07 novembre 2014

Guadeloupe - Un pavé dans la mare - Le revers de la médaille !

Au début de l'année 2014. Le voyage en Guadeloupe n'est pas à l'ordre du jour. Nous ne pensons qu'à la Russie.

Les aléas de la vie vous font emprunter parfois des chemins inattendus. Dans ma vie, j'ai eu l'opportunité de beaucoup voyager. A l'heure du bilan, à chaque fois, je dis : "c'est un pays dans lequel j'aimerais bien revenir, ou alors, non, il ne me plaît pas assez pour que je revienne". 

5

Plage de Anse Bertrand, l'une des rares plages pas encore envahies par les algues.

Il y a vingt ans, je n'ai rien dit. La Guadeloupe ce n'est pas un pays, puisque c'est un département français, soit, un peu éloigné, mais plus facile à donner l'envie d'y revenir, puisque nous y sommes déjà chez nous.

10

La dernière fois que je suis venue, c'était en janvier 1994, je suis restée 15 jours en Guadeloupe, ensuite j'ai pris le bateau et j'ai rejoins la Martinique pour y passer également 15 jours. Nous étions en saison haute. Ce qui explique peut être pourquoi, je n'ai pas remarqué certains détails très décevants. A l'époque, Grande Terre est le must pour les touristes, on parle beaucoup du Club Med "La Caravelle" à St Anne. A St. François Giscard d'Estaing y a réuni en 1974 plusieurs chefs d'état pour le Sommet du Hamak.

 

6

 

Tous les départements français ont leur charme. Certains sont plus accueillants que d'autres. La Guadeloupe est accueillante, les autochtones sont souriants, aimables, toujours prêts à rendre service, rien à redire. En revanche, il reste beaucoup à faire du côté des encombrants qui polluent l'environnement partout. Je pensais que les lois étaient les mêmes pour tout le territoire français !!!

Quand on sort de l'aéroport et que l'on emprunte les voies à grande circulation, on est agressé par les panneaux publicitaires qui rendent le paysage vraiment disgracieux. A mon avis, un sur deux devrait disparaître. Mais le pire quand même, ce sont les encombrants du genre "matelas, canapés, électro-ménagers qui rouillent et pourrissent n'importe où, aux yeux de tous. Ils disparaissent plus ou moins quand d'autres sont intéressés, sinon, ils restent devant les maisons, au coin d'un bois, dans les fourrés, sur un parking, des jours et des jours.

Comment voulez-vous que le chikungunya et la dengue disparaissent totalement  ; tous les "oubliés" font de parfaits réceptacles pour les moustiques. En ce moment, indépendamment de la volonté des élus, les algues sargasses venant des Etats Unis, envahissent les plages et les polluent encore plus. Je pense que cela suffirait si en plus certains ne laissaient pas leurs détritus à chaque fois qu'ils viennent se baigner. Sur la plage de St. Anne, en plein centre de la ville, j'y ai rencontré "couches souillées, serviettes Hy et j'en passe.

17

Le lundi matin, dans toutes les criques allant de St. François à la Pointe des Châteaux, on trouve les restes des pique niques du WE, cela peut aller des propres ordures non comestibles, accompagnées des assiettes en carton ou en plastique, des canettes. Pourtant de grands panneaux incitent les promeneurs à ramener chez eux leurs déchets.

15

Alors, voyez-vous, je m'interroge quand même sur la solution à trouver. Il y a pourtant des panneaux sur toute l'île qui indiquent des déchetteries. Pourquoi les élus, sont aussi laxistes sur ce sujet ? Pourquoi certaines communes concernées, n'emploieraient-elles pas ses chômeurs plusieurs fois par an, pour nettoyer l'incivilité des autres ? Et les détenus ne peuvent-ils pas être régulièrement employés à ce genre de chose. La prévention c'est bien, mais la répression c'est parfois utile. 

1

C'est impensable, qu'un endroit qui pourrait être le paradis sur terre, devienne à certaines saisons de l'année un dépotoir à ciel ouvert, car j'ose espérer que pendant la saison haute c'est tout autrement ??? Et, ne me parlez pas du manque d'argent ! je ne l'accepterai pas ; car si chacun fait le geste qu'il faut, ce département du bout du monde, pourrait être encore plus accueillant.

18

De mon voyage, je garderai néanmoins que le positif, mais je ne voulais pas malgré tout refermer mon journal de bord sans soulever ce gros point négatif et vous donnez l'impression que c'était vraiment le paradis sur terre comme parfois voudraient le montrer mes photos. Et pourtant, ce gros point négatif pourrait changer seulement avec l'effort de chacun et le respect des autres. Car dans le monde dans lequel nous vivons en ce moment, on a trop tendance à dire : c'est la faute à..., il n'y a pas d'argent.... Ce pavé dans la mare, je ne me serais pas permise de le lancer dans un pays étranger. Mais là, c'est de mon pays dont je parle et de la réputation des français.

 

 

N'ayant pas eu le réflexe de prendre des photos des détritus, pourtant j'aurais pu, les 3 photos des encombrants viennent d'Internet.

 

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,


04 novembre 2014

Guadeloupe la surprise est arrivée - 9 -

Vendredi : Cela commence à sentir la fin des vacances pour tous. Gérard, reprend l'avion samedi en fin d'après-midi, nous le lendemain à la même heure et Valérie lundi. Donc, nous dînerons tous au Domaine de May ce soir. Mais avant, profitons  donc des derniers jours. Nous rejoindrons Valérie et Théma à Anse Bertrand sur la plage. Nous découvrons une plage telle que nous les voyons sur les magazines touristiques.

4

16

Végétation dans le sable, palmiers (attention en vous installant sous un cocotier), une mer d'un bleu intense mais de gros rouleaux. Impérativement il faut surveiller Théma sans arrêt. Mais quelle beauté ! le rêve. Avant, nous déjeunerons dans un lolo de la plage et nous observerons Théma et ses premiers instants de galanteries pour une demoiselle rencontrée il y a quelques instants et qui possède le joli prénom de Maya.

10

11

Un après midi merveilleux. Nous reprenons la route vers 16h, car il faut aller préparer la table. Sandrine doit passer au marché nocturne pour acheter un dîner créole. Malheureusement quelques petits imprévus font que nous attendons deux heures pour dîner. Théma fatigué a du mal à tenir en place, quant à nous, nous nous coucherons beaucoup plus tard.

 

6

 

 Dernier jour ensemble pour une dernière balade. Nous donnons rendez-vous à Valérie et Théma sur le parking du restaurant du trou de Madame Coco, vous savez celui que je vous ai fait découvrir dans un autre de mes billets. Par un sentier facile mais ou nous devons faire très attention à cause des coraux au sol et des broussailles le long du littoral.

11

12

13

23

 Comme je vous l'ai dit dans un de mes précédents billets, nous arrivons au-dessus des falaises percées et en ne nous approchant pas trop près du bord, nous assistons au spectacle de la mer en furie qui s'élance avec toute son écume pour s'engouffrer dans le trou dans un vacarme étourdissant. Nous restons un bon moment sans nous lasser du va et vient de la mer déchaînée. Au bout d'un moment, nous repartons, pour aller prendre un dernier repas antillais.

21

Les pieds presque dans l'eau, dans le seul lolo au milieu de nulle part. Il n'y a ni eau, ni électricité et encore moins le téléphone. Une chance, il rouvre aujourd'hui pour la nouvelle saison.

26

27

C'est un sympathique lolo familial, une maman et ses 3 enfants tiennent cet endroit magique, malheureusement, ils sont un peu inquiets car leur petit paradis n'a pas cette année l'allure des autres années. A cause des mauvaises algues qui prolifèrent depuis le mois de mai dernier, la plage est sale et plus du tout cristalline comme avant, déjà, à la saison précédente ils ont fermé plus tôt. Néanmoins nous profitons de ce paradis en toute tranquillité. Théma s'amuse à pécher avec un bout de bois et une ficelle (insouciance des jeunes enfants). 

32

35

37

39

43

 

lundi matin : réveil à la même heure que d'habitude. Mais activité tout à fait différente. Il faut s'attaquer aux valises, à la remise en état du bungalow, au dernier déjeuner chez Sandrine, rendre la voiture de location et reprendre notre périple aérien vers la métropole. Un vrai marathon je vous assure ! Tout à une fin la surprise a été complète, les vacances familiales une première réussies, à renouveler comme dit Valérie. Alors............. 

IMG_7797

 

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 octobre 2014

Guadeloupe la surprise est arrivée - 7 -

 

 

 

Aujourd'hui nous allons sur Basse Terre et nous allons nous enfoncer dans la forêt tropicale à la végétation époustouflante.

 

7

 

Nous commencerons par la deuxième chute du Carbet, pour atteindre l'endroit de départ, il a fallu grimper, grimper par des routes étroites, sinueuses et dangereuses. Inutile de vous dire que les voitures de location doivent souffrir, nous comprenons beaucoup mieux la présence sur l'île de nombreux 4x4. Nous nous acquitterons de la modeste somme de 2 euros pour prendre le chemin très bien entretenu et surtout très sécuritaire, il faut seulement faire attention de ne pas glisser car il est humide vu les averses journalières en ce moment.

 

8

 

Les chutes du Carbet en Guadeloupe à ne pas confondre avec celles de Martinique, sont au nombre de trois. Mais la visite faite par la plupart des gens, c'est la n° 2, car on peut l'atteindre en 40 minutes (marche manouedith, 30 mn d'inscrit sur le panneau au départ), la chute n°1 est beaucoup plus longue et fatiguante, pour la n°1, il faut être équipé comme en montagne. Pour Manouedith la numéro 2 suffira, car malgré tout, aller et retour il y a environ 1000 marches à monter et descendre. (bon test pour les hanches nouvelles).

 

9

 

La numéro 2, c'est la plus impressionnante des trois chutes du Carbet et elle se trouve dans un paysage de légende qui, à l'époque, marqua déjà les éclaireurs de Ch. Colomb.

 

18

 

 Malheureusement, à la suite des nombreux éboulements et glissements de terrain, le sentier s'arrête avant la rivière et on ne peut pas accéder au pied de la cascade.

 

10

Pendant tout notre séjour, nous avons eu entre 30 et 35 degrés, quel bonheur dans la forêt tropicale il fait bon, frais, cela fait un bien fou. Nous grimpons, nous descendons sans aucun problème.

23

 

29

 Quelques jours avant ,Valérie, Annabelle, Théma et Gérard avaient fait le chemin de la Soufrière, ils étaient montés quand même malgré les petites jambes jusqu'à la plate forme où l'on aperçoit les fumerolles du volcan. Nous voulions en faire autant, mais c'était sans compter avec le chemin rendu glissant par les pluies récentes et c'était aussi sans compter sur notre fatigue consécutive à la balade précédente. Donc nous irons au départ nous ferons une centaine de mètres et nous renoncerons en nous contentant des bains jaunes.

38

Remarquez la source thermale aux eaux soufrées.

42

Le lieu-dit de Bains jaunes est le point de départ de quelques belles randonnées dans le sud du massif. Il a toujours été d'usage d'y faire une halte lors de l'ascension du volcan dès le XIXème siècle. Aujourd'hui, les bassins maçonnés servent à détendre les randonneurs de retour de marche. Il faut les voir en arrivant se précipiter pour retirer leur vêtement et plonger en slip.

IMG_2556

15

Pour rentrer au bungalow, nous avons décidé de reprendre la côte du sud. J'avais vu dans un reportage, les dentelles de Vieux Fort et son Musée de la broderie, donc direction Vieux Fort en Basse Terre guadeloupéenne.

52

Face Aux Saintes se trouve le Vieux Fort, C'est Charles Léonard de l'Olive, l'un des premiers français à poser le pied en Guadeloupe, qui choisit immédiatement d'implanter un fortin et une batterie sur le site de Vieux-Fort, non sans avoir auparavant exterminé les Indiens caraïbes. Dès 1636, cette position stratégique permet de contrôler, ou pour le moins surveiller, le canal des Saintes. Depuis 1980, est installé dans ce fort l'Association de broderie et des arts textiles de Vieux-Fort.  

44

La tradition remonte si loin qu'on ne sait plus vraiment quand elle est née. L'activité, n'est pas rentable, car il faut des heures et des heures pour confectionner le plus petit mouchoir.

IMG_2561

46

48

50

Elle perdure grâce à une vingtaine de Créoles délicieuses. Ente autres Carole, et Flavie qui nous a reçus . L'entrée est libre et mérite le détour, une petite obole de générosité est la bienvenue.

3

A Bientôt pour la suite de nos péripéties guadeloupéennes.

24 octobre 2014

Guadeloupe La surprise est arrivée - 6 -

Nous sommes de retour, tout a une fin, mais je n'ai pas terminé de partager avec vous mon voyage. Il y a encore de jolies choses à découvrir. Voici un endroit insolite sur la route du Moule à la Pointe de la Vigie. "Le Trou de Madame Coco.

 

Guadeloupe Le Trou de Madame Coco

 

A 10 mn du Lagon de la porte d'enfer, un spectacle impressionnant, qui ne doit pas vous faire oublier que les roches sont friables. Il ne faut pas s'approcher trop du bord et pour s'y rendre éviter les tongs, des chaussures de marche ou des baskets sont plus appropriées.

 

10

 

 le chemin douanier qui même au Trou de Madame Coco le long du lagon.

Mardi : Ce n'est jamais bon d'entamer la seconde semaine des vacances. On a toujours l'impression que le temps passe encore plus vite. Aujourd'hui, nous décidons d'aller visiter le centre du Vieux Point à Pitre. L'architecture aux Antilles n'a rien d'extraordinaire, sauf quelques maisons à l'architecture coloniale mélangées à des bâtisses modernes très fatiguées pour certaines, en revanche quand je peux trouver une habitation du XIXème siècle comme il y en a quelques unes, je suis ravie. Entre le Moule et St François il y en a une très jolie, mais elle est privée, donc ne se visite pas.

94

92

La Maison Zévallos construite vers 1870. Son origine est controversée. On raconte que deux maisons auraient été commandées à l'atelier de Gustave Eiffel par un planteur de Louisiane. Faisant escale à Point à Pitre à cause d'une grave avarie, le capitaine du bâteau qui les transportait aurait, pour couvrir ses frais de réparation, vendu les deux bâtiments en pièces détachées.  La première, aurait été acheté par les propriétaires de l'usine Darboussier qui se trouve au centre de Point à Pitre, elle est occupée actuellement par le Musée régionale St. John Perse. Celle-ci, serait tombée dans le patrimoine d'une autre fortune sucrière. Néanmoins il m'a été dit, qu'elle était ouverte aux journées du patrimoine.

14

 

15

 

A l'intérieur, les boiseries comme le mobilier nous replongent dans l'univers des grandes familles de la fin du XIXème siècle, jusqu'aux années 1950. Au rez-de-chaussée, une belle collection de costumes créoles.

16

24

19 

21

20

28

Malgré la chaleur étouffante, nous nous promenons dans la ville aux maisons pour certaines d'un autre temps. J'aime également me promener sur les marchés. Il y a les marchés aux épices aux odeurs très prononcées, un vrai régal, sur la Place de la Victoire celui aux poissons. Parler avec les marchandes c'est toujours une joie, elles sont gentilles, souriantes et pour moi, le sourire fait tout. Jusqu'à présent, je pensais être la seule à avoir du mal à supporter la chaleur inhabituelle, mais petit mari en souffre beaucoup plus que moi ; nous avons donc écourté notre visite de Point à Pitre. La propriétaire du Domaine de May, nous a dit qu'il y avait très longtemps que le mois d'octobre n'avait pas été aussi chaud. 

4

46

49

50

51

Un vieux cinéma théâtre sur la place de la Victoire des années 1930 a attiré mon objectif et je le partage avec vous.

55

En rentrant, nous nous sommes arrêtés au bungalow de Valérie et Théma pour terminer l'après-midi avec eux au bord de la piscine.

61

Vraiment de belles vacances, de belles journées toutes différentes les unes des autres. Demain nous nous enfoncerons dans la forêt tropicale sur Bassse Terre pour découvrir le chemin de la Souffrière et surtout la chute 2 du Carbet. Donc suite au prochain numéro.

         36 36 36 36

 

 

 

 

Posté par manouedith à 20:51 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

21 octobre 2014

Guadeloupe - la surprise est arrivée - 5 -

Samedi soir, Annabelle reprend l'avion, une rentrée assez mouvementée. Le lendemain, une journée de pluie, de vent, ce qui explique les turbulences dans l'avion. Nous sommes réveillés plusieurs fois par la pluie et le vent. A 6 heures quand nous nous levons, le temps est gris et le ciel est chargé. Nous devons tous nous retrouver pour le déjeuner vers 12h30 "Chez Honoré" un lolo réputé sur une plage de la route de la Pointe des châteaux.

 

26

 

Mais avant, je veux retourner prendre des photos du cimetière de Morne à l'Eau. Entre le Moule et le cimetière nous sommes copieusement arrosés. Quand il pleut ici pendant la saison des pluies, cela ne fait pas semblant. La mer est déchaînée.

 

37

 

Je sais que la Messe du dimanche à l'église du Moule, ressemble  à celles que nous avions dans les années 1950 en métropole. L'église est pleine, on chante, on prie c'est très émouvant. Les familles  sont habillées en "dimanche" comme nous disions avant. Cela fait plaisir à voir à la sortie de l'office. Maintenant, très peu de sorties de messe ressemblent à celles de ces années là. D'autant plus que la place de ce petit bourg est restée très authentique, c'est une belle place entourée de son église et de sa mairie de 1928, de beaux arbres font de l'ombre, le petit village a vraiment beaucoup de charme.

 

38

 

 

10

 

Nous reprenons la voiture direction la Pointe des Châteaux. Sandrine et sa famille ainsi que Valérie et Théma nous attendent pour un repas en famille et un après-midi ensemble. Que de bons moments passés ensemble, il y a longtemps que cela n'est pas arrivé. A côté de chez Honoré se trouve un petit village artisanal régional ; avant le repas nous y sommes allés, j'ai acheté une robe de plage très colorée aux couleurs des Antilles, un peu de légèreté, je veux tous les surprendre et montrer, qu'une grand-mère sait se mettre dans l'ambiance des îles. Une petite folie, que j'ai accompagnée d'un petit cadeau local pour chacun  seulement pour le plaisir d'offrir. Il y a des instants de bonheur qu'il faut savoir savourer. Après le repas, tout le monde a eu envie de s'y rendre.

 

18

 

Pendant que certains sont encore dans les boutiques, le vent et la pluie se lèvent à nouveau. c'est incroyable de voir les rue s'inonder en un rien de temps et voir dévaler l'eau en torrent. Que faire de mieux que de regarder à l'abri en attendant que le soleil revienne et que nous puissions continuer notre balade jusqu'à la Pointe des Châteaux, que Sandrine ne connaît pas encore. Valérie et Théma en revanche repartent à leur bungalow. 

 

25

 

C'est dimanche, il y a beaucoup de promeneurs. Jeannette est à l'entrée du site et tourne, tourne à la main son sorbet coco dans une drôle de machine, cela fait 17 ans qu'elle régale les touristes de passage, tout comme "Jordan" un rasta qui tresse des palmes de cocotiers qu'il transforme en chapeaux ou en panier. Des poissons et des colibris prennent forme sous ses mains.  

 

34

 

35

La Pointe des châteaux, est superbe sous le ciel bleu, le soleil et la mer en furie la rendent encore plus belle, pendant mon séjour, nous y sommes allés à plusieurs reprises, car c'est un endroit qui me fascine. Les vagues viennent fouetter les rochers dans un nuage d'écume, c'est tout simplement magnifique. Nous repartons, le temps s'assombrit à nouveau, la pluie revient, nous nous quittons et chacun rentre chez soi. Le soir au journal télévisé, nous apprenons que la Guadeloupe est en vigilance orange et que la tempête tropicale "Gonzalo" approche des côtes et que nous devrons rester à résidence le lendemain.

 

28

 

 

Effectivement, la pluie, le vent soufflent en rafale toute la nuit. Le lendemain matin, nous apprenons que les enfants sur toute l'île n'ont pas école et qu'il faut rester vigilant en évitant de sortir, la tempête s'est éloignée vers St. Martin et St. Barth. où elle a fait de sérieux dégâts. Nous restons au Domaine au bord de la piscine ; demain sera un autre jour.

27

Le coucher de soleil n'est pas super ce soir, mais en revanche le ciel est flamboyant.

11

Rentrés au bungalow, comme chaque soir même scénario, dîner et dodo à 20h30. Ce rythme me plaît bien, lever à 6 heures, ce n'est pas plus mal, on peut démarrer la journée plus tôt et en profiter encore plus, surtout quand nous allons sur Basse Terre. Nous ne nous baignons pas tous les jours, car la plupart des plages sont infectées d'algues "sargasses", elles peuvent donner de violents maux de tête. Les mairies de toutes les communes concernées semblent dépassées par l'ampleur des dégâts. Ils demandent à être classées en état de catastrophes naturelles, ils n'ont jamais eu à gérer une invasion aussi importante ; il semblerait que cette algue vienne des Etats Unis.

12

 

 

Posté par manouedith à 19:43 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

17 octobre 2014

Guadeloupe La Surprise est arrivée - 3 -

Quatrième jour, nous décidons de reprendre la route traversière dans l'autre sens, pour aller visiter la maison de la vanille, ainsi que celle du café. Comme nous partons vers 8h30 les alentours de Pointe à Pitre,  sont plus faciles à traverser. Nous nous dirigeons vers Acomat, un village difficile d'accès ; plus nous avançons, plus la route monte, notre volkswagen est poussive et nous montons en première. Plus on monte, plus la route se rétrécit, je ne sais même pas comment nous ferions si une autre voiture descend ! Du reste, celle du boulanger a voulu nous laisser passer, elle s'est dangereusement retrouvée sur trois roues. Nous nous demandons comment elle a fait pour ne pas verser. La fin de la route est en cul de sac, tout le monde descend. Il faut finir à pied par un étroit chemin boueux. Heureusement deux touristes en redescendent et nous disent : "pas la peine d'aller plus loin, il n'y a plus rien,  tout est à l'abandon. Bon, c'est ça aussi la Guadeloupe.

1

Nous sommes quittes pour redescendre par la même route, nous laissons nos touristes ouvrir la voie. A mi-chemin, nous devons nous garer sur le côté comme nous pouvons et je vous assure avec inquiétude. Nous devons laisser passer une estafette de la gendarmerie nationale ; ce qui fait dire à petit mari, que là haut il ne doit pas y avoir que de la culture de vanille.

IMG_2491

Maintenant direction la Maison du Café sur la route de Bouillante. Là, nous faisons chou blanc, en vacances fermé, la réouverture est pour la semaine prochaine. Donc une fois de plus pas de chance. 

IMG_2489

Nous continuons notre périple, direction la plage de Malendure à Bouillante, pour aller visiter  la réserve Cousteau, je l'ai déjà faite il y a 20 ans ; je suis certaine que Marc va apprécier. Je prends une réservation pour midi sur le Nautilus. Pendant que petit mari se baigne, j'en profite pour laisser un message à Annabelle, Elle se trouve sur Deshaies, je lui propose de nous retrouver, je suis certaine que cela plaira à Théma. 

IMG_1891

A midi, nous sommes à bord du Nautilus, quand je sens une petite main sur mon épaule. C'est Théma, ils sont les derniers à monter à bord. En route, pour deux heures de promenade à admirer les fonds marins depuis la soute du bateau, avec les explications du commandant.

IMG_1922

Petit arrêt d'une demie heure pour ceux et celles qui veulent plonger et observer les poissons, en empruntant palmes et masques, à notre disposition. En grande experte des régions tropicales, Annabelle toujours prévoyante, n'a pas oublié ses tubas. Depuis le bateau, je photographie leurs exploits. Une fois remontés à bord, petit punch pour tout le monde et jus exotique pour ceux qui ne prennent pas d'alcool. Retour au fond de la cale pour voir les tortues.

IMG_1970

IMG_1985

A 14h, nous débarquons sur la plage pour aller nous mettre à table chez Madame Loulouse, je déguste pour la première fois des ouassous. Je pensais avoir commandé, des crevettes, mais elles ne sont pas de la grosseur de celles que je mange à la maison. Elles ressemblent plutôt à de petites langoustes. accompagnées d'une sauce créole délicieuse.

IMG_2033

Après ce bon repas, nous nous séparons et nous reprenons chacun de notre côté, nos balades de la fin d'après-midi. Nous nous dirigeons vers le sud de l'île, Basse Terre, Trois Rivières, Vieux Fort. Petits arrêts pour admirer les panoramas exceptionnels, face Aux Saintes et Marie Galante un peu plus loin.

IMG_2054

En arrivant dans le sud de l'île, le paysage a changé des champs et des champs de bananiers de chaque côté de la route. Je retrouve l'ancienne route "l'allée de Beaumanoir" transformée en route secondaire, puisque maintenant doublée en une belle route à quatre voies. Nous arrivons chez Sandrine vers 17h30. Après un petit arrêt rafraîchissement, nous partons au marché nocturne où nous pouvons trouver tous les fruits et légumes de l'île.

IMG_2059

 

 

IMG_2063

 

Nous finirons la journée "chez Zézette à Petit Bourg" Belle découverte de Gérard, qui seul le midi a été attiré par ce lolo au nom évocatif ;  fort sympatique. Depuis notre arrivée, nous n'avons pas encore dégusté un si bon Planteur fait maison. Soirée agréable devant des plats créoles que nous découvrons. Ce soir, nous aurons plus d'une heure de retard pour nous coucher, Demain sera un autre jour. 

IMG_2072

Aujourd'hui samedi, ce soir Annabelle reprend l'avion. Valérie et Théma restent encore une semaine. Nous nous allons nous reposer un peu. Donc ce matin, ce sera repos au Domaine de May. J'en profiterai pour vous montrer l'endroit dans mon prochain billet.

IMG_2019

 

Posté par manouedith à 14:26 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,