Je ne dirai pas assez, que dans cette période pas comme les autres. Les retraités en couple, sont les plus privilégiés. Notre objectif numéro 1 c'est de tout faire pour évier d'attraper le COVID. Pour nous c'est simple, toutes les barrières mises en place peuvent être respectées puisque nous ne sommes pas obligés de sortir pour aller au travail, ou emmener les enfants à l'école, et les occuper pendant leur temps libre ; nos contraintes à nous, sont quand même limitées, ce qui n'est pas le cas pour tous.  En revanche pour les personnes seules cela commence à être un peu plus difficile quand elles ont horreur de la solitude, sinon elles s'adaptent plus ou moins facilement. 

13

Il faut donc prendre son mal en patience, c'est la seule chose à faire.  Eviter de trop écouter les informations nationales ou régionales, ainsi que  les réseaux sociaux. Pour les premiers, les journalistes ont souvent l'art et la manière d'appuyer où cela fait mal, en posant des questions qui nous semblent hors du bon sens. En se faisant les portes paroles des eminences haut placées qui depuis le début tatonnent  ouvertement et pour cause la situation est inédite.

Quant aux réseaux sociaux, il faut redoubler de logique, afin de "dépatouiller" le vrai du faux ; mais surtout ne pas croire tout ce que nous lisons ou entendons. Rester à tous les instants vigilants  en ne croyant que ce que nous voyons. Parce que ceux là, on peut dire qu'ils entretiennent la psychose si nous les écoutons.

31

Réféchir nous en en avons le temps. C'est le moment des remises en question et définir comment nous allons nous comporter "après que tout cela sera redevenu normal" par exemple est-ce indispensable de s'embrasser quand nous ne nous connaissons pas. Cette habitude apparue il n'y a pas si longtemps que cela est ridicule à mes yeux. Cela me donne l'impression que l'on galvaude un geste affectif. Pareil pour le tutoiement, avant nous demandions à l'autre la permission de le tutoyer, c'était un signe de bonne éducation et de respect. Sous prétexte de convivialité on tutoie jeunes et vieux, Certaines  barrières restent essentielles. On a tendance de plus en plus à vouloir mettre tout le monde sur le même piédestal. Est-ce normal ?    

17

 

Profiter de son heure de balade.  C'est un peu juste quand même. A moins d'avoir un GPS (celui des téléphones portables usent la batterie) et encore il faudrait au bout d'une demie heure, systématiquement rebrousser chemin, on ne va pas loin en si peu de temps. Au bout d'un certain temps, la balade devient vite sans beaucoup d'intérêts  ; et quand nous habitons un petit village, nous en avons vite fait le tour. Alors nous sortons un peu moins en plus le temps parfois n'est plus aussi agréable.

50

Se déplacer par obligation et surtout ne pas oublier à chaque fois "l'ausweis". Pour les courses alimentaires, si nous nous organisons bien, une fois par semaine c'est assez. Pour le reste on respecte les consignes scrupuleusement. Quant aux pipis du chien, si nous nous débrouillons bien on peut sortir plusieurs fois dans la journée. Et si nous sommes foncièrement honnêtes nous respectons scrupuleusement ce que nous avons le droit de faire. Mais comme la plupart des français sont réputés pour être indisciplinés, beaucoup s'arrangent avec les mesures. C'est à chaque fois pareil à cause de ce caractère typiquement français, on grignote petit à petit nos libertés et après, nous nous plaignons.

87Les Yeux d'Héloïse

Laquelle se reconnaîtra ?

Alors, que nous reste-t-il à faire ? pour nous occuper dans notre maison. 

Pour l'entetien journalier, confinement ou pas, il faut le faire ; donc rien ne change. Quand au grand chambardement annuel de rangement, il a déjà été fait au confinement épisode 1. Alors que reste-t-il  dans l'immédiat ? Je ne vois que les préparations de Noël, même si l'on sait que personne ne viendra nous voir. On ne va quand même pas passer les fêtes, sans mettre un peu d'ambiance dans notre maison, même si ce n'est que pour soi-même. Si nous ne pouvons pas acheter de sapin, qui nous empêche de garnir quelques branches d'arbres dépouillées de leurs feuilles et mettre  de jolies boules qui sont remisées dans notre grenier, ou dans nos placards et qui servent chaque année. Réfléchir à notre menu élaboré de ce jour de fête et faire une belle table même si nous  sommes tout seul. J'ai une amie "Marie-Claude" qui vit seule et pour ne pas perdre son moral pendant ces temps de "disette sociale", chaque dimanche elle se fait une jolie table et sort une jolie nappe et la garnit de "vaisselle du dimanche".  Elle fait pareil quand elle se réveille et prend son petit déjeuner, Elle dit toujours :" quand nous sommes seuls, dès que nous posons le pied par terre, il faut tout faire pour enjoliver sa journée". Dans une autre de mes vies, j'ai connu un monsieur, qui chaque jour à l'heure du thé, garnissait sa petite table ronde qu'il avait sur son balcon (l'hiver il la rentrait) d'une nappe  brodée et il sortait sa théière en porcelaine ainsi que la tasse qui va avec et dégustait son thé accompagné de gourmandises en écoutant de la grande musique. Plusieurs fois j'ai assisté à son cérémonial et à chaque fois je me disais au fond de moi, bravo pour savoir mettre de l' Art dans la vie de tous les jours. Oui, cela peut sembler "bizarre" mais après tout, il se fait plaisir et pour lui c'est un petit bonheur simple et une récréation enchantée. 

41

82 Lui faisait la même pour sont thé journalier. 

57 - soirée de fiançailles 2002 St

Les livres : Ils ont été le sujet d'un billet précédent et ceux qui comme moi, adorent lire, savent que c'est un privilège inégalé, comme toutes les passions que nous pouvons avoir.

9

Moi, Cette semaine, je me suis consacrée à une activité particulière. 

Petit Mari et moi nous vivons ensemble depuis 20 ans ! J'ai fait des centaines de photos. Nous avons reçu à chaque vacances nos enfants et petits enfants. A nous deux le nombre est conséquent, même si certaines années certains ne sont pas venus. A chaque fois cela a toujours été une organisation très importante, aussi bien pour petit mari le préposé aux repas et pour moi à l'intendance et à l'organisation des sorties. Ce fut une joie pour nous, nous avons toujours donné sans compter. Et ces  moments familiaux ont tous été  immortalisés. J'ai décidé de re visionner tous ces instants pour les classer et faire un énorme album photographique de ces 20 ans écoulés. J'ai revécu tous ces instants heureux pour certains et moins heureux pour d'autres. J'ai vu grandir les uns et les autres. Je ne regrette rien, ainsi j'ai pu constater que la vie est passée très vite, que nous avons chaque année fait énormément de choses, que nous avions même reçu les copains et les amis de passage qui depuis longtemps ont quitté le navire. Mais l'instant présent a été que du pur bonheur. Maintenant tout le monde a grandi, s'est éparpillé partout en France et même à l'étranger. Notre cocon s'est refermé sur nous deux et nous sommes heureux. Alors voyez vous relativisons tout et vivons dans l'espoir de nouveaux jours heureux.

4

Si moi, je suis capable de vivre en ce moment ces instants pénibles qui nous sont imposés à tous. Tout le monde peut le faire. Le secret c'est simplement garder l'espoir et rester positif. 

Je ne suis plus jeune, mais j'ai envie de vivre encore très longtemps.

30

0 edith et marc