14 mars 2019

L’hiver est terminé : Vive le printemps !

 

Ce que j’aime l’hiver, ce sont les paysages de neige, la nature habillée de blanc. Et pour couronner le tout, le soleil qui la sublime.

74

 Mais quand le mois de mars arrive, j’ai hâte que la nature se réveille, que les crocus et les primevères, envahissent ma pelouse  maltraitée par les branches du cerisier tombées, et les feuilles apportées par le vent. Cette année, je pense particulièrement à MAB qui n’est plus là pour aller réveiller la terre avec ses bistouris. Les arbres dans la nature sont encore tout nus et tristes. Mais les fruitiers dans nos jardins, commencent à fleurir : espoir de fruits gourmands.

107

 Moi, aussi je me réveille et je suis ravie quand le soleil pointe son nez, cela me donne des envies de chambardement. Comme nous ne pouvons pas toujours changer nos meubles de place et refaire les peintures, je me venge  sur l’apparence visuelle de mon intérieur.

 

108

 

C’est le moment de changer de place certains meubles  qui me sont faciles ou, avec l'aide de petit mari. De déplacer les bibelots en remettre d’autres, refaire de nouvelles housses de coussins, mettre de nouvelles bougies. En un mot, donner un nouveau look dans la maison et faire rentrer le printemps. Je vous assure, il ne faut pas grand chose parfois pour remonter le moral et avoir l’impression d’être ailleurs.

109

110

 Comme je l’ai toujours dit, il faut aimer sa maison et se créer de beaux environnements pour vivre en harmonie avec soi même.

Et vous, pourriez-vous vivre dans une maison continuellement en désordre ? Moi, je ne le pourrai pas. J’aime trop la beauté toutes les beautés. Par exemple, je n’aime pas aller coucher chez quelqu’un  que je sais bordélique, ou rester plusieurs jours dans une maison sans âme. Je respecte les goûts de chacun, mais je ne supporte pas la négligence dans une maison, ni la négligence sur soi.

105

C’est un trait de caractère que je dois très certainement à maman, je ne l’ai jamais vu négligée ; son appartement était petit, toujours bien rangé, elle ne partait jamais travailler sans faire son lit  et disait toujours ; il faut pouvoir penser à sa maison quand nous n’y sommes pas, comme à une belle personne qui nous donne l’envie de rentrer pour nous y réfugier le soir après une journée de travail. Sa cousine Sylvia, avec laquelle elle était très proche était comme elle. Elle n’était pas très riche mais faisait de ses petits appartements des bijoux et savait juponner de simples caisses en bois et tables avec une cretonne assortie à ses doubles rideaux et à son dessus de lit. Et chaque semaine, elles achetaient un bouquet de fleurs de saison pour agrémenter leurs nids. Je me souviens, toutes les deux étaient coquettes et  élégantes depuis leur enfance, c’est certainement ces exemples qui ont guidé  mon goût des jolies choses et des beaux intérieurs.

111

Je dirai donc que ceci, explique cela.

Posté par manouedith à 16:42 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,


18 janvier 2019

Prendre ses quartiers d'hiver

 

 

Départ vers 15 heures. C’est tout une organisation quand nous quittons la maison, l’hiver. le rituel est toujours le même, quand nous partons  pour un certain temps. Il faut laisser la maison impeccable, les lessives doivent être terminées, les lits changés. Maman disait : ne jamais partir plusieurs jours de chez soi, sans que tout soit net, changer et laver ses draps et refaire les lits, très important, on ne sait jamais… en cas d’accident, on peut avoir à intervenir chez toi.

Renée 2

 Donc, très imprégnée de ces sages conseils, je ne pars jamais sans faire ce que maman disait. Alors cette année, double travail. Puisqu’il fallait tout ranger des festivités de Noël et des divers passages des uns et des autres, remettre les chambres en état pour les prochains. Arroser les plantes et donner les consignes à ceux qui sont chargés de passer de temps en temps. Baisser le chauffage, vérifier que petit mari n’oublie rien des tâches qui lui sont imputées, car nous, nous partageons tout et c’est une fois que tout est terminé, que nous pouvons partir. J’aime en mon absence pouvoir penser à ma maison rangée et belle. J’ai toujours été comme ça avant chaque départ.

 

26

Cette année, nous partons un mois et nous reviendrons fermer après le départ des vacanciers avec lesquels nous partageons ou nous échangeons l’appartement. Très certainement, après la mi-mars. Un mois de va et vient ou à chaque fois je préparerai l’arrivée des uns et des autres.

48 C

C’est vers 17 h que nous sommes arrivés. Très peu de neige cette année, la météo annonce des chutes pour les prochains jours. Igor renifle partout ses odeurs, reprend ses marques, repère très vite sa gamelle et se souvient de  l’endroit où nous rangeons ses croquettes, retrouve son bac de propreté, alors qu’à la maison il préfère aller faire ses besoins dehors. Pauvre petit chat obligé de rester enfermé dans l’appartement pendant un mois ; il n’a le droit de se rafraîchir  sur les balcons qu’une ou deux fois par jour, il rentre bien vite car ici il fait beaucoup plus froid. Quant à Myrtille, elle est tout de suite chez elle, renifle très peu ; descend trois fois par jour avec son maître, se promène maintenant sans laisse et ne se sauve plus, petit tour de l’immeuble et elle remonte vite. Ici, c’est très calme, elle n’aboie absolument pas même si quelqu’un monte l’escalier,  nous habitons au 1er étage, il n’y en a que deux. : Mais en plus un sous-sol, elle aime y descendre avec nous quand nous allons à la chambre des jeunes en bas.

1

4

 Ici, nous avons tout en double, donc nous ne venons qu’avec une seule valise pour nous deux, un sac avec quelques compléments pour vivre , le chat, le chien, et les orchidées en fleurs ; très important, elles doivent être aussi bien soignées qu’à la maison. Première occupation remplir le réfrigérateur avec ce que nous avons ramené de celui d’en bas. Dîner et télévision, il ne faut pas oublier les feuilletons du soir….

 

6

 le lendemain

Après une bonne nuit de repos, nous nous levons à la même heure qu’à la maison. Pendant la promenade de Myrtille, c’est toujours Marc qui s’en charge ; je remets la cuisine en ordre, ici, pas de lave vaisselle, une toute petite cuisine où petit mari s’étale et en met partout. J’ai horreur que tout traîne. Il fait moins 8 et il neige très finement, il faudra le double de temps pour marquer au sol. Plus la matinée avance, plus la neige s’épaissit. Il y aura quelques accalmies mais le brouillard persistera plus ou moins toute la journée.

1 Pralognan 8 janvier 2019

Après le petit déjeuner et les toilettes, à chacun sa besogne. Petit mari ira faire quelques courses pour plusieurs jours dans la station. Cette année, nous avons décidé de tout faire à Pralognan. Avant, une fois par semaine, nous descendions à Moûtiers pour faire les courses pour la semaine ; sauf que Moûtiers est à 27 kilomètres, donc aller et retour c’est beaucoup ; maintenant que nous sommes en période de restriction, nous faisons attention. Quant à moi, je range le contenu de la valise, du sac et je m’attaque à défaire le sapin de Noël et toutes les décorations que j’avais mises pour les amis qui ont passé Noël et Jour de l’An ici. Je peux dire, que cela m’a occupée toute la matinée. Pas un bruit dans l’immeuble, sur 10 logements 4, sont occupés que par des gens calmes.  Dehors, c’est pareil, la neige fine tombe toujours, c’est vraiment le calme, je peux dire que cela fait un bien fou. Mais n’ayant pas l’habitude de ne rien entendre, même pas d'aboiements de Myrtille, qui ici est sage comme une image, j’éprouve le besoin de mettre un disque de piano pour rompre le silence. Une matinée bien occupée. Un après-midi chacun de notre côté à nous détendre, coupé à 17h par le rituel du Thé ou boisson chaude. Marc a décidé que nous devions terminer tous les breuvages qu’il y a dans les placards de la cuisine. Chaque année, chacun achète une spécialité, laisse ce qu’il reste ; ainsi nous nous trouvons à la tête de tout un tas de thés et de boissons chaudes de toutes sortes.

31

Une soirée autour de la télévision ou dans un bon livre occupera la fin de cette première journée. Demain si le temps le permet nous sortirons pour notre première balade. Où nous occuperons notre temps à autre chose. Toutes mes cartes de vœux ont été envoyées, j’attends maintenant les réponses. Ce matin une longue lettre d’un ami avec une belle photo m’a fait un grand plaisir. Comme au temps de ma grand-mère, j’adore ce moment des vœux ou ceux de l’ancienne  génération prennent le temps d’écrire des cartes manuscrites avec différentes nouvelles que bien souvent nous recevons qu’à ce moment de l’année.

104

En deux mots : Félix ancien professeur de musique de mes filles, me raconte sa vie de solitaire, seul dans son studio depuis plus de 30 ans, qui, à 74 ans donne encore des cours de piano et de synthé pour rompre sa solitude ; n’ayant plus aucune famille il s’accroche à ses élèves pour avoir encore un contact social. Ce qui le rend heureux et lui donne beaucoup de plaisir à chacun de leurs progrès. Il  y a 30 ans, j’ai été son soutien amical et moral pour l’épreuve de sa vie : sa greffe de cœur. Un des premiers opérés par le Professeur Chabrol qui n’en revient pas d’avoir eu le droit à ce sursis de ce nombre d’années malgré les nombreuses contraintes et inconvénients que lui donnent les médicaments contre le rejet.  Apprendre à vivre avec un nouveau cœur, sans jamais savoir qui est le donneur, apprendre également à accepter les inconvénients qui abîment malgré tout son organisme.

 Résultat de recherche d'images pour "professeur de musique"

Se donner encore le plaisir d’écrire, d’échanger cartes et courriers à cette époque de l’année, restent un bonheur que ne remplace  pas les courriels ou les testos de notre monde moderne. Savoir prendre le temps de s’écrire cela devient tellement obsolète, alors moi je savoure ces instants irremplaçables.

Résultat de recherche d'images pour "ecrire" 

 Une semaine 1/2 après, bilan : 2 belles promenades, ou nous nous sommes aperçus que marcher dans la neige devient plus compliqué. Un petit virus attrapé genre rhume d'une journée. qui m'a fatiguée. Quelques changements dans l'appart. il faut toujours que ça bouge, une matinée ski pour petit mari ou il a pu vérifier ses nouvelles capacités d'endurance à l'aube de sa septième dizaine, encore quelques jours : et bienvenue au club des septuagénaires, un après-midi obligée à Moûtiers. Lecture, généalogie les jours de neige, car elle est revenue et en abondance.

23

28

16

57 a

 

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 février 2015

Pralognan la Vanoise - Cholière, Le Pachu, Les Fontanettes, les Barmettes l'hiver.

 

02

Aujourd'hui, je vais vous emmener autour de Pralognan, dans nos balades en raquettes. Comme je vous l'ai déjà dit Pralgnan la Vanoise est une station familiale, sans grands immeubles comme dans beaucoup d'autres stations voisines. Seulement trois restaurants d'altitude.

000

Au centre du village, on prend le téléphérique qui en 5 minutes, nous emmène au Bochor à 2025 m, de nombreuses pistes partent dans tous les sens et peuvent vous monter à 2400 m. Mais les personnes qui ne pratiquent pas le ski, peuvent sans fatigue prendre le téléphérique et aller se reposer au Pachu, il suffit de prendre une consommation et elles peuvent rester 2 heures à se dorer au soleil. Le Pachu est aussi un restaurant  populaire genre cantine sans aucun charme, mais tellement pratique pour les skieurs et les randonneurs.

00

Sur le front de neige au centre du village, on peut embarquer sur des télésièges et grimper en plein air jusqu'à 1650 m pour aller déjeuner aux Fontanettes, c'est un restaurant beaucoup plus sympathique chaleureux aux allures montagnardes, il est super ce restaurant pour tous les skieurs qui n'aiment pas le style cantine et qui veulent se reposer avant de reprendre leur après-midi de glisse. En revanche pour ceux et celles qui comme moi, veulent plus de tranquillité, de soleil et d'espace, on reprend aux Fontanettes un autre télésiège qui vous grimpe à 2010 aux Barmettes.

0

On peut admirer des bouquetins, des chamois et des chevreuils. A Pralognan, il y a 24 pistes et 1 snowpark. Parmi toutes ces pistes, il y en a pour tous les goûts. 4 noires, 7 rouges, 4 bleues, 8 vertes.

 

0000000

 A chaque saison, nous montons au moins une fois déjeuner aux Barmettes, il y a deux services chaque jour 12h et 13h, je conseille à tous de prendre le premier service, il n'y a pas beaucoup de monde. Vous y êtes beaucoup plus chouchoutés. Au deuxième service les skieurs qui s'arrêtent prennent pour la plupart, des menus simples à base de frites et à l'intérieur l'odeur n'est pas agréable, malgré une salle de restaurant très montagne. Si le temps le permet, on peut également déjeuner sur la terrasse face aux montagnes, le plus beau des spectacles à mes yeux. Pour moi, c'est vraiment le plus bel endroit que je connaisse dans la région.

03

Après un moment de contemplation et de bonheur, si vous avez emmené vos raquettes, vous pouvez vous balader agréablement ou si tout simplement vous êtes là, pour une semaine et que vous êtes de ceux qui avalent les descentes sans en perdre une minute, vous reprenez vos skis et vous redescendez et remontez inlassablement jusque 17 heures à cette époque. Je sais que moi, même plus jeune ce n'est pas l'option que j'aurais prise, il y a tellement d'autres possibilités pour profiter du paradis sur terre. La plupart des vacanciers d'hiver, ne profitent pas de Pralognan comme ils le pourraient.

000000

Quand nous y sommes allés cette semaine, en redescendant, nous avons repris le télésiège jusqu'aux Fontanettes et ensuite, pour regagner la station, nous avons emprunté un chemin très enneigé qui traverse les bois, tout en longeant les pistes ; il y avait longtemps que je n'avais pas fait cette balade. Malgré tout il faut avouer qu'il y a eu des descentes un peu périlleuses, ou il a fallu faire très attention pour ne pas tomber ; mais j'ai un gentil petit mari qui devant moi avec son talon me fait des petites marches pour que je puisse y mettre mes pieds, j'avoue c'est beaucoup plus facile. 

0000

une des premières grandes balades que nous faisons dès notre arrivée c'est celle qui nous emmène dans un joli petit hameau "Cholière" la balade est faite pour nous habituer à la montagne, elle est très facile sans dénivelé trop important. Mais au bout du chemin, qu'elle belle vue, on arrive sur un grand espace qui au printemps est recouvert de  fleurs ; à toutes les saisons cet endroit est superbe, nous y trouvons quelques chalets d'alpages sans eau ni électricité qui ont été restaurés par les descendants de ceux qui les ont possédés dès le début, c'est impossible d'acheter si un de vos ancêtres n'a pas habité dedans il y a très longtemps. Presque tous ont été restaurés suivant certaines contraintes.

 

01

 

Après le dernier chalet de Pralognan "la tzarine" face au plateau, on emprunte un chemin qui longe un torrent, on traverse un petit bois et on grimpe un peu pour arriver devant cette étendue de bonheur. 

18

19

 même si le soleil se cache, c'est beau.

00000

Pendant ce temps là, nos petits compagnons se dorent la pilule sur le balcon.

11 a

Alors voyez-vous, un thé et un bon livre, la vie est belle.

Au printemps et l'été, toutes ces balades sans la neige emmènent encore plus loin les amoureux de la nature.

pralgonan l'été mosaique

et vous,  Aimez-vous la montagne ? 

 

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 23:40 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , ,