21 avril 2021

Confinement agréable, entre autre découverte de St. Martin de Bavel.

Les semaines et les jours naissent et disparaissent à une telle vitesse, que nous ne les voyons pas passer.

Ce qui est le plus difficile à vivre, c'est le manque de visibilité pour faire des projets.

3

Avril a débuté par les fêtes de Pâques. Tout aussi tristes que celles de Noël dernier. Ce n'est pas pour cela qu'il ne fallait pas faire comme si !

16

cette année, elles sont tôt et il fait encore bien frais. L'année dernière, nous déjeunions dehors avec chapeau de soleil. Ceci dit, cette année, nous n'aurions pas pu être dehors le 14, il faisait encore plus froid. 

15

 

Alors que faisions-nous ? Pas de problème nous trouvons toujours une occupation. Celle d'écrire me prend beaucoup de temps. Tout autant que celle de marcher. Ah ! marcher, il fut un temps ou je le faisais simplement sans vraiment de but précis. Maintenant, je suis plus flemmarde. je dirai même parfois paresseuse et pourtant se bouger est indispensable. Il a fallu que mon médecin insiste pour m'éviter des médicaments en période de pré diabète. Une hygiène de vie supplémentaire s'est imposée.

4

j'ai acheté un pédomètre pour calculer mes pas dans une journée. Ce qui m'incite un peu plus à marcher, car chaque jour je me félicite des performances atteintes et petit à petit je reprends goût pour la marche. Nous avons la chance d'avoir des centaines de chemins autour de chez nous. Chaque jour, nos balades peuvent être différentes. Toujours muni de mon appareil photos, j'essaie de capter les instants et les paysages que je trouve beaux.  Parfois, le résultat n'est pas celui que j'attends.

17

19

En mars, nous avons assisté à l'éclosion des fleurs au sol mais aussi dans les arbres. La nature se réveille, c'est le renouveau partout. Nous sommes allés à la cueillette de l'ail des ours, pour la confection des soupes du soir, il y a eu ensuite, les orties et maintenant ce sont les bouquets de fleurs d'ail des ours. Notre seul but : embellir nos journées.

5

 Nous sommes dans cette région depuis 14 ans et nous découvrons encore de nouvelles balades. De nouveaux villages. Et surtout une nouvelle façon de vivre les jours qui passent. Les seuls jours ou nous ne sortons pas ce sont les jours de pluie. Nous attendions avec impatience que le beau temps revienne et que la neige fonde sur les hauteurs, car si c'est le printemps dans la vallée, dès que nous montons à quelques kilomètres de notre village, la neige est encore présente. Notre baromètre, c'est le Grand Colombier, il culmine à 1525 m. Traditionnellement nous allons cueillir les jonquilles au col de la Biche à 1250 m.

 

25

 

32

Pour y monter, il faut le feu vert des ponts et chaussées, car l'hiver ces routes de moyennes montagnes allant vers les cols sont fermées. En principe elles ouvrent vers la mi avril. Je vous assure, il ne faut pas déroger, une année nous n'avions pas obéi et nous nous sommes retrouvés en mauvaise posture avec la voiture car sous des sous bois il y avait encore des plaques de verglas dangereuses et pour faire demi tour, cela n'a pas été facile. Plus jamais nous n'avons recommencé. Même sur les routes dégagées, partout il reste des névés.

40

En revanche cette année, en montant nous nous sommes retrouvés nez à nez avec un camion de grumier qui redescendait et là, il n'y a pas photo, il faut nous garer et comme la route est très étroite, les bas côté pierreux et minuscules, alors c'est la loi du plus fort ! on se débrouille comme on peut avec une sueur froide dans le dos et un gros ouf de soulagement quand il est passé. Merci petit mari.

1

2

Une fois dépassé le col, c'est avec plaisir que nous retrouvons la grange d'en bas : une ancienne grange d'alpage complètement tombée par terre, matérialisée par un tas de pierre ; mais de là, débute des chemins de randonnées dans tous les sens. Nous garderons de cet endroit un souvenir que je vous ai déjà raconté il y a plusieurs années, souvenez-vous, le jour où petit mari en chef scout, un été nous a perdu avec les enfants dans un torrent déséché ! Quand nous arrivons à cet endroit, je suis remplie d'émotion, nous sommes seuls dans la nature au milieu d'étendues jaune. Pourtant miracle de la nature, une huitaine de jours avant, tout était blanc et là, apparaissent de petites jonquilles aux queues encore très petites mais assez grandes pour en faire nos premiers bouquets. Le plus important pour nous, c'est de ne pas revenir les mains vides, un seul petit bouquet nous fait plaisir.

 

 0

 

Une fois notre rituel accompli. A nous l'aventure ! Ce jour là, direction l'ancienne chartreuse d'Arvières. Le chemin est un spacieux GR, dégagé, avec quelques fondrières que nous pouvons contourner.

5

6

27

30

Si vous saviez ce goût de bonheur simple qui nous envahi, nous sommes loin des soucis quotidiens, seuls dans la nature avec des paysages a couper le soufle accompagnés par le chant des oiseaux. De toute l'après midi, nous n'avons rencontré que 5 personnes et 2 chiens. Les vaches ne sont pas encore arrivées !

36

Pas besoin de masques, les distances sont très respectées. Par exemple celui-ci, seul au milieu d'une prairie au bout de mon objectif, nous n'avons même pas vu sa tête !

12

A la sortie d'un bois, surprise nous débouchons sur une clairière avec une grange au milieu de nulle part ! il y a  deux pronemeurs qui semblent tourner autour, comme nous le ferons après eux. A ce stade, nous ne savons pas encore, que nous allons découvrir un gîte d'étape plus que sommaire, mais bienveillant certainement pour les randonneurs fatigués voulant se mettre à l'abri et peu soucieux du confort et de la propreté. Puisque personne n'y habite.

19

21

22

 Nous sommes dans un vieux film des années 1940/1950, on peut s'imaginer par exemple, des maquisards pendant la dernière guerre, l'Ain étant  devenu, un endroit historique pour eux à cette époque. Ou alors une armée de scouts  en culottes courtes et écharpes rouges autour d'un feu de bois devant la maison. Notre imagination va bon train. Mais en attendant, cet endroit est un éden sur terre entouré seulement des hôtes des bois. Pour moi, ces moments sont toujours remplis d'émotion et j'aime savourer la sérénité   qu'ils dégagent, ainsi je peux ensuite les ranger dans ma case petits bonheurs du jour. Refermons la porte ne laissons rien et repartons sur le chemin mystérieux. 

15

16

Au loin notre Grand Colombier surveille, lui aussi son accès est ouvert, il va falloir y monter. Nous pourrions continuer encore et encore pour l'atteindre, mais mes performances ne sont pas encore à la hauteur !

27

Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas. Le lendemain, la balade n'a plus rien à voir avec celle de la veille. Pour aller à Belley, la ville la plus proche de chez nous, nous passons sur le côté d'un village, sans jamais aller le découvrir, alors que la majestueuse église qui trône sur une motte castrale, nous fait de l'oeil à des kilomètres à la ronde. 

0

 

Le soir elle est même illuminée. Il va falloir que je me penche sur l'histoire de ce petit village : Saint Martin de Bavel, où trône une si grosse église précédé d'un mur de pierres levées, comme dans les vieux villages des alentours. Malheureusement, comme dans presque tous les villages, les églises succeptibles de vous en apprendre sur leurs origines sont fermées : merci à ceux qui y commettent des incivilités et qui obligent les petites communes à fermer leurs endroits publics.

17

18

 

Regardez bien, chaque pierre représente un animal.

00

Ce petit village n'est fait que de vieilles maisons cossues en grosses pierres dont certaines ont été mises en valeur par leur propriétaire, certainement amoureux des vieilles maisons de caractère.

7

8

 

6

L'attrait de ce village en plus de ses belles maisons typiques, c'est la balade bucolique de toute beauté au printemps où l'herbe est verte, pour  rejoindre le hameau de la commune "Le Truc". Entouré de montagnes dont certaines plus près ressemblent à des collines. Alors là, aussi loin du bruit, un vrai jardin posé au milieu des champs. Quelques vieux habitants papotent assis sur les murets face à leur maison. En un mot comme je dis toujours, les petits bonheurs du jour.

28

30

31

34

Que ce confinement parmi tant d'autres, nous fasse réaliser, qu'il n'est pas obligatoire d'aller faire des centaines ou des milliers de kilomètres pour découvrir des merveilles. Toutes les régions françaises ont leur charme, la seule chose c'est en premier de prendre la peine de connaître à fond la région dans laquelle nous vivons. Parfois, vous découvrirez de réelles pépites que vous ne soupçonniez pas.

1

36

39

43

Je terminerai ce billet en vous racontant un souvenir de mes jeunes années, du temps où j'avais encore 5 enfants à la maison et où l'argent du buget familial certaines années, n'avait pas été consacré aux vacances lointaines. 15 jours dans l'année, tout en restant chez nous, nous nous mettions en "mode vacances" consacré seulement aux vacances ; à l'époque j'habitais en Picardie, une très jolie région aussi. Nous partions chaque jour, sur les routes, à pied, à vélo ou en voiture et nous visitions tout ce qu'il y avait à voir. Chaque jour avait son thème. Je peux dire que nous connaissions tout de mon département de l'Oise et de ceux mitoyens. J'ai toujours été étonnée que ceux qui habitaient dans un endroit ne connaissaient même pas l'essentiel de leurs merveilles environnantes. Bientôt 15 ans après notre arrivée ici, nous en connaissons plus que mon aide ménagère et certains autochtones.  Quand j'ai changé de vie il y a 20 ans, j'ai été aussi surprise de constater que petit mari ne connaissait pas tout son département, mais en revanche il avait parcouru de nombreux départements français et ne manquait jamais les sports d'hiver. Alors inutile de vous dire, que je l'ai embarqué avec plaisir dans mes pérégrinations voyageuses : ici et ailleurs. Et c'est marrant, maintenant il adore.

000

Les jonquilles chez nous, c'est un rituel ancestal. Au même âge qu'Héloïse ici, j'allais déjà les cueillir avec ma grand-mère dans les collines de Saint Just en Chaussée. Chez nous on transmet !

 


28 novembre 2020

Confinement "2" dernier jour - réflexions ! Bilan.

La sortie de l'épisode 1, était plus agréable, puisque nous avions l'avenir de l'été. Ce n'est pas pour cela que tout le monde avait compris, puisque 5 mois après, on recommençait ! 

Eté 2020 : quelle météo pour les vacances ? - Actualités La Chaîne Météo

 

L'épisode 2, se termine, avec encore plus d'incompréhensions. Mais depuis le début de l'année, nous avons quand même apprivoisé plus ou moins bien la grosse bête.

Coronavirus (COVID-19)

 

 

Que ce soit nos dirigeants, ou les autres, ils ont fait comme ils ont pu !, comme c'était inédit, on ne pouvait pas savoir comment aurait réagi un autre président. N'oublions pas quand même que la tâche ne devait pas être facile, puisqu'il fallait sans arrêt ménager la chèvre et le choux ! Il y a eu des erreurs, du cafouillage, des décisions qui semblaient ne pas avoir de bon sens. Mais étant donné que la situation était mondiale, les autres dirigeants, n'ont pas été meilleurs que nous. Facile de dire : Moi Je... Rappelez-vous les conseilleurs ne sont pas les payeurs.

Les expressions du jardin : ménager la chèvre et le chou - Jardins Volpette 

 

Que ce soit NOUS en général, en premier,  dans l'euphorie du moment, (si nous pouvions appeler cela comme ça). A la première version, il fallait se mettre aux fenêtres à une certaine heure pour applaudir les services médicaux, qui étaient en première ligne. Bizarre, à l'épisode 2, plus d'applaudissements et pourtant ces gens là, étaient encore en première ligne. Les média, qui sans arrêt soufflent  des informations contradictoires, lancent une phrase ou un mot sortis de son contexte alimentent indirectement les polémiques et mettent à l'honneur les petits commerçants. Cela partant peut être d'un bon sentiment, sauf que pour faire taire les mécontents, "la haut", ils se sont mis à prendre des mesures ridicules ; par exemple en faisant fermer les rayons des grandes surfaces mais aussi des moyennes et des plus petites. Alors que les petits commerçants étaient fermés ; ou est la logique ? En mettant toute  la France entière à l'heure des grandes villes ! Nous n'avons jamais entendu autant parler des libraires, des marchands de jouets, des cafés, des restaurants  et j'en passe. Je compatis pour ces gens qui resteront sur le carreau ou qui auront du mal à se remonter.

Pourquoi applaudit-on les soignants ? - Elle

 

Comme le ridicule ne tue pas, ce sont ceux qui habituellement profitent des grandes surfaces au détriment des petits  commerçants, ou des réseaux sociaux.  Pour un oui ou pour un non, subitement prennent la défense des "petits", mon Dieu qu'elle hypocrisie ! Ceux là, les mêmes, avant disaient : "il faut faire avec son temps" c'est la mondialisation qui a fait évoluer le développement, vous êtes des ringards" etc, etc... Ce sont également les mêmes qui en fin de semaine se ruent dans les grandes surfaces.

 

https://images.midilibre.fr/api/v1/images/view/5fa11a30d286c233d9420147/large/image.jpg?v=1

Déjà, depuis un certain nombre d'années, on se rend compte, que tout ces slogans qui prônent le modernisme, font régresser de plus en plus l'humanité. Maintenant, par exemple il faut plusieurs mois pour avoir un rendez-vous chez un spécialiste même si vous avez une suspicion qui mérite une réaction rapide, je vais vous donner un exemple personnel.

Morbihan. Face aux délais d'attente, être secrétaire chez un spécialiste devient un sacerdoce - Redon.maville.com

Ah oui ! mais voila je n'ai pas de place avant 6 mois

 

En septembre, j'obtiens en 2 mois, un rendez-vous chez l'ophtalmo, mais pas celui que j'ai l'habitude de voir, il ne me verra seulement que si c'est important. Son auxiliaire me prend les mesures ophtalmologiques qu'il faut et je passe ensuite devant un remplaçant, pour me dire que j'ai de la tension dans un oeil et qu'il va falloir me faire un champ visuel et qu'ensuite je verrai mon ophtalmo habituel, OK sauf que j'obtiens un rendez-vous que 7  mois après, alors que tout le monde sait que de la tension dans les yeux c'est très sérieux. Je ressors sans gouttes et obligée d'attendre le mois de mai 2021. Je profite quelques jours après, pour retéléphoner afin de signaler des troubles depuis le dernier examen. La secrétaire me répond, je fais part de votre inquiétude, afin qe Madame... regarde votre dossier et Elle vous rappelera. Le coup de téléphone de la secrétaire,  n'arrive que 8 jours après, en me disant, nous sommes arrivés à vous avancer votre rendez-vous au 7 décembre, l'ophtalmo habituelle  sera au cabinet ce jour là, comme cela, elle pourra interprêter l'examen et vous dira quoi faire. Oups ! 

Ophtalmologiste - L'ophtmalo, médecin spécialiste de la vue - Doctissimo

Un autre exemple ; hier en fin d'après-midi, jour habituel d'ouverture de la ferme biologique que j'ai trouvé à 25 kilomètres de chez moi il y a 15 jours. Le seul petit producteur en direct dans le coin. Depuis toujours je sais, que l'alimentation est primordiale pour une bonne santé, déjà dans les années 1980, je faisais des kilomètres pour me procurer des produits sains. Donc là, je suis très contente d'avoir trouvé celui-ci. Mais, pour manger sans produits chimiques on a quelques contraintes désagréables, par exemple, attendre son tour en plein champ à tout vent,et faire  la queue en file indienne avec les distanciations respectées pendant une demie-heure, je peux garantir que nous n'avions pas chaud. Mais heureuse de remporter de bons produits même si je pouvais attraper un rhume. Conclusion, comme cet hiver, les queues devant les magasins vont devenir "légende", je vais ressortir la mi cape en fourrure de ma grand-mère. 

Faire ou ne pas faire la queue, telle est la question - Yellow Vision

Cette queue, me rappelait les images télévisées que nous avions vues dans les pays derrière le rideau de fer il y a quelques années, ou ce que  nos parents et grands-parents avaient vécu pendant la dernière guerre. A la différence que là, nous avions du choix. Drôle de monde quand même que nous vivons

Arrière (militaire) — Wikipédia

Samedi, notre premier Ministre nous a annoncé les mesures qu'il faudrait à nouveau respecter si nous ne voulions pas avoir un 3ème épisode ! au détriment de nouvelles catégories de commercants : Ceux du monde du ski. (j'ai pourtant une amie, qui dit : le ski ne concerne que les personnes aisées !) Je n'en suis pas convaincue, quand je vois le nombre de polémiques à ce sujet qui fleurissent sur le net depuis deux jours. Moi qui suis une adepte de la montagne (pas du ski) je dis à tous ces amoureux des sports d'hiver :  Depuis le temps que vous venez "bouffer du ski" pendant 8 jours, jeter vos mégots sous les télés sièges, faire la fête dans les restaurants. Pour une fois venez en amoureux de la montagne, allez marcher, faire des raquettes, découvrez nos sentiers, respirez le bon air, faites marcher les commerçants ouverts. Je suppose que les restaurants proposeront des plats à emporter et faites la fête dans vos locations. Et pourquoi pas, découvrez d'autres façons de faire du ski. Il n'y a pas que le ski de fond et les peaux de phoque (synthétiques) bien sûr.

 

A la découverte du ski de rando ! - France Montagnes

Continuons à faire attention même si l'on vous dit à la fin de l'année nous aurons des vaccins, ne vous précipitez pas dessus, comme certains l'ont fait pour les tests, prenez le temps de voir comment ils réagiront et s'il n'y a pas trop de "couacs". En tous les cas, je reste avec la même ligne de conduite. Noël se fera seule avec petit mari, mais néanmoins je décorerai ma maison et nous mangerons un bon repas le jour "J". J'écrirai mes voeux. Et je commencerai à mettre à éxécutions les résolutions que j'ai prises pendant ce second confinement, qui m'a permis de beaucoup réfléchir sur les gens qui m'entourent et revoir mes priorités. Vous savez tout compte fait : la solitude peut aussi avoir du bon.

La vaccination

 

Espérons qu'il n'y ait pas un 3ème épisode ? Malgré tout, je n'en reste pas convaincue.

 

Ma réflexion ) - Les Authentiques Mouloudéens 1921

 

19 novembre 2020

Confinement jour 21 - occupations : Je m'occupe.

Je ne dirai pas assez, que dans cette période pas comme les autres. Les retraités en couple, sont les plus privilégiés. Notre objectif numéro 1 c'est de tout faire pour évier d'attraper le COVID. Pour nous c'est simple, toutes les barrières mises en place peuvent être respectées puisque nous ne sommes pas obligés de sortir pour aller au travail, ou emmener les enfants à l'école, et les occuper pendant leur temps libre ; nos contraintes à nous, sont quand même limitées, ce qui n'est pas le cas pour tous.  En revanche pour les personnes seules cela commence à être un peu plus difficile quand elles ont horreur de la solitude, sinon elles s'adaptent plus ou moins facilement. 

13

Il faut donc prendre son mal en patience, c'est la seule chose à faire.  Eviter de trop écouter les informations nationales ou régionales, ainsi que  les réseaux sociaux. Pour les premiers, les journalistes ont souvent l'art et la manière d'appuyer où cela fait mal, en posant des questions qui nous semblent hors du bon sens. En se faisant les portes paroles des eminences haut placées qui depuis le début tatonnent  ouvertement et pour cause la situation est inédite.

Quant aux réseaux sociaux, il faut redoubler de logique, afin de "dépatouiller" le vrai du faux ; mais surtout ne pas croire tout ce que nous lisons ou entendons. Rester à tous les instants vigilants  en ne croyant que ce que nous voyons. Parce que ceux là, on peut dire qu'ils entretiennent la psychose si nous les écoutons.

31

Réféchir nous en en avons le temps. C'est le moment des remises en question et définir comment nous allons nous comporter "après que tout cela sera redevenu normal" par exemple est-ce indispensable de s'embrasser quand nous ne nous connaissons pas. Cette habitude apparue il n'y a pas si longtemps que cela est ridicule à mes yeux. Cela me donne l'impression que l'on galvaude un geste affectif. Pareil pour le tutoiement, avant nous demandions à l'autre la permission de le tutoyer, c'était un signe de bonne éducation et de respect. Sous prétexte de convivialité on tutoie jeunes et vieux, Certaines  barrières restent essentielles. On a tendance de plus en plus à vouloir mettre tout le monde sur le même piédestal. Est-ce normal ?    

17

 

Profiter de son heure de balade.  C'est un peu juste quand même. A moins d'avoir un GPS (celui des téléphones portables usent la batterie) et encore il faudrait au bout d'une demie heure, systématiquement rebrousser chemin, on ne va pas loin en si peu de temps. Au bout d'un certain temps, la balade devient vite sans beaucoup d'intérêts  ; et quand nous habitons un petit village, nous en avons vite fait le tour. Alors nous sortons un peu moins en plus le temps parfois n'est plus aussi agréable.

50

Se déplacer par obligation et surtout ne pas oublier à chaque fois "l'ausweis". Pour les courses alimentaires, si nous nous organisons bien, une fois par semaine c'est assez. Pour le reste on respecte les consignes scrupuleusement. Quant aux pipis du chien, si nous nous débrouillons bien on peut sortir plusieurs fois dans la journée. Et si nous sommes foncièrement honnêtes nous respectons scrupuleusement ce que nous avons le droit de faire. Mais comme la plupart des français sont réputés pour être indisciplinés, beaucoup s'arrangent avec les mesures. C'est à chaque fois pareil à cause de ce caractère typiquement français, on grignote petit à petit nos libertés et après, nous nous plaignons.

87Les Yeux d'Héloïse

Laquelle se reconnaîtra ?

Alors, que nous reste-t-il à faire ? pour nous occuper dans notre maison. 

Pour l'entetien journalier, confinement ou pas, il faut le faire ; donc rien ne change. Quand au grand chambardement annuel de rangement, il a déjà été fait au confinement épisode 1. Alors que reste-t-il  dans l'immédiat ? Je ne vois que les préparations de Noël, même si l'on sait que personne ne viendra nous voir. On ne va quand même pas passer les fêtes, sans mettre un peu d'ambiance dans notre maison, même si ce n'est que pour soi-même. Si nous ne pouvons pas acheter de sapin, qui nous empêche de garnir quelques branches d'arbres dépouillées de leurs feuilles et mettre  de jolies boules qui sont remisées dans notre grenier, ou dans nos placards et qui servent chaque année. Réfléchir à notre menu élaboré de ce jour de fête et faire une belle table même si nous  sommes tout seul. J'ai une amie "Marie-Claude" qui vit seule et pour ne pas perdre son moral pendant ces temps de "disette sociale", chaque dimanche elle se fait une jolie table et sort une jolie nappe et la garnit de "vaisselle du dimanche".  Elle fait pareil quand elle se réveille et prend son petit déjeuner, Elle dit toujours :" quand nous sommes seuls, dès que nous posons le pied par terre, il faut tout faire pour enjoliver sa journée". Dans une autre de mes vies, j'ai connu un monsieur, qui chaque jour à l'heure du thé, garnissait sa petite table ronde qu'il avait sur son balcon (l'hiver il la rentrait) d'une nappe  brodée et il sortait sa théière en porcelaine ainsi que la tasse qui va avec et dégustait son thé accompagné de gourmandises en écoutant de la grande musique. Plusieurs fois j'ai assisté à son cérémonial et à chaque fois je me disais au fond de moi, bravo pour savoir mettre de l' Art dans la vie de tous les jours. Oui, cela peut sembler "bizarre" mais après tout, il se fait plaisir et pour lui c'est un petit bonheur simple et une récréation enchantée. 

41

82 Lui faisait la même pour sont thé journalier. 

57 - soirée de fiançailles 2002 St

Les livres : Ils ont été le sujet d'un billet précédent et ceux qui comme moi, adorent lire, savent que c'est un privilège inégalé, comme toutes les passions que nous pouvons avoir.

9

Moi, Cette semaine, je me suis consacrée à une activité particulière. 

Petit Mari et moi nous vivons ensemble depuis 20 ans ! J'ai fait des centaines de photos. Nous avons reçu à chaque vacances nos enfants et petits enfants. A nous deux le nombre est conséquent, même si certaines années certains ne sont pas venus. A chaque fois cela a toujours été une organisation très importante, aussi bien pour petit mari le préposé aux repas et pour moi à l'intendance et à l'organisation des sorties. Ce fut une joie pour nous, nous avons toujours donné sans compter. Et ces  moments familiaux ont tous été  immortalisés. J'ai décidé de re visionner tous ces instants pour les classer et faire un énorme album photographique de ces 20 ans écoulés. J'ai revécu tous ces instants heureux pour certains et moins heureux pour d'autres. J'ai vu grandir les uns et les autres. Je ne regrette rien, ainsi j'ai pu constater que la vie est passée très vite, que nous avons chaque année fait énormément de choses, que nous avions même reçu les copains et les amis de passage qui depuis longtemps ont quitté le navire. Mais l'instant présent a été que du pur bonheur. Maintenant tout le monde a grandi, s'est éparpillé partout en France et même à l'étranger. Notre cocon s'est refermé sur nous deux et nous sommes heureux. Alors voyez vous relativisons tout et vivons dans l'espoir de nouveaux jours heureux.

4

Si moi, je suis capable de vivre en ce moment ces instants pénibles qui nous sont imposés à tous. Tout le monde peut le faire. Le secret c'est simplement garder l'espoir et rester positif. 

Je ne suis plus jeune, mais j'ai envie de vivre encore très longtemps.

30

0 edith et marc

 

 

Posté par manouedith à 18:25 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 novembre 2020

9ème et 10ème jour - Occuper son confinement - lire !

15

Ne  faire que ce qu'il nous plaît, tout en  ne  sortant pas. S'enfermer, s'isoler, se boucler, se renfermer sur soi même. C'est ainsi que je définis l'ordre que l'on nous a donné.  Il faut se trouver des occupations !  En un mot, faire ce que nous voulons pour ne pas nous ennuyer : ça, je sais faire et je n'ai même pas de scrupules pour privilégier le plaisir aux tâches ménagères.

10

Alors, ces deux derniers jours, nous ne sommes pas sortis du tout. Nous avons beaucoup lu. Je plains ceux qui n'ont pas ce plaisir. C'est pourtant un amusement presque gratuit. 

Du plus loin que je me souvienne, dès que j'ai su lire, il y a toujours eu des livres autour de moi. Mon choix est éclectique. M'évader est le seul mot clef.

IMG_5334

C'est pourquoi j'aime les  romans, avec une préférence pour ceux de : Marie Bernadette Dupuy, François Bourdin, Danielle Steel etc... Les romans d'amour, sans tomber dans ceux à l'eau de rose, me font rêver, les romans d'aventure me font voyager.  Mais je n'aime pas les histoires trop compliquées , tarabiscotées. Je veux qu'elles ne me fatiguent pas. Lire c'est se détendre en premier. 

Mais j'aime aussi les plus sérieux, ceux qui peuvent m'apprendre quelque chose et compléter mes connaissances comme  les biographies historiques. Elles comblent ma curiosité.

Longtemps, j'ai acheté des livres, jusqu'au jour ou je n'ai plus eu de place pour les ranger. Ici dans le grenier, j'ai aménagé un coin bibliothèque, ils sont installés  par catégorie et sont tous inscrits dans un grand cahier pour les retrouver facilement. Il y en a plus de 800. Lors de mon dernier déménagement, j'en ai donné à la bibliothèque  du village que je quittais. Maintenant, plus aucune n'en veut. Elles en ont toutes trop. Les vendre me direz-vous ; oui mais, ce sont des contraintes pour les envoyer. Je préfère maintenant, les déposer dans des boites à livres comme il en pousse partout. Même chez nous à la campagne, nous avons un boulanger qui a installé une ancienne grille à pain où nous pouvons fureter en attendant notre pain.

 Comment faire le plein de livres à moindres frais : La Rep vous donne 5 bons plans - Orléans (45000)

 Quand je vois une boite à livres, comme il commence à y en avoir par endroit, j'en dépose. Du temps ou j'ai fait des brocantes, j'en ai vendu.

Les boites à livres à Paris : n'achetez plus, échangez ! – Le Cri du Zèbre

Dans les années 1970, j'ai acheté de beaux livres d'Histoire, ou des livres de grands littéraires des siècles passés réédités dans de belles éditions , il y avait un système imparable dans ces années là, plusieurs éditeurs comme "Beauval" et bien dautres, offraient le 1er gratuit et même parfois plusieurs, ensuite chaque mois on pouvait acheter un par un,  leur collection. C'est ainsi que je me suis constituée ma bibliothèque.

Livre: Oeuvres d'Alexandre Dumas (48 volumes), Dumas Alexandre, Editions de Crémille,Editions de l'Erable,François Beauval, éditeur, 2000114411356 - Leslibraires.fr 

Je possède ainsi, toute la  collection d'Alphonse Daudet, d' Agatha Christie, et même tous les Tintins, Il y a eu également tous les livres aux reliures vertes des Femmes célèbres, et celles aux reliures rouges des auteurs célèbres de l'Histoire de la France, comme André Castellot et Alain Decaux. Je me disais, si je ne les lis pas maintenant je les lirai à la retraite et c'est exactement ce que je fais. Quand petit mari est arrivé dans ma vie, il n'avait jamais vu autant de livres historiques et divers et il s'est mis à tous les lire. Je peux dire que toutes ces collections sont bien rentabilisées.

31

 

Dans les années 1970, se sont créés les boutiques "France Loisirs" où l'on peut avoir accès à des livres brochés moins chers, car à l'époque, le prix du livre est encore variable. Il y a bien, les livres de poche depuis 1953, mais je n'aimais pas lire sur ce genre de livre, il m'a fallu de nombreuses années pour en acheter. Néanmoins ils restent les plus accessibles pour le porte monnaie, mais ils ont une contrepartie désagréable, celle d'avoir de petites lignes, parfois dfficile à lire en vieillissant. Ce que j'aime particulièrement chez FL où je suis abonnée depuis les débuts, c'est que nous avons l'obligation tous les 3 mois d'acheter un seule livre si nous voulons, sinon nous recevons la sélection qu'ils ont choisie. Souvent c'est ce que je fais, j'aime aussi lire un livre inattendu, cela m'ouvre d'autres horizons.

Séries Livres FRANCOIS BEAUVAL Et AUTRES Nantes 44000 Livres, BD, Revues

 

Depuis deux ans, j'écumais la bibliothèque du village voisin, mais le COVID est arrivée, je n'y suis plus retournée, elle est restée fermée longtemps, quand elle a réouverte des gestes barrières ont été instaurés comme partout. Ou alors il fallait les commander sur leur site, mais moi j'aime les feuilleter, les reposer et les choisir.  Je ne sais jamais le livre que je vais prendre, je lis les résumés au dos pour savoir s'ils me plairont. L'inconvénient des bibliothèques municipales, c'est que les livres récents, n'y sont que rarement présents. Tout dépend du budjet annuel qui leur sont attribués. 

J'ai essayé de me mettre à la liseuse électronique, le livre ou l'achat est moins cher, ceci dit pas toujours. Mais je n'aime pas trop, j'aime posséder, humer un livre, sentir le bruit des pages, l'odeur spéciale que certains dégagent. Pouvoir le relire quand je le veux. Je reconnais que cela peut être pratique, mais dans mon cas personnel, très vite il me fatigue les yeux. Après des heures de lecture, j'ai l'impression que l'on veut m'arracher un oeil. J'en ai déjà parlé autour de moi, mais sans réponse valable.

Après avoir dévoré plusieurs sagas de l'auteur que j'apprécie en ce moment FL m'a envoyé la sélection trimestrielle : "La vie secrète des écrivains" de Guillaume Musso. Dimanche après-midi je l'ai commencée, dès les premières pages j'ai été happée par l'histoire et je n'ai plus quitté ce livre avant de l'avoir terminé, j'ai malgré tout essayé de dormir quelques heures, mais lundi midi il était terminé. 

 

Alors et vous : aimez vous lire ? Y trouvez-vous votre bonheur ? 

Je terminerai en disant qu'un livre, une peinture, une statue, un air d'opéra, de la musique classique, ou contempoiraine, rien ne devrait être critiqué. Car chacun d'entre nous peut avoir des avis différents et ne pas aimer ce que d'autres aiment. J'ai horreur d'entendre dire : "c'est moche", ce qui est laid pour certains peut être magnifique pour d'autres. Protégeons  cette dernière liberté individuelle que nous avons encore. 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 12:03 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07 novembre 2020

8ème jour de confinement - vu par une grand-mère.

"Confinement":  c'est vraiment un grand mot. Rien à voir avec celui du mois de mars dernier, qui avait bien aidé pour éviter la propagation de la vilaine bête. Les gens sont de moins en moins sages. Ceux dans les villages qui devraient montrer l'exemple comme les agents communaux qui ramassent partout les feuilles avec leur souffleuse. En plein centre du village, ils ne mettent pas de masques. Les enfants de l'école primaire en récréaton n'ont pas de masques. Là, c'est un peu plus grave. La loi est pour tout le monde, on reconnaît que les enfants sont porteurs sains, c'est pour cela qu'aux dernières consignes le port du masque s'est renforcé dans les écoles. Nos pauvres petits français sont-ils plus délicats que ceux des autres pays qui le portent. Je comprends que ce ne soit pas drôle pour eux (cela ne l'est pour personne), mais quand ils sont en rang les uns collés aux autres, en attendant leur tour pour passer dans le jeu que le prof. à entamé dans la cour qu'ils se retournent et parlent entre eux ! Il y a un tout petit problème quand même. Quand on fermera l'école, les parents qui travaillent, seront certainement très ennuyés.  C'est ce que j'ai vu, cet après-midi en passant devant l'école de mon village.

8

 Pour nous aujourd'hui, nous sommes sortis un peu plus que d'habitude par obligation. Bientôt, nous serons en hiver, et dans notre région,  les pneus d'hiver sont sérieusement conseillés, ayant changé de voiture, les anciens ne s'adaptant pas sur la nouvelle, il a fallu aller en acheter d'autres, plus un saut à la supérette, la veille nous avions oublié deux ou trois choses.

3

10

Cet après-midi, tous les deux nous devions récupérer notre nouvelle paire de lunettes chez l'opticien que nous avons au centre du village. Une superbe facture nous attendait. C'était le jour pour la carte bleue qui est devenue rouge de chez rouge. En même temps un petit tour par le pharmacien, où nos vaccins nous attendaient, après 8 jours de rupture de stocks, pour une fois que nous voulons nous faire vacciner car le mariage des deux virus, risque de ne pas faire bon ménage si nous en attrapons un des deux. Cette année, nous avons donc succombés aux recommandations.

11

 

En rentrant une petite surprise nous attendait, fille numéro 4 est venue voir si nous ne manquions de rien. Mais nous sommes tous restés masqués et dans la cour devant la maison, petite demie heure de papotage qui nous a fait beaucoup de bien, nous ne l'avions pas vue depuis plusieurs semaines, hier elle a eu 44 ans.

14

à cet endroit il y a 13 ans, il y avait encore une piscine municipale découverte. 

Quand elle est partie, nous sommes allés faire notre promenade quotidienne d'1 heure, aujourd'hui, elle s'est limitée au village avec un retour par le Séran.  C'est amusant de voir que d'une semaine à l'autre les paysages et le cours d'eau sont différents. L'avantage ici, on ne rencontre pas grand monde, sur notre périple si nous avons croise 3 personnes, c'est le bout du monde. Mais mon Dieu qu'elles sont belles les couleurs de l'automne, malheureusement les feuilles s'accélèrent pour tomber. 

5

 

17

 

Ce matin une bonne surprise. Il y a deux mois lors de mon anniversaire fille n° 3, m'a fait envoyer un bouquet de fleurs par Interflora (je précise que seuls mes enfants ont le droit de marquer ce jour là, je suis devenue discrète sur ce sujet, car passé un certain âge je trouve que cela n'a pas de sens d'appuyer où cela peut faire mal.) Ce bouquet, n'est jamais arrivé, le fleuriste chargé de me l'apporter avait fermé définitivement ses portes, deux jours avant et interflora n'était pas prévenu. Néanmoins, ma fille a payé le bouquet ; au bout de plusieurs jours voyant que je ne lui téléphone pas pour la remercier et que je ne mets pas comme d'habitude son bouquet sur FB, embarassée, elle me demande si je l'ai reçu. Ben non, pas de bouquet ! Alors l'autre jour en se levant, elle se dit : " C'est le moment de faire marcher les petits commerçants, alors je vais envoyer un bouquet à maman. Sauf que les petits commerçants ne livrent pas tous en cette période atypique. Elle ira malgré tout, commander sur Internet en se disant, les employés de ce groupe ont au moins du travail sinon ils seraient peut être au chômage ; entre parenthèse vous voyez qu'Internet est maintenant  indispensable et qu'il ne faut pas à tout bout de champ dire : "évitez d'aller enrichir les gros". Ces gros que beaucoup incriminent, font travailler beaucoup de "petits français" sans eux j'en connais qui seraient encore au chômage.  Plus ça va, tout est critiqué. C'est  tellement facile. Tout le monde n'a pas un petit commerce à côté de chez soi. N'oublions pas que 22% de la population française habite la campagne. Alors ne généralisons pas.

13 annabelle

15

Justement un exemple. Cette semaine c'était l'anniversaire d'une de mes filles. Je ne l'avais pas vu depuis plusieurs semaines, elle est laborantine dans un laboratoire médical, elle cotoie tous les jours le COVID. Donc il est préférable d'éviter de se voir. Je voulais lui faire envoyer des fleurs. Mais la fleuriste de la ville où elle travaille ne pouvait pas lui livrer, il fallait venir chercher le bouquet devant son magasin. Moi j'habite à 20 kilomètres, on est en principe confinés, et comme je respecte. Il a fallu que je ruse en demandant par téléphone à ma petite fille, de demander à sa mère quand elle ira la chercher au lycée, de faire un détour chez la fleuriste en question. La surprise n'a pas été la même pour Emilie. Alors que moi aussi, j'aurai pu de mon fauteuil commander un bouquet sur Internet et un livreur lui aurait apporté à domicile. Si je n'avais pas eu ma petite fille, c'est ce que j'aurais fait.

22

Confinement ou pas, cela revient donc au même, le virus ne peut pas être bloqué temporairement comme la première fois.  Trop de monde circule encore. Et lui aussi.

2

23

Pas facile de  vouloir ménager la chèvre (dixit : la santé) et le choux (dixit : l'économie). Comme pour tout il y a un choix à faire !  Ce n'est facile pour personne. Alors, arrêtons de râler sans arrêt en ayant tout simplement du bon sens.

4

Et vous, en avez-vous encore une dans votre ville ou vote village ? N'est-elle pas belle notre vespasienne ?


04 novembre 2020

4ème et 5ème jours - Leçon de vie - Savoir s'occuper sans sortir.

Si, il y a des personnes plus obéissantes que nous. Qu'on nous le dise.

Cette pandémie nous fait peur comme à beaucoup de personnes. Donc nous ne sortons que par obligation, sans que cela nous ennuie. Nous ne recevons plus.  Et nous essayons de respecter tous les gestes barrières. Quelques unes d'entre vous, me disent, oui mais : tu n'es pas toute seule. Oui, je ne suis pas toute seule, mais je l'ai été, je sais par exemple ce que cela c'est de passer un Noël sans personne. 

24

Dans la vie j'ai toujours su ce que je voulais, j'ai un caractère fort et droit. Alors, j'avoue cela m'aide beaucoup. Je fais toujours ce que je dis. Comme je l'ai déjà souligné, il m'arrive toujours des choses qui n'arrivent pas aux autres, alors je redouble de prévoyance. Je n'écoute pas tout ce que l'on me raconte. Je sais faire la part des choses.

Dans la vie tout est une question de choix. Il y a les bons et les mauvais choix, mais à chaque fois j'assume ceux que je choisis.

4

 Un exemple tout simple, moi aussi comme beaucoup d'entre vous, je n'aime pas être seule. Depuis ma plus petite enfance, j'ai été entourée de monde. Jamais je ne suis restée seule longtemps, il me faut toujours quelqu'un pour parler. Quand je me suis retrouvée seule la dernière fois il y a 20 ans, il n'était absolument pas question que je finisse ma vie sans un compagnon. Ma vie a été suffisamment compliquée, je voulais être heureuse une dernière fois et j'ai tout fait pour l'être. Mais pour cela j'ai pesé le pour et le contre à chaque fois et surtout j'ai classé mes priorités, l'acceptable et l'inacceptabe. C'est à dire, ce que je serais capable d'accepter et ce que je ne pourrai pas. Ce qui pouvait être facile et ce qui ne le pourrait pas. Je m'étais jurée d'y arriver et j'y suis arrivée, je ne dirai pas que cela a été simple, mais je savais ce que je voulais.

12

Ce caractère que beaucoup me reproche a fait ses preuves et m'a appris beaucoup il a développé en moi un tas de passions, m'a ouvert aux autres, m'a donné le sens du partage, j'ai beaucoup donner sans jamais attendre un retour, , je me suis faite avoir plusieurs fois.  Et j'ai toujours fait en sorte de ne pas m'ennuyer.  J'arrive toujours à détourner la morosité.  J'essaie de m'intéresser à tout.

10

J'aime tellement ma maison, que d'y rester plusieurs jours sans sortir m'indiffère. Donc le confinement même si j'étais seule, cela ne m'ennuierai pas.

Je lis, j'écris, je fais de la photo, Je fais des recherches généalogiques,  je change le décor qui m'entoure souvent, rien que changer les choses de place, ressortir un objet, un coussin, à chaque fois l'ambiance change. Le soir pour nous seuls j'invente une atmosphère différente. Nous avons toujours de la musique dans la maison. Je m'occupe toujours. Pour moi le social est de plus en plus éphémère. A moins d'avoir de vrais amis, je ne m'entoure jamais de beaucoup de monde, j'ai trop été déçue par les autres. Je n'ai plus grand chose à donner.

Le principal c'est d'être heureux pour soi et rendre heureux la personne avec laquelle on vit.

Tout cela pour dire, que le confinement, nous nous en accomodons très bien. Nous avons une seule règle : LE BON SENS.

10

Cette semaine comme je l'ai dit dans mes deux derniers billets, nous sommes sortis quand il faisait beau, nous sommes aller admirer les couleurs d'automne. Quand il a plu, nous ne sommes pas sortis. Mais toujours, je me suis préparée et pomponnée comme tous les jours, pas question de ne pas me maquiller et de rester en négligée. Se faire belle pour soi avant de le faire pour les autres.

9

J'ai rechangé de petites mises en scène chez nous. Ressorti le jeu d'échec au cas ou ! Admirez le bien, il vient du Brésil, nous l'avons rapporté par avion en deux voyages, un coup le socle , un coup les pions, tout est en marbre, je ne vous raconte pas son poids en bagage accompagné. J'ai déniché au grenier une vieille table 1940 en loupe d'orme, sur laquelle j'ai mis la forme à chapeau de mes arrière-arrière grands parents chapeliers à Paris entre 1830 et 1895. Accompagné d'une bible très ancienne et de missels familiaux. Et j'ai créé encore un endroit sympa. Beaucoup de fleurs séchées partout dans la maison, je pense déjà à ma décoration de Noël, sachant très bien que nous serons que tous les deux. Comme chaque année je la commencerai début décembre.

7

8

Voyez-vous, c'est un Art de vouloir être Heureux. Ceci dit, comme tout le monde j'ai aussi des soucis,  ils font partis de la vie de tous. Alors il faut faire avec et pas trop en parler, ils n'intéressent que nous.

01 novembre 2020

2ème jour de re confinement

31 octobre 2020 -jour 2

Je suis honnête, ma vie avec le confinement, n'a rien à voir, avec celle des gens qui travaillent, qui sont obligés de prendre les transports, ni à ceux qui ne dorment plus parce qu'ils sont inquiets pour le "après", ni à ceux qui habitent un tout petit appartement. Même si je fais partie des gens à risques, peu importe, je fais ce qu'il faut et surtout ce qu'il me semble avoir du bon sens. Et je crie haut et fort : Je suis une privilégiée, j'ai la campagne à côté de ma maison, j'habite un village plutôt sympathique, une maison encore plus sympathique, alors je savoure ce que j'ai et je garde le moral, le contraire serait indécent.

1

Ce matin, je me suis levée, le soleil brille, nous allons pouvoir aller faire un tour, photographier les petits riens de notre quotidien. Le soleil inonde la maison. Gardons le moral. N'oublions pas qu'après la pluie, le beau temps revient toujours, dans quelques mois toutes ces contraintes seront loin. N'oubliez jamais, dans la vie, il n'y a que deux choses très importantes:

1) Garder et  protéger sa santé.

2) Aimer, avec un grand A.  

4

5

6

7

Pour cela, un seul remède entretenez  chaque jour ces deux verbes, car la Santé et l'Amour se peaufinent au fil des jours,  au départ, ils ne sont jamais acquis. Mettez vos jambes à votre cou pour fuir la routine et l'habitude.

8

9

 

Regardez, petit mari ne peut s'empécher de dire bonjour aux chevaux du haras d'à côté.

10

Hier, je vous ai montré une balade urbaine au bord de l'eau. Aujourd'hui toujours à 5 minutes de chez nous, c'est la campagne et le côté sauvage du Séran. Tellement près, qu'un jour un chevreuil est sorti du bois il a traversé les prés que vous voyez sur les dernières photos et il est venu taper avec ses cornes à la porte de notre garage. Incroyable mais vrai, il a fallu beaucoup de mal à petit mari pour le faire partir mais surtout pour qu'aucune voiture ne le cogne. Et il a repris le même chemin. 

15

16

17

Vous voyez cette maison, je la vois aussi depuis mon boudoir ; elle me fait rêver, car c'est le genre de maison que j'aurais souhaité acheter.

21

22

ce petit ruisseau passe dans la propriété voisine de notre maison et à cet endroit il rejoint le Séran. 

15

encore quelques mètres et nous y serons.

25

27

Le Séran est loin d'être à sec, car sur la première photo, il y a un gué que nous avons déja pris, mais aujourd'hui c'est impossible. Il faut se méfier des rivières, toutes sont imprévisibles.

30

Ce chemin est sauvage et bucolique plein de poésie, cet après-midi nous y avons croisé plusieurs personnes comme nous, en récréation.

32

35

Demain, je vous emmènerai encore dans un endroit à deux pas de chez nous, différent mais tout aussi beau.

13

34

Hier, je vous disais que le château de Machuraz nous surveillait depuis sa colline, mais nous avons aussi à l'entrée de notre village la Vierge qui nous protège, depuis 1896, elle commémore, le 14ème centenaire de Clovis. 

37

38

Nous retrouvons la civilisation et nous sommes à deux pas de chez nous.

 

28   à bientôt.............

31 octobre 2020

Journal du Confinement épisode 2

 Vendredi 30 octobre 2020.

   A l'attention de la postérité.

 

Dans quelques années, nous pourrons dire que nous étions de ceux qui ont vécu, ce que d'autres ont supporté il y a 100 ans !

"une pandémie" qui aura fait des milliers de morts dans le monde entier. Et dont nous nous souviendrons toute notre vie 

LE COVID 19

Pour en réchapper, nous avons été confinés, une première fois 2 mois, mais comme les humains ne sont pas toujours disciplinés et que certains ont fait n'importe quoi, malgré les recommandations de tous les états.

Nous supportons actuellement un second épisode. Qui se veut plus souple, afin d'épargner un tout petit peu l'économie de nos pays. Je dis bien, un tout petit peu, car beaucoup malheureusement ne s'en relèveront pas. 

Nous avons été obligés de respecter des gestes barrières très importants et ils seront valables jusqu'à temps que les chercheurs trouvent un vaccin : se laver les mains souvent, porter un masque dans les endroits où il y a du monde et garder une distance d'au moins 1 mètre des uns et des autres. Ne plus se serrer la main, ni s'embrasser ! Alors, voilà à ce que nous ressemblons dans le monde entier.

01 edith et marc

Nous avons le droit de sortir dans la journée pour nous dégourdir les jambes du moins ceux qui ne travaillent pas à l'extérieur. Mais pour la sortie  journalière seulement 1 heure autour de chez soi, pas plus d'1 kilomètre. A chaque fois que nous sortons, nous devons nous munir d'une autorisation, car nous pouvons être contrôlés Et sans cet "ausweis" nous sommes passible d'une amende. 

J'ai donc décidé pour ce second épisode, de vous raconter nos balades du jour et surtout profiter pour faire de jolies photos afin de les partager avec tous ceux qui passeront par ici. Car partout, si l'on sait regarder, il y a de belles choses .

1

2

En face de ma rue, il suffit de traverser et  emprunter la rue au joli nom "d'île verte" pour atteindre la rivière Le Séran qui traverse notre village.

Main dans la main, appareil photos en bandoullière, en à peine 5 minutes nous sommes au bord de l'eau. Certains, de ne pas rencontrer grand monde, sauf ceux, qui, comme nous auront choisi la même heure pour la récréation. Admirons ce que nous voyons tout autour de nous.

3

5

7

8

Sur les collines, certains ont de belles vues. Vous le savez déjà, nous habitons en moyenne montagne, dans un endroit charmant.

10

13

14

Notre Séran, qui me fait souvent peur, quand je vois ce que d'autres rivières font vivre à leurs riverains. On ne sait jamais !  

Nous avons assisté à la mise à l'eau de quelques poissons pour les pêcheurs du coin.

15

16

Cet après-midi, le temps est parfait, les feuilles tombeent, dans quelques jours nous ne pourrons plus admirer les si jolies couleurs de l'automne, mais ça, c'est dans quelques jours. Profitons de l'instant présent.

21

23

24

La semaine prochaine, les élèves animeront la cour de ce collège.

28

26

Il est l'heure de rebrousser chemin ; nous pourrions rentrer par le centre du village, mais c'est moins poétique.

25

 

Notre Grand Colombier, il y a quelques jours, on le voyait recouvert de neige.

31

36

 

Demain, si nous le pouvons, nous irons sur d'autre berges du Séran. 

34

33

Rencontre d'automne, rappelez-vous, ils sont tous comestibles. Mais certains ne le sont qu'une fois.

39

 

D'où que nous soyons, Machuraz surveille  notre village. 

40

 

Et pour terminer. Franche poignée de main cordiale d'un inconnu qui nous veut que du bien. 

 

 

1 A bientôt les amis.....

Posté par manouedith à 08:19 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

23 avril 2020

La vie continue, pour une grand-mère confinée.

Les jours se suivent, mais ne se ressemblent pas malgré tout.

Alors que faites vous ?

16

Chez nous, une fois passé les interrogations et les suspicions dus à la pandémie. Après une visite chez mon médecin quand même ; surprise que celui-ci ne m'ausculte même pas  ni ne me prenne  ma tension, alors que je venais avec des douleurs dans le dos, après trois jours de fièvre, de courbatures, de frissons et de mal partout. Qu'il se contente de me dire, je vous inscris sur ma liste de ceux à qui je dois envoyer une ordonnance quand nous aurons les tests sérologiques ! J'avoue le quitter avec beaucoup d'interrogations sur sa méthode. J'ai donc repris le cours de ma vie en surveillant avec anxiété les jours qui passent, à l'écoute du moindre signe d'une éventuelle aggravation. La semaine terminée pas de nouveaux signes, la fatigue s'est éloignée et tout semble redevenu dans l'ordre. Restant malgré tout très vigilante pour les jours à venir.

8

 Le lendemain, pour la première fois depuis 6 semaines, masqués, nous nous aventurons au marché du village voisin, afin d'avoir des légumes de saison et surtout des fraises. La supérette de notre petite ville est bien achalandée, mais question fruits et légumes, parfois elle laisse à désirer. Alors, là amusement, l'entrée est  gardée par un agent municipal masqué et ganté, en file indienne nous passons un par un devant les 8 étals à notre disposition ; aucun des vendeurs n'a de masque mais une barrière de sécurité à un mètre d'eux. Bien sagement nous allons d'étal en étal et nous repartons en prenant du pain chez un boulanger masqué. Heureux de traverser notre belle campagne environnante, nous rentrons en déposant nos achats dans le garage, en laissant les produits frais dans la glacière ; nous reverrons le tout quelques heures après pour les rentrer et les désinfecter avant de les ranger. Nous sommes de bons élèves, nous faisons tout ce que l'on nous a dit à la lettre. Sauf que ce ne sont pas les ordres d'en haut qui nous obligent à le faire, ce n'est simplement que du bon sens personnel.

 

18

Car s'il fallait écouter ce que l'on nous préconise à droite et à gauche, des informations pour la plus part contradictoires, nous ne saurions pas où donner de la tête. J'ai instauré à la maison des règles strictes. On n'écoute les informations que le midi et le soir, un point c'est tout, on zappe tout ce qui à un rapport avec le virus et les images de voyeurisme que nous inondent sans arrêt les journalistes. On a compris, nous compatissons et nous avons une pensée chaque jour pour tous ceux qui sont en première ligne et exténués par les jours et les nuits qu'ils passent. Nous n'aimerions pas être de ceux qui assistent chez eux, au départ d'un malade proche et qui se disent : peut être, ne le reverrons-nous jamais, c'est horrible ; alors tous les blablablas des politiques et de ceux qui nous inondent d'informations inutiles pour certaines, nous passons notre chemin.

13

Le matin petit mari et moi nous faisons comme d'habitude, pour moi le ménage courant ainsi que le plus difficile puisque mon aide ménagère ne vient plus pour l'instant. Pour ma douce moitié, dans notre jardin il a de quoi s'occuper et c'est ainsi que se passe la matinée. Nous nous levons toujours à la même heure, nous, nous sommes de ceux qui nous lavons, je mets toujours autant de soin à m'habiller et à me maquiller, je fais plus souvent mon brushing, car c'est là où est le problème, comme beaucoup de femmes ma coiffeuse me manque, je pense qu'il va falloir prendre son tour et son mal en patience. Ainsi, cette matinée se déroule au son de la musique, car un des premiers gestes du matin depuis toujours c'est d'appuyer sur le bouton de la chaine musical. 

3

Ah ! l'après-midi, nos moments privilégiés. Nous regardons un film ancien sur la 2 à défaut de Faustine Bollaert, ensuite chacun fait ce qu'il veut. Pour ma part, je continue le récit de mes mémoires, je lis, je relis, je corrige sans arrêt et j'avance doucement ; c'est un travail prenant, long et agréable, je m'améliore en français, en orthographe et je revis ma vie. Amusant tout cela. Quand le temps le permet je m'installe dans le jardin près du bassin. Les jours ou je veux me changer les idées, je lis, j'ai toujours un roman en route sur le feu. A cinq heure, c'est sacré c'est l'heure du thé et l'instant grande musique. Ensuite l'après-midi continue à s'égrenner gentiment. 

29

J'oubliais de vous dire, il y a aussi les coups de téléphone de nos amis lointains auxquelles on pense et pour certains il y avait longtemps que nous nous étions perdus de vue. Alors là, c'est le graal pour la bavarde que je suis, n'est-ce-pas Aline ! Je continue également à m'occuper de ma décoration, il y a toujours un objet à changer de place et je prends des photos de mes fleurs, de ma maison, de mon chat, de mon chien. 

 

34

 

Ainsi va la vie d'une grand-mère confinée. Alors me direz-vous : qu'elle est la chose que vous ferez quand le gong de la sortie sonnera ? Tout simplement, je monterai dans mon auto avec petit mari et nous filerons vers le plateau du Retord, j'ai loupé les jonquilles, j'espère arriver à temps pour les narcisses.

Et vous ?

35

 

 

26 mars 2020

La vie en confinement

Depuis 10 jours, nous sommes en confinement, enfin le gouvernement a mis timidement des barrières, alors qu'elles auraient du être mises bien avant ! Maintenant respectons les. Mais nous voyons que cela n'est pas si facile pour tous. Que les premières recommandations n'étaient pas assez strictes et avec des explications ambigües. Enfin bon, maintenant je pense que tout le monde a  compris. Nous, nous y étions mis de nous même, 8 jours avant et nous avions changé nos habitudes pour les courses.

111 - Copie

 

Comme certains retraités habitant à la campagne dans des maisons, nous sommes des privilégiés quoi que dans la catégorie la plus a risque. Bien évidemment on ne peut s'empécher de penser à tous les autres. Chacun de nous avons des enfants, des petits enfants qui doivent  rester chez eux. Et d'autres qui ont l'obligation d'aller travailler. Par exemple toutes mes filles travaillent dans le milieu médical et même une de mes petites filles. Alors comme tout le monde je suis inquiète, ma belle fille travaille dans un commissariat, elle était des premières à demander de ne plus se faire la bise, ni de se serrer la main, au début, elle a été moquée par certains de ces collègues. Maintenant ce sont eux qui verbalisent.

                                                          0 CHRYSTEL     

Alors recentrons-nous sur nous et sur nos proches, sans oublier bien évidemment tous ceux qui sont dans les hôpitaux et dans les Ehpads. Ceux qui sont en appartement avec des enfants.

Arrangeons-nous, pour ne pas avoir à leur donner du travail supplémentaire, les priorités ne sont plus les  mêmes. Remercions également tous ceux qui nous permettent de vivre et manger. Prenons régulièrement des nouvelles de nos proches, même si nous n'avons pas l'habitude de communiquer.

0Annabelle et Thaïs 2014

Chez nous, par exemple, puisque nos dirigeants n'avaient pas  pris l'initiative d'annuler le premier tour des élections, beaucoup y sont allés (pas nous, première fois de notre vie), conclusion, Madame le Maire doir changer, mais le plus beau, comme la nouvelle équipe ne peut pas se réunir pour choisir le nouveau maire, l'ancienne  fera du rab, jusqu'à la fin du confinement, qui n'est pas pour maintenant. Alors, on s'interroge quand même sur le sérieux de nos hiérarchies, mais je ne reviendrai pas sur cela, j'ai mon idée et le sujet est ailleurs. Ma voisine qui est maintenant sur la nouvelle liste, passe régulièrement ou nous téléphone nous demander si nous n'avons pas besoin de quelque chose, mais avant elle l'aurait fait aussi, car c'est une femme de nature très gentille. Même le secrétariat de la mairie nous a téléphoné, pour nous demander comment nous vivions ces moments désagréables pour tous, mais indispensables.

0emilie et ses enfants2013

Chaque semaine les uns et les autres nous nous téléphonons, cela fait du bien de voir que nous comptons pour quelqu'un. J'ai même des amis perdu de vue depuis des années, qui reprennent de nos nouvelles. Dans mes petits enfants mon Léo est confiné seule à des centaines de kilomètres de son papa, qui lui est infirmier ! Assez solitaire habituellement, encore plus maintenant, mais il tient le coup et s'inquiète un peu pour ses examens. Maxime qui était intérimaire comme Jean Claude ont été mis en fin de contrat. L'un passe ses jours sur ses jeux, l'autre qui ne peut plus venir à la maison, nous téléphone régulièrement et tourne en rond chez lui, il ne peut même pas aller à la pêche. Héloïse bûche grave sa première sur Internet, sa maman est toujours au boulot dans son labo. Thaïs reste confinée avec son papa ce qui ne doit pas être facile pour elle, sa maman est repartie à l'autre bout du monde. Théma s'occupe comme il le peut mais, il n'est jamais à cours d'idées, il découvre et fait des expériences nouvelles sous l'oeil attentif de ses mamans. Les autres petits enfants, je n'en ai pas  de nouvelles.

Des tout petit rien, qui réchauffent nos coeurs. Alors, allez-vous me dire, et vous que faites-vous ?

0 77 chateau de leeds angleterre aout 1990

Rien de vraiment particulier. Uniquement   ce que nous faisons habituellement à cette saison. pas de régimes plus intensifs ; petit mari le matin s'occupe au jardin, moi dans la maison, mon aide ménagère ne vient plus et pour cause, alors nous refaisons les tâches difficiles en nous les partageant. Et les après-midi sont sacrés. Chacun fait ce qu'il veut. Après les informations de plus en plus préoccupantes, on se détend en regardant un film sur la 2, j'avoue que depuis le début de la semaine, ils repassent de vieux films pas très intellectuels mais super drôles. 

68

Le restant de l'après-midi, en ce qui me concerne, je lis ou j'écris.  Depuis le début de l'année j'ai entrepris la rédaction de mes mémoires. Certaines d'entre vous le savent, ma vie n'a pas été un long fleuve tranquille, mais une succession d'évènements plus ou moins drôles, mais en dédramatisant les périodes noires, ce qu'il en reste n'est commun à personne ; je peux dire que je suis  "Une femme pas comme les autres".

01 les 3 enfnts

Alors, comment ça fait de se raconter ? Un bien fou au delà de tout ce que l'on peut espérer. Cette vie qui se déroule à nouveau sous vos yeux, est une thérapie incroyable pour la bonne humeur, car vous ne voyez plus les choses comme vous les avez vécues. Ce qui était à ces moments là, terribles, se sont adoucies. Car vous êtes allés au bout de ce que vous souhaitiez. Les trois quart de cette vie, n'a pas été des meilleures, mais l'espoir des années qui restent ne peuvent pas être pire. Puisque je suis enfin heureuse et que j'ai retrouvé la sérénité que je méritais.

121

 Edith et Annabelle

Maintenant, pourquoi,  avoir entrepris de me raconter ? Depuis 14 ans bientôt, j'entretiens ce blog avec quelques silences de temps à autre, mais je ne l'abandonne jamais. Plusieurs fois, des internautes dans les commentaires me suggéraient d'écrire mes mémoires, je n'osais pas me lancer, mais l'idée faisait son chemin. Je me suis toujours sous estimée, car je n'ai pas fait de grandes études et que mon orthographe n'est pas toujours au top. Et pourtant, j'aime jouer avec les mots. Après tout, le but final, c'est de faire connaître à mes descendants la façon de comment nous vivions depuis la dernière guerre jusqu'aux années 2020 et plus ; et se faire plaisir. Mon enfance, mon adolescence n'a rien à voir avec celle qu'ils vivent ou vivront chacun d'entre eux. Ma vie de femme non plus. Moi, qui m'étais jurée de n'avoir qu'un mari, j'en ai eu 4 et ça non plus ce n'est pas commun. Maintenant beaucoup de gens divorcent, et souvent ne se remarient pas plusieurs fois. Mais aussi, ne comptent plus les amants qui ont traversés leur vie.  D'autres éducations, d'autres principes. Rien à mes yeux n'est critiquable, et d'avoir un seul but, celui d' être heureux. Notre vie nous appartient. 

118

Pour certains, je le sais cela paraîtra inimaginable. Et pourtant. Ce besoin de transmettre m'a toujours passionné. J'aurais tellement aimé retrouver, dans mes recherches généalogiques, la vie de mes aïeux. Je me suis toujours intéressée aux autres. J'aime le présent. J'ai toujours aimé l'époque dans laquelle je vivais, mais j'ai toujours été curieuse de celle qu'ont vécu tous ces gens que je croise dans mes  généalogies. J'en connais qui ne sont curieux de rien et ne s'intéressent pas aux autres, moi, je suis curieuse de tout et j'aime les autres. Je suis fidèle autant en amitié que dans mes idées. J'ai du caractère et ne pense pas avoir un sale caractère. Mes idées sont carrées, soit, mais je suis comme cela. Alors j'encourage ceux et celles qui voudraient écrire et qui n'osent pas.

000mes 9 petits enfants 200

Bon confinement, prenez votre mal en patience, souvenez-vous les chinois qui avaient réagi plus rapidement que nous et qui n'avaient pas d'exemple devant eux ;  sortent seulement du confinement au bout de deux mois. Alors courage à tous  et prenez soin de vous.

Posté par manouedith à 19:34 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,