29 janvier 2015

Pralognan la Vanoise et moi : une grande histoire d'Amour

 

 Enfant, je rêvais des montagnes. Il a fallu que j’atteigne mes 18 ans pour m’inscrire à une virée de trois jours dans les Alpes. A l’époque, j’étais en vacances chez mes grands parents et l’association des pompiers organisait 3 jours  du côté du plateau d’Assy. J’avais un ami dont le père était pompier qui m’a invitée à faire partie du voyage. Ce fut ma première découverte printanière des montagnes.

 

0

L’été suivant avec mes parents, nous sommes allés en vacances dans les Pyrénées, à Saint Lary. C’est là, que j’ai vraiment découvert la vie à la montagne et mes premières randonnées. Habituée à la région parisienne et aux vacances en Picardie, le paysage changeait. Tout de suite, je suis tombée amoureuse  des montagnes.

 

25 b

 

Pralognan la Vanoise 750 habitants à l'année.

Depuis les années 1960, je rêvais de retourner, voir les montagnes sous la neige. Cette opportunité s’est présentée l’hiver 1974. Le papa d’Annabelle et d’Emilie venaient de passer l’été avec sa mère, son frère et sa tante dans un joli petit village pas encore très connu au fin fond de la Tarentaise : Pralognan la Vanoise. Il avait trouvé le parc de la Vanoise magnifique l’été, il a été le premier parc national créé en France en 1963 . Il avait envie de découvrir ce village l’hiver et nous avons décidé d’y partir un week-end. C’était en Mars et Annabelle venait au monde le 1er décembre.

Pralognan 1972 001-001

été 1974

22

hiver 2015 

Pour la première fois j’ai pris le téléphérique et les télésièges, j’étais ravie. Quelles sensations agréables sur le télésiège qui nous montait aux Fontanettes, seuls au milieu de nulle part, entourés d’un manteau blanc de tous les côtés, je me revois serrée contre lui et béat d’admiration : comme c’était beau !

 

26

 

Nos moyens ne nous permettant pas d’aller aux sports d’hiver, les années allaient passer sans que je revois la neige à la montagne. En 2003, ma petite belle fille Christelle travaillait au ministère des armées  et son comité d’entreprise possédait une maison de vacances pour les employés, cet hiver là, nous avons retenu avec elle et son compagnon une semaine à l’IGESA de Pralognan  la Vanoise.

6

Moi, je n’ai jamais fait de ski et je n’en ai jamais eu envie. Pendant que petit mari, sa fille et son gendre descendaient les pentes neigeuses ; je me promenais dans la station et aux alentours. Subitement, une idée m’est venue, je venais de vendre ma maison, j’habitais avec petit mari en Picardie dans sa maison, c’était le moment idéal pour acheter un petit appartement dans cette station, je la trouvais et je la trouve toujours très familiale, aucun grand immeuble ne la défigure, rien à voir avec les stations des alentours comme Courchevel, Méribel, les Arc etc… Son côté authentique me plaisait et me rappelait de bons souvenirs. Donc mes balades se sont agrémentées de visites d’appartements dans la station.

7

Mon rêve aurait été un petit chalet au bord d’un lac, sauf que mes finances n’étaient pas assez garnies pour un chalet , même si j’en avais vu un où tout était a refaire, celui-la aurait pu me convenir, mais nous habitions trop loin pour l’aménager par nous même et mon côté pratique à tout de suite vu que petit mari l’hiver aurait à déneiger les abords à chaque fois que nous arriverions et comme nous n’allions pas en rajeunissant, il fallait mieux s’orienter vers un appartement. Quant au lac, il n’y en à pas dans le village. Donc j’allais transformer mon rêve.

8

En face de l'entrée de notre résidence, en 2003, ce chalet était à l'abandon depuis des années, tout était à refaire, il coûtait moins cher que l'appartement. Maintenant, il a été refait entièrement il est superbe à l'intérieur il à déjà été revendu deux fois, plus cher que notre appartement.

13

Quand j’ai expliqué à l’agent immobilier ce que je voulais, tout de suite elle m’a dit j’ai ce qu’il vous faut, mais c’est une des rares constructions dans la station d’immeubles du genre architecture des années 1970, là encore ce n’était pas tout à fait ce que je voulais, je tenais quand même à mon aspect chalet. Avec des arguments convaincants comme : « vous savez, dans les résidences plus récentes beaucoup d’appartements ont des parties mansardées, certaines chambres ont des aspects cabine, exigus et sombres. De plus les appartements qui les entourent sont loués  toutes les vacances à des gens différents ».

9

En revanche là, où je vais vous emmener, tous les propriétaires sont ceux qui les ont acheté à la construction, ils ont vieilli et ne viennent plus beaucoup l’hiver, c’est un immeuble rarement loué, vous serez plus au calme. Et les pièces sont grandes et claires. Je me suis donc laissée emmener visiter cet appartement exceptionnel et bien entretenu que me proposait cette agence. A la montagne bien souvent, les appartements sont vendus meublés, ça c’est un avantage quand la première ville moyenne « Moutiers » se trouve à 25 km accessible par une belle route soit, mais une route de montagne. Et chose bizarre, il se trouve juste derrière l’hôtel « Le Parisien » où nous étions allés dans une autre de mes vies en 1974. Maintenant « le Parisien » est devenu le « Montana » d’hôtel il a été transformé en appart. Vacances.

10

J’ai eu le coup de foudre, oui l’architecture de l’immeuble n’est pas de mon goût, mais à l’intérieur rien à redire, de belles pièces spacieuses et claires, le seul bémol la cuisine un peu petite, mais l’ensemble meublé années 1950, avec des meubles de belle facture, mais pas à mon goût, ce n’est pas grave, nous réaménagerons à notre goût au fil des ans. Il se compose d’un beau séjour avec balcon, 2 belles chambres avec des lambris sur les murs, donnant sur un balcon, 1 salle de bain et 1 cuisine. Au sous-sol, une grande pièce avec 3 couchages très bien aménagée avec lits superposés, grands tiroirs sous les lits et des armoires encastrant les lits ; l’idéal pour notre tribu de passage.

20

 

43791354

 

les meubles à l'achat

21

maintenant

Quand tout mon petit monde est rentré du ski, je les ai emmené visiter l’appartement,  l’agence m’avait confié les clefs et tous les trois ont été conquis, le lendemain je signais le compromis et pour Pâques suivant, nous étions dans l’appartement, une nouvelle vie allait commencer pour nous. Petit mari venait d’être à la retraite, nous allions organiser notre vie en fonction de ce nouvel achat.

11

Pendant toute la période où nous étions encore en Picardie, nous venions passer 3 mois l’hiver et 2 mois l’été. Inutile de vous dire que nous en avons fait des balades, aussi bien l’hiver que l’été ; nous connaissons tout sur Pralognan, mais au bout de trois ans les 9 heures de route à chaque fois pour partir ou rentrer en Picardie ont commencé à nous peser et en  2007, nous avons décidé de tout quitter dans notre région de naissance pour nous rapprocher de notre paradis sur terre. Maintenant, nous ne sommes plus qu’à 2h ½ et même moins de chez nous.

12

10 ans après, nous sommes toujours autant admiratifs.

 Les trois premières années, nos voisins Laurent et Edwige étaient un jeune couple qui habitait là, toute l’année, lui travaillait dans une boutique de sport dans le village et faisait des études pour être guide de haute montagne, pendant ses congés il emmenait petit mari dans de grandes randonnées au milieu de nulle part, chaque semaine ils allaient dans des endroits où maintenant petit mari ne peut plus aller. Petit mari reste très nostalgique de cette époque. Annabelle a toujours beaucoup aimé la montagne (et peut être pour cause ?), quand Laurent et Edwige ont vendu leur petit appartement car leur famille s’agrandissait, c’est tout naturellement que mon Annabelle l’a acheté. Et je peux dire, que depuis elle et sa famille en profitent régulièrement à toutes les vacances d’hiver et même l’été. Théma est monté sur les skis dès ses 2 ans.

19

La période ou j’ai traîné ma jambe à cause de ma hanche, je sortais beaucoup moins. Cette année j’ai repris nos belles balades et je suis super heureuse de redécouvrir tous ces endroits magiques, je remarche normalement, peut être un peu plus doucement car ma grande peur, c’est de tomber sur du verglas, donc je fais très attention. La vie dans notre paradis blanc est tout à fait différente de celle dans notre grande maison.

15

 Donc voyez-vous pourquoi « Pralognan  la Vanoise est une grande histoire d’amour avec moi. En 10 ans la station s’est agrandie, mais toujours dans le respect de l’environnement et nous sommes très loin des grandes stations qui entourent ce charmant petit village.

22

 Il y a bien longtemps que Pralognan la Vanoise a publié les bans de son union avec dame nature. C’était au XIIème siècle. Depuis, Pralognan la Vanoise nourrit une relation fusionnelle avec celle que lui offre l’éternel bonheur. Chaque Pralognanais est porteur de traditions huit fois séculaires. Pour chacun la préservation du patrimoine légué est un devoir, la transmission sans transgression une obligation.[ ]Toutes les actions, et ce depuis  toujours sont initiées dans un seul but : préserver le patrimoine naturel et le partager avec ceux en mesure de vivre l’émotion, l’authentique émotion.

Source : la revue Pralognan la Vanoise hiver/été 2015 Grandeur et Nature

 

 

21

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , , ,