28 octobre 2017

Automne 2017

 

Cette année, nous pourrons dire que nous avons eu un splendide été indien. Après, un mois de septembre médiocre et froid. Octobre nous a comblé de couleurs. De tous les automnes que j'ai passés ; je pense que ceux en moyenne montagne sont les plus beaux. Comme nous sommes entourés de montagnes aux sommets ne dépassant pas 1500 mètres, la végétation est à tous les étages et nous la voyons de partout, il suffit de grimper un tout petit peu pour voir les couleurs changer. Dès les premiers jours d'octobre, tous les arbres qui nous entourent changent chaque jour de couleur, pour former des palettes incroyables de beauté.

8

15

Plus nous avançons dans le mois, plus c'est joli.

1

La route qui monte au Grand Colombier est belle, les feuilles ne font pas encore au sol des tapis mordorés. La lumière de la fin d'après-midi est exceptionnelle. De nouveaux fruits remplissent nos marchés.

00

Nous avons de multitudes de petits lacs sur toutes nos routes, regardez celui d'Ambléon. Personne à cette époque, pourtant si vous venez l'été la chanson n'est pas la même.

3

8

10

Et nos vignes à flan de colline ne sont elles pas jolies ?

9

Je ne vous parle même pas des pêcheurs le dimanche matin dans la brume sur le lac de Virieu le Grand

4

5

14

5

6

9

11

Certaines photos peuvent vous paraître les mêmes, mais non l'espace d'un instant la lumière change, l'angle est différent et la photo n'est plus la même.

Et certains ciels le matin au lever du soleil !

0

Dans les plaines, nous avons des réserves naturelles où le soir nous entendons le brame des cerfs. Comme dans celle-ci : les marais de Lavours. 2 heures de promenade sur un chemin sur pilotis aménagé à cet effet.

0

01

3 a

7

22a

Sans compter les marchés aux plantes installés dans des endroits buccoliques.

7

8

12

14

15

Alors "oui" je confirme, le mois d'octobre 2017 aura été une belle cuvée.

23

34 a

A bientôt. Vos commentaires en ce moment ne sont pas nombreux, mais le nombre de visites journalières explosent,  entre 500 et 800 ce mois-ci. Merci chers inconnus. Pour moi, c'est un plaisir de partager avec vous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


23 octobre 2017

Un métier en désuétude : Le Plumassier

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un métier très ancien : Plumassier ». Pourquoi ? parce que je viens de découvrir que sur le peu qu’il en reste, un de mes petits cousins « Yannick » fleuriste d’Art pendant 25 ans, vient d’ajouter cette corde à son arc et que depuis les années 2000 il transforme la plume en l’ajustant sur des robes de Haute Couture. Vous pourrez voir une de ses réalisations le soir des Miss France. Sa robe habillera la candidate du Languedoc Roussillon. J’en suis très fière.

 plumassier 6

http://www.soiephemere.com/qui-sommes-nous/ 

Résultat de recherche d'images pour "yannick delplace"

Pour moi c’est un métier d’Art et d’Elégance. Avant d’aller plus loin, écartons l’idée reçue que l’on arrache les plumes des oiseaux. Terminé ce procédé ou l’abus à une époque a décimé beaucoup d’espèces.

 plumassier 2

 

Du plus loin que l’on se souvienne et surtout en regardant les films historiques les élégants et les élégantes se sont toujours parés de plumes. La plumasserie est aussi ancienne que les sociétés humaines. Les ethnies amérindiennes avaient pour habitude de s’en parer lors des rituelles ou des fêtes. L’art plumaire était un art sacré. Déjà au Moyen âge on représente les Seigneurs ou les religieux coiffés de chapeau à plumes de paon. Au XVème siècle les chapeliers qui travaillent la plume ont pris le nom de « plumassier ». A l’époque, ils suivaient une formation de 6 ans, suivis de 4 années de compagnonnage. Au terme de leur formation ils avaient le droit d’orner toutes sortes de couvre chefs, ils pouvaient également peindre toutes les espèces de plumes aussi bien de l’autruche au vautour en passant par les oiseaux ménagers comme les coqs et les oies.

 plumassier 3

 

 Les corporations les plus importantes avaient  un Saint Patron. Celui des plumassiers était Saint Georges qu’ils avaient pour habitude de célébrer le 23 avril à l’église Saint Denis de Chartre, cette église est disparue, elle se trouvait à Paris dans l’île de la Cité.

Résultat de recherche d'images pour "saint georges" 

 A la Renaissance, notre célèbre Henri IV, mit à l’honneur son panache blanc. Je vais vous raconter comment ces plumes sont devenues si célèbres.

En septembre 1589, à Arques près de Dieppe en Normandie, notre béarnais était coiffé d’un casque orné de plumes d’oie, agrémenté d’une améthyste entourée de perles. D’après les écrits, il aurait harangué ses troupes avant la bataille en leur disant :

Mes compagnons Dieu est pour nous ! Voici ses ennemis et les nôtres ; voici votre Roi. Si vous perdez vos enseignes, cornettes etc.. ne perdez point de vue mon panache, vous le trouverez toujours au chemin de l’honneur et de la victoire.

(sources Alban Dignat)

 

henri IV

 Souvent on représente Henri IV sur son cheval blanc coiffé d’un superbe chapeau, garni de plumes blanches.

plumassier 10

 

Depuis cette époque jusqu’au milieu du XXème siècle, beaucoup de couvre chefs étaient décorés de différentes plumes. C’est à partir de XIXème siècle que de nouvelles variétés de plumes apparaissent. On les séparera en deux catégories : la plume d’autruche et la plume de fantaisie. Les plumes d’autruche arrivaient toutes d’Alger, mais il y avait des élevages à Tunis, Alexandrie, Madagascar ; tous les arrivages étaient regroupés en Toscane à Livourne, de cet endroit d’Italie elles étaient dispatchées dans toute l’Europe.

 

plumassier 4

Tout étant une question de mode, que ce soit avant, comme maintenant. On trouvait des plumes sur les chapeaux des jolies dames, mais aussi sur les ornements militaires, sur les ecclésiastiques  et même sur certains meubles en Dais ou impériales de lit. Les années ont passé les modes ont changé ; les sociétés de protection d’animaux virent le jour et mirent un frein à la chasse intensive de certains oiseaux qui provoquait le déclin de certaines espèces. Des règlements s’installèrent. Vers 1960, le chapeau est tombé en désuétude en entraînant la disparition des maisons de plumassiers. Par exemple en France dans les années 1960 on en trouvait encore 300, soixante ans plus tard elles n’étaient plus que 50. Et depuis, elles ne cessent de chuter. Malgré tout les plumes ont toujours la côte et sont recherchées par les grands couturiers, mais aussi pour les costumiers de l’opéra, les créateurs de revues des cabarets parisiens ou provinciaux comme le Lido, les Folies Bergères et le Moulin Rouge.

Résultat de recherche d'images pour "costume cabaret" 

 Parmi les plus célèbres artisans plumassiers La Maison Lemarié depuis 1880,  a été rachetée par Chanel en 1966, pour en préserver le savoir faire et promouvoir la haute couture française. Il y a également la Maison Février qui depuis 1929, réalise essentiellement les costumes des cabarets. Dans l’Oise à Béthisy Saint Pierre, la Maison Marty est spécialisée pour la Haute Couture, le prêt-à-porter, l’évènementiel, le cinéma et le théâtre. Toutes les plumes d’oiseaux d’élevage naturelles ou teintes : autruche, dinde,coq, faisan, oie, paon…… Elle vend également les plumes au poids ou à la pièce comme les franges ou les boas et cela depuis plusieurs générations.

 

plumassier 5

Il est a préciser que les plumes qu’utilisent la profession de nos jours sont celles d’espèces comestibles. Parfois les entreprises installées depuis longtemps ont encore quelques stocks anciens, précieux car ils se raréfient de plus en plus, ou l’on peut encore trouver des plumes de héron, paon, oiseaux de paradis et bien d’autres.

plumassier 7

 

 Même si la profession de « plumassiers » est en voie de disparition, il existe quand même un cursus scolaire avec un certificat d’aptitude professionnelle de plumassière, qui se prépare en deux années après la classe de troisième au sein du lycée des métiers de la mode de Paris ainsi que le lycée Octave Feuillet dans le XVIème arrondissement de Paris. Ce métier manuel demande une grande dextérité manuelle, beaucoup de concentration et de minutie. Il est destiné aux personnes qui aiment l’Art, l’Elégance et  la beauté. Certains fleuristes passionnés des belles choses se lancent dans cette branche complémentaire pour sublimer leurs connaissances et assouvir leur créativité. 

Alexandre Vauthier haute couture automne-hiver 2013-2017, à Paris. 

 

http://www.midilibre.fr/…/le-plumassier-de-montpellier-bien…

 

J’espère que je vous aurais intéressés par ce billet sur l’Art et l’élégance. Et quand vous ramasserez une plume vous la verrez autrement.

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

17 octobre 2017

Visite du Château de Sully en Saône et Loire

L’histoire du Château de Sully en Saône et Loire

34

Depuis longtemps, je voulais aller visiter ce château qui a vu naître le Président de la République qui occupa le premier l’Elysée :

Patrice de Mac Mahon, comte de Mac Mahon, duc de Magenta, né le 13 juin 1808 au château de Sully près d'Autun et mort le 17 octobre 1893 au château de la Forêt, à Montcresson, homme d’état de 1875 à 1879.

Résultat de recherche d'images pour "mac mahon photo" 

Partout, ce château est considéré comme l’un des plus beaux de la Renaissance en Bourgogne. Nous avions déjà visité plusieurs autres merveilles dans cette région.

 13

 C’est donc par une belle journée d’été indien que nous avons pris le chemin des « climats » bourguignons. Evidemment, nous avions pris notre pique-nique,  car quand on le peut, il ne faut pas se priver d’un petit bonheur tout simple : déjeuner au milieu des vignes, surtout à cette époque, elles ont des couleurs sublimes. En été, elles ne sont pas mal non plus, nous y avions emmené  nos amis cambodgiens qui s’en souviennent encore. Seuls devant l’immensité, face à des paysages grandioses, croyez-moi, c’est le top. Cette beauté qui nous entoure nous laisse un souvenir inoubliable. C’est un lieu magique et peu conventionnel pour déjeuner.

9

 8

 C’est ainsi, que nous étions aux portes du château de Sully à 14 heures tapante, pour démarrer la première visite guidée de l’après-midi. Beaucoup plus chaleureuse la présence d’un guide, qui a toujours une petite histoire plus ou moins croustillante à raconter, qu’un audiophone ou une tablette à lire. Seule petite frustration pour moi : interdiction de photographier les intérieurs, car c’est un château privé où réside Madame la Duchesse de Magenta et ses enfants. Je le comprends tout à fait et je respecte.

11

Quand nous sommes arrivés, la grandeur du château aux allures Renaissance nous a interloqués. Une fois passés, la première porte de cette enceinte carrée aux bâtiments rajoutés au fur et à mesure des années pour former une jolie cour, la plus belle de tous les châteaux de France, que l’on doit au propriétaire du XVIème siècle : Gaspard de Saulx Tavannes. La visite peut commencer.

12

  Tout a débuté par une forteresse au Moyen Âge avec 8 tours entourées de murs et de douves. Le château s’est transformé au fil du temps. Néanmoins, il reste certains murs auxquels on a rajouté sur le devant, d’autres murs afin qu’ils donnent l’apparence que nous lui connaissons et soit en harmonie avec ses allures Renaissance.

51

  C’est au XIVème siècle que la famille Montaigu devient propriétaire de Sully. Ensuite comme je viens de vous le dire Gaspard de Saulx Tavannes. Mais, c’est au XVIIIème siècle que le château est racheté par trois frères Les Morey dont Jean-Baptiste le dernier âgé de 64 ans, tous les trois célibataires. Mais pour continuer la descendance il faut qu’un d’eux se marie et c’est vers une cousine d’une vingtaine d’années : Charlotte le Belin, que se tourne Jean Baptiste pour se marier, malheureusement l’époux tombe malade et décède rapidement, il avait été soigné par un certain Jean Baptiste de Mac Mahon. Médecin. Charlotte touchée par les soins donnés à son mari et sa distinction de Marquis, accordée par Louis XV. Une fois la période de veuvage passée Elle offre sa main à Jean Baptiste de Mac Mahon et ils ont 7 enfants. C’est ainsi que par le biais des héritages, le château de Sully reste dans la famille de Mac Mahon depuis la fin de la révolution à nos jours.

charlotte le belin2

Pendant la Révolution, veuve et ses fils partis se battre avec l’armée des émigrés, Charlotte se retrouve seule face aux révolutionnaires qui tentent de s’emparer de son château. Elle leur tient tête malgré ses 80 ans. Elle commence par démanteler la chapelle et faire de cette grande pièce de culte à l’intérieur du château une salle de bal. Elle a tout de suite compris, que si elle n’employait pas les grands moyens, bien vite les révolutionnaires s’empareraient de son bien et le détérioreraient. Parmi le mobilier religieux, se trouvait une vierge bourguignonne taillée dans le calcaire qui datait du XVème siècle. Elle l’enterrera assez profondément dans son parc on ne la retrouvera que longtemps après, abîmée par l’humidité prolongée, ce qui a pu se réparer l’a été, le reste est resté dans l’état. Néanmoins surprenante statue qui a repris sa place dans la chapelle actuelle.

35

Charlotte a une fin de vie peu banale. Ce qui mérite que je vous la raconte. Les derniers jours de la révolution elle décède. Ses fils sont encore loin du château. Régulièrement les révolutionnaires lui rendent visite. Ils attendent avec impatience la mort de celle-ci pour s’emparer de la demeure et de ses biens. Alors, ils ne doivent pas apprendre son décès tout de suite. Il faut gagner du temps. Son Régisseur et son entourage emploient un stratagème qui marche, ils remplissent une auge en bois de marc de Bourgogne et l’immerge dedans, quand les commissaires du gouvernement se présentent, ils la remettent sur son lit  et disent qu’elle est au plus mal. C’est ainsi qu’ils purent attendre le retour de ses fils pour la déclarer décédée.  

15

 Les Mac-Mahon descendent d’une ancienne famille irlandaise qui se réfugie en Bourgogne à la chute des Stuarts.

20

 

Voici comment la famille de Mac Mahon obtient le titre de Duc. En 1859, Patrice de Mac Mahon se distingue particulièrement lors de la Campagne d’Italie de 1859 par chance, par audace et par flair, il remporte la bataille de Magenta ; alors pour le remercier Napoléon III le fait Maréchal et lui donne le titre de Duc de Magenta, titre encore porté aujourd’hui par son arrière arrière petit fils Maurice. Le Maréchal devient Président de la République, comme je vous l’ai dit plus haut, il est le premier Président à résider à l’Elysée. Pendant son mandat, Il passe 3 semaines à Sully en 1876, On installe une gare, le téléphone…. Et Sully devient l’Elysée de la Bourgogne.

 18

Aujourd’hui, le château est habité par la Duchesse de Magenta, veuve du 4ème Duc de Magenta et leurs deux enfants « Pélagie et Maurice ». Descendants des Ducs de Bourgogne, ils relèvent ensemble le défi passionnant de l’histoire de Sully.

De par son investissement visionnaire, il y a quarante ans dans le meilleur des vignobles bourguignons à Chassagne-Montrachet. Philippe de Magenta permet à sa famille de dire encore la célèbre phrase  de son ancêtre :

J’y suis, j’y reste.

24

Visite très intéressante, château resté dans son jus, une Duchesse des temps modernes qui fait tout pour garder l’héritage de ses enfants, loin du luxe et des ors de l’Elysée. Une Madame « presque » comme tout le monde qui est loin d’avoir  l’allure d’une Duchesse comme nous, nous l’imaginons. Et qui a le sens des responsabilités. Parfois le destin vous réserve de drôles de surprises et par honneur on se retrouve obligé d’assumer. Elle n’est certainement pas à plaindre, mais respectable pour l’œuvre entreprise : garder son château coûte que coûte entourée seulement d’une dizaine de personnes. Beaucoup trop de personnes ont du mépris pour les châtelains, qui ont le sens de l'honneur pour conserver notre patrimoine à tous.

38

 39

 

42

 

28

30

Sources : Internet et le livre des aquarelles de Sully

 

 

 

     

Posté par manouedith à 09:43 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 octobre 2017

Grimaud

 

C'est plus difficile maintenant d'être présente ici aussi régulièrement qu'avant. Ce n'est pas grave, je ne vous oublie pas et je suis toujours là. Qu'avons-nous fait depuis mon dernier billet.

Nous sommes partis en vacances sur la côte d'azur. Notre port d'attache était Grimaud avec notre nouvelle formule : "Echange de maisons" et partage de ballons. Là, il n'y aura pas d'échange de domicile, seulement un échange de ballon., qui nous permettra d'aller chez un hôte en lui donnant notre ballon  ainsi il pourra aller lui aussi où il voudra sans recevoir les gens chez qui ils iront  J'avais obtenu ce précieux sésame, parce cet été nous avions reçu une australienne à Pralognan, son mari ainsi qu'une amie pour un trek dans la Vanoise, sans que nous allions chez eux à l'autre bout du monde.

17

Sur un immense terrain, à deux pas de la cité lacustre de Grimaud, dans les vignes, nous avions cette grande maison pour nous tout seul. Myrtille était heureuse, son terrain de jeu faisait au moins 4.000 m². Petit bémol le soir avant de la sortir il fallait faire très attention, car une famille de sangliers venait vermiller sous nos fenêtres, c'était surprenant le matin en nous levant de voir la bordure de la terrasse tout autour de la maison retournée. Bon ! nous n'avons pas eu d'affrontement. 

36

le lendemain matin, notre première visite a été pour Port Grimaud : "la Venise Provençale du XXème siècle", j'avais des doutes sur ce village entièrement conçu pour le tourisme. J'avais tort. 50 ans après, pas une ride, de jolies maisons colorées, des ponts, des rues. Mais surtout des bateaux amarrés devant les maisons. Bel ensemble qui n'a pas vieilli  car très bien entretenu par les propriétaires.

28

30

31

37

Dans les années 1960, l’ architecte François  Spoerry imagine un lieu où amarrer son bateau devant chez soi  . Il créera une ville  privée de plus de 2.000   logements.

52

 J'ai été touchée par l'histoire racontée sur la première idée de cet ensemble. C'est pourquoi je la partage avec vous. On vient ici en touriste sans savoir la plupart du temps le pourquoi du comment.Et là, ce pourquoi a permis à un prisonnier de vivre et construire dans ses rêves.

 

60

 

      Port-Grimaud doit son origine  au rêve d'un   prisonnier. Pour tenir dans l'enfer de Dachau, où il fut déporté pour faits de résistance, François Spoerry s'évadait en songeant aux méandres des antiques citées lacustres phéniciennes. Passionné de mer, ce jeune architecte mulhousien rêvait depuis ses études d'un lieu où il  pourrait  amarrer un bateau devant son salon pour dissoudre les frontières  entre terre et mer. Dans la froideur des baraquements allemands, il réincarne les anciens  villages, en conçoit chaque trait, dessine  les canaux, imagine une architecture empruntée aux figures de style traditionnelles, éclaire les façades de   couleurs  solaires, tord le  fer forgé des balustres, flanque les places de fontaines et d'ombres végétales... Reste à en  trouver l'emplacement. A la fin des  années 1950, Brigitte Bardot a popularisé le golfe de Saint-Tropez en s'installant à la Madrague. Sur la  Côte  d'Azur, où prospecte Spoerry, le prix des  terrains a flambé et ils sont de plus en plus rares en bord  de mer. Mais un marécage infesté de moustiques ne trouve pas preneur. Le site est  idéal pour les  projets de l'architecte, lové  au fond  d'une rade protectrice avec son    accès routier en retrait du bord de mer. Pour une bouchée de pain, il emporte les 30 hectares de cette «     petite Camargue   », comme l'ont baptisée les pêcheurs et, après trois ans de négociations obstinées avec la municipalité de Grimaud, il arrache un permis de construire.   (sources Internet)

49

Alors, voyez-vous parfois on se fait de drôles d'idées en voyant se construire certaines choses qui nous dépassent et pas toujours comme on les aime. Non, je vous assure, cette première balade m'a réconciliée avec les idées que l'on peut se faire.

63

le but de nos vacances était de visiter les vieux villages des environs et croyez-moi nous n'avons pas été déçus. Même Myrtille était de la partie. Donc l'après-midi, direction le vieux village de Grimaud. Un village magnifique où les maisons sont bien entretenues, dominé par les ruines d'un château féodal.

104

 

L'histoire du château est indissociable de celle du village. Commençons par signaler que la présence de l'homme aux alentours remonte à 5.000 ans avant J-C et devint plus importante à la fin de l'âge de bronze (dolmen et menhirs).
Si les romains se firent assez discrets, les Phocéens de Marseille trouvèrent l'endroit si charmant qu'ils y fondèrent une colonie : Athénopolis.

Mais c'est le Moyen Age qui marqua le réel essor de la région qui s'appelait alors le Freinet (ou Fraxinet), principalement après la fuite des sarrasins implantés là aux VIIIème et Xème siècles. On vit notamment des chapelles et églises pousser comme des champignons (N-D de la Queste, chapelles des Pénitents et Saint Roch, églises St Michel et St Pons,...).          (sources Internet)

68

72

91

94

Tout en nous promenant dans ses ruelles escarpées, nous avons fait, plusieurs belles rencontres.

69

la première avec une galerie d'Art, aux tableaux superbes pas tout à fait pour notre bourse, mais avec le plaisir gratuit d'admirer et de parler avec le propriétaire, un passionné qui nous a fait partager les détails de certaines oeuvres, la technique ainsi que celle des sculptures présentes. Merci Monsieur l'inconnu pour votre gentillesse et votre savoir.

98

100

La seconde rencontre, trois gamins du village, que nous avons croisé sans arrêt à chaque détour des ruelles et dans les ruines du château. Super gentils, fiers de poser, convaincus qu'ils allaient faire la une des journaux, vous savez j'ai l'air d'un paparazzi quand je me déplace avec mon gros appareil pendu à mon cou. Des enfants joyeux, turbulents, pour les lesquels ce vieux village n'a plus de secrets ; bien loin de ceux qui préfèrent passer leurs journées devant un écran. Cela fait plaisir qu'il y ait encore des enfants qui se tricotent des souvenirs pour leurs vieux jours lointains. Eux aussi, m'ont touchée.

112

114

Je vous assure, une première journée bien réussie.

A bientôt pour la suite de nos vacances.....................

Posté par manouedith à 18:46 - Commentaires [6] - Permalien [#]