06 août 2018

LA LECTURE pendant la canicule !

Que faites-vous cet été ?

C’est un été très chaud dans la plus part des régions françaises. Nous, aux pieds des Alpes, la chaleur s’accumule. Nous sommes loin des entrées maritimes qui apportent la fraîcheur. Je peux vous affirmer, que nous avons souffert  avec chaque jour plus de 35 degrés. Les jours sont longs et les nuits courtes. Plus mes jeunes années s’envolent, plus j’ai du mal à supporter. Je me réjouis d’avoir investi il y a 3 ans ou 4 en achetant une climatisation pour le boudoir. Nous nous y réfugions chaque après-midi.

6

Notre semaine dans le nivernais, n’a pas été de tout repos. Beaucoup de marche, les visites de Nevers et de la Charité sur Loire a été éprouvantes malgré tout. Notre journée généalogique un peu plus rafraîchissante quand nous n’avions pas à descendre de la voiture. Quant à celle au bord du lac des Settons, franchement agréable. Les balades sur les bords de la Loire ou de l’Allier sympathiques mais chaudes ; avec la découverte d’un beau village ancien et de son château à Apremont sur Allier tout aussi chaude, mais une belle récompense entre midi et 16 heures, promenade parmi les fleurs et les arbres du magnifique parc floral de Gilles de Brissac. Un véritable havre de paix et de fraîcheur que nous avons apprécié en déambulant pieds nus sur le tapis de pelouse, doux comme du velours. Mais au final, que de beaux souvenirs « chauds ».

68

En rentrant, la chaleur était toujours là. Alors, ne rien faire l’après-midi s’imposait. Réfugiés au boudoir, c’était notre seule solution. Je pars du principe, qu’il faut savoir se ménager et revoir ses priorités. Ce qui n’est pas fait aujourd’hui, sera fait demain ! Pourquoi se culpabiliser de ne rien faire ou presque ? J’aime lire, mais pas sur une tablette. N’ayant plus de place dans le grenier, aménagé en grande partie en bibliothèque organisée, je me suis résolue à fréquenter depuis 1 an, celle du village voisin. Pourtant, je ne voulais pas en entendre parler, j’ai besoin de posséder les livres, de les toucher, de les humer et avoir la possibilité de les relire si je veux.

Résultat de recherche d'images pour "livres" 

 Je suis friande des romans d’aventures, des livres historiques, des bibliographies, des romans sentimentaux  et de ceux de la vie dans nos campagnes aux siècles passés. Je ne me lasse jamais. Assise confortablement dans bel endroit calme, dans un siège agréable, sur lequel on n’est pas obligé de remuer sans arrêt, je m’abandonne dans ces ailleurs, qui me sont souvent très étrangers. Au début juillet, j’ai commencé par une intrigue historique, richement agrémenté, puisé dans  les archives sur la guerre de 1914. Je vous recommande :

Quand soufflera le vent de l’aube de Emma Fraser.

 Résultat de recherche d'images pour "quand soufflera le vent de l'aube"

Deux jeunes femmes, l’une infirmière, l’autre médecin de conditions tout à fait différentes habitent l’île de Skype en 1903 ; elles vont être amenées à se retrouver en Syrie pour soigner les blessés de cette affreuse guerre. 15 ans de saga bouleversante, inspirée de faits réels de deux héroïnes au courage admirable confrontées à la cruauté de la guerre et unies par un inavouable secret.  Cette histoire inspirée de faits réels vous emmènera d’Edimbourg à un village sur le front syrien. J’avoue j’ai beaucoup aimé. Nous pouvons dire, que nos grands-mères ont vécu, elles aussi, une époque pas facile et certainement encore moins que la nôtre.

Résultat de recherche d'images pour "quand soufflera le vent de l'aube" 

 Pour me remettre de la douloureuse épopée de Jessie et d’Isabel, il me fallait un livre plein de légèreté au titre accrocheur comme : Les amants du presbytère de Bernadette Dupuy. Je n’allais pas être déçue. Je suis tombée ou presque dans les bras d’un curé de campagne pas comme les autres : Roland Charvaz. Il me semble, qu’il n’avait pas beaucoup la vocation et qu’il avait oublié ses vœux de chasteté.  C’est ce qui arrivait au XIXème siècle, quand on naissait dans une famille catholique pratiquante et que les parents décidaient, que le premier garçon serait militaire et que le second « embrasserait, si je peux dire » la prêtrise. C’est lors de sa première messe dans son nouveau village qu’il croisera les jolis yeux de Mathilde, la jeune épouse du docteur Colin de Salignac. Elle-même, victime d’un mariage arrangé, Engluée depuis plusieurs années dans la routine journalière d’une vie conjugale sans beaucoup de surprises et surtout sans amour. Ils étaient loin de se douter qu’au fil des jours leur vie se mêlerait à un meurtre qui ruinerait leurs deux vies. Je ne vous en dis pas plus, pour vous laissez deviner  combien ce roman me tient chaud !!  Par ses rebondissements inattendus. Vraiment 300 pages de « canicule ». 

Résultat de recherche d'images pour "les amants du presbytere" 

Après cette légèreté inattendue, je vais attaquer une saga plus terre à terre. Arlette Cousture, raconte la vie d’Emilie et de sa fille Blanche en deux livres attachants, calqués sur les saisons de la terre et de la vie que l’on dévore parait-il  avec émotion. C’est la mosaïque d’un temps révolu, qui ressemble pourtant à hier, à aujourd’hui et peut-être à demain. Il semblerait que c’est aussi un grand feuilleton télévisé. Qui se passe au Canada. Alors, je quitte l’histoire chaude d’un curé de campagne pour embarquer dans la vie de deux canadiennes à la vie certainement bien différente. Donc à suivre.

Tome 1 : Emilie, tome 2 : Blanche.

    Blanche

 Une de mes fidèles lectrices de mon blog, voulait savoir ce que je faisais de ces mois d’été. Alors Bernadette, l’idée de ce billet vient de toi.

 

 

A bientôt…..

 

Posté par manouedith à 00:33 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,


19 juillet 2018

Les Vacances à Nevers - 1 -

Quelle drôle de choix cette ville pour une semaine de vacances  :  NEVERS

0_Snapseed 1

Si je n'avais pas eu une raison bien particulière, je crois que jamais j'aurais eu l'idée de passer une semaine dans le nivernais ; "la bourgogne du centre". Vous connaissez le proverbe : pour savoir qui on est, il faut savoir d'où l'on vient ! Comme vous le savez, vous mes fidèles Internautes, du côté de ma branche paternelle je ne savais pas grand chose. Depuis deux ans que je fais des recherches en tirant fil après fil, j'en sais plus. La famille de mon père biologique les "PIAT" viennent de cette région. Alors, j'ai décidé, d'aller voir les endroits où ils ont vécus. Rien de tel qu'une semaine sur leur traces et, ainsi cela nous permet d'approfondir une nouvelle région inconnue.

0_Snapseed 7

Nous y sommes arrivés le 12 juillet. Nous avons profité d'un échange de maison pour déposer nos valises, chez des hôtes qui sont venus cet hiver faire du ski à Pralognan. Pendant ce temps là, eux sont au Canada jusqu'à la fin du mois. Après avoir pris possession de leur joli petit pavillon dans un quartier résidentiel au calme, nous sommes allés découvrir les bords de la Loire, voici la ville telle que nous l'avons admirée au coucher du soleil.

0_Snapseed 3

0_Snapseed 5

0_Snapseed 6

Le programme est bien établi, 2 jours dans les pas de mes ancêtres qui pour certains vécurent à Nevers et pour d'autres autour de Nevers à 40 kilomètres à la ronde. Celui dont je possède la date la plus éloignée est né vers 1690. Du XVIIème siècle à la fin du XIXème on les voit évoluer progressivement de village en village jusqu'à la grande ville. Avant de partir s'installer dans la région parisienne. Mais leurs racines sont ici. 

Nevers ville d'Art et d'Histoire.

0000000

0_ Snapseed 5

0_Snapseed 4 le théatre

 Le Palais Ducal et son théâtre 

En tout il faut joindre l'utile à l'agréable. Mélanger généalogie et tourisme  c'est un bon compromis. Voici le programme : visites culturelles, canoë pour petit mari, qui n'a pas oublié de l'emporter, découverte de la région campagnarde des Amognes, flâner sur les bords de la Loire et de l'Allier, parcourir un très vieux village avec son château et sa merveille ; un parc floral de toute beauté. Je vais donc vous faire partager tout ça en plusieurs billets. 

48

Petits conseils. Pour visiter une ville , qu'elle soit grande, moyenne ou petite, faites le une première fois avec l'engin touristique qui vous montrera les principales choses à voir ainsi, vous pourrez y revenir plus facilement et découvrir les endroits intéressants. Cela peut être le petit train, je sais que certains l'appelle "le train-balle couillons" pourtant c'est bien pratique, ici c'était un touk touk électrique, conduit par un charmant étudiant : Pierre-Henri. Second conseil, si vous le pouvez, choisissez pour la visite plus approfondie le dimanche matin : beaucoup de personnes font la grasse matinée, les rues sont calmes et les voitures bien moins nombreuses. Les monuments à visiter ouvrent souvent à 9 heures. Et quand vous êtes comme moi fana de photos, les prises de vues sont plus tranquilles.

00000000

00

36

39

Nevers possède une belle cathédrale, malheureusement en ce moment, les extérieurs sont un peu emmaillotés, elle est en réfection. Les intérieurs sont surprenants, les vitraux modernes diffusent sur les voûtes une belle couleur rose qui rende les photos particulièrement jolies. 

0_Snapseed 14

 Alors, que pendant la dernière guerre, les Allemands évitaient les cathédrales et les monuments. L'été 1944, 500 tonnes de bombes ont été larguées par erreur et le comble : par des avions britanniques. Voici ce qu'ils ont fait en une nuit :

Résultat de recherche d'images pour "cathédrale de nevers bombardée"

Dans la cathédrale, j'ai relevé 2 magnifiques statues en polychrome du XVIème siècle.

0_Snapseed 11

0_Snapseed 12

ainsi qu'une croix triomphale

21

une oeuvre unique en France, créée probablement à la fin du XIIème siècle. Elle est en bois polychrome, alors que les oeuvres sculptées de cette époque sont plus souvent en pierre.

000

La tour Goguin

49

 Je ne peux pas terminer ce billet sans vous montrer quelques photos du musée de la Faïencerie et des Beaux Arts qui se trouve dans le beau monument restauré de l'Abbaye Notre Dame.

Liée à l’histoire de Nevers, grand pôle faïencier depuis le XVIe siècle, sa collection maîtresse est celle de la faïence. La plus grande salle du musée est dédiée à la présentation de cette collection d’exception qui reflète la richesse et l’originalité de la production. Cette exposition de faïences de grand feu du XVIe au XXe siècle dévoile tout un pan de l’histoire d’un art, une activité économique mais également une société. Art de cour au XVIe et XVIIe siècles, la faïence entre dans les maisons bourgeoises puis populaires au XVIIIe et XIXe siècles.

0_Snapseed 28

0_Snapseed 29

0_Snapseed 30

À cette collection s’ajoute celle, unique en Europe, de verres émaillés, dits verres filés. Cette collection de verre provient en partie de la Collection Loynel d’Estrie, déposée par le musée du Louvre à Nevers en 1998. Collection insolite, elle donne à découvrir cet artisanat très prisé aux XVIIe et XVIIIe siècles et qui est aujourd’hui perdu. Nevers, foyer de formation des maîtres émailleurs, était donc le lieu idéal pour présenter ces boîtes et figurines. Fascinantes, tant par la variété des sujets abordés, scènes de genre comme scènes religieuses, que par la qualité.

0_Snapseed 23

0_Snapseed 24

0_Snapseed 25

0_Snapseed 27

malheureusement de nos jours il ne reste plus que 3 ateliers qui perpétuent la tradition. 

0000000001

 

 

A bientôt pour la suite de nos découvertes...... 

 

 

26 août 2017

Une quinzaine de repos bien rempli quand même.

Beaucoup plus calme cette semaine. Notre train train est re parti. Il fait encore très beau, donc nous sortons, souvent en fin d'après midi, car pour faire des photos c'est mieux. Et des beaux endroits, cela ne manquent pas dans notre région.

1

 Voici, le château du Grand Mécoras, ou château de Grand Mercoras, est une ancienne maison forte du XIVe siècle, au Moyen Âge centre de la seigneurie de Mécoras, qui se dresse sur la commune de Ruffieux, une commune française, dans le département de Savoie en région Auvergne-Rhône-Alpes. Mais vous savez la Savoie est à 8 kilomètres de chez nous, la Haute Savoie à 12 kilomètres et l'Isère à une vingtaine

7

Plus loin, nous arrivons à Seyssel (Haute Savoie). Avec son pont ancien qui enjambe le Rhône  et de l'autre côté nous sommes à Seyssel dans l'Ain. Nous prenons les petites routes pour atteindre le col de la biche, afin de nous retrouver dans notre vallée. C'est comme ça dans les régions montagneuses, il faut à chaque fois gravir un col pour changer de vallée.

12

13

 

 Petit arrêt dans un des villages au-dessus de chez moi Champagne en Valromey, pas loin, où Brillat Savarin, possédait une jolie gentilhommière Jean Antelme (sur son acte de naissance que j'ai consulté il n'y a pas de H à son prénom) Brillat-Savarin, né le 1er avril 1755 à Belley et mort le 2 février 1826 à Paris, avocat et magistrat de profession, est un gastronome et un auteur culinaire français, auteur. C'est dans ce village que chaque semaine nous allons au marché. 

 

Résultat de recherche d'images pour "maison de brillat savarin champagne en valromey"

29

Une fin d'après-midi à Chanaz, ce n'est pas mal non plus ; surtout que cette année il y a du nouveau. A chaque fois, nous ne manquons jamais d'emmener nos invités au moulin à huile de noisettes.

 

46

 c'est un plaisir de redescendre le village en admirant les jolies ruelles et maisons moyenâgeuses ; avant, seul un magasin d'objets artisanaux agrémentait le village. Maintenant une petite ruelle est consacrée à plusieurs artisans. D'une boutique à l'autre nous pouvons trouver des souvenirs qui sont faits sur place. Mais, cette année une jolie surprise. Une des artistes du village s'est faite construire une péniche en Bretagne. Arrivée en convoi exceptionnel par la route jusqu'au canal de Savière pour y être amarrée. Et là, une jolie boutique uniquement avec ses oeuvres qui sont de jolies poteries agrémentées de ses "sales gosses" mais aussi des peintures modernes très originales. Et l'on a même la chance de la voir décorer : assiettes, bols, pichets et autre.

52

53

Comme une bonne nouvelle n'arrive pas seule. Il manquait un brocanteur. C'est chose faite, vous en trouverez un dans la dernière petite rue au bout du village ; installé dans plusieurs bâtiments très anciens, vous pourrez y trouver beaucoup d'objets de la première moitié du XXème siècle.

34

35

41

Beaucoup de brocanteurs ont fermés dans notre région et pourtant 3 se sont ouverts cette année dans un rayon de 20 kilomètres à peine ! Je leur souhaite beaucoup d'acheteurs et de visiteurs.

9

Petit mari a expérimenté une nouvelle sortie en canoë ; il a descendu le Rhône jusque Belley où je suis allée le rechercher. Pendant ce temps, je me suis reposée dans un endroit magnifique au bord de l'eau.

7

11

Et nous avons terminé la semaine par une visite inattendue. Durant l'été, nous sommes allés plusieurs fois dans la Dombe à Chatillon sur Chalaronne. En rentrant, nous nous sommes détournée un peu en empruntant la route des étangs, et là, en plein champ au milieu de nulle part, une Abbaye de la fin du XIXème siècle construite pour des moines cisterciens et occupé maintenant par la Congrégation du Chemin Neuf tout comme l'Abbaye de Hautecombe, celle-ci c'est l'Abbaye Notre Dame des Dombes.

4

1

2

Alors voyez-vous, nos balades continuent mais malgré tout, nous sommes reposés des fatigues des deux derniers mois. Les plus lourdes fatigues ont été celles qui n'étaient pas d'ordre physiques !

Pour terminer ; carnet rose. Mon premier arrière petit enfant est née avec 15 jours d'avance. "Linoa" 4kg et 7 grammes !  D'après la photo que j'ai reçue elle a de très belles joues. Mon petit fils Yannick est sur un nuage ; quant à  la maman heureuse, elle se repose. Nous irons les voir pendant le mois de septembre.

 

Ce billet ne remportera certainement pas le même nombre de visites que les deux derniers  qui ont eu plusieurs  jours de pointe à 1500 visiteurs. Ce qui m'a valu une mise à l'honneur par canalblog. Dommage très peu laissent des commentaires. Parfois, certains sujets parlent à beaucoup de monde. D'autres beaucoup moins !

Résultat de recherche d'images pour "bébé joufflue"

28 juillet 2017

Des vacanciers pénibles pour des grands-parents sympas.

 

 

Une très bonne thérapie. Quand quelque chose vous a fait souffrir, n’ayez pas peur de l'écrire, cela fait un bien fou. Raconter et lire ce sont deux choses différentes, on ressent beaucoup plus la sensibilité des personnes. et on comprend mieux les faits relatés. 

 Je n’ai jamais passé une période de vacances aussi désagréable que celle-ci.

3

avant que ne commence le film ! 

L’année dernière, j’avais dit c’est fini, je ne prends plus de petits enfants en vacances. Fatigue, perturbation de notre rythme de vie, beaucoup de kilomètres, choisir à chaque fois des activités pour les distraire. Et pourtant j’aime mes petits enfants. Je ne me vois pas vieillir, je suis très active et prête à remuer des montagnes pour leur faire aimer la vie qui les entoure, leur faire découvrir de jolis endroits, essayer de parler avec eux, transmettre mes connaissances. C’est pour cela que cette année quand Thaïs m’a demandée de venir, je me suis empressée d’inviter sa cousine sa presque jumelle.

5

Ressentant un tel mal être en redonnant la dernière petite fille vendredi soir, que je me suis remise en question et j’ai essayé d’analyser le pourquoi des choses. Trop facile de se cacher derrière la crise de l’adolescence, belle façon pour les parents  d’accepter les désagréments de cette période et de ne pas se remettre en question. Je veux bien reconnaître que l’adolescence est un mélange d’hormones qui doivent se mettre dans le bon sens. Néanmoins quand la base des bonnes manières n’a pas été apprise ou négligée, et que les parents sont laxistes, il y a quand même un problème.  L’adolescence ne se cache pas si facilement derrière tout. J’ai entendu dire aussi qu’il n’y avait pas que l’éducation mais le caractère de l’enfant. Oui c’est vrai, mais comme l’enfant ou les enfants sont encore chez les parents, c’est à eux de les recadrer quand l’adolescent manque à ce qu’il leur ont appris : ce qu'il se fait et ce qu’il ne doit pas se faire. C’est pourquoi, je me retranche toujours sur l’éducation.

3

Sur deux petites filles de 14 ans (trois mois les sépare) voici le bilan que j’essaie de comprendre. 

Héloïse :

1

 

 1)     se lève rarement avant 11h30 et même midi. Deux fois à 10 h. (ne lui a-t-on pas appris qu’en communauté il y a des règles à respecter ?) C’est vrai qu’en regardant l’historique du téléphone portable le dernier SMS était à 23h passé.

2)     A fait la gu…. Tous les jours et elle répond sans arrêt.

3)     Pendu sur son téléphone portable (sauf à table et encore) toute la journée, même pendant les activités qui nécessitent pas l’emploi de ses mains ou de ses jambes.

4)     N’’a jamais faim à table aux heures de repas.

5)     Ne veut jamais se faire prendre en photo, alors que je voulais leur faire un album sur leur vacances, bon je peux comprendre beaucoup de jeunes ont une période ou ils n’aiment pa ça, mais quand même par gentillesse pour faire plaisir à sa grand-mère qui est tellement passionnée de photos (et croyez moi elle n’en abuse pas), peut être qu’un effort aurait été le bienvenu.

6)     En dehors des activités à l’extérieur elle n’est jamais dans les pièces communes, toujours enfermée allongée à travers de son lit (fait ou pas fait)

7)     Conteste tout, un jour de canicule nous avions choisi d’aller au cinéma, impossible de choisir ensemble un film, tous les choix de sa cousine étaient invalidés.

8)     Elle met la table quand on lui demande en traînant les pieds, quand elle a terminé, elle débarrasse son assiette et ses couverts. Sinon aucune aide autre, elle ne se propose pas.

9)     Les ¾ du temps laisse tomber sa cousine.

10)                        Pour aller fermer une fenêtre dans sa chambre il faut souvent enjamber ses affaires.

 

Bilan de ces 10 jours à la maison : Aucune sociabilité, manque de respect, n’est plus la petite Héloïse que j’aimais avoir le mercredi.

7

 

6

 

8

Thaïs :

 

53

 

1)     Veut toujours avoir raison et avoir le dernier mot.

2)     Dans une discussion cherche sans arrêt à vouloir donner une excuse et défend les autres même s’il s’avère avec preuves à l’appui qu’ils ont torts.

3)     Reprends sa grand-mère sans arrêt même si elle fait une faute de français.

 10

Sinon, très agréable, sourit tout le temps. Fait son lit chaque jour, range sa chambre plus ou moins. Aide et se propose pour tout. Dit toujours merci. Peu sur son téléphone portable car peu d’amis en métropole (elle vient de passer 3 ans à la Guadeloupe). Se trouve souvent sur son ordinateur à regarder un film, mais ce qui change tout, c’est qu’elle se trouve toujours dans la pièce où nous sommes, avec ses écouteurs soit, mais sa non présence ne se sent pas. Et nous répondant toujours sans agressivité si nous la dérangeons pendant son film. Essaie de dialoguer avec nous et de s’intéresser.  Mange de tout ou presque et mange beaucoup.

47

46

Quant à nous grands-parents que leur avons-nous apporté ?

4

 

10

Notre disponibilité, nous avons changé nos habitudes, par exemple nous ne dînons plus beaucoup le soir. Petit mari le préposé à la cuisine s’est décarcassé pour chaque soir leur faire un dîner convenable. Je me suis creusée la tête pour leur trouver des activités tous les jours et surtout en rapport avec leur âge, sans compter le coût de celles-ci et souvent glaces à l'extérieur au goûter. Petite anecdote parmi les activités, j’en avais trouvé une qui ne pouvait que leur plaire, une séance pour apprendre à se maquiller chez Yves Rocher avec petits billets pour accompagner. En sortant elles étaient mignonnes il n’y avait pas d’excès, j’ai voulu prendre en photo Héloïse pour montrer à sa maman, nous étions attablés chez le glacier (il y avait du monde), elle n’a jamais voulu et se cachait la figure derrière les mains, alors je pense là, par exemple si on lui avait appris à faire plaisir aux autres dans certains cas.  Sa grand-mère était tellement contente d’avoir proposé cette séance afin qu’elles ne fassent pas d’erreurs quand elles se maquilleront, car se maquiller c’est très féminin et elles aiment. Eh ! bien je peux vous dire que j’avais la larme à l’œil et j’ai été très déçue.

 9

 

 Revenons à l’utilisation de ce fameux téléphone portable qui m’indispose tellement par la façon dont on s’en sert. Si à mon époque il y avait eu cet outil, j’aurais appris à mes enfants, que c’était un outil formidable qu’il fallait savoir s’en servir, mais qu’il y avait des règles à respecter et que cela n’excluait pas  les bonnes manières du savoir vivre quand on s’en servait quand on n’était pas seul. Trop facile de se cacher derrière l’adolescence de ses enfants et rabacher sans arrêt aux grands-parents : oui mais, de votre temps il n’y en avait pas donc vous ne pouvez pas comprendre etc.…. S’ il y en avait eu, j’aurais fait appliquer des règles d’éducation, et ne pas s’en servir à tout bout de champ quand on est en société, parler doucement respecter ceux qui sont à côté de soi, ne pas s’en servir quand en groupe on fait une activité,  etc… Enfin tout ce  qui semble  paraître ringard à beaucoup de 30/50 ans. Etre bien élevé et respecter les autres ne sera jamais ringard. Et il faut arrêter de prendre les plus de 60 ans pour des gens inaptes à comprendre les outils modernes qui nous entourent. Ces derniers doivent être entourés par l’éducation quoi qu’on en dise et ça, c’est le rôle des parents : c’est pourquoi je parle souvent d’éducation.

 28

 

 Je suis désolée, j’aime mes enfants et mes petits enfants, mais si je ne suis pas d’accord  je n’approuve pas tout ce qu’ils font. Que les uns et les autres n’oublient pas le respect des anciens. Si nous, nous devons nous adapter à eux, qu’eux s’adaptent à nous.

 Alors voilà pourquoi j’ai passé de très mauvais moments pendant ces 12 jours.

 

50

 

Activités proposées et effectuées :

 

Mardi 11 juillet : Cinéma, 2 parties de bowling

Mercredi 12 juillet : Grottes de Choranche dans l’Isère.

Jeudi 13 juillet : accro branche à Hauteville

Vendredi 14 juillet : Repos, le soir feu d’artifice avec Marie et Jérémy

Samedi 15 juillet : direction Pralognan la Vanoise

Dimanche 16 juillet : toute la matinée Via Ferrata avec moniteur

Lundi 17 juillet :  Yves Rocher et galerie marchande de Champnord, glacier

Mardi 18 juillet : Héloïse repart, pour nous repos.

Mercredi 19 juillet Abbaye de Hautecombe et Canoë avec petit mari, Fabrication du savon. Goûter au restaurant de l’Abbaye.

Jeudi 20 juillet : 1h1/2 de Segway à Annecy, altercation avec Thaïs.

Vendredi 21 juillet : Visite d’un moulin à papier « Moulin de la Tourne dans l’Isère. Visite d’un moulin à huile et départ de Thaïs le soir après dîner.

 60

 

Peut être que maintenant, certains comprendront mieux mon coup de G….. Ecrire les choses, croyez moi cela fait du bien car j’oubliais de vous dire depuis jeudi, suite à l’altercation et certainement au stress de ces 12 jours, je ne me sens pas bien du tout, j’ai un point du côté gauche, comme quand je suis stressée et ce matin je me sens vidée des pieds à la tête.

Si j'ai voulu raconter cette expérience c'est parce que je sais que mon blog est souvent lu et que beaucoup se reconnaîtront et que souvent eux se taisent et ne disent rien pour ne pas blesser. Moi, j'ai toujours dit en face ce que je ressentais que cela plaise ou non, ce n'est pas maintenant que je changerai.

 

Pour information :

Repas et conduite chaque jour, pour beaucoup à plus de 50 kms de la maison  : Petit Mari.

Intendance, préparation des activités, manutention du linge, entretien divers, organisation : Edith

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 juillet 2017

Vacances dans les Hautes Pyrénées - 3 - Le Pont d'Espagne et le lac de Gaube etc....

-          

Malgré le temps moyen, jeudi matin, nous sommes partis en montagne. Nous n’étions pas dans un si bel endroit, sans faire la route des cascades du côté de Cauterets et une sympathique marche jusqu’au Pont d’Espagne et le lac de Gaube. Souvent, en partant le matin, le temps est encore potable. Tout change dans l’après-midi. C’est par le télésiège et une petite marche d’une demi heure, sur un terrain plat, que le lac de Gaube est accessible. Nous étions censés voir le Vignemale, point culminant des Pyrénées françaises  3.298 m. Malheureusement les nuages nous en ont caché la vue.

3

5

10

 

16

 

31

 

52

 

60

 

Vendredi, l’escapade a été encore plus belle, plus longue mais aussi nous sommes rentrés sous la pluie. Direction Le Tourmalet dès 8 heures. Tout au long de la montée et jusqu’à la Mongie, d’où nous devions prendre deux téléphériques qui nous feraient accéder au Pic du Midi. Qu’elle a été notre surprise de rencontrer dans le village : vaches, moutons, ânes partout en liberté. Mais le plus surprenant, ce sont les lamas, une bonne cinquantaine squattant les parkings ou allongés sur la route ; avec obligation de les contourner car aucun n’a bougé. Nous avons slalomé entre eux pour passer. Quand j’ai questionné un commerçant, il m’a été répondu, que c’était normal car nous étions dans une zone pastorale.

2

3

6

12

 

18

24

27

 

55

Après avoir emprunté les téléphériques, nous avons débarqué sur l’esplanade de l’observatoire ou nous avons trouvé de la neige et une température de moins 4 ainsi que beaucoup de nuages. Un peu chère l’excursion pour si peu de temps, car nous sommes redescendus rapidement. Néanmoins c’était bien quand même.

41

43

44

47

 Le jour suivant malgré la pluie, nous sommes allés visiter l’église des Templiers du village mitoyen au nôtre : Luz Saint Sauveur. Une église du XIème siècle entourée d’un fortin imposant sur une jolie petite place entourée de belles maisons. Elle est appelé à tort « Eglise des Templiers » Ce sont des Hospitaliers de St. Jean de Jérusalem qui l’ont construite en 1200.

21

33

38

Dans le cimetière qui l’entoure de très vieilles tombes dont celle d’une petite fille prénommée Bernardine, morte en 1236. Sur l’inscription usée, on peut deviner : Ci-gît Bernardine de Doumet de Bat fille de Naramon de Barèges et de Madame Nahera 1236, dernière semaine d’avril. Gilles de Sère l’a fait.

34

 Au-dessus du caveau de la fillette, on peut découvrir en bon état un superbe tétra morphe peint du XVIème siècle. Le Christ est entouré de trois évangélistes : St. Luc (taureau) St. Marc (un lion) St. Mathieu (un ange) St. Jean (un aigle). Au-dessus du superbe portail de la façade nord on retrouve sur le tympan un autre tétra morphe sculpté dans la pierre. A l’intérieur une belle fresque peinte au dessus de l’autel.

 35

 Une autre découverte dans un autre genre, dans un des hameaux de Luz : SIA, sur une toute petite route à l’écart de celle qui mène à Gavarnie, dans une petite maison ancienne de la région. Francis, fait découvrir la fabrication de son célèbre gâteau à la broche. Sa recette paraît simple, c’est une pâte de quatre quart cuite au feu de bois de tilleul, déposée sur la broche avec une cuillère de bois, pas de louche ni de machine. Ce gâteau est parfumé à la compote de fruits confite. Enveloppé dans un linge, il se conserve un mois ; inutile de vous dire que chez nous, il n’a fait qu’une semaine et il a agrémenté nos petits déjeuners quotidiens.

 

1

4

6

9

11

 On peut assister chaque après-midi à son élaboration et même tourner soi-même la broche. Après des recherches, il semblerait qu’il se dégustait déjà au XVIIIème siècle à Tarbes et à Pau. Nous le retrouvons en Pologne, en Autriche et en Roumanie. Il se dit dans le village, que lors de l’inauguration en 1863, du pont Napoléon III ce gâteau fut confectionné et que l’architecte de l’ouvrage d’Art, un polonais, aurait emmené la recette dans son pays.

16

Voici donc la fin de nos vacances. Sur le chemin du retour, une dernière visite dans la citée de Carcassonne que je ne connaissais pas. Pour moi, c’est toujours un délice de pouvoir photographier de beaux paysages, de belles demeures et de riches architectures, afin de les partager avec les internautes qui suivent mon blog.

6

11

21

35

 


07 juillet 2017

Vacances dans les Hautes Pyrénées juin 2017 - 1 -

C’est encore avec « Troc Maison », que nous avons pris notre seconde semaine de vacances. Malheureusement le destin, a voulu que cette dernière semaine du mois de juin soit arrosée pratiquement dans toute la France. Plus judicieux,  nos hôtes ont choisi la semaine suivante pour se rendre à Pralognan et pour eux c’était le grand soleil.

00000

Pour nous accueillir : Jurançon et Cake à la myrtille

 C'est dans les Hautes Pyrénées que nous avions décidé d’aller. Plus précisément au dessus de Lourdes, car j’avais à me rendre pour mes recherches généalogiques dans deux mairies de la région. Sur la route de Gavarnie, nous avons déposé nos valises à « Esquièze Sère, chez Jean-Claude et Annick dans une jolie grange transformée en une confortable habitation avec tout le confort.

0 Pont Napoléon

0000

Comme rien ne nous empêche de sortir quand nous sommes en vacances, le mauvais temps ne nous a pas fait peur. Ce jour là, nous avons choisi d’aller visiter le château de Pau, berceau de notre célèbre Henri IV et sa jolie ville. Dès notre arrivée, nous ne pouvions pas le manquer, puisqu’il trône sur un éperon rocheux au cœur de la ville, face à la chaîne des Pyrénées, surplombant le célèbre gave de Pau. Chez nous, dans les Alpes, les rivières descendant de la montagne, nous les appelons ; « dorons », ici ce sont des « gaves ». Mais tous les deux ont la même provenance, pour aller se jeter soit dans un fleuve ou dans la mer.

 1

60

66

Au milieu, un tableau représentant Henri IV jouant avec son fils. 

Notre Myrtille, nous a suivi partout ; elle trotte bien. Quand nous ne pouvons la faire entrer dans un Musée, elle nous attend bien sagement dans la voiture à l’ombre. Mais ce jour là, étant donné le temps, elle n’avait pas trop chaud. Quand le maître en a marre de la tenir en laisse, elle regagne son sac à dos sur le ventre de petit mari. Alors là, je peux vous assurer qu’il a beaucoup de succès, surtout auprès des asiatiques. Cela pourrait être également  je pense une bonne idée pour ceux qui veulent  draguer ! (Pas petit mari, ce n’est pas le genre, enfin devant moi …..)

102

En fin d’après midi, avant de rentrer, nous avons voulu aller voir à Gavarnie, l’endroit du départ des excursions vers le cirque du même nom ; je l’avais faite cette excursion à dos d’âne il y a environ 55 ans. J’avais très envie de la refaire à pied, je m’étais même muni de guettes, j’avais tellement peur de me faire mordre à nouveau par un serpent. J’avoue que je reste traumatisée par mon aventure de l’année dernière. Je n’aurai même pas eu à les sortir de leur emballage car le temps le lendemain était pourri. La balade sera pour une autre visite dans les Pyrénées.

130

Habitués à nos moyennes montagnes du Bugey ou à nos plus hauts sommets des Alpes quand nous allons à Pralognan, les Pyrénées, nous ont semblé différentes, la végétation n’est pas tout à fait la même. Mais elles sont tout aussi majestueuses et belles que nos montagnes.

129

Second jour : toujours aussi mauvais temps. Donc ce sera la matinée en mairies de Ségus et de Lourdes, afin d’essayer de découvrir pourquoi mes arrières grands-parents, tout d’un coup ont quitté Paris, pour vivre deux ans dans cette région et y faire deux enfants. Sans, semble-t-il y avoir une attache quelconque. Je repartirai tout aussi ignorante, car je n’ai rien trouvé me donnant la moindre réponse à cette énigme. En revanche, je suis repartie avec l’intime conviction que l’acte de naissance de mon père a été écrit par un secrétaire de mairie qui ne connaîssait pas la famille et que mon grand-père dit présent sur l’acte était certainement absent car la signature était celle de la personne qui avait rédigé l’acte. Il était instruit et savait lire et écrire, comme me le prouve différents autres actes. D’autres détails sont tout aussi étranges. Il faut donc que je creuse plus loin. Mais avec la ténacité qu’est la mienne, un jour j’aurai le fin mot de l’histoire.

 0 segus

2

 L’après-midi, nous avions prévu de nous rendre à la basilique Sainte Bernadette ainsi qu’à la grotte miraculeuse et au château, mais étant donné les orages qui se sont abattus sur la ville, c’est au château que nous nous sommes réfugiés. Je connaissais la grotte et la basilique ancienne, puisque j’y étais venue quand j’avais 17 ans. Ce voyage avec le pèlerinage de l’Oise, m’avait été offert par le Curé de Saint Just en Chaussée, le Père Louvet afin de me remercier pour avoir animé le patronage paroissial tout l’été, comme monitrice. A cette époque il ne fallait pas passer son BAFA et avoir un diplôme pour effectuer cette fonction dans un petite ville de province, rien n’était réglementé comme maintenant et je n’étais pas rémunéré. Entre parenthèse : beau souvenir que celui-là.

0 chateau de Lourdes

 5

6

8

 

 

A bientôt si vous avez aimé mon récit sur nos vacances, il y a encore plusieurs jours à vous faire partager avec une rencontre surprenante au Tourmalet.

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

27 février 2015

Le retour à la maison annonce le printemps

Chaque année, c'est le même rituel depuis que nous sommes à la retraite. Nous passons une partie de l'hiver dans nos montagnes. Depuis plusieurs années mes balades étaient restreintes et je n'avais plus l'envie de marcher. Cette année un renouveau ; chacun de nous devions tester nos nouvelles hanches. Petit mari a refait du ski normalement évidemment,  il a évité un peu le parcours des bosses. Quant à moi j'ai rechaussé les raquettes et redécouvert les beaux endroits que j'aime.

 

 

pzralognan balade raquette

 

Cette année, aux vacances scolaires du nord de la France, nous avons laissé notre appartement à des amis d'Annabelle, par exemple, entre Noël et le jour de l'an, elle a pu profiter de sa meilleure amie et de son filleul. Et là, c'est une de ses Internes et la semaine suivante une de mes amies ; nous, nous repartirons une petite semaine pour fermer l'appartement et le mettre en fonction repos le temps que la neige fonde et laisse apparaître les jolies fleurs de montagne.

 

fleurs de montagne printemps

 

Mais évidemment quand nous redescendons c'est un jour chargé, habituellement quand nous pouvons, nous évitons ces jours là. C'est paraît-il la crise ! mais il y a quand même encore beaucoup de couples qui peuvent payer des sports d'hiver à leurs enfants, tant mieux pour eux et pour l'économie des stations. Je sais que beaucoup critiquent justement ces vacances coûteuses en disant "oui, mais vous vous rendez compte il y en a qui ne peuvent pas se payer ça !" peut être, mais si plus personne ne peut prendre ce genre de congés et faire vivre ceux qui habitent à la montagne, la crise serait encore plus grave. C'était,  simplement une petite parenthèse que malgré tout je tenais à souligner car je constate trop souvent sur les blogs certains coms désobligeants accompagnés de mots "limites" pour critiquer ceux qui peuvent encore en profiter, venant souvent de la part de personnes qui montrent du doigt l'intolérance des autres.

 

retour de vacances

Sur le chemin du retour, jusqu'à l'autoroute ça va encore. A Albertville, nous prenons la nationale car depuis le péage les files ralentissent drôlement.  Nous décidons de nous arrêter à Chambéry pour déjeuner, car le frigo à la maison est vide. C'est dans la zone commerciale que nous nous arrêtons sous une pluie battante ici :

hippopotamus

Une heure après, nous reprenons la route, il nous reste 45 minutes jusque la maison, mais là, c'est une autre histoire ; pendant que nous sommes arrêtés, la neige a commencé à tomber les flocons de plus en plus gros. Et ça donne ça.

pralognan retour

12b

du côté de Chindrieux, les vignes sous la neige sont magnifiques.

Encore quelques kilomètres et nous sommes à la maison, mais il va falloir jouer de la pelle à neige pour pouvoir rentrer la voiture au garage.

 

retour de pralognan 21 février 20152

Une fois rentrée dans la maison, surprise la chaudière est arrêtée, cela fait deux fois, pourtant elle est neuve et vérifiée chaque année, donc sujet à creuser. Il fait très froid dans la maison, il va falloir deux jours pour qu'elle retrouve sa chaleur habituelle. En attendant, allumons un feu dans la cheminée. Dehors, il neige toujours et pourtant il faut aller faire quelques courses. Dans le village à deux pas de chez nous, il y a un carrefour contact, vous savez le magasin le plus petit des gammes "carrefour".1/2 heure après nous sommes rentrés en nous demandant pourquoi nous n'allons pas faire les courses ici plus souvent, car il y a pratiquement tout ce que nous avons besoin. Question à revoir !

carrefour_contact

C'est un plaisir de retrouver la maison, à chaque fois je me dis la même chose "elle est belle, on y est si bien",  je pense que je ne pourrais jamais revivre tout le temps dans un appartement ; il faut que je puisse aller dans toutes les pièces, que je retrouve toutes mes habitudes, non il me faut de l'espace. Dans 60 m², mes 250 m² me manquent. Soirée bien agréable au coin du feu, le lendemain nous allons chez Emilie et Paul, nous sommes impatients de les revoir et de voir le nouvel aquarium Paul est un passionné. J'aime les gens passionnés.

 

poissons Paul0

  Quand nous rentrons d'une si longue absence, il y a de la poussière partout, il faut remettre la maison en état de marche, défaire les valises, faire tourner la machine, ranger la valise au grenier et reprendre nos habitudes, c'est donc lundi matin que j'ai entrepris le grand ménage ; j'aime ça faire le ménage je vous l'ai déjà dit donc je suis contente, l'après-midi je peux revenir à mes occupations littéraires ou autres. Tara a retrouvé son panier et Igor ses balades dans le jardin.

 

01

 que demander de mieux ?

 

 

 

 

 

 

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29 janvier 2015

Pralognan la Vanoise et moi : une grande histoire d'Amour

 

 Enfant, je rêvais des montagnes. Il a fallu que j’atteigne mes 18 ans pour m’inscrire à une virée de trois jours dans les Alpes. A l’époque, j’étais en vacances chez mes grands parents et l’association des pompiers organisait 3 jours  du côté du plateau d’Assy. J’avais un ami dont le père était pompier qui m’a invitée à faire partie du voyage. Ce fut ma première découverte printanière des montagnes.

 

0

L’été suivant avec mes parents, nous sommes allés en vacances dans les Pyrénées, à Saint Lary. C’est là, que j’ai vraiment découvert la vie à la montagne et mes premières randonnées. Habituée à la région parisienne et aux vacances en Picardie, le paysage changeait. Tout de suite, je suis tombée amoureuse  des montagnes.

 

25 b

 

Pralognan la Vanoise 750 habitants à l'année.

Depuis les années 1960, je rêvais de retourner, voir les montagnes sous la neige. Cette opportunité s’est présentée l’hiver 1974. Le papa d’Annabelle et d’Emilie venaient de passer l’été avec sa mère, son frère et sa tante dans un joli petit village pas encore très connu au fin fond de la Tarentaise : Pralognan la Vanoise. Il avait trouvé le parc de la Vanoise magnifique l’été, il a été le premier parc national créé en France en 1963 . Il avait envie de découvrir ce village l’hiver et nous avons décidé d’y partir un week-end. C’était en Mars et Annabelle venait au monde le 1er décembre.

Pralognan 1972 001-001

été 1974

22

hiver 2015 

Pour la première fois j’ai pris le téléphérique et les télésièges, j’étais ravie. Quelles sensations agréables sur le télésiège qui nous montait aux Fontanettes, seuls au milieu de nulle part, entourés d’un manteau blanc de tous les côtés, je me revois serrée contre lui et béat d’admiration : comme c’était beau !

 

26

 

Nos moyens ne nous permettant pas d’aller aux sports d’hiver, les années allaient passer sans que je revois la neige à la montagne. En 2003, ma petite belle fille Christelle travaillait au ministère des armées  et son comité d’entreprise possédait une maison de vacances pour les employés, cet hiver là, nous avons retenu avec elle et son compagnon une semaine à l’IGESA de Pralognan  la Vanoise.

6

Moi, je n’ai jamais fait de ski et je n’en ai jamais eu envie. Pendant que petit mari, sa fille et son gendre descendaient les pentes neigeuses ; je me promenais dans la station et aux alentours. Subitement, une idée m’est venue, je venais de vendre ma maison, j’habitais avec petit mari en Picardie dans sa maison, c’était le moment idéal pour acheter un petit appartement dans cette station, je la trouvais et je la trouve toujours très familiale, aucun grand immeuble ne la défigure, rien à voir avec les stations des alentours comme Courchevel, Méribel, les Arc etc… Son côté authentique me plaisait et me rappelait de bons souvenirs. Donc mes balades se sont agrémentées de visites d’appartements dans la station.

7

Mon rêve aurait été un petit chalet au bord d’un lac, sauf que mes finances n’étaient pas assez garnies pour un chalet , même si j’en avais vu un où tout était a refaire, celui-la aurait pu me convenir, mais nous habitions trop loin pour l’aménager par nous même et mon côté pratique à tout de suite vu que petit mari l’hiver aurait à déneiger les abords à chaque fois que nous arriverions et comme nous n’allions pas en rajeunissant, il fallait mieux s’orienter vers un appartement. Quant au lac, il n’y en à pas dans le village. Donc j’allais transformer mon rêve.

8

En face de l'entrée de notre résidence, en 2003, ce chalet était à l'abandon depuis des années, tout était à refaire, il coûtait moins cher que l'appartement. Maintenant, il a été refait entièrement il est superbe à l'intérieur il à déjà été revendu deux fois, plus cher que notre appartement.

13

Quand j’ai expliqué à l’agent immobilier ce que je voulais, tout de suite elle m’a dit j’ai ce qu’il vous faut, mais c’est une des rares constructions dans la station d’immeubles du genre architecture des années 1970, là encore ce n’était pas tout à fait ce que je voulais, je tenais quand même à mon aspect chalet. Avec des arguments convaincants comme : « vous savez, dans les résidences plus récentes beaucoup d’appartements ont des parties mansardées, certaines chambres ont des aspects cabine, exigus et sombres. De plus les appartements qui les entourent sont loués  toutes les vacances à des gens différents ».

9

En revanche là, où je vais vous emmener, tous les propriétaires sont ceux qui les ont acheté à la construction, ils ont vieilli et ne viennent plus beaucoup l’hiver, c’est un immeuble rarement loué, vous serez plus au calme. Et les pièces sont grandes et claires. Je me suis donc laissée emmener visiter cet appartement exceptionnel et bien entretenu que me proposait cette agence. A la montagne bien souvent, les appartements sont vendus meublés, ça c’est un avantage quand la première ville moyenne « Moutiers » se trouve à 25 km accessible par une belle route soit, mais une route de montagne. Et chose bizarre, il se trouve juste derrière l’hôtel « Le Parisien » où nous étions allés dans une autre de mes vies en 1974. Maintenant « le Parisien » est devenu le « Montana » d’hôtel il a été transformé en appart. Vacances.

10

J’ai eu le coup de foudre, oui l’architecture de l’immeuble n’est pas de mon goût, mais à l’intérieur rien à redire, de belles pièces spacieuses et claires, le seul bémol la cuisine un peu petite, mais l’ensemble meublé années 1950, avec des meubles de belle facture, mais pas à mon goût, ce n’est pas grave, nous réaménagerons à notre goût au fil des ans. Il se compose d’un beau séjour avec balcon, 2 belles chambres avec des lambris sur les murs, donnant sur un balcon, 1 salle de bain et 1 cuisine. Au sous-sol, une grande pièce avec 3 couchages très bien aménagée avec lits superposés, grands tiroirs sous les lits et des armoires encastrant les lits ; l’idéal pour notre tribu de passage.

20

 

43791354

 

les meubles à l'achat

21

maintenant

Quand tout mon petit monde est rentré du ski, je les ai emmené visiter l’appartement,  l’agence m’avait confié les clefs et tous les trois ont été conquis, le lendemain je signais le compromis et pour Pâques suivant, nous étions dans l’appartement, une nouvelle vie allait commencer pour nous. Petit mari venait d’être à la retraite, nous allions organiser notre vie en fonction de ce nouvel achat.

11

Pendant toute la période où nous étions encore en Picardie, nous venions passer 3 mois l’hiver et 2 mois l’été. Inutile de vous dire que nous en avons fait des balades, aussi bien l’hiver que l’été ; nous connaissons tout sur Pralognan, mais au bout de trois ans les 9 heures de route à chaque fois pour partir ou rentrer en Picardie ont commencé à nous peser et en  2007, nous avons décidé de tout quitter dans notre région de naissance pour nous rapprocher de notre paradis sur terre. Maintenant, nous ne sommes plus qu’à 2h ½ et même moins de chez nous.

12

10 ans après, nous sommes toujours autant admiratifs.

 Les trois premières années, nos voisins Laurent et Edwige étaient un jeune couple qui habitait là, toute l’année, lui travaillait dans une boutique de sport dans le village et faisait des études pour être guide de haute montagne, pendant ses congés il emmenait petit mari dans de grandes randonnées au milieu de nulle part, chaque semaine ils allaient dans des endroits où maintenant petit mari ne peut plus aller. Petit mari reste très nostalgique de cette époque. Annabelle a toujours beaucoup aimé la montagne (et peut être pour cause ?), quand Laurent et Edwige ont vendu leur petit appartement car leur famille s’agrandissait, c’est tout naturellement que mon Annabelle l’a acheté. Et je peux dire, que depuis elle et sa famille en profitent régulièrement à toutes les vacances d’hiver et même l’été. Théma est monté sur les skis dès ses 2 ans.

19

La période ou j’ai traîné ma jambe à cause de ma hanche, je sortais beaucoup moins. Cette année j’ai repris nos belles balades et je suis super heureuse de redécouvrir tous ces endroits magiques, je remarche normalement, peut être un peu plus doucement car ma grande peur, c’est de tomber sur du verglas, donc je fais très attention. La vie dans notre paradis blanc est tout à fait différente de celle dans notre grande maison.

15

 Donc voyez-vous pourquoi « Pralognan  la Vanoise est une grande histoire d’amour avec moi. En 10 ans la station s’est agrandie, mais toujours dans le respect de l’environnement et nous sommes très loin des grandes stations qui entourent ce charmant petit village.

22

 Il y a bien longtemps que Pralognan la Vanoise a publié les bans de son union avec dame nature. C’était au XIIème siècle. Depuis, Pralognan la Vanoise nourrit une relation fusionnelle avec celle que lui offre l’éternel bonheur. Chaque Pralognanais est porteur de traditions huit fois séculaires. Pour chacun la préservation du patrimoine légué est un devoir, la transmission sans transgression une obligation.[ ]Toutes les actions, et ce depuis  toujours sont initiées dans un seul but : préserver le patrimoine naturel et le partager avec ceux en mesure de vivre l’émotion, l’authentique émotion.

Source : la revue Pralognan la Vanoise hiver/été 2015 Grandeur et Nature

 

 

21

 

Posté par manouedith à 00:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 octobre 2014

Guadeloupe La Surprise est arrivée - 3 -

Quatrième jour, nous décidons de reprendre la route traversière dans l'autre sens, pour aller visiter la maison de la vanille, ainsi que celle du café. Comme nous partons vers 8h30 les alentours de Pointe à Pitre,  sont plus faciles à traverser. Nous nous dirigeons vers Acomat, un village difficile d'accès ; plus nous avançons, plus la route monte, notre volkswagen est poussive et nous montons en première. Plus on monte, plus la route se rétrécit, je ne sais même pas comment nous ferions si une autre voiture descend ! Du reste, celle du boulanger a voulu nous laisser passer, elle s'est dangereusement retrouvée sur trois roues. Nous nous demandons comment elle a fait pour ne pas verser. La fin de la route est en cul de sac, tout le monde descend. Il faut finir à pied par un étroit chemin boueux. Heureusement deux touristes en redescendent et nous disent : "pas la peine d'aller plus loin, il n'y a plus rien,  tout est à l'abandon. Bon, c'est ça aussi la Guadeloupe.

1

Nous sommes quittes pour redescendre par la même route, nous laissons nos touristes ouvrir la voie. A mi-chemin, nous devons nous garer sur le côté comme nous pouvons et je vous assure avec inquiétude. Nous devons laisser passer une estafette de la gendarmerie nationale ; ce qui fait dire à petit mari, que là haut il ne doit pas y avoir que de la culture de vanille.

IMG_2491

Maintenant direction la Maison du Café sur la route de Bouillante. Là, nous faisons chou blanc, en vacances fermé, la réouverture est pour la semaine prochaine. Donc une fois de plus pas de chance. 

IMG_2489

Nous continuons notre périple, direction la plage de Malendure à Bouillante, pour aller visiter  la réserve Cousteau, je l'ai déjà faite il y a 20 ans ; je suis certaine que Marc va apprécier. Je prends une réservation pour midi sur le Nautilus. Pendant que petit mari se baigne, j'en profite pour laisser un message à Annabelle, Elle se trouve sur Deshaies, je lui propose de nous retrouver, je suis certaine que cela plaira à Théma. 

IMG_1891

A midi, nous sommes à bord du Nautilus, quand je sens une petite main sur mon épaule. C'est Théma, ils sont les derniers à monter à bord. En route, pour deux heures de promenade à admirer les fonds marins depuis la soute du bateau, avec les explications du commandant.

IMG_1922

Petit arrêt d'une demie heure pour ceux et celles qui veulent plonger et observer les poissons, en empruntant palmes et masques, à notre disposition. En grande experte des régions tropicales, Annabelle toujours prévoyante, n'a pas oublié ses tubas. Depuis le bateau, je photographie leurs exploits. Une fois remontés à bord, petit punch pour tout le monde et jus exotique pour ceux qui ne prennent pas d'alcool. Retour au fond de la cale pour voir les tortues.

IMG_1970

IMG_1985

A 14h, nous débarquons sur la plage pour aller nous mettre à table chez Madame Loulouse, je déguste pour la première fois des ouassous. Je pensais avoir commandé, des crevettes, mais elles ne sont pas de la grosseur de celles que je mange à la maison. Elles ressemblent plutôt à de petites langoustes. accompagnées d'une sauce créole délicieuse.

IMG_2033

Après ce bon repas, nous nous séparons et nous reprenons chacun de notre côté, nos balades de la fin d'après-midi. Nous nous dirigeons vers le sud de l'île, Basse Terre, Trois Rivières, Vieux Fort. Petits arrêts pour admirer les panoramas exceptionnels, face Aux Saintes et Marie Galante un peu plus loin.

IMG_2054

En arrivant dans le sud de l'île, le paysage a changé des champs et des champs de bananiers de chaque côté de la route. Je retrouve l'ancienne route "l'allée de Beaumanoir" transformée en route secondaire, puisque maintenant doublée en une belle route à quatre voies. Nous arrivons chez Sandrine vers 17h30. Après un petit arrêt rafraîchissement, nous partons au marché nocturne où nous pouvons trouver tous les fruits et légumes de l'île.

IMG_2059

 

 

IMG_2063

 

Nous finirons la journée "chez Zézette à Petit Bourg" Belle découverte de Gérard, qui seul le midi a été attiré par ce lolo au nom évocatif ;  fort sympatique. Depuis notre arrivée, nous n'avons pas encore dégusté un si bon Planteur fait maison. Soirée agréable devant des plats créoles que nous découvrons. Ce soir, nous aurons plus d'une heure de retard pour nous coucher, Demain sera un autre jour. 

IMG_2072

Aujourd'hui samedi, ce soir Annabelle reprend l'avion. Valérie et Théma restent encore une semaine. Nous nous allons nous reposer un peu. Donc ce matin, ce sera repos au Domaine de May. J'en profiterai pour vous montrer l'endroit dans mon prochain billet.

IMG_2019

 

Posté par manouedith à 14:26 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 juillet 2014

Petite fille de coeur

On m'a déjà demandé ce que c'était exactement "fille ou petite fille de coeur" ?

Je répondrai que ce sont des enfants qui ne sont ni biologiques, ni adoptés.

Avec la maman d'Adeline, c'est une longue histoire. Dans les années 1980, j'étais famille d'accueil des services sociaux de mon département. La première que j'ai accueilli c'était sa maman "Marie-Christine", elle avait 2 ans, Jean-Claude deux ans plus tard, il avait 10 ans. 

 

marie christine jean claude

ne sont-ils pas heureux avec mes filles Emilie et Annabelle.

Marie-Christine m'a été retirée du jour au lendemain quant elle avait 9 ans, pour être mise dans un foyer d'enfants du même milieu qu'Elle. En revanche, Jean-Claude est resté au-delà de sa majorité. A cette époque, quand un enfant vous était confié, si les services sociaux décidaient de vous le retirer, vous n'aviez plus de contact avec lui. Je n'ai pas accepté cette décision injuste et j'ai saisi aussitôt  le juge pour enfants, afin de continuer à avoir un contact avec Elle au moins une fois par mois et pendant les vacances scolaires. Sans aucun problème j'ai obtenu ce que je souhaitais : ne pas perdre le lien avec ma poupée. Du jamais vu dans mon département. Donc, ainsi je n'ai jamais perdu le contact. Ceux et celles qui n'étaient pas d'accord avec ma façon de considérer ces enfants comme les miens (il fallait surtout pas), seraient certainement surpris d'apprendre que 28 ans après le fil ne s'est jamais distendu et que j'ai toujours été là quand elle a eu besoin de moi.

51

Cet été, nous avons décidé d'accueillir sa fille "Adeline" pour qu'elle puisse profiter d'un mois de vacances comme nos autres petits enfants. C'est une petite fille de 8 ans, pleine de vie, qui s'intéresse à beaucoup de choses et qui s'est adaptée très facilement. Si vous l'entendiez chanter le matin dans la salle de bains un vrai pinson. Alors hier le beau temps revenu, rendez-vous à la plage avec les enfants du compagnon de ma fille,  le papa de la si jolie petite Mélissa et son frère les nouveaux petits enfants de coeur de la famille.

0b

Un après-midi plein de jeux, de rire, une belle journée de vie. Mélissa apprend à Adeline à jouer au tennis de table. 

0a

 deux demoiselles sur une balançoire !!

0c

Version canoë, chacun son tour

0d

Version tennis de table "père, fils, senior". Il est beau aussi Florent, le nouveau petit fils de coeur.

0e

Aujourd'hui Adeline est contente, elle va pouvoir se baigner, nous devons retrouver ma dernière fille "Emilie"  avec ses deux belles-filles : Mélissa et Pauline.

35

La plage de Virieu le Grand était noir de monde, nous nous serions cru sur la côte d'azur. C'est comme ça quand le beau temps revient aux frontières de la Savoie.

36

ce qui est bien quand ce sont des jeunes enfants, pas besoin de les emmener très loin pour qu'ils passent une journée agréable, de l'eau, quelques seaux, pelles et râteaux et le tour est joué.

34

Pauline voulait que je prenne des photos d'Elle, alors comme j'adore cela et que le sujet n'est pas mal du tout, j'ai cliqué de nombreuses fois, je me suis régalée ; voici un échantillon. Bienvenue dans notre famille à vous trois.

IMG_7034

Ben moi je peux vous dire que les vacances chez Manou et Marc c'est génial.

Posté par manouedith à 14:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,