Vendredi :

Direction Pralognan la Vanoise, nous avons rendez-vous avec un guide pour un après-midi "Via Ferata" pour Léo, Maxime et petit mari. Quant à Adeline et moi, nous admirerons l'évolution depuis une table d'orientation en face, afin d'immortaliser leurs exploits, car quand même, il y a un passage difficile au-dessus de la cascade dans le vide et la balade doit se terminer par une tyrolienne très en hauteur, celle-la petit mari ne la pas encore testée, assez impressionnant.

 

IMG_7998

A 9 heures tout le monde est dans la voiture, à Artemare le soleil est au rendez-vous. Malheureusement plus nous approchons du but, plus le temps change ; le vent se lève et les nuages gris remplissent peu à peu le ciel. Après un arrêt à la brocante d'Albertville pour acheter un petit vélo pour Adeline ; nous reprenons la route vers Moutiers et de là, nous attaquons les 25 kilomètres de routes en lacets et nous faisons même un détour par Champagny le bas, afin d'éviter quelques méchants tournants, car Adeline a mal au ventre et pour ne pas gâcher ses vacances nous achetons un médicament pour ce genre de mal.

12

A Pralognan, le vent souffle de plus en plus par rafale, c'est fichu la via ferata, malgré tout, nous gardons un petit espoir jusque 13 heures. Après avoir déjeuné, petit mari va se renseigner au bureau des guides ; le verdict tombe, c'est annulé : trop de vent rend l'activité dangereuse, donc pas question de la faire. Grande déception pour tous. Mais qu'à cela ne tienne, nous allons refaire une randonnée, avec des KWay cela doit le faire et là, nous connaissons bien les parcours, pas de raison de nous retrouver dans le lit d'un torrent, surtout qu'ils regorgent d'eau en ce moment.

7

Il n'y a pas de boue, mais le chemin est raide, nous n'avons plus l'habitude de ces grandes randonnées même si la veille nous nous sommes exercés. Nous sommes à l'abri du vent, mais par moment quelques gouttes qui vont vite se transformer en averse. Il y a les prévoyants qui ont leur KWay et les autres qui n'ont pas voulu écouter les anciens. Nous avons eu beau leur dire qu'en montagne il ne fallait jamais partir sans ils ne nous ont pas écouté.

38

Les cascades environnantes n'ont jamais été aussi belles, je ne me souviens pas les avoir vues débitant autant. Nous redescendons vers Pralognan par des prairies aux allures de printemps, des fleurs multicolores partout, la montagne même si le beau temps n'est pas au rendez-vous est magnifique ; je ne me lasse jamais des belles promenades à Pralognan. Peti clin d'oeil à mes filles, ce ne sont pas Annabelle et Valérie qui me contrediront.

16

 

22

24

Belle journée de joie et de partage, tout simplement du pur bonheur

 

19

 

 Dimanche

Dernière sortie prévue pour Léo. Un peu austère pour Adeline, mais elle a suivi sans rien dire, en étant sage et en ne se plaignant jamais, ce qui a valu à tout le monde de terminer la journée au Grand Port à Aix les Bains devant une dernière glace.

0000

 Fort Barraux

Une prison idéale. Comme la plupart des places militaires, a toujours tenté les gouvernements successifs en quête de prisons.

 

0

 

 De même qu'il est difficile d'y entrer, il est malaisé d'en sortir. Des murs très hauts, une seule véritable porte (les accès secondaires étant rares et simples à condamner et à surveiller) nécessitent un gardiennage réduit. Les casernes sont vite transformées en cellules et les bâtiments collectifs, cuisines, magasins, sont immédiatement utilisables. La vue depuis le fort est tout simplement grandiose.

00

 15 jours se sont écoulés, nous sommes sortis presque tous les jours. Ce matin à 9 heures nous étions à St. Exupéry pour que Léo reparte dans sa Picardie natale ; le rendez-vous est repris pour l'année prochaine, maintenant il va attendre Noël pour recevoir son livre photos qui lui rappellera le cru 2014. Le pull des souvenirs s'est allongé considérablement. Mais pour une grand-mère ce n'est que du bonheur. Si sa maman le voit d'en haut elle doit être contente. 

3