14 octobre 2016

La Chartreuse Notre Dame de Portes dans l'Ain

 

Dans notre région d’adoption, je suis toujours à la recherche d’endroits nouveaux, oui, ceux que nous n’avons pas encore découverts. Cette semaine, nos pas nous ont conduits dans un endroit bien caché. Mais quelle surprise !

Afficher l'image d'origine 

 photo prise sur le Net

Dans mon enfance, j’ai beaucoup fréquenté ces lieux qui sont parsemés dans toute la  France. La vie retirée au milieu de nulle part, m’a toujours fascinée. Beaucoup d’interrogations, le pourquoi du comment ! Mais cela ne m’a jamais laissée indifférente. Je savais que N.D. de Portes était perdue dans nos montagnes du Bugey. Mais depuis notre arrivée il y a 10 ans, nos pas ne nous avaient pas encore transportés là. Il m’a fallu une jolie photo du monastère pour que nous décidions que la visite serait ce jour là. Pour y aller, il faut se munir d’une carte de la région bien détaillée, car vous ne trouverez aucun panneau indiquant dans quelle direction elle se trouve.

 3

 Mais avant, vous vous arrêterez à un endroit sympathique qui monte au calvaire de Portes situé sur un sommet, le mont Frioland et qui vous offrira une belle vue sur toute la chaîne des Alpes du Nord. Le chemin est large bien dégagé vous verrez les éventuels serpents ! Avec 12 degrés je pense qu’ils ont commencés à hiberner, j’ai donc emprunté ce chemin sans crainte.

8

7

9

11

14

Il y a des endroits mystérieux qui méritent d’être abordés dans une ambiance particulière. Je peux vous assurer que la Chartreuse nous est apparue caressée par les nuages qui la rendait encore plus mystérieuse. Un peu plus bas dans la vallée il faisait 14 degrés, là haut à 1000 mètres d’altitude 16h de l’après-midi il n’y a plus que 8 degrés. Nous sommes au fin fond des bois, il fait sombre et ce halo de mystère nous la rend encore plus belle.

 

31

il faut lire ND de Portes 

A l’entrée, un panneau indique que c’est un lieu de recueillement et de silence et qu’il faut le respecter (attention aux enfants qui vous accompagnent). Elle est retirée au milieu des bois à 7 kilomètres du premier village. Mais la grille est ouverte, vous pouvez donc y aller. Tout cet environnement incite au recueillement.

 

18

 

16

 

17

 

 

 

19

Que de questions ! Pourquoi 15 moines dont 4 en formation trouvent ils le besoin un jour, de tout quitter pour vivre une telle solitude loin de tout ? La foi ! Il semblerait qu'ils soient entourés de deux familles laïcs qui les aident, leur travail consiste à entretenir toute l’année la forêt avoisinante, prier et quelque petit artisanat dans leur cellule. Ces hommes ont divers âges dont plusieurs grands anciens mais aussi, un bon groupe de moines jeunes qui mènent la vie particulière qu’ils se sont choisies.

 

22

 

Une grande partie de la journée est consacrée à la prière, les chants en latin, les lectures, les psaumes etc…. Mais il faut bien une vie économique pour vivre. Celle-ci est assurée  par un petit artisanat réalisé par les moines dans leur cellule ils confectionnent des boites en bois qui servent pour l’emballage des bouteilles de la liqueur de chartreuse des autres monastères. Les frères assurent le service quotidien de la communauté et l’entretien de la maison. Ils reçoivent également quelques dons.

 

24

Petit mari s'interroge ! Un jour, il m'a dit : si tu pars la première, je me retirerai dans un monstère, je ne serai pas seul, comme je ne parle pas beaucoup, je méditerai et je serai dans un bel endroit. !!! J'avoue jai souvent repensé à cette phrase et pourtant il n'a jamais été pratiquant !

26

Il y a également, une toute petite partie d’hôtellerie qui n’est ouverte que pour les familles des moines qui viennent leur rendre visite une fois par an. Néanmoins, cette communauté solitaire et silencieuse a un caractère familial qui répond très bien à l’idéal de la vocation cartusienne qu’ils ont choisie et partagent en commun chaque jour 3 offices en commun : l’office de nuit, la Sainte Messe et les vêpres.

 

38

 

39

 

Des chartreuses comme celle de ND de Porte il y en a dans le monde entier. Dans l’Ain, nous en avons deux, celle-ci et celle de Sélignac à l’est de Bourg en Bresse. Que ce soit vos idées ou non, ces choix différents des nôtres méritent un grand respect, ils ne gênent et ne fond de mal à personne. Je retire de cette visite quelques interrogations et surtout une belle journée.

 

43

 

28

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


23 août 2014

La Retenue de Rybinsk, YAROSLAVL et ROSTOV LE GRAND journal de bord 3

Au XXIème siècle, en Russie l'écologie n'est pas encore présente, on peut même dire invisible, alors au XXème siècle, ils ne savaient certainement pas ce que c'était.

1

un clocher d'un ancien village immergé.

Avant d'arriver à Yaroslavl, nous quittons le canal de Moscou pour naviguer sur la retenue de Rybinsk, avec sa superficie de 4500 km², c'est une véritable mer ; c'est également le plus grand réservoir du monde. Il s'étale du NO au SE sur 140 kilomètres, au croisement de la Volga, de la Cheksna, de la Maloga et d'une soixantaine de rivières plus petites. Elle a été réalisée par Staline entre 1932 et 1941, avec la même main d'oeuvre que pour les écluses (voir billet précédent). Sans grand respect pour les hommes et la nature ; 4000 hectares de terres ont été inondées, 700 villages ont été rayés de la carte, des populations entières ont été arbitrairement déplacées. Depuis, l'eau a pris une couleur verdâtre peu engageante due à une algue flottante provoquée par la décomposition des terres et forêts submergées. Toujours présente, elle asphyxie faune et fleur, et l'on peut dire que l'homme a fait de cet endroit un cimetière de poissons.

 

2

 

 Yaroslavl, la ville que j'ai aimée particulièrement, ce jours là, nous faisons deux belles excursions la visite du Monastère de la Transfiguration du Sauveur et les environs de Rostov le Grand. Je peux dire que j'ai vu : la Sainte Russie et que j'étais loin de penser qu'elle était redevenue aussi religieuse.

10

4

3

Yaroslavl, une des plus belles villes de la Moyenne Russie, embrassent des légendes, faits et documents qui nous présentent plusieurs images de cette région de la Haute Volga, ou le Transsibérien s'arrête. Les murailles féroces du monastère jadis riche et influent qui se vît pour peu de temps le centre politique de la Russie au temps de la période trouble, sont environnées de plusieurs églises pimpantes dont les couleurs vives et les décors riches témoignent plutôt de l'amour de la vie et de l'énergie active d'une grande ville que de l'ascèse si typique de l'esprit Orthodoxe.

1 b

Nous quittons Yaroslavl pour Rostov le Grand en empruntant des villages typiques aux datchas anciennes.

9

8

7

6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rostov le Grand, le plus joli centre d'Orthodoxie que j'ai vue. Fondée au XIème siècle sur les rives du lac Néro elle est une des plus anciennes villes de l'Anneau d'Or. Durant tout ce voyage j'ai été en admiration devant tous les monastères anciens mais aussi devant les églises qui ont été reconstruites ou rénovées entièrement depuis 25 ans. Si un jour vous avez l'envie de mettre vos pas dans les miens, je vous conseille vivement de prendre un guide français soit dans des circuits, mais là ils sont toujours présents ou alors un guide personnel, car contrairement à d'autres pays il est impossible de comprendre les panneaux tous en cyrillique, très mais très peu d'anglais, pas du tout de français ; même devant les monuments. A moins de connaître le Russe il est impossible de profiter de son voyage sans être accompagné. Même pour se rendre dans des endroits indispensables vous pouvez galérer.

21

  

 

 

 

 

Maintenant admirez ce bel endroit qu'est le Kremlin de cette ville et la cathédrale de la Dormition.

19

20

18

16

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Souvent nous n'avons pas le droit de photographier

                                                  les intérieurs des églises, là, autorisation payante. 

 

22

 

  

25

 

26

 

 

 

 

 

 

24

Après une belle journée, ou nous nous en sommes mis plein les yeux, nous regagnons le bateau et nous levons l'ancre pour Goritsy. A l'heure dite c'est toujours très émouvant. Les derniers moussaillons relèvent les passerelles, le commandant donnent ses instructions et nous nous éloignons doucement des quais au son d'une musique tous les jours différentes, je peux dire c'est un des moments que nous aimons. 

27

Adieu Yaroslavl. Petit mari retient son chapeau, on ne sait jamais... Maintenant direction la salle de conférence pour entendre "Galina" nous raconter la Russie des Rurik.

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,