14 novembre 2020

15ème jour de confinement - j'observe toujours !

Loin de moi l'idée de vouloir critiquer, je ne fais qu'observer  et constater. 

 

Le soleil chez nous, est toujours au rendez-vous, entrecoupé malgré tout de jours grisâtres. Effaçons donc ces derniers et sourions au soleil. En ces temps compliqués il fait tellement de bien. C'est bizarre quand même, avec du soleil on voit les choses autrement.

 

Dossier - Le soleil un ami pour la vie ? - Nana Turopathe

 

Mercredi

Qu'ai-je fait ces deux derniers jours ? Le 11 novembre d'une tristesse digne de ce nom, j'ai flemmardé, reçu plusieurs coups de téléphone de mes enfants avec lesquels  j'ai papoté, rigolé, refait le monde ! Ce qui m'a occupé tout l'après-midi, conclusion ce jour de souvenirs : je n'ai rien fait. Sincèrement je ne m'en suis pas portée plus mal. A partir de 18 heures, comme tous les jours c'est :  soirée feuilletons, oui je suis comme cela j'aime les feuilletons du soir, c'est super à partir de 18h30, on peut surfer de l'un à l'autre jusque 21 h, en zappant légèrement les informations. (donc ce créneau horaire, est sacré, on ne dérange pas sous aucun prétexte, ce n'est pas le moment de nous téléphoner) J'ai toujours aimé les feuilletons, je vais vous faire une confidence dont je ne parle que très rarement ; pendant plus de 40 ans, j'ai suivi : Les feux de l'Amour, je n'en manquais pas un, sinon je les enregistrais. Mais j'ai enfin arrêté il n'y a seulement un an. Ce côté de ma personnalité est très peu connu. Je sais c'est un peu "cliché" mais j'assume. Une certaine part de rêve au fond de moi ressort comme cela, il faut bien les alimenter. Si je voulais faire de la psychologie de bazar, je dirai, c'est certainement parce que dans les années 1949, mes grands-parents et moi-même nous écoutions chaque soir sur la TSF : La famille Duraton. Dans les années 1960, comme je ne travaillais pas, chaque après-midi j'écoutais sur RTL : Noëlle au 4 vents, ensuite comme beaucoup je pourrais vous parler de Dallas et de  Côte Ouest. et j'en oublie certainement. Chaque soir si le programme me plait je regarde la télévision, mais je ne suis pas comme petit mari qui regarde lui, systématiquement le film, intéressant ou pas, moi dans ce cas je préfère lire.  

Vous n'êtes pas payé pour flemmarder. - Je ne flemmarde [...] - Boris Vian

Jeudi

Nous ne sommes pas allés nous balader, nous gardions notre sortie   pour aller découvrir une ferme bio à 25 kilomètres de chez nous pour acheter nos légumes frais et nos fruits de saison, pour la semaine. Elle n'ouvre qu'une fois par semaine de 16h à 18h30. Depuis le temps que je cherchais une ferme de production locale  dans la région. Il n'y en a pas beaucoup par ici, contrairement à notre picardie natale qui est une terre riche en légumes. Nous sommes rentrés ravis, nos deux paniers, plein de bonnes choses naturelles, rien à voir avec les légumes du petit super marché de mon village. C'est juré, nous allons continuer ; désormais le jeudi sera le jour de marché.

Bio : face aux marges folles des supermarchés, l'achat direct aux producteurs se développe - WE DEMAIN

Vendredi

Depuis toujours, c'est le jour des courses en général, vous savez l'indispensable pour ne pas mourir de faim. Un jour j'ai réalisé que réflexion faite, nous avions tout dans notre petit village, même un "carrefour contact", petit soit, mais où il y a de tout ce que nous avons besoin. "même quelques plus au cas ou" !  Donc depuis, inutile de faire beaucoup de kilomètres. En une demie heure les sacs sont pleins et nous n'aurons pas à ressortir dans la semaine. La meilleure heure ou il n'y a pas grand monde c'est toujours vers 15h30, à 16h nous sommes rentrés et à 16h30 tout est rangé. 

Magasin de proximité — Wikipédia

Donc ce vendredi comme les autres, nous n'avons pas dérogés à nos habitudes hebdomadaires. Notre supérette possède environ 6 petites allées dans lesquelles nous pouvons croiser un caddy avec précaution, pour vous dire la grandeur du magasin. Et cette semaine : stupeur le rayon de ce que j'appelle : mes   "même quelques plus au cas ou", barricadé avec des chariots de marchandises en réassort, des bandes de plastiques pour interdire la vente des livres et du peu de sous vêtements qu'il peut y avoir, vous savez ; les petits riens, mais quand même indispensables dont nous pouvons avoir besoin. Ces indispensables sont souvent   pour les personnes qui viennent s'approvisionner ici parce qu'ils habitent des hameaux ou des petis villages dans le Valromey et où les commerçants ne sont pas toujours à leur porte et qui ne veulent pas faire 20 kilomètres de plus. Ceci dit, ces petits riens, ne sont pas dans d'autres petits commerces car dans notre village il n'y en a pas ce genre de petits commerces et puis comme de toutes les façons ces petits commerces sont fermés en ce moment. Alors que croyez-vous que les gens vont faire. Ben, se précipiter sur AMAZON ou autre  si vraiment ils en ont besoin. Alors chercher l'absurde, le ridicule !  Je sais la loi est pour tout le monde et que la majorité des gens habitent de gandes agglomérations !!!! On ne peut pas régler les problèmes cas par cas. Même si le bon sens est écorné.

https://static.actu.fr/uploads/2020/11/baches-caen.jpeg

on est quand même loin de celui-ci

Je comprends ceux qui sont au pouvoir, la situation est telle, que je ne préfère pas être à leur place. Le virus que nous n'attendions pas est une plaie que nous nous serions bien passés. Au premier confinement notre mairie était proche des personnes âgées, elle essayait comme tous de palier aux difficultés, notre maîresse avait même attrapé le COVID. A ce second confinement la mairie a changée, les choses ont changées, le nouveau maire préfère remettre le conseil municipal à un autre mois, au cas ou, un des 15 conseillers attrape la salle bête, ceci dit, si la salle du conseil est trop petite, nous avons une superbe  grande salle des fêtes qui pouvaient servir ! Heureusement quand même que ceux qui nous gouvernent à l'échelon nationale ne reportent pas toutes les séances !!! Quand on a désiré du plus profond de soi- même une situatioin, la moindre des choses c'est d'assumer.

Etre un élu local Archives - VIATIC 

 

Enfin, je ne referai  pas le monde, mais comme en général je suis très logique pour beaucoup de choses. En cette période exceptionnelle, je reste interloquée par certaines mesures et certaines personnes.