07 mars 2017

PETITES NOUVELLES

Bonjour à tous,

Je passe vous donner de mes nouvelles. Que s'est-il passé depuis le 23 janvier dernier ?

Nous sommes allés visiter un dimanche deux jolies chapelles baroques et découvrir de plus grands espaces de ski à Val Thorens. Comme c'est plus haut en altitude, la neige était meilleure.

21

25

27

Chapelle Notre Dame de la Vie au-dessus de St. Martin de Belleville.

La semaine suivante, nous sommes allés en découvrir une autre encore plus belle : La Chapelle des Vernettes. Mais avant d'y arriver, elle se mérite et ne se découvre seulement qu'au détour du chemin dans la dernière boucle après un dénivelé de 800 m. Pourtant le chemin emprunté longe les pistes de ski de l'immense domaine skiable de Paradiski. Une jolie balade malheureusement entreprise trop tard, car nous sommes redescendus à la tombée de la nuit.

3

7

5a

au retour. En principe nous mettons toujours 1/2 heure de plus que prévue. Mais vraiment cela en valait la peine, cette chapelle est la plus jolie chapelle baroque de Savoie.

18

30

34

35

36

  Pendant 10 jours, nous nous sommes exilés dans l'appartement prêté par nos gentilles voisines et les peintres ont oeuvré dans les détails. Quel chantier ! mais beau résultat. Enfin ma couleur saumon est devenue de l'histoire ancienne.

 

11

 

12

 

13

 

18

Le 12 février, nous avons laissé la place aux vacanciers picards et à Trocmaison pour l'échange d'appartement. Nous étions pressés de redescendre, car nous allions chercher "Myrtille". Depuis, nous n'avons pas de quoi nous ennuyer, notre nouvelle fille est assez turbulente, vive, mignonne et coquine. Ceux et celles qui me suivent sur Facebook et sur Instagram ont eu le privilège de voir quelques vidéos surprenantes. Je ne me souvenais plus qu'un jeune chiot pouvait être aussi prenant.

3

9

14

Quand nous sommes remontés à Pralognan pour l'échange des vacanciers, elle a fait la connaissance avec la neige et avec Théma.

Depuis que nous avons repris nos quartiers de presque printemps, j'occupe mes journées aussi intellectuellement, je me suis remise à fond dans la généalogie du côté paternelle, une généalogie très très compliquée que je double par l'histoire familiale. Beaucoup de recherches très intéressantes car je mélange les ancêtres et la vie qu'ils semblaient avoir à chaque époque. J'ai redécouvert "G Magazine et tous les nouveaux sites Internet sur le sujet de plus en plus passionnants les uns que les autres.

Et je terminerai par une superbe nouvelle : Dans la hiérarchie des grands-mères, je prends un nouveau grade : celui d'arrière Grand-Mère, chez Yannick (mon petit fils)  et Laura. De plus est, pour mon anniversaire. Comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule ; sa maman et sa petite soeur rentrent en France et s'installent du côté de Lyon. Adieu leur Picardie natale et bienvenue en  Rhône Alpes.

Au fait, je suis désolée pour celles qui ont reçu un email de ma part bizarre. Ma boite a été piratée au début du mois de Mars et depuis, je suis bien ennuyée, je ne peux plus recevoir mes emails journaliers, je l'ai signalé, cela devait prendre de 8 à 10 jours pour être remis, mais je ne vois pas le bout du chemin. Je vais voir si je peux changer sur canalblog mon email.

 

si vraiment vous vous ennuyez de moi et si vous aimez la généalogie et les histoires de famille, vous pourrez me retrouver :

 

www://manouedith3.canambmog.com

 

www://jeanetrenée.canalblog.com

 

 

A bientôt quand j'aurai des nouvelles fraiches.....

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 17:50 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


07 octobre 2016

A la Croix du Nivolet : Morsure de serpent.

 

2

 

Le premier dimanche du mois de septembre 2016, aurait pu très mal tourner. Depuis, longtemps, l’envie de grimper jusqu’à la Croix du Nivolet nous taraudait. A chaque fois que nous passions à ses pieds nous disions : « il va falloir que nous y montions Pour rafraîchir la mémoire géographique de ceux et de celles qui s’arrêtent ici. La croix du Nivolet est une monumentale croix sommitale chrétienne qui se trouve dans le massif des Bauges, dominant le Nivolet et surplombant Chambéry.

41

 Ce jour là, le temps était brumeux, mais il faisait beau et surtout il ne pleuvait pas. Le sommet est à 1537 m ; nous avons donc décidé de nous diriger vers la Féclaz, au-dessus de Chambéry et d’abandonner notre voiture au parking devant l’auberge. Face aux pistes de ski l’hiver, mais aux prairies en fleurs l’été. Pour démarrer, la grimpette est plutôt ardu pour un début. Au pied des chalets de Sire, de nombreux parapentes sont prèts à l’envol.

21

3

Nous n’étions pas seuls. L’été, les chemins de randonnées en montagne sont de vrais boulevards, où en principe chacun se salue en se croisant. Il y a des jeunes, des moins jeunes, des enfants qui comme les chiens vont et viennent en courant d’un sens de l’autre ils ne sont jamais fatigués. Alors que nous et notre grand âge, nous y allons plus calmement, nous prenons le temps de nous arrêter et d’admirer les merveilleux paysages. On se retourne et l’on peut voir le lac du Bourget sous toute sa splendeur en bas.

9

Après cette première escalade, le chemin se réduit dans les herbes et ensuite c’est là, où les choses se compliquent un peu, dans la forêt, nous devons crapahuter dans les pierres tout en profitant de plus en plus du dénivelé. J’avoue, au bout d’un certain temps, pour moi ce n’est plus drôle, il y a encore des années, je persistais et j’allais jusqu’en haut. Maintenant je me ménage. C’est ainsi que j’ai abandonné  la partie en laissant petit mari y aller à ma place et en redescendant piano, piano jusqu’à la voiture. Tout va bien, la balade est superbe. Une fois à la voiture, j’ai encore attendu 1h ½ dans la voiture, mais j’avais un bouquin, donc le temps ne m’a pas paru trop long. Ensuite la nuit tombait doucement, nous avons repris le chemin de la maison.

27

29

C’est dans la soirée après le dîner, qu’allongée sur la banquette, mes jambes sur celles de ma douce moitié. Il y a avait environ 2 heures que nous étions rentrés. Tout d’un coup, petit mari me dit : dit donc, il semblerait que tu ais été mordu par un serpent, et en plus à deux reprises. Sur le coup, je lui réponds, tu rigoles ! Non il ne rigolait pas. En deux secondes je me suis relevée pour mieux constater. Effectivement à environ 15 cm sur le côté du mollet 4 superbes crocs avec des points de sang, une très légère inflammation autour.

54

Alors là, on ne rigole plus. Je n’ai rien vu, absolument rien senti et je n’ai pas de signes aussi bien extérieur qu’intérieur de la moindre allergie et du moindre malaise. Premier réflexe : regarder sur Internet ; alors là, les images ne sont pas toujours belles, mais il y en a une du même genre que la mienne. Second réflexe : téléphoner à ma fille médecin, à qui j’envoie la photo, elle m’interroge : tu n’as vraiment rien, bon alors cela peut être rassurant, mais si jamais le moindre symptôme apparaît, direction l’hôpital. Tout le monde sait, qu’un dimanche soir aux urgences, on n’aime pas ça. Donc nous allons attendre un peu.

20

Rien ne se produit de la soirée, je décide de me coucher.  5 Heures se sont écoulée. Le lendemain, je me réveille toujours aussi bien. Néanmoins, je décide d’aller dès l’ouverture de mon pharmacien lui demander conseil. Celui-ci confirme, effectivement ce sont bien des morsures de serpent. Allez quand même voir votre médecin, qui vous mettra certainement sous antibiotiques.

6

 Oui mais pour aller voir le médecin c’est pas toujours facile. Le mien ne prend pas de rendez-vous, alors quand j’arrive il y a une vingtaine de personnes devant moi, comme l’urgence n’est plus réelle, j’essaie le cabinet médical de ma ville, sauf que là, comme mon médecin d’avant n’est plus mon référant et que les trois autres sont surchargés, on me refuse. C’est vraiment super maintenant en France. Les médecins ne se dérangent plus à domicile à moins d’être impotent, sinon ils nous donnent rendez-vous au cabinet et pendant les heures de consultations nous attendons dans la salle d’attente de longs moments en compagnie l’hiver par exemple des microbes et des virus qui se propagent. Alors si nous sommes passés à travers, là nous avons une seconde chance d’attraper n’importe quoi. Nous, les personnes d’un âge certain, nous nous souvenons de nos médecins de campagne qui se déplaçaient à pas d’heure. C’est normal tout évolue dans la vie, nos médecins modernes ont compris qu’ils avaient aussi le droit à plus de repos et à une vie familiale.

7

 

 Donc revenons à nos moutons, il ne me restait plus qu’une solution, comme il n’y a pas besoin de m’ausculter puisque tout va bien, j’ose demander à ma fille une ordonnance par email. Heureusement d’un sens, je fais partie des privilégiés. L’ordonnance est arrivée, je me suis rassurée en prenant consciencieusement les médicaments, alors que je n’ai rien eu de ma morsure, en revanche, j’ai eu les intestins détraqués pendant plusieurs jours.

8

Conclusion de ma mésaventure. Comme je dis toujours cela n’arrive pas qu’aux autres. Y regarder à deux fois quand nous posons les pieds sur nos chemins de randonnées et vous savez contrairement à l’idée reçue, on ne sent pas toujours la morsure, je pense que j’ai été épargnée de suites indésirables et même fatales parce que j’étais en pantalon. Du reste à l’endroit en lavant mon pantalon, je me suis aperçue de plusieurs fils tirés. Ne vous promenez donc jamais la cuisse et les jambes à l’air, le meilleur c’est le bon jean pas trop serré, tout l’inverse de la pluart des randonneurs que nous croisons l’été sur nos chemins de montagne. Je peux vous dire que la semaine suivante je partais 8 jours à Pralognan et que je n’ai pas profité de la même façon de mes balades, que j’ai du reste réduites. Je me sens un tant soit peu traumatisée par le fait que je n’ai rien vu et rien senti.

15

Pour terminer, je vais vous raconter une histoire vraie, que m’avait raconté un médecin de mon village. L’été suivant cette histoire, une de ses patientes est venu le voir en lui disant qu’elle avait perdu son petit garçon de 4 ans. En vacances avec lui, du côté de la Rochelle, un après-midi il est allé faire un tour de manège sur un manège de chevaux de bois comme il y en a beaucoup sur les places ou les plages. Quand l’enfant est redescendu, il a dit à sa grand-mère : le cheval m’a fait un bisou. C’est tout. Les grands-parents ont souris à l’imagination de leur petit fils, l’enfant semblait bien aller, il courait gambadait à côté d’eux. Le soir à table il s’est senti mal et de plus en plus mal, ils l’ont emmené à l’hôpital où malheureusement il est décédé dans la nuit. La grand-mère s’est souvenue de ce qu’il lui avait dit en descendant du manège ; une enquête a été faite et il s’est avéré que le forain, l’hiver rangeait son manège dans une remise à côté d’un tas de bois. Et qu’une vipère avait hiberné dans le manège et fait ses petits sous le cheval. Ceci explique malheureusement cela.

48

 Chambéry

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 janvier 2016

Mon Amour pour Pralgognan la Vanoise

 

 Du plus loin que je me souvienne, la montagne m’attire, tout d’abord pour son relief fait de pentes plus ou moins abruptes avec ses sommets vertigineux ou pas. Ses bois et ses plaines.

1

 

Je suis née à Paris, ma famille maternelle était en Picardie depuis le  XIXème siècle. Quant à ma famille paternelle, je ne connais pas son histoire et je ne sais pas où sont ancrés ses racines. C’est donc en Picardie que je passe toutes mes vacances enfantines ; dans une petite ville « Saint Just en Chaussée » entre Beauvais et Compiègne. Mis à part les collines du bois de Mermont qui n’ont plus de secrets pour moi. Entre les années cinquante et les années soixante, elles sont mes montagnes.

2

 C’est seulement à l’âge de 17 ans que je découvre les Alpes. Grâce à un voyage organisé par l’amicale des pompiers de Saint Just en Chaussée. Quelques jours pour découvrir le plateau d’Assis, le Mont Blanc. La même année mes parents décident d’aller en vacances au mois d’août dans les Pyrénées du côté de Saint Lary-Soulans. Je me souviens des balades sur les chemins escarpés avec notre bâton de berger, c’est cette année là, que je découvre le cirque de Gavarnie, je reste émerveillée. Mais je ne sais pas encore que je ne reverrai plus les montagnes avant 1973.

Afficher l'image d'origine 

 Un aléa de la vie, fait que j’ai l’opportunité d’un WE prolongé à Pralognan la Vanoise. La montagne l’été n’a rien à voir avec celle de l’hiver. C’est la première fois que je découvre les sommets enneigés, que je prends le télésiège pour aller encore plus haut ; sans savoir non plus que j’emprunterai plus souvent ce télésiège 30 ans plus tard, le même qui a certainement été modernisé.

 

10

L’idée de venir à Pralognan est celle du papa de mes deux dernières filles, l’été précédent il était venu passer 15 jours de vacances et il était revenu enthousiasmé par la beauté des paysages, il avait l’envie de les connaître l’hiver.

4

 

 J’avoue être revenue enchantée et je me souviens avoir pensée : si un jour j’ai l’occasion j’achèterai une résidence secondaire dans cet endroit. Mais avant que cela arrive, il m’a fallu 30 ans. Quand j'ai connu Petit mari, pour renouer avec la montagne,  nous sommes allés passer 8 jours en hiver à Val Cenis en Haute Maurienne afin d’apprécier vraiment la montagne l’hiver. Lui fait du ski, pas moi.

Afficher l'image d'origine 

C’est un évènement de la vie : mon divorce avec celui qui m’avait fait découvrir ce beau village qui m’a donné la chance de réaliser mon rêve. Je me souvenais d’un endroit calme au charme familial. Et il est vrai je ne connaissais rien ailleurs.

En 2004, ma belle fille et son compagnon ont loué une semaine de vacances justement à Pralogan et ils nous ont invité à venir avec eux. Pendant que petit mari, sa fille et son gendre sont sur les pistes,  je me suis amusée à visiter des appartements dans la station  avec une idée bien arrêtée. La chance me permettait de réaliser mon rêve, en fait pas tout à fait mais presque.

 7

 

 Je me souviens quand je suis rentrée dans l’agence : j’ai dit, voilà mon rêve serait d’acheter un chalet au bord d’un lac de préférence. Sauf qu’à Pralognan il n’y pas de lacs, les lacs j’apprendrais plus tard, ils sont loin dans la  montagne, perdu au milieu de nulle part et ne ressemblent pas à ceux que je pensais. Bon, ce n’est pas grave, je peux faire une impasse sur le lac, mais j’allais faire aussi l’impasse sur le chalet, pas du tout dans mon budget. Alors voyons pour un appartement, mais au moins un appartement aux allures montagnardes. Là aussi, je vais avoir tout faux.

 

5

 La dame me propose un bel appartement qui rentre dans mon budget mais pas du tout du style que je prévoyais. Elle a de très bons arguments, s’il n’est pas tout à fait comme je le souhaite, il est spacieux, possède deux balcons, une luminosité très agréable, de vraies pièces avec une hauteur normale, pas de chambre cabine comme dans beaucoup de résidences moins anciennes et une chambre en sous-sol, aménagée pour 3 enfants ; la cerise sur le gâteau il est entièrement meublé, ça c’est un plus pour une résidence secondaire à 50 km d’une grande ville. Les résidents sont les mêmes depuis la construction du bâtiment, et ne viennent qu’aux vacances.

138

 

 Après tout, je n’ai rien d’autre à faire, je décide d’aller le visiter. Et là, coup de foudre, cet appartement est super, propre il n’y a rien à y faire que déposer ses valises. Les propriétaires sont des gens âgés, aisés qui ont entretenu leur bien au fur et à mesure des années avec des prestations  de qualité. Les meubles feront l'affaire un certain temps, mais par la suite je les ai changés pour mettre du chêne clair et j'ai fait refaire les tapisseries des lits, car j'aime leurs boiseries.

appartements pralognan au début1

Il n’y a pas de lac, ce n’est pas un chalet, mais après tout un chalet chaque hiver il aurait fallu déblayer la neige à notre arrivée, c’est plus difficile à chauffer, et c’est donc mon côté réfléchi qui l’emporte. Mais avant de dire oui, il faut quand même que je le fasse visiter à petit mari.

 

chalet

L’après-midi, ils ne vont pas skier, je leur dis : j’ai une surprise, suivez-moi, je veux vous montrer quelque chose, la dame de l’agence m’a laissé les clefs. Pour une surprise c’est une surprise, on reste un certain temps à examiner l’appartement dans tous les coins et quand nous redescendons, ma décision est prise, ce sera celui-là et pas la peine d’en visiter d’autres.

 

3

Le 14 avril suivant, nous revenons et nous sommes chez nous. A cette époque, nous habitions du côté d’Amiens 900 kilomètres, nous décidons d’y rester 3 mois l’été, 3 mois l’hiver. Après plusieurs années, nous décidons de nous rapprocher pour avoir moins de trajet à faire. En 2004, nous sommes encore très vaillants, inutile de vous dire que l’été et l'hiver nous sommes tout le temps sur les chemins de randonnées et croyez-moi dans le parc de la Vanoise, ce n’est pas ça qui manque. 

 

17

 

18 vers cholière

Quand nous y sommes, l’appartement ne désemplit pas, c’est le lieu de partage tel que je le souhaitais, réservé à la famille et aux amis proches. Presque tous les Noëls se feront à la montagne, nous irons chaque année été comme hiver (sauf l’année de nos opérations) et maintenant que nous n’habitons plus très loin exactement à 2h1/4 de la maison, nous montons souvent en inter saison.

 231famille et amis pralognan

Ce ne sont que ceux qui viennent l'hiver, il y en a d'autres qui sont plutôt fan de l'été.  

232

 

Petite  anecdote, l’hôtel où nous étions venus l’hiver 1974 se trouve juste devant notre immeuble, c’est simplement son nom qui a changé. A l’époque il s’appelait « le Parisien » Maintenant il a été transformé en résidence de vacances et s’appelle : le Montana. En 1974, la station n’était pas celle de maintenant, il y a eu beaucoup de constructions de chalets et d’immeubles, mais jamais comme dans les autres stations, pas de grands immeubles, l’aspect général est resté le même, très familial.

 8

 

L’hiver aux vacances scolaires nous croisons que des jeunes ou des familles en vacances. Seulement     24    pistes de ski alpin,   25   de ski de fond, de nombreuses balades en forêt que l’on peut effectuer en raquettes ou pas. Nous ne nous sommes jamais lassés et à chaque fois c’est le bonheur. Nous aimons Pralognan. Petit mari fait moins de ski mais nous nous promenons ou nous restons bien au chaud chez nous.

 

112

 L’été, les départs des chemins de randonnée sont de vrais boulevards ou tout le monde se salue. Mais la montagne est tellement grande que chacun peut y trouver son bonheur. Seul petit inconvénient hors saison, un seul commerce est ouvert et il n’y a que 744 habitants. Nous sommes tellement rodés, que nous montons nos courses.

 113

 

 Au début, petit mari partait souvent l’hiver avec notre voisin qui était guide "Laurent", il a fait des balades que plus jamais il ne fera. Il a vu des paysages grandioses, pour lui, ce ne sont plus que des souvenirs, mais vraiment de bons souvenirs, il a même fait faire ce panoramique qui est installé dans le séjour. A la place du guide, c’est ma fille Annabelle et Valérie

1

qui ont acheté l’appartement et depuis  Elles ne manquent jamais de venir à chaque vacances scolaires. Nous espérons pouvoir garder cet appartement de famille, le plus longtemps possible, même si petit mari fait de moins en moins de ski, il nous reste le bon air , la beauté des paysages et les belles balades quand nous le souhaitons. Pour nous, Pralognan la Vanoise est notre paradis sur terre.

 

0

les balades avec Laurent.

 

et voici pour terminer, une petite balade pendant notre séjour de janvier 2016.

Mon seul regret, ne pas avoir 10 ans de moins quand j'ai acheté cet appartement, car l'été dans le Parc de la Vanoise il y a des balades encore plus superbes par exemple, partir du village pendant 4 jours et aller de refuge en refuge,  du refuge de la Vanoise aux glaciers. La nature est gratuite et si belle à admirer loin des soucis du monde. Une cure de beauté.

 

102

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 novembre 2015

L'automne à Pralognan comme nous l'avions jamais vu.

Je vais dédier ce billet à

Praline 

 

et à tous ceux et à toutes celles qui connaissent Pralognan la Vanoise, l'été ou l'hiver. Je suis certaine que vous ne l'avez jamais vu comme je vais vous le montrer.

39

Mais avant je vais vous expliquer pourquoi nous sommes venus à cette époque. Je vous ai dit que nous avions échangé gratuitement notre appartement à Pralognan avec des Internautes qui nous ont prêté le leur à Paris. La cerise sur le gâteau, l'échange était non simultané, donc nous y sommes allés il y a 15 jours et eux qui sont dans l'enseignement ont profité des vacances de la Toussaint pour y venir.

13

Ils s'y sont tellement bien plu, qu'ils sont restés deux fois plus de temps que nous,  chouette nous allons pouvoir compenser ces jours supplémentaires par un prochain voyage à Paris ; certainement au Printemps. Je peux vous dire que pour ce premier échange, nous sommes ravis, tout s'est bien passé et nous avons fait la connaissance avec des gens sympas.

14

15

Justement, depuis que nous sommes rentrés de Paris, du balcon du boudoir, nous voyons les couleurs du paysage changer au jour le jour. C'est magnifique. Alors, nous avons décidé  d'aller passer le WE de la Toussaint à Pralognan la Vanoise après tout, il faut aller laver les draps et les serviettes de toilette de nos invités, bonne solution n'est-ce-pas ! 

2

3

4

Depuis plusieurs jours en sortant de la supérette de mon village, je me disais, il faut que je vienne prendre en photo les érables, ils sont superbes et ils ne vont pas durer longtemps, il suffirait d'une bonne pluie et de vent pour que je sois obligée d'attendre l'année prochaine. Donc ça c'est fait. Maintenant direction Pralognan.

6

Samedi matin en ouvrant mes fenêtres, le soleil vient de passer la montagne et voici ce que je peux admirer.

12

ça tombe bien, j'ai oublié un petit truc que je dois aller acheter à la supérette du village. En dehors des deux saisons de tourisme, le village vit au ralenti. Une seule supérette d'ouverte, aucun restaurant, aucune boutique. Donc allons faire un petit tour dans le village, nous n'y rencontrerons pas grand monde et nous pourrons admirer le soleil qui baigne les maisons, car vous savez en haute montagne entouré des sommets, à cette époque le soleil ne fait pas son apparition en même temps qu'ailleurs et il se cache à 15h en franchissant les crêtes du côté de Courchevel.

16

 après le déjeuner il ne faut pas s'attarder et partir tout de suite en randonnée si on veut profiter du meilleur de la journée. Bon ça, c'est pour ceux qui ne sont plus très jeunes, car la jeune génération à intérêt à partir avec son pique nique le matin vers 9 heures et bien évidemment les vrais sportifs et amoureux de la montagne c'est aux aurores qu'ils grimperont les petits chemins.

26

C'est petit mari qui a décidé de la balade, il avait envie depuis longtemps de faire le Cirque de l'Arcelin, petite promenade sans difficultés importantes. Pour cela on va prendre la voiture jusqu'aux Fontanettes (restaurant fermé en ce moment), mais comme ce restaurant  est sur les pistes, l'hiver c'est la cantine de beaucoup le midi.

17

19

24

25

Alors maintenant, chut, on ne dit plus rien, ouvrez vos grands yeux et admirez, c'est gratuit.

 

23

27

28

36

Vous avez vu, il a plu une seule journée avant notre arrivée,  à l'endroit du Cirque de l'Arcelin qui est rarement au soleil, il y a des flaques d'eau gelée.

31

33

34

35

vous avez vu, nous avons traversé un pierrier et un petit pont bricolé, car quand le torrent débite trop fort, le pont est emporté et nous ne pouvons plus passer.

37

40

43

45

Première journée terminée, vous avez aimé ? La seconde journée a été plus calme, petit mari s'est réveillé avec mal aux reins, donc repos forcé, c'est dommage moi, je serais bien allée aux Prioux photographier le village endormi pour l'hiver !

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 février 2015

Le retour à la maison annonce le printemps

Chaque année, c'est le même rituel depuis que nous sommes à la retraite. Nous passons une partie de l'hiver dans nos montagnes. Depuis plusieurs années mes balades étaient restreintes et je n'avais plus l'envie de marcher. Cette année un renouveau ; chacun de nous devions tester nos nouvelles hanches. Petit mari a refait du ski normalement évidemment,  il a évité un peu le parcours des bosses. Quant à moi j'ai rechaussé les raquettes et redécouvert les beaux endroits que j'aime.

 

 

pzralognan balade raquette

 

Cette année, aux vacances scolaires du nord de la France, nous avons laissé notre appartement à des amis d'Annabelle, par exemple, entre Noël et le jour de l'an, elle a pu profiter de sa meilleure amie et de son filleul. Et là, c'est une de ses Internes et la semaine suivante une de mes amies ; nous, nous repartirons une petite semaine pour fermer l'appartement et le mettre en fonction repos le temps que la neige fonde et laisse apparaître les jolies fleurs de montagne.

 

fleurs de montagne printemps

 

Mais évidemment quand nous redescendons c'est un jour chargé, habituellement quand nous pouvons, nous évitons ces jours là. C'est paraît-il la crise ! mais il y a quand même encore beaucoup de couples qui peuvent payer des sports d'hiver à leurs enfants, tant mieux pour eux et pour l'économie des stations. Je sais que beaucoup critiquent justement ces vacances coûteuses en disant "oui, mais vous vous rendez compte il y en a qui ne peuvent pas se payer ça !" peut être, mais si plus personne ne peut prendre ce genre de congés et faire vivre ceux qui habitent à la montagne, la crise serait encore plus grave. C'était,  simplement une petite parenthèse que malgré tout je tenais à souligner car je constate trop souvent sur les blogs certains coms désobligeants accompagnés de mots "limites" pour critiquer ceux qui peuvent encore en profiter, venant souvent de la part de personnes qui montrent du doigt l'intolérance des autres.

 

retour de vacances

Sur le chemin du retour, jusqu'à l'autoroute ça va encore. A Albertville, nous prenons la nationale car depuis le péage les files ralentissent drôlement.  Nous décidons de nous arrêter à Chambéry pour déjeuner, car le frigo à la maison est vide. C'est dans la zone commerciale que nous nous arrêtons sous une pluie battante ici :

hippopotamus

Une heure après, nous reprenons la route, il nous reste 45 minutes jusque la maison, mais là, c'est une autre histoire ; pendant que nous sommes arrêtés, la neige a commencé à tomber les flocons de plus en plus gros. Et ça donne ça.

pralognan retour

12b

du côté de Chindrieux, les vignes sous la neige sont magnifiques.

Encore quelques kilomètres et nous sommes à la maison, mais il va falloir jouer de la pelle à neige pour pouvoir rentrer la voiture au garage.

 

retour de pralognan 21 février 20152

Une fois rentrée dans la maison, surprise la chaudière est arrêtée, cela fait deux fois, pourtant elle est neuve et vérifiée chaque année, donc sujet à creuser. Il fait très froid dans la maison, il va falloir deux jours pour qu'elle retrouve sa chaleur habituelle. En attendant, allumons un feu dans la cheminée. Dehors, il neige toujours et pourtant il faut aller faire quelques courses. Dans le village à deux pas de chez nous, il y a un carrefour contact, vous savez le magasin le plus petit des gammes "carrefour".1/2 heure après nous sommes rentrés en nous demandant pourquoi nous n'allons pas faire les courses ici plus souvent, car il y a pratiquement tout ce que nous avons besoin. Question à revoir !

carrefour_contact

C'est un plaisir de retrouver la maison, à chaque fois je me dis la même chose "elle est belle, on y est si bien",  je pense que je ne pourrais jamais revivre tout le temps dans un appartement ; il faut que je puisse aller dans toutes les pièces, que je retrouve toutes mes habitudes, non il me faut de l'espace. Dans 60 m², mes 250 m² me manquent. Soirée bien agréable au coin du feu, le lendemain nous allons chez Emilie et Paul, nous sommes impatients de les revoir et de voir le nouvel aquarium Paul est un passionné. J'aime les gens passionnés.

 

poissons Paul0

  Quand nous rentrons d'une si longue absence, il y a de la poussière partout, il faut remettre la maison en état de marche, défaire les valises, faire tourner la machine, ranger la valise au grenier et reprendre nos habitudes, c'est donc lundi matin que j'ai entrepris le grand ménage ; j'aime ça faire le ménage je vous l'ai déjà dit donc je suis contente, l'après-midi je peux revenir à mes occupations littéraires ou autres. Tara a retrouvé son panier et Igor ses balades dans le jardin.

 

01

 que demander de mieux ?

 

 

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 février 2015

Pralognan la Vanoise - Cholière, Le Pachu, Les Fontanettes, les Barmettes l'hiver.

 

02

Aujourd'hui, je vais vous emmener autour de Pralognan, dans nos balades en raquettes. Comme je vous l'ai déjà dit Pralgnan la Vanoise est une station familiale, sans grands immeubles comme dans beaucoup d'autres stations voisines. Seulement trois restaurants d'altitude.

000

Au centre du village, on prend le téléphérique qui en 5 minutes, nous emmène au Bochor à 2025 m, de nombreuses pistes partent dans tous les sens et peuvent vous monter à 2400 m. Mais les personnes qui ne pratiquent pas le ski, peuvent sans fatigue prendre le téléphérique et aller se reposer au Pachu, il suffit de prendre une consommation et elles peuvent rester 2 heures à se dorer au soleil. Le Pachu est aussi un restaurant  populaire genre cantine sans aucun charme, mais tellement pratique pour les skieurs et les randonneurs.

00

Sur le front de neige au centre du village, on peut embarquer sur des télésièges et grimper en plein air jusqu'à 1650 m pour aller déjeuner aux Fontanettes, c'est un restaurant beaucoup plus sympathique chaleureux aux allures montagnardes, il est super ce restaurant pour tous les skieurs qui n'aiment pas le style cantine et qui veulent se reposer avant de reprendre leur après-midi de glisse. En revanche pour ceux et celles qui comme moi, veulent plus de tranquillité, de soleil et d'espace, on reprend aux Fontanettes un autre télésiège qui vous grimpe à 2010 aux Barmettes.

0

On peut admirer des bouquetins, des chamois et des chevreuils. A Pralognan, il y a 24 pistes et 1 snowpark. Parmi toutes ces pistes, il y en a pour tous les goûts. 4 noires, 7 rouges, 4 bleues, 8 vertes.

 

0000000

 A chaque saison, nous montons au moins une fois déjeuner aux Barmettes, il y a deux services chaque jour 12h et 13h, je conseille à tous de prendre le premier service, il n'y a pas beaucoup de monde. Vous y êtes beaucoup plus chouchoutés. Au deuxième service les skieurs qui s'arrêtent prennent pour la plupart, des menus simples à base de frites et à l'intérieur l'odeur n'est pas agréable, malgré une salle de restaurant très montagne. Si le temps le permet, on peut également déjeuner sur la terrasse face aux montagnes, le plus beau des spectacles à mes yeux. Pour moi, c'est vraiment le plus bel endroit que je connaisse dans la région.

03

Après un moment de contemplation et de bonheur, si vous avez emmené vos raquettes, vous pouvez vous balader agréablement ou si tout simplement vous êtes là, pour une semaine et que vous êtes de ceux qui avalent les descentes sans en perdre une minute, vous reprenez vos skis et vous redescendez et remontez inlassablement jusque 17 heures à cette époque. Je sais que moi, même plus jeune ce n'est pas l'option que j'aurais prise, il y a tellement d'autres possibilités pour profiter du paradis sur terre. La plupart des vacanciers d'hiver, ne profitent pas de Pralognan comme ils le pourraient.

000000

Quand nous y sommes allés cette semaine, en redescendant, nous avons repris le télésiège jusqu'aux Fontanettes et ensuite, pour regagner la station, nous avons emprunté un chemin très enneigé qui traverse les bois, tout en longeant les pistes ; il y avait longtemps que je n'avais pas fait cette balade. Malgré tout il faut avouer qu'il y a eu des descentes un peu périlleuses, ou il a fallu faire très attention pour ne pas tomber ; mais j'ai un gentil petit mari qui devant moi avec son talon me fait des petites marches pour que je puisse y mettre mes pieds, j'avoue c'est beaucoup plus facile. 

0000

une des premières grandes balades que nous faisons dès notre arrivée c'est celle qui nous emmène dans un joli petit hameau "Cholière" la balade est faite pour nous habituer à la montagne, elle est très facile sans dénivelé trop important. Mais au bout du chemin, qu'elle belle vue, on arrive sur un grand espace qui au printemps est recouvert de  fleurs ; à toutes les saisons cet endroit est superbe, nous y trouvons quelques chalets d'alpages sans eau ni électricité qui ont été restaurés par les descendants de ceux qui les ont possédés dès le début, c'est impossible d'acheter si un de vos ancêtres n'a pas habité dedans il y a très longtemps. Presque tous ont été restaurés suivant certaines contraintes.

 

01

 

Après le dernier chalet de Pralognan "la tzarine" face au plateau, on emprunte un chemin qui longe un torrent, on traverse un petit bois et on grimpe un peu pour arriver devant cette étendue de bonheur. 

18

19

 même si le soleil se cache, c'est beau.

00000

Pendant ce temps là, nos petits compagnons se dorent la pilule sur le balcon.

11 a

Alors voyez-vous, un thé et un bon livre, la vie est belle.

Au printemps et l'été, toutes ces balades sans la neige emmènent encore plus loin les amoureux de la nature.

pralgonan l'été mosaique

et vous,  Aimez-vous la montagne ? 

 

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 23:40 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 janvier 2015

Pralognan la Vanoise et moi : une grande histoire d'Amour

 

 Enfant, je rêvais des montagnes. Il a fallu que j’atteigne mes 18 ans pour m’inscrire à une virée de trois jours dans les Alpes. A l’époque, j’étais en vacances chez mes grands parents et l’association des pompiers organisait 3 jours  du côté du plateau d’Assy. J’avais un ami dont le père était pompier qui m’a invitée à faire partie du voyage. Ce fut ma première découverte printanière des montagnes.

 

0

L’été suivant avec mes parents, nous sommes allés en vacances dans les Pyrénées, à Saint Lary. C’est là, que j’ai vraiment découvert la vie à la montagne et mes premières randonnées. Habituée à la région parisienne et aux vacances en Picardie, le paysage changeait. Tout de suite, je suis tombée amoureuse  des montagnes.

 

25 b

 

Pralognan la Vanoise 750 habitants à l'année.

Depuis les années 1960, je rêvais de retourner, voir les montagnes sous la neige. Cette opportunité s’est présentée l’hiver 1974. Le papa d’Annabelle et d’Emilie venaient de passer l’été avec sa mère, son frère et sa tante dans un joli petit village pas encore très connu au fin fond de la Tarentaise : Pralognan la Vanoise. Il avait trouvé le parc de la Vanoise magnifique l’été, il a été le premier parc national créé en France en 1963 . Il avait envie de découvrir ce village l’hiver et nous avons décidé d’y partir un week-end. C’était en Mars et Annabelle venait au monde le 1er décembre.

Pralognan 1972 001-001

été 1974

22

hiver 2015 

Pour la première fois j’ai pris le téléphérique et les télésièges, j’étais ravie. Quelles sensations agréables sur le télésiège qui nous montait aux Fontanettes, seuls au milieu de nulle part, entourés d’un manteau blanc de tous les côtés, je me revois serrée contre lui et béat d’admiration : comme c’était beau !

 

26

 

Nos moyens ne nous permettant pas d’aller aux sports d’hiver, les années allaient passer sans que je revois la neige à la montagne. En 2003, ma petite belle fille Christelle travaillait au ministère des armées  et son comité d’entreprise possédait une maison de vacances pour les employés, cet hiver là, nous avons retenu avec elle et son compagnon une semaine à l’IGESA de Pralognan  la Vanoise.

6

Moi, je n’ai jamais fait de ski et je n’en ai jamais eu envie. Pendant que petit mari, sa fille et son gendre descendaient les pentes neigeuses ; je me promenais dans la station et aux alentours. Subitement, une idée m’est venue, je venais de vendre ma maison, j’habitais avec petit mari en Picardie dans sa maison, c’était le moment idéal pour acheter un petit appartement dans cette station, je la trouvais et je la trouve toujours très familiale, aucun grand immeuble ne la défigure, rien à voir avec les stations des alentours comme Courchevel, Méribel, les Arc etc… Son côté authentique me plaisait et me rappelait de bons souvenirs. Donc mes balades se sont agrémentées de visites d’appartements dans la station.

7

Mon rêve aurait été un petit chalet au bord d’un lac, sauf que mes finances n’étaient pas assez garnies pour un chalet , même si j’en avais vu un où tout était a refaire, celui-la aurait pu me convenir, mais nous habitions trop loin pour l’aménager par nous même et mon côté pratique à tout de suite vu que petit mari l’hiver aurait à déneiger les abords à chaque fois que nous arriverions et comme nous n’allions pas en rajeunissant, il fallait mieux s’orienter vers un appartement. Quant au lac, il n’y en à pas dans le village. Donc j’allais transformer mon rêve.

8

En face de l'entrée de notre résidence, en 2003, ce chalet était à l'abandon depuis des années, tout était à refaire, il coûtait moins cher que l'appartement. Maintenant, il a été refait entièrement il est superbe à l'intérieur il à déjà été revendu deux fois, plus cher que notre appartement.

13

Quand j’ai expliqué à l’agent immobilier ce que je voulais, tout de suite elle m’a dit j’ai ce qu’il vous faut, mais c’est une des rares constructions dans la station d’immeubles du genre architecture des années 1970, là encore ce n’était pas tout à fait ce que je voulais, je tenais quand même à mon aspect chalet. Avec des arguments convaincants comme : « vous savez, dans les résidences plus récentes beaucoup d’appartements ont des parties mansardées, certaines chambres ont des aspects cabine, exigus et sombres. De plus les appartements qui les entourent sont loués  toutes les vacances à des gens différents ».

9

En revanche là, où je vais vous emmener, tous les propriétaires sont ceux qui les ont acheté à la construction, ils ont vieilli et ne viennent plus beaucoup l’hiver, c’est un immeuble rarement loué, vous serez plus au calme. Et les pièces sont grandes et claires. Je me suis donc laissée emmener visiter cet appartement exceptionnel et bien entretenu que me proposait cette agence. A la montagne bien souvent, les appartements sont vendus meublés, ça c’est un avantage quand la première ville moyenne « Moutiers » se trouve à 25 km accessible par une belle route soit, mais une route de montagne. Et chose bizarre, il se trouve juste derrière l’hôtel « Le Parisien » où nous étions allés dans une autre de mes vies en 1974. Maintenant « le Parisien » est devenu le « Montana » d’hôtel il a été transformé en appart. Vacances.

10

J’ai eu le coup de foudre, oui l’architecture de l’immeuble n’est pas de mon goût, mais à l’intérieur rien à redire, de belles pièces spacieuses et claires, le seul bémol la cuisine un peu petite, mais l’ensemble meublé années 1950, avec des meubles de belle facture, mais pas à mon goût, ce n’est pas grave, nous réaménagerons à notre goût au fil des ans. Il se compose d’un beau séjour avec balcon, 2 belles chambres avec des lambris sur les murs, donnant sur un balcon, 1 salle de bain et 1 cuisine. Au sous-sol, une grande pièce avec 3 couchages très bien aménagée avec lits superposés, grands tiroirs sous les lits et des armoires encastrant les lits ; l’idéal pour notre tribu de passage.

20

 

43791354

 

les meubles à l'achat

21

maintenant

Quand tout mon petit monde est rentré du ski, je les ai emmené visiter l’appartement,  l’agence m’avait confié les clefs et tous les trois ont été conquis, le lendemain je signais le compromis et pour Pâques suivant, nous étions dans l’appartement, une nouvelle vie allait commencer pour nous. Petit mari venait d’être à la retraite, nous allions organiser notre vie en fonction de ce nouvel achat.

11

Pendant toute la période où nous étions encore en Picardie, nous venions passer 3 mois l’hiver et 2 mois l’été. Inutile de vous dire que nous en avons fait des balades, aussi bien l’hiver que l’été ; nous connaissons tout sur Pralognan, mais au bout de trois ans les 9 heures de route à chaque fois pour partir ou rentrer en Picardie ont commencé à nous peser et en  2007, nous avons décidé de tout quitter dans notre région de naissance pour nous rapprocher de notre paradis sur terre. Maintenant, nous ne sommes plus qu’à 2h ½ et même moins de chez nous.

12

10 ans après, nous sommes toujours autant admiratifs.

 Les trois premières années, nos voisins Laurent et Edwige étaient un jeune couple qui habitait là, toute l’année, lui travaillait dans une boutique de sport dans le village et faisait des études pour être guide de haute montagne, pendant ses congés il emmenait petit mari dans de grandes randonnées au milieu de nulle part, chaque semaine ils allaient dans des endroits où maintenant petit mari ne peut plus aller. Petit mari reste très nostalgique de cette époque. Annabelle a toujours beaucoup aimé la montagne (et peut être pour cause ?), quand Laurent et Edwige ont vendu leur petit appartement car leur famille s’agrandissait, c’est tout naturellement que mon Annabelle l’a acheté. Et je peux dire, que depuis elle et sa famille en profitent régulièrement à toutes les vacances d’hiver et même l’été. Théma est monté sur les skis dès ses 2 ans.

19

La période ou j’ai traîné ma jambe à cause de ma hanche, je sortais beaucoup moins. Cette année j’ai repris nos belles balades et je suis super heureuse de redécouvrir tous ces endroits magiques, je remarche normalement, peut être un peu plus doucement car ma grande peur, c’est de tomber sur du verglas, donc je fais très attention. La vie dans notre paradis blanc est tout à fait différente de celle dans notre grande maison.

15

 Donc voyez-vous pourquoi « Pralognan  la Vanoise est une grande histoire d’amour avec moi. En 10 ans la station s’est agrandie, mais toujours dans le respect de l’environnement et nous sommes très loin des grandes stations qui entourent ce charmant petit village.

22

 Il y a bien longtemps que Pralognan la Vanoise a publié les bans de son union avec dame nature. C’était au XIIème siècle. Depuis, Pralognan la Vanoise nourrit une relation fusionnelle avec celle que lui offre l’éternel bonheur. Chaque Pralognanais est porteur de traditions huit fois séculaires. Pour chacun la préservation du patrimoine légué est un devoir, la transmission sans transgression une obligation.[ ]Toutes les actions, et ce depuis  toujours sont initiées dans un seul but : préserver le patrimoine naturel et le partager avec ceux en mesure de vivre l’émotion, l’authentique émotion.

Source : la revue Pralognan la Vanoise hiver/été 2015 Grandeur et Nature

 

 

21

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , , ,