La petite fille, dont je vous ai parlé la dernière fois, a une année pour se faire à l'idée du pensionnat avant de faire connaissance avec la vie en communauté. Une année d'anxiété en se demandant comment c'était "ailleurs" que chez ses grands-parents ; l'idée d'être arrachée pour la seconde fois aux personnes qu'elle aime, lui fait beaucoup de mal.

Edith_10_ans

La fin du mois de septembre 1952 arrive vite. Elle se retrouve à Paris chez ses parents pour aller acheter le trousseau qu'il lui faut pour l'internat. Sa maman, aime les vêtements de qualité ; la petite fille lui a toujours reproché son manque d'affection, mais elle n'a jamais manqué de rien d'autre...

uniforme

mis à part la collerette petit bateau, l'uniforme ressemblait à ça.

Sa grand-mère, a déjà cousu sur tout son linge le numéro 97, qui lui permettra de retrouver ses affaires parmi celles des autres internes. Elle a choisi dans le service de table de ses grands-parents les assiettes, les couverts qu'elle emportera ; comme cela elle se sentira moins loin d'eux.

pension pensionat_2

Je suis conservatrice, j'ai retrouvé un porte serviette , des assiettes et des couverts de cette époque !

IMG_3970

 

Mais il reste à acheter l'essentiel : "l'uniforme bleu marine" manteau, jupe plissée, pulls, chaussures, corsages blancs, socquettes et chaussettes blanches. Pour cela, c'est dans un grand magasin parisien réputé pour sa qualité et pour la confection des uniformes : "La Belle Jardinière"  qu'elles iront.

pension_la_belle_jardinir_e2

Le concept de ce magasin fondé à la fin du XIXème siècle, propose de la confection fine et en série. Les établissements scolaires y font faire leurs uniformes comme entre autre le collège Stanislas renommé à Paris. La Belle jardinière cesse son activité en 1970.

 

A la pension, elle recevra un magnifique beret bleu-marine aux armes de la ville de St. Germain en Laye, qui représente le berceau de naissance de Louis XIV

blason_st_germain

Je regrette tellement de ne pas avoir conservé ce béret.

 

La petite fille, ne rentre pas dans n'importe quel pensionnat. Le sien a une histoire. Les premières religieuses de l'Institution St. Thomas de Villeneuve s'y installent en 1698. Au XVIIIème siècle on l'appelait "le Très noble pensionnat de la Reine". En 1700, il accueille les jeunes irlandaises et écossaises exilées avec Jacques II Stuart. C'est le premier établissement de la congrégation qui ne correspond pas tout à fait au désir du fondateur le Père Ange Pierre le Proust, qui voulait qu'il se consacre uniquement au service des pauvres.

Ange_le_proust

Il est né à Chatellerault en 1624. Il rentre ches les Augustins à Poitiers en 1640 y étudie la philosophie et la théologie. Il voue une grande admiration à Thomas de Villeneuve  évêque espagnol aux vertus religieuses et le prend pour modèle. Il est ordonné prêtre en 1649.

 

Mais pouvait-on résister au Roi Soleil ?

louis_14

 Malgré tout, pour sauver les apparences, afin de correspondre au souhait du fondateur très rapidement une petite école s'ouvre et accueille des orphelines pauvres.

SAINT_THOMAS_3

Malheureusement la révolution met un point final à la 1ère période de la maison de St. Thomas de Villeneuve de St. Germain en Laye. Elle rouvre ses portes pour la seconde période en 1808, elle n'acueille plus les filles de Roi, c'est le siècle du Grand Pensionnat. Les enfants bourgeois ont remplacé les filles nobles et ensuite les filles de familles aisées. A l'époque ou les filles apprennent la couture, la musique et les bonnes manières, il y a dans cette école un professeur de mathématique, des cours de philosophie et de sciences y sont donnés.

St_Germain_1

Au moment de la séparation de l'église et de l'état, le pensionnat s'exile en Angleterre, seules restent les orphelines qui vont en classe à l'extérieur. Ce n'est qu'en 1941, que les enfants reviennent et que les soeurs ont à nouveau l'autorisation d'enseigner. L'école n'est plus le Pensionnat de la Reine, ni le Grand Pensionnat. A l'époque ou la petite fille y rentre il est une école et un collège d'enseignement général privé. Au XXIème siècle l'école existe toujours et c'est aussi un établissement supérieur privé ou les religieuses n'enseignent plus, mais ou la direction de la maison est encore tenue par un petit groupe de religieuses.

St

La petite fille devenue grand-mère est repassée il y a quelques années à St. Germain en Laye et elle est allée rendre visite aux religieuses, elle est montée dans son dortoir transformé en plusieurs sales de classes, elle a reconnu l'endroit ou était son lit à cause des colonnes qu'il y avait dans la pièce.

             SAINT_THOMAS_2      SAINT_THOMAS_2     SAINT_THOMAS_2

Les années passées à l'Institution Saint Thomas de Villeneuve à Saint Germain en Laye sont malgré tout de bons souvenirs. J'aime me rappeler les longues promenades en uniforme des jeudis après-midi dans le parc du château, où depuis la Terrasse on peut admirer l'ouest parisien.

st_germain_la_terrassel

st_germain_les_terrasses

Je vais partager avec vous, un autre moment émouvant de mon passage dans cet établissement. Le jour de ma Profession de Foi le 4 juin 1954.

22

La supérieure s'appelait "Mère Saint Maurice"

Le matin, avant  la cérémonie, les religieuses avaient réunis toutes les communiantes dans le grand parloir divisé en deux, d'un côté se trouvaient les petite filles agenouillées et de l'autre les parents. Elles ont ouvert la porte du milieu et tout le monde a écouté la prière qu'elles adressaient à leur famille pour demander pardon des petites fautes qu'elle avaient pu commettre. Cet instant émouvant 57 ans après je m'en souviens comme si c'était aujourd'hui.

 

chateau_de_bry_bry_sur_marne 

 Chateau de Bry sur Marne fréquenté entre 1957 et 1960

 23

 

Je n'étais pas avec mes parents chaque jour, il me manquait l'essentiel "le baiser du soir". Mais j'avoue que cette vie m'a apporté une solide et bonne éducation et m'a armée pour affronter la suite et je remercie toutes ces religieuses qui sont passées dans ma vie soit à Saint Germain en Laye ou a Bry sur Marne car grâce à Elles j'ai pu inculquer à mes enfants les vraies valeurs de la vie.