01 février 2019

Pralognan la Vanoise, une longue histoire !

La Picardie où j’ai vécu mes premières années se trouve assez loin  des montagnes. Dans les années 1955 ont eu lieu les premières « classes de neige »,  Mes amies ont été les premières à profiter de ces nouvelles mesures loin de chez elles. Moi, ayant intégré depuis deux ans un pensionnat privé de la région parisienne, je n’ai donc jamais eu cette opportunité.

0

Il me semble me souvenir, qu’elles sont parties trois semaines la première année. Ma meilleure amie Maud, m’a montré aux vacances suivantes quelques photos et m’a raconté ses premières vacances loin de chez elle et ses débuts sur les planches qui glissent appelées « des skis». La neige nous connaissions, car nous en avions chaque hiver à peu près partout en France à cette époque, c’était joli sur les arbres, alors, je supposais qu’en montagne cela devait être encore plus beau. Mais, jamais je n’y étais allée et je me disais :  j’irai quand je serai grande.

173

Quand j’ai eu 31 ans, un ami, qui est devenu ensuite mon mari a voulu me faire découvrir lors d’un week-end prolongé la montagne enneigée, Pas  pour faire du ski, seulement pour la beauté de la nature. Nous étions en 1974. L’été précédent il avait découvert avec sa mère et son frère « Pralognan la Vanoise »  ils étaient tombés amoureux de cet endroit encore très authentique et il était curieux de voir comment c’était l’hiver.

13

La première fois que je suis allée à la montagne l’été je devais avoir 18 ans et j’y suis allée avec le voyage des pompiers de Saint Just en Chaussée. La seconde fois trois semaines en vacances,  dans les Pyrénées à Saint Lary avec mes parents ; mais l’hiver jamais. Alors inutile de dire que cette escapade était la bienvenue. Bizarre la vie parfois, car pour cette première fois, nous avons logé dans un petit hôtel qui s’appelait : le Parisien et qui maintenant s’appelle : Le Montana et se trouve juste devant l’immeuble où je suis actuellement. Notre résidence devait être en construction.

21

Je me souviens l’émerveillement quand j’ai pris le télésiège et le téléphérique, je n’avais pas assez de mes yeux pour admirer tout ce qui m’entourait. Les années ont continué à s’écouler sans que j’y retourne. Les sports d’hiver c’est cher et avec 4 et 5 enfants ; nous ne pouvions pas nous le permettre d’autant plus, que je ne travaillais pas.

13

La première année où j’ai rencontré petit mari déjà 18 ans !  Mes premiers sports d’hiver à Val Cenis, cette année là, pas beaucoup de neige, mais assez pour Marc qui lui, habitué aux sports d’hiver aime la glisse, pour moi pas du tout l’envie d’apprendre, En revanche de belles promenades. L’année suivante, seconde rencontre avec Pralognan la Vanoise, pour les sports d’hiver habituels pour Monsieur, nous nous sommes retrouvés dans une maison de vacances de l’armée ;  ma belle fille étant secrétaire à cette  époque dans un Ministère parisien elle avait retenu  avec son comité d’entreprise, une semaine à l’IGESA. Pendant qu’ils étaient partis skier , moi je visitais des appartements.

30

 Venant de vendre ma maison, puisque je venais de me remarier, j’ai décidé d’acheter un appartement dans cette station prédestinée qui me plaisait énormément. J’aimais déjà l’ambiance de cette station familiale loin des grosses stations qui pour moi sont des usines à ski, la plupart des touristes qui y viennent ne visitent même pas les environs, Uniquement sur les skis du matin au soir. Je peux dire que d’une pierre, j’ai fait  deux bons  coups, j’ai fait d’abord une opération financière en transformant indirectement ma maison de famille où mes enfants avaient été  élevés en un bel appartement de famille où tous peuvent venir profiter des périodes de vacances aussi bien l’été que l’hiver. Et puis, pour petit mari tous les ans le sport d’hiver assuré. Pour moi, de belles balades et de jolies photos même si, souvent j’ai déjà photographié les paysages, mais ils ne sont jamais identiques et bientôt cela fera 20 ans ; jamais je ne m’en suis lassée ; même que ma troisième fille a acheté l’appartement mitoyen, car elle et sa famille  adorent Pralognan (et pour cause),  mon petit fils Théma à fait son premier grand voyage en sortant de la maternité pour Pralognan il avait que quelques jours.

166

 Alors, ainsi vont les années. Petit mari fait beaucoup moins de ski, l’âge étant,  mais nous ne nous lassons jamais des promenades   même si cette année elles sont un peu plus compliquées. Bon, il y a une excuse, il neige beaucoup en ce mois de janvier la neige est plus difficile à fouler ! Ceci dit, hier par exemple j’ai voulu faire une des promenades que j’aime particulièrement : le Hameau de Cholière et comme mon corps n'est pas du tout entretenu par le sport ; je n'en fais jamais, je suis rentrée fatiguée et très mal aux cuisses,   pour  la première fois j’ai eu d’énormes difficultés à rejoindre mon lit le soir ; faire une dizaine de mètres a été un supplice et croyez moi je n’exagère rien, je me suis faite peur mais ce matin tout allait bien, j’ai encore légèrement mal mais pas plus que les autres jours. Conclusion : Alerte pour les prochaines promenades, ne pas en faire autant sans préparation. On n’a plus 20 ans !!!  

170

 Chaque fin d'hiver, quand nous repartons  de Pralognan, quand nous nous retrouvons après le panneau du village face à "Crève-Tête" au loin et entourés de toutes ces montagnes  toutes blanches, à chaque fois au fond de moi je me dis :" A bientôt Pralognan, je ne serai jamais rassasiée de toute ta beauté".

190

 

J'aime les paysages escarpés, montagneux. Ce n'est pas par hasard que j'ai choisi le Bugey comme résidence principale, là aussi, je ne m'en lasse jamais. Et nous terminons l'hiver dans les dernières montagnes du Jura, c'est moins haut mais aussi joli. Certains aprés midi ensoleillés, il nous suffit de prendre la voiture et vingt minutes plus tard nous sommes sur le plateau du Retord. Alors pourquoi s'en priver.

121

 

4


05 juin 2018

La journée des jardins 2018

Un jour, il y a très longtemps, au début de ma vie de femme. Un ministre français, a inventé : La fête de la Musique, afin d'attirer l'attention sur toutes les musiques, qu'elles soient modernes, anciennes, folkloriques..... Le succès remporté la première année a été tel, que depuis 1982, chaque année le jour du solstice de printemps le 21 juin, partout en France et même maintenant à l'étranger, nous pouvons participer à ces fêtes populaires, souvent chaleureuses et joyeuses. Déjà, en 1980, la création de la journée du patrimoine, elle aussi avait rencontré beaucoup de succès, s'en sont suivis : la nuit des Musées et bien d'autres. Depuis 2003, nous avons celles des jardins intitulée : "Tous au Jardin". J'aime ces journées ou l'accent est mis sur le culturel. Ce week-end, le soleil étant de retour. Nous avons décidé  d'aller visiter deux jardins dans notre région.

4

 samedi, Le Parc Botanique de la Teyssonnière

207

dimanche, Les Fontaines Pétrifiantes dans l'Isère

 

Le Parc Botanique de la Teyssonnière, se trouve dans l'Ain, aux portes de Bourg en Bresse. dans un petit village, sur la commune de Buellas ; autour d'un château privé .

 

3

 

Privé : donc, pas de visite des intérieurs. En revanche, 15 hectares à parcourir pour admirer dans le calme et la fraîcheur, profiter des arbres magnifiques aux essences  diverses. Malheureusement, un peu tard pour les rhododendrons, un peu tôt pour les hortensias mais il restait quand même, la fin de la floraison des roses.

 

85

 

15

Ce jour là, c'était jour de fenaison ! Je comprends le jardinier, il fallait profiter des jours sans pluie et pour cela le mois de mai n'a pas été propice. Donc, c'est accompagnés du léger bruit de la faneuse et celle à faire les ballots de foin que nous avons parcouru le parc. Heureusement, n'étant pas allergique, l'odeur du foin coupé était plutôt agréable à nos narines.

 

65

 Je me souviens dans mon enfance, la mécanisation n'existait pas, tout était fait à la main et à la fourche, il n'y avait pas de bottes, on mettait le foin directement dans la carriole et parfois  s'échappait, vite fait, un petit serpent.  Il fallait la journée pour faire le travail. Le midi, les femmes apportaient le pique nique et le soir on voyait déambuler sur les routes les engins tirés par un cheval ou deux et les faucheurs assis au sommet directement sur le foin. Époque des dinosaures me diront certains ! Non, seulement le début des années 1950.

87

 

Dans ce parc, en 1999, la tempête a sévi, les propriétaires ont fait transformer les arbres mutilés en différentes statues, que l'on rencontre au détour des chemins.

73

 

il y a aussi, quelques statues en pierre patinée par le temps ce qui donnent un charme romantique à  cet endroit.


74

 Ce domaine, dont le château a été reconstruit après la Révolution a appartenu à la Famille de la Teyssonnière du  XIIIème siècle jusqu'à 1957. Inhabité depuis 1944, la nature ayant repris ses droits, le parc s'est vite transformé en jungle, digne du château de la belle aux bois dormants. En 1958, quand le docteur Auplat et sa famille l'achète, il s'évertue avec l'aide d'un jardinier à tout remettre en état et engage des travaux importants jusqu'à son décès en 1997. Ensuite, c'est son fils aîné qui reprend  le flambeau et avec l'aide d'un paysagiste et d'un jardinier, ils continuent à embellir l'ensemble, avec de nouvelles créations.

5

 Dimanche, tout autre direction. Depuis longtemps, j'avais envie de visiter le jardin des fontaines pétrifiantes dans le sud de l'Isère. Afin que vous sachiez ce qu'est une fontaine pétrifiante, je vous invite à regarder cette vidéo.

ICI

Surprenant, ce jardin au bord  de la rivière : l'Isère ; ce jour là, en crue.

136

139

168

Ce jardin pas comme les autres, se trouve dans un cadre unique en France enserré d'un côté par la rivière et de l'autre par les falaises d'où coulent des cascades plus ou moins grandes qui au fil du temps ont formé des gours, comme souvent nous rencontrons dans les grottes.

186

Autour de ces cascades, chaque année s'organise un décor fleuri aux pieds d'arbres majestueux, paysagiste et jardiniers oeuvrent pour que le jardin soit toujours différent aux yeux des visiteurs. Des compositions insolites se mêlent aux fleurs, à l'eau pour donner  un aspect original et vous invite à un tour du monde botanique où se côtoient : plantes exotiques, méditerranéennes, aquatiques et tropicales. 

232

233

235

Comme vous le savez depuis si longtemps que certains me suivent, je suis une poétique, une romantique ; je m'émerveille encore ! Je ne sais pas si je suis "un sage" Mais comme le dit André Gide, "Le sage est celui qui s'étonne de tout". Alors, si un jour vous passez dans la région allez-y vous serez émerveillé.

226

 

A bientôt..... Si vous avez aimé, laissez moi un petit commentaire sympa. 

 

 Mes sources : Les photos sont de moi. Je me suis aidée des flyers pour les textes.

09 février 2018

Le Plateau du Retord pour se promener.

Je vous parle souvent de Pralognan la Vanoise. Notre résidence secondaire. Achetée il y a 15 ans, quand nous habitions encore la Picardie. Une halte montagneuse très agréable l'hiver comme l'été. L'idée dans les années 2002, comme nous étions déjà à la retraite.  ; c'était le moyen de prendre des vacances à la montagne tout en étant chez nous. Les premières années nous y allions plusieurs mois par an et nous y passions l'hiver. Mais depuis que nous habitons l'Ain, nous y allons moins longtemps, hiver comme été. Car nous habitons une région de moyennes montagnes aux paysages superbes à toutes les saisons. Alors aujourd'hui, je vais vous parler et surtout vous montrer les jolies photos que j'ai faites ces jours derniers sur le Plateau du Retord. Rien que pour le plaisir des yeux.

0

A 25 minutes de la maison, en traversant le Valromey dans la dernière chaîne du Jura, nous avons une Merveille de la nature, dont peu de personnes  connaissent l'existence. Moi la première, avant de m'installer dans la région, je ne pensais pas trouver de si beaux endroits.

 

3

 

Se trouve donc un Plateau arboré de sapins, de plaines et de monts. L'hiver, le royaume du skieur de fond, l'été un paradis pour les randonneurs. Quant au printemps, des champs recouverts de jonquilles et alors, l'automne des couleurs exceptionnelles qui ravissent les photographes amateurs comme moi.

 

10

 

Passé le petit village de "Petit Abergement", l'hiver on y rencontre tout de suite la neige. Mais cette année, elle se découvre à partir de Rufieu encore plus bas. Là, où les jonquilles montrent leur nez en avril. Chaque dimanche d'hiver, la route est mouvementéé mais loin des longues queues de voitures des abords de Moutiers. Car là haut sur le Plateau du Retord, nous avons quelques modestes pistes de ski alpin, mais sympas quand même pour les inconditionnels de la glisse. En revanche des kilomètres de pistes de fond.

12

13

Le Plateau du Retord

L'altitude moyenne du plateau se situe à 1100 m en moyenne, dans la partie du Jura sud.

Au Nord Ouest Nantua, au Nord Est Bellegarde en Valserine et la frontière Suisse de l'autre côté. Au sud, le plateau dont une partie est appelée le Haut Valromey qui s'estompe à partir de Grand Abergement et Petit Abergement ainsi qu'Hotonnes (lieu pour faire du ski alpin) pour arriver dans le Valromey et   rejoindre Belley. A l'ouest c'est une succession de marches décroissantes (nord-sud) qui à partir de Brénod, amorce la descente sur la plaine de l'Ain.


16

 

17

 

 

 

En dépassant les Plans d'Hotonnes, l'endroit magique pour les enfants et les promeneurs, c'est "Cuvery". Les enfants s'en donnent à coeur joie, il suffit qu'ils apportent leur luge. Les promeneurs peuvent chausser les raquettes et n'ont que l'embarras du choix pour arpenter les kilomètres de pistes ouvertes à leur intention moyennant 4 euros par personne et pour la journée. Et ceux qui veulent se laisser traîner par des chiens de traineaux, pas de problème. Ils sont là, ils vous attendent. Il y a même une location de matériel pour ceux qui n'en ont pas. De Lyon, c'est la première station familiale à moins de 120 kilomètres. 

15

16

 

24

Et quant aux autres, comme nous, qui viennent pour se promener loin de la foule.  Jusqu'au coucher du soleil on peut admirer notre belle nature et respirer un air sec et pur, c'est le paradis sur terre, je vous assure, En semaine il y a pratiquement personne. Alors je vous invite admirez ces petits bonheurs que je partage avec vous.

16

20

21

22

28

29

32

Cette semaine, je suis ravie d'avoir fait de si jolies photos, il faut dire que l'on m'a offert un nouvel appareil encore plus performant que mon EOS 550.
 

40

43

46

Et en redescendant chez nous, au loin un coucher de soleil sur les Alpes. Regardez.

56

57

Alors à bientôt. Il faut savoir profiter du spectacle de la nature. C'est dans ce magnifique endroit qu'a été tourné le film : Le Renard et l'Enfant.

50

51

IMG_0001

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 septembre 2016

La roulotte à savon de Serrières en Chautagne en Savoie

Les vacances sont terminées, deux familles sont passées à la maison pendant le mois d'août. Fille numéro 1 de petit mari et sa famille, ensuite ma belle fille Valérie avec mon adorable petit fils "Théma". Fin juillet ma fille de coeur dont je vous parlerai la semaine prochaine est venue s'installer dans notre village avec compagnon et enfants. J'en suis ravie, elle a retrouvé du travail aussitôt dans l'aide à la personne et s'est mise au boulot 15 jours après son arrivée.  Le compagnon recherche mais en attendant garde les enfants. Pour nous, c'est une nouvelle vie et je découvre le sens de la famille, elle vient prendre le café, papoter quand elle peut, voici des relations qui s'istallent comme j'aurais tellement aimé avoir avec mes autres filles, qui malheureusement ont toujours été loin de chez moi. Sa fille vient quand elle veut et a fait ce matin sa rentrée scolaire à l'école du village. Revenons aux vacances, voici la première sortie que nous avons faite avec tous.

 

 

Mais avant, le 13 juillet 2016, nous sommes allés en repérage et pas déçus par la découverte.

 

La roulotte à savon de  Serrières en Chautagne en Savoie

14

 Début juillet, j'étais en mode  « préparation de sorties estivales » pour nos invités de l’été.

Habituellement, je commence plus tôt, mais cette année, le beau temps a tardé à arriver. Je suis toujours à l’affût d’une visite culturelle. En feuilletant notre journal gratuit : « Le Ballad’ain » qui à cette époque change de nom et devient : « Ballad’été », mon regard a été accroché par « La roulotte à savon ». Une visite qui peut se faire avec des petits et des grands. C’est une visite explicative privilégiée qui ne dure que du 6 juillet au 31 août et seulement le mercredi.

27

 Afin de ne pas être déçus, nous testons toujours nos ballades avant l’arrivée des uns et des autres. Nos premiers invités cette année, étaient les enfants et petits enfants de « petit mari ». Nathan et Julian,ont 5 et 11 ans, donc je pense que cela va pouvoir le faire. D’autant plus, que ce n’est pas très loin de la maison ; seulement 10 kilomètres et c’est gratuit. Pour y arriver, il faut emprunter de petites routes étroites et sinueuses. Notre GPS du joli prénom de « Gertrude » notre fidèle accompagnatrice de toutes nos virées, qui sans elle, nous ne pourrions découvrir les lieux au milieu de nul part, celui-ci se trouve,   dans un havre de paix agrémenté par le chant des oiseaux, bien loin du trafic routier.

33

35

Un paysage à couper le souffle. Nous surplombons la Chautagne (c’est un endroit baigné par les eaux du lac du Bourget et du Haut Rhône qui propose une grande diversité de paysages et de terroirs). Où se trouve la plus grande peupleraie domaniale d’Europe environ 740 hectares d’un seul tenant. Une forêt construite vers 1930, pour assainir les marais. En bordure de laquelle sillonne le Haut Rhône entre Seyssel et Lyon, en passant par le joli village médiéval de « Chanaz ».

30

Quand nous arrivons Danielle, commence à nous expliquer la saponisation à froid du savon ; afin de réaliser des savonnettes aux différents arômes que nous devons reconnaître. Rien que du bio, puisque toutes  ses herbes, son lait et ses plantes viennent de son jardin et de la ferme voisine. Quant aux méthodes de fabrication et au choix des autres parfums exotiques, comme la noix de Guinée elles sont soigneusement choisis. Ses produits sont de haute qualité, sains et naturels 100% biodégradables et n’entraînent aucune pollution.

45

 Elle est soucieuse du bien être corporel,  et parfume ses produits avec du tilleul, du romarin, des orties séchées, de la menthe, en un mot toutes les herbes qui l’entourent. Pendant ¾ d’heure, elle nous montre, nous enseigne, nous fait sentir, nous explique, tout en partageant sa passion. A la fin de la visite, elle nous accompagnera dans sa roulotte transformée en joli petit magasin, imprégné de milles odeurs où se mélangent : savon, crèmes, baume, shampoing etc…

46

 Je peux dire que nous avons passé un agréable moment qui sentait bon, c'est pourquoi, nous validerons la visite pour ceux qui passeront chez nous. un mercredi du mois d’août. En plus la savonnière est très sympathique. Alors, que demander de mieux ? Pour ceux qui habitent la région, vous pouvez la rencontrer dans les foires artisanales, les marchés et les fêtes régionales et en décembre sur les marchés de Noël ou alors, rendez-vous sur son site : La roulotte à savon, et pour ceux qui ne savent pas se passer de Facebook, elle y est.

39

 Je reviens vers vous, après 1 mois. Adeline-Clara qui depuis la naissance est recouverte d'eczéma et qui a des poussées suivant son stress, par exemple le déménagement nous l'a amené dans une situation critique elle pouvait à peine marcher et tenir quelque chose dans ses mains, Cela nous faisait du mal de la voir comme ça. Elle a essayé le savon au lait d'ânesse "Néfertiti" et miracle, elle se gratte beaucoup moins, peu remarcher normalement. Bon ce n'est pas disparu mais ça s'est beaucoup amélioré. Donc elle va continuer ce savon. Mon gendre aussi, dans une situation similaire mais moins handicapante a constaté de gros progrès.

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

08 janvier 2016

Le Jardin m'a dit à Rumilly - atelier floral.

Il y a 6 ans, j'ai fait la connaissance d'Olivier, il venait sur mon blog et y laissait des commentaires. Il m'a invité à une manifestation florale au-dessus d'Annecy, j'ai été emballée par ce qu'il faisait. Rien à voir avec les fleuristes que je connaissais.  

43

A différentes saisons, je vous ai déjà montré sa boutique. Chaque mois, il fait des ateliers floraux dans le sous-sol de sa boutique, il habite malgré tout à 40 kilomètres de chez moi, mais cette année j'ai eu envie d'aller à son atelier couronne de Noël.

2

c'était un vendredi après-midi, nous étions 6 dames et petit mari qui observait.

5

Il avait mis sur la table tout ce qu'il nous fallait pour créer, chacune suivant notre goût.

4

j'aime beaucoup ces ateliers de création. C'est dommage dans les villes proches qui m'entourent il n'y en a pas, ou alors je ne les connais pas. Au début que j'habitais ici, j'allais à un atelier peinture, mais pendant mon hibernation à Pralognan j'étais obligée d'arrêter et mes progrès avaient du retard, donc j'ai arrêté.

6

3

Pendant l'exercice, nous étions toutes studieuses, mais après 1h1/2, l'heure du thé est arrivé, accompagné d'un succulent gâteau alsacien. Notre maître n'est pas alsacien pourtant , il est de Ch'nord ;  ses origines sont irlandaises, c'est pour cela qu'il s'entend si bien avec petit mari. Il a travaillé à Amiens.

le thé chez Olivier

Un après-midi agréable et pleine de partage, voici le résultat.

le thé chez olivier 2

Olivier n'a pas encore eu le temps de décorer son magasin aux couleurs de Noël, j'essaierai d'y retourner avant de partir. A chaque saison j'aime photographier ce bel endroit pour le partager avec vous. En attendant, voici celui du jour où j'y suis allée.

olivier atelier couronne1

 

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , ,