et instruite par les sœurs du Bon-Conseil et souvent confiée à une jeune mère des environs, Élisabeth Marois. Dotée d'une voix exceptionnelle, au fil des années, l'orpheline gagnera le surnom de « rossignol des neiges »...

Marie-Bernadette Dupuy nous offre ici une très belle histoire d'amour documentée et puissante, empreinte du souffle glacé des longs hivers québécois, qui se déroule dans une région où rien ne doit mourir, rien ne doit changer...

86

 

Tome 2 : Le Rossignol de Val-Javert

 

La vie reprend son cours normal à Val-Jalbert, alors que Toshan, le mari d’Hermine, vient de trouver un emploi à la papeterie de Riverbend. Cependant, cette dernière est toujours possédée par l’envie de chanter et elle décide un matin, sans que personne ne le sache, de passer une audition au Capitole de Québec. Or, le train qu’elle prend à Chambord tombe en panne tout juste avant le sanatorium du lac Édouard, où les voyageurs se réfugient pour la nuit. Pendant le souper, la jeune femme chante pour les patients atteints de tuberculose. Or, l’un d’eux est Jocelyn Chardin, son véritable père. Stupéfait, ce dernier croit reconnaître sa fille, abandonnée au couvent de Val-Jalbert presque deux décennies plus tôt. L’homme condamné par la maladie décide d’en avoir le cœur net et lorsque Hermine revient à Val-Jalbert, déçue par la tournure des événements, il part la retrouver. Jocelyn arrive quelques jours plus tard, incognito, au même moment où sa femme, Laura, annonce qu’elle se marie avec le pianiste Hans Zahle.

5

 

Tome 3 :  Les Soupirs du  vent

 

Décembre 1939. Bouleversée par la perte de son dernier-né, Marie-Hermine s’est retirée auprès de son mari Toshan, un métis, dans la cabane qu’il a construite sur les bords de la rivière Péribonka, au coeur de la nature sauvage du Québec. Quand, poussé par son idéal de justice, Toshan s’engage dans l’armée canadienne pour libérer l’Europe du joug nazi, Marie-Hermine retourne avec ses enfants auprès de ses parents à Val-Jalbert, le village de son enfance situé sur les bords du lac Saint-Jean.
Elle y sera confrontée aux non-dits qui hantent sa propre famille mais aussi au passé secret de sa belle-mère qui resurgira en menaçant la vie des siens. Seule pourra la préserver du danger sa demi-soeur métisse, Kiona, fillette au visage d’ange et aux pouvoirs surnaturels…

49

Notre Canada français 

 

 

Tome 4 : Les marionnettes du destin

 

Printemps 1942. Militaire toujours basé à la Citadelle de Québec, Toshan s'apprête à partir pour l'Europe, laissant Hermine à Québec, désespérée. dès que le beau métis quitte l'Amérique, la pauvre femme devra affronter la mort de plusieurs de ses proches, ainsi que la disparition inquiétante de Kiona, sa demi-soeur. Tentée de céder à l'amour d'Ovide Lafleur, qu'elle rencontre par hasard à Chicoutimi pendant ses recherches pour retrouver Kiona, Hermine se sent perdue. Peu à peu,  elle éprouve du désir pour l'homme qui la fait rire et fait preuve d'une intelligence raffinée et d'une grande culture.
Mais le destin veille et, grâce à son impresario, Octave Duplessis, Hermine s'embarque pour Paris pour un tour de chant. C'est dans l'ouest de la France qu'elle retrouvera enfin Toshan, grièvement blessé, alors qu'il essayait de sauver d'une mort certaine une jeune juive et son fils. En état de choc, il refuse de parler, est froid et distant avec Hermine, qui ne comprend pas son attitude. leur couple semble en réel danger, et malgré leur retour au lac Saint-Jean, rien n'y fait. Renfermé sur un immense sentiment de culpabilité, le Seigneur des forêts n'est plus que l'ombre de lui-même. Heureusement, Kiona, rétablie, saura leur redonner foi en ce grand amour qui les a toujours unis.

100

 

Tome 5 : Les portes du passé

 

Au Québec, en juillet 1946. Hermine, jeune et brillante

chanteuse lyrique québécoise, savoure la paix retrouvée auprès
de ses enfants et de son mari Toshan, qui a combattu
en Europe. Elle fait salle comble au Capitole de Québec et
enchante les foules quand elle apprend que ses parents, qui
sont installés à Val-Jalbert sur les bords du lac Saint-Jean,
sont ruinés.
La jeune femme décide de gagner davantage d’argent, ce qui
la conduit à rencontrer un riche mécène, Rudolph Metzner,
séduisant veuf passionné d’art lyrique, qui l’idolâtre en
secret depuis ses débuts et lui propose de produire un
disque. L’enregistrement terminé, alors qu’Hermine
s’apprête à rejoindre sa famille, il l’empêche de partir,
l’enlève et l’emmène dans sa magnifique propriété où il la
retient prisonnière…

 

 

37

 

Tome 6 : L’ange du lac

 

Québec, juillet 1950.  Hermine, devenue une célèbre chanteuse lyrique, est de retour chez sa mère à Roberval, sur les bords du lac Saint-Jean, pour se reposer et passer un été qu'elle espère tranquille.
C'était compter sans la fugue de sa demi-sœur Kiona, le retour d'Allemagne de son amie de toujours, Charlotte, et l'arrivée de son mari, le beau métis Toshan, accompagné d'une mystérieuse jeune femme. Alors qu'approche vite le long et rigoureux hiver canadien, Hermine doit surmonter de cruelles désillusions...
Le sixième et dernier volet de la tumultueuse et envoûtante saga canadienne L’Orpheline des neiges, véritable prouesse romanesque.

5

 

A ce jour, je termine le troisième tome. Toujours aussi impatiente de découvrir les nouvelles aventures d'Hermine. Chaque tome est différent. J'aurais passé deux mois sans m'ennuyer. En dehors du monde sans oublier malgré tout de profiter des derniers beaux jours et de partager avec vous encore quelques belles photos. Je pense à ceux et celles qui n'aiment pas lire, quel dommage ils se privent de joies simples et presque gratuites. Mon abonnement à la bibliothèque est de 25 euros pour l'année.

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 juin 2016

S'évader une fois de plus par la lecture.

 

Je vous ai déjà parlé de mon amour pour les livres. En principe, j’aime les posséder. Il y en a, environ  1.000 dans le grenier, tous répertoriés par étagères et sur un cahier pour les retrouver facilement. Le problème en revanche, j’ai de moins en moins de place pour les entreposer. J’aime le regard sur cette partie du grenier. Mais évidemment rien que l’achat revient cher, même si j’étais passé ces derniers temps aux livres de poche et aux occasions. J'ai franchi un nouveau pas, pourtant je n'aimais pas trop. Trois bibliothèques municipales m’entourent. Mais le problème, je n’aime pas le temps imparti pour lire et rendre les livres éventuellement  avec petite prolongation. Car il y a des moments, ou je dévore et d’autes ou je prends mon temps. J’aime  diversifier  mes occupations. En ce moment je suis très occupée par l’édition de mon journal de famille.

Afficher l'image d'origine

Depuis deux mois, je me suis inscrite à la Médiathèque de Culoz, elle est pratique, il y a un parking et elle est sur mon chemin quand je sors d’Artemare. Elle est moderne et elle est tenue par une jeune femme très sympathique, on peut se mettre dans un endroit réservé pour feuilleter les livres et elle est informatisée. Celle de mon village a moins de livres et l’ambiance n’est pas la même. A Champagne, nous en avons aussi une très bien, mais il faut faire un détour, ou y aller spécialement. Enfin, pour 25 euros par an, je peux emprunter 5 livres par semaine pour 15 jours avec prolongation. A moi de m’organiser, pour cela je suis la reine de l’organisation. On y trouve des livres que l’on ne trouve plus souvent dans le commerce, des livres plus récents et un bibliobus en complément qui passe une fois par semaine.  On peut également emprunter des CD.

Afficher l'image d'origine

 

Mes sujets de lecture sont assez variés. J’aime toutes les biographies, certainement mon côté « curieuse de tout ». Les livres historiques, mais ça, vous vous en doutez. Tous les romans qu’ils soient d’amour ou autre à condition qu’ils aient une belle histoire et qui ne tombe pas dans la mièvrerie. Quand je ne veux pas me prendre la tête je me délasse avec Danielle Steel et Françoise Bourdin. Et quand je suis plus en forme, je replonge dans les classiques comme Stendal et tous les auteurs du XIXème siècle.

 Afficher l'image d'origine

Cette semaine, je viens de terminer une saga que j’ai bien aimé de Sarah Frydman qui commence à la fin du XIXème siècle et se termine en 1945. Un sujet fort. Malheureusement encore d’actualité de nos jours « l’antisémitisme » : Les moissons mortes, raconte le vie de quatre familles juives. Elle commence quand débarquent à Vienne, 4 jeunes rêvant d’un avenir prestigieux. Vienne n’est pas celle qu’ils croyaient. Ils se voyaient déjà célèbres, tout en haut de l’affiche. Mais avec la montée de l’antisémitisme, le sombre réquiem de la première guerre  et le  crescendo du nazisme, la musique a changé et les 4 amis ont été dispersés par les tempêtes de l’histoire ; bien loin du mirage viennois. Une fresque malheureusement authentique et bouleversante. Sarah Frydman nous bouleverse par son talent romanesque et sensible très prononcé. Elle connaît son sujet par cœur, ayant eu un père Russe et une mère Autrichienne.

Afficher l'image d'origine

s’est la seconde fois que je rentre dans un sujet aussi sensible, j’ai vu plusieurs films parlant de ce grand malheur. La première fois c’est dans les années 1970, quand j’ai lu « Au nom de tous les miens ». Martin Gray m’a énormément bouleversé par l’histoire de sa vie qu’il avait écrite avec la collaboration de Max Galo. S’en est suivi des polémiques disant que ce n’était pas vrai. En attendant, on ne peut pas rester insensible au sort des Juifs dans de nombreux pays et à la cruauté des humains. Je n’ai jamais pu comprendre et je cherche encore comment on a pu laisser faire cela. Et je me révolte de constater que ça existe encore de nos jours .A côté de chez moi il y a Izieu, ce joli petit village où étaient cachés des enfants juifs qui ont été dénoncés par un villageois. Il faut parler raconter,  sans arrêt ces tristes évènements, pour que jamais nous ne revoyons de tels génocides et ne pas se contenter de lire, mais il faut aussi crier son dégoût. Martin Gray,  nous a quitté il y a seulement deux mois il avait 94 ans et traversé de douloureux épisodes dans sa vie, difficile d'oublier.

Afficher l'image d'origine 

 Ce livre était dur, maintenant j’ai besoin de légèreté. J’ai retrouvé sur les rayons de la bibliothèque Maurice Denuzière, un auteur de ma jeunesse qui m’avait fait craquer avec « Louisiane », j’ai emprunté 4 volumes de 650 pages chacun  racontant une série de destins soumis aux intrigues, aux antagonismes religieux et à l’affairisme ; il montre paraît-il comment était l’idée européenne dès 1800 sur les bords du Léman. Alors, j’ai de quoi m’occuper, je vous redirai si mon

choix a été le bon. A bientôt.

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

 

Posté par manouedith à 08:46 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

20 mars 2015

Lire : liseuse ou livre papier ?

Je vous en ai déjà parlé. J'aime les livres pour plusieurs raisons. Pour ce qu'ils nous racontent,  pour l'odeur de certaines éditions anciennes, pour le plaisir de les toucher et surtout celle de les posséder. Je n'ai pas encore essayé la liseuse et je laisse cette façon de lire à petit mari, qui en est adepte depuis plusieurs années, elle a ses avantages, on peu consulter de vieilles éditions gratuitement que l'on ne trouve plus en librairie . Quand nous partons en vacances les livres ne prennent pas de place. En revanche, pour ce qui est d'acheter un livre récent, ils sont presque aussi chers que la version papier ; alors je n'y vois pas l'intérêt de payer pour du vent.

liseuse 2

Pour moi, lire c'est tout un rituel. Quand je ne suis pas dans un lieu public, je pars du principe que je vais rentrer dans l'histoire, alors tout doit être mis en condition confortable. Tout d'abord je choisis une pièce si possible ensoleillée, un fauteuil agréable ou alors je m'allonge sur mon lit ou sur la banquette. Mais une  des conditions indispensable, le calme, pas de télévision en sourdine, pas de bruit dans les alentours. A la rigueur une douce musique d'ambiance, mais je dis bien à la rigueur. 

livres 1

Dans une autre de mes vies, j'avais des voisins retraités qui tous les jours s'installaient en hiver dans leur salon, en été dans leur jardin, à l'abri des regards extérieurs de 16h à 18h. Rien et personne ne devaient les déranger, seul le thé de 17h était sacré, toujours préparé par l'un d'eux, chacun à leur tour. Si, pendant ces deux heures sacrées, vous aviez le malheur de venir sonner à leur porte ou de téléphoner, ils étaient aux abonnés absents et ne répondaient jamais. Tous les voisins et leurs proches le savaient. Souvent, je les ai enviés, j'aurais bien voulu en faire autant.

livre 2

Pour moi, le problème c'est quand je commence un livre et que j'accroche dès les premières pages, je n'ai plus de limite et j'ai beaucoup de mal à arrêter ma lecture. Plus rien n'existe autour de moi et les tâches ménagères routinières sont repoussées, c'est pour cela que j'évite d'ouvrir un livre le matin ; sinon je ne réponds plus de la poussière qui pourrait s'accumuler. Il m'arrive aussi de lire dans mon lit avant de me coucher si je ne regarde pas trop tard la télévision, je note que cette dernière depuis un certain temps prend un peu plus de place ; il y a toujours un film à regarder soit sur la télé, soit en louant directement ou alors un DVD pas encore regardé, justement, nous venons de recevoir la saison 5 de Secrets d'Histoire, j'aime chaque année les acheter pour pouvoir les regarder plusieurs fois. Jamais je ne lis quand je me réveille la nuit, car je suis certaine que j'aurais encore plus de difficultés à me rendormir.

livre 4

Cet hiver, j'ai voulu relire un livre du XIXème siècle "Jane Eyre", à vingt ans je l'avais beaucoup aimé. Un classique de très bon goût que j'ai beaucoup moins apprécié. Trop de détails, les auteurs de cette époque se perdaient dans les descriptions de l'environnement et dans les émotions, il est vrai que maintenant nous n'avons plus besoin de nous imaginer les choses puisqu'elles nous sont montrées ouvertement partout autour de nous, à la télévision, au cinéma, dans la rue. Cette profusion de détails donnent l'impression de faire traîner en longueur, c'est certainement pour cela qu'à plusieurs reprises j'ai commencé "Autant en emporte le vent" et que jamais je suis allée jusqu'au bout, j'ai préféré louer le DVD.

livre 5

J'aime les beaux romans, peu importe l'auteur. Parfois je m'inspire des lectures de blogueuses que je consulte depuis longtemps. J'aime aussi toutes les biographies sérieuses, pas celles qui donnent l'impression d'être fausses, il faut que je sente le côté recherches.  J'aime également les ouvrages historiques, les romans d'amour mais pas les séries comme Harlequin trop édulcorées. Et pour me détendre sans prise de tête, je ne loupe jamais la dernière parution de Danièle Steel. J'aime également, les livres d'aventures et les livres d'histoires régionales.

 

livre 3

 

Quand nous lisons et que nous aimons l'aventure que nous découvrons on ne s'ennuie jamais, on voyage assis dans notre fauteuil et le cinéma de nos méninges est ouvert en permanence. Quand j'habitais près d'une grande ville, j'allais traîner des après-midi entiers dans les librairies, j'aime beaucoup l'ambiance qui s'en dégage. Maintenant que j'en suis éloignée, je me tourne vers Internet, je sais ce n'est pas bien pour les petits libraires, je sens que Heure Bleue ne va pas aimer, évidemment rien de comparable, le seul avantage et bien pratique quand même, nous avons le livre le lendemain. Je traîne également dans le rayon  librairie des grandes surfaces, mais trop de va et vient autour de nous.

super u 1

 

dedicace

Cet hiver, j'ai découvert au Super U de Moutiers/Salins les Bains une librairie en dehors de la grande surface au première étage du magasin, direct avec le parking couvert. De nombreuses oeuvres, des livres de tous les genres, des auteurs qui viennent y dédicacer leur dernière parution, du calme et quelques endroits pour nous asseoir et feuilleter ce que nous pourrions acheter. C'est la vraie récréation, quand le contenu du caddy de victuailles est rangé dans le coffre de la voiture, on peut flâner et même demander des conseils aux vendeurs. C'est une halte fort sympathique.

livre 6

Tous les livres que je vous présente, sont ceux que j'ai lu cet hiver à Pralognan.

Et vous, aimez-vous lire ? Quand et comment lisez-vous ?

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 mars 2014

Le printemps donne des ailes

Chaque semaine je me creuse la tête pour savoir ce que je vais vous montrer vendredi. Vous savez presque un boulot à temps complet. Il faut réfléchir, il faut éliminer, il faut trancher, il faut préparer les photos, car vous avez compris mes petits bavardage sont toujours agrémentés de photos représentatives (une façon d'entretenir une de mes passions). Je vous le dis un vrai boulot non rémunéré. Uniquement pour faire travailler mes neurones. Mais c'est avec plaisir que je le fais, en voulant toujours que mon billet soit intéressant, au plus près de la vérité et surtout qu'il soit agréable à regarder.

carte 2 b

Tout le monde a vu, le printemps arrive ; comme ça fait du bien ! L'énergie revient, nous avons envie de bousculer tout, refaire nos armoires, refaire nos balcons ou les endroits fleuris de notre maison, tout au moins les préparer. Changer quelques bricoles à droite ou à gauche. Depuis longtemps je souhaitais restructurer le balcon de mon boudoir, remettre des jardinières en bois, dans lesquels ne fleuriront que des plantes que je n'ai pas à remettre à chaque printemps, des annuels comme on dit, car le budget fleurs chaque année est trop cher. Après avoir protégé cet hiver mon rhododendron, une fois déshabillé il est splendide. Mes pots de chambre agrémentés des cactés  redescendus du grenier et remis en place, s'il y a encore quelques petites gelées la nuit, pas de problème ils sont protégés quand les volets sont descendus. Nous avons investi cette année pour deux rosiers, un camélia et des hortensias ; le tout dans la gamme des roses, car le boudoir qui donne sur le balcon est parme il fallait que les fleurs se marient avec l'ensemble. Quand je vous dis que tout est réfléchi, chez manouedith. 

2

Lorsque nous avons acheté cette maison il y a bientôt 8 ans. Eh oui déjà !. Il y avait deux salles de bains, ou plus exactement une salle de bains et une salle d'eau. Nous avions dit quand nous serons vieux nous mettrons à la place de la baignoire une grande douche. Ben, je crois que nous y arrivons, cette année nous avons décidé de passer à l'action. Pour ne pas penser que c'est parce que nos jeunes années s'envolaient, on dira que nous avons profité d'une opportunité pour faire le changement prévu. Je pense que nous aurions du recarreler car je me lasse un peu de ces carreaux, mais voyez-vous l'opportunité n'était pas extensible, alors tant pis ça restera comme ça.

3

 

Maman me disait toujours, dans une chambre il est bon de mettre le lit en face de la porte. Chez nous, depuis que nous y sommes, le lit était resté comme les propriétaires  précédents l'avaient mis. Si nous ne l'avions pas changé, c'est uniquement à cause des prises électriques mal placées, mais aussi par négligence. Une nuit de cette semaine, je ne dormais pas et je réfléchissais. D'un seul coup, l'idée de mettre mon lit face à la porte s'est imposée à moi comme une évidence. Premier sujet de conversation avec petit mari au petit déjeuner. Sa réponse : ah oui peut être ! Réponse qui ne me convenait pas du tout. Pendant qu'il s'occupait sur mon ordi, ni une ni deux je n'ai rien dit et je me suis enfermée dans la chambre et inutile de vous dire avec méthode en un rien de temps le lit était face à la porte, la commode à la place du lit, le fauteuil à côté, le tapis toujours aux pieds du lit. Incroyable comme j'étais contente et le résultat super, cela agrandit la chambre. Pourquoi ne l'ai-je pas fait plus tôt ?. Il faut toujours croire sa maman. Et puis j'ai oublié de vous dire, le bonheur de l'avoir fait toute seule, cela m'a rappelé mes jeunes années, quand mon mari partait travailler et que je faisais la valse des meubles, parfois le soir il ne retrouvait pas sa salle à manger ou son salon au même endroit ; mais j'avais 20 ans et envie de tout bousculer. Cinquante ans plus tard les envies sont toujours là ! et il y avait longtemps que je n'avais pas goûté à cette idée et il y avait longtemps que je ne m'étais autant amusée.

Avant

chambre

Après

1

Je vous ai souvent dit que j'aimais beaucoup les livres, à la maison une bibliothèque est aménagée dans le grenier, mais par ci par là, il y a des livres dans toutes les pièces. J'ai agrémenté dernièrement mes deux paliers en petit coin lecture. Les vieux livres font de jolies décos simplement posés  d'une façon originale et naturelle.


bibliothèque 3

là aussi, il ne suffisait que de changer de place le voltaire ainsi que la petite chaise de mes arrières grands-parents,  mettre un bouquet de fleurs sur la table de nuit et l'effet est devenu tout autre. Un autre petit conseil, chaque semaine mettez des fleurs à certains endroits de votre maison et ces petits endroits seront tout de suite plus accueillants. Les amoureux de lecture, vous pouvez trouver dans les brocantes de vieux livres pour deux fois rien, je vous assure l'effet est garanti.

4

Un repos bien mérité pour une semaine bien remplie. Lundi aller et retour à Pralognan pour fermer l'appartement, mardi, mise à jour de mon repassage, mercredi direction la Suisse dans un garden center exceptionnel, malheureusement un peu déçue les fleurs ne sont pas encore  au rendez-vous et les décos se préparent, j'y retournerai à Noël pour celles de fin d'années.  Jeudi, un petit tour dans les Bauges entre Aix les Bains et Annecy pour visiter "La Maison du Chat" future pension pour Igor cet été, si les évènements en Russie ne s'agravent pas, sinon notre croisière fluviale sur la volga aura du plomb dans l'aile.  

 

SEMAINE

 

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , ,


17 janvier 2014

Ne dit-on pas : "Lire c'est partir" ?

Manouedith aime lire !

Je ne suis certainement pas la seule. J'adore les romans d'amour, même si certains me trouvent trop fleur bleue pour ne jamais louper la dernière parution de Danielle Steel. J'adore également les biographies historiques et même contemporaines. Néanmoins, j'ai un faible tout particulier pour les récits d'aventure qui racontent la rencontre avec les gens d'ailleurs, et  je reste admirative pour ceux et celles qui osent tout vendre et même embarquer leurs enfants dans un tour du monde pour deux ans. Ne dit-on pas que Lire c'est partir dans des endroits ou nous n'irons jamais, c'est en fait tout simplement "Rêver". Alors je remercie ces aventuriers qui après leur expérience la font partager aux autres.

 

Lirecestpartir

 

Dans les années 1980, j'ai suivi avec beaucoup d'intérêts la première aventure de la Famille des Pallières, je sais qu'il y en a eu d'autres. Quelques années plus tard, j'ai croisé le chemin d'un des enfants devenu adulte qui me l'a dit.

 

IMG_5050

 

Il fallait oser dans les années 1980, tout vendre, mettre son travail en sommeil et quitter Paris dans un camping-car de 6 m2, avec quatre enfants âgés de six à douze ans.... Quitter la routine pour l'Inde des Maharadjah, en passant par la Grêce, la Turquie, l'Iran, l'Afghanistan, le Pakistan, c'est la belle aventure qu'a passionnément vécue la famille des Pallières. Pendant plus de 18 mois, les aventures vont se succéder ; cocasses ou féériques : la rencontre d'une caravanne des Milles et une Nuits, un fastueux mariage hindou, un séjour de rêve dans le palais d'un Maharadjah ; mais aussi dramatiques parfois : en Iran, le camping-car est attaqué en pleine nuit, ou un autre jour une tempête de sable l'ensevelit à moitié, les enfants tombent malades, les subsides n'arrivent plus... enfin bon l'aventure. Depuis, j'ai suivi d'autres aventuriers qui écrivent sur leur blog au jour le jour ce qu'ils leur arrivent.

Quatre enfants et un rêve. Auteur : Christian et Marie-France des Pallières chez Albin Michel. Edition 1987.

 

 

IMG_5053

 

Dans les années 2000, j'ai dévoré leur premier livre. J'ai mis mes pas dans ceux de Sonia et Alexandre Poussin pour parcourir leur premier 7000 kilomètres à pied pour leur traversée de l'Afrique du Sud, du Cap, jusqu'au Kilimandjaro. Et j'ai enchaîné sur celui-ci dès sa parution en 2005 pour les retrouver en chemin vers le territoire des Massaïs. Ils étaient loin d'être arrivés, il leur restait encore 7000 kilomètres à parcourir, toujours à pied et sans logistique, en s'en remettant à l'hospitalité des Africains. Tout au long des 1171 jours de ce périple, les deux marcheurs nous ont fait partager leurs rencontres émouvantes avec des amis d'un jour, l'angoisse de la soif, de la chaleur, des lions. Avec eux, nous avons vu surgir les rives irréelles du lac Turkana, les ruines mythiques de Méroé, les déserts brûlants du Batn-el-Hagar, nous avons découvert les rituels très secrets des jeunes mariés soudanaises. Je vous assure un livre qui ne vous laisse pas indifférent.

Africa Trek 1 et 2 de Sonia et Alexandre Poussin chez Robert Laffont.

 

 

Lirecestpartir

 

Le livre que je vais vous présenter maintenant en dernier, je viens de le découvrir par hasard, suite à des recherches sur Internet concernant l'auteur ; qui se trouve être le compagnon de la maman de deux de nos petits enfants. 

 

 IMG_5052

 

 J'avais entendu parler de cette expérience à la télévision en 2004. Laurent pompier professionnel qui a tout quitté pour partir autour du monde à vélo couché afin de récolter de l'argent pour un couple d'amis dont la petite fille Chloé est atteinte d'une maladie rare et dont les traitements pour la soigner sont extrêmement coûteux. Son idée ? Compter sur la générosité et la mobilisation des pompiers de tous les pays pour le soutenir. Et, ils seront au rendez-vous au fil de ce grand périple puisqu'il rapportera 116.000 euros après avoir effectué 22.240 kilomètres en 331 étapes et dormi dans 265 casernes.

Mais l'aventure aussi belle soit-elle, a toujours son revers. Après plusieurs années d'euphorie 2 ans de préparation plus  2 ans de périple à sillonner les routes du globe, Laurent connaît des questionnements et des doutes liés à un difficile retour à la réalité. Vivre deux ans pour les autres n'est-ce-pas un peu s'oublier soi-même  ?  

Le grand périple de Laurent Robin  parut en 2013.

 

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,

03 avril 2011

Lire, lire, lire.....

 

Comme je vous l'ai déjà dit : j'aime beaucoup lire, il y a des périodes ou je lis plus que d'autres. C'est ainsi depuis mon enfance et "Les Petites Filles modèles". Je devais avoir 8 ou 9 ans, j'ai découvert qu'en lisant on pouvait s'échapper loin de chez soi, avoir des rêves, avoir des jardins secrets. La seule période de ma vie ou la lecture a été abstente,  c'est les 3 ou 4 ans de dépression que j'ai faite, la lecture ne me captivait plus, autre chose de plus grave occupait mon esprit, longtemps après quand je lisais j'étais obligée de revenir sur les châpitres pour les comprendre. Je vous avoue qu'à cette époque j'ai eu peur que mon goût pour la lecture ne revienne jamais. Quand on dit qu'il faut du temps au temps, là j'ai pu le constater ; maintenant tout est revenu dans l'ordre .

livres

Je fais partie des plus anciennes adhérentes de France Loisirs, avril 1978. J'ai le droit à la carte privilège. Je reçois depuis cette date là tous les trimestres le catalogue et je me dois de choisir un livre avant une date déterminée, sinon je recevrai la sélection du trimestre choisie par la maison d'édition.

 les_fianc_s_du_rhin_3

Quand je reçois la sélection, soit je la lis, soit je la mets dans mon armoire cadeaux et je l'offrirai  un jour à une lectrice ou un lecteur que j'aime. Tout cela pour vous dire que dans la dernière sélection il y avait ce livre :

les_fianc_s_du_rhin

Je ne connaissais pas du tout Marie Bernadette Dupuy.

les_fianc_s_du_rhin_2

Elle a la cinquantaine, elle est née à Angoulême et elle a écrit plus d'une vingtaine d'ouvrages. Elle aborde avec le même talent les romans d'amour, les biographies historiques, les mystères du surnaturel, les intrigues policières, sans oublier les romans du terroir comme la saga du Moulin du Loup que je ne connais pas encore mais dont je vais m'empresser d'acheter. Vous me direz peut-être pourquoi ne t'inscris-tu pas dans une bibliothèque. Pour plusieurs raisons, la première j'aime posséder les livres, j'en ai déjà parlé dans un précédent billet, la seconde le livre que je souhaite n'est pas toujours déjà acheté par la bibliothèque ou alors il est déjà emprunté, il faut attentre et manouedith n'est pas une patiente.

Alors revenons aux Fiancés du Rhin

les_fianc_s_du_rhinles_fianc_s_du_rhinles_fianc_s_du_rhin

Dès les premières pages je savais qu'il allait me captiver, l'histoire se passe en Alsace avant et pendant la dernière guerre. En ce moment je me documente beaucoup sur l'Alsace, car c'est la région du berceau familial des femmes de ma famille, vous savez je vous en ai déjà parlé : de ma mère à sa mère et ainsi de suite. Je veux comprendre l'histoire toute particulière de cette belle région française. L'Alsace est française depuis Louis XIV, mais avec de tristes périodes ou elle redevient allemande plusieurs fois dans son histoire, particulièrement entre 1871 et 1918, ainsi que pendant la dernière guerre. En 1871, les alsaciens ont  eu le droit de choisir leur camp : opter pour la France ou pour l'Allemagne. Mais ceux qui sont restés sont devenus allemands et comment ont-ils vécu ce dilemme ?? L'histoire raconte très bien justement cette particularité pas facile à vivre pour tout le monde. Une histoire d'amour captivante qui garde son lecteur en haleine depuis le début jusqu'à la dernière page la 784. Je vous recommande donc ce livre.

 

             alsaciennealsaciennealsacienne

 

Et je profite de ce billet pour faire un petit appel. J'aimerais corresponde avec une Alsacienne dont la famille a vécu ces difficiles moments et qui connaît bien l'histoire de sa région. Et si elle connaît le pays d'Hannau du côté de Dosseinheim sur Zinzel ce serait parfait. Peut-on me dire aussi, si il y a une association historique à Saverne ?

 

Maintenant revenons à nos moutons.

Voici le monument auquel je vais m'attaquer.

IMG_4087

et pas n'importe lequel, l'édition de sortie de 1936, regardez il y en a pour plus de 700 pages en toute petite écriture, pas facile à lire au lit, la reliure est molle et je ne voudrais pas l'abimer.

IMG_4088

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 janvier 2011

Un dimanche pluvieux passé dans mes rêves

 

16 heures. Dehors il pleut, le temps n'est pas encourageant pour aller faire un tour.

 

8a


13a

Alors, je vais vous faire partager ce dimanche bien ordinaire.

Certains regarderaient la télévision, d'autres liraient. eh! bien moi je me réfugie dans mes rêves.

12a

J'aime regarder mes innombrables livres de déco. Je cherche, je prends des idées, je bâtis les décors que j'aimerais avoir et je rêve. Manouedith est une grande rêveuse.

5a

 

Je me sens bien, le boudoir est chaleureux, la cheminée crépite que demander de mieux.

7a

Je vais vous parler de ce livre superbe et vous emmener dans l'univers de Bernard Muller et Jean Pierre Fontana.

10a

Tour à tour Antiquaires, Architectes, collectionneurs, botanistes, maîtres de maison, jardiniers, et j'en passe.

art_2

Le salon Bibliothèque imaginé par Bernard Muller

    art3_e art3_f

    art3_g  art3_h

de nombreux objets chinés chez les antiquaires. Au sommet d'une des colonnes de la bibliothèque, un casque en plâtre peint, réplique de ceux qui se trouvent au café de l'Ecole Militaire à  Paris.

art_4

Dans le salon rouge les murs sont couverts de taffetas de soie cerise avec de lourdes tentures garnies de passementerie ton sur ton.

  art_6_b

art_6_a

glanées au fil des jours, ces épingles à cravate constituent une jolie collection.

Art_1

C'est aussi un cuisinier hors pair qui reçoit toujours ses invités avec de jolies tables.

art8

La baignoire Empire en cuivre argenté est peinte à l'imitation du marbre.

  art_9_a  art_9_b

  art_9_c art_9_d    

 

  Et je terminerai par ces quelques statuts de porcelaine et ces figurines orientales réalisées par le céramiste Jacob Petit      au   XIXème siècle.

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

08 décembre 2010

L'avenir du livre papier ???

Pendant la période des fêtes, quand on se promène dans les grandes surfaces, un rayon parmi d'autres m'interpelle, c'est celui des livres. A cette occasion, quelques tables sont rajoutées sur lesquels vous pouvez trouver de magnifiques grands livres au prix d'une bouchée de pain.

1

Regardez celui que je me suis procurée pour 10 euros, alors qu'il avait été mis en circulation en octobre 2007 au prix de 60 euros. Ce sont certainement des invendus qui se trouvaient dans les grandes librairies, ou une édition qui n'a pas eu de succès.

2

Pourtant ce livre magnifique de 240 pages aux planches photographiques tout simplement sublimes, n'a pas eu le succès auquel l'éditeur devait s'attendre. Quand j'étais enfant et que j'étudiais Louis XIV on m'aurait offert ce livre, je pense que j'aurais été ravie de le recevoir et après tant d'années il aurait fait parti de ma bibliothèque.

3 4

5 7   

Maintenant, qui ose offrir pour Noël à son petit fils ou à sa petite fille une oeuvre comme celle-ci on est loin des jeux électroniques qui pourtant vont se démoder d'une année sur l'autre et dont il ne restera rien dans quelques mois et  en CM1 et CM2. Louis XIV est au programme, mais les enfants de ce début de XXIème siècle s'intéressent moins à l'histoire et surtout on ne leur en donne pas le goût. Quand j'étais enfant je ne remercierai pas assez Soeur Marguerite notre prof d'histoire qui nous a transmis à beaucoup d'entre nous sa passion.

 

8

10

11

Dernièrement, "Petit n'Amour" a offert à un de ses petits enfants un livre qu'il avait beaucoup apprécié quand il avait 13 ans "Moby-Dick". Nicolas ne lit pas du tout ; j'avais  trouvé l'idée saugrenue, mais mon cher et tendre était convaincu qu'il changerait d'avis et qu'au cas ou il ne lirai pas le livre il a joint également le DVD le tout accompagné d'un petit mot en lui expliquant son envoi. Eh ! bien un livre ce n'était pas ce que souhaitait l'ado. Il n'a même par dit merci. Je comprends mieux maintenant le manque d'intérêt pour un magnifique livre historique.

12A

Mais alors, que vont devenir ces jolis livres papier, ces belles bibliothèques comme je vous ai montrées dernièrement. L'avenir allez-vous me dire, c'est l'audiobook ! Mais quand même, une belle bibliothèque papier sera toujours plus jolie qu'un alignement de clés USB ou de DVD.

vienne_29_bibli

 

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

03 février 2010

Bécassine de ma jeunesse

 

b_cassine b_cassine_2

L'autre jour en faisant mes courses hebdomadaire, rayon librairie ; je suis tombée sur cette magnifique collection de 20 titres que j'aie lu dans mon enfance en BD.

10

Dernièrement ma petite Héloïse qui est en CP était fière de me montrer que l'on était pas encore à Noël et qu'elle savait lire entièrement un petit livre de contes. Au téléphone, sa cousine Thaïs m'a dit qu'elle aussi savait lire comme les grands.

 

CIMG0837

Alors l'idée m'est venue de leur faire la collection de ces 20 petites histoires qui ont enchanté mon enfance.

Commençons donc par : La jeunesse de Bécassine.

Ces petits livres contiennent plusieurs contes illustrés. La première : l'histoire de Bécassine et le bol de lait.

Dès les premières lignes, nous faisons connaissance avec Bécassine toute ronde et rose avec un adorable petit nez, en revanche Marie sa cousine toute jaune avec un grand nez et le petit chat de la maison "minet"

0

Minet le chat, veut jouer il secoue le berceau à bascule pour les réveiller, il les appelle en miaulant... Enfin Marie se réveille mais furieuse d'être arrachée à ses beaux rêves, elle attrape la queue du chat et tire dessus de toutes ses forces, pour lui faire mal.

5

Le chat ne comprend pas pourquoi on est méchant avec lui, il se met en colère et son poil commence à se hérisser. Finalement c'est lui qui est le plus fort ! et badaboum le berceau bascule.... Marie toujours cramponnée à la queue du chat, fait un énorme vol plané.

13_bis

en même temps Bécassine, projetée elle aussi hors du berceau tombe brutalement par terre ! Quel réveil en fanfare ! Mais aussi, quelle bonne surprise pour elle, elle se retrouve le nez sur le bol du chat.

12_bis

justement, elle raffole du bon lait frais. Elle se régale, elle avale tout ! Sa maman, attirée par le bruit n'y comprend rien et se demande :

2

comment Bécassine a-t-elle pu se lever toute seule et aller boire le lait du chat ? elle ne sait même pas encore marcher ! Pas de doute ma fille est un petit génie !

1

Ma Thaïs et mon Héloïse vont très vite se passionner pour la Bécassine de mon enfance, car l'histoire suivante leur fera découvrir "Bécassine et la galette".

6

Pour donner l'envie de lire à un enfant, il faut au début leur lire régulièrement des histoires, à des moments précis dans la journée comme un rendez-vous et par jeu ensuite quand l'enfant sait lire lui demander à son tour de vous lire une histoire. Entretenir cette envie du livre par des moments privilégiés avec les livres..

b_cassine_3b_cassine

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :